Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Coronavirus - Covid 19


Recommended Posts

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-transition-du-jour/inquietude-dans-la-recherche-penurie-de-singes-dans-les-laboratoires-4755580 (10 septembre 2022)

Pénurie de singes dans les laboratoires

00:45 Emmanuel Procyk  : En 2020 tous les imports-exports d'animaux se sont arrêtés pour des raisons sanitaires. (...) La fermeture des imports-exports a perduré. Il faut savoir que la Chine était le principal éleveur de primates, en particulier de macaques à longue queue. Et donc ça a un peu bloqué les recherches biomédicales dans la plupart des pays occidentaux. Et ça perdure, parce que la Chine continue à bloquer ses exports malgré l'augmentation d'utilisation de ces animaux dans ses propres laboratoires, en Chine. L'Europe et les Etats-Unis sont maintenant en situation assez critique pour ça.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites


Quelle anticipation depuis deux ans,  pourquoi ne pas avoir monter des filières ailleurs et en faire l'élevage pour en finir une fois pour toute avec cette dépendance ?
La facilité, certainement financière et la bonne excuse pour expliquer les retards dans la recherche probablement.
 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

9 hours ago, MIC_A said:

Quelle anticipation depuis deux ans,  pourquoi ne pas avoir monter des filières ailleurs et en faire l'élevage pour en finir une fois pour toute avec cette dépendance ?
La facilité, certainement financière et la bonne excuse pour expliquer les retards dans la recherche probablement.

Je sais pas si tu sais, mais aujourd'hui des abrutis veulent qu'on ferme les zoo ... et qu'on relâche leur animaux dans le ballon d'Alsace ... parce que la nature naturelle de la genèse de l’Éden toussa toussa, un peu plus ils nous la font Jurassic Park ...

Alors élever des animaux de laboratoire en France, tu finis au bucher direct!

Il n'y a même plus de souris dans les écoles pour le cours de biologie ... maintenant tu fais de mythobio sur meta ...

  • Haha 2
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Hypsen a dit :

Pour se lancer dans un élevage de singes de laboratoire en France, il vaut mieux mettre un casque pour la volée de bois vert. :biggrin:

Pour avoir travaillé dans un centre où une des unités de recherche avait une thématique sur des primates non humains, (grands singes), je dois dire que presque 30 ans après, je reste effaré de cela :sleep:

Et était déjà bien content que mon unité puisse faire le "même" taff sur des primates humains malades - des Zohm quoi- (qui eux, ne sont bien évidemment pas sacrifiés systématiquement à l'issue de la manipulation :biggrin:)

Edited by BPCs
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

https://www.nytimes.com/interactive/2022/11/27/us/set-adrift.html (27 novembre 2022)

Pour sa femme, la transformation de M. Abdul-Rashed durant ce premier printemps et cet été de Covid avait été dévastatrice. M. Abdul-Rashed était un musulman pratiquant et un candidat au doctorat en chimie organique à l'Université de Rochester, recherchant de nouvelles techniques pour construire des molécules complexes. Au printemps 2019, il remportait déjà des prix, s'apprêtait à publier dans une revue à comité de lecture et travaillait à promouvoir la diversité dans l'enseignement des sciences. "Il était charmant et drôle", a déclaré sa femme, "et super intelligent, de toute évidence".

Mais à mesure que le confinement de 2020 se prolongeait, la femme de M. Abdul-Rashed a commencé à remarquer que son mari passait aussi beaucoup de temps en ligne, et que ces sessions l'agitaient. Lorsqu'elle lui demandait ce qu'il regardait, il répondait quelque chose comme "Juste des YouTubers ou autre chose". Jetant un coup d'œil par-dessus son épaule de temps en temps, elle a vu des vidéos "plandémiques" sur Covid-19 et des contenus ultraconservateurs bizarres sur l'emprise de Satan sur le gouvernement.

M. Abdul-Rashed a connu des hauts et des bas dans son état perturbé, poursuivant ses recherches en chimie organique et étant un conjoint attentif un jour, puis sombrant davantage dans la paranoïa et le découragement le lendemain.

À la mi-août, il a rencontré sa conseillère, Mme Alison Frontier, professeur de chimie. Assis sous un chêne géant du campus, M. Abdul-Rashed est allé droit au but. "Je veux démissionner du programme", a-t-il dit à Mme Frontier. Il en avait fini avec le monde universitaire et devait se concentrer sur d'autres choses, à savoir diffuser des informations sur le plan de Satan pour contrôler l'humanité, les faux vaccins et l'apocalypse imminente. Mme Frontier était désemparée, et elle se souvient avoir pensé : "Voilà un scientifique qui comprend le fonctionnement des vaccins. Comment cela peut-il se produire ? Comment la science est-elle soudainement jetée par la fenêtre en faveur de la volonté d'hommes malveillants de contrôler le monde ?".

Sur YouTube, Matthew Mellow a demandé aux gens de le rejoindre dans le Pacifique Sud pour reconstruire le royaume du Christ.

