Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

USA, tendances et problématiques de long terme


Recommended Posts

Pas de criaillerie ni de politique politicienne? J'achéte!

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/02/13/comment-evoluent-les-inegalites-aux-etats-unis-tracez-la-courbe-de-ces-quatre-graphiques-pour-comprendre-l-injustice-fiscale_6029397_4355770.html

Citation

Des revenus qui stagnent depuis les années 1980 pour les classes moyennes et populaires américaines, une espérance de vie qui diminue depuis plusieurs années : dans leur livre Le Triomphe de l’injustice : richesse, évasion fiscale et démocratie (Seuil, parution le 13 février), les économistes français Emmanuel Saez et Gabriel Zucman décortiquent les inégalités générées aux Etats-Unis par le capitalisme.

La baisse de l'espérance de vie non documenté dans l'article est particuliérement inquiétante.

Edited by nemo
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

L'article est intéressant mais partiellement flouté.

La baisse de l'espérance de vie est "normale" si on la met en rapport avec les conditions de vie de travail ainsi que le système de santé inique. Tant que cette classe moyenne continue de voter pour l'un ou l'autre des partis c'est sans espoir.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, kalligator a dit :

L'article est intéressant mais partiellement flouté.

La baisse de l'espérance de vie est "normale" si on la met en rapport avec les conditions de vie de travail ainsi que le système de santé inique. Tant que cette classe moyenne continue de voter pour l'un ou l'autre des partis c'est sans espoir.

Il faut cliquer pour faire disparaître le flou. C'est un "jeu" " saurez vous deviner comment évolue la courbe?" :rolleyes:

Edited by nemo
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les déboires récents d'Intel en matière de miniaturisation semblent indiquer que l'industrie américaine des semi-conducteurs est en phase terminale de délocalisation de la production en Asie. Ce qui ne veut pas dire qu'elle ne conserve pas le leadership du design. Cependant cela crée une dépendance vis à vis de Taïwan et de la Corée du Sud, des pays qui vivent sous la menace militaire de la Chine et de la Corée du Nord. Comment en est-on arrivé là ?

https://nationalinterest.org/feature/semiconductor-shortfall-america-willingly-ceding-technology-race-asia-170837 (18 octobre 2020)

L'une des principales caractéristiques et faiblesses de la politique étrangère américaine mondialiste a été la tendance à se tourner principalement vers la politique étrangère pour résoudre des problèmes que la politique intérieure pourrait probablement mieux gérer. C'est parce que, toutes choses égales par ailleurs, il est beaucoup plus facile de modifier et de contrôler les conditions à l'intérieur du pays qu'à l'étranger.

Pour résoudre leur problème de pénurie d'énergie, les États-Unis cherchent depuis longtemps à stabiliser le Moyen-Orient plutôt que de développer des combustibles fossiles alternatifs ou des sources d'énergie verte. Pour éradiquer, ou du moins réduire, le terrorisme djihadiste, les administrations des deux partis ont enlisé la nation dans des guerres étrangères coûteuses et prolongées plutôt que de sécuriser la patrie. Et de nombreux présidents ont mené des "guerres contre la drogue" en Amérique latine et dans d'autres régions avec plus d'énergie qu'ils n'ont attaqué les maux sociaux et économiques qui alimentent la consommation intérieure de stupéfiants. La sagesse et le bilan de ces stratégies n'ont pas été impressionnants, au mieux.

Maintenant, des nouvelles provenant d'une source inattendue pourraient donner le coup d'envoi d'un autre effort malavisé et même potentiellement dangereux de politique étrangère pour résoudre un problème essentiellement intérieur. Le dernier rapport trimestriel d'Intel, fabricant de semi-conducteurs, fait état d'un certain nombre de vulnérabilités technologiques potentiellement graves, susceptibles de compromettre la prospérité des États-Unis ainsi que leur sécurité nationale.

Intel, bien sûr, est le plus grand producteur américain de semi-conducteurs et l'un des plus grands fabricants de puces électroniques au monde. En fait, c'est le seul grand producteur américain qui fabrique encore des puces logiques de pointe sur le marché intérieur - ou du moins qui essaie encore de le faire. Cette capacité est déterminante pour la compétitivité technologique nationale, car ce sont les produits dont les capacités actuelles et le vaste potentiel alimentent ce qu'on appelle l'innovation de processus qui permet à l'ensemble de l'industrie microélectronique de créer des produits plus rapides et plus puissants. La majeure partie du reste du secteur des semi-conducteurs, tant aux États-Unis qu'ailleurs dans le monde, a fait sa transition vers un modèle commercial dit "sans usine" (fabless), dans lequel les entreprises développent et conçoivent des semi-conducteurs tout en laissant les fabricants sous contrat relever le défi de la construction et de l'exploitation de centres de fabrication (ou "fabs" en abrégé) de plus en plus coûteux et représentant plusieurs milliards de dollars.

Les semi-conducteurs, par conséquent, (a) jouent un rôle central dans la fabrication du matériel informatique et lui permettent d'utiliser tous les logiciels développés pour ces dispositifs - y compris le matériel de réseau qui abrite l'Internet ; et (b) sont les clés de la création de nouvelles et bien meilleures générations de machines et d'équipements civils dans toute l'industrie - ainsi que de systèmes d'armes de pointe.

Il est donc facile de comprendre pourquoi les sonnettes d'alarme se sont déclenchées à Wall Street et dans la communauté de la sécurité nationale américaine : Intel a non seulement annoncé qu'il avait échoué dans ses efforts pour fabriquer en masse une nouvelle famille de puces incorporant la dernière génération de technologie d'amélioration des performances, mais a également évoqué la perspective d'abandonner complètement la fabrication de semi-conducteurs. Pire encore, c'était le deuxième échec consécutif d'Intel dans l'introduction de ces processeurs de nouvelle génération. Dans un secteur où les cycles de production sont de plus en plus courts, un tel échec peut considérablement augmenter le coût à long terme d'une entreprise en retard sur le plan technologique.

Jusqu'à présent, la nouvelle a cependant été plus décourageante pour les investisseurs que pour la communauté de la sécurité nationale. Les premiers craignent l'abandon possible par Intel de la compétence principale qui a conduit à son succès de longue date. Les seconds, en revanche, comprennent que l'économie et l'armée américaines pourraient toujours avoir accès à des semi-conducteurs intégrant un savoir-faire de classe mondiale même si Intel se lance dans le "sans usine".

Après tout, les deux autres entreprises disposant d'une technologie de pointe en matière de fabrication de semi-conducteurs sont originaires de Taïwan (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, ou TSMC) et de Corée du Sud (Samsung). Il est également réconfortant de constater que même de nombreux systèmes d'armement américains avancés ne sont pas tout à fait neufs et utilisent donc des puces plus anciennes. De plus, beaucoup de ces semi-conducteurs sont faits sur mesure pour un usage militaire et, par conséquent, les petits producteurs nationaux qui les produisent encore semblent capables de gérer le volume des commandes.

Mais bien que les deux puissances manufacturières asiatiques soient des alliés des États-Unis, leur situation - à la périphérie de la Chine, dont les propres prouesses technologiques croissantes sont largement considérées comme la principale menace pour la sécurité et la prospérité des États-Unis - fait figure de talon d'Achille. En ce qui concerne les technologies héritées du passé, les États-Unis auront de plus en plus de mal à les utiliser pour relever les défis de l'intelligence artificielle, des réseaux, de la cybersécurité et autres qui continueront à dominer de plus en plus les opérations militaires contre des ennemis allant des concurrents de niveau équivalent aux acteurs non étatiques, ainsi que les efforts anti-piratage des organismes gouvernementaux civils, des entreprises et autres institutions.

À ce stade, il semble prématuré de craindre que les États-Unis réagissent principalement en renforçant leur présence militaire en Asie de l'Est et en consolidant leurs relations d'alliance. Des mesures de politique étrangère et des mesures nationales visant à remédier aux insuffisances de la fabrication des semi-conducteurs ont été mises en œuvre et sont en cours de discussion.

L'administration Trump a renforcé le soutien diplomatique américain à Taïwan et a approuvé la première vente de nouveaux chasseurs à réaction américains à l'île depuis 1992. Washington a également annoncé récemment une modeste augmentation de la présence des troupes américaines en Asie de l'Est et a intensifié les mesures de lutte contre Pékin dans le détroit de Taïwan et la mer de Chine méridionale. Oui, le président a également négocié en public avec le Japon et la Corée du Sud sur les coûts d'accueil de leurs bases militaires américaines respectives, soulevant ainsi inévitablement des questions sur l'engagement militaire américain - au moins tant que M. Trump restera en fonction. Mais jusqu'à présent, ses actions pro-engagement l'emportent sur ces paroles.

