Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

La souveraineté numérique est-elle possible ?


Recommended Posts

https://www.cbsnews.com/news/biodata-dna-china-collection-60-minutes-2021-01-31/

Bill Evanina a récemment démissionné de son poste de responsable du contre-espionnage aux États-Unis, un vétéran du FBI et de la CIA. Il était tellement préoccupé par les propositions de tests COVID de BGI, et par la question de savoir qui obtiendrait finalement les données, qu'il a autorisé un rare avertissement public : "Les puissances étrangères peuvent collecter, stocker et exploiter les informations biométriques des tests COVID."

Evanina soupçonne que ces offres de laboratoire sont des chevaux de Troie des temps modernes. BGI vient aux États-Unis avec des cadeaux, mais avec d'autres motifs. Il n'est pas certain que BGI, ou tout autre testeur COVID, puisse obtenir de l'ADN à partir de prélèvements nasaux, dit-il, mais les laboratoires sont un moyen de s'implanter, d'apporter leur équipement ici, de commencer à exploiter vos données et de s'installer dans votre quartier.

Voulons-nous qu'une autre nation élimine systématiquement nos services de soins de santé ? Sommes-nous d'accord avec cela en tant que nation ?

Edward You : Que se passe-t-il si nous réalisons que tous nos futurs médicaments, nos futurs vaccins, nos futurs soins de santé sont tous complètement dépendants d'une source étrangère ? Si nous ne nous réveillons pas, nous réaliserons un jour que nous sommes devenus des drogués au crack et que quelqu'un comme la Chine est devenu notre pousseur.

Jon Wertheim : Des drogués au crack, vous dites ?

Edward You : C'est vrai. S'ils sont en mesure de vous offrir des soins de santé personnalisés, efficaces et peu coûteux, serions-nous en mesure de dire non ?  je ne pense pas.

[Evanina] affirme que le gouvernement chinois comprend que leur succès futur dépend de l'accumulation de grandes quantités d'ADN humain.

Edward You : Ils sont en train de constituer une énorme base de données nationale. Et s'ils sont maintenant en mesure de la compléter avec des données provenant du monde entier, il s'agit de savoir qui obtient l'ensemble de données le plus important et le plus diversifié. Et donc, la bombe à retardement est qu'une fois qu'ils sont capables d'atteindre une véritable intelligence artificielle, ils se lancent dans une course à ce qu'ils peuvent faire avec ces données.

Jon Wertheim : Quelle est la probabilité que vous et moi ayons été piratés par la Chine ?

Bill Evanina : 110%.

Jon Wertheim : Des données personnelles ?

Bill Evanina : Données personnelles. Selon les estimations actuelles, 80 % des adultes américains se sont fait voler toutes leurs données personnelles par le Parti communiste chinois.

Le problème est que le régime chinois prend toutes ces informations nous concernant - ce que nous mangeons, comment nous vivons, quand nous faisons de l'exercice et dormons - et les combine ensuite avec nos données ADN. Avec des informations sur l'hérédité et l'environnement, ils en savent soudain plus sur nous que nous n'en savons sur nous-mêmes et, en contournant les médecins, la Chine peut nous cibler avec des traitements et des médicaments dont nous ne savons même pas que nous avons besoin.

Edward You : Pensez à l'aube de - l'Internet des objets et les réseaux 5G et les - et les maisons intelligentes et les villes intelligentes. Il va y avoir des capteurs partout. Il va suivre vos mouvements, votre comportement, vos habitudes. Et finalement, il aura une application biologique, ce qui signifie que sur la base des données collectées, ils pourront les analyser et chercher à améliorer votre santé. Ces données deviennent incroyablement pertinentes et très, très précieuses.

Vous vous souvenez de la proposition de BGI de construire des laboratoires COVID pour l'État de Washington ? 60 Minutes a appris que la société avait fait des propositions similaires à plus de cinq autres États, dont New York et la Californie.... Et, après que les fonctionnaires fédéraux aient mis en garde contre un partenariat avec BGI, chaque État a dit non aux laboratoires de BGI.

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 24/08/2020 à 15:40, koojisensei2 a dit :

De plus, il y a pas d'impératif en Europe comme peut l'avoir la Chine de devenir indépendant avec des risques posé par l'administration américaine, du moins pour l'instant.

Ben si, être indépendant des USA et de la Chine pour des équipements d'une importance stratégique. Au moins autant que les chars et les avions.

Le 24/08/2020 à 15:40, koojisensei2 a dit :

L'Europe n'a pas d'entreprise avec des reins assez solide pour jouer à ce jeu. Le marché européen est trop petit pour se permettre d'invertir autant d'argent sans être sur du résultat.

Pour le moment, c'est globlament vrai. Mais si l'Europe avait tenu le même raisonnement dans le domaine aéronautique ou astronautique, est-ce qu'Airbus et l'ESA existerait? Dans le même ordre d'idée, si les pays d'Asie avaient pensé selon cette logique d'avantage comparatifi, quelle serait leur situation économique aujourd'hui? La Corée du Sud serait une économie (sous-développée) axée sur la culture intensive du riz par exemple.

