Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Chine - Taiwan : Rivalité Militaire


Recommended Posts

43 minutes ago, herciv said:

Et je pense que c'est aussi la raison qu'on voit autant les M2000 à la manœuvre, leur potentiel est peut-être plus important que celui des f-16. 

Ou un peu moins critique aussi. Je ne sais pas sur quel appareil les Taïwanais se reposeraient en cas d'agression avérée, mais user l'un des appareils pour "économiser" le potentiel du plus capable et plus récent serait un calcul qui me paraîtrait intéressant, ou au minimum à envisager, dans leur situation.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, herciv a dit :

Et je pense que c'est aussi la raison qu'on voit autant les M2000 à la manœuvre, leur potentiel est peut-être plus important que celui des f-16. 

peut être.  Pourtant ils n'ont plus qu'une grosse cinquantaine de M2000 et plus de 140 F16, tous livrés entre 1997 et début des années 2000.  Et les M2000 ne sont pas garantis pour 3 x plus d'heures de vol que les F16.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Benoitleg a dit :

Parce que pour le moment, les drones de défense aérienne n'existent pas encore.

Faux !!! En 2002 on voyait déjà des Predator US affronter des MiG-25 irakiens avec des Stinger :bloblaugh:

Edited by Banzinou
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Un article à la fois fouillé et un peu provocateur sur l'opportunité pour la Chine d'envahir Taïwan :

https://nationalinterest.org/feature/china’s-closing-window-opportunity-taiwan-204972

La fenêtre d’opportunité de la Chine se ferme sur Taiwan

 

Xi Jinping doit faire son geste d’ici une génération, avant que l’Inde en pleine croissance, les coûts écologiques induits par le changement climatique, la faiblesse démographique ou même la poursuite de la libéralisation politique en Chine ne mettent Taïwan hors de portée.

par Julian Spencer-Churchill

La politique d’ambiguïté stratégique maintenue par les États-Unis vis-à-vis du statut de Taïwan est une absurdité qui a perdu son objectif initial d’éloigner la Chine communiste de l’Union soviétique. Ce n’est pas une déclaration subtile, comme le prétendent ses partisans du gouvernement américain, destinée à préserver la paix parce qu’elle fait appel à un équilibre politique imaginaire. Taïwan possède toutes les propriétés souhaitables d’un pays qui mérite la protection étroite de ses alliés : c’est une démocratie très libérale, un élément clé du système économique mondial et un bouchon géostratégique contre l’accès facile de la Chine communiste à l’océan Pacifique.

CONTENU SPONSORIS

Pratiquement toutes les grandes guerres ont été déclenchées par des dirigeants soucieux de fermer de manière irréversible des fenêtres d’opportunité. S’appuyant sur les histoires diplomatiques d’A.J.P. Taylor, le professeur Dale Copeland de l’Université de Virginie a écrit dans son livre de 2000, The Origins of Major Power War, que cette peur a provoqué la décision de l’Allemagne d’arrêter son déclin relatif à la Russie dans les Première et Seconde Guerres mondiales. L’attaque d’Israël contre l’Égypte en 1956 a été motivée par le calcul préventif de répondre avant que Le Caire n’assimile pleinement les armes qu’il avait importées de Tchécoslovaquie. L’attaque du Pakistan contre l’Inde en 1965 a été motivée par une occasion finale de résoudre le conflit du Cachemire avant que l’accumulation de Delhi (une réponse à son tour à la défaite de l’Inde par la Chine dans sa guerre de 1962) éclipse Islamabad. L’invasion de l’Iran par l’Irak en 1980 exploitait un bref moment de faiblesse iranienne causé par la révolution islamique de 1979 de ce dernier, pour remédier à l’imposition à Bagdad des termes durs de l’Accord d’Alger de 1975, par Téhéran.

De même, le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping, fait face à de multiples fenêtres d’opportunités qui se ferment. À long terme, la croissance de la Chine est près de la moitié de celle de l’Inde, un concurrent majeur en Asie, et Pékin fait face à un déclin séculaire de son taux de croissance économique. Avec le temps, la population en âge de travailler de la Chine devrait diminuer de 35 millions et elle est confrontée à des défis écologiques redoutables qui menacent sa sécurité alimentaire. À court terme, Xi est confronté au réarmement de Taïwan; de lourds investissements de Washington dans l’US Air Force, la Navy et les Marines; et la coalescence progressive d’une alliance anti-chinoise sur le littoral du Pacifique. Xi n’est pas non plus susceptible de se déplacer contre Taïwan avant de consolider son troisième mandat, qui pourrait prendre quelques mois, si les autres factions du PCC le permettent. Xi fait également face à une forte incitation à agir avant de perdre son allié russe dans une révolution de couleur, qui pourrait avoir été accélérée par l’invasion de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine en février 2022. La perte de la Russie affectera négativement l’approvisionnement de Pékin en combustibles fossiles et en nourriture non liés au golfe Persique, nécessaires à la survie de la Chine face à un blocus naval américain prolongé. Dans un tel scénario, Pékin pourrait également perdre ses partenariats avec le Kazakhstan et la Biélorussie, voir Moscou s’installer carrément dans le camp indien et s’éloigner de nombreux alliés clients de l’ère soviétique russe, comme la Syrie et Cuba.

