Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[SCAF] "politique ": imbroglio des coopérations, des participants...


g4lly
 Share

Recommended Posts

il y a 56 minutes, ordre mondial a dit :

force de constater que les programmes defense d'airbus s'enfantent toujours dans la douleur. gros depassement de delais et de budgets. A400m, tigre, typhoon.

Toujours ? Quels furent les gros dépassements de délais et de budgets pour l'A330 MRTT, pour le C-295, ou pour le H145M ?

Non, si on regarde les programmes à problèmes, A400M, Tigre, Typhoon, et EuroMALE, on voit qu'il y a une autre constante qu'Airbus...

Edited by Kelkin
Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, emixam a dit :

C'est pas mon genre de les défendre mais à la décharge d'Airbus vu les demandes pour l'A400M ou le Typhoon on était plus sur la résolution de la quadrature du cercle que sur des programmes de défense normaux.

On sait bien qu'Airbus sait faire des avions Mais les besoins divergents des états conduisent à cette quadrature du cercle qui résulte dans des dépenses de R &D excessives et quelquefois avec un résultat technique mitigé A contrario, Airbus est excellent quand le produit répond à un besoin universel. Le MRTT en est un exemple. Le MAWS pourrait en être un autre, mais on retomberait probablement dans les disputes sur les systèmes embarqués.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il est certain que des besoins différents et qui parfois ce contredise ne permettent d'obtenir un résultat probant. Avec un NGF qui va subir les mêmes contradictions, cela donnera le même résultat. Les US font des équipements adaptés à leurs besoins et les proposent (imposent...!?) tél qu'ils sont. Si on veut continuer à disposer de moyens nous correspondant, il faut se limiter à un cahier des charges optimisé surtout si on a déjà en interne des besoins différenciés (AAE et MN). Le Rafale a été un résultat impressionnant avec 3 versions sans concessions ou presque au niveau performances dynamiques notamment.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, ordre mondial a dit :

c'est toute la complexité des cooperations. on se dit, a plusieurs, on sera meilleur. mais en fait :

chacun a ses besoins, ses ojectifs. donc complexité du programme. chacun veut sa version. donc explosion des couts et des delais, complexité des machines. maintenance ingerable. pas de continuité du programme dans le temps.

tigre : mk3, on le fait plus qu'a deux

typhoon : 3 version de radar easa

le ponpon, c'est le nh90. normal, il y a encore plus de cooperation.

plus y a de participants, plus c'est complexe, donc delais et cout sont proportionnels en augmentation. et en general, il n'y a que tres peu de suites.

le pire, c'est la disponibilité de ces appareils. tous, sans exception, ont une disponibilité excecrable. et la encore le ponpon pour le nh90. mais, le tigre et l'a400m suivent pas loin derriere.

pourtant airbus, il fait de bons produits en avion de ligne. mais niveau defense, a cause des cooperations, c'est la cata.

quand on voit la disponibilité des avions de lignes, et qu'on les compare avec celles des appareils de defense. inadmissible.

 la france, et l'allemagne, on est completement differend pour la defense. l'allemagne a une zee de nain, quand nous avons la deuxieme plus grande du monde, ils n'interviennent presque nul part, alors que l'on deploie des forces sur toute la planete.

on a une marine bien plus importante. on a le nucleaire. pas eux, en propre, je parle pas de celui des us. on a une aeronavale, pas eux.

du coup, besoins completement differend, et donc aucune communauté dans les programmes. c'est pas avec l'allemagne que l'on doit faire de la cooperation. avec les anglais ca serait beaucoup plus logique. on se ressemble bien mieux pour la defense, et donc nos besoins sont plus proche. ou les italiens, non pas les espagnols, s80.

c'est ridicule de vouloir assembler des chiens avec des chats.

pour le typhoon, la cooperation entre allemands et anglais etait aussi completement ridicule. on a vu le resultat.

niveau industriel, dans l'aeronautique de chasse, je pense, que l'allemagne, donc airbus, est largué. alors qu'elle laisse le lead a dassault.

c'est de la folie ce scaf. il faut arreter ce truc infame. on va direct dans le mur. on va depenser un pognon de dingue, pour faire une merde qui ne combera pas nos besoins. et en plus on pourra pas l'exporter. il faut le dire comment pour que les politiques le stoppe.

si on etait riche, ca serai pas grave, mais la le pognon qu'on va jeter par la fenetre, va nous manquer trivialement pour tous nos autres programmes. c'est notre armée entiere qui va en payer les pots cassés. c'est grave, ce scaf.