Le 24/08/2020 à 15:40, koojisensei2 a dit :

D'ailleurs, en admettant qu'on arrive à sortir quelque chose de potable, mais pour vendre à qui? Ce sont des pièces qui font partie d'un écosystème.

Dans un premier temps, on se le vendrait à nous-même au lieu d'être contraint d'acheter étranger. Ensuite, on vendrait des technologies bon marché à des acheteurs à bas revenu. Enfin, on concurrencerait les leaders mondiaux avec des technologies haut de gamme. Evidemment, personne ne dit que ce serait facile.

Edited by Lame
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Le 19/08/2020 à 22:01, Shorr kan a dit :

Voilà, tout est dans le titre !

Non pas vraiment: La souveraineté numérique de qui par rapport à quel domaine?

Voilà les grands besoins fondamentaux:

- Garantie d'équipement: Il faut garantir aux agents publics et entrepreneurs l'accès aux équipements informatiques nécessaires à leur activité même en cas d'embargo volontaire ou accidentel.

- Garantie d'approvisionnement: Il faut garantir aux producteurs la possibilité d'acheter les composants électroniques indispensables à la fabrication de leur produit.

- Garantie de cybersécurité: Il faut protéger les autorités et les entrepreneurs contre les cyberattaques incapacitantes et l'espionnage.

- Garantie d'efficience: Il faut garantir aux usagers autochtones des produits conformes à leurs besoins et non aux intérêts économiques des exportateurs étrangers.

 

Le 19/08/2020 à 22:27, ARPA a dit :

Si on accepte de revenir au niveau du Minitel et du téléphone fixe, oui.

Dans l'immédiat, oui.

Le Minitel est volontiers raillé de nos jours comme un internet primitif mais chacun doit se souvenir qu'il a précédé l'introduction d'internet en France et généré le tissu économique qui a adopté l'internet.

La stratégie du minitel me semble tout à fait pertinent pour acquérir une souveraineté économique. L'idée serait que les autorités mettent à disposition des usagers un réseau informatique dédié à la conception collaborative d'équipement informatique open source. Par la suite, les écoliers seraient formés à l'usage de ces équipements en lieu et place des équipements des exportateurs étrangers traditionnels.

Cette stratégie ne permet pas de répondre à tous les besoins mais elle permet à la population de se libérer elle-même d'une partie de sa dépendance numérique vis à vis des exportateurs étrangers. C'est un socle sur lequel on peut commencer à construire la souveraineté numérique.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Le 19/08/2020 à 22:27, ARPA a dit :

Bon, on arriverait probablement à faire mieux, mais si on veut rester avec une souveraineté numérique, il faudra accepter d'avoir quelques générations de retard. C'est vrai pour la 5G, mais aussi pour les OS et la plupart des logiciels.

A vrai dire, l'Europe et les USA développent la 6G et préparent le développement de la 7G pour avoir la souveraineté numérique (surtout du point de vue des brevets) sans les générations de retard.

Le 19/08/2020 à 23:14, Pierre_F a dit :

Depuis les routes, l'évolution de nos civilisations s'est fait par un accroissement exponentiel des échanges de connaissances .. Faire des lignes Maginot et mettre des barrières est un combat d'arrière garde qui va à l'encontre d'une vague qui est plus forte que tout car c'est un moteur de l'humanité. 

Qui ouvre ses frontières sans condition à tout qui veut s'installer chez lui? Qui n'impose aucune barrière douanière? Qui laisse n'importe qui accéder à ses données sans contrôle? En tout cas pas les superpuissances actuelles et l'UE n'en fait pas partie. La société ouverte est un beau concept théorique mais qui l'a appliqué avec succès? La volonté en puissance et le désir d'indépendance ne s'opposent pas au progrès: ce sont des impératifs de survie et de développement.

Link to post
Share on other sites
Le 24/08/2020 à 21:29, Boule75 a dit :

Je n'ai pas tout compris mais la bourbe est belle et plus... subtile dita-t-on, que le nouvel avatar de @Shorr kan. J'ai plussé.

 

L'avatar hathorien de Shorr Kan est le symbole de la prospérité du forum et de la fertilité des débats. Je serais personnellement peiné qu'il disparaisse. Merci de respecter le patrimoine culturel forumesque.

Le 24/08/2020 à 22:46, Boule75 a dit :

C'est probablement un vieux fond incrusté-e de culpabilité-e patriarchal-e, mais il faut a minima que la gente féminine puisse faire semblant de pouvoir fuir s'il faut jouir de sa conquête, une forme d’ambiguïté est primordiale.

Oui, repent-toi hérétique.:fachec:

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Le 03/09/2020 à 12:01, Shorr kan a dit :

Un cloud national ou continental pour les informations sensibles et données de valeurs, étatiques ou privées/commerciales, est-il réaliste ?

Si oui, de quelle façon ? Par la voie/contrainte légal ou en suscitant un ou des champions, ou un mix des deux ?

