Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

opération Vésuve Corse/Sept1943


sardounette
 Share

Recommended Posts

Il y a 18 heures, ARPA a dit :

Je connaissais la technique du crochet qui récupère la charge à remorqué sans avoir besoin de toucher le sol, mais c'était plutôt pour des bandes publicitaires.

Avec un planeur de 4 tonnes (donc une masse non négligeable par rapport au C47 de moins de 16 tonnes) et des passagers, voir des blessés (donc qui supportent mal une accélération trop brutale) ça me parait nettement plus complexe. Je serais intéressé par ton document. Je demande comment ils gèrent pour supporter l'accélération en quelques dizaines de mètres.

Bonjour ARPA

Pour information, la poste aérienne aux USA, entre les deux guerres mondiale,  utilisait cette technique pour qu’un aéronef puisse prendre le courrier sans se poser.

Peu de documents disponibles, même aux ÉDITIONS TIME LIFE, le volume consacré à LA POSTE AÉRIENNE, Chapitre LES  POSTIERS VOLANTS AMÉRICAIN, évoque juste je fait, sans photos que l’on peut trouver ici ou là dans une revue dédiée à cette époque. J'ai dû voir une fois ou deux cette photo.

Par contre, un film relatif à un opération des "Chindits" en Birmanie, à savoir "Objecticve Burma" (Objectif Birmanie) sous le titre Français d' "Aventure en Birmanie" avec Errol Flynn, montre des parachutages  (venant assister un commando qui vient de réussir sa mission ,d'une part, et, d'autre part, ces parachutistes  vont participer  à une offensive), l’atterrissage de planeurs Waco avec du matériel (Jeep, canons) et la prise d'un de ses planeurs par un C-47 par la méthode du "crochetage" avec le "commando qui sera ainsi acheminer sur sa base arrière.

Les séquences sont visiblement prises lors de manœuvre ou par un cinéaste des armées de l'époque. Le film est disponible en DVD chez Warner Home Video.

Ne pouvant plus scanner (malheureusement)  le document et l'afficher directement sur le forum  je vais rapidement réécrire le texte comme je le fait parfois. Je fais au plus vite.

Cordialement.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a encore mieux que la récupération de planeurs par crochets, celle d'individus avec un petit ballon :

https://en.wikipedia.org/wiki/Fulton_surface-to-air_recovery_system

Il y a aussi la récupération de drone par parachute :

https://en.wikipedia.org/wiki/Ryan_Firebee

Encore mieux, la récupération de satellite en plein air :

https://en.wikipedia.org/wiki/Mid-air_retrieval

Edited by Deres
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Ci-dessous l e texte transcrit de façon intégral et mot pour mot..

Les deux petites photographies ne figurent pas.

 

LA PRISE EN REMORQUE D’UN PLANEUR PAR UN AVION EN VOL.

La guerre dans les jungles de Birmanie et des iles du Pacifique, ou bien souvent, aucun aérodrome ne pouvait être aménagé et ou pourtant l’envoi de renfort, de ravitaillement et l’évacuation des troupes se faisait par la voie des airs a exigé de l’avion des taches tout à fait extraordinaire entrainant parfois des manœuvres acrobatiques. L’une d’entre elles est maintenant de pratique courante : c’est la prise en remorque de planeurs par un avion en vol. Cette opération permet l’évacuation des blessés par la voie des airs, là ou un avion ne pourrait pas se poser ni décoller de nouveau.

Les photographies ci-dessous représentent la capture d’un planeur Waco « Adrian II » par un avion de transport « Dakota » dans un camp d’entrainement Anglais.

Photos = La capture du câble de remorquage d’un planeur Waco « Adrian II   par un avion de transport Douglas « Dakota ».

En haut = l’avion arrive en passant à coté du planeur.

En bas = La boucle qui termine le câble de remorquage est saisie par le crochet qui l’attellera à l’avion.

Les deux problèmes qu’il faut résoudre dans la prise en remarque sont l’accrochage  du câble de remorquage avec le câble de capture, et, d’autre port, la répartition de l’accélération nécessaire au décollage du planeur sur une période de temps suffisante, faute de quoi il se produirait un véritable choc qui pourrait rompre le câble ou provoquer des accidents dont seraient victimes soit le planeur, soit l’avion remorqueur, par suite d’une brusque perte de vitesse.

La solution du premier problème ne représentait pas de difficultés : la capture au vol de certaines charges,  en particulier du courrier, est de pratiques courante dans l’aviation commerciale.

Le remorquage du « Waco » s’effectue à l’aide d’une corde en nylon (qui possède une certaine élasticité) de 70 m de longueur. A l’extrémité de cette corde se trouve se trouve une boucle triangulaire dont on accroche deux sommets à l’extrémité de deux poteaux de 4 m de hauteur et distants de 7 m environ. Cette boucle sera saisie par l’avion remorqueur son passage.