Tu preches, un convertit (et encore a ce niveau là, je suis cardinal). 
mais je dis simplement que remettre la faute sur airbus est un peu facile, c’est bien plus un probleme de mise en accord des besoins militaires et politiques qu’un probleme de l’industriel. Tu demandes a dassault demain de faire une chimere comme on le demande si souvent a airbus, je suis pas sur qu’ils fassent beaucoup mieux. Et si en plus tu mets 10 industriels sans un chef c’est le pompom. 

C’est pour ca que j’ai toujours critiquer le scaf qui doit etre un outil  europeen et non un but. Ca implique que le travail d’accord entre politique et militaire est deja fait. Que l’avion peut donc etre definit rationnellement. C’est clairement pas le cas et le programme tourne avec des arguments de plus en emotifs. Les allemands sont deja entrain de nous expliquer qu’on a besoin d’eux au vu de l’ecrassante superiorite de l’ef… Produit a 600 exemplaires s’il te plait ! Deust qualitad et tout et tout. Et puis arretez de faire de sous marin conventionnel aussi ! 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, wagdoox a dit :

Tu preches, un convertit (et encore a ce niveau là, je suis cardinal). 
mais je dis simplement que remettre la faute sur airbus est un peu facile, c’est bien plus un probleme de mise en accord des besoins militaires et politiques qu’un probleme de l’industriel. Tu demandes a dassault demain de faire une chimere comme on le demande si souvent a airbus, je suis pas sur qu’ils fassent beaucoup mieux. Et si en plus tu mets 10 industriels sans un chef c’est le pompom. 

C’est pour ca que j’ai toujours critiquer le scaf qui doit etre un outil  europeen et non un but. Ca implique que le travail d’accord entre politique et militaire est deja fait. Que l’avion peut donc etre definit rationnellement. C’est clairement pas le cas et le programme tourne avec des arguments de plus en emotifs. Les allemands sont deja entrain de nous expliquer qu’on a besoin d’eux au vu de l’ecrassante superiorite de l’ef… Produit a 600 exemplaires s’il te plait ! Deust qualitad et tout et tout. Et puis arretez de faire de sous marin conventionnel aussi ! 

Il me semblait justement que la convergence des demandes avaient été faites au niveau des agences de défense DGA / BMVg / DGAM, au moins pour la phase du démonstrateur.

https://www.defense.gouv.fr/fre/actualites/la-vie-du-ministere/communique_scaf-ngws-nouvelle-etape-majeure-dans-l-expression-commune-du-besoin-operationnel

Si Dassault était prêt à s'engager en tant que maitre d'oeuvre c'est qu'on peut imaginer que des solutions pouvaient être envisagées.

Ce que Trappier mentionne dans son audition par les parlementaires, c'est que c'est bien le partage des workpackages qui posent problème.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, cicsers a dit :

Je vais vous dire, le couple franco-allemand cher à nos élites débiles, c’est un vieux beau qui a connu des jours meilleurs, à qui il reste un peu de panache pour amuser la galerie, qui n’a plus trop de thunes, et qui est maqué avec une connasse hystérique qui passe sa vie au bureau à gagner de la thune qu’elle ne claque pas. C’est elle qui gère le compte commun et casse les couilles à monsieur quand il veut s’acheter une nouvelle caisse. En plus elle le fait cocu avec son boss américain auquel elle raconte tout sur l’oreiller. Évidemment elle suit une psychothérapie qui rend la vie de monsieur encore plus infernale. Monsieur sait qu’il devrait la quitter, mais que voulez-vous il est amoureux et cède à son chantage affectif. Il continue de croire qu’elle l’aime alors que c’est pas le cas. Le mec est con et se ment à lui-même. Parfois il se dit qu’une paire de claque dans la gueule lui ferait du bien, mais comme il est français il s’empêche. C’est ça le couple franco-allemand.

Mis dans mes annales (et pas dans mes anales).

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Titoo78 a dit :

Il me semblait justement que la convergence des demandes avaient été faites au niveau des agences de défense DGA / BMVg / DGAM, au moins pour la phase du démonstrateur.

https://www.defense.gouv.fr/fre/actualites/la-vie-du-ministere/communique_scaf-ngws-nouvelle-etape-majeure-dans-l-expression-commune-du-besoin-operationnel

Si Dassault était prêt à s'engager en tant que maitre d'oeuvre c'est qu'on peut imaginer que des solutions pouvaient être envisagées.

