Les anglais ont versé des pots de vin aux saoudiens


Recommended Posts

Surtout qu'ils doivent déja signer celui des marocains le 24 au soir, sa serait sympa que la commande augmente d'une trentaine d'appareils! [50] A la je fait péter quelques bouteils de champagne en plus! ^^

Link to post
Share on other sites

c'est là qu'on va voir si leur service anti fraudes est VRAIMENT independant et incorruptible... s'ils font machine arriere, c'est rapé pour nous, mais s'ils sont fideles a leur "reputation", MERRY CHRISTMAS DASSAULT [13]

Link to post
Share on other sites

Il y en a encore qui croit au Père Noël sur ce forum.[29] Les Anglais ne sont uniquement fair-play que lorsqu'ils gagnent ,disait Serge Blanco ,visiblement il avait raison à en juger l'attitude de rule britannia pour sa réponse. Cela fait des années que tout le monde savait que BAE s'était engraissé sur Yamanah. Le fils de Maggie n'est pas plus inquiété ,juste sur surveillance rapprochée en Afrique du Sud par la CIA. Néanmoins ,les banquiers suisses ne vont pas lever le secret bancaire ,BAE systems ne sera pas sensibilisé sur ce nouveau deal ,ce serait absurde ,plus personne pourrait placer des systèmes d'armes à l'export. Le Mi 5 va rétablir ce marché ,Gordon Brown ne veut pas perdre plusieurs Giga de devises ,Tony ne va pas perdre la face pour ses derniers jours. Et tout rentrera dans l'ordre. Les spin doctor britanniques sont très forts pour détourner l'attention ,après tout ,ils ont réussis à vendre aux citizen une guerre en Irak 2003.

Link to post
Share on other sites

Le Mi 5 va rétablir ce marché ,Gordon Brown ne veut pas perdre plusieurs Giga de devises ,Tony ne va pas perdre la face pour ses derniers jours.

Et tout rentrera dans l'ordre.

Les spin doctor britanniques sont très forts pour détourner l'attention ,après tout ,ils ont réussis à vendre aux citizen une guerre en Irak 2003.

Il serait peut-être temps que tu lises ça, même si c'est à prendre avec des "pincettes".

De quoi relativiser ce que tu viens de dire.

Link to post
Share on other sites
Il serait peut-être temps que tu lises ça, même si c'est à prendre avec des "pincettes".

De quoi relativiser ce que tu viens de dire.

DEFA 550 ,combien de personnes travaillent directement et en sous traîtance sur 72 Rafale ? 50.000 ?

As-tu vu programmé un vol VIP du Roi Abdallah et le Prince Sultan en direction de l'Elysée pour une signature d'achat cette semaine ?

Penses-tu un seul instant que nous allons réussir à vendre à Ryiad ,tout ces systèmes d'armes : 24/48/72 Rafale ,3 A 330 -200 MRTT ,12 Tigre ,74 CAESAR, 64 TTH 90 ,des cougar SAR ,32 fennec pour l'école de pilotage ,20 NFH 90 ,200 Panhard ,des GOWIND ,des Marlin... ou alors on ne va pas pouvoir placer nos avions de combat ?

Parce que si nous les plaçons tous ,cette fois-ci on aura gagné à notre tour ,le contrat du siècle

Link to post
Share on other sites

Désolé de faire retomber l'ambiance mais je rappelle que nos amis américains pourraient saisir cette occasion unique pour nous gacher notre noël. Rappelons les 200 F15 déjà vendus. Une version export du F/A 22 pourrait peut être ressurgir d'ici là ... [01] et Boeing ainsi que Lockeed Martin doivent surveiller cette affaire de très près. Mais ce n'est juste qu'un au cas où ... [44]

Link to post
Share on other sites

Désolé de faire retomber l'ambiance mais je rappelle que nos amis américains pourraient saisir cette occasion unique pour nous gacher notre noël. Rappelons les 200 F15 déjà vendus. Une version export du F/A 22 pourrait peut être ressurgir d'ici là ... [01] et Boeing ainsi que Lockeed Martin doivent surveiller cette affaire de très près. Mais ce n'est juste qu'un au cas où ... [44]

Pas besoin de chercher si loin.

10 jours écoulés, les Saoudiens vont peut-être dégager la commande des Typhoon, mais ils ne vont pas signer d'un coup pour autre chose : ils vont se servir du Rafale pour abaisser le prix du tout nouveau F-15 S2 "le retour", une sorte de F-15K avec AESA, poussée vectorisée, et tout et tout.

