Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Evolutions du K15 en K22. Flières militaires / civiles


brandily
 Share

Recommended Posts

il y a 14 minutes, brandily a dit :

L’EPR et le K15 sont des réacteurs du type à eau pressurisée (PWR), par opposition aux premiers réacteurs, dits à eau bouillante (REB). Cette similarité de nature permet de concevoir un EPR de 1600 MW unitaire, comme la juxtaposition possible de huit modules K15 de 200 MW unitaire ( K22 ). Cet assemblage modulaire, qui peut paraître iconoclaste, a en réalité de nombreux avantages.

Là j'ai du mal à suivre ... S'il y a filiation technique entre EPR et K22 comme semble l'indiquer ce texte les marins sont pas sortis des ronces

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, pascal a dit :

Là j'ai du mal à suivre ... S'il y a filiation technique entre EPR et K22 comme semble l'indiquer ce texte les marins sont pas sortis des ronces

Rien à voir entre un EPR et une chaudière embarquée. Ce que je comprends, c'est que pour réaliser des économies d'échelle on pourrait remplacer un EPR par 8 K22... 

Link to comment
Share on other sites

Quelques points qui me titillent :

  • Dans le 3e paragraphe :
    Citation

    En fait, la réaction nucléaire en chaîne, dite réaction critique, serait impossible, car la quantité de produit fissible, mis en jeux par ce type de réacteur, est trop faible, d’où un incomparable gain de sûreté.

    Si la criticité n'est pas obtenue, alors il ne peut pas y avoir divergence, donc pas de réaction auto entretenue et il faut apporter des neutrons en permanence pour que le réacteur fonctionne. Je ne suis pas certain que cela soit efficace. Au contraire, un réacteur doit dépasser le seuil critique pour que la fission soit auto-entretenue (divergence) et la production des neutrons par la fission est modérée de manière à éviter que la réaction ne devienne explosive.
    Si le réacteur fonctionne, il dispose donc nécessairement d'une masse fissile dépassant le seuil (et/ou la géométrie) de criticité. Cet argument comme soutien de la sûreté est alors nul et non avenu.

  • Dans le 5e paragraphe :

    il y a une heure, brandily a dit :

    Les nouveaux sites quitteraient les bords de mer, ou les rives de fleuve, pour des sources de refroidissement plus modestes, telles les rivières, ou les lacs.

    Euh ... je ne suis pas sûr qu'un lac soit une source de refroidissement suffisante, sur le long terme. La rivière devra avoir un débit suffisant, hiver comme été pour éviter les problèmes connus à Civaux (certes 10 à 15 fois plus "puissante" que ce K22 civilisé). Et quant au choix du lac, l'absence de circulation et de renouvellement de l'eau en fait un refroidisseur ne pouvant compter que sur son effet "masse". L'énormité de la masse de l'Océan est avantageuse pour les K15 à la mer, mais à part les lacs les plus importants (Léman, Grand Lieu, Hourtin, Bourget, éventuellement Serre Ponçon), je ne suis pas absolument certain que l'on pourrait diffuser cette production électronucléaire, sans risque à l'étiage.

  • Et à revenir sur le 4e paragraphe :
    Je doute que la télésurveillance et le télépilotage soient réellement suffisants face à toutes les menaces pouvant peser sur de tels engins posés au milieu de tout et de rien (cible de terroristes, d'activistes, de personnes malintentionnées vis à vis du combustibles, et même simples "voleurs" ou pirates de l'électricité. Ok, les éoliennes sont téléopérées et fonctionnent sans personnel local de sûreté et de sécurité, mais les conséquences d'un défaut majeur sur une éolienne sont sans commune mesure avec celles d'un défaut, même mineur, sur un réacteur nucléaire.

    Ce type d'installation me parait justifier d'un "glacis" périmétrique, de mesures de sûreté renforcées et de dispositifs d'alerte et de protection quasi à demeure.

Je ne vais pas plus loin ... je ne suis pas anti-nucléaire, loin de là. Mais je me méfie de tout angélisme vis à vis de cette énergie abondante, dense, mais ô combien délicate à manipuler en toute sûreté. C'est un domaine où, parlant des marges de sécurité, trop n'est pas toujours assez - tant les conséquences peuvent être importantes. Et c'est un domaine qui gagnerait à trouver des designs plus simples, plus "smart" car la complexité y est un facteur aggravant de nombreux incidents (on l'a vu avec Fukushima), et dans ce sens, les dérivés des chaudières K15 peuvent peut être être une orientation intéressante en "micro" production, mais pas n'importe comment ...

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, brandily a dit :

Ces deux réacteurs nucléaires sont peu comparables entre eux. Autant l’un est gigantesque, pantagruélique dans ses technologies, ses coûts, autant l’autre, le K15, est ramassé, condensé en une enveloppe minimaliste, épurée au possible. L’EPR d’une puissance 8 fois supérieure (1600 MW) se veut le prototype de la nouvelle filière énergétique civile, l’autre, le K15 assure la motricité et l’autonomie des sous-marins et porte-avions français, depuis cinq décennies, sans faire d’histoire, dans l’indifférence générale, ou plutôt dans l’ignorance de la majeure partie des Français. L’EPR et le K15 sont des réacteurs du type à eau pressurisée (PWR), par opposition aux premiers réacteurs, dits à eau bouillante (REB). Cette similarité de nature permet de concevoir un EPR de 1600 MW unitaire, comme la juxtaposition possible de huit modules K15 de 200 MW unitaire ( K22 ). Cet assemblage modulaire, qui peut paraître iconoclaste, a en réalité de nombreux avantages.

C'est du détail, mais l'EPR ne fait pas 1600 MW, il fournit 1600 MWe et produit 4500 MWth alors que le K22 serait bien à 220 MWth.

Il faudrait donc 20 K22 pour remplacer un unique EPR. Et à Flamanville, l'EPR va compléter les 2 réacteurs existant, à terme, on aura peut-être 3 EPR donc il faudrait les remplacer par un complexe à 60 K22 ?

Au moins, on aurait des économies d'échelles, mais si on prévoit de remplacer les plus de 50 réacteurs français par 1000 K22, on va statistiquement avoir des risque d'accident. Et l'expérience de la marine avec seulement 500 années/réacteurs n'est pas représentative par rapport à une exploitation sur 50 ou 100 ans d'une flotte de plus de 1000 réacteurs.

  • Haha 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il faudrait donc 20 K22 pour remplacer un unique EPR.( ARPA )

Puissance EPR Flammanville

Chacun des réacteurs nucléaires 1 et 2 de Flamanville peut fournir une puissance thermique maximale de 3 817 MW à l'alternateur, qui génère une puissance électrique de 1 382 MW , ce qui permet à l'unité de fournir 1 330 MW sur le réseau électrique.

Le K22 est donné pour 81 Mwe (et non 162), ce qui fait 16,4 K22 pour 1 EPR. J'étais trop optimiste.

Les chiffres varient d' un article à l'autre. Le choix se fait en aveugle, au doigt mouillé. Il est vrai que sur la même page, colonne de droite, un EPR est donné pour 4500 Mwth et 1650 Mwe. ( dans ce cas, il faudrait 20 K22 ).

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, brandily a dit :

Puissance EPR Flammanville

Chacun des réacteurs nucléaires 1 et 2 de Flamanville peut fournir une puissance thermique maximale de 3 817 MW à l'alternateur, qui génère une puissance électrique de 1 382 MW , ce qui permet à l'unité de fournir 1 330 MW sur le réseau électrique.

Le K22 est donné pour 81 Mwe (et non 162), ce qui fait 16,4 K22 pour 1 EPR. J'étais trop optimiste.

Les chiffres varient d' un article à l'autre. Le choix se fait en aveugle, au doigt mouillé. Il est vrai que sur la même page, colonne de droite, un EPR est donné pour 4500 Mwth et 1650 Mwe. ( dans ce cas, il faudrait 20 K22 ).