Ce que Trappier mentionne dans son audition par les parlementaires, c'est que c'est bien le partage des workpackages qui posent problème.

 

Il y a l’affichage et la realite. 
quand les allemandes disent que le ngf est qu’un rafale +, qu’ils paieront pas la nuclearisation ou la navalisation. Ca te donne une idee de ce qui se passera a un moment ou un autre. 

la navalisation (meme si elle est payee par la france seule) est tres cadrant, sur la masse, la vitesse mini, le volume total et ce meme sur les versions non marine. 
 

la nuclearisation c’est aussi des capacites de penetrations tba donc suivi de terrain, une structure plus rigide, des reacteurs plus fiables, une protection emp…. 
 

comme tu le dis, pour le demonstrateur, je rappels que le rafale A etait pas capable d’apponter, c’est venu qu’apres !  
 

je rappels aussi ce qui s’etait passer avec l’ef, tout le monde etait d’accord sur les 5 premieres pages puis dans les annexes tout le monde disait des trucs differents. (On ne le saura qu’apres). 
 

c’est meme pas le workshare, ca c’est qui produit quoi, là on est meme pas d’accord sur qui developpe quoi. 

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Ronfly a dit :

Il est certain que des besoins différents et qui parfois ce contredise ne permettent d'obtenir un résultat probant. Avec un NGF qui va subir les mêmes contradictions, cela donnera le même résultat. Les US font des équipements adaptés à leurs besoins et les proposent (imposent...!?) tél qu'ils sont. Si on veut continuer à disposer de moyens nous correspondant, il faut se limiter à un cahier des charges optimisé surtout si on a déjà en interne des besoins différenciés (AAE et MN). Le Rafale a été un résultat impressionnant avec 3 versions sans concessions ou presque au niveau performances dynamiques notamment.

Le Rafale est aussi le contre-exemple qui montre qu'un cahier des charges assez extrêmes est réalisable si le constructeur fait du bon boulot. On a demandé un bombardier stratégique (pour remplacer les mirage IV), intercepteur (pour les F8P), navalisé, rustique (facile à déployer en OPEX comme les Jaguar), économique (pour pouvoir être exporté), léger avec une charge utile importante, rapide, maniable et "furtil" ou au moins discret, à la pointe de la technologie mais capable d'évoluer...

il y a 59 minutes, wagdoox a dit :

la nuclearisation c’est aussi des capacites de penetrations tba donc suivi de terrain, une structure plus rigide, des reacteurs plus fiables, une protection emp….

Euh... Ça devrait aussi être utile pour larguer des B61. Sinon, les allemands prévoient de remplacer le porteur nucléaire américain qui va remplacer les Tornado par un avion qui sera concurrent du SCAF/NGF dans 40 ans ?

Le nucléaire est clairement un besoin allemand comme français. Comme à l'époque de la scission Rafale/Typhoon, 4 des 5 pays avaient une composante nucléaire aéroportée.

Les Allemands ne vont pas payer pour intégrer l'AS4NG, mais ils doivent contribuer  au développement d'un porteur crédible et compatible avec une arme nucléaire.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, ARPA a dit :

Le Rafale est aussi le contre-exemple qui montre qu'un cahier des charges assez extrêmes est réalisable si le constructeur fait du bon boulot. On a demandé un bombardier stratégique (pour remplacer les mirage IV), intercepteur (pour les F8P), navalisé, rustique (facile à déployer en OPEX comme les Jaguar), économique (pour pouvoir être exporté), léger avec une charge utile importante, rapide, maniable et "furtil" ou au moins discret, à la pointe de la technologie mais capable d'évoluer...

Euh... Ça devrait aussi être utile pour larguer des B61. Sinon, les allemands prévoient de remplacer le porteur nucléaire américain qui va remplacer les Tornado par un avion qui sera concurrent du SCAF/NGF dans 40 ans ?

Le nucléaire est clairement un besoin allemand comme français. Comme à l'époque de la scission Rafale/Typhoon, 4 des 5 pays avaient une composante nucléaire aéroportée.

Les Allemands ne vont pas payer pour intégrer l'AS4NG, mais ils doivent contribuer  au développement d'un porteur crédible et compatible avec une arme nucléaire.