A lire sur le sujet: 

Pour un Cloud européen. Garant de notre indépendance numérique de Stanislas & Edouard de Rémur et Cédric Mermilliod.

Note que l'ouvrage n'est pas seulement intéressant pour son plaidoyer envers un cloud européen et les stratégies proposées mais aussi pour comprendre les différents aspects de la technologie du cloud et les techniques de gestion des données. Ce qui m'amène à un sujet connexe, le datamesh. Certains recommandent d'y recourir pour limiter le stockage systématique des données dans le cloud en raison des frais qui en découlent. Les lacs de données ont un coût exhorbitants même dans le cloud.

Citation

Pour générer plus de ROI et de création de valeur, les entreprises doivent désormais diffuser la culture data à tous leurs collaborateurs. Pour les associer plus efficacement, il leur faudra aller au plus proche des métiers en s’appuyant sur des cas d’usage précis pour démontrer les bénéfices concrets qu’ils peuvent retirer de l’IA. Cela implique de changer le mode d’organisation data et de basculer d’un mode centralisé (avec un opérateur data central qui consolide l’ensemble des compétences data) vers un mode hybride, plus matriciel, et donc une gestion décentralisée de la donnée. Ce changement d’organisation devra s’accompagner d’une gestion décentralisée de la donnée et d’une architecture alignée sur ces enjeux, de type Data Mesh, qui favorise le passage à l’échelle de la transformation data de l’entreprise. Il ne s’agit pas d’une révolution mais bien d’une évolution qui va se poursuivre et s’intensifier en 2021 puisque les entreprises sont déjà sur la voie de la maturité : selon le Baromètre Data 2020 de Quantmetry, 48 % des organisations data ont 3 ans ou plus.

Source: InfoDSI

Sur le data mesh:

https://www.synaltic.fr/blog/decloisonner-les-decisions-grace-a-dremio

https://www.zdnet.fr/actualites/sans-gouvernance-des-donnees-a-la-racine-l-innovation-ia-par-les-data-platforms-ne-se-fera-pas-39913761.htm

Parallèlement à l'intérêt naissant pour le datamesh, la sociocratie, et plus particulièrement la holacratie*, semble progresser lentement mais sûrement en Europe et pas seulement dans les entreprises. Il se trouve que la holacratie se pratique de préférence avec des ERP simplifiés que l'on appelle "logiciels de gouvernance", GlassFrog par exemple.

(*Holacratie: méthode management constitutionnel par cercle conçue par Brian Robertson et dérivée de la sociocratie de Gerard Endenburg.)

Je ne veux pas me faire l'avocat de la holacratie et du management par cercle en général: ce type de management n'est pas une panacée. Seulement, tant qu'à faire, autant pratiquer l'holacratie avec un logiciel de gouvernance européen, conçu pour pratiquer le datamesh et interopérable avec le futur cloud européen.

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 03/09/2020 à 15:03, Nemo123 a dit :

Donc pour faire simple, on peut très bien monter des offres cloud privées ou publiques pour nos sociétés OIV & Co, mais moins bonnes techniquement et plus chères. Et ça, aucune société n'ira dessus, sauf si elle se le voit imposer. Et l'imposer à une société française / européenne, ça n'est plus que du cadre légal (qui n'est pas ma compétence).

Pas sûr. Si l'on développe un cloud européen selon le principe de l'économie contributive, pourquoi serait-il forcément moins adapté et moins cher?

Ce qui amène à un autre débat: la fracture numérique. Les gens doivent pouvoir accéder aux outils numériques essentiels comme aux médicaments. Les deux sont devenus incontournables. Donc, il faut garantir cette accès par une politique publique.

Comment garantit-on l'accès des administrés aux médicaments? Par des indemnités, voire la gratuité dans certains cas.

Comment garantir l'accès aux outils numériques essentiels?

1) Par la fourniture d'outils open source développés aux frais des pouvoirs publics en collaboration avec les usagers (économie mixte contributive).

2) Par l'indemnisation d'une partie des frais des usagers.

Ah oui, encore un détail: Il y a vingt ans, où en était la Chine au plan numérique? Et maintenant, où est-elle arrivée? On est bien d'accord que les BATHX n'ont pas tout fait tout seul, sans intervention des pouvoirs publics. Oui, les entrepreneurs chinois ont certainement mis en oeuvre de meilleures stratégies: on pensera par exemple à l'importance que Huwei accorde à l'interopérabilité des différents produits domotiques de sa gamme. Mais dans un cadre de soutien mutuel BATHX/Etat chinois, n'est-ce pas?

Le 24/08/2020 à 16:17, koojisensei2 a dit :

Et je ne vois pas non plus une entreprise européenne prêt à invertir des dizaines de milliards d'euros pendant des années pour réussir une hypothétique indépendance numérique. Il y en a en Chine mais pas en Europe. 

Je me dis parfois que l'Europe a besoin d'un équivalent stratégique du PCC*.

(*Ce qui n'est pas la même chose que l'équivalent politique de l'Etat chinois dont rêvent certains, en Europe, au sein de nos partis traditionnels.)