Les trois hommes semblaient partager une vision du monde selon laquelle Satan avait déclenché un plan pour détruire la société, et la pandémie en était la preuve. Alors que leur conviction se transformait en ferveur, ils ont décidé que la situation exigeait - que Dieu exigeait - une action spectaculaire. M. Abdul-Rashed et M. Danian se sont rendus à Hawaï pour entrer en contact avec M. Mellow, leur guide spirituel et chef de l'expédition dans le Pacifique. L'exode était lancé.

Le matin du 6 octobre 2020, avec M. Danian et M. Abdul-Rashed à bord, M. Schmidt s'est penché sur la proue de son bateau, le Zulu Time, a levé l'ancre et s'est lancé dans un voyage de près de 3 000 milles vers Rarotonga, dans les îles Cook.

Le 23 octobre, à deux semaines et à environ 2 000 miles d'Hawaï, les capitaines ont appris qu'en raison de l'aggravation de la pandémie, les ports des îles Cook étaient fermés. Ils ont continué à suivre la même route pendant quelques jours, en espérant que les autorités leur accorderaient une sorte d'exception à la règle d'interdiction d'entrée. Aucune allocation n'a été accordée, et vers le 28 octobre, M. McKinley a mis le cap à l'est sur Bora Bora en Polynésie française, à 300 milles de plus. M. Schmidt l'a suivi à contrecœur.

Le matin du 5 novembre, après six jours de zigzag en direction de Bora Bora avec des progrès très limités, M. Schmidt a fait virer son bateau pour commencer à naviguer vers l'ouest, en direction de Pago Pago dans les Samoa américaines.

À ce stade, M. Schmidt savait très bien que ses passagers avaient peur de subir le test Covid. Ils croyaient que le test - pas le vaccin, mais simplement le test - couperait leur lien avec Dieu et les unirait à Satan.

M. Schmidt était en phase avec les jeunes chercheurs lorsqu'il s'agissait de la peur de Big Brother et des vaccins, mais le fait de redouter que les agents portuaires brandissent des écouvillons nasaux a semblé à M. Schmidt un peu détraqué. "J'ai essayé de leur faire entendre raison jusqu'à ce que j'en sois tout bleu", m'a-t-il dit plus tard.

Après l'arrêt avorté à Pago Pago, le trio à bord du Zulu Time avait désespérément besoin d'un endroit où faire escale. Le monde était essentiellement fermé, et le bateau allait bientôt manquer de nourriture et d'eau. Le 18 novembre, un ami de retour à Hawaï a suggéré par texto à M. Schmidt de continuer à parcourir environ 500 miles plus à l'ouest, avec le vent, jusqu'à Wallis et Futuna.

Dix jours plus tard, M. Schmidt fait naviguer le Zulu Time dans l'étroit canal situé à l'extrémité sud de l'île principale, Wallis. Le courant était fort, et le bateau avançait à vive allure, flanqué de récifs peu profonds et déchiquetés.

M. Abdul-Rashed était "très nerveux et inquiet", a déclaré plus tard M. Schmidt à la police. Et M. Danian, a-t-il dit, "était comme un soldat qu'on fait sauter en parachute à la guerre".

Soudain, avant que M. Schmidt ne réalise ce qui se passait, M. Abdul-Rashed a émergé. Agité mais résolu, il a sauté du côté bâbord dans l'eau. Un moment plus tard, M. Danian est apparu, marmonnant "Désolé pour ça", et a sauté aussi.

  • Confused 2
  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, collectionneur a dit :

Il manque la fin de l'article . J'espère que les gendarmes locaux ont traités ces clandestins comme il se doit.

Après une enquête de quatre mois comprenant des entretiens, l'examen des données météorologiques, des recherches sous-marines, des analyses d'ADN et des expertises numériques, les autorités locales ont conclu que l'explication la plus probable était que M. Danian et M. Abdul-Rashed avaient effectivement sauté du bateau et avaient été emportés en mer.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Wallaby a dit :

https://www.nytimes.com/interactive/2022/11/27/us/set-adrift.html (27 novembre 2022)

Pour sa femme, la transformation de M. Abdul-Rashed durant ce premier printemps et cet été de Covid avait été dévastatrice. M. Abdul-Rashed était un musulman pratiquant et un candidat au doctorat en chimie organique à l'Université de Rochester, recherchant de nouvelles techniques pour construire des molécules complexes. Au printemps 2019, il remportait déjà des prix, s'apprêtait à publier dans une revue à comité de lecture et travaillait à promouvoir la diversité dans l'enseignement des sciences. "Il était charmant et drôle", a déclaré sa femme, "et super intelligent, de toute évidence".

Mais à mesure que le confinement de 2020 se prolongeait, la femme de M. Abdul-Rashed a commencé à remarquer que son mari passait aussi beaucoup de temps en ligne, et que ces sessions l'agitaient. Lorsqu'elle lui demandait ce qu'il regardait, il répondait quelque chose comme "Juste des YouTubers ou autre chose". Jetant un coup d'œil par-dessus son épaule de temps en temps, elle a vu des vidéos "plandémiques" sur Covid-19 et des contenus ultraconservateurs bizarres sur l'emprise de Satan sur le gouvernement.