Mais tu crois une seule seconde que les allemands pourront mettre des bombes us sur un avion non us ? 

Mais tu crois une seule seconde qu’on laissera les americains certifier et donc regarder de A a Z les secrets du ngf ?

oui, on en parle depuis quelques annees la quand meme f18sh et growler mais actuellement le f35 est en etat de graisse pardon de grace. 

Link to comment
Share on other sites

8 minutes ago, ARPA said:

Euh... Ça devrait aussi être utile pour larguer des B61. Sinon, les allemands prévoient de remplacer le porteur nucléaire américain qui va remplacer les Tornado par un avion qui sera concurrent du SCAF/NGF dans 40 ans ?

Le nucléaire est clairement un besoin allemand comme français. Comme à l'époque de la scission Rafale/Typhoon, 4 des 5 pays avaient une composante nucléaire aéroportée.

Les Allemands ne vont pas payer pour intégrer l'AS4NG, mais ils doivent contribuer  au développement d'un porteur crédible et compatible avec une arme nucléaire.

Il y a juste un hic, si "DA" n'est pas prêt à laisser les USA s'approprier des informations sur le Rafale lors d'une éventuelle intégration de la B61 en cas d'une acquisition Allemande il y a peu de chance que cela se produise avec le NGF.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, P4 a dit :

Il y a juste un hic, si "DA" n'est pas prêt à laisser les USA s'approprier des informations sur le Rafale lors d'une éventuelle intégration de la B61 en cas d'une acquisition Allemande

Est-ce vrai ? 

Je n'ai jamais entendu dire que les Allemands pouvaient peut-être éventuellement envisager d'étudier l'achat de Rafale.

Avant le choix belge, l'emport de B61 sous Rafale n'était pas complètement exclu.

Les américains refusent d'intégrer une bombe nucléaire sous un intercepteur, je les comprends. La B61 ne serait pas crédible sous Typhoon. Sous un Rafale, je serais moins catégorique, il y aurait toujours un intérêt opérationnel.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, ARPA a dit :

Est-ce vrai ? 

Je n'ai jamais entendu dire que les Allemands pouvaient peut-être éventuellement envisager d'étudier l'achat de Rafale.

Avant le choix belge, l'emport de B61 sous Rafale n'était pas complètement exclu.

Les américains refusent d'intégrer une bombe nucléaire sous un intercepteur, je les comprends. La B61 ne serait pas crédible sous Typhoon. Sous un Rafale, je serais moins catégorique, il y aurait toujours un intérêt opérationnel.

Non, c’est completement exclus. Les allemands acheteront jamais de rafala ca tuerait la credibilite de l’ef. Sauf a la produire sur place. 
 

les usa certifient les avions pour le port nucleaire, ca prend du temps et ils en jouent. L’ef ne serait pas certifié avant 10 ans. Le f18 ne l’est pas et ne le sera probablement jamais. 
 

ca n’a rien a voir avoir intercepteur ou bicyclette, c’est un moyen de pression commercial ! 
 

dassault s’est retirer du marche canadien pour ne pas devoiler une partie de ses secrets alors la totalite pour 30 exemplaires allemands … 2x moins, c’est 3x non !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, wagdoox a dit :

Tu demandes a dassault demain de faire une chimere comme on le demande si souvent a airbus, je suis pas sur qu’ils fassent beaucoup mieux. Et si en plus tu mets 10 industriels sans un chef c’est le pompom. 

C’est pour ca que j’ai toujours critiquer le scaf qui doit etre un outil  europeen et non un but. Ca implique que le travail d’accord entre politique et militaire est deja fait. Que l’avion peut donc etre definit rationnellement. C’est clairement pas le cas et le programme tourne avec des arguments de plus en emotifs. Les allemands sont deja entrain de nous expliquer qu’on a besoin d’eux au vu de l’ecrassante superiorite de l’ef… Produit a 600 exemplaires s’il te plait ! Deust qualitad et tout et tout. Et puis arretez de faire de sous marin conventionnel aussi ! 

Une des raisons qui nous différencie des autres constructeurs (américains compris), c'est la DGA, avec son rôle de définition du cahier des charges (en concertation entre corps d'armée et industriels) et son pouvoir de vérification du respect de ce dernier . . .