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Bon, la souveraineté numérique ne peut se réaliser sans partenariat entre les entreprises et les pouvoirs publics et sans participation des usagers à la conception des produits. Mais peut-on l’acquérir sans faire émerger une certaine forme de “patriotisme numérique”? Evidemment, personne ne le fera naître à coup de discours moralisateur: il faut mettre en lumière les impératifs stratégiques des Européens, ce qui fait que dans le web, il y a “eux et nous”.

La réplication

Sauf miracle technologique, la raréfaction des matières premières et de l’énergie est inéluctable sauf miracle technologique. Ce problème, combiné aux confinements périodiques, plaide en faveur d’une réduction des distances entre consommateurs, distributeurs et producteurs. Il faut donc s’attendre à un plus fort regroupement des populations, donc à une croissance des villes les plus attractives. Les projets de smartcities visent à optimiser des flux urbains massifs du point de vue de la fluidité de la circulation et de l’économie des ressources. Pour les mener à bien, il est nécessaire de procéder à des simulations fondées sur des jumeaux numériques. Des simulations massives.

Sur les jumeaux numériques:

https://www.journaldunet.fr/web-tech/dictionnaire-de-l-iot/1489511-jumeau-numerique-definition-exemple-en-sante-difference-avec-le-bim/

https://www.jakarto.com/fr/ville-jumelle-numerique

Le warp numérique

Certains acteurs d’internet se plaisent à en parler comme d’un “Septième continent” et à se poser comme les membres d’un peuple à part entière. C’est surtout une infosphère chaotique, vaguement organisée par des organismes américains, infestés de hackers et de malware. Ce que les moteurs de recherche en laissent transparaître n’est que le sommet de l’iceberg et le reste donne des cauchemars. Posez-vous la question: Dès lors que vous admettez la nécessité de recourir à des jumeaux numériques, où préférez-vous qu’ils soient déployés? Dans le web, exposés aux infobarbares et aux géants du numérique, ou dans un cloud européen?

La Toile fédérale

L’Union européenne peut mettre en place un contrat social numérique liant le cadre institutionnel communautaire à ses contribuables et citoyens.

La part des institutions: Le cadre institutionnel fournit à chaque contribuable et citoyens de l’Union, un compte, un mode de paiement en électronique, une crypto-monnaie, une blockchain aussi sécurisée que possible, un réseau social gratuit, une gamme de logiciel open source et des services en ligne. Dans le cadre d’une Union sociale, une sécurité sociale numérique peut être mise en oeuvre pour garantir l’accès au service numérique payant. L’Estonie nous donne un aperçu de ce que pourrait être un e-gouvernement européen. Bitnation nous montre comment un acteur privé peut fournir des services publics en ligne.

Sur l’e-gouvernement estonien:

https://www.france-estonie.org/estonie-un-exemple-europeen-detat-numerique-performant/

https://www.journaldunet.com/economie/finance/1176465-estonie-blockchain/

Sur Bitnation:

http://www.imaginer-demain.fr/bitnation-premier-etat-virtuel/

https://www.tokens24.com/fr/cryptopedia/coin-guides/quest-ce-que-bitnation

La part du peuple: En échange du pack numérique ci-dessus, les contribuables et citoyens permettent à l’UE de collecter et utiliser leurs données pour les projets communautaires, par exemple le développement des IA connexionistes. Ils sont de facto des acteurs de l’économie numérique européenne dont le coeur pourrait être une matrice.

Matrice : La collecte de donnée via l’internet des objets sera d’autant plus efficace qu’il sera étendu. Mais elle ne sera utile que si les données sont correctement archivées et recoupées dans des délais utiles. Considérons que les pouvoirs publics mettent en oeuvre un MMORPG autorisant les transactions lucratives en token, univers dans lequel les données déversées dans les lacs de données sont représentées virtuellement. Il deviendrait possible à des travailleurs peu qualifiés de les prospecter et les vendre. Les pouvoirs publics pourraient bien sûr percevoir une commission sur le change euro/token à l’entrée sur le MMORPG et token/euro à la sortie.

Sur le pronétariat:

https://www.silicon.fr/micro-travail-4-choses-a-savoir-sur-leconomie-du-clic-en-france-232891.html#

https://www.benefsnet.com/

 

 

Link to post
Share on other sites

Vous savez combien Bull a couté aux contribuables ?

Vivre dans une bulle justement, c’est l’atrophie du cerveau et des problèmes de consanguinité d'idées ! 

C’est pour cela que l’homme est passé de la famille à la tribu, la cité, la nation et commence juste à comprendre l’interdépendance mondiale sur les ressources, la santé...

Edited by Pierre_F
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Le cloud francais protégé existe bien, c’est chez ovh. Les operateurs francais d hebergement de feuille de salaire (filiale de la poste par exemple) sont hebergées la-bas. Et les entreprises qui font attention à leurs données y vont, notamment pour eviter d’etre sous le cloud act americain.

Le 21/02/2021 à 22:50, Lame a dit :

Certains recommandent d'y recourir pour limiter le stockage systématique des données dans le cloud en raison des frais qui en découlent. Les lacs de données ont un coût exhorbitants même dans le cloud.