Entre-temps, même avant l'annonce d'Intel, un consensus bipartite fort s'était développé sur le fait que les États-Unis doivent s'atteler sérieusement à la croissance de la fabrication nationale de semi-conducteurs - et une grande partie de l'industrie prétend être de la partie. Naturellement, les fabricants de puces (y compris les entreprises étrangères opérant du côté de l'État) ont réclamé et anticipé d'importants allégements fiscaux et des subventions visant à les encourager à fabriquer à nouveau en Amérique. Et l'administration Trump, de même que les démocrates et les républicains du Congrès, semble déterminée à ne pas les décevoir.

Washington a déjà fait un pas en avant pour TSMC, puisqu'une quantité non divulguée d'incitations promises a contribué à convaincre la société de créer une fabrique de puces, même de taille moyenne, en Arizona. En outre, en juillet, la Chambre et le Sénat ont adopté, avec un fort soutien bipartite, des projets de loi similaires visant à revigorer les capacités nationales en matière de fabrication de puces électroniques et dans les domaines connexes. Les trois dispositions relatives à la production sont communes aux deux versions : l'offre de crédits d'impôt remboursables pour les investissements dans la fabrication de semi-conducteurs pour les prochaines années ; l'autorisation d'un programme fédéral de 10 milliards de dollars pour égaler les incitations des États et des collectivités locales à construire des fonderies de semi-conducteurs de pointe (comme on appelle les installations spécialisées dans la fabrication, et non la conception, de puces) ; et la création d'un nouveau programme à l'Institut national des normes et de la technologie pour soutenir la fabrication de semi-conducteurs de pointe sur le sol américain.

Mais il n'est pas certain que cet équilibre tienne, quel que soit le vainqueur de la présidence en novembre prochain. Parmi les raisons principales - et interdépendantes - de cette situation : la situation dans laquelle se trouvent les États-Unis en matière de fabrication de semi-conducteurs donne à réfléchir. Même Intel, traditionnellement centrée sur la fabrication, a progressivement perdu tout intérêt à conserver les États-Unis comme son fleuron en matière de production. Comme presque tout le secteur du matériel informatique, elle a agi comme si elle pouvait à la fois conserver son avantage concurrentiel et augmenter ses bénéfices en estimant que la fabrication des produits les plus sophistiqués est une basse besogne. Il est préférable - et beaucoup plus lucratif dans un avenir proche - de laisser des étrangers moins avancés s'occuper de la fabrication proprement dite et de redoubler d'efforts de recherche, de conception et d'ingénierie.

Du point de vue de la capacité américaine de fabrication de semi-conducteurs, les résultats finaux parlent d'eux-mêmes. Depuis 1990, la part des États-Unis dans la capacité mondiale de production de semi-conducteurs a été réduite de plus de la moitié, passant de 37 à 12 %. Selon l'association professionnelle de l'industrie américaine, environ 80 % de la production mondiale est désormais réalisée en Asie, principalement à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon.

La croissance explosive de la production asiatique explique une grande partie de ce changement. Mais il en va de même pour le ralentissement de la production américaine. Au cours de l'expansion économique américaine de 2001-2007, la production américaine de produits informatiques et électroniques (une vaste catégorie officielle de biens qui comprend les semi-conducteurs) a augmenté de 160 % en termes corrigés de l'inflation. Mais pendant la période d'expansion plus longue de 2009 à 2019, ce taux de croissance est tombé à 73,68 %, soit moins de la moitié.

Depuis 2001, la main-d'œuvre du pays dans le secteur des semi-conducteurs a également diminué de près de 31 %. Il est tentant d'attribuer la baisse de l'emploi uniquement à une augmentation de la productivité, mais au cours de la période 2001-2007, la productivité des secteurs des semi-conducteurs et des secteurs connexes a augmenté de 58,53 % dans sa plus large mesure. Au cours de l'expansion plus longue qui vient de s'achever, cette croissance de la productivité n'a été que de 24,18 %, soit moins de la moitié.

En outre, une bonne partie du ralentissement de la croissance intérieure et de la hausse de la production asiatique de semi-conducteurs provient de la délocalisation par l'industrie américaine de sa propre fabrication basée aux États-Unis, au point que la part de la capacité de production des entreprises américaines en Asie (y compris la Chine) est presque aussi importante (41,7 %) que la part restante aux États-Unis (44,3 %). Il existe deux autres raisons notables à cette délocalisation. Premièrement, la plupart des clients des fabricants de semi-conducteurs du monde entier se trouvent désormais aussi en Asie. Il s'agit des entreprises qui composent l'industrie de fabrication de produits électroniques, dont le large éventail de produits est contrôlé par différents types de puces informatiques. Deuxièmement, une grande partie de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie se trouve désormais aussi en Asie.

En fait, ce qui est arrivé à la production américaine de semi-conducteurs ressemble beaucoup à ce que les professeurs Willy Shih et Gary Pisano de la Harvard Business School ont décrit comme la perte d'un "patrimoine industriel", c'est-à-dire d'un stock national ou régional de "savoir-faire en matière de R&D, de développement de procédés avancés et de compétences en ingénierie, et de compétences de fabrication liées à une technologie spécifique". En outre, comme le laisse entendre la définition, ce "fondement essentiel de l'innovation et de la compétitivité" comprend des fournisseurs de classe mondiale et des clients exigeants, ainsi que des employés (appelés "capital humain" dans le jargon moderne du management) très compétents non seulement pour le travail en laboratoire mais aussi pour le travail en usine.

Par conséquent, lorsque les entreprises américaines de semi-conducteurs observent (à juste titre) que leur déplacement vers l'Asie reflète de manière significative les efforts déployés pour bénéficier des subventions et des allégements fiscaux des gouvernements asiatiques que Washington n'a pas réussi à égaler, elles envoient le message qu'elles ont quitté un pays qui a longtemps semblé assez blasé sur le fait de soigner ce patrimoine industriel pour des pays pour lesquels c'est une priorité absolue. On peut dire la même chose du vaste fossé qui sépare la valeur de l'industrie manufacturière en Asie de l'Est de son statut aux États-Unis, où pendant des décennies, les dirigeants politiques, influencés par les milieux économiques et financiers, en sont venus à insister sur le fait que l'industrie manufacturière n'avait plus d'importance. En effet, dès 1985, le président de l'époque, Ronald Reagan, a déclaré que "la progression d'une économie telle que celle des États-Unis, de l'agriculture à l'industrie manufacturière et aux services, est un changement naturel".

Intel, d'ailleurs, n'a pas fait exception. Comme le montrent les propres archives de l'entreprise, la part des États-Unis dans sa production manufacturière mondiale est passée de près de 70 % en 2004 à une "majorité" en 2019. En 2004, 60 % de ses 85 000 employés dans le monde étaient basés aux États-Unis. En 2019, l'effectif mondial est passé à 110 800 personnes, mais la part des États-Unis est tombée à 49 %.

Même si l'on met de côté l'opinion courante à Washington selon laquelle le gouvernement ne saurait choisir les gagnants industriels et technologiques à distance aussi bien que le secteur privé, les raisons de douter de la capacité des États-Unis à revigorer le patrimoine industriel de la fabrication des semi-conducteurs sont faciles à cocher. Il y a la complexité même de la production de quantités sans défaut (et donc rentable) de puces toujours plus puissantes, dont chacune contient des milliards de transistors qui sont des fractions microscopiques toujours plus petites d'un cheveu humain de large et donc capables de gérer un nombre croissant de tâches de plus en plus difficiles. Il est nécessaire de recréer une chaîne d'approvisionnement complète de bout en bout (y compris les clients), plutôt que de supposer que l'industrie peut survivre comme une série de fabricants de puces de plusieurs milliards de dollars qui existent dans un isolement relatif. Il y a l'orientation court-termiste et stratégiquement indifférente de la forme actuelle de capitalisme américain dominant, orienté vers les actionnaires. Il y a la profonde ambivalence vis à vis de toutes les mesures de dé-mondialisation durable de la part d'Intel et de ses homologues sans usine. Après tout, Intel reste nerveux face à toute décision du gouvernement américain qui pourrait mettre en danger son accès à son énorme clientèle chinoise. Les entreprises sans usine dépendent aussi fortement des ventes en Chine, et du point de vue de leurs entreprises individuelles, la dépendance à l'égard des fonderies étrangères comme celles de la TSMC de Taiwan a jusqu'ici fonctionné à merveille.

En outre, comme le suggèrent nombre de ces obstacles, il y a une puissante inertie - dans le secteur public comme dans le secteur privé, intellectuel comme organisationnel - derrière la vision mondialiste selon laquelle tant que l'économie américaine peut même accéder à des produits comme les semi-conducteurs, peu importe où ils sont fabriqués - surtout lorsque les fournisseurs étrangers sont des alliés militaires. Lorsque cet accès est confronté à des menaces potentielles suffisamment sérieuses, des mesures telles que l'envoi d'un autre groupe aéronaval dans les eaux de l'Asie de l'Est et du Pacifique ou l'émission de déclarations diplomatiques rassurantes pourraient naturellement sembler préférables au rapatriement de la fabrication.