Le dispositif de capture installé à bord du « Dakota » pèse un total de 590 kg. Il comprend un câble d’acier de 350 m de longueur enroulé sur un tambour freiné à l’extrémité duquel se trouve un crochet qui saisira la boucle du planeur. Pour la capture du planeur, ce câble d’acier est légèrement déroulé, et le crochet est guidé par un bras articulé éclipsa blé placé au dessous de l’avion. Apres accrochage de la boucle par le crochet, l’effort de traction qui s’exerce sur les deux câbles provoque le déroulement du câble d’acier. Ainsi le choc qui se produirait si l’attelage était rigide se trouve amoindri et le planeur est progressivement accéléré.

Le Douglas « Dakota » est un avion de 16,5 tonnes en plaine charge, muni de deux moteurs de 1200ch. Le planeur Waco « Adrian II » pèse 3600 kg. La vitesse à laquelle vole normalement le « Dakota » au moment  de la prise en remorque est de 160 à 200 km/h, mais le Waco décolle à partir de 115 km/h. Le décollage s’effectue en 70 m environ. Dans ces conditions, si l’on admet que le mouvement du planeur est uniformément accéléré, l’accélération est de l’ordre de 6m/s et la traction exercée sur le câble serait de l’ordre de 2200 kg, compte non tenu du freinage exercé par le sol sur le planeur. De toute façon, cette traction ne dépasse pas normalement 3000 kg.

Le câble d’acier est ensuite est ensuite enroulé de nouveau sur son tambour grâce à un petit moteur de 2,5 ch. Des sécurités sont prévues pour le cas ou, pour une cause quelconque, un des deux appareils se trouverait en difficulté. Le câble en nylon présente en effet un point faible dont la rupture se produit quand la traction vient à dépasser la valeur de 7 tonnes. Enfin, il est possible de couper instantanément le câble d’acier à l’aide d’une petite charge d’explosif dont on commande la détonation si le tambour vient à fonctionner de façon défectueuse.

 

Je viens de trouver le lien suivant sur Internet avec les photographies en question...et le texte. Mon document datait de 1947.=

http://claudel.dopp.free.fr/Les_planeurs/Histoire/Remorque-avion-en-vol/Remorque-avion-en-vol.htm

 

 

Edited by Janmary
  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Le 30/03/2020 à 14:30, Deres a dit :

Il y a encore mieux que la récupération de planeurs par crochets, celle d'individus avec un petit ballon :

Oui, c'est vrai Deres.

Je pense que des enlèvements par ballons eussent été possible dès 1942/1945. Après tout, il  avait été testé un avion accroché sous un dirigeable pour combattre et assurer la défense de ce dernier et se raccrocher. Le système des deux avions superposés Britanniques ou l'un portant l'autre afin d'avoir une grande autonomie de l'appareil plus petit qui se décrochait pour terminer sa course. Les idées ne manquaient pas.

Les USA avaient des DC3 (C-47) et des planeurs (Waco) pour les charges non parachutable (Jeep, Canons, et des hommes ) et c'était  bien pratique (oui, enfin, avec les risques insérant de se faire abattre par la DCA ou de se brisaient en arrivant au sol) pour se poser avec tout cela. Les Britanniques avaient mis au point les "Horsa" plus important que les Waco (personnels ou canons, Jeep) et les "Hamilcar" qui transportaient des chars légers. Les Britanniques avaient parachutés des Jeep en Bretagne lors du débarquement de Normandie par des bombardiers "Hallifax" dont le matériel était  logés en soute. En particulier pour les SAS Français du colonel Bourgoin.

Ce dernier conflit à vue bien des avancées dans tout les domaines. L'aéronautique et le spatial on continué dans la lancée.

 

Je viens de trouver le lien suivant sur Internet avec les photographies en question...et le texte. Mon document datait de 1947.=

http://claudel.dopp.free.fr/Les_planeurs/Histoire/Remorque-avion-en-vol/Remorque-avion-en-vol.htm

 

 

Edited by Janmary
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 29/03/2020 à 17:50, ARPA a dit :

Avec un planeur de 4 tonnes (donc une masse non négligeable par rapport au C47 de moins de 16 tonnes) et des passagers, voir des blessés (donc qui supportent mal une accélération trop brutale) ça me parait nettement plus complexe. Je serais intéressé par ton document. Je demande comment ils gèrent pour supporter l'accélération en quelques dizaines de mètres.

En re-feuilletant From a Dark Sky, cette technique est bien évoquée parmi celles mises au point pour l'opération Thursday (2ème campagne Chindits). Orde Wingate a même testé par lui-même en étant un des passagers d'un planeur.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,806
    Total Members
    1,550
    Most Online
    De Mersuay
    Newest Member
    De Mersuay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...