Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Coronavirus - Covid 19


Recommended Posts

Il y a 19 heures, Julien a dit :

Ca peut pas s'expliquer par la vaccination ?

Quelques réflexions, en vrac :

1- Si la dame dit qu'elle ne sait pas, c'est parce que vraiment, elle ne sait pas.

2- Si elle savait quelque chose elle s'empresserait d'en faire une publication scientifique, d'envoyer ça au Lancet ou au New England Journal of Medicine, elle attendrait que ce soit revu par des pairs, et quand enfin les pairs auraient vérifié qu'il n'y a pas d'erreur dans les calculs et que c'est publiable, il y aurait une annonce faite à la presse.

3- 86 personnes c'est trop peu pour constituer un échantillon représentatif. Dans le moindre sondage électoral on prend un échantillon de 1000 personnes, le plus souvent. Autrement dit, on peut être en face du hasard pur, sans cause profonde derrière.

Link to comment
Share on other sites

Le 21/02/2021 à 19:55, Akhilleus a dit :

7,5 milliards d'être humains, des centaines de millions d'animaux d'élevages en situation quasi concentrationnaire, des êtres humains qui vont dans de endroits ou il ne doivent pas aller pour l'exploitation industrielle de la Nature

Bien sur des pathogènes vont passer les barrières d'espèces

C'est comme ça depuis la nuit des temps

de mémoire 80% des maladies infectieuses existantes de nos jours ont une origine zoonotique (cad animale)

Même la rougeole est apparue avec l'elevage il y'a 10 000 ans (à l'époque elle était probablement beaucoup plus virulente)

 

Le 21/02/2021 à 20:36, Wallaby a dit :

Rappel : 

 

 

Le 21/02/2021 à 19:26, rendbo a dit :

@Akhilleus je ne sais pas si tu as vu cette info, mais est ce la suite logique de l'épidémie de coronavirus, un peu ce que prévoyait la chaine dirtybiology : du fait du rapporchement inter espèce (activité humaine, industrialisation alimentaire, changements climatiques), on risque de voir de plus en plus de maladie muter jusqu'à à ce qu'elles soient transmissibles à l'homme ?

 

Zoonose

Les zoonoses sont des maladies et infections. Le terme couvrant ici également les infestations parasitaires dont les agents se transmettent naturellement des animaux à l'être humain, et vice-versa. Le terme a été créé au xixe siècle, à partir du grec ζῷον zôon, « animal » et νόσος nósos, « maladie », par Rudolf Virchow. Il couvre les zoo-anthroponoses (transmission de l’humain à l'animal) et les anthropo-zoonoses (transmission de l’animal à l'humain). 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Zoonose

Tableau synoptique des zoonoses virales, bactériennes et non conventionnelles

https://fr.wikipedia.org/wiki/Zoonose#Tableau synoptique des zoonoses virales, bactériennes et non conventionnelles

Edited by Benoitleg
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 21/02/2021 à 19:26, rendbo a dit :

@Akhilleus je ne sais pas si tu as vu cette info, mais est ce la suite logique de l'épidémie de coronavirus, un peu ce que prévoyait la chaine dirtybiology : du fait du rapporchement inter espèce (activité humaine, industrialisation alimentaire, changements climatiques), on risque de voir de plus en plus de maladie muter jusqu'à à ce qu'elles soient transmissibles à l'homme ?

 

Pour ceux que cette question intéresse, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) a coordonné l'année dernière un rapport de synthèse à la demande du gouvernement: "Mobilisation de la FRB par les pouvoirs publics français sur les liens entreCovid-19 et biodiversité", disponible ici: https://www.fondationbiodiversite.fr/wp-content/uploads/2020/05/Mobilisation-FRB-Covid-19-15-05-2020-1.pdf

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, MrGland a dit :

Pour ceux que cette question intéresse, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) a coordonné l'année dernière un rapport de synthèse à la demande du gouvernement: "Mobilisation de la FRB par les pouvoirs publics français sur les liens entreCovid-19 et biodiversité", disponible ici: https://www.fondationbiodiversite.fr/wp-content/uploads/2020/05/Mobilisation-FRB-Covid-19-15-05-2020-1.pdf