Cependant, un blocus chinois ou une invasion de Taïwan dépend de trois autres capacités que la Chine s’efforce rapidement de résoudre. Premièrement, la Chine doit être en mesure de dominer suffisamment son plateau continental pour exclure les sous-marins américains et alliés, ce qui nécessite une refonte majeure de sa capacité de guerre anti-sous-marine. Deuxièmement, la Chine doit augmenter la puissance de son armée de l’air dans la mesure où elle pourrait atteindre indéfiniment la suprématie aérienne sur et autour de Taiwan.

Troisièmement, la Chine travaille fébrilement à la constitution de son arsenal nucléaire. Dans une confrontation entre deux grandes puissances, l’invasion de l’Ukraine par Poutine a démontré qu’un grand arsenal nucléaire ne neutralise pas automatiquement l’arsenal de l’autre puissance. Si la Russie avait obtenu beaucoup plus de succès dans son invasion de l’Ukraine, en particulier de l’Ukraine occidentale, il y avait une forte probabilité d’une intervention terrestre de l’OTAN sous l’égide nucléaire américaine. La théorie du paradoxe stabilité-instabilité, qui soutient que les arsenaux nucléaires sécurisés de deuxième frappe des puissances antagonistes s’annulent mutuellement, ne semble pas être en vigueur là où il y a des enjeux territoriaux majeurs en danger. C’est un problème pour la Chine, qui avait initialement envisagé d’intervenir contre Taïwan sous le parapluie nucléaire protecteur de son « minimum de dissuasion » beaucoup plus petit. La Chine suivait la logique du stratège nucléaire américain Bernard Brodie, qui soutenait que la menace dévastatrice d’un arsenal nucléaire, même petit, aurait suffi à forcer une pause dans l’esprit des décideurs d’une grande puissance nucléaire.

Il semble maintenant que la domination de l’escalade, la menace annoncée qu’en cas d’escalade nucléaire, une partie sera en mesure d’infliger beaucoup plus de dégâts qu’une autre, est une condition préalable à une invasion stratégique. Dans le cas de la Chine, la domination de l’escalade sera vitale pour négocier avec succès une évasion si son invasion faiblit et que ses forces se retrouvent coincées sur une plage taïwanaise, comme les Anglo-États-Unis. à la plage d’Anzio en Italie en 1944. Contrairement à la guerre de Corée de 1950-53 ou aux crises du détroit de Taiwan de 1954 et 1958, lorsque la Chine bénéficiait nominalement du parapluie nucléaire soviétique, dans une attaque contre Taïwan maintenant, Pékin sera entièrement seul. Pékin est conscient que la dissuasion nucléaire actuelle de la Chine est vulnérable à une première frappe américaine. Sur ses 116 missiles balistiques intercontinentaux, dix DF-4 ne peuvent pas atteindre la partie continentale des États-Unis, vingt DF-5 sont à carburant liquide et non protégés par des silos, soixante-deux à combustible solide et lancés sur alerte DF-31 ne peuvent atteindre que la côte ouest des États-Unis. En fait, les vingt-quatre DF-41 mobiles sont le seul système capable d’atteindre l’ensemble des États-Unis continentaux. Cependant, il existe de nombreuses preuves que les missiles terrestres mobiles sont particulièrement vulnérables à l’ère de la surveillance par drone. Pour y remédier, la Chine développe également une dissuasion en silo d’une capacité de 300 missiles, qui sera prête d’ici 2024.

La Chine achève son huitième sous-marin lanceur de missiles balistiques de classe Jin (SNLE), chacun transportant douze missiles JL-2, équipés à leur tour d’une seule ogive de 1 mégatonne ou jusqu’à huit ogives plus petites pour un maximum théorique de 768 ogives. Cependant, à partir de sa base d’opérations à Sanya sur l’île de Hainan, la flotte chinoise de SNLE ne peut pas couvrir l’ensemble du continent américain sans s’aventurer considérablement en dehors de la mer de Chine méridionale. La moitié nord de la mer de Chine méridionale est dangereusement peu profonde pour les opérations du SNLE, tandis que la moitié sud de la mer de Chine méridionale est compromise par la présence de patrouilles sous-marines hostiles, comme celle de la marine américaine. Parce que le milieu plus lourd de l’eau amplifie les ondes de choc des explosifs, les sous-marins peuvent être désactivés par des charges de profondeur nucléaires à des kilomètres de distance, ce qui rend la mer de Chine méridionale trop petite un bastion pour les SNLE. Les SNLE Jin sont également trop compromis acoustiquement pour pouvoir s’aventurer dans l’océan Pacifique sans la protection d’une flotte de surface. Il est possible que la Russie accueille la flotte chinoise de SNLE dans son bastion de la mer d’Okhotsk, où elle déploie actuellement ses propres SNLE, mais cela dépend de l’alignement de Moscou au moment du conflit sur Taïwan. La Chine est en train de mettre au point le SNLE de type 096, qui vise à remédier à ces limitations de performance.