Vont quand même pas exporter le F-22, en plus, ça leur permettra de maintenir encore et encore la chaine d'assemblage du F-15...

Oh purée, Corée, Singapour, je l'ai encore en travers. [05]

Link to post
Share on other sites

Tu risques de t'étrangler TMor en lisant cet article.

Il faut se rendre compte du contexte de ces exigences du département d'Etat. Le marché Yamamah — sur lequel portaient les exigences d’enquête de la part du département d’Etat — avait été passé en 1985 entre le Royaume-Uni et l’Arabie saoudite (avions de combat Tornado) parce que les Saoudiens voulaient une deuxième source de fournisseurs en avions de combat (outre les avions américains qu’ils achètent). Les Américains étaient intervenus avec insistance pour que les Britanniques soient choisis, “interdisant” de facto aux Saoudiens tout autre fournisseur — en l’occurrence les Français (Marcel Dassault avait développé sur fonds propres le Mirage 4000 — un Mirage 2000 agrandi pour les missions à plus longue distance, avec deux moteurs au lieu d’un — qu’il aurait pu notamment proposer aux Saoudiens).

En juillet 2002, lorsque les Américains intervinrent comme on le lit, se profilait la possibilité d’une nouvelle commande des Saoudiens qui avaient un besoin programmé d’équipements. Il était alors évident que les Britanniques feraient des offres (avec l’Eurofighter Typhoon) reprenant le cadre du contrat Yamamah qui implique une vaste infrastructure d’ores et déjà en place en Arabie. Ce fut d’ailleurs le cas puisque le contrat Typhoon (72 avions) en négociations et désormais en danger est effectivement considéré comme un contrat de type Yamamah. Par conséquent, les Américains devaient savoir qu’en forçant les Britanniques à une enquête sur le contrat de 1985, ils compromettaient celui qui était à venir (les Typhoon) et favorisaient éventuellement leurs véritables concurrents, les Français de Dassault avec le Rafale.

les US s'en mêlent

Bonne lecture.

Link to post
Share on other sites

De toute facon, tous le monde verse des pots de vins aux Saoudiens.

Le probleme, c'est de savoir quelle part subventionne le fondamentalisme islamique.

il y a pot de pot vin et pot de vin.

Apparemment, chez Bae, c'etait plutot des tonneaux. [14]

Link to post
Share on other sites
...qui ressemblent beaucoup au tonneau des Danaïdes... [08]
Houla ! Trop de culture ! ! ! [29]

Tu risques de t'étrangler TMor en lisant cet article.

Gasp...

J'ai une 4e hypothèse... Mais bon, je vais me faire trucider. Bon, et avant de mourir, je tiens à vous rappeler que si nos chers saoudiens ne prennent pas de Typhoon, ma BD est morte.

Bref, mon hypothèse (qui tue aussi ma BD) : le Typhoon est bel et bien le "second best" annoncé depuis... toujours (cf la "Génèse"). Et de fait, tout comme le F-22, les américains s'opposent à son exportation.

Fffffffff.... [38]

Link to post
Share on other sites

La répartition des commissions entre l'Arabie Saoudite et la France Version imprimable Suggérer par mail

ImageTéléchargez ce document de sept pages avec le contrat de location d’un coffre au Crédit Suisse et de la première version du contrat Miksa.

Le 07.12.06 Depuis trois semaines, les intermédiaires français spécialistes des marchés de l’armement font feu de tout bois pour rattraper leurs ventes perdues avec l’Arabie Saoudite. Mais en ordre très dispersé… Car comme www.geopolitique.com vous propose de le découvrir en téléchargeant les documents que nous avons obtenus, d’anciens accords secrets sur la répartition des commissions entre Paris et Riyad compliquent dramatiquement les éventuels contrats à venir. Des accords diversement interprétés. Certains les considèrent comme « datés », quand d’autres leur accordent force de loi...

Point de départ de ces divergences : la concurrence entre deux sociétés spécialisées dans l’intermédiation sur les contrats de l’industrie française de l’armement ; la Sofresa – dont l’actuel président, Bruno Cotté est un ancien cadre de Dassault – et la Sofema (ex-Sofma) – traditionnellement proche du groupe Thales.