J'ai l'impression qu'on aboutit, si l'on ne se méfie pas, à une série d'injonctions contradictoires. Si on réduisait la biodiversité à zéro, il n'y aurait plus d'animaux, donc plus de zoonoses. Si on avait une déforestation égale à zéro, on habiterait dans des forêts, donc on serait des chasseurs cueilleurs, en contact permanent avec les animaux sauvages. Cela veut peut-être dire qu'il faut suivre la règle de Boucle d'Or et les Trois Ours (encore un contact entre une humaine et des animaux sauvages !), en anglais goldilocks principle, qui est la règle du juste milieu. Il faut des animaux, mais pas trop. Il faut des forêts, mais pas trop. Ou encore, peut-être adoptera-t-on la solution de Lewis et Maslin :

Le 17/11/2020 à 12:51, Wallaby a dit :

https://thetyee.ca/Culture/2018/10/12/Humanity-Progress-Trap/ (12 octobre 2018)

The Human Planet: How We Created the Anthropocene, par Simon Lewis et Mark A. Maslin

Ils plaident en faveur d'une "demi-terre" - qui ne prendrait que la moitié des terres et des mers de la planète pour l'usage humain, et laisserait l'autre moitié pour le reste de la biosphère. Nous pourrions donc établir de longs couloirs allant du nord au sud ou du niveau de la mer au sommet des montagnes, ce qui permettrait aux plantes et aux animaux de trouver un climat viable. En attendant, nous devrions trouver des moyens de nourrir, d'abriter et d'habiller 10 milliards de personnes sur la moitié restante.

Link to comment
Share on other sites

il y a 40 minutes, Wallaby a dit :

J'ai l'impression qu'on aboutit, si l'on ne se méfie pas, à une série d'injonctions contradictoires. Si on réduisait la biodiversité à zéro, il n'y aurait plus d'animaux, donc plus de zoonoses. Si on avait une déforestation égale à zéro, on habiterait dans des forêts, donc on serait des chasseurs cueilleurs, en contact permanent avec les animaux sauvages. Cela veut peut-être dire qu'il faut suivre la règle de Boucle d'Or et les Trois Ours (encore un contact entre une humaine et des animaux sauvages !), en anglais goldilocks principle, qui est la règle du juste milieu. Il faut des animaux, mais pas trop. Il faut des forêts, mais pas trop. Ou encore, peut-être adoptera-t-on la solution de Lewis et Maslin :

Je pense que tout le monde sera d'accord pour préférer le juste milieu.

La question suivante bien sûr : le Juste Milieu, c'est où :smile: ?

Moi par exemple je suis adepte du juste milieu pour le choix de l'endroit où je vis : ni aussi densément peuplé que Paris, ni aussi humainement vide que la Lozère. Voilà le juste milieu !

Cela dit, si un Singapourien ou un Russe donnaient leur avis, peut-être ne seraient-ils pas d'accord pour appeler mon choix "le juste milieu" :happy:

 

 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.washingtonpost.com/business/2021/02/18/vaccine-fat-lipids-supply/

Pourquoi les grands-parents ne peuvent pas trouver de vaccins : Rareté des ingrédients biotechnologiques de niche

Acuitas Therapeutics, une petite entreprise de biotechnologie de Vancouver, en Colombie-Britannique, ne compte que 30 employés et loue ses laboratoires à l'université de Colombie-Britannique. L'entreprise n'a même pas d'enseigne sur son bâtiment. Jusqu'à l'année dernière, elle ne sous-traitait que la production de petits volumes de nanoparticules de lipides, des gouttelettes de graisse utilisées pour introduire l'ARN dans les cellules, pour la recherche et un unique traitement approuvé pour une maladie rare.

Mais aujourd'hui, l'une des découvertes d'Acuitas est devenue une denrée précieuse. Une molécule brevetée appelée lipide cationique ionisable est une pièce essentielle du vaccin à ARNm fabriqué par Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, et elle fait l'objet d'une demande urgente pour la production de milliards de doses de vaccin dans le monde.

Le changement d'échelle de la production de substances autrefois spécialisées telles que les nanoparticules lipidiques pour une campagne mondiale de vaccination a été l'un des défis les plus complexes auxquels l'administration Biden doit faire face alors qu'elle cherche à accélérer la fourniture de vaccins dans l'ensemble du pays, à un rythme frustrant, selon des entretiens avec des responsables de la société, des scientifiques extérieurs et des rapports gouvernementaux.

Le 21 janvier, deuxième jour de mandat du nouveau président, l'administration Biden a publié un rapport qui cite les pénuries de nanoparticules lipidiques parmi les "lacunes urgentes" de la chaîne d'approvisionnement en vaccins.

"C'est à une échelle qui n'a jamais été faite auparavant", a déclaré Pieter Cullis, le scientifique canadien et président d'Acuitas qui est considéré comme le parrain de la technologie des nanoparticules lipidiques.

Bien que les entreprises augmentent régulièrement le flux de doses de vaccins vers les États, les livraisons ont pris un sérieux retard par rapport aux prévisions antérieures du gouvernement. Les problèmes de production - que les entreprises ont refusé de discuter en détail - sont à l'origine de la difficulté de la quête de vaccins par les résidents américains âgés dans les États qui ont donné la priorité à cette population pour la vaccination.

Le gouvernement fédéral a engagé environ 16 milliards de dollars dans le développement et la fabrication de vaccins depuis l'année dernière. L'opération Warp Speed, l'effort de vaccination du gouvernement lancé sous la direction du président Donald Trump, a promis au printemps dernier que 300 millions de doses de vaccin seraient prêtes au début de 2021.

Cet objectif a été revu à la baisse au début du mois de décembre, pour aboutir à la promesse de 40 millions de doses au 1er janvier, soit assez pour que 20 millions de personnes soient vaccinées avec le régime des deux doses. Mais au 30 décembre, seulement 12,4 millions de doses avaient été expédiées, selon un récent rapport du Government Accountability Office américain.

A la date de jeudi, selon les données divulguées par les Centres de contrôle et de prévention des maladies, Pfizer et Moderna avaient livré 72,5 millions de doses combinées. Cela ne représente que 36 % des 200 millions de doses que Moderna et Pfizer se sont engagés à livrer d'ici le 31 mars, dans six semaines seulement.

Pfizer a déclaré, en réponse à des questions, qu'elle avait apporté des changements non spécifiés à ses installations et à sa fabrication qui lui permettront de doubler la production de vaccins. Elle a déclaré qu'elle produira 2 milliards de doses d'ici la fin de l'année. Elle fabrique son vaccin à Kalamazoo, dans le Michigan, et en Belgique.

Fin décembre, dans le cadre d'un accord visant à obtenir des doses supplémentaires, l'administration Trump a accepté d'utiliser le Defense Production Act pour aider Pfizer à avoir accès à plus de lipides, ont déclaré au Washington Post des personnes au courant des discussions.

Et le gouvernement fédéral continue d'utiliser son autorité en vertu de la loi du temps de la guerre de Corée, rarement utilisée, pour ordonner aux fournisseurs nationaux de lipides de donner la priorité aux commandes de Pfizer, selon un haut responsable de l'administration qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat pour discuter de questions politiques sensibles.

"L'élargissement de la chaîne d'approvisionnement en matières premières a pris plus de temps que prévu", a déclaré Amy Rose, porte-parole de Pfizer, dans un courrier électronique.

"La mise à l'échelle d'un vaccin à ce rythme est sans précédent, et nous avons fait des progrès significatifs en accélérant la toute première production à l'échelle commerciale d'un vaccin à ARNm", a-t-elle déclaré, en faisant référence à la technologie de l'ARN messager.

Moderna n'a pas répondu à une demande de commentaires. L'entreprise, qui fabrique le seul autre vaccin à ARNm autorisé par la Food and Drug Administration américaine, a inventé son propre lipide ionisable et s'est également lancée dans une course à la construction de capacités de production.

De nombreux autres goulets d'étranglement ont affecté la fabrication des vaccins contre le nouveau coronavirus, qui est à l'origine du covid-19. Les entreprises ont dû construire des équipements à partir de rien, notamment des machines qui envoient deux flux de solution - l'un contenant de l'ARNm et l'autre des lipides - dans une collision à grande vitesse pour fusionner les nanoparticules et encapsuler la charge génétique. L'administration Biden a déclaré ce mois-ci qu'elle utilisait le DPA pour aider Pfizer à se procurer des machines industrielles plus spécialisées pour la prochaine étape, la filtration de l'éthanol du mélange de lipides.

Les fabricants de vaccins souffrent également d'un manque de capacité des machines pour remplir les flacons de vaccins. L'équipe Pfizer-BioNTech a conclu des accords avec deux autres géants de l'industrie pharmaceutique, Sanofi et Novartis, en Europe, pour des services de "remplissage/finition", c'est-à-dire le processus consistant à mettre les doses de vaccins dans les flacons et à les préparer pour l'expédition.

L'idée d'utiliser des nanoparticules de lipides pour encapsuler une charge génétique à libérer dans des cellules humaines est poursuivie par des chercheurs de l'Université de Colombie-Britannique depuis le milieu des années 1990.

Sa première utilisation approuvée a eu lieu en 2018 pour un médicament appelé Onpattro, qui est fabriqué par la société de biotechnologie Alnylam. Ce médicament est administré par perfusion à des personnes atteintes d'amylose à médiation par la transthyrétine, une maladie héréditaire rare qui touche 50 000 personnes dans le monde.

Pour le vaccin contre le coronavirus, la nanoparticule lipidique libère de l'ARN messager dans une cellule humaine, ordonnant à la cellule de fabriquer une réplique de la protéine de pointe du coronavirus. La protéine de pointe entraîne ensuite le système immunitaire à combattre le vrai virus.

Parmi les quatre lipides qui composent la gouttelette protectrice, le lipide cationique ionisable est celui dont on a le plus besoin et qui fait l'objet de brevets restrictifs détenus par Acuitas et quelques autres entreprises. Sa charge électrique change lorsqu'il pénètre dans une cellule, ce qui libère la charge utile de l'ARNm et lui permet de donner ses instructions.

Après avoir travaillé sur des systèmes d'administration de médicaments à base de lipides pendant de nombreuses années, M. Cullis a déclaré dans une interview qu'il avait été impressionné par leur succès soudain dans les vaccins qui sauveront d'innombrables personnes des ravages de la pandémie de coronavirus.

C'était un peu marginal au début", a déclaré Cullis, qui est l'un des fondateurs d'Acuitas. "Le voir se généraliser comme ça est complètement ahurissant".

Les problèmes de fabrication et de livraison des doses étaient inévitables après que les vaccins aient été développés en un temps record, a-t-il ajouté.

"Il faut probablement s'attendre à certains contretemps", a-t-il déclaré. "On peut dire que les efforts de fabrication ont été largement couronnés de succès".

Les douleurs de croissance pour la technologie des nanoparticules lipidiques se sont intensifiées alors que le gouvernement a augmenté les commandes de vaccins à ARNm. Pfizer et Moderna se sont maintenant engagés à produire 300 millions de doses de vaccins chacun pour les États-Unis d'ici la fin juillet, en plus de centaines de millions d'autres pour l'Europe et ailleurs.

Le problème principal, selon les cadres et les scientifiques, est l'accélération de la demande mondiale pour une technologie qui avait à peine atteint le stade de la commercialisation au début de l'année dernière, une poussée de la demande qui a pris les fournisseurs de matières premières au dépourvu. La demande explosive qui a débuté l'été dernier ne fait que s'intensifier, car les autres vaccins en cours de développement qui utilisent d'autres méthodes ont connu des retards ou ont échoué.

"La plus grande difficulté est de fabriquer les nanoparticules lipidiques", a déclaré Drew Weissman, qui a été le pionnier des vaccins à ARNm à l'université de Pennsylvanie et qui voit le fruit de son travail utilisé pour sauver des millions de vies. Il a ajouté qu'il est difficile de connaître l'ampleur des carences éventuelles car les entreprises ne rendent généralement pas publics de tels détails.