Sans cette entité (comme sans Dassault et sa maitrise acquise au fil du temps), le Rafale n'aurait probablement pas été bien mieux qu'un Typhoon ! (Il n'y a qu'à voir ce qu'est devenu le F-35 par rapport aux promesses initiales, à quel cout et quels délais !)

Edited by Obelix38
Rajout F-35
  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Obelix38 a dit :

Une des raisons qui nous différencie des autres constructeurs (américains compris), c'est la DGA, avec son rôle de définition du cahier des charges (en concertation entre corps d'armée et industriels) et son pouvoir de vérification du respect de ce dernier . . .

Sans cette entité (comme sans Dassault et sa maitrise acquise au fil du temps), le Rafale n'aurait probablement pas été bien mieux qu'un Typhoon ! (Il n'y a qu'à voir ce qu'est devenu le F-35 par rapport aux promesses initiales, à quel cout et quels délais !)

Il y a des organes avec le meme role à l'étranger. 
La DGA a donc parfaitement fait son boulot avec le NH90 ! 

Je suis taquin mais c'est pour te dire que sur le papier tu as raison dans la réalité ca se passe pas toujours comme ca et la DGA a un paquet de détracteurs.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, wagdoox a dit :

Il y a des organes avec le même rôle à l'étranger.

Il faut croire qu'ils sont bien moins efficaces :rolleyes: (JPO, etc...)

Citation

La DGA a donc parfaitement fait son boulot avec le NH90 ! 

Coopération France + Allemagne + Italie + Pays-Bas, les cahiers des charges contradictoires naissent comme ça, et la DGA ne peut pas y faire grand chose dans ce cas :huh:

Citation

Je suis taquin mais c'est pour te dire que sur le papier tu as raison dans la réalité ca se passe pas toujours comme ca et la DGA a un paquet de détracteurs.

Pas de souci ! :biggrin:

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Obelix38 a dit :

Coopération France + Allemagne + Italie + Pays-Bas, les cahiers des charges contradictoires naissent comme ça, et la DGA ne peut pas y faire grand chose dans ce cas :huh:

C'est bien ce que je voulais te faire dire. 

 

 

à l’instant, Obelix38 a dit :

Il faut croire qu'ils sont bien moins efficaces :rolleyes: (JPO, etc...)

Ca depend sur quoi. tu as une vision trop falteuse de l'un et trop négative des autres.

Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, ARPA said:

Est-ce vrai ? 

Je n'ai jamais entendu dire que les Allemands pouvaient peut-être éventuellement envisager d'étudier l'achat de Rafale.

Avant le choix belge, l'emport de B61 sous Rafale n'était pas complètement exclu.

Les américains refusent d'intégrer une bombe nucléaire sous un intercepteur, je les comprends. La B61 ne serait pas crédible sous Typhoon. Sous un Rafale, je serais moins catégorique, il y aurait toujours un intérêt opérationnel.

Oui et on se demande pourquoi DA ne voulait pas déposer de dossier en Belgique et pourquoi la France a fait une offre en dehors de l'appel officiel si ce n'est à cause de la B61.

Pas d'intégration d'une B61 sur un avion Français de notre part et ne compte pas sur les USA pour nous céder un marché captif du fait de la mise en oeuvre de cette armement nucléaire.

Edited by P4
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Kerloas a dit :

Cadeau :

  Masquer le contenu

"Die Ukraine-Krise zeigt: Europa muss sich auf seine militärischen und wirtschaftlichen Fähigkeiten besinnen, sagt Michael Schöllhorn, Chef der Verteidigungssparte von Airbus – und erklärt, in welcher Rolle er Deutschland sieht." 

"Herr Schöllhorn, Frankreichs Rüstungskonzern Dassault verkauft erst 80 Rafale in die Emirate und jetzt knapp 40 weitere der Kampfjets nach Indonesien. Bei beiden Geschäftsabschlüssen hat der französische Präsident kräftig die Werbetrommel gerührt. Werden Sie neidisch, dass die Konkurrenz mehr politische Unterstützung erfährt als Sie durch Berlin?  

Deutschland hat beim Rüstungsexport nun mal eine andere Einstellung als Frankreich, vor allem, wenn es um Verhandlungen und Unterstützung auf Regierungsebene geht. Das ist bekannt. Aber wir sehen auch weiterhin Exportchancen für den Eurofighter.  

In welchen Ländern rechnen Sie sich Chancen aus?  