 

En general le coût du cloud est 2 fois celui prévu par l’etude previsionelle.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Billou said:

Le cloud francais protégé existe bien, c’est chez ovh.

Leur support client est un peu foireux cependant. Le sysadmin de mon kot avait eu un mal dingue à les contacter l'année passée.

Bien sûr, je suppose que le service est meilleur pour une grosse boîte que pour une petite ASBL d'étudiants...

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Le 19/02/2021 à 16:47, Wallaby a dit :

Le problème est que le régime chinois prend toutes ces informations nous concernant - ce que nous mangeons, comment nous vivons, quand nous faisons de l'exercice et dormons - et les combine ensuite avec nos données ADN. Avec des informations sur l'hérédité et l'environnement, ils en savent soudain plus sur nous que nous n'en savons sur nous-mêmes et, en contournant les médecins, la Chine peut nous cibler avec des traitements et des médicaments dont nous ne savons même pas que nous avons besoin.

Merci Wallaby.

Maintenant je comprend pourquoi le PCC se constitue une base de donnée génétique sur sa population: https://iatranshumanisme.com/2020/07/11/la-chine-est-en-train-de-batir-une-base-de-donnees-genetiques-sur-chaque-homme-du-pays/

A priori, je suis convaincu que les cadres du Parti n'adhère pas aux théories d'hygiène raciale d'un autre parti et je me demandais ce qui pouvait les pousser à consacrer des efforts à un tel projet.

Le 22/02/2021 à 06:55, Pierre_F a dit :

Vous savez combien Bull a couté aux contribuables ?

Non, tu peux détailler ce qu'il a coûté et, surtout, de quel manière? Merci d'avance.

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Moi je croyais que c'était pour lancer un programme de modification génétique national d'agrandissement du pénis. Je suis déçu...

Edited by Shorr kan
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
13 minutes ago, Shorr kan said:

Moi je croyais que c'était pour lancer un programme de modification génétique national d'agrandissement du pénis. Je suis déçu...

Ça risquait de poser des petits soucis aux chinoises ...

  • Haha 3
Link to post
Share on other sites

Hello Lame,

Bien loin de moi l'idée de paraitre désagréable ou condescendant, mais ton discours fait de belles paroles marketing, politiques et s'appuyant sur les réflexions de philosophes du numérique me semble bien loin des réalités techniques et concrètes des problèmes de la souveraineté numérique.

 

Le 22/02/2021 à 02:39, Lame a dit :

Sauf miracle technologique, la raréfaction des matières premières et de l’énergie est inéluctable sauf miracle technologique

La consommation d'énergie en France par habitant est stable depuis 1990 (4t eq pétrole / hab), et la consommation totale augmente de manière proportionnelle à l'augmentation (légère) de population. Faux problème selon moi, la facture d'électricité du monde numérique, s'il devait y avoir un problème, serait reglée à coup de nuke. Quant à la raréfaction des matière première, j'ai cru comprendre que les industries étaient assez inégalement touchées, et que l'IT n'était pas en première ligne... Mais je ne suis pas un expert du sujet.

 

Le 22/02/2021 à 02:39, Lame a dit :

La part du peuple: En échange du pack numérique ci-dessus, les contribuables et citoyens permettent à l’UE de collecter et utiliser leurs données pour les projets communautaires, par exemple le développement des IA connexionistes.

Sexy ton plan machiavélique de dictature numérique :) Aujourd'hui, les Européens prennent le sens exactement inverse (et je pense qu'il est le bon) : privacy & open source.

 

Le 21/02/2021 à 23:08, Lame a dit :

Comment garantir l'accès aux outils numériques essentiels?

1) Par la fourniture d'outils open source développés aux frais des pouvoirs publics en collaboration avec les usagers (économie mixte contributive).

2) Par l'indemnisation d'une partie des frais des usagers.

A part la sécu où on est tellement dépassé que le collaboratif est impératif (l'ANSSI mais globalement tous les RSSI étatiques publient pas mal de tools open source, et la porosité avec la communauté est importante), c'est assez rare que les états mettent la main à la poche pour dev open source. Les entreprises privées le font pas mal sous le modèle : on propose de l'open source complexe, donc on propose une presta payante de conseil + support en accompagnement. Et qu'est-ce que tu voudrais créer de nouveau en open source et qui manque ? Il existe déjà quasi tout ce qui est essentiel, et en bricolant un peu on peut quasiment déjà tout faire.

Les frais des usagers ne me semble pas, aujourd'hui, une facture insurmontable. D'autant plus qu'on doit être parmi les pays au monde à avoir la facture internet la moins élevée. Monter un PC soi-même aujourd'hui ne coute pas très cher, on peut faire des merveilles avec un RasPi (et ça n'est que le début). Les PC de gamer coûtent cher, mais un PC classique non. Si tu peux t'offrir le nouvel iPhone tous les ans en étant au SMIC, tu peux t'offrir un PC 4-5 fois moins cher tous les 3-4 ans. Difficile de faire mieux. Le seul truc qui manque à ton tableau serait de proposer une formation numérique digne de ce nom à toute personne sortant de l'école, mais niveau priorité, faudrait déjà que les gens sachent sortir de l'école en sachant lire et faire des multiplications.