En fait, c'est précisément en raison de cette inertie et des obstacles réels à la promotion d'une fabrication nationale adéquate de semi-conducteurs que le passage d'une approche dominée par la politique étrangère à une approche basée sur la politique intérieure ne se fera pas du jour au lendemain, même avec une mobilisation de l'ensemble de l'économie et de la société.

Il est vrai que les Américains peuvent trouver un certain réconfort dans l'émergence de moyens autres que la réduction de la taille des circuits pour stimuler l'innovation dans le domaine des semi-conducteurs. Les spéculations vont bon train sur le fait que les limites physiques des possibilités de réduction sont inconfortablement proches, et le coût du progrès devenant stratosphérique, des transistors de plus en plus petits pourraient même ne pas être la voie la plus prometteuse pour améliorer les performances des semi-conducteurs, du moins à moyen terme.

Par exemple, le conditionnement implique la fabrication des boîtiers et autres produits qui protègent les circuits eux-mêmes de la corrosion et d'autres formes de dommages physiques, et à travers lesquels passent les signaux qui font fonctionner tous les dispositifs qui les utilisent. Longtemps considérés comme l'une des phases "back end" de la fabrication des puces et largement délocalisés en Asie, les acteurs de ce segment sont désormais appréciés pour leur capacité à améliorer les performances des semi-conducteurs tout en évitant des problèmes tels que la surchauffe. Intel elle-même a commencé à vanter ses prouesses dans ce domaine et dans des domaines similaires.

Dans le même temps, les efforts de miniaturisation des circuits ne sont pas près de s'arrêter. TSMC a pour objectif de livrer à Apple cet automne une puce qui a une génération d'avance sur le dispositif qu'Intel vient de mettre au point. Elles alimenteront les premiers iPhones qui utilisent la technologie de communication 5G tant vantée. Le fabricant taïwanais a également dévoilé ses plans pour produire des processeurs encore plus performants d'ici 2022, et a commencé à développer leurs successeurs.

Malgré le soutien bipartite aux projets de loi sur les puces électroniques et l'inquiétude bipartisane toujours croissante concernant les menaces liées à la Chine, on peut légitimement se poser des questions sur la pérennité et le sérieux de l'intérêt de Washington pour la fabrication de puces électroniques au niveau national. Après tout, le gouvernement américain s'inquiète des perspectives de l'industrie américaine depuis les années 1980, mais sa capacité de production nationale a quand même diminué pour ne représenter qu'une petite fraction du total mondial. Le maintien des forces américaines dans la région Asie-Pacifique afin de dissuader la pression politique et l'agression militaire de la Chine sera donc essentiel dans un avenir prévisible. Mais ces unités doivent être reconnues comme un atout gaspillé, et peut-être déjà gaspillé, car la puissance militaire nucléaire et conventionnelle croissante de la Chine et de la Corée du Nord a peut-être déjà érodé la domination de l'escalade qui, pendant des décennies, a renforcé la crédibilité des garanties de défense américaines. En substance, ces pays sont soit amplement capables de lancer des attaques de représailles nucléaires contre la patrie américaine (Chine), soit dangereusement proches de créer des systèmes de vecteurs intercontinentaux (Corée du Nord). Par conséquent, l'approche "America First" n'est peut-être pas seulement la voie la plus efficace pour retrouver le dynamisme national en matière de semi-conducteurs et de technologie. Elle pourrait également être la plus sûre.

Edited by Wallaby
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, rogue0 a dit :

https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20201021-crise-des-opiacés-le-laboratoire-purdue-accepte-de-plaider-coupable-aux-etats-unis

https://finance.yahoo.com/news/ap-exclusive-oxycontin-maker-plead-134849205.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly9lbi53aWtpcGVkaWEub3JnLw&guce_referrer_sig=AQAAAIydq7bVGbBnW-RwLELjZHlKan_MqJqnRaXYkjlEnC7wrJsgQ0DrIrd8miA93Q5p1oDzT-qvVjs5x5EXJWXhuEzaC-gk9zsG-ICMarUhNSSuzxs7jk4oNrRJvikjfaHCDb5nFpgSWuuz3i4k1nI6yqiATYATCJHjzeuIywT_YGrH

https://www.scmp.com/news/world/united-states-canada/article/3106549/oxycontin-maker-purdue-pharma-plead-guilty-pay-us83

Le fléau de l'addiction aux opiacés continue aux USA ( body count estimé > 400 000 morts depuis 20 ans : ça sera bientôt dépassé par celui de l'épidémie de covid tiens...).

Les big pharma US avaient longtemps réussi à nier et esquiver leur part de responsabilité dans l'épidémie via lobbying :
De guerre lasse, les Etats  ont sorti l'arme nucléaire aux USA ... les plaintes en justice au civil.

Purdue , fabriquant de l'Oxycontin, était l'une des big pharma pionnière dans le marketing moderne des opiacés (marketing direct incitant les médecins à prescrire, avec déni des risques d'addiction).
Ils viennent de plaider coupable et :

  • d'accepter de payer 8.3 G$ d'amende au niveau fédéral (note personnelle : pas cher payé pour 200 000 morts...)
  • les autres plaintes individuelles ne sont pas couvertes par cet accord et continuent (10G$ potentiel)
  • la famille dirigeante (les Sackler, méga mécènes d'art) est de facto expropriée -> la big pharma serait dirigée par une fondation censée prendre en compte la santé publique US (sic)

Après, les articles sont moins clairs sur la responsabilité individuelle des dirigeants : cet accord les ont-il immunisé contre d'autres poursuites, ou non ?

Pour le reste, en dehors des big pharma, cette crise a aussi de nombreux autres acteurs / responsables, dont les narcos mexicains (commerce plus profitable que la drogue colombienne), et certains fabriquants chinois peu scrupuleux (et je dirais tout le système de santé US peu efficace et pousse-crime ).
cf l'article du wiki, qui vaut ce qu'il vaut comme introduction :
https://en.wikipedia.org/wiki/Opioid_epidemic_in_the_United_States#cite_ref-17

Ce qui est dingue c'est que cette "affaire" qui a mis en lumière la déchéance et la médiocrité (et je reste poli) absolu de leur système de santé aurait du dans un monde qui tourne à peu près aboutir à une profonde remise en cause et nada. . . .

Finalement Trump ou Biden, Rep ou Démocrates who cares ? Les américains sont sacrifiés à plus ou moyen terme

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, elannion a dit :

Ce qui est dingue c'est que cette "affaire" qui a mis en lumière la déchéance et la médiocrité (et je reste poli) absolu de leur système de santé aurait du dans un monde qui tourne à peu près aboutir à une profonde remise en cause et nada. . . .

Finalement Trump ou Biden, Rep ou Démocrates who cares ? Les américains sont sacrifiés à plus ou moyen terme

pourquoi veux tu que ça change alors que ce sont les mêmes débiles qu'avant aux manettes, appliquant les mêmes méthodes et dogmes ? 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, elannion a dit :

Ce qui est dingue c'est que cette "affaire" qui a mis en lumière la déchéance et la médiocrité (et je reste poli) absolu de leur système de santé aurait du dans un monde qui tourne à peu près aboutir à une profonde remise en cause et nada. . . .

Finalement Trump ou Biden, Rep ou Démocrates who cares ? Les américains sont sacrifiés à plus ou moyen terme

Ce sont les Républicains qui ont voté et imposé les interdictions de négociation des tarifs des médocs. Que les deux partis soient travaillés au corps par des armées de lobbyistes, nul n'en doute, qu'il y cèdent de manière symétrique, pas forcément.

Pendant longtemps, il me semble que l'évolution des mœurs et structures économiques aux USA a été largement gouverné et orienté par la jurisprudence : j'ai l'impression que ce modèle est à bout de souffle, les ultra-libéraux ayant méthodiquement investi le corps judiciaire. La principale occupation du Sénat dans les 3 mois qui viennent sera d'ailleurs probablement de nommer - à vie - un maximum de jeunes juges fédéraux corrompus.

Link to comment
Share on other sites

https://laviedesidees.fr/Rebelle-sur-ordonnance-Eminem-ou-l-Amerique-intoxiquee.html (23 octobre 2009)

L’histoire racontée par Eminem résonne donc sans aucun doute aux oreilles d’une bonne partie du pays. Il fut précédé en cela par le chanteur Kurt Cobain dont le groupe Nirvana (sic) fut très populaire au début des années 90. L’artiste, consommé par sa toxicomanie et qui se suicida en 1994, avait été lui aussi un enfant sous Ritaline.

Et si on reprend ce fil, dix ans après :

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/12/BRYGO/61087 (décembre 2019)

Pourquoi le Kentucky ? Parce que c’est l’État américain qui compte le plus haut taux d’enfants diagnostiqués hyperactifs : 14,8 %, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), qui se fondent sur les déclarations des parents. Un sur dix est sous médicaments (5). Dans certains comtés, comme celui de Henderson, dans l’ouest, un quart des enfants scolarisés ont déclaré à leur école un diagnostic de TDAH. Ce qui place cet État et ses quatre millions et demi d’habitants au premier rang mondial de la médicalisation des enfants inattentifs. En 2017, plus de vingt millions d’Américains prenaient des psychostimulants, parmi lesquels seize millions d’adultes — dont cinq illégalement — et quatre millions d’enfants (6). Les États de l’Ouest et du Sud, ruraux et industriels, sont davantage touchés que le reste du pays.