M. Abdul-Rashed a connu des hauts et des bas dans son état perturbé, poursuivant ses recherches en chimie organique et étant un conjoint attentif un jour, puis sombrant davantage dans la paranoïa et le découragement le lendemain.

À la mi-août, il a rencontré sa conseillère, Mme Alison Frontier, professeur de chimie. Assis sous un chêne géant du campus, M. Abdul-Rashed est allé droit au but. "Je veux démissionner du programme", a-t-il dit à Mme Frontier. Il en avait fini avec le monde universitaire et devait se concentrer sur d'autres choses, à savoir diffuser des informations sur le plan de Satan pour contrôler l'humanité, les faux vaccins et l'apocalypse imminente. Mme Frontier était désemparée, et elle se souvient avoir pensé : "Voilà un scientifique qui comprend le fonctionnement des vaccins. Comment cela peut-il se produire ? Comment la science est-elle soudainement jetée par la fenêtre en faveur de la volonté d'hommes malveillants de contrôler le monde ?".

Sur YouTube, Matthew Mellow a demandé aux gens de le rejoindre dans le Pacifique Sud pour reconstruire le royaume du Christ.

Les trois hommes semblaient partager une vision du monde selon laquelle Satan avait déclenché un plan pour détruire la société, et la pandémie en était la preuve. Alors que leur conviction se transformait en ferveur, ils ont décidé que la situation exigeait - que Dieu exigeait - une action spectaculaire. M. Abdul-Rashed et M. Danian se sont rendus à Hawaï pour entrer en contact avec M. Mellow, leur guide spirituel et chef de l'expédition dans le Pacifique. L'exode était lancé.

Le matin du 6 octobre 2020, avec M. Danian et M. Abdul-Rashed à bord, M. Schmidt s'est penché sur la proue de son bateau, le Zulu Time, a levé l'ancre et s'est lancé dans un voyage de près de 3 000 milles vers Rarotonga, dans les îles Cook.

Le 23 octobre, à deux semaines et à environ 2 000 miles d'Hawaï, les capitaines ont appris qu'en raison de l'aggravation de la pandémie, les ports des îles Cook étaient fermés. Ils ont continué à suivre la même route pendant quelques jours, en espérant que les autorités leur accorderaient une sorte d'exception à la règle d'interdiction d'entrée. Aucune allocation n'a été accordée, et vers le 28 octobre, M. McKinley a mis le cap à l'est sur Bora Bora en Polynésie française, à 300 milles de plus. M. Schmidt l'a suivi à contrecœur.

Le matin du 5 novembre, après six jours de zigzag en direction de Bora Bora avec des progrès très limités, M. Schmidt a fait virer son bateau pour commencer à naviguer vers l'ouest, en direction de Pago Pago dans les Samoa américaines.

À ce stade, M. Schmidt savait très bien que ses passagers avaient peur de subir le test Covid. Ils croyaient que le test - pas le vaccin, mais simplement le test - couperait leur lien avec Dieu et les unirait à Satan.

M. Schmidt était en phase avec les jeunes chercheurs lorsqu'il s'agissait de la peur de Big Brother et des vaccins, mais le fait de redouter que les agents portuaires brandissent des écouvillons nasaux a semblé à M. Schmidt un peu détraqué. "J'ai essayé de leur faire entendre raison jusqu'à ce que j'en sois tout bleu", m'a-t-il dit plus tard.

Après l'arrêt avorté à Pago Pago, le trio à bord du Zulu Time avait désespérément besoin d'un endroit où faire escale. Le monde était essentiellement fermé, et le bateau allait bientôt manquer de nourriture et d'eau. Le 18 novembre, un ami de retour à Hawaï a suggéré par texto à M. Schmidt de continuer à parcourir environ 500 miles plus à l'ouest, avec le vent, jusqu'à Wallis et Futuna.

Dix jours plus tard, M. Schmidt fait naviguer le Zulu Time dans l'étroit canal situé à l'extrémité sud de l'île principale, Wallis. Le courant était fort, et le bateau avançait à vive allure, flanqué de récifs peu profonds et déchiquetés.

M. Abdul-Rashed était "très nerveux et inquiet", a déclaré plus tard M. Schmidt à la police. Et M. Danian, a-t-il dit, "était comme un soldat qu'on fait sauter en parachute à la guerre".

Soudain, avant que M. Schmidt ne réalise ce qui se passait, M. Abdul-Rashed a émergé. Agité mais résolu, il a sauté du côté bâbord dans l'eau. Un moment plus tard, M. Danian est apparu, marmonnant "Désolé pour ça", et a sauté aussi.

TU as un point en nous mettant cet article? Des individus qui font un épisode psychotique qui mène au suicide c'est finalement banal non?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, nemo a dit :

TU as un point en nous mettant cet article? Des individus qui font un épisode psychotique qui mène au suicide c'est finalement banal non?