 

Le 21/02/2021 à 22:50, Lame a dit :

Ce qui m'amène à un sujet connexe, le datamesh

Terme fumiste full marketing. C'est le principe de la microsegmentation au niveau infra / middleware, qui ne fait qu'extérioriser le problème vers des partenaires. Et c'est même de l'arnaque dans le sens où ta donnée sera forcément moins volumineuse centralisée que dispersée. Sans parler du traitement (mais ça, je veux bien croire qu'on arrivera à l'améliorer). C'est avant tout de l'optimisation financière pour que les générateurs de données soient responsabilisés sur leurs volumes produits : c'est toi qui produit = c'est toi qui paye, moi je ne prends ( = je paye) que ce qui m'intéresse.

 

Le 21/02/2021 à 21:26, Lame a dit :

A vrai dire, l'Europe et les USA développent la 6G et préparent le développement de la 7G pour avoir la souveraineté numérique (surtout du point de vue des brevets) sans les générations de retard.

Et si on commençait par implémenter la 4G (la vraie, le LTE Advanced) ? Faut pas oublier que l'ordre de réflexion est le suivant : on imagine les besoins business de demain > on pisse un cahier des charges des performances de la xG > on fait la course aux brevets pour posséder les technos qui répondent à ce cahier des charges. C'est important de comprendre ce raisonnement, parce que ça met en lumière que bosser (ou développer, pour reprendre tes termes) sur les 6G ou 7G niveau propriété intellectuelle n'a aucun sens, c'est que de la com', c'est juste se dire qu'on réfléchit à la structure numérique du monde de demain, rien de plus.

 

Le 21/02/2021 à 21:11, Lame a dit :

Voilà les grands besoins fondamentaux:

- Garantie d'équipement: Il faut garantir aux agents publics et entrepreneurs l'accès aux équipements informatiques nécessaires à leur activité même en cas d'embargo volontaire ou accidentel.

- Garantie d'approvisionnement: Il faut garantir aux producteurs la possibilité d'acheter les composants électroniques indispensables à la fabrication de leur produit.

- Garantie de cybersécurité: Il faut protéger les autorités et les entrepreneurs contre les cyberattaques incapacitantes et l'espionnage.

- Garantie d'efficience: Il faut garantir aux usagers autochtones des produits conformes à leurs besoins et non aux intérêts économiques des exportateurs étrangers.

Mais lol. On n'est incapable de valider aucun des 3 premiers points d'un point de vue technique de près ou de loin, alors politiquement... Bonne chance. C'est complètement irréalisable, absolument personne de sérieux n'envisage un plan de développement exhaustif en ce sens (après, on peut effectivement apporter des réponses partielles mais faut oublier exhaustivité de la garantie). Quant au 4ème point, le monde entier a globalement les mêmes besoins techniques d'un point de vue numérique, donc c'est déjà validé. Le seul détail qui ne convient pas au "conforme", c'est le prix qui nous est imposé. Mais comme dit ailleurs, on a le choix entre s'appuyer sur des technos US avec un risque maitrisé et pas trop cher, ou alors payer très cher avec un risque bien plus élevé et un système moins performant histoire de pouvoir dire cocorico. Non merci.

 

Le 21/02/2021 à 21:11, Lame a dit :

Le Minitel est volontiers raillé de nos jours comme un internet primitif mais chacun doit se souvenir qu'il a précédé l'introduction d'internet en France et généré le tissu économique qui a adopté l'internet.

La stratégie du minitel me semble tout à fait pertinent pour acquérir une souveraineté économique. [...]

Le Minitel a été dans un contexte de non concurrence étrangère et lors de la création d'internet. Le contexte n'a rien à voir avec se faire une place sur un marché déjà occupé.

 

Le 21/02/2021 à 21:11, Lame a dit :

[...] L'idée serait que les autorités mettent à disposition des usagers un réseau informatique dédié à la conception collaborative d'équipement informatique open source. Par la suite, les écoliers seraient formés à l'usage de ces équipements en lieu et place des équipements des exportateurs étrangers traditionnels.

Cette stratégie ne permet pas de répondre à tous les besoins mais elle permet à la population de se libérer elle-même d'une partie de sa dépendance numérique vis à vis des exportateurs étrangers. C'est un socle sur lequel on peut commencer à construire la souveraineté numérique.

Oh, en fait, ça existe déjà, ça s'appelle internet. Et ça fonctionne très bien.