La Chine n’a pas non plus de réponse à la stratégie américaine de dissuasion conventionnelle contre l’arsenal nucléaire d’un adversaire. En cas d’invasion conventionnelle soviétique de l’Europe occidentale, les Marines des États-Unis et de leurs alliés avaient prévu de rechercher et de détruire la flotte de sous-marins lanceurs de missiles balistiques de l’Union soviétique dans la mer de Barents et la mer d’Okhotsk. L’Union soviétique, cherchant à achever sa conquête blindée de l’Allemagne de l’Ouest, des Dardanelles, du golfe Persique et d’Hokkaido avant que le déclenchement de la guerre nucléaire tactique ne ralentisse son avance, avait une forte incitation à ne pas répondre par des armes nucléaires. Parce que Pékin sait que sa flotte de SNLE et ses armes nucléaires au sol seraient ciblées et détruites au début d’un conflit à Taïwan, il est confronté à un dilemme « utilisez-le ou perdez-le », qu’il ne peut résoudre tant qu’il ne peut pas imposer une menace similaire à l’arsenal nucléaire américain. Cela nécessiterait que la Chine dispose d’une marine d’envergure mondiale, y compris un réseau mondial de bases amies fournissant un soutien à une grande flotte de sous-marins à propulsion nucléaire d’attaque silencieuse. Actuellement, la Chine compte cinquante-huit sous-marins, dont seulement six sont nucléaires. En comparaison, l’URSS avait 300 sous-marins, même si elle n’a jamais atteint la capacité de chasser les SNLE américains à travers les océans du monde.

Xi Jinping est pris entre une multitude de fenêtres d’opportunités compensatoires. Il a besoin d’un minimum de consolidation politique pour pouvoir supporter les conséquences de la provocation d’un blocus commercial et peut-être naval américain, une réponse attendue à une tentative chinoise de prendre Taïwan. Il doit agir assez tôt avant que le régime de Poutine ne soit abattu par la jeune génération russe. Il a besoin d’une force aérienne et navale robuste capable de résister à l’attrition, tout en protégeant la dissuasion nucléaire de la Chine. Et il doit faire son geste d’ici une génération, avant qu’une Inde croissante, les coûts écologiques induits par le changement climatique, la faiblesse démographique ou même une libéralisation politique plus poussée en Chine ne mettent Taïwan hors de portée.

Edited by collectionneur
Publicité enlevé
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Les US tâche de regagner le terrain perdu face à la Chine dans le pacifique.

Je serais dirigeant d'un de ces pays je ne ferais aucun choix. Problème : et les US et la Chine doivent conditionner leur aide à l'impossibilité pour l'autre d'accoster ... On imagine qu'il va y avoir une course à l'échalote dans ces conditions.

Les États-Unis promettent une aide financière importante aux îles du Pacifique dans le cadre du conflit avec la Chine.

28/09/2022 | 11:03

Les États-Unis annonceront une aide "importante" aux nations insulaires du Pacifique lorsque le président Joe Biden organisera un sommet inédit avec leurs dirigeants mercredi, une réunion dont Washington espère qu'elle aidera à contrer l'influence croissante de la Chine dans un nouveau théâtre de compétition géopolitique.

Les dirigeants de 12 États insulaires du Pacifique devraient prendre part à un sommet de deux jours à Washington. Deux autres États enverront des représentants, tandis que l'Australie et la Nouvelle-Zélande participeront en tant qu'observateurs.

Le coordinateur indo-pacifique de la Maison Blanche, Kurt Campbell, a déclaré la semaine dernière que le sommet se concentrerait sur des questions telles que le changement climatique et la santé et que Washington et ses alliés s'attachaient à renforcer la sécurité maritime et les liens de communication des États insulaires avec des pays comme le Japon, l'Australie et l'Inde.

Ce sera la première fois que les États-Unis accueillent autant de dirigeants d'une région qu'ils considèrent comme leur arrière-cour maritime depuis la Seconde Guerre mondiale, mais dans laquelle la Chine fait des avancées régulières. Certaines de ces nations se sont plaintes d'être prises au milieu de la bataille d'influence des superpuissances.

Les dirigeants seront fêtés dans tout Washington, notamment au Département d'État, au Congrès américain, au siège des garde-côtes, par des chefs d'entreprise et à la Maison Blanche. Mercredi, Washington dévoilera également une nouvelle stratégie détaillée spécifiquement pour le Pacifique, a déclaré un haut responsable de l'administration Biden.

Le fonctionnaire a reconnu que Washington n'avait pas accordé suffisamment d'attention au Pacifique au fil des ans et a travaillé en étroite collaboration avec les pays alliés et partenaires "pour ajouter plus de ressources, plus de capacités, plus d'engagement diplomatique."

"Nous aurons de gros chiffres en dollars", a-t-il dit, ajoutant que ceux-ci seraient annoncés mercredi.

"Nous avons cherché à aligner notre stratégie pour répondre à leurs buts et objectifs", a-t-il dit en faisant référence à la stratégie 2050 du Continent bleu du Pacifique annoncée par les dirigeants du Pacifique, qui donne la priorité à l'action sur le changement climatique.

Les discussions de mercredi comprendront un déjeuner organisé par le tsar américain du climat, John Kerry.

La concurrence stratégique dans le Pacifique s'est considérablement intensifiée cette année après que la Chine a signé un accord de sécurité avec les Salomon, suscitant des mises en garde contre une militarisation de la région.

Les îles Salomon ont fait savoir aux nations invitées au sommet qu'elles ne signeraient pas la déclaration du sommet en cours de discussion, selon une note vue par Reuters, ce qui a suscité de nouvelles inquiétudes quant aux liens de la nation avec la Chine.

Le premier ministre des îles Salomon, Manasseh Damukana Sogavare, a semblé à plusieurs reprises snober les États-Unis, ce qui a renforcé les inquiétudes de Washington.