Wir haben die Zusage der spanischen Regierung, 20 zusätzliche Eurofighter zu bestellen. Der Auftrag wird hoffentlich dieses Jahr unterzeichnet. Es gibt weitere Exportchancen, auch außerhalb der Nato. Aber da ist es noch zu früh, konkrete Details zu nennen.  

Wann endet Ihre Schonfrist für die neue deutsche Regierung mit Blick auf das Thema Rüstungsexport?  

Die Bundesregierung hat verkündet, dass sie bis Ende März klären möchte, wie man mit Rüstungsexporten umgeht. Ich erwarte von ihr die Sicherstellung weiterer Kooperationsfähigkeit in Europa. Das gilt besonders für existierende Gemeinschaftsprogramme wie Eurofighter, aber auch für Zukunftsprojekte wie das Future Combat Air System (FCAS). Wenn die deutsche Seite zaudert, könnte der Export bei den Gemeinschaftsprojekten ja nach wie vor über die nicht-deutsche Seite laufen. 

Was wäre so schlimm an einer solchen Arbeitsteilung? 

Ganz so einfach ginge es nicht, denn die Wertschöpfung zwischen den Partnern ist klar festgelegt und daran orientieren sich die Exportrechte. Beim Eurofighter kommt ein nennenswerter Anteil aus Deutschland, so dass die Bundesregierung dem Export immer zustimmen muss. Auch beim FCAS-Projekt wird das nicht anders sein. Insofern wäre es gut, wenn hierzulande beim Thema Rüstungsexport rasch Klarheit herrschte.  

Wie viel Klarheit herrscht bei FCAS schon mit Blick auf die Arbeitsteilung?  

FCAS ist ein komplexes und technisch anspruchsvolles Programm. In Summe gibt es sieben Arbeitspakete. Davon sind bei sechs die Details geklärt. Beim Arbeitspaket über das Flugzeug, dem sogenannten „Next Generation Fighter“, sind wir uns mit Dassault bei Teilaspekten noch nicht abschließend einig. Das besprechen wir gerade.  

Wo hakt es und wann ist mit einer Klärung zu rechnen?  

Dassault hat die Führungsrolle beim „Next Generation Fighter“ bekommen. FCAS ist jedoch mehr als nur ein Flugzeug. In der Welt von morgen ist die Kommandozentrale als eine Art elektronisches Gehirn nicht allein im Flieger, sondern vor allem in einer militärischen Daten-Cloud zu finden. Hier kommen wir ins Spiel: Auf Airbus und seine Zulieferer entfallen mit den deutschen und spanischen Standorten zwei Drittel der Wertschöpfung und auch zwei Drittel des Budgets. Aber auch beim „Next Generation Fighter“ bringen sowohl Dassault mit der Rafale als auch wir mit dem Eurofighter wichtige Expertise ein. Alles, was wir in den Eurofighter investieren, fließt auch direkt in das FCAS-Projekt. Da sind einfach viele Details zu klären. Es ist wichtig und gut, dies alles am Anfang genau auszuarbeiten. Trotz der anstehenden französischen Wahlen würde ich nicht ausschließen, dass die Einigung im verbleibenden FCAS-Arbeitspaket vor Frühsommer gelingt. Die erste Bewährungsprobe für die sozialdemokratische Verteidigungsministerin Christine Lambrecht steht im März bevor, wenn über den Ersatz der veralteten Tornado-Flotte der Luftwaffe zu entscheiden ist.  

Rechnen Sie sich gute Chancen aus, die 85 Jets durch moderne Versionen des Eurofighters zu ersetzen?  

Ich bin guter Dinge, dass dem Eurofighter hier eine bedeutende Rolle zukommen wird. Schließlich verfügt der Eurofighter dank seiner Mehrrollenfähigkeit auch über die Eigenschaften eines Jagdbombers, die der Tornado hat. Die nötige elektronische Kampffähigkeit können wir bis zum Zieldatum schrittweise entwickeln, wenn wir beauftragt werden sollten. Hinzu kommt: Der Eurofighter ist seit Jahren im Einsatz bei der Luftwaffe, hat sich dort technisch bewährt. Was der Eurofighter jedoch nicht besitzt, ist die Lizenz, im militärischen Ernstfall jene nuklearen Waffen ins Ziel zu bringen, die die amerikanischen Streitkräfte in Deutschland lagern. Berlin zieht daher im Rahmen ihrer vereinbarten „nuklearen Teilhabe“ in Betracht, etwa 40 Tornados durch amerikanische Kampfjets vom Typ F-18 von Boeing oder F-35 von Lockheed-Martin zu beschaffen. 