Laisse moi te poser une question : est-ce que tu es sous Linux / Libre Office like / Firefox sur ton PC perso ? Est-ce que tu regardes la TV via une distribution open source gratuite ? Plus généralement, est-ce que tu fais beaucoup de DIY chez toi ? Le concept business ce ceux qui nous tiennent par les couilles d'un point de vue propriété intellectuelle est simple : on parie que ça vous prendra trop de temps / d'énergie pour ré-inventer la roue par vous-même, open source ou pas, et que vous préférerez acheter un truc tout fait qui fonctionne bien. Il faudrait mettre tellement de pognon et d'énergie pour rattraper notre retard que ça nous est totalement inaccessible : premièrement car il nous faudrait des années pour proposer ce que les américains proposent aujourd'hui, mais en plus parce qu'ils progressent plus vite que nous, donc même si on les rattrapait, on se ferait rouler dessus. C'est un combat perdu d'avance. Je t'encourage à regarder la vitesse de développement d'Azure (la sortie de nouveaux services) : fulgurant ! On parlait autrefois des GAFA. Maintenant des GAFA-M. Et demain des M-GAFA. Microsoft est juste en train de tuer le game.

Par contre, tu aurais pu poser la question de certains ressources matérielles type terres rares, qui me semble un débat plus intéressant (probablement parce que je m'y connais moins).

 

Il faut bien comprendre quelques petites choses :

  • On ne peut pas être dans un état "sécurisé" d'un point de vue malware. Toutes les DSI courent après cette chimère, mais il faut définitivement l'enterrer. Parlons plutôt de réduire le risque.
  • Le déficit actuel de l’État ne permet pas d'engager un gros plan d'investissement. Ou s'il le faisait, ce serait probablement au détriment d'autre chose tout aussi important. On est vraiment en mode survie d'un point de vue budget public aujourd'hui. Le seul truc qui nous sauve, c'est que le monde a encore confiance en notre capacité à rembourser notre dette. Et pourvu que cela tienne encore longtemps, sinon, ça va être moche.
  • Comme le disait Gally je ne sais plus où, un de nos gros problèmes est d'être frileux sur la prise de risque et de ne bouger sur une techno qu'en mode réactif. Ce modèle n'est pas applicable dans le monde numérique (mais la majorité des dirigeants ont un peu de mal avec ce concept) : Si t'as raté l'anticipation du virage, tu prends le mur.
  • Il n'y a globalement pas trop de débat à avoir sur le contenu open source. Si tout n'existe pas, on peut monter à peu près tout en bricolant. Ça prend juste du temps et de l'argent. Monétiser un contenu open source est le modèle économique n°1 de l'IT mondial aujourd'hui.
  • Faut accepter de dire qu'on ne peut pas tout maitriser et qu'on a de gros trous dans la raquette. Mais c'est sûr que c'est compliqué à accepter quand on est citoyen néophyte en IT et qu'on est pas loin du sommet de la pyramide de Maslow et qu'un concurrent politique crie à tord que, lui au pouvoir, il règlera le problème. Faut accepter le risque et choisir ses combats, plus pragmatiques.
  • Regarde le nombre de scientifiques / ingénieurs qu'on forme en France par an. Compare ce chiffre avec les US ou la Chine. Réalise que les meilleurs en France vont monter leur affaire outre-Atlantique ou acceptent volontiers de se faire racheter par l'oncle Sam qui propose un contexte bien plus favorable. Là tu as un problème. Et tu ne peux pas lutter contre. On n'a plus le statut de superpuissance de 1900. CQFD.
Edited by Nemo123
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Lame a dit :

 

Non, tu peux détailler ce qu'il a coûté et, surtout, de quel manière? Merci d'avance.

https://www.lesechos.fr/2014/06/bull-lhistoire-dune-resurrection-1102784

Et je me souviens très bien de machines Bull  achetées par « obligation nationale » pendant la nationalisation qui dormaient dans des cartons dans les couloirs des salles informatiques dans le secteur publique ...

Quant à OVH, je vous engage à lire pourquoi ils n’ont pas été retenu dans la liste des entreprises du cloud Européen

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Pierre_F a dit :

Quant à OVH, je vous engage à lire pourquoi ils n’ont pas été retenu dans la liste des entreprises du cloud Européen

A propos d'OVH, je ne sais pas si ça a été dit ici, mais OVHcloud a obtenu le Visa de sécurité ANSSI pour sa qualification SecNumCloud il y a 2 mois. Et cela signifie beaucoup.

https://www.ovh.com/fr/news/presse/cpl1721.ovhcloud-obtient-visa-securite-anssi-sa-qualification-secnumcloud

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Nemo123 said:

A propos d'OVH, je ne sais pas si ça a été dit ici, mais OVHcloud a obtenu le Visa de sécurité ANSSI pour sa qualification SecNumCloud il y a 2 mois. Et cela signifie beaucoup.

https://www.ovh.com/fr/news/presse/cpl1721.ovhcloud-obtient-visa-securite-anssi-sa-qualification-secnumcloud

OVH ... c'est leur support qu'il faudrait qu'ils fassent qualifier d'abord ...

Link to post
Share on other sites

https://www.clubic.com/ovh/actualite-364035-le-fondateur-d-ovhcloud-veut-racheter-shadow.html

JezbyVentures, le fonds d'investissement lié à l'entreprise OVH, étudie le rachat de Shadow, en redressement judiciaire. L'objectif de l'entrepreneur avec ce rachat serait de « développer une alternative européenne à Office365 / G-Suite ». Pour l'instant, la question du Cloud gaming n'est pas évoquée. Le besoin est de 30 à 35 M€.