Le fonctionnaire américain a déclaré qu'il s'attendait à ce que Sogavare participe au sommet et que les Salomon avaient été "activement engagés et semblaient satisfaits du programme et de ce que nous avons exposé et de ce que nous aimerions accomplir".

Le fonctionnaire a déclaré que Washington prévoyait d'augmenter le nombre de ses missions diplomatiques dans le Pacifique de six à neuf, de déployer du personnel supplémentaire dans la région et de rétablir une mission USAID à Fidji.

Il a ajouté que Washington avait "travaillé à l'élaboration" d'une déclaration commune au sommet "sur une vision plus large dans laquelle les États et les nations insulaires du Pacifique s'engagent à réaliser certains projets communs qui sont importants".

Un autre responsable américain a déclaré que les États-Unis soutiendraient les États insulaires en augmentant la présence de leurs garde-côtes et de leur ministère de la Défense et en coordonnant la coopération et la formation en matière de sécurité avec des "partenaires partageant les mêmes idées." Les volontaires du Corps de la Paix retourneraient également à Fidji, Tonga, Samoa et Vanuatu cette année.

Une source au fait des discussions a déclaré que la Maison Blanche travaillait avec le secteur privé pour mettre en place un accord sur les câbles sous-marins pour la région, le qualifiant de "réaction à la diplomatie et à l'expansion militaire de la Chine".

Les pays du Pacifique souhaitent une plus grande connectivité entre eux et avec leurs alliés, mais ils ont souligné à plusieurs reprises que Washington devait accepter leurs priorités, faisant du changement climatique - et non de la concurrence entre superpuissances - la tâche de sécurité la plus urgente.

Le second responsable américain a déclaré que les dirigeants des États fédérés de Micronésie, des Îles Marshall, de Palau, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Îles Salomon, de Samoa, de Tuvalu, de Tonga, de Fidji, des Îles Cook, de Polynésie française et de Nouvelle-Calédonie y assisteraient, le Vanuatu et Nauru envoyant des représentants.

Le président de Micronésie, David Panuelo, a déclaré mardi que les participants avaient travaillé sur une déclaration du sommet - "une déclaration de vision" - qui couvrirait cinq thèmes, notamment le développement centré sur l'homme, la lutte contre le changement climatique, la géopolitique et la sécurité de la région Pacifique et plus largement, ainsi que le commerce et l'industrie et les liens commerciaux.

Cependant, les efforts pour parvenir à un texte final se sont heurtés à des problèmes cette semaine lorsque, au cours d'un appel avec les ambassadeurs des îles du Pacifique, le département d'État américain a exigé la suppression du langage convenu par les pays insulaires selon lequel les États-Unis devaient aborder la question nucléaire des îles Marshall, ont déclaré à Reuters trois sources, dont un diplomate des îles du Pacifique.

Le département d'État n'a pas répondu à une demande de commentaire.

S'exprimant à l'université de Georgetown, M. Panuelo a déclaré : "Dans toute négociation, il y a des lignes rouges et puis il y a des choses que vous donnez et prenez et vous arriverez à un terrain d'entente."

"Chaque pays devra faire ce qui est dans son intérêt, mais nous demandons aux superpuissances, lorsqu'elles viennent parler aux pays insulaires du Pacifique, de rester avec nous sur les termes des questions les plus importantes pour notre région."

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

L"un des seuls pays à avoir reconnu Taïwan sur le plan diplomatique le Paraguay pourrait retirer son soutien. Il a besoin d'investissement et ne peut solliciter aussi facilement les soutiens privé de Taïwan que ceux public de la Chine.

https://www.dw.com/en/will-taiwan-lose-another-diplomatic-ally-to-china/a-63320516

Taïwan perdra-t-il un autre allié diplomatique au profit de la Chine ?

Le Paraguay est l’un des rares pays à reconnaître officiellement Taïwan. Cependant, les inquiétudes grandissent après que le président du Paraguay a récemment exhorté Taipei à investir 1 milliard de dollars dans son pays.

    

Seuls 14 pays dans le monde ont actuellement des liens formels avec Taïwan, un pays démocratique autonome.

Dans une annonce qui a alarmé de nombreuses personnes à Taïwan, le président paraguayen Mario Abdo Benitez a exhorté Taipei à investir 1 milliard de dollars (1,02 milliard d’euros) dans son pays alors qu’il résiste aux pressions intérieures pour transférer la reconnaissance diplomatique à la République populaire de Chine (RPC).

Dans une interview accordée au journal Financial Times la semaine dernière, Abdo a déclaré que les producteurs agricoles de la nation sud-américaine ont exhorté le gouvernement à accéder au marché chinois dans un contexte de baisse des prix de la viande.

« Nous travaillons avec le président de Taïwan pour que le peuple paraguayen ressente les avantages réels de l’alliance stratégique », a-t-il déclaré au FT lors d’un voyage aux Etats-Unis. « Il y a des investissements taïwanais de plus de 6 milliards de dollars dans des pays qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Taïwan, nous voulons que ces 1 milliard de dollars soient mis au Paraguay. »

Les commentaires d’Abdo soulèvent des inquiétudes à Taïwan quant à la perte potentielle d’un autre allié diplomatique de la Chine. Depuis 2016, quatre pays de la région ont transféré la reconnaissance diplomatique de Taïwan à la Chine, réduisant le nombre d’alliés diplomatiques de Taipei à seulement 14 dans le monde.