Dimanche 29 septembre 2019, Lexington, Kentucky. Des échangeurs autoroutiers, une succession de commerces et, au fond d’un quartier pavillonnaire, la bibliothèque Beaumont. Mme Jesse Dune et ses deux bambins sont venus emprunter des livres pour la semaine. « Ce record mondial ne m’étonne pas du tout, dit cette pharmacologue de 39 ans, qui travaille à l’hôpital universitaire. Le Kentucky est un État très conservateur ; on ne parle jamais des émotions, des sentiments des enfants. On préfère leur donner un comprimé, c’est plus facile. En Californie, c’est l’inverse : être créatif et hyperactif ne vous vaut pas d’être suspect. Ici, c’est un trouble largement surdiagnostiqué, surtout chez les garçons. »

Selon une étude menée en 2008 dans une grande université du sud-est des États-Unis, 34 % des étudiants américains ont déjà eu recours au méthylphénidate pour leurs révisions (7). Shannon, qui suit des études commerciales, s’étonne : « C’est tout ? Je dirais plus, largement plus. Ici, c’est au moins 70 %, si vous voulez mon avis. Tout le monde autour de moi en prend. » Sur le campus de l’université du Kentucky, à Lexington, rien de plus simple que de trouver du méthylphénidate.

Une situation « dangereuse », selon M. Matthew Neltner, médecin universitaire qui officie au sein de l’unité de traitement des maladies mentales des étudiants de l’université. « L’argument selon lequel les psychostimulants ne seraient pas addictifs me rappelle le discours sur les opioïdes.

Aux États-Unis, être affligé d’un TDAH est parfois considéré comme désirable, car synonyme d’un ticket d’entrée dans la catégorie des surdoués. De nombreuses célébrités, du chanteur Justin Timberlake à l’actrice Emma Watson, en passant par le chef d’entreprise Richard Branson, le nageur Michael Phelps, feu le musicien Kurt Cobain ou encore… Leonard de Vinci, ont été diagnostiquées comme en étant atteintes.

Sur la route du rectorat, qui a accepté de nous recevoir, nous nous arrêtons dans une clinique qui fait scintiller le sigle « ADHD ».

« Parmi les vingt élèves de ma classe, raconte Mme Emily K., professeure dans un grand lycée de la région, j’en ai probablement 30 % qui ont soit un TDA, soit un TDAH. Ça fait cinq ans que je suis prof et ça a toujours été comme ça. Je crois que c’est normal pour tout le monde ici. La moitié au moins de mes élèves ne sont plus avec leurs parents à cause des opioïdes ou d’autres drogues, et vivent avec leurs grands-parents ou dans des familles d’adoption. C’est ça, le vrai sujet, dans ma classe. »

Ces vingt dernières années, l’école américaine a subi deux réformes successives qui ont accru la compétition entre établissements, entre élèves et entre professeurs. No Child Left Behind (« Aucun enfant laissé sur le bord du chemin »), une loi votée sous M. George W. Bush, et Race to the Top (« Course vers le sommet »), un programme instauré sous M. Barack Obama, ont aggravé les inégalités scolaires. L’école est-elle devenue si dure qu’il faille droguer les enfants pour leur permettre de suivre le rythme ?

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/03/POMMIER/58465 (mars 2018)

Jerome Kagan, professeur à Havard, déclarait dans un entretien en 2012 que le TDAH n’est pas une pathologie, mais « une invention. Quatre-vingt-dix pour cent des 5,4 millions d’enfants sous Ritaline aux États-Unis n’ont pas un métabolisme anormal (4)  ». En France, le docteur Patrick Landman a montré dans son livre Tous hyperactifs ? (Albin Michel, 2015) que le TDAH n’a aucune cause biologique identifiable : ses symptômes ne sont pas spécifiques et sont dépourvus de marqueurs biologiques. Aucune hypothèse neurobiologique n’a été validée. Le docteur Leon Eisenberg, inventeur du sigle TDAH, déclarait en 2009, sept mois avant sa mort, qu’il n’aurait jamais pensé que sa découverte deviendrait aussi populaire : « Le TDAH est l’exemple même d’une maladie inventée. La prédisposition génétique au TDAH est totalement surestimée ».

  • Thanks 2
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Voilà comment est présenter le TDAH en France (pour comparaison avec la situation US)

https://www.has-sante.fr/jcms/c_2025618/fr/trouble-deficit-de-l-attention-avec-ou-sans-hyperactivite-tdah-reperer-la-souffrance-accompagner-l-enfant-et-la-famille-questions-/-reponses

 

En résumé : 3% d'enfants ont ce diagnostic, ce n'est pas une maladie, la prescriptions médicamenteuse est très limité, et le parcours avant diag passe par un spécialiste, et plusieurs entretiens.

Edited by Héliphas
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Un sujet de long terme par excellence est le changement climatique. L'article suivant est centré sur la décennie des années 1980, où semble-t-il les conditions étaient réunies pour que des politiques publiques énergiques soient mises en place pour y remédier. Une occasion perdue ?

https://www.nytimes.com/interactive/2018/08/01/magazine/climate-change-losing-earth.html (1er août 2018)

Un large consensus international s'est dégagé sur une solution : un traité mondial pour réduire les émissions de carbone. L'idée a commencé à se concrétiser dès février 1979, lors de la première conférence mondiale sur le climat à Genève, lorsque des scientifiques de 50 nations ont convenu à l'unanimité qu'il était "urgent" d'agir. Quatre mois plus tard, lors de la réunion du Groupe des 7 à Tokyo, les dirigeants des sept nations les plus riches du monde ont signé une déclaration dans laquelle ils s'engageaient à réduire les émissions de carbone. Dix ans plus tard, la première grande réunion diplomatique visant à approuver le cadre d'un traité contraignant a été organisée aux Pays-Bas. Des délégués de plus de 60 nations y ont participé, dans le but d'établir une réunion au sommet mondiale qui se tiendra environ un an plus tard. Les scientifiques et les dirigeants du monde entier étaient unanimes : il fallait agir et les États-Unis devaient prendre l'initiative. Ce ne fut pas le cas.

Si le monde avait adopté la proposition largement approuvée à la fin des années 80 - un gel des émissions de carbone, avec une réduction de 20 % d'ici 2005 - le réchauffement aurait pu être maintenu à moins de 1,5 degré.

La première suggestion faite à Rafe Pomerance selon laquelle l'humanité détruisait les conditions nécessaires à sa propre survie est apparue à la page 66 de la publication gouvernementale EPA-600/7-78-019. Il s'agissait d'un rapport technique sur le charbon.

La principale obsession de [Pomerance] était l'air. Après avoir travaillé comme organisateur pour les droits sociaux, il a passé la seconde moitié de sa vingtaine à travailler à la protection et à l'extension du Clean Air Act, la loi globale réglementant la pollution de l'air. Cela l'a conduit au problème des pluies acides, et au rapport sur le charbon.

Pomerance reconstitue le fait que MacDonald, dans sa jeunesse, avait été un peu un prodige : dans la vingtaine, il a conseillé Dwight D. Eisenhower sur l'exploration spatiale ; à 32 ans, il est devenu membre de l'Académie nationale des sciences ; à 40 ans, il a été nommé au premier Conseil sur la qualité de l'environnement, où il a conseillé Richard Nixon sur les dangers environnementaux de la combustion du charbon. Il a suivi le problème du dioxyde de carbone tout au long de son parcours, avec une inquiétude croissante.

En 1859, Tyndall découvre que le dioxyde de carbone absorbe la chaleur et que les variations de la composition de l'atmosphère peuvent entraîner des changements climatiques. Ces découvertes ont inspiré Svante Arrhenius, un chimiste suédois et futur prix Nobel, à déduire en 1896 que la combustion du charbon et du pétrole pourrait faire augmenter les températures mondiales. Ce réchauffement serait perceptible dans quelques siècles, calculait Arrhenius, ou plus tôt si la consommation de combustibles fossiles continuait à augmenter.

Dans un article rédigé en 1957 avec Hans Suess, Revelle conclut que "les êtres humains mènent actuellement une expérience géophysique à grande échelle d'un type qui n'aurait pu se produire dans le passé ni être reproduit dans le futur".

Après près d'une décennie d'observation, Revelle avait fait part de ses préoccupations à Lyndon Johnson, qui les avait incluses dans un message spécial au Congrès deux semaines après son inauguration. Johnson a expliqué que sa génération avait "modifié la composition de l'atmosphère à l'échelle mondiale" par la combustion de combustibles fossiles, et son administration a commandé une étude sur le sujet à son Comité consultatif scientifique. Revelle en était le président, et son rapport exécutif de 1965 sur le dioxyde de carbone mettait en garde contre la fonte rapide de l'Antarctique, la montée des mers, l'augmentation de l'acidité des eaux douces - des changements qui nécessiteraient rien de moins qu'un effort mondial coordonné pour les prévenir.

Le plan du président, au lendemain de la crise pétrolière saoudienne, pour promouvoir l'énergie solaire - il est allé jusqu'à installer 32 panneaux solaires sur le toit de la Maison Blanche pour chauffer l'eau de sa famille - est un bon début, estime MacDonald. Mais le plan de Jimmy Carter pour stimuler la production de combustibles synthétiques - gaz et carburant liquide extraits du schiste et des sables bitumineux - était une idée dangereuse. L'énergie nucléaire, malgré la récente tragédie de Three Mile Island, devrait être développée. Mais même le gaz naturel et l'éthanol seraient préférables au charbon. Il n'y avait pas d'autre solution : La production de charbon devrait finalement prendre fin.


Sous l'impulsion de Van Allen, Hansen passa de la lune à Vénus. Pourquoi sa surface était-elle si chaude ? En 1967, un satellite soviétique a répondu à cette question : L'atmosphère de la planète était principalement composée de dioxyde de carbone.

Les scientifiques convoqués par Jule Charney pour juger du sort de la civilisation sont arrivés le 23 juillet 1979, avec leurs femmes, leurs enfants et leurs sacs de week-end, dans un manoir de trois étages à Woods Hole, sur l'éperon sud-ouest de Cape Cod. Ils allaient examiner toutes les données scientifiques disponibles et décider si la Maison Blanche devait prendre au sérieux la prédiction d'une apocalypse climatique faite par Gordon MacDonald.

Lorsque le seuil du doublement sera atteint, comme cela semblait inévitable, le monde se réchauffera de trois degrés Celsius. La dernière fois que le monde s'est réchauffé de trois degrés, c'était pendant le Pliocène, il y a trois millions d'années, lorsque les hêtres poussaient en Antarctique, que les mers étaient plus hautes de 80 pieds et que les chevaux galopaient sur la côte canadienne de l'océan Arctique.

En 1978, un collègue d'Exxon a fait circuler une note de service interne avertissant que l'humanité n'avait que cinq à dix ans avant qu'une action politique ne soit nécessaire. Mais le Congrès semblait prêt à agir beaucoup plus tôt que cela. Le 3 avril 1980, le sénateur Paul Tsongas, un démocrate du Massachusetts, a tenu la première audition du Congrès sur l'accumulation de dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Après l'élection, Reagan envisagea des plans pour fermer le département de l'énergie, augmenter la production de charbon sur les terres fédérales et déréglementer l'exploitation du charbon en surface.

Reagan semblait déterminé à inverser les réalisations environnementales de Jimmy Carter, avant de défaire celles de Richard Nixon, Lyndon Johnson, John F. Kennedy et, s'il pouvait s'en tirer, Theodore Roosevelt.

La violence de Reagan à l'égard des réglementations environnementales a alarmé même les membres de son propre parti.

[Audition de Hansen au Congrès]

Gore avait appris le changement climatique une douzaine d'années plus tôt, alors qu'il était étudiant à Harvard, en suivant un cours donné par Roger Revelle. L'humanité était sur le point de transformer radicalement l'atmosphère mondiale, a expliqué Revelle, en dessinant au tableau le zigzag montant de Keeling, et risquait de provoquer l'effondrement de la civilisation. Gore était stupéfait : Pourquoi personne n'en parlait ? Il n'avait aucun souvenir de l'avoir entendu de son père, sénateur du Tennessee pendant trois mandats, qui a ensuite été président d'une société charbonnière de l'Ohio.

Du point de vue de Gore, l'audition a été un succès sans équivoque. Ce soir-là, Dan Rather a consacré trois minutes du "CBS Evening News" à l'effet de serre.

Mais Hansen n'a pas obtenu de nouveau financement pour ses recherches sur le dioxyde de carbone. Il s'est demandé s'il était condamné par son témoignage ou par sa conclusion, dans le journal Science, selon laquelle la pleine exploitation des ressources en charbon - un objectif déclaré de la politique énergétique de Reagan - était "indésirable". Quelle qu'en soit la cause, il se retrouvait seul. Il savait qu'il n'avait rien fait de mal - il avait seulement fait des recherches diligentes et rapporté ses conclusions, d'abord à ses pairs, puis au peuple américain. Mais il semblait maintenant qu'il était puni pour cela.

David s'est vanté qu'Exxon allait inaugurer un nouveau système énergétique mondial pour sauver la planète des ravages du changement climatique. Il est allé jusqu'à affirmer que la foi aveugle du capitalisme dans la sagesse du marché libre était "moins que satisfaisante" en ce qui concerne l'effet de serre. Les considérations éthiques sont également nécessaires. Il a promis qu'Exxon réviserait sa stratégie d'entreprise pour tenir compte du changement climatique, même s'il n'était pas "à la mode" de le faire. Comme Exxon avait déjà fait de gros investissements dans les technologies nucléaires et solaires, il était "généralement optimiste" qu'Exxon "invente" un avenir d'énergie renouvelable.

L'administration Reagan était hostile au changement dans ses rangs. Mais elle ne pouvait pas être hostile à Exxon.

Il semblait que quelque chose commençait à changer.

[publication en 1983 du rapport "Changing Climate", commandé par l'administration Carter en 1980]

Nierenberg a recommandé "la prudence, pas la panique". Il vaut mieux attendre et voir. Mieux vaut parier sur l'ingéniosité américaine pour sauver la situation. Des interventions majeures dans la politique énergétique nationale, prises immédiatement, pourraient finir par être plus coûteuses et moins efficaces que des actions prises des décennies plus tard.

Les responsables gouvernementaux qui connaissaient Nierenberg n'ont pas été surpris par ses conclusions : C'était un optimiste de formation et d'expérience, un fervent croyant en la doctrine de l'exception américaine, une des élites scientifiques qui avait aidé la nation à gagner une guerre mondiale, à inventer l'arme la plus meurtrière imaginable et à créer les industries aérospatiale et informatique en plein essor. L'Amérique avait résolu tous les problèmes existentiels auxquels elle avait été confrontée au cours de la génération précédente ; elle ne serait pas découragée par un excès de dioxyde de carbone. Nierenberg avait également fait partie de l'équipe de transition de Reagan. Personne ne croyait qu'il avait été directement influencé par ses relations politiques, mais ses opinions - optimiste sur les grâces salvatrices des forces du marché, pessimiste sur la valeur de la réglementation gouvernementale - reflétaient toute l'ardeur de son parti.

Pomerance, qui a atteint sa maturité pendant la guerre du Vietnam et la naissance du mouvement écologiste, ne partageait pas la foi de Nierenberg dans l'ingéniosité américaine. Il s'inquiétait du sombre contrecoup du progrès industriel, de la manière dont chaque nouvelle superpuissance technologique portait en elle des conséquences involontaires qui, si elles n'étaient pas maîtrisées au fil du temps, érodaient les fondements de la société. Les nouvelles technologies n'ont pas résolu les crises de l'air et de l'eau propres des années 1970. L'activisme et l'organisation, qui ont conduit à une réglementation gouvernementale rigoureuse, l'ont fait.

Le Washington Post a décrit les deux rapports, pris ensemble, comme des "appels à l'inaction".

En première page, le New York Times a publié son article le plus important sur le réchauffement climatique à ce jour, sous le titre " La hâte sur la tendance au réchauffement climatique suscite une opposition ".

En 1985, le PNUE a adopté un cadre pour un traité mondial, la Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone. Les négociateurs n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une réglementation spécifique des CFC à Vienne, mais après que les scientifiques britanniques aient fait part de leurs conclusions sur l'Antarctique deux mois plus tard, l'administration Reagan a proposé une réduction des émissions de CFC de 95 %.

La confusion a contribué à cette situation : Pour la première fois depuis le rapport "Changement climatique", les titres sur le réchauffement climatique sont apparus par douzaines. La ligne de William Nierenberg, "prudence, pas de panique", a été inversée.

Il était devenu habituel de penser que le changement climatique suivrait la trajectoire de l'ozone. L'administrateur de l'E.P.A. de Reagan, Lee M. Thomas, l'a affirmé le jour même où il a signé le protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d'ozone (le successeur de la Convention de Vienne), en disant aux journalistes que le réchauffement climatique allait probablement faire l'objet d'un futur accord international.

En mars 1988, Wirth se joint à 41 autres sénateurs, dont près de la moitié sont républicains, pour exiger que Reagan réclame un traité international sur le modèle de l'accord sur l'ozone. Les États-Unis et l'Union soviétique étant les deux plus grands contributeurs aux émissions de carbone, responsables d'environ un tiers du total mondial, ils devraient diriger les négociations. Reagan est d'accord. En mai, il a signé une déclaration commune avec Mikhaïl Gorbatchev, dans laquelle il s'engageait à coopérer dans le domaine du réchauffement climatique.

Puis vint l'été 1988, et Jim Hansen n'était pas le seul à pouvoir dire que le temps pressait.

Ce fut l'été le plus chaud et le plus sec de l'histoire. Partout où vous regardiez, quelque chose s'enflammait. Deux millions d'hectares en Alaska ont brûlé, et des dizaines de grands incendies ont ravagé l'Ouest. Le parc national de Yellowstone a perdu près d'un million d'hectares. La fumée était visible depuis Chicago, à 1 600 miles de distance.

Au Nebraska, qui connaît sa pire sécheresse depuis le Dust Bowl, il y a eu des jours où toutes les stations météorologiques ont enregistré des températures supérieures à 100 degrés Farenheit. Le directeur du département de la santé et de l'environnement du Kansas a averti que la sécheresse pourrait être l'aube d'un changement climatique qui, en un demi-siècle, pourrait transformer l'État en désert.

L'université de Harvard, pour la première fois, a fermé à cause de la chaleur. Les rues de New York ont fondu, sa population de moustiques a quadruplé et son taux de criminalité a atteint un niveau record.

Le 28e étage du deuxième plus grand bâtiment de Los Angeles a pris feu ; la cause, selon les pompiers, est une combustion spontanée.

Les canards ont fui la partie continentale des États-Unis à la recherche de zones humides, dont beaucoup se sont retrouvés en Alaska, faisant passer la population de canards pilets de 100 000 à 1,5 million.

Le révérend Jesse Jackson, candidat démocrate à la présidence, s'est tenu dans un champ de maïs de l'Illinois et a prié pour qu'il pleuve, mais il n'a pas plu. Cliff Doebel, le propriétaire d'un magasin de jardinage à Clyde, Ohio, a payé 2 000 dollars pour importer Leonard Crow Dog, un médecin indien sioux de Rosebud, S.D. Crow Dog a affirmé avoir effectué 127 danses de la pluie, toutes réussies. "Vous verrez des choses que vous croirez", a-t-il dit aux habitants de Clyde. "Vous sentirez qu'il y a une chance pour nous tous." Après trois jours de danse, il pleuvait moins d'un quart de pouce.

Le témoignage de Hansen [au Congrès] a fait la une de dizaines de journaux dans tout le pays, dont le New York Times, qui a annoncé, en haut de sa une : "Le réchauffement climatique a commencé, dit un expert au Sénat".

Quatre jours seulement après le passage de Hansen, des politiciens de 46 nations et plus de 300 scientifiques se réunissaient à Toronto pour la Conférence mondiale sur l'atmosphère en évolution, un événement décrit par Philip Shabecoff du New York Times comme "Woodstock pour le changement climatique".

Pomerance avait une proposition : une réduction de 20 % des émissions de carbone d'ici à 2000. La déclaration finale de la conférence, signée par les 400 scientifiques et hommes politiques présents, a réitéré cette demande avec une légère variation : une réduction de 20 % des émissions de carbone d'ici 2005.

Alors que Michael Dukakis proposait des incitations fiscales pour encourager la production nationale de pétrole et se vantait que le charbon pourrait satisfaire les besoins énergétiques du pays pendant les trois prochains siècles, George Bush en a profité. "Je suis un environnementaliste", a-t-il déclaré. "L'effet de serre est un problème environnemental important", a déclaré Dan Quayle.

A la fin de l'année, 32 projets de loi sur le climat avaient été présentés au Congrès, avec en tête la loi omnibus de 1988 sur la politique énergétique nationale de Wirth. Coparrainée par 13 démocrates et cinq républicains, cette loi a établi comme objectif national un "Accord international global sur l'atmosphère d'ici 1992", a ordonné au département de l'énergie de soumettre au Congrès un plan visant à réduire la consommation d'énergie d'au moins 2 % par an jusqu'en 2005 et a chargé le Bureau du budget du Congrès de calculer la faisabilité d'une taxe sur le carbone.

Et Margaret Thatcher, qui a étudié la chimie à Oxford, a averti dans un discours à la Royal Society que le réchauffement climatique pourrait "dépasser largement la capacité de notre habitat naturel à y faire face".

C'est à cette époque que les Nations unies ont approuvé à l'unanimité la création d'un groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, composé de scientifiques et de décideurs politiques, chargé de procéder à des évaluations scientifiques et d'élaborer une politique climatique mondiale.

L'une des premières sessions du GIEC visant à élaborer un traité international a été accueillie par le département d'État, dix jours après l'investiture de M. Bush. James Baker a choisi cette occasion pour prononcer son premier discours en tant que secrétaire d'État. "Nous ne pouvons probablement pas nous permettre d'attendre que toutes les incertitudes concernant le changement climatique mondial soient levées", a-t-il déclaré. "Le temps ne fera pas disparaître le problème".

Après que Jim Baker ait prononcé son discours tapageur devant le groupe de travail du GIEC au Département d'Etat, il a reçu la visite de John Sununu, le chef de cabinet de Bush. Laissez la science aux scientifiques, a dit Sununu à Baker. Restez à l'écart de ces absurdités sur l'effet de serre. Vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Baker, qui avait été le chef de cabinet de Reagan, n'a pas reparlé du sujet.

Ayant obtenu un doctorat en ingénierie mécanique du M.I.T. des décennies plus tôt [Sununu] n'avait pas la déférence réflexive que tant de membres de sa génération politique réservaient à la classe des scientifiques d'élite du gouvernement. Depuis la Seconde Guerre mondiale, pensait-il, les forces conspiratrices avaient utilisé l'imprimatur du savoir scientifique pour faire avancer une doctrine "anti-croissance". Il réservait un mépris particulier pour "La bombe démographique" de Paul Ehrlich, qui prophétisait que des centaines de millions de personnes mourraient de faim si le monde ne prenait aucune mesure pour freiner la croissance démographique ; le Club de Rome, une organisation de scientifiques, de chefs d'État et d'économistes européens, qui avertissait de la même façon que le monde allait manquer de ressources naturelles ; et, pas plus tard qu'au milieu des années 70, l'hypothèse avancée par certains des scientifiques les plus célèbres du pays - dont Carl Sagan, Stephen Schneider et Ichtiaque Rasool - selon laquelle une nouvelle ère glaciaire s'annonçait, grâce à la prolifération des aérosols artificiels. Toutes ces théories étaient d'une valeur scientifique douteuse et annonçaient de vastes remèdes autoritaires pour freiner le progrès économique.

Sununu soupçonnait que l'effet de serre faisait partie de cette infâme cabale depuis 1975, date à laquelle l'anthropologue Margaret Mead a organisé un symposium sur le sujet à l'Institut national des sciences de la santé environnementale. "Si les peuples du monde ne commencent pas à comprendre les conséquences immenses et à long terme de ce qui semble être de petits choix immédiats", a écrit Mead, "la planète entière pourrait être en danger". Ses conclusions sont sans appel, immédiates et sans les mises en garde qui ont entravé la littérature scientifique. Ou comme Sununu l'a vu, elle a montré sa main : "Jamais auparavant les organes dirigeants du monde n'ont été confrontés à des décisions d'une telle portée", écrivit Mead. "Il est inévitable qu'il y ait un affrontement entre ceux qui s'occupent des problèmes immédiats et ceux qui s'occupent des conséquences à long terme". Lorsque Mead a parlé de décisions "de grande portée" et de "conséquences à long terme", Sununu a entendu le bruit des bottes.

Reilly [directeur de l'EPA] ne voulait pas céder le leadership sur cette question aux puissances européennes ; après tout, la première réunion diplomatique de haut niveau sur le changement climatique, à laquelle Reilly a été invité, devait avoir lieu quelques mois plus tard aux Pays-Bas. Des mises en garde feraient passer le "président de l'environnement" pour un hypocrite et nuiraient à l'influence des États-Unis dans une négociation. Mais Sununu ne bougerait pas. Il a ordonné aux délégués américains de ne prendre aucun engagement à Genève. Très peu de temps après, quelqu'un a divulgué l'échange à la presse.

Sununu, accusant Reilly, était furieux.

La censure a fait plus pour rendre public le témoignage de Hansen et les dangers du réchauffement climatique que tout ce qu'il aurait pu dire.

Darman est allé voir Sununu. Il n'a pas aimé être accusé de censurer les scientifiques. Ils avaient besoin de donner une réponse. Sununu a appelé Reilly pour lui demander s'il avait des idées. Nous pourrions commencer, a dit Reilly, par nous engager à nouveau dans un traité mondial sur le climat. Les États-Unis étaient la seule nation occidentale à s'être opposée aux négociations.

Les relations entre Sununu et Reilly sont devenues ouvertement conflictuelles. Reilly, pensait Sununu, était une créature du lobby environnemental. Il essayait d'impressionner ses amis de l'E.P.A. sans avoir lui-même une connaissance de base de la science. Le plus impardonnable de tout était ce que Sununu voyait comme la propension de Reilly à fuir vers la presse. Chaque fois que Reilly envoyait à la Maison Blanche les noms des candidats qu'il voulait engager pour des postes à l'E.P.A., Sununu leur opposait son veto.

[Conférence de Noordwijk, novembre 1989]

Lorsque les délégués battus sont finalement sortis de la salle de conférence, Becker et Pomerance ont appris ce qui s'était passé. Bromley, à l'instigation de John Sununu et avec l'accord de la Grande-Bretagne, du Japon et de l'Union soviétique, avait forcé la conférence à abandonner l'engagement de geler les émissions.

Depuis le dernier jour de la conférence de Noordwijk, le 7 novembre 1989, plus de carbone a été libéré dans l'atmosphère que dans toute l'histoire de la civilisation qui l'a précédée. En 1990, l'humanité a émis plus de 20 milliards de tonnes de dioxyde de carbone. En 2017, ce chiffre est passé à 32,5 milliards de tonnes, un record.

L'American Petroleum Institute a créé une organisation de lobbying appelée, dans une admirable novlangue orwellienne, la Global Climate Coalition.

À Rio, George H.W. Bush a refusé de s'engager à des réductions d'émissions spécifiques. L'année suivante, lorsque le président Bill Clinton a proposé une taxe sur l'énergie dans l'espoir d'atteindre les objectifs du traité de Rio, l'American Petroleum Institute a investi 1,8 million de dollars dans une campagne de désinformation de la Global Climate Coalition. Les sénateurs démocrates des États producteurs de pétrole et de charbon se sont joints aux républicains pour faire échouer la proposition de taxe, ce qui a ensuite contribué à la déroute des républicains lors des élections de mi-mandat au Congrès en 1994 - la première fois que le parti républicain a remporté le contrôle des deux chambres en 40 ans. La Global Climate Coalition a dépensé 13 millions de dollars pour une seule campagne publicitaire destinée à affaiblir le soutien au protocole de Kyoto de 1997, qui engageait ses parties à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 5 % par rapport aux niveaux de 1990. Le Sénat, qui aurait dû ratifier l'accord, a procédé à un vote préventif en déclarant son opposition ; la résolution a été adoptée à 95 contre 0. Il n'y a jamais eu d'autre effort sérieux pour négocier un traité mondial contraignant sur le climat.

Il est incontestablement vrai que les cadres supérieurs de la société qui allait devenir Exxon, comme ceux de la plupart des autres grandes sociétés pétrolières et gazières, connaissaient les dangers du changement climatique dès les années 1950. Mais l'industrie automobile le savait aussi et a commencé à mener ses propres recherches au début des années 1980, tout comme les grands groupes commerciaux représentant le réseau électrique. Ils sont tous responsables de notre paralysie actuelle et l'ont rendue plus douloureuse que nécessaire. Mais ils ne l'ont pas fait seuls.

Le gouvernement des États-Unis le savait. Roger Revelle a commencé à travailler comme conseiller du gouvernement Kennedy en 1961, cinq ans après la création du programme Mauna Loa sur le dioxyde de carbone, et tous les présidents ont depuis débattu du bien-fondé d'agir sur la politique climatique. Carter avait le rapport Charney, Reagan avait "Changer le climat" et Bush avait le témoignage censuré de James Hansen et son propre vœu public de résoudre le problème. Le Congrès tient des audiences depuis 40 ans ; la communauté du renseignement suit la crise depuis encore plus longtemps.

Tout le monde était au courant. En 1958, aux heures de grande écoute, "The Bell Science Hour" - l'une des séries de films éducatifs les plus populaires de l'histoire américaine - a diffusé "The Unchained Goddess", un film sur les merveilles de la météorologie, produit par Frank Capra, à une douzaine d'années de "It's a Wonderful Life", avertissant que "l'homme peut involontairement changer le climat du monde" en libérant du dioxyde de carbone. "Quelques degrés d'augmentation de la température de la Terre feraient fondre les calottes glaciaires polaires", explique l'aimable hôte du film, le Dr Research. "Une mer intérieure remplirait une bonne partie de la vallée du Mississippi. Les touristes dans des bateaux à fond de verre verraient les tours de Miami noyées dans 150 pieds d'eau tropicale". Le film de Capra a été montré dans les cours de science pendant des décennies.

L'économiste de Yale William D. Nordhaus, membre du Conseil des conseillers économiques de Jimmy Carter, a fait valoir dans les années 1970 que le remède le plus approprié était une taxe mondiale sur le carbone. Mais cela exigeait un accord international, ce que M. Nordhaus ne pensait pas probable. Michael Glantz, un politologue qui travaillait à l'époque au Centre national de recherche atmosphérique, a soutenu en 1979 que les sociétés démocratiques sont constitutionnellement incapables de traiter le problème du climat.

Le dernier article de Hansen, publié l'année dernière, annonçait que la Terre est aujourd'hui aussi chaude qu'elle l'était avant la dernière période glaciaire, il y a 115 000 ans, lorsque les mers étaient plus hautes de six mètres qu'elles ne le sont aujourd'hui. Lui et son équipe ont conclu que la seule façon d'éviter des niveaux dangereux de réchauffement est de courber l'arc des émissions en dessous de l'axe des x. En d'autres termes, nous devons trouver le moyen de parvenir à des "émissions négatives", en extrayant de l'air plus de dioxyde de carbone que nous n'y contribuons. Si, par miracle, les émissions diminuent rapidement, la majeure partie de l'absorption de carbone nécessaire pourrait être assurée par la replantation de forêts et l'amélioration des pratiques agricoles. Sinon, il faudra recourir à une "extraction technologique massive CO₂", utilisant une combinaison de technologies encore non perfectionnées ou non inventées. Hansen estime que cela entraînera des coûts de 89 000 milliards à 535 milliards de dollars au cours de ce siècle, et pourrait même être impossible à l'échelle nécessaire. Il n'est pas optimiste.

Pomerance croit toujours qu'il n'est peut-être pas trop tard pour préserver un semblant de monde tel que nous le connaissons. C'est la nature humaine qui nous a amenés ici ; peut-être que la nature humaine nous y amènera un jour. L'argument rationnel a échoué dans une déroute. Laissons l'optimisme irrationnel prendre le dessus. Après tout, il est également dans la nature humaine d'espérer.

 

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Comment le Massachusetts est devenu le "premier pôle biotechnologique mondial" :

https://fivethirtyeight.com/sponsored/massachusetts-biotech/ (24 septembre 2019)

"La région de la baie de San Francisco est probablement le berceau de la biotechnologie aux États-Unis, mais elle a été détrônée par Boston", déclare le Dr RJ Tesi, qui a quitté la région de la baie de San Francisco pour Boston en 2015 et est le PDG et directeur général d'INmune Bio, une société qui développe des thérapies pour le cancer et la maladie d'Alzheimer.

Aujourd'hui, il y a plus de 113 000 emplois dans la recherche et le développement biopharmaceutique et biotechnologique et plus de 30 millions de pieds carrés de laboratoires dans tout l'État [de Massachusetts].

De l'investissement dans l'innovation aux partenariats de collaboration entre le gouvernement, les universités, les hôpitaux et le secteur privé, c'est ainsi que le Massachusetts a construit, brique par brique, ce que certains experts appellent aujourd'hui le premier pôle biotechnologique du monde.

Au Massachusetts, qui compte 122 collèges et universités, l'industrie de la biotechnologie a vu le jour en partie grâce à la recherche universitaire et à la décision prise à la fin des années 70 par le conseil municipal de Cambridge d'autoriser l'expérimentation de l'ADN [recombinant]. Cela a ouvert la voie à l'implantation d'entreprises comme Biogen, qui s'est concentrée sur le génie génétique.

À partir de cette fondation, d'autres entreprises de biotechnologie et de sciences de la vie sont venues s'installer dans la région, portées par des institutions de recherche de premier plan comme Harvard et le MIT et par des hôpitaux de recherche de premier plan, notamment le Massachusetts General Hospital, le Dana-Farber Cancer Institute et le Brigham & Women's Hospital. Aujourd'hui, l'État abrite cinq des meilleurs hôpitaux du pays qui reçoivent le plus de fonds des National Institutes of Health (NIH). La ville de Boston elle-même a reçu le plus de fonds des NIH pendant 24 années consécutives. Ce bilan est significatif car le NIH est la plus grande source de financement public de la recherche biomédicale dans le monde.

Le Massachusetts est l'un des plus petits États du pays par sa taille - une caractéristique qui, ironiquement, lui donne un avantage commercial. L'État bénéficie de ce que l'on appelle dans l'industrie biotechnologique le "clustering". Il y a une forte concentration d'hôpitaux, d'universités de premier plan et d'entreprises privées dans une zone relativement petite, ce qui stimule la collaboration et l'innovation. Le regroupement est particulièrement évident à Kendall Square, à Cambridge.