Le point c'est peut-être cela : les considérer comme des malades et non comme autre chose nous permet d'avoir un regard un peu plus bienveillant sur eux.

2e point c'est de très bonne facture comme journalisme : une enquête où le journaliste est allé jusqu'au bout du monde pour interviewer tous les témoins qu'il pouvait sur une affaire, et qui rassemble ses informations dans un récit bien écrit, qui tient en haleine le lecteur.

L'auteur : https://en.wikipedia.org/wiki/David_Wolman

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Aussi, un peu comme les bons romanciers le font vis à vis de leurs personnages, il ne leur impose pas son jugement. Il se contente de peindre la réalité sans la teinter par ses propres inclinations, laissant le lecteur le soin de se faire sa propre idée. Même sur la question médicale, il ne pose pas de diagnostic. Il garde sa distance, il n'empiète pas sur le domaine du médecin. Il dit des faits qui suggèrent des choses, mais il n'outrepasse pas son rôle de rapporteur, le plus fidèle possible, du réel.

Autre point, on voit comment l'Océanie continue d'exercer sa fascination sur l'Amérique, et l'Occident en général, en tant que mers où l'on prend sa liberté - avec les risques encourus - et îles vierges de tout ce qu'on peut rejeter de la civilisation et où l'on peut rêver de réinventer le monde, de faire tabula rasa, depuis le Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot jusqu'au séjour de Paul Gauguin aux Marquises en passant par le kitsch du tiki-style dont s'est emparé le divertissement dans la culture populaire américaine au XXe siècle.

Si vous lisez l'article complet, vous verrez que le troisième protagoniste de cette odyssée a atterri à Huahine, à côté de Bora-Bora.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Quelques données communiquées par le NHC sur cette vague de COVID-19 dans la ville de Guangzhou (capitale de la province du Guangdong, population 19 millions), depuis le 22 Octobre jusqu'au 29 Novembre inclus :

http://wjw.gz.gov.cn/ztzl/xxfyyqfk/yqtb/content/post_8688725.html

Citation

截至2022年11月29日24时,全市累计报告新冠肺炎阳性感染者159185例。确诊病例24820例(境外输入2882例、本土21938例),尚在院治疗11486例(轻型454例、普通型11028例、重型4例);无症状感染者134365例(境外输入3815例、本土130550例),尚在医学观察95930例。

 

  • 159,185 cas positifs au total, dont
    • 134,365 asymptomatiques (84,41%)
    • 24,820 cas confirmés (15,59%)
      • Parmis lesquels 11,486 cas sont actuellement hospitalisés :
        • forme bénigne 11,028 cas
        • forme légère 454 cas
        • forme grave 4 cas
           
  • 0 cas décès
     
  • 95,930 personnes sont en observation médicale

L'état de vaccination dans la ville n'est pas connu (du moins je ne le connais pas).

Henri K.

Edited by Henri K.
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Henri K. a dit :

Quelques données communiquées par le NHC sur cette vague de COVID-19 dans la ville de Guangzhou (capitale de la province du Guangdong, population 19 millions), depuis le 22 Octobre jusqu'au 29 Novembre inclus :

http://wjw.gz.gov.cn/ztzl/xxfyyqfk/yqtb/content/post_8688725.html

 

  • 159,185 cas positifs au total, dont
    • 134,365 asymptomatiques (84,41%)
    • 24,820 cas confirmés (15,59%)
      • Parmis lesquels 11,486 cas sont actuellement hospitalisés :
        • forme bénigne 11,028 cas
        • forme légère 454 cas
        • forme grave 4 cas
           
  • 0 cas décès
     
  • 95,930 personnes sont en observation médicale

L'état de vaccination dans la ville n'est pas connu (du moins je ne le connais pas).

Henri K.

Intéressant ! Une question d'abord : ont-ils testé tout le monde durant ces semaines-là comme souvent où seulement une large population susceptible d'avoir été approchée par le virus ?

Une remarque ensuite : on n'a pas les âges, or l'âge est un facteur déterminant dans la sévérité de l'affection. Les vieux sont-ils sur-représentés dans les positifs ?

Enfin, sur ces 1,5% de la population positifs, il est bien étonnant qu'aucun décès d'une personne affectée n'ait été enregistré (même si le Covid n'est pour rien dans le décès). Dans les chiffres présentés en France, a été dit à répétition que la distinction n'était pas faite entre "décès dû au Covid" et "décès d'une personne atteinte du Covid mais morte d'autre chose". J'ignore si ça a changé mais à tout le moins peut-on dire que les comparaisons ne seront pas simples.

Et enfin : que sont ces "95,930 personnes [...] en observation médicale" ? Ca fait beaucoup d'asymptomatiques dans le lot ! Est-ce la somme de tout ceux qui l'ont été ou le chiffre de personnes à l'isolement pour suspicion de Covid au 29 novembre ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Boule75 a dit :

Intéressant ! Une question d'abord : ont-ils testé tout le monde durant ces semaines-là comme souvent où seulement une large population susceptible d'avoir été approchée par le virus ?