Rappelons que Shadow a gagné des clients en 2020, passant de 67 000 utilisateurs en 2019 à 97 000 l'année dernière. Mais cela n'a pas empêché son chiffre d'affaire de baisser de 20 à 17 millions d'euros sur la même période, le prix des abonnements ayant drastiquement diminué.

Depuis 2015, Blade a levé 108 millions d'euros pour le développement de Shadow. Le besoin de financement actuel a été évalué entre 30 et 35 millions d'euros. Les effectifs de l'entreprise s'élèvent à 138 employés en France et 25 répartis dans deux filiales à l'étranger.

Link to post
Share on other sites
Le 19/08/2020 à 23:38, mehari a dit :

C'est en court. C'est le but de projet comme l'EPI que j'ai mentionné au dessus, qui est avant tout destiné aux super-calculateurs (même si on peut imaginer des retombées dans d'autres domaines par la suite). On peut aussi envisager l'investissement dans la recherche sur l'informatique et les communications quantiques, pour citer quelques exemples.

Un article paru ce matin dans le Handelsblatt. Malheureusement, le verrouillage de contenu est tombé après que j'aie pu lire l'article. Voici donc le début de l'article demeurant accessible ouvertement :

Citation

L'Allemagne est perdante face aux États-Unis et à l'Asie dans le domaine des ordinateurs quantiques

Coûts élevés, manque de stratégie, manque d'expertise : malgré une bonne recherche, l'Allemagne ne parvient pas à faire progresser cette technologie clé.

Bruxelles, Düsseldorf.

L'Allemagne risque de s'enliser dans le développement d'un ordinateur quantique "made in Germany". C'est ce que montre une réponse du gouvernement fédéral à une petite enquête du FDP, qui est à la disposition du Handelsblatt : Bien que les compétences soient disponibles, aucune entreprise allemande ne construit d'ordinateur quantique - contrairement aux géants technologiques que sont Google, Microsoft et IBM. "En comparaison internationale, l'Allemagne prend de plus en plus de retard", déclare Mario Brandenburg, porte-parole du FDP pour la politique technologique.

Pourtant, tout ce dont elle aurait besoin pour réussir dans cet important domaine technologique est disponible : Les experts allemands en sciences quantiques sont considérés comme des leaders, et la recherche fondamentale allemande est reconnue dans le monde entier. En outre, les fournisseurs allemands de technologies de l'information produisent des composants importants pour les ordinateurs quantiques, et de nombreuses start-ups développent des logiciels quantiques. Le gouvernement allemand prévoit d'investir plus de deux milliards d'euros dans ce domaine, ce qui représente l'un des plus gros montants jamais alloués.

[...]

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.handelsblatt.com/technik/it-internet/quantencomputing-deutschland-verliert-bei-quantencomputern-den-anschluss-an-die-usa-und-asien/26984870.html

 

 

Link to post
Share on other sites

C'est assez compliqué la stratégie de développement en ordi quantique. C'est un peu comme à l'aube de la maitrise de la technologie nucléaire : sur le principe et la théorie, tout le monde sait comment ça fonctionne et ce à quoi on veut aboutir (comprendre par là, quels phénomènes physiques on veut réaliser). Du coup, chaque champion industriel y va de sa stratégie, généralement complètement différente de celle des concurrents. Probablement qu'à terme, un ou deux modèles feront référence, et que la R&D des autres chemins sera à peu près totalement perdu. Un gouffre financier. Donc bien choisir son cheval est primordial.

Après, comme on disait, à un moment donné, faut tenter le coup car si on prend un train de retard, on ne rattrapera jamais la tête de train. Mais le pari est très risqué, ça ne m'étonne pas qu'on, européens, soit frileux à se lancer.

Aujourd'hui, maitriser des opérations quantique, c'est juste jouer à kisékalaplugross à monter qu'on peut monter à plus de qbit que la concurrence, mais l'application business et opérationnelle est aujourd'hui inexistante. Demain sera autrement, assurément. Donc ça n'encourage pas le trésorier à allouer du budget, d'où, probablement, la décision de l'Allemagne.

Edited by Nemo123
Link to post
Share on other sites
il y a 45 minutes, Kiriyama a dit :

Un truc que je viens de découvrir, le réseau social Clubhouse, réservé aux CSP+ et aux branchés de la mondialisation. Uniquement accessible sur cooptation et disponible seulement sur iPhone.

https://www.marianne.net/politique/on-sest-balade-sur-clubhouse-le-reseau-social-du-bavardage-elitiste

 

https://www.youtube.com/watch?v=L1N3WXZ_1LM

à remettre au gout du jour ... mais c'est pareil en somme ....

  • Like 1
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,560
    Total Members
    1,550
    Most Online
    b52.
    Newest Member
    b52.
    Joined
  • Forum Statistics

    21,130
    Total Topics
    1,386,521
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...