Le Paraguay nie lier le financement à la reconnaissance

La Chine considère Taïwan démocratique et autonome comme faisant partie de son territoire et s’engage à l’annexer par la force si nécessaire. Le gouvernement de Taipei rejette la revendication de Pékin, insistant sur le fait que Taïwan est déjà une nation souveraine de facto.

La Chine s’est efforcée d’empêcher toute reconnaissance internationale de l’île et seuls 14 pays dans le monde ont actuellement des relations diplomatiques formelles avec Taiwan.

Pékin braconne souvent les alliés diplomatiques de Taipei en promettant une augmentation du commerce, des prêts et des investissements. Le Paraguay est actuellement le plus grand pays par sa taille qui reconnaît encore Taïwan comme un pays et le perdre signifierait que Taiwan n’a plus d’alliés diplomatiques en Amérique du Sud.

Les remarques du président Mario Abdo Benitez pourraient être un indice que le Paraguay envisageait d’autres alternatives

Après les commentaires du président paraguayen, le ministère des Affaires étrangères du pays est immédiatement sorti pour réaffirmer la relation diplomatique avec Taïwan, déclarant « à aucun moment au cours de l’interview, le président n’a fait référence à conditionner la relation avec Taiwan, et encore moins à la soumettre à un certain montant ».

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a également déclaré que les responsables des deux parties avaient clarifié les choses et qu’il n’y avait aucune condition attachée à la relation.

Cependant, Francisco Urdinez, politologue à l’Université pontificale catholique du Chili, a déclaré que les remarques du président paraguayen pourraient indiquer que le Paraguay envisageait d’autres alternatives.

« Je pense que le Paraguay essaie de montrer son ambivalence et ils veulent montrer que le Paraguay n’est pas engagé à 100% à maintenir des liens avec Taïwan », a-t-il déclaré à DW.

« Nous nous attendions à ce que les entreprises agricoles paraguayennes commencent à faire pression en faveur d’un changement diplomatique. La raison est assez évidente, car elle a à voir avec les avantages comparatifs et combien les entreprises peuvent bénéficier d’un marché plus large pour vendre leurs produits », a-t-il ajouté.

Dans un article publié dans la revue Foreign Policy Analysis l’année dernière, Urdinez et son co-auteur Tom Long ont estimé que les relations diplomatiques du Paraguay avec Taïwan pourraient avoir coûté au pays sud-américain l’aide et les investissements de la Chine équivalant à 1% de son PIB entre 2005 et 2014. « Le Paraguay n’a reçu aucun résultat de la Chine », ont-ils écrit dans le journal. « Cela n’a pas été compensé par les flux en provenance de Taïwan. »

Le dilemme de Taïwan

Alors que Taïwan a envoyé deux délégations d’investissement au Paraguay en 2022, Urdinez a souligné que l’appel du président paraguayen à plus d’investissements est un énorme problème pour Taipei.

« Par rapport à la Chine, le gouvernement taïwanais n’a pas l’influence sur le secteur privé pour forcer les entreprises taïwanaises à investir 1 milliard de dollars au Paraguay », a déclaré l’expert.

« Pékin a un effet de levier sur ses entreprises d’État et, grâce à des accords de gouvernement à gouvernement, ils peuvent s’assurer que certains capitaux peuvent circuler. Pour Taïwan, c’est une situation délicate qu’ils ne peuvent pas garantir que les investissements puissent affluer au Paraguay. Cela dépend de l’environnement commercial et des opportunités », a-t-il ajouté.

Le commerce entre Taïwan et le Paraguay a atteint un record de 196 millions de dollars en 2021, mais il représentait moins de 1% du commerce total de la nation sud-américaine cette année-là, selon Bloomberg.

Le Paraguay, qui a un PIB d’environ 39 milliards de dollars, dépend fortement de l’agriculture, en particulier des exportations de soja et de bœuf.

Étant donné que le pays est déjà l’un des plus grands exportateurs de bœuf vers Taïwan, certains experts affirment qu’il y a peu de place pour que le commerce bilatéral se développe davantage.

« Au contraire, le Paraguay a toujours le désir d’accéder au marché chinois, car c’est l’un des plus grands marchés du monde et la consommation de bœuf en Chine est également élevée », a déclaré Kung Kwo-Wei, directeur de l’Institut de hautes études latino-américaines de l’Université Tamkang à Taïwan.

M. Kung a ajouté que bien que Taïwan continue d’envoyer des délégations commerciales au Paraguay et travaille dur pour s’approvisionner davantage de produits à partir de là-bas, la liste des produits que Taiwan peut acheter est limitée. « Je pense que le président paraguayen devrait réévaluer les secteurs au Paraguay dans lesquels d’autres pays peuvent investir ou les opportunités qui existent entre Taïwan et le Paraguay », a-t-il déclaré à DW.

Play Video

6:29 min

Joseph Wu, ministre des Affaires étrangères à Taïwan : La Chine « semble se préparer à une guerre contre Taïwan »

Outre les raisons économiques, a déclaré Urdinez, la lutte du Paraguay pour obtenir suffisamment de vaccins contre la COVID-19 a également eu un impact sur l’opinion publique concernant son alliance diplomatique avec Taïwan.

Jusqu’à présent, seulement environ 50 % de la population paraguayenne a été entièrement vaccinée, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 63,5 %. « Ils n’ont pas pu accéder aux vaccins chinois et ils ont dû acheter des doses chinoises par l’intermédiaire de tiers », a-t-il souligné. « Au milieu des décès liés à la COVID, c’est devenu un problème très important. »

Quelle est la stratégie diplomatique de Taïwan pour aller de l’avant ?