En 1994, cette même Sofma a été discrètement retenue pour assurer l’intermédiation financière sur le très prometteur projet Miksa. Un contrat de gré à gré de 7 milliards € pour équiper les frontières saoudiennes, négocié avec le ministre de l’Intérieur de ce pays, le prince Nayef bin Abdulaziz al-Saud, toujours en place (au sujet de ce contrat, voir les révélations de www.geopolitique.com du 15 juin dernier).

Or, la perspective de ce contrat a donné lieu à un accord tripartite de répartition des commissions, rédigé en un seul et unique exemplaire en novembre 1994, et déposé dans un coffre du Crédit Suisse de Zurich le 13 décembre 1994.

Nous vous proposons de télécharger une copie du contrat passé avec le Crédit Suisse pour la location solidaire de ce coffre, numéroté 10138, signé par les trois protagonistes de cette répartition des commissions : la Sofma, la société Sidactil (alors intermédiaire du groupe Thales en Arabie Saoudite) et la société Aida Management Inc.

La société Aida Management Inc, basée à Dubaï, intervenait dans ce montage pour le compte des intérêts financiers de la famille royale saoudienne, mais plus particulièrement pour ceux du prince Nayef.

Nous vous proposons également de télécharger la première version définitive du contrat Miksa, présentée le 27 avril 1999 au conseiller diplomatique du ministère français de l’Intérieur, François Gouyette, par son chef de projet, l’ingénieur de l’armement Jacques Lys. Car c’est sur ce protocole que se fondait, en l’anticipant, l’accord tripartite de répartition des commissions.

Si depuis décembre 2004 (et non pas depuis janvier 2006 comme le prétend le service de communication du ministère français de la Défense), le contrat Miksa a évolué vers un appel d’offre international moins favorable au groupe Thales et à ses homologues de la place de Paris, en revanche, ce changement de statut ne remettrait pas en cause les engagements financiers passés.

Des représentants tant français que saoudiens proches de la Sofma ou d’Aida Management font donc valoir leur antériorité dans les pourparlers en cours. Quand d’autres, peut-être proches de la Sofresa, estiment que de nouvelles opportunités s’offrent à l’armement français en Arabie Saoudite, en dehors du champ couvert par le projet Miksa (cf. la sécurité des frontières). Ces derniers ne sont naturellement pas du tout décidés à prendre en considération les engagements de 1994 et entendent faire cavalier seul.

Ces tensions toutes parisiennes ont été récemment exacerbées par de possibles revirements dans les engagements saoudiens. En ce moment, Riyad menace en effet la Grande-Bretagne de revenir sur sa promesse d’acquérir 72 avions de combat Typhoon si le Bureau de détection des fraudes britannique – le Serious Fraud Office – poursuit ses investigations contre la famille Al-Saud. Et de transférer une partie de cette vente au profit d’un acteur français ; Dassault donc.

Un chantage qui fait suite aux révélations parues dans le Financial Times du 19 octobre dernier, au sujet des preuves de corruption récemment recueillies par les enquêteurs de Londres en relation avec les faramineux contrats d’armement Al-Yamamah (1 et 2), conclus en 1986 et 1988, au profit du groupe aéronautique BAe, pour équiper, déjà, l’armée de l’Air saoudienne**.

Dans ce contexte, à Riayd, on estimait il y a peu qu’un groupe d’industriels français pourrait se voir confier une tranche du contrat Miksa et simultanément recevoir une petite partie du contrat des 72 avions de combats – l’un dépendant du ministère saoudien de l’Intérieur, l’autre du ministère de la Défense. De quoi affoler des réseaux parisiens habitués à défendre jalousement leur pré-carré…

* Par le passé, selon des procès-verbaux de réunions de niveaux ministériels obtenus par www.geopolitique.com, la Sofma a notamment assuré l’intermédiation sur le volet financier du contrat des frégates de Taiwan, pour le compte de la DCN et de Thales.

** Et le courroux des dirigeants saoudiens ne sera vraisemblablement pas apaisé après la récente décision du parquet de Genève de répondre favorablement à une demande d’entre aide judiciaire des Britanniques sur ce dossier, en livrant les relevés des comptes suisses de l’intermédiaire Wafic Saïd – l’un des architectes des contrats Al-Yamamah.

Source

La position Suisse

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,550
    Total Members
    1,550
    Most Online
    vicky
    Newest Member
    vicky
    Joined
  • Forum Statistics

    21,085
    Total Topics
    1,375,739
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries