Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Avenir/Upgrade/Retraite des B52


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Non, on a réduit ses capacités pour augmenter sa furtivité, et ce de manière drastique. De plus, son profile de vol se reconcentrait vers le domaine basse altitude, et les très hautes vitesses n'étaient plus nécessaires.

Quant aux histoires de concurrence B-1/Tu-160, c'est assez complexe. Principalement parce que ses avions étaient avant-tout ici pour répondre à des besoins propres, pas simplement pour jouer au bras de fer avec l'ennemi. D'ailleurs, dans la plupart des cas, on n'avait que quelques rumeurs sur l'existence des programmes adverses, et la nature même du B-2 est resté secrète assez longtemps, même si l'existence du programme ne faisait guère de doute.

Pour le B-1, c'est compliqué par le fait que l'avion exista en 2 variantes différentes.

Disons que tel que je décrivais les choses, on pouvait voir le B-1A comme un pendant au Tu-22M. Les Russes commencèrent alors l'étude d'un avion similaire, mais encore plus gros, même lorsque le projet B-1 fut mit en stand-by. Mais avant même que le programme B-1B ne fut relancé, il semblait évident pour les Russes que les Américains préparaient quelque chose de bien plus gros, de bien plus redoutable, de bien plus secret.

La nature intérimaire du B-1B, et la vitesse avec laquelle se déroula l'ensemble du programme, ne laissait plus aucun doute sur le sujet avant même le premier vol du Tu-160.

Là où je dis que le Tu-160 est une réponse au B-2A, ce n'est pas en terme de conception, mais en terme d'industrialisation. En effet, c'est l'existence même du B-2, aussi secrète soit-elle, qui décida les russes à ce lancer dans le Tu-160, alors que l'avion coûtait une fortune et que le besoin opérationnel n'était pas flagrant.

Dans tous les cas, rappelons que du côté Russe comme Américain, le rêve d'une flotte de bombardiers stratégiques supersoniques date d'il y a très longtemps, les Russes ayant d'ailleurs pris pas mal de longueur d'avance (même si le B-58 et le B-70 restent des efforts notables)

Link to comment
Share on other sites

Le B-52 est un camion à missile bon marché comparé à ses successeurs, et pour traiter des adversaires incapables de se défendre, il suffit largement, en plus c'est un appareil éprouvé et disponible en grande quantité.

Son équivalent russe serait le Tu-95, un avion lui aussi toujours en service.

Par contre dans son rôle initial de vecteur principal de la dissuasion nucléaire il étaient l'un comme l'autre obsolète peu après leur sortie, dés que des intercepteurs bi-soniques firent leurs apparition à la fin des années 50, plus les progrès considérables des missiles antiaériens.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Ces camions à bombes/missiles ont encore un bel avenir devant eux dans la lutte anti-navire et la défense côtière également il me semble.

j'éspère que l'US Navy fera bien chier à l'USAF, juste en "retour de balancier" avec l'époque de la guerre froide...

l'USAF a tellement fait chier l'US Navy dès que ça touchait aux armes atomiques qu'un petit retour de balancier serait pas mal...

Du genre, un superbe hydravion, qui aurait tout a fait eu sa place dans l'inventaire de l'US Navy, le P6M a été annulé parce qu'il faisait de l'ombre aux bombardiers stratégiques de l'USAF...

PS: même si c'est totallement contre productif...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

il y a un projet de re-motorisation ?

Un projet de re-re-motorisation alors ...

Les B-52H ont déjà des Pratt & Whitney TF-33-P-3 à la place des Pratt & Whitney J57-P-43WB et les F utilisaient une version upgradée du J57.

Link to comment
Share on other sites

Et ils ont une autonomie monstrueuse.

Avec leur grosse charge d'emport, ils sont toujours pratique pour balancer du TNT à la tonne à haute altitue, si les défense sol-air sont faibles, et pour servir de camion à missiles de croisières sinon...

Dommage que la façon de penser pour acheter des nouveaux matériels pour les armées française, c'est qu'il faut toujours que ce soit des matériels ultra high-tech super sophistiqués toute dernière génération, alors que parfois des matériels simple, au principe efficace suffisent....

Oui, j'avais lu dans RAIDS que l'on utilisait nous les frenchis, des Rafales et des missiles air/sol à 2,5 million d'Euros la pièce pour dézinguer un Taliban sur une mob des années 70 armé d'une vieille Ak et de deux chargeurs.

C'est ça le progrès. :oops:

Link to comment
Share on other sites

j'aimerais bien savoir quelle missile la France pourrait utiliser...

Les Rafale ne peuvent embarquer que des Scalp-EG (mais ils sont pas encore en service non ?) et d'autres missiles sans aucune utilité en Afghanistan (ASMP-A ou Exocet...)

Les Mirage 2000D ne peuvent embarquer que des Apache, mais ça sert absolument à rien en afghanistan...

Les SEM ne peuvent embarquer que des missiles sans aucune utilité en afghanistan (ASMP et Exocet...).

Bref, le truc le plus compliqué que les avions français aient du tiré, c'est des GBU ou, éventuellement, des AASM...

Link to comment
Share on other sites

2.5 millions d'euros c'est évidemment exagéré. Il fallait prendre cela comme une figure de style.

Mais si on prend le coût d'élimination d'un insurgé par une frappe aérienne, ca doit faire un beau chiffre (heures de vol de la patrouille, heures du vol du ravitailleur, frais de C3i, frais d'armement et d'entretien....)

Link to comment
Share on other sites

2.5 millions d'euros c'est évidemment exagéré. Il fallait prendre cela comme une figure de style.

Mais si on prend le coût d'élimination d'un insurgé par une frappe aérienne, ca doit faire un beau chiffre (heures de vol de la patrouille, heures du vol du ravitailleur, frais de C3i, frais d'armement et d'entretien....)

Quand on sait que la plupart des militaires Talibans ne le sont que parce qu'ils sont payé 300$ de plus que ceux de l'armée régulièrement afghane…

On ferrait peut-être mieux de financer une armée locale (et non juste un embryon d’armée symbolique) pour économiser quelques vols.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Ce qui est assez magnifique , enfin c'est relatif, c'est qu'il n'y a aucun humain qui a participé au projet depuis le début .. Qui ne verra la fin des B52 .

Autrement dit, dans l'histoire de l'Humanité, c'est le premier avion qui survivra à ses concepteurs .

Je dis le premier, car je pense qu'il y en aura beaucoup d'autre .

Et pas de remplaçant en vu, les Etats unis ont confiance dans ces grosses bêtes à bonne bouille .

Link to comment
Share on other sites

bof la durée de vie d'une cellule est prévue grosso modo dès le départ avec possibilité d'allongements ...

l' Alizé c'est 100 000 heures !

Un B52 à 400 heures par an (c'est déjà pas mal pour un avion d'arme) tu multiplies par 80 çà donne 32 000 heures pas de quoi s'émouvoir d'autant plus que ce qui compte c'est le nombre de cycle et là il est bas; car les BUFF sont plutôt habitués aux missions longues dont bcp d'heures de vol pour peu d'atterrissages et de décollages.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...