Si les chiffres varient, c'est que leur sujet varie aussi !! :rolleyes:

La puissance de 1650 MWe est celle annoncée pour l'EPR (European Presurised water Reactor).

Celle de 1382 MWe est celle, mesurée, pour les REP (Réacteurs à Eau Pressurisée - annoncés à 1400 MWe).

Les tranches 1 et 2 sont les "vieux" REP, alors que la tranche 3, en chantier, est celle de la nouvelle génération de réacteurs.

Vue la fascination du quidam pour les chiffres et la facilité avec laquelle on peut leur faire dire n'importe quoi, il est imprudent, voire inconscient (!), de les choisir au doigt mouillé pour assoir un raisonnement ou une démonstration. Ce n'est plus de l'optimisme ... :blink:

  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, brandily a dit :

Il faudrait donc 20 K22 pour remplacer un unique EPR.( ARPA )

Puissance EPR Flammanville

Chacun des réacteurs nucléaires 1 et 2 de Flamanville peut fournir une puissance thermique maximale de 3 817 MW à l'alternateur, qui génère une puissance électrique de 1 382 MW , ce qui permet à l'unité de fournir 1 330 MW sur le réseau électrique.

Le K22 est donné pour 81 Mwe (et non 162), ce qui fait 16,4 K22 pour 1 EPR. J'étais trop optimiste.

Les chiffres varient d' un article à l'autre. Le choix se fait en aveugle, au doigt mouillé. Il est vrai que sur la même page, colonne de droite, un EPR est donné pour 4500 Mwth et 1650 Mwe. ( dans ce cas, il faudrait 20 K22 ).

Les réacteur 1 et 2 ne sont pas des EPR. Ils sont de la génération précédente, un peu moins puissante. L'EPR, c'est le réacteur n°3 donc de 4500 MW.

 

En pratique, il ne faut pas regarder un seul réacteur EPR ou K22, mais regarder à l'échelle du réseau. On a déjà des sites avec plusieurs réacteurs. En France, on a des sites avec entre 2 et 6 gros réacteurs. Et ces sites sont reliés électriquement entre eux. On a 57 réacteurs qu'on peut démarrer ou couper (presque) aussi facilement que des K22. Avec 57 réacteurs dont la puissance peut varier de 80 à 100% ou être à 0%, on a déjà une bonne variation de puissance. J'ai peur que la flotte de mini-réacteur va plus augmenter le risque associé à la prolifération (avec un grand nombre de zone à surveiller, protéger... un attentat sur un des 1000 K15 sera envisageable) qu'elle ne va vont réduire les conséquences associés à un accident.

Au niveau européen, on aurait besoin d'une flotte de quelques centaines d'EPR. Passer à des mini-réacteur nucléaire va imposer d'avoir un vraiment très grand nombre de réacteur. On critique le coût des EPR, mais s'il faut comparer avec 20 K22, je ne suis pas sur qu'il soit très cher. Et même pour la fiabilité, notre vingtaine de réacteurs nucléaires embarqués a eu assez peu de problèmes, mais ils en ont quand même eu. Le secret défense, leur isolement, le faible niveau de pollution (on parle de "petits" réacteurs) et le faible nombre de réacteur limite l'impact médiatique de ces incidents nucléaires, mais on ne peut pas dire qu'il n'y en a pas eu.

 

A mon avis, il ne faut pas vouloir comparer une flotte de 200 petits réacteurs nucléaires à celle d'une dizaine de gros réacteurs. Les petits réacteurs ne sont utiles que quand le réseau n'est pas dimensionné pour des gros. Si on veut s'en servir pour encourager le nucléaire (et réduire la consommation de pétrole) il faut viser des îles (mais avec quand même des besoins importants pour que la centrale de 80 MW ne représente pas plus de 30% de la capacité de l'ile) voir éventuellement des (très gros) navires. En ordre de grandeur, un réacteur fournissant 80 MW en continue, c'est l'équivalent de 60 000 tonnes de pétrole.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

L’intérêt de "flexblue" pour alimenter des îles ... c'est que sur une île le "foisonnement" ne peut "garantir" l'approvisionnement énergétique ... ça marche déjà pas a l'échelle de toute l'Europe ...

En gros sur les îles le tout "renouvelable" c'est mort ... et brûler du pétrole ne semble plus vraiment une solution pour l'avenir.

D’où l'idée de mini réacteur nucléaire sans maintenance ... fonctionnant en apparence comme une pile.

La petite taille rend très facilement contrôlable même de manière passive ... la plupart des choses qui peuvent partir en couille sur un REP.

A noter que les réacteur sans maintenance on en fait déjà ... pour alimenter les satellites. Mais aussi a terme pour alimenter la propulsion des sondes de type réacteur électrique. Et a terme pour les longues missions habitées notamment.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, g4lly a dit :

L’intérêt de "flexblue" pour alimenter des îles ... c'est que sur une île le "foisonnement" ne peut "garantir" l'approvisionnement énergétique ... ça marche déjà pas a l'échelle de toute l'Europe ...

En gros sur les îles le tout "renouvelable" c'est mort ... et brûler du pétrole ne semble plus vraiment une solution pour l'avenir.

D’où l'idée de mini réacteur nucléaire sans maintenance ... fonctionnant en apparence comme une pile.

La petite taille rend très facilement contrôlable même de manière passive ... la plupart des choses qui peuvent partir en couille sur un REP.

A noter que les réacteur sans maintenance on en fait déjà ... pour alimenter les satellites. Mais aussi a terme pour alimenter la propulsion des sondes de type réacteur électrique. Et a terme pour les longues missions habitées notamment.

La filière spatiale a été plus ou moins heureuse (ici les modèles avec réacteurs à neutrons rapides).

SNAP 10A

https://en.wikipedia.org/wiki/SNAP-10A

Systems for Nuclear Auxiliary Power

https://en.wikipedia.org/wiki/Systems_for_Nuclear_Auxiliary_Power#SNAP-27

 бук

https://fr.wikipedia.org/wiki/BES-5

Cosmos 954

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosmos_954

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, g4lly a dit :

L’intérêt de "flexblue" pour alimenter des îles ... c'est que sur une île le "foisonnement" ne peut "garantir" l'approvisionnement énergétique ... ça marche déjà pas a l'échelle de toute l'Europe ...

En gros sur les îles le tout "renouvelable" c'est mort ... et brûler du pétrole ne semble plus vraiment une solution pour l'avenir.

D’où l'idée de mini réacteur nucléaire sans maintenance ... fonctionnant en apparence comme une pile.

La petite taille rend très facilement contrôlable même de manière passive ... la plupart des choses qui peuvent partir en couille sur un REP.

A noter que les réacteur sans maintenance on en fait déjà ... pour alimenter les satellites. Mais aussi a terme pour alimenter la propulsion des sondes de type réacteur électrique. Et a terme pour les longues missions habitées notamment.

Si tu parles des RTG, il ne s'agit pas de réacteurs nucléaires, mais de génération de chaleur par fission naturelle d'isotopes.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, g4lly a dit :

En gros sur les îles le tout "renouvelable" c'est mort ... et brûler du pétrole ne semble plus vraiment une solution pour l'avenir.

Un exemple me vient en tête, La Réunion, qui ne produit elle-même que 13% de son électricité, essentiellement par de la bagasse. J'aime bien le concept du Flexblue. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, Rémy a dit :

Un exemple me vient en tête, La Réunion, qui ne produit elle-même que 13% de son électricité, essentiellement par de la bagasse. J'aime bien le concept du Flexblue. 

La réunion, c'est peut-être le site le plus crédible. Les besoins énergétiques sont importants et un réacteur nucléaire de 80 MW ne va pas déstabiliser le réseau. Les autres sites français isolés du réseau sont 2 à 3 fois moins peuplés donc avec des besoins plus réduits. Une centrale de 80 MW risque d'être surdimensionnée.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, ARPA a dit :

La réunion, c'est peut-être le site le plus crédible. Les besoins énergétiques sont importants et un réacteur nucléaire de 80 MW ne va pas déstabiliser le réseau. Les autres sites français isolés du réseau sont 2 à 3 fois moins peuplés donc avec des besoins plus réduits. Une centrale de 80 MW risque d'être surdimensionnée.

Comme l'avait dit Pascal, faut voir les risques liés aux îles aussi... A la Réu, le climat est plus favorable sur la côte ouest, en revanche il est un peu sec et si on a besoin d'eau pour le réacteur... Inversement, la côté Est est bien pourvue en eau ( jusqu'à 4000 mm/an) mais le risque tempête cyclonique est élevé. 

Edited by Rémy
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, Rémy a dit :

Un exemple me vient en tête, La Réunion, qui ne produit elle-même que 13% de son électricité, essentiellement par de la bagasse. J'aime bien le concept du Flexblue. 

Bagasse

Citation

nom féminin

Résidu des tiges de canne à sucre dont on a extrait le jus.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Rémy a dit :

Comme l'avait dit Pascal, faut voir les risques liés aux îles aussi... A la Réu, le climat est plus favorable sur la côte ouest, en revanche il est un peu sec et si on a besoin d'eau pour le réacteur... Inversement, la côté Est est bien pourvue en eau ( jusqu'à 4000 mm/an) mais le risque tempête cyclonique est élevé. 

A la Réunion, je me demande surtout s'il ne conviendrait pas d'installer un éventuel réacteur en mer, et pas sur terre : guère de place, volcan actif...

 

Il y a 22 heures, FATac a dit :

Je doute que la télésurveillance et le télépilotage soient réellement suffisants face à toutes les menaces pouvant peser sur de tels engins posés au milieu de tout et de rien (cible de terroristes, d'activistes, de personnes malintentionnées vis à vis du combustibles, et même simples "voleurs" ou pirates de l'électricité.

Oui. Et encore moins par 5g !

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Boule75 a dit :

A la Réunion, je me demande surtout s'il ne conviendrait pas d'installer un éventuel réacteur en mer, et pas sur terre : guère de place, volcan actif...

Si on reste dans l'optique d'un dérivé civil du K22, tout l'intérêt est justement de l'installer en mer (sur une barge ou dans un sous-marin) et de pouvoir le ramener en France pour faire le gros de l'entretien.

Évidement, il faut pouvoir résister à un Tsunami, mais ce n'est pas forcement le plus dur.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, Boule75 a dit :

A la Réunion, je me demande surtout s'il ne conviendrait pas d'installer un éventuel réacteur en mer, et pas sur terre : guère de place, volcan actif...

Volcan actif mais il ne s'écoule que par un seul endroit, trajectoire de lave très prévisible donc. 

Link to comment
Share on other sites

Le 21/04/2020 à 15:45, brandily a dit :

Si l’évolution à moyen terme du mixte énergétique en France est connue, son développement futur, prévu pour la seconde moitié de ce siècle, intègre trois objectifs, le développement d’un réacteur à neutrons rapides (RNR), la réduction et le retraitement des déchets radioactifs. En réalité, ces objectifs sont intimement liés. En effet, le réacteur à neutrons rapides (RNR) par opposition au réacteur actuel à neutrons lents, basé sur la fission de l’uranium 235, utilise l'uranium 238, matière au début non fissile. Actuellement inexploité, ce minerai, amassé en grande quantité constitue à lui seul 5 000 années d'énergie électrique pour la France

Je sais que c'est le choix du CEA (qui cependant n'arrive pas à se faire financer son réacteur de démonstration), mais j'ai du mal à comprendre qu'on veuille abandonner la filière REP qu'on fiabilise depuis 50 ans, pour la remplacer par un truc nouveau avec donc de nouveaux modes de défaillance, et des risques d'accidents monstrueux si on met un modérateur au sodium. Vu que le principal frein au développement du nucléaire c'est pas l'approvisionnement en combustible mais le risque d'accident et les coûts et les résistances associées, ça me parait absurde.

Edited by hadriel
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le ‎22‎/‎04‎/‎2020 à 16:23, ARPA a dit :

Évidement, il faut pouvoir résister à un Tsunami, mais ce n'est pas forcement le plus dur.

Le problème de la résistance a ce genre de phénomène est surtout d'arriver à dimensionner le besoin.

C'est ce que l'on a vu à Fukushima : dans les faits, la centrale avait la plus grande protection anti-tsunami du monde mais qui n'était pas suffisante pour cet évènement exceptionnel.

C'est parfois difficile de trouver des solutions "fail-safe" face aux catastrophes naturelles.

Et c'est en particulier le souci des réacteurs nucléaires qui accumulent des produits de fission dans leur cœur ce qui veut dire qu'ils continuent à produire 7% de la chaleur du fonctionnement usuel quand on les arrête. il faut donc continuer à refroidir après l'arrêt et d'une façon non négligeable. Des systèmes passifs seraient mieux que les systèmes actifs actuels mais il ne faut pas croire que passif veut dire obligatoirement "fail-safe". Le refroidissement passif se sert généralement des mouvements naturels des fluides donc sera lui aussi vulnérable au bouchage des entrées ou sorties d'air ou de fluides.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 22/04/2020 à 20:54, hadriel a dit :

Je sais que c'est le choix du CEA (qui cependant n'arrive pas à se faire financer son réacteur de démonstration), mais j'ai du mal à comprendre qu'on veuille abandonner la filière REP qu'on fiabilise depuis 50 ans, pour la remplacer par un truc nouveau avec donc de nouveaux modes de défaillance, et des risques d'accidents monstrueux si on met un modérateur au sodium. Vu que le principal frein au développement du nucléaire c'est pas l'approvisionnement en combustible mais le risque d'accident et les coûts et les résistances associées, ça me parait absurde.

L'idée de la filière "Surgénérateur à caloporteur sodium" donc Phénix / Super Phénix / Astrid c'est d'utiliser un autre type de combustible pour le réacteur. Les réserves de combustibles pour REP sont amenées à s'épuiser à moyenne échéance et à produire des montagnes de déchets qu'on ne sait pas encore forcément retraiter de manière économique (sans compter tous les déchets issus de notre programme nucléaire militaire).

Les Supergénérateurs vont utiliser une partie de ces fameux déchets ce qui va avoir deux effets positifs :

- réduire le volume de ces déchets donc moins de coûts de traitements / stockages etc ...

- pouvoir produire une quantité d'énergie proprement gigantesque (les estimations actuelles c'est une production d'environ 1000 ans de la consommation électrique actuelle française avec les déchets actuellement présents sur le sol français)

Pour finir quelques points à souligner :

- le coût de cette énergie est actuellement peu compétitif par rapport à la filière REP qui a pu compter sur une construction en série de réacteurs plus ou moins standardisés (dans mes souvenirs le rapport est d'un pour trois en coût de production mais il faudrait aussi compter la réduction des coûts de retraitement du combustible)

- cette filière a TRES mauvaise presse dans les groupes écologiques. Eux disent que c'est pour le manque de sécurité de cette filière, leurs opposants disent que c'est parce qu'elle réduirait énormément les inconvénients de la filière nucléaire et descendrait en flamme les énergies renouvelables. Dans tous les cas le réacteur semi-expérimental Superphénix a été fermé pour des raisons purement électorales dans le cadre de la coalition Verts-PS à l'orée des années 2000

- cette filière est également envisagée par la Russie et la Chine qui ont construit ou construisent des démonstrateurs de cette technologie. Elle faisait également partie des filières de la Génération IV des réacteurs nucléaires envisagés pour prendre la relève des EPR

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,830
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Staurn
    Newest Member
    Staurn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...