Alors que les deux gouvernements affirment que les relations bilatérales entre Taïwan et le Paraguay restent solides, Urdinez pense que s’il y a un changement de garde au Paraguay après l’élection présidentielle de l’année prochaine, il est très probable que le sujet du changement de reconnaissance diplomatique refera surface.

« La coalition de gauche au Paraguay est très claire sur son intention de transférer la reconnaissance diplomatique à la Chine, même si Taiwan a fait de son mieux pour empêcher que cela ne se produise », a-t-il déclaré.

Sana Hashmi, chercheuse à la Taiwan-Asia Exchange Foundation à Taipei, a déclaré que perdre plus d’alliés diplomatiques pourrait être un revers pour Taïwan. Et elle a souligné qu’il est important que l’île démocratique réfléchisse à la stratégie diplomatique qui pourrait être bénéfique pour elle-même à l’avenir.

« Je crois que les relations avec les alliés diplomatiques devraient être basées sur des avantages mutuels », a-t-elle déclaré.

« Nous devons également voir les avantages tangibles. Je crois que Taïwan doit tendre la main aux pays qui ont plus leur mot à dire et penser à mettre en évidence sa force et à les motiver à collaborer avec Taïwan. Par exemple, lorsque les États-Unis, le Japon ou l’Inde mentionnent Taïwan, cela devient une nouvelle plus importante et cela a un impact et un poids », a-t-elle fait valoir.

Kung de l’Université Tamkang estime toutefois que Taïwan devrait tout mettre en œuvre pour maintenir ses relations avec ses alliés diplomatiques existants. « Pour participer à la communauté internationale, vous avez besoin de soutien », a-t-il déclaré.

« Alors que les États-Unis, l’UE et le Japon soutiennent Taïwan maintenant, il y a une grande différence entre avoir 20 à 30 alliés diplomatiques qui vous aident à faire entendre votre voix aux Nations Unies et n’avoir que 10 ou 8 alliés qui parlent pour vous. »

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Article fleuve qui fait un peu le point sur les volontés des uns er des autres :

https://www.rfa.org/english/news/china/taiwan-defense-10052022131555.html

 

Taïwan « se prépare à la guerre » après les incursions chinoises sur la ligne médiane maritime

L’APL a détruit un « accord tacite » lorsqu’elle a commencé à franchir la ligne médiane, à seulement 25 miles des eaux taïwanaises.

Par Raymond Cheng pour RFA Cantonais, Hsia Hsiao-hwa et Hwang Chun-mei pour RFA Mandarin
2022.10.05

Des soldats taïwanais participent à un exercice de guerre urbaine au Commandement de l’entraînement de l’infanterie de l’armée à Fengshan, Kaohsiung, Taïwan, le 6 janvier 2022.

 Reuters

L’île démocratique de Taïwan se prépare à la guerre, en réponse à l’escalade des tensions militaires en Chine avec des incursions répétées par voie aérienne et maritime, ont annoncé mercredi des ministres.

Le ministre taïwanais de la Défense, Chiu Kuo-cheng, a déclaré que l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) avait détruit ce qu’il a appelé un « accord tacite » lorsqu’elle a fait des incursions à travers la ligne médiane du détroit de Taiwan, qui sépare l’île de la Chine.

Chiu a déclaré mercredi aux législateurs de Taipei que les forces taïwanaises réagiraient si la Chine franchissait une « ligne rouge », bien qu’il n’ait pas précisé ce que pourrait être une telle ligne rouge.

Les avions militaires chinois ont franchi à plusieurs reprises la ligne médiane depuis qu’une visite à Taïwan le 2 août de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a irrité Pékin.

Taïwan n’a jamais été gouvernée par le Parti communiste chinois (PCC), ni fait partie de la République populaire de Chine, mais Pékin insiste sur le fait qu’elle a une revendication territoriale sur l’île, qui était une dépendance japonaise pendant la première moitié du 20ème siècle.

« La ligne médiane était censée être un accord tacite pour tout le monde », a déclaré Chiu à un comité du Yuan législatif. « Cet accord tacite a été détruit. »

La ligne médiane, qui se trouve à environ 40 km (25 miles) des eaux taïwanaises, a été délimitée par un général américain au plus fort de l’hostilité entre Pékin et Taipei en 1954, et l’APL l’a largement respectée jusqu’à ce qu’un porte-parole du ministère des Affaires étrangères ait déclaré qu’il n’y avait pas une telle chose en 2020.

« Ils veulent construire une nouvelle normalité mais nous ne changeons pas... Nous resterons fermes quand ils viendront. Nous ne cédons pas », a déclaré Chiu.

Le ministre taïwanais de la Défense, Chiu Kuo-cheng, arrive au parlement à Taipei, au milieu de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 10 mars 2022. Crédit : Reuters

« Actions irresponsables »

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a rejeté à plusieurs reprises l’insistance de Pékin sur « l’unification », affirmant que les 23 millions d’habitants de l’île ne souhaitaient pas renoncer à leur souveraineté ou à leur mode de vie démocratique, un point de vue largement étayé par de récents sondages d’opinion.

Tsai a condamné les mesures militaires chinoises lors d’un événement de groupe de réflexion en ligne mardi, où elle a exprimé sa gratitude pour le soutien des États-Unis et des pays du G7 et a appelé à la solidarité face aux menaces de Pékin.