Hat der Eurofighter da noch eine Chance?  

Die ausstehende Genehmigung ist keine unüberwindbare Hürde. Wir haben dem Verteidigungsministerium bereits 2018 ein Angebot vorgelegt, das eine Zertifizierung des Eurofighters als Träger der amerikanischen Atomwaffen vorsieht. Die Genehmigung durch die US-Behörden ist allerdings ein zeitraubender Vorgang und müsste in den nächsten Monaten starten, um die Tornados fristgemäß bis 2030 zu ersetzen. Falls diese Deadline verpasst wird, dann wären Fakten geschaffen, die den Kauf von amerikanischen Jets fast schon erzwingen.  

Warum sollte sich Frau Lambrecht gegen die amerikanische Option entscheiden, wenn diese preislich günstiger erscheint als der Eurofighter und die Piloten der Luftwaffe ohnehin von den Flugeigenschaften der US-Jets schwärmen?  

Den Vergleich des Einkaufspreises für einen Jet heranzuziehen, greift zu kurz. Es müssen auch immer die substantiellen Folgekosten für Service, Wartung sowie die teuren Updates für die Software-Programme der Flugzeuge berücksichtigt werden. Hinzu kommt, dass der modernisierte Eurofighter nicht nur Technologieträger für FCAS ist, sondern auch für eine dauerhafte Auslastung der Arbeitsplätze in Deutschland sowie in den Partnerländern und für europäische Autonomie sorgt – eine zentrale, auch deutsche politische Vorgabe. Ob Boeing oder Lockheed mit einem Auftragsgewinn Produktion oder Montage nach Deutschland verlagern, wage ich zu bezweifeln. Am Ende des Tages ist der Fähigkeitserhalt zur nuklearen Teilhabe im Rahmen der Nato insbesondere auch eine politisch, transatlantische Entscheidung und weniger mit Blick auf die Entwicklung zukünftiger, wegweisender Technologien zu sehen.  

Wie viele Arbeitsplätze hängen hierzulande am Eurofighter und wie viele neue entstehen durch das FCAS-Projekt?  

In Deutschland sind es insgesamt etwa 30.000 Arbeitsplätze bei Herstellern und Zulieferern, die gegenwärtig mit Entwicklung und Bau des Eurofighter-Kampfjets befasst sind. Über die gesamte Laufzeit des Programms von FCAS gesehen, könnte diese Zahl europaweit sechsstellig werden. Viele Lieferanten bauen ja für zivile und militärische Kunden in der Luftfahrt. Deshalb sind exakte Zahlen für Arbeitsplätze kaum zu nennen. Auch wenn das Gesamtbudget für das FCAS-Projekt langfristig eine dreistellige Milliarden Euro-Zahl erreicht, rechnen wir in der ersten Entwicklungsphase bis 2027 zunächst mit reinem Projektetat von 9 Milliarden Euro.  

Zwingt die Ukrainekrise zur engen Rüstungskooperation in Europa?  

Die Ukrainekrise hat mit Sicherheit das Potential, dass sich Europa mehr auf seine eigenen militärischen und industriellen Fähigkeiten besinnt. Unseren „way of life“, unsere westlichen Wertvorstellungen können nur wir dann nachhaltig leben, wenn Europa auch für seine eigene Sicherheit sorgen kann. Vergangene Krisen haben gezeigt: Diplomatie ist immer dann besonders wirkungsvoll, wenn sie von einer starken Verteidigungsfähigkeit der nationalen Streitkräfte untermauert wird. Keine Nation unter den europäischen Nato-Mitgliedern wird alleine das Geld und die Kraft haben, große Projekte in Zukunft ans Laufen zu bringen. Wenn man in Summe alle Verteidigungsbudgets von Europa zusammenlegt, Großbritannien eingeschlossen, erreicht man gerade mal die Hälfte des aktuellen amerikanischen Rüstungsetats. Gerade Deutschland ist im Kontrast zu Großbritannien oder Frankreich eine große Ausnahme. Hier wird das einst gegenüber der Nato zugesagte Ziel, rund 2 Prozent des Bruttoinlandsproduktes jährlich in