Une remarque ensuite : on n'a pas les âges, or l'âge est un facteur déterminant dans la sévérité de l'affection. Les vieux sont-ils sur-représentés dans les positifs ?

Enfin, sur ces 1,5% de la population positifs, il est bien étonnant qu'aucun décès d'une personne affectée n'ait été enregistré (même si le Covid n'est pour rien dans le décès). Dans les chiffres présentés en France, a été dit à répétition que la distinction n'était pas faite entre "décès dû au Covid" et "décès d'une personne atteinte du Covid mais morte d'autre chose". J'ignore si ça a changé mais à tout le moins peut-on dire que les comparaisons ne seront pas simples.

Et enfin : que sont ces "95,930 personnes [...] en observation médicale" ? Ca fait beaucoup d'asymptomatiques dans le lot ! Est-ce la somme de tout ceux qui l'ont été ou le chiffre de personnes à l'isolement pour suspicion de Covid au 29 novembre ?

Il n'y a pas plus d'information dans le communiqué journalier.

Oui, on remarque beaucoup d'asymptomatiques, ces chiffres resortent justement parce qu'ils testent tout le monde dans les zones classées "à haut risque". De mémoire suivant le 9e édition de guideline c'est 1 test PCR par jour durant 3 jours d'affilé.

On remarque aussi que les cas bénins sont aussi admis à l'hôpital pour être suivi, au lieu de les laisser chez eux ce qui pourrait se transformer en forme grave ou pire. Ce qui pourrait expliquer pourquoi le nombre de mort est faible. Mais il y a de morts dans cette nouvelle vague ailleurs dans d'autres régions en Chine.

"Observation médicale" est me semble-t-il des gens classés "cas contact". A confirmer.

Pour le taux de mortalité, ce que les Chinois surveillent de très près est ce qu'on appelle la "surmortalité". Chose que les autres pays et organismes commencent aussi à suivre https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/global-excess-deaths-associated-with-the-COVID-19-pandemic

Les chiffres par pays peuvent être téléchargés ici : https://www.who.int/data/sets/global-excess-deaths-associated-with-covid-19-modelled-estimates

il faut toutefois bien lire tout dans le premier lien pour pouvoir bien comprendre les chiffres dans le deuxième lien. (Juste un conseil d'ami, car les chiffres c'est bien mais ils peuvent être interprétés différemment.)

Je préfère regarder la surmortalité que des chiffres de cas décès communiqués par les autorités (chinoise ou pas).

Henri K.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il est certain qu'avec zéro mort, le système de compta est différent de chez nous ( ou forcément une personne fragile multi pathologique qui décède sous statut covid+ est comptabilisée, alors qu'en Chine le covid doit être considéré comme LA cause de décès )

La surmortalité en Chine est de zéro, mais en soi ( Chine ou d'autres pays à zéro de surmortalité ), c'est déjà un indice qu'en réalité il y en a un peu par la maladie. Avec moins de transport il y a moins de décès sur la route, avec les usines fermées il y a moins d'accidents du travail, etc...

La surmortalité arrivera un jour en Chine, forcément et absolument, la question est juste...quand ?? Même avec un super méga vaccin, le covid reste un élément aggravant sur un sujet fragile. Avec une pandémie, la faucheuse emporte néanmoins la fraction la plus fragile de la population, mais il est attendu que dans les années suivantes on observe un rebond ( les trés fragiles décèdent quelques années plus tôt que "normalement" ) mais du coup les années suivantes il y a moins de trés fragiles.

Link to comment
Share on other sites

Question ouverte:

C'est la saison des rappels vaccinaux (pour les > 60 ans, et aussi pour l'entourage de personnes fragiles).

1) Est-ce qu'il y a  déjà des études en live (pas juste les essais cliniques) qui permettent d'orienter le choix du vaccin de rappel ?
(protection contre les derniers variants XBB, BQ1, effets secondaires, etc)

Je pencher vers les 4 vaccins bivalents commercialisés, mais je suis ouvert aux RETEX du terrain.

Comirnaty Original/Omicron BA.1
Comirnaty Original/Omicron BA.4-5
Spikevax bivalent Original/ Omicron BA.1.
Spikevax bivalent Original/Omicron BA.4/BA.5 (validé le 9 novembre)

-------------------------------------------

2) Autre question ouverte.
Pour les personnes peu vulnérables (et vaccinées 3 fois), est-ce qu'il y a une étude sur la protection longue durée contre les cas graves ?

Je ne parle pas de protection contre l'infection (car le taux d'anticorps est très faible après 6 mois).
Mais quid de l'immunité hors anticorps ?

-----------------------

3) Sinon, pour ceux qui se perdent dans la soupe des variants, voici un arbre phylogénétique des principaux variants:
(avec leur "avantage" de propagation par rapport aux BA.1, BA.2 , etc)

https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2022/11/28/covid-19-comment-omicron-a-t-il-evolue-depuis-son-emergence-il-y-a-un-an/

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, rogue0 a dit :

Pour les personnes peu vulnérables (et vaccinées 3 fois), est-ce qu'il y a une étude sur la protection longue durée contre les cas graves 

Du point de vue épidémio, c'est maintenant quasi impossible à mener.

Il faudrait comparer en vis à vis 2 populations, les 2 étant enfermées dans des grottes depuis 2 ans et demi, une sans vacc et l'autre triplement vacc, et étant sûr que chacun n'aurait pas été au préalable été en contact avec le virus naturel. Tu vois le challenge.

Quand les Ac présents sont dépassés car pas assez nombreux ou inexistants, on fait appel à la défense mémoire, et là, déjà, le "un peu" vulnérable va le sentir passer.

Les petits centiles les plus faibles sont déja partis. Les gros déciles les plus robustes sont toujours là, qu'ils aient été vacc ou pas ( avec cependant plus de proba d'encombrer les labo, les généralistes, ou les services hospitaliers en étant non vacc ).

La question majeure en fait, c'est la définition du "peu vulnérable" qui est souvent autodiagnostiqué, mais parfois à tord. Bogdanov pourrait en parler, enfin non il ne peut plus. 

Il faut maintenant accepter que nous sommes dans une situation à virus endémique, variable rapidement, et avec des vaccins à efficacité disons "moyenne". Comme la grippe, même si le // avec la grippe était faux au départ et complètement regrettable. Il ne faut pas attendre du blanc ou du noir, nous sommes plus que jamais dans le gris. Si le vacc te remonte les Ac ( qui seront cependant moyennement efficace sur la souche rencontrée ) pendant 3 mois, alors pendant ces 3 mois tu aura un mauvais rhume ( au lieu d'etre d'équerre pendant 15 jours ), ou tu sera trés fatigué chez toi en évitant l'hosto, donc tu as des chances de gagner un palier de gravité. 

Pour être clair jusqu'au bout: je suis pro vacc sans l'ombre d'un doute. 3eme injection en février, puis malade en septembre. J'attends un peu.

Un copain prof, 50 piges, se croyait peu vulnérable. 3eme vacc à peu prés comme moi. Covid cet été, pas facile. Covid en octobre, il y est encore, il n'en sort pas. 

J'ai pas mal lâché l'affaire sur les publis depuis 6 mois, au moins en épidémio, car c'est maintenant truffé de tellement de biais ( impossibles à surmonter en pratique ) que çà veut plus dire grand chose. Visiblement, l'industrie du vaccin a lâché l'affaire aussi.

En théorie, on pourrait recommander des vacc BA4 / 5, mais sur un arbre phylo ils sont trés proches du delta d'origine ( vacc d'origine ) et trés éloigné des variants actuels. Alors est ce que ça change vraiment qq chose....

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.welt.de/politik/deutschland/article242464953/Intensivmediziner-geben-Corona-Entwarnung-Schwerkranke-Patienten-sind-Seltenheit.html (3 décembre 2022)

La pandémie de coronavirus n'effraie plus les médecins de soins intensifs allemands. Actuellement, moins de 1000 patients infectés par le coronavirus se trouvent dans les unités de soins intensifs, a annoncé l'Association allemande interdisciplinaire de médecine intensive et d'urgence (Divi) à la fin d'un congrès à Hambourg. Il y a un an, ils étaient plus de 5500 à cette date.

La charge de patients corona dans les unités de soins intensifs, mesurée par Divi, est l'un des principaux indicateurs de la menace de la pandémie.

En outre, la très grande majorité des patients en soins intensifs Covid, majoritairement âgés, n'arrivent pas dans les services pour une corona, mais avec le virus, et y sont traités pour une autre maladie, comme le cancer par exemple. "Les patients Covid gravement malades sont plutôt rares", a rapporté le directeur de la clinique de médecine intensive de l'hôpital universitaire Eppendorf (UKE) de Hambourg, Stefan Kluge, à la fin du congrès Divi.

Parmi les raisons de la diminution des patients gravement malades atteints de la maladie de Corona, Kluge a cité, outre la vaccination préventive - "le game-changer" -, l'évolution des mutations virales. Ainsi, la variante omicron produit des évolutions nettement moins graves que la variante delta. Il y a un an, elle avait provoqué un nombre record de patients atteints de la maladie de Corona dans les unités de soins intensifs.

A l'époque également, on ne savait pas combien de ces patients avaient été admis "avec" ou "à cause" de l'infection. Kluge a annoncé à Hambourg que Divi communiquerait bientôt régulièrement ses chiffres en séparant les patients hospitalisés aux soins intensifs "avec" et "à cause" de Corona.

Selon Divi, 5800 médecins sont venus dans la ville hanséatique pour s'informer sur la situation actuelle et les perspectives de la médecine intensive - une manifestation de masse contre laquelle la majorité des personnes présentes aurait mis en garde avec insistance il y a un an. Entre-temps, du point de vue de la médecine intensive, le virus ne représente donc plus une menace aiguë pour le système de santé allemand et la prise en charge des grands malades dans les unités de soins intensifs. Le problème, selon le directeur de la chirurgie traumatologique à la clinique universitaire de Marburg, Felix Walcher, est plutôt le manque de personnel dans les cliniques.

La raison en est, entre autres, que près de 2000 lits de soins intensifs de moins qu'il y a un an peuvent actuellement être pris en charge en raison du manque de personnel, a déclaré le président du Divi, Gernot Marx, vendredi au Congress Centrum de Hambourg. La situation dans les unités de soins intensifs est "nettement tendue" dans de nombreuses régions d'Allemagne.

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

reposté du fil Chine.

Il y a 12 heures, Wallaby a dit :

https://thechinaproject.com/2022/12/08/chinas-coming-covid-tsunami/

Fin novembre, Airfinity, une société d'analyse de la santé, a publié un modèle suggérant qu'au cours des trois prochains mois, si la réglementation COVID-zéro est levée, la Chine risque de connaître 1,3 à 2,1 millions de décès dus au COVID-19, et 167 à 279 millions de cas.

Un autre modèle, publié par des scientifiques chinois en mai, prévoyait que, si les restrictions du COVID-zéro étaient assouplies, 1,55 million de résidents de la Chine mourraient dans les trois mois suivants dans "un tsunami de cas de COVID-19", avec 75% des décès chez les personnes de plus de 60 ans. Ils ont également prédit 112,2 millions de cas symptomatiques et 2,7 millions d'admissions dans les unités de soins intensifs, soit environ 15,6 fois le nombre de lits disponibles dans ces unités.

La semaine dernière, The Economist a publié une prédiction plus prudente, avec un modèle suggérant que seulement 680 000 personnes mourraient du COVID-19 si le COVID zéro était supprimé. Pourtant, même ces hypothèses optimistes reposaient sur l'hypothèse que toutes les personnes ayant besoin d'un lit en soins intensifs l'obtiendraient ("ce qui ne serait pas le cas", a souligné The Economist).

Pendant la majeure partie de l'année 2022, la Chine a omis de se préparer à un monde post-COVID-zéro, croyant apparemment que cette politique continuerait à porter ses fruits. En mai, le chef adjoint de la Commission nationale de la santé, Lǐ Bīn 李斌, a déclaré que la politique COVID-zéro était "l'arme magique" de la Chine contre le virus.

Tout portait à croire que Pékin avait l'intention de s'en tenir à la politique COVID-zéro sur le long terme. En mai, la Chine a annulé son projet d'accueillir la Coupe d'Asie de football en 2023, laissant entendre que cette politique serait toujours en vigueur à ce moment-là. Fin juillet, les bureaucrates de Pékin se sont demandé si le gouvernement devait passer de la politique COVID-zéro à une politique permettant au pays de vivre avec le virus, ce qui aurait rendu Xí Jìnpíng 习近平 "furieux".

L'un des aspects les plus étranges de la complaisance de la Chine à l'égard de ses politiques de lutte contre la pandémie est qu'en 2022, les autorités ont largement cessé de promouvoir la vaccination. Au plus fort de la campagne de vaccination, le 27 juin et le 28 décembre 2021, respectivement 1,57 % et 0,89 % de la population chinoise s'est fait vacciner en une seule journée. Mais pendant une grande partie de l'année 2022, ce chiffre est resté bien en dessous de 0,1 %.

Et fin novembre, des diplomates européens ont visité une usine censée produire des vaccins COVID-19 ; ils ont été troublés de trouver l'usine inactive, sans aucune indication que Pékin était en train d'accélérer la production. Même le 24 novembre, le Financial Times rapportait qu'un fonctionnaire anonyme proche des Centres chinois de contrôle et de prévention des maladies avait déclaré explicitement que le COVID zéro se poursuivrait : "Il n'y a aucune possibilité d'ouverture pour le moment."

EDIT Sous la pression des chinois excédés par les confinements de la politique zéro covid, le gouvernement chinois y met fin...
C'est bien pour leur santé mentale, et l'économie.

Mais très risqué sur le plan sanitaire
Fin précipitée et non préparée de la politique zéro covid en Chine (sans avoir le temps de faire des rappels de vaccin).

Les épidémiologistes occidentaux craignent entre 600k et 2M de morts
(en gros, une énorme vague de rattrapage comme à Hong Kong).

EDIT: En d'autres termes, ils risquent d'avoir le pire des deux politiques :
les coûts (mentaux et économiques) de confinements ultra stricts   , et les morts d'un déconfinement incontrôlé.

Edited by rogue0
  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

 

Le 02/12/2022 à 16:38, rogue0 a dit :

1) Est-ce qu'il y a  déjà des études en live (pas juste les essais cliniques) qui permettent d'orienter le choix du vaccin de rappel ?
(protection contre les derniers variants XBB, BQ1, effets secondaires, etc)

Bon, je me répond à moi-même, et je fais profiter

Il y a déjà un peu de littérature sur le RETEX américain des vaccins bivalents, de septembre à mi-novembre 2022.

(étude originale avec les chiffres bruts sur 360 000 personnes)

https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/71/wr/mm7148e1.htm

Chiffres d’efficacité réels aux USA (contre les variants US BA.5 et ultérieurs)
(comparés aux vaccins monovalent, ou 0,1,2 rappel de vaccin ARNm)
https://www.vidal.fr/actualites/29976-vaccins-covid-19-bivalents-quelle-efficacite-en-vie-reelle.html

Je laisse les sachants éplucher...
Disclaimer: je ne suis pas du tout médecin, et ceci n'a aucune valeur de conseil médical
(Note le seul critère est la résistance à la contamination mesurée par les tests antigéniques, pas les morts ou cas graves).


De mon interprétation personnelle, un rappel de vaccins bivalents (sans distinction Pfizer/Moderna) semble efficace :

  • face aux variants post BA5+ (encore plus si la dose précédente remonte à plus de 8 mois)
  • et plus efficace que l'absence de rappel

(par rapport à une dose de rappel monovalent classique, l'article du vidal parle d'une protection vaccinale relative rVE de +30% si rappel très récent (, et autour de +50% si vieux rappel >8mois )

En France, le rappel vaccinal semble désormais ouvert à tous les adultes (et pas seulement les +60 ans).
Le vaccin Pfizer bivalent Omicron BA.4-5 semble largement disponible en France.

Le vaccin Moderna bivalent Omicron BA.5 semble encore rare pour l'instant (autorisé il y a 1 mois), même s'il semble avoir une dose 3 fois plus forte (50 microgrammes vs 15 microgrammes pour le Pfizer).
Attention, la plupart des Moderna bivalents disponibles pour l'instant semble être le Omicron BA.1 (plus ancien) : ne pas se tromper.

Personnellement, j'ai pris le pfizer BA4-5, je ne peux pas attendre la disponibilité du Moderna Omicron BA.5
(si l'histoire se répète, le Moderna devrait être plus protecteur pour les personnes vulnérables, mais pourrait avoir des effets secondaires plus costauds que le Pfizer)
 
Il suffit d’appeler les pharmacies pour savoir quelle vaccin ils proposent
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2844274-nouveau-vaccin-covid-omicron-2022-bivalent/ 

Le 02/12/2022 à 21:12, ksimodo a dit :

Du point de vue épidémio, c'est maintenant quasi impossible à mener.

Il faudrait comparer en vis à vis 2 populations, les 2 étant enfermées dans des grottes depuis 2 ans et demi, une sans vacc et l'autre triplement vacc, et étant sûr que chacun n'aurait pas été au préalable été en contact avec le virus naturel. Tu vois le challenge.

J'étais pessimiste aussi, mais on peut toujours compter sur la conviction des vaccino-sceptiques US.
L'étude sus-citée sur 360 000 personnes comprenais 100k+ de non vaccinés, dont 30% qui se déclaraient comme jamais malades symptomatiques.

Et puis les chinois ont décidé de tester la léthalité des variants Omicron sur 1.3 milliards d'habitants mal vaccinés (ou pas du tout vaccinés).
Dommage, on n'aura jamais de chiffres fiables dessus.
(sondage informel à Pékin : 10% de 3000 expats contaminés avant décembre, 50% contaminés en 2 semaines après l'arrêt du zéro covid)
EDIT: avec 30% d'asymptomatique, et 14% de symptômes sévères sur une population moins âgée que la moyenne)

Edited by rogue0
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Inquiétant sur la réalité de l'épidémie de Covid en Chine et l'émergence de nouveaux variants :  un testing Covid sur 2 vols  arrivant à Milan de Chine indique 47% de positifs (97 sur 212). Peu étaient symptomatiques . 

M. Bertolaso (conseiller régional)  souligne ensuite l'utilité de ce suivi pour obtenir des données sur la situation dans le pays asiatique : "Si dans un vol en provenance de Chine, avec à son bord presque uniquement des citoyens chinois, plus de 50 % sont positifs, cela signifie quelque chose, cela nous permet d'avoir une image impartiale de ce qui se passe en Chine, étant donné que les autorités chinoises ne nous disent malheureusement rien. Au contraire, d'après leur attitude de ces derniers jours, il semble que rien ne se passe car ils rouvrent les frontières et disent à tout le monde de faire le tour du monde. Cela semble toutefois un peu contradictoire avec les chiffres que nous avons recueillis lors de ces deux premières enquêtes.

Le ministre de la santé à ordonné, par ordonnance, des prélèvements antigéniques Covdi19 obligatoires et le séquençage connexe du virus, pour tous les passagers en provenance de Chine et en transit par l'Italie",

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.lastampa.it/cronaca/2022/12/28/news/test_covid_a_malpensa_e_fiumicino_per_i_passeggeri_in_arrivo_dalla_cina_nello_scalo_lombardo_il_52_di_positivi-12436209/

  • Thanks 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...