« Les exercices militaires persistants de la Chine, les opérations en zone grise et les incursions avec du personnel militaire, des armes et des drones dans les zones autour de Taiwan sapent le statu quo à travers le détroit de Taiwan », a-t-elle déclaré.

« Ces actions irresponsables empiètent sur la souveraineté de Taïwan et menacent la paix et la stabilité dans la région indo-pacifique. Ils mettent également en danger la sécurité aérienne et maritime ainsi que le commerce international dans une tentative d’éroder le droit et les normes internationales », a déclaré Tsai lors d’un événement organisé par le Global Taiwan Institute, un groupe de réflexion de Washington.

« Nous savons par l’histoire et les événements actuels que les menaces contre un pays ou une région se traduisent, directement et indirectement, par des menaces croissantes contre ses voisins. C’est pourquoi la solidarité mondiale est essentielle pour contrer l’expansion autoritaire, sauvegarder la démocratie et relever les défis communs », a-t-elle déclaré.

Chiu a déclaré que Taïwan se préparait déjà à une invasion chinoise.

« Nous construisons notre arsenal et nous nous préparons à la guerre selon notre propre plan », a-t-il déclaré aux législateurs.

Stocks de nourriture, fournitures essentielles, énergie

Pendant ce temps, le vice-ministre de l’Économie, Chen Chern-chyi, a déclaré aux journalistes que le gouvernement faisait déjà des inventaires mensuels des approvisionnements alimentaires et énergétiques essentiels.

Taipower, géré par l’État, et le raffineur public CPC Corp sont déjà prêts à assurer l’approvisionnement en énergie, a déclaré Chen.

« Nous voulons nous assurer que nous avons une certaine période de stocks à Taïwan, y compris la nourriture, y compris les fournitures essentielles, les minéraux, les produits chimiques et l’énergie bien sûr », a-t-il déclaré.

Selon un article récent de l’ancien analyste de la CIA John Culver, la Chine pourrait envahir dès 2024, mais certaines estimations disent que 2027 est plus probable.

Mais il y aura des signes certains que la guerre arrive, a écrit Culver dans un éditorial pour le Carnegie Endowment for International Peace, citant l’arrêt de la démobilisation et des exercices réguliers, la construction d’hôpitaux de campagne et des exercices de propagande visant à préparer la population en général à l’impact d’un conflit militaire.

« Si la Chine décide de mener une guerre de choix sur Taïwan, la surprise stratégique serait une victime de l’ampleur de l’entreprise », a écrit Culver. « Même si Xi était tenté de lancer une campagne rapide et d’espérer que la volonté de combat de Taiwan s’effondrerait rapidement, l’invasion désastreuse de l’Ukraine par la Russie a probablement incité à plus de prudence à Pékin. »

« Toute invasion de Taïwan ne sera pas secrète pendant des mois avant le début des hostilités par Pékin. Ce serait une entreprise nationale de tout le régime pour une guerre qui pourrait durer des années », a-t-il déclaré.

Chao Chun-shan, un expert de la Chine à l’Université Tamkang de Taïwan, a déclaré que l’invasion était presque certainement à l’ordre du jour du PCC.

« Ils ont déjà mis cela à l’ordre du jour à coup sûr », a déclaré Chao à RFA. « [Nous ne savons tout simplement pas] si ce sera à court, moyen ou long terme. »

Capacités PLA en question

Mais il a convenu qu’il y a des points d’interrogation sur les capacités de l’APL à organiser une invasion amphibie massive.

« Beaucoup de gens disent que le PCC, en particulier la marine, est un match pour les États-Unis, mais je pense que la force militaire du PCC est encore loin derrière celle des États-Unis », a déclaré Chao.

« Après 2027, la probabilité qu’ils mènent cette guerre est plus élevée. »

Lin Po-chou, expert militaire chinois à l’Institut de recherche sur la défense nationale et la sécurité de Taïwan, a déclaré qu’on ne savait toujours pas exactement quel soutien militaire les États-Unis offriraient à Taïwan en cas d’invasion chinoise.

« S’il doit s’agir d’une opération alliée, il faudra beaucoup de coordination et d’exercices à l’avance », a déclaré Lin à RFA.

« Il y a quelque temps, il y a eu des rapports selon lesquels les États-Unis prévoyaient de stocker des armes à Taïwan. La forme que prendra cette soi-disant aide n’est donc pas encore claire. »

Le chef de la CIA, Bill Burns, a déclaré à CBS News le 3 octobre que les développements en Ukraine pourraient avoir changé l’approche du chef du PCC, Xi Jinping, à l’égard de Taïwan.

« Je pense que le président Xi regarde ce qui se passe en Ukraine comme un faucon », a-t-il déclaré à la chaîne. « Je pense qu’il a été dégrisé dans une certaine mesure par la piètre performance de l’armée russe. »

« Ces dirigeants chinois regardent également ce qui se passe lorsque vous organisez une invasion, et les gens que vous envahissez résistent avec beaucoup de courage et de ténacité. »

Traduit et édité par Luisetta Mudie.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, herciv a dit :

« Même si Xi était tenté de lancer une campagne rapide et d’espérer que la volonté de combat de Taiwan s’effondrerait rapidement, l’invasion désastreuse de l’Ukraine par la Russie a probablement incité à plus de prudence à Pékin. »

Je retiens surtout cela de cet article :

l'Ukraine, scrutée avec attention par Xi lui a montré qu'il fallait être bien prêt fasse à un peuple decidé à résister, donc plus probablement après 2027 et des mois de préparatifs avant.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, BPCs a dit :

des mois de préparatifs avant

Oui pareil. La Chine ne semble pas se sentir prête. Les US ont un niveau militaire important mais leur niveau de stock de munition doit être remonté. 

Et puis on sait aussi qu'en guerre élec il veulent remonter leur compétence ainsi que sur l'artillerie. La Chinois ont entamé leur monté en puissance depuis longtemps et les Taïwanais sont prêt à la guerre depuis toujours.

La tenacité Taïwanaise fera beaucoup mais celle des soldats chinois n'est pas à négliger. Ils se sentent dans leur bon droit.

Link to comment
Share on other sites

Le 09/10/2022 à 00:29, Manuel77 a dit :

citant Münkler : Si Poutine et Erdogan s'entendent si bien, c'est parce qu'ils sont des forces révisionnistes.

Une autre preuve que Biden est révisionniste, c'est qu'il a laissé Nancy Pelosi faire une tournée diplomatique à Taïwan le 2 août 2022. C'est une révision de l'accord Nixon-Mao de 1972 où l'Amérique s'engageait à ne plus avoir de relations diplomatiques avec Taïwan. Le révisionniste, ce n'est pas Jinping, c'est Joe.

@Wallaby Dans ce cas, je rappelle la visite du président taïwanais Lee Teng-hui  aux USA et sa rencontre avec Bill Clinton en  juin 1995. Collectionneur ;

https://www.persee.fr/doc/perch_1021-9013_1995_num_29_1_1884

Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, Wallaby a dit :

@Wallaby Dans ce cas, je rappelle la visite du président taïwanais Lee Teng-hui  aux USA et sa rencontre avec Bill Clinton en  juin 1995. Collectionneur ;

https://www.persee.fr/doc/perch_1021-9013_1995_num_29_1_1884

@collectionneur

réponds SVP comme un posteur et pas comme un modo car cela ne permet pas d'approuver ta réponse (ou celle de wallaby) quand tu l'insère dans le message.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, BPCs a dit :

@collectionneur

réponds SVP comme un posteur et pas comme un modo car cela ne permet pas d'approuver ta réponse (ou celle de wallaby) quand tu l'insère dans le message.

D'accord avec ça autant quand tu apportes une correction sur une erreur du posteur je trouve cette façon de faire très bien autant dans ce cas il vaut mieux un post séparé qui alimente la discussion. Et ça fait moins Deus ex machina :laugh: .

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

La guerre en Ukraine avait vu l'engagement de drones aériens très nombreux mais très peu de drones terrestres. La chine s'y prépare. ET pour descendre des robots chien il faudra à minima de la 12,7 ou de l'anti-char.

Edited by herciv
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, collectionneur a dit :

Sérieux ou piqué d'une pub de Boston Dynamics ?

Je pense réelle évaluation du potentiel par la Chine sans avoir de doctrine idoine pour l'instant. Elle évalue autant pour elle même que pour mesurer la menace contre elle. La publication de cette vidéo par les chinois c'est pour la propagande pour faire d'une pierre deux coups. Mais çà passe à côté simplement parce que la Chine utilise du matériel de Boston Dynamic. Bref c'est très mal travaillé comme propagande.

Ce qui est intéressant c'est la durée de la batterie. 1H30 on imagine en déplacement. Ca permet des actions coût de point ou suicide mais pas de grandes et longue offensives.

Edited by herciv
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.lefigaro.fr/international/washington-doit-se-preparer-maintenant-a-une-invasion-chinoise-de-taiwan-20221020

 

L'amiral Gilday, chef des opérations navales américaines évoque 2022 ou 2023, c'est-à-dire demain.

On a vu que les renseignement US avaient vu juste en Ukraine en février. Une intervention militaire chinoise si tôt est-elle plausible ? 

Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, Molloy a dit :

https://www.lefigaro.fr/international/washington-doit-se-preparer-maintenant-a-une-invasion-chinoise-de-taiwan-20221020

 

L'amiral Gilday, chef des opérations navales américaines évoque 2022 ou 2023, c'est-à-dire demain.

On a vu que les renseignement US avaient vu juste en Ukraine en février. Une intervention militaire chinoise si tôt est-elle plausible ? 

Pour 2022 la fenêtre météo est presque fermée. (fin octobre). Sinon c'est la saison des moussons.

Difficile d'imaginer autre chose qu'une attaque amphibie. La seule chose qui pourrait commencer avant la fin de l'année dans des conditions c'est un blocus de l'Ile.

Link to comment
Share on other sites

La Chine devrait plutôt faire tout ce qui est possible à une alliance avec l'inde (surtout économique) car les deux réunis n'aurait plus aucune crainte de monopole sur quelconque bloc dans le monde... et  sans tirer une cartouche, car sans sa tech Taiwan ça vaut quoi ? et si c'est la partie accés maritime autant viser vers l'ouest et s'élargir un accés vers l'afrique plutôt que vers le pacifique. Car je peux me tromper mais ça va finir comme pour les Russes l'aventure sur Taiwan, surtout avec une armée sans expérience d'un quelconque conflit ces trentes dernières années

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,811
    Total Members
    1,550
    Most Online
    GOUPIL
    Newest Member
    GOUPIL
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...