On aurait pu prévoir des failles dans la chaîne d'approvisionnement, a déclaré M. Weissman. Rétrospectivement, le gouvernement aurait également dû financer les fournisseurs de matières premières nécessaires à la fabrication des vaccins - tout comme il l'a fait en fournissant des milliards de dollars à l'avance pour les contrats des grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriqueraient les vaccins.

"Les entreprises pharmaceutiques auraient dû savoir que cela allait être un problème, et elles auraient dû commencer l'année dernière à parler aux entreprises de lipides, aux entreprises de matières premières pour l'ARNm, qu'elles avaient besoin de se développer", a déclaré M. Weissman.

Les sociétés de vaccins ont publié un minimum d'informations sur la façon dont elles ont utilisé leur argent pour soutenir la fabrication de vaccins. La chaîne d'approvisionnement en matières premières a également été entourée de secret concernant les accords de licence de propriété et les accords de fabrication sous contrat.

Acuitas licencie sa technologie à d'autres et confie la production de ses lipides à des fabricants sous contrat.

"Le défi est évidemment de passer de la fabrication de centaines de grammes ou de kilogrammes à des tonnes de lipides. Nous avons donc travaillé avec eux pour soutenir ce processus", a déclaré le directeur général d'Acuitas, Thomas Madden, qui est également l'un des fondateurs de la société. "Il n'y en aura jamais assez."

Acuitas fournit également sa technologie à CureVac, une société allemande qui développe un vaccin contre le coronavirus à ARNm.

La société produisant les lipides d'Acuitas utilisés dans le vaccin Pfizer-BioNTech, Avanti Polar Lipids, d'Alabaster, Alabama, a refusé de commenter. Avanti a été acheté l'été dernier par une société britannique, Croda, pour 185 millions de dollars.

CordenPharma, qui possède des usines en Europe et à Boulder (Colorado) et qui fournit Moderna en lipides, a également refusé de commenter. Un dirigeant de CordenPharma en Suisse a déclaré ce mois-ci à une publication spécialisée que la fabrication de lipides cationiques ionisables nécessite 10 étapes de fabrication et prend des mois.

"Mettez-vous à la place d'un de ces fabricants. La plupart d'entre eux avaient un ensemble complet de commandes pour les produits pharmaceutiques et autres matières premières qu'ils produisaient" avant que la pandémie ne frappe, a déclaré Patrick Boyle, un cadre de Ginkgo Bioworks, une société de plate-forme génétique à Boston. "Pour se développer, ils doivent construire de nouveaux équipements ou ils déplacent un autre client payant, et cela a été l'un des défis".

Pfizer-BioNTech a passé des accords ce mois-ci pour obtenir davantage de fournitures de deux entreprises allemandes, mais cette nouvelle capacité ne sera pas mise en service avant des mois.

L'un de ces fournisseurs allemands, Merck KGaA (qui n'est pas lié au fabricant pharmaceutique américain Merck & Co.), a déclaré dans un communiqué de presse du 5 février qu'il allait "accélérer considérablement la fourniture des lipides dont on a un besoin urgent", avec une livraison "vers la fin de 2021". Une deuxième société allemande, Evonik, a déclaré la semaine dernière qu'elle accélérait l'approvisionnement en lipides qui seraient disponibles au cours du second semestre de cette année.

"Ils ont de multiples dépendances envers des tiers pour l'approvisionnement en matériaux", a déclaré Andrey Zarur, directeur général de GreenLight Biosciences, une société de biotechnologie qui travaille sur son propre vaccin à ARNm.

Les dirigeants de l'industrie ont également souligné les goulots d'étranglement potentiels dans la production de certains nucléotides et plasmides d'ADN (qui fournissent le modèle de l'ARNm dans le vaccin), ainsi que des agents de coiffage synthétiques qui s'attachent à l'extrémité d'une chaîne d'ARNm. Les molécules de coiffage synthétiques sont produites sous brevet par une seule société, TriLink, à San Diego.

Le prix de catalogue de TriLink pour l'agent de plafonnement est de 197 dollars pour seulement 0,0012 gramme, selon son site web, bien qu'elle dise proposer des prix de gros. La société mère de TriLink, Maravai, est entrée en bourse en novembre, alors que la frénésie pour ses produits augmentait. Elle a levé 1,6 milliard de dollars. TriLink, par l'intermédiaire de la société mère, a refusé de commenter. Elle a déclaré dans un communiqué de presse en août qu'elle augmenterait la capacité de ses installations de San Diego pour fabriquer davantage de matières premières pour l'ARNm.

Augmenter la production de l'agent de coiffage de l'ARN de TriLink n'est pas difficile, cela ne demande que plus d'espace et d'équipement, a déclaré Anton McCaffrey, un co-inventeur de l'agent de coiffage qui a récemment quitté TriLink.

"Je pense que c'est surmontable, facilement", a-t-il dit. "Du point de vue de la fabrication de ce produit chimique, vous mettez des ressources derrière lui et cela ne va pas retarder les choses".

Le succès des vaccins pour le nouveau coronavirus donne un élan aux projets de médicaments qui s'appuieront sur les nanoparticules de lipides pour acheminer l'ARN vers les cellules humaines.

Des recherches sont en cours pour utiliser les nanoparticules de lipides pour les mécanismes d'acheminement dans une variété de vaccins et de thérapies géniques, y compris dans l'immunothérapie du cancer. Les nouvelles capacités de production de vaccins contre les coronavirus profiteront à terme à ces nouvelles thérapies, ont déclaré les scientifiques.

"Cela va totalement changer l'industrie pharmaceutique pour les années à venir", a déclaré Michael Mitchell, un chercheur principal qui dirige un laboratoire de bio-ingénierie de l'université de Pennsylvanie travaillant sur des projets d'immunothérapie du cancer et de vaccins.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Tant que les vaccins sont multi-injection, le rapport entre le nombre de premier injectés et de double injectés est un bon critère d'analyse de la maturité de la campagne de vaccination (en terme de processus).

Après, le rapport entre le nombre d'injectés et la taille de la population est le signe d'un effort particulier, mais c'est surtout la marque d'une disponibilité en volume des produits de vaccination, plus qu'un signe d'efficacité.

Ce sont, finalement, deux métriques différentes et l'idéal est de les maintenir hautes toutes les deux.

Link to comment
Share on other sites

Citation

Après, le rapport entre le nombre d'injectés et la taille de la population est le signe d'un effort particulier, mais c'est surtout la marque d'une disponibilité en volume des produits de vaccination, plus qu'un signe d'efficacité.

Effectivement

Parceque comparer Israel (9 millions d'habitants) et n'importe quel pays gros européen (double, triple, quadruple de population et je ne parle pas des gros) avec juste le pourcentage de population vaccinée n'a pas de sens

4,5 millions en Israel va tout de suite donner un gros pourcentage (50%)

4.5 millions pour l'Allemagne, la GB ou la France donnerait tout de suite moins de 7-8% de vaccinés .....

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Akhilleus a dit :

Effectivement

Parceque comparer Israel (9 millions d'habitants) et n'importe quel pays gros européen (double, triple, quadruple de population et je ne parle pas des gros) avec juste le pourcentage de population vaccinée n'a pas de sens

4,5 millions en Israel va tout de suite donner un gros pourcentage (50%)

4.5 millions pour l'Allemagne, la GB ou la France donnerait tout de suite moins de 7-8% de vaccinés .....

Oui mais un pays avec une population X fois plus petite, a bien souvent des infrastructures / budgets / capacités X fois plus petites. Au premier ordre en tout cas.

Donc la performance d'Israël reste quand même impressionnante !

Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, Delbareth a dit :

Oui mais un pays avec une population X fois plus petite, a bien souvent des infrastructures / budgets / capacités X fois plus petites. Au premier ordre en tout cas.

Donc la performance d'Israël reste quand même impressionnante !

Oui mais non parce que ce qui coince le plus chez nous c'est essentiellement la dispo du vaccin et en 2 les règles incroyablement lourdes fixées par l'autorité adm pour les procédures d'injection ...

Si on avait les doses disponibles injectables par n'importe quel dispensaire pourvu d'une équipe d'infimiers ou de pharmagos piquant à la chaîne on ne serait pas à 7/8% de vaccinés

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, pascal a dit :

Oui mais non parce que ce qui coince le plus chez nous c'est essentiellement la dispo du vaccin et en 2 les règles incroyablement lourdes fixées par l'autorité adm pour les procédures d'injection ...

Si on avait les doses disponibles injectables par n'importe quel dispensaire pourvu d'une équipe d'infimiers ou de pharmagos piquant à la chaîne on ne serait pas à 7/8% de vaccinés

Point 1 oui. Et Israël a payé plus cher ses vaccins et promis des datas en échange d'être servis avant tout le monde.

Point 2 non pas du tout. Regarde le nombre de doses dont on dispose (par exemple ici : https://covidtracker.fr/vaccintracker/) la simplification administrative ne changerait pas grand chose au pourcentage. Attention, je ne dis pas que ce ne serait pas bien, ou que ce ne sera jamais utile, mais là maintenant et sur cette observable ci ça ne changerait rien.

Edit : Waouh je viens de voir sur covidtracker que les livraisons vont (enfin) pas mal décoller en avril.

Edited by Delbareth
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Autres détails sur les vaccins à nanoparticules lipidiques :

https://qz.com/1948132/the-first-covid-19-vaccines-have-changed-biotech-forever/ (22 décembre 2020)

Cela n'a pas été un processus facile. Pour que les acides nucléiques se lient aux graisses, ils ont besoin de charges opposées, comme un aimant. Mais les acides nucléiques ont tous une charge négative, et les graisses chargées positivement n'existent pas dans la nature. Au début des années 1990, le biophysicien Philip Felgner de l'université de Californie à Irvine a inventé en laboratoire une particule lipidique chargée positivement, mais chez les êtres vivants, cela ne fonctionnait pas : "Les lipides cationiques sont tout simplement très toxiques", dit Cullis. "Ils déchirent les membranes".

Finalement, Cullis et son équipe de l'université de Colombie-Britannique ont travaillé avec Inex Pharmaceuticals (aujourd'hui Tekmira Pharmaceuticals), Alnylam Pharmaceuticals et Acuitas Therapeutics pour trouver une solution (Pieter [Cullis] a cofondé Inex et Acuitas) : Ils pouvaient lier l'acide nucléique chargé négativement à la particule lipidique chargée positivement dans une solution légèrement acide. Ensuite, ils pourraient augmenter le pH pour le rendre plus neutre, comme à l'intérieur de notre corps, tout en ajoutant quelques globules de graisse supplémentaires pour entourer l'emballage. L'ARNm restait attaché et intact, et la couche protectrice de lipides à l'extérieur n'endommageait pas la membrane cellulaire.

Alnylam Pharmaceuticals, par exemple, a mis au point un médicament, appelé Onpattro, qui traite l'amylose à médiation par la transthyrétine, une maladie génétique qui détériore les tissus du cœur. Elle est causée par une protéine déformée formée dans le foie. Au lieu de contenir de l'ARNm, il contient de l'ARN silencieux, ou ARNsi. Ce code indique aux cellules du foie de ne pas produire la protéine défectueuse associée à la maladie.

"La réalité est que nous avons eu de la chance", dit Cullis. Lorsque son groupe a conçu son médicament pour les cellules du foie, ils ont découvert qu'une protéine appelée lipoprotéine APOE se fixait presque immédiatement à leurs nanoparticules lipidiques, ce qui l'aidait à atteindre les cellules du foie dont elle avait besoin. Ce n'était pas une chose pour laquelle ils avaient intentionnellement conçu leurs particules. (Aucune donnée n'a été recueillie pour savoir si ce même processus aide l'ARNm des vaccins Covid-19 à pénétrer dans nos cellules, mais il est probable que c'est le cas).

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, kalligator a dit :

C est a quel moment que la vaccination devrait influer sur la courbe d'infection en Israël ?

Sur worldometers, c'est le cas depuis plus d'un mois : depuis fin janvier, le nombre de nouveaux cas a été divisé par deux.