Kendall Square, qui a été labellisé "le kilomètre carré le plus innovant de la planète", compte 25 entreprises et institutions de recherche dans le domaine des biotechnologies et des sciences de la vie, dont Amgen, l'Institut Novartis pour la recherche biomédicale et Pfizer. Il y a également les Mass Innovation Labs, qui permettent aux chercheurs d'accéder à des espaces de laboratoire à la demande, et le Broad Institute du MIT et de Harvard, une institution qui encourage la collaboration entre les chercheurs du MIT, de Harvard et des hôpitaux affiliés à Harvard pour faire progresser la biomédecine et résoudre les problèmes de santé publique nationaux et mondiaux. L'année dernière, 78 % des entreprises de biotechnologie du Massachusetts qui ont été cotées en bourse étaient originaires de Cambridge, une ville située à quelques kilomètres de Boston.

MassBio Edge, le consortium d'achat de MassBio, met en commun le pouvoir d'achat de ses sociétés membres pour acheter les biens et services, tels que les fournitures de laboratoire, les fournitures de bureau, le gaz en vrac et le gaz de compression, dont les sociétés de biotechnologie et de sciences de la vie de l'État ont besoin pour effectuer des travaux innovants et développer de nouvelles thérapies, explique M. Coughlin.

"Nous pouvons utiliser le pouvoir d'achat de nos membres collectifs pour nous assurer que nos plus petites entreprises obtiennent des prix compétitifs pour ces biens et services, tout comme nos plus grandes entreprises. Ainsi, elles peuvent étendre leur capital et placer leur argent au service de la science sous le microscope", dit-il.

L'État dispose également de 31 incubateurs de biotechnologie et de sciences de la vie. Le Massachusetts Life Sciences Center (MLSC), une agence de développement économique et d'investissement, a investi plus de 700 millions de dollars dans l'industrie au cours des 12 dernières années par le biais de subventions, de prêts, de crédits d'impôt et de programmes de formation et de développement de la main-d'œuvre. L'un des programmes phares du MLSC est son fonds d'amorçage, qui investit jusqu'à 250 000 dollars en billets convertibles dans les entreprises émergentes du secteur des sciences de la vie.

Une grande partie des investissements du MLSC est le résultat des efforts du gouvernement de l'État. En 2008, le Massachusetts a lancé une initiative visant à investir un milliard de dollars sur dix ans dans le secteur des sciences de la vie. En juin 2018, l'État avait investi ou engagé environ 650 millions de dollars. L'année dernière, le gouverneur Charlie Baker a renouvelé l'initiative et signé une loi engageant jusqu'à 623 millions de dollars en obligations et crédits d'impôt sur cinq ans pour stimuler l'éducation, la recherche et le développement et la formation de la main-d'œuvre dans le secteur des sciences de la vie.

La forte densité de collèges et d'universités de l'État crée une réserve de talents enviable, qui reste forte même si le faible taux de chômage crée une plus grande concurrence pour les talents.

"Comment ce miracle du Massachusetts s'est-il produit dans le domaine des sciences de la vie ? Nous avons décidé de jouer sur nos forces", explique M. Coughlin.

Ce positionnement a permis d'attirer des entreprises comme Bristol-Myers Squibb, Merck, Sanofi Genzyme (en fait, 18 des 20 premières entreprises pharmaceutiques sont présentes dans l'État, selon Coughlin). Il a également attiré les jeunes pousses du secteur des technologies de l'information dans le domaine de la santé et les entreprises en croissance qui s'associent à l'industrie biotechnologique, comme Biofourmis.

Biofourmis, qui compte parmi ses clients le Massachusetts General Hospital et Brigham & Women's, améliore les soins et les thérapies personnalisés des patients grâce à des thérapies numériques et à la surveillance à distance afin d'améliorer la gestion des soins pour les personnes souffrant de maladies chroniques complexes. Elle s'associe à des entreprises pharmaceutiques et a constitué une réserve de nouvelles thérapies possibles pour des maladies comme l'insuffisance cardiaque, l'asthme et la sclérose en plaques.

Kuldeep Singh Rajput, un diplômé du MIT qui est le fondateur et le PDG de Biofourmis, a récemment déplacé le siège social de l'entreprise de Singapour à Boston, où Biofourmis base ses opérations à partir du site de WeWork au centre-ville, sur Arch Street (pour répondre à la demande croissante dans la région, WeWork a 15 sites à Boston). Singh Rajput a déclaré qu'il avait décidé de transférer l'entreprise ici pour plusieurs raisons - l'accès aux talents était l'un des plus grands attraits.

"La côte est possède l'un des systèmes de santé les plus importants et les plus répandus du pays. Avoir accès à ces systèmes de santé, ainsi qu'aux talents appropriés en matière de clinique et de réglementation et aux scientifiques qui ont une bonne expérience clinique - tous ces éléments combinés en font un lieu incontournable pour avoir une entreprise de santé numérique ou de biotechnologie", dit-il.

Les loyers élevés rendent le coût des affaires plus élevé pour les entreprises de biotechnologie qui veulent s'implanter à Boston et à Cambridge. Les transports publics doivent être améliorés pour résoudre les problèmes d'embouteillages. Le Massachusetts se classe près du bas de l'échelle - 47e au niveau national, pour être exact - pour les temps de trajet et la qualité des routes. Au début de l'année, Boston a reçu la distinction douteuse d'avoir le pire trafic aux heures de pointe du pays. Ce défi particulier est tellement pressant que la Kendall Square Association, une organisation d'entreprises de Cambridge, a lancé un appel à l'action fin 2018.

"L'avenir de l'innovation est en jeu. Notre main-d'œuvre devrait se concentrer sur les percées des nanotechnologies, l'amélioration de l'internet et la recherche de remèdes pour les maladies rares - et non sur la crainte de leurs déplacements. En fin de compte, on ne peut pas trouver le remède au cancer en restant assis dans la circulation", a déclaré l'organisation.

https://www.bostonglobe.com/2020/01/28/opinion/if-you-want-develop-new-medicine-boston-is-place/ (28 janvier 2018)

Selon le Massachusetts Biotechnology Council, l'État compte plus de 700 entreprises de biotechnologie, dont environ 500 à Boston et Cambridge. Elles emploient quelque 75 000 personnes au Massachusetts, selon le Bureau des statistiques du travail, ce qui représente environ 12 milliards de dollars de salaires en 2018.

Prenez, par exemple, Alnylam Pharmaceuticals. En 2002, la société a commencé à explorer une théorie, découverte par un scientifique de la faculté de médecine de l'université du Massachusetts, selon laquelle le fait de bricoler la communication extracellulaire de l'ARN pourrait traiter des maladies. Elle a collecté des fonds auprès de Boston VC Polaris Partners, loué un espace exigu à Cambridge et recruté une équipe de chercheurs de Millennium Pharmaceuticals et de Biogen, deux entreprises biotechnologiques de premier plan situées à proximité. Après deux décennies de hauts et de bas scientifiques, Alnylam dispose aujourd'hui de deux médicaments approuvés par la FDA, d'une réserve de neuf autres médicaments potentiels et d'environ 1 200 employés pour mener ce projet à bien. Tout cela en restant dans le Massachusetts.

De telles réussites étaient inimaginables environ quatre décennies auparavant, lorsque la place Kendall était une bande d'entrepôts et d'usines. Lita Nelsen, qui s'est inscrite au MIT dans les années 1960, se souvient que l'on pouvait savoir de quel côté le vent soufflait en sachant s'il sentait comme l'usine de savon Lever Brothers ou l'usine de gaufrettes Necco.

Tout cela allait changer en 1977, lorsque Cambridge devint la première ville au monde à fixer des règles en matière de génie génétique. L'idée était d'empêcher une superbactérie apocalyptique de sortir en rampant d'un laboratoire trop ambitieux, mais l'effet a été comme un signe d'ouverture aux entrepreneurs de biotechnologie du monde entier. Là où d'autres villes étaient incertaines, Cambridge avait un cadre où l'on puisse travailler.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Au bout de quelques centaines de milliers de morts Covid aux USA, ça finit par se voir sur l'espérance de vie, avec des disparités importantes suivant les populations :
https://www.pnas.org/content/118/5/e2014746118
-1.13 an toutes catégories confondues. Mais a priori, c'est un épisode transitoire.
Par contre, je découvre que les Latinos ont une espérance de vie supérieure aux Blancs, et pas qu'un peu, plus de 2 ans avant que le Covid réduise l'écart, ce qui est un peu surprenant pour une population que je pensais être plus pauvre en moyenne, et donc ayant moins d'accès aux soins médicaux.
Comment interpréter cela ?

 

Edited by WizardOfLinn
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Je pense que il y a un sacré déficit du MOI (au sens psy du terme) pour ces gens.

Incapables d exister avec leurs faibles mécanismes de défense ils utilisent comme béquille ce que ils trouvent ailleurs, c est pas nouveau, on l a vu avec le nazisme le stalinisme le maoïsme le mccarthisme : la personnalité l individualité du citoyen s efface au profit d un gourou d un dirigeant avec tous les dangers que cela implique.

Avec les réseaux sociaux on trouve bien des théories, idéologies et autres bileversées qui permettent à ces handicapés psychique d exister mais uniquement dans un groupe, souvent extrémiste et intolérant.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...