Link to comment
Share on other sites

Hot from the press, l'annonce d'une étude de l'institut Pasteur qui sera sans doute très commentée demain dans les médias https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20210224.OBS40624/17-des-francais-de-plus-de-20-ans-ont-ete-infectes-par-le-covid-19-selon-l-institut-pasteur.html

Quote

17 % des Français de plus de 20 ans ont été infectés par le Covid-19 selon l’institut Pasteur

Un quart des 20-29 ans ont été contaminés, contre à peine 10 % des plus de 70 ans.

Ce n’est pour l’instant qu’une estimation, mais qui a toute son utilité. Selon l’institut Pasteur, environ 17 % des adultes de plus de 20 ans en France métropolitaine ont été infectés par le Covid-19.

L’étude, parue ce mercredi 24 février, se fonde sur le nombre de personnes hospitalisées par région et par tranche d’âge, ainsi que sur une « estimation des probabilités d’être hospitalisé lorsqu’on est infecté ». Elle permet ainsi « d’apprécier la proportion de la population qui pourrait avoir acquis une immunité (au moins partielle et de court terme) contre le SARS-CoV-2 suite à une infection naturelle ».

Résultat : l’Ile-de-France semble être la région la plus touchée, avec près de 30 % de sa population infectée depuis le début de l’épidémie. Au contraire, la côte Ouest semble avoir été la plus épargnée. L’étude montre également de grandes disparités entre les classes d’âge. Alors qu’un peu plus de 10 % des personnes âgées de 70 ans et plus ont été contaminées, près d’un quart des 20-29 ans ont été contaminés par le Covid-19.

« Il faut bien faire attention à l’interprétation de ces estimations », prévient toutefois l’institut, qui rappelle que « si l’infection confère sans doute une immunité sur le court terme, il est possible que cette dernière s’estompe avec le temps ».

 

Edited by Rivelo
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Delbareth a dit :

Oui mais un pays avec une population X fois plus petite, a bien souvent des infrastructures / budgets / capacités X fois plus petites. Au premier ordre en tout cas.

Donc la performance d'Israël reste quand même impressionnante !

On parle d'Israel

Pays tres bien placé pour les entreprises et les structures de santé (et pour cause ils ont un reseau prevu pour des cas de guerre), en pointe sur les tech medicales, les biotech et la formation des personnels de santé. On parle pas des Vanuatu ou de la Mongolie ....

Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, kalligator said:

Et pas d augmentation du pourcentage de mutant ?

On est passé de 8000 nouveaux cas jour à 3000 ... du 15 janvier à aujourd'hui ... avec seulement 35% de la "population" ayant reçu sa deuxième dose.

En Israël ils ont le variant "ougandais" ... mais ca n'a pas l'air de les tracasser plus que ça.

Accessoirement les règles sanitaires sont maintenu ... mais ils ont débuté leur déconfinement. Et se préparent à un 4e confinement si les fêtes juives déclenche une recrudescence de l'épidémie.

Le problème aujourd'hui en Israël c'est surtout de motiver les gens à se faire vacciner ... il y a pas mal de réticence pour ceux qui ne l'on pas encore fait ... et des drames. Récemment plusieurs femmes enceintes sont mortes du covid "variant anglais" notamment.

Pour faire simple aujourd'hui il y a plus de gens qui reçoivent la seconde injection que gens qui viennent pour la premier. Alors qu'on est toujours à 120 000 vaccinations par jour.

Link to comment
Share on other sites

2eme dose hier! je suis invinnnnciiiible...(boris inside, pour ceux qui se rappellent de golden eye) oui bon enfin invincible dans une semaine, et si les vilains variants bresilien sur africains ou autres restent a distance...aller me gachez pas ma bonne humeur, je vais aller danser a poil en rave party, na!!

 

Serieusement: vaccin pfizer, j'avais eu 38°C deux jour avec la premiere dose, la c'est la patate à 24 h. ras!

Edited by Ben
  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Ben a dit :

Serieusement: vaccin pfizer, j'avais eu 38°C deux jour avec la premiere dose, la c'est la patate à 24 h. ras!

À chaque organisme ses réactions. Ma fille ainée a passé la première injection comme une fleur, et elle a fait 2 jours avec un petit train de fièvre en V et avec une grosse douleur à l'épaule après la seconde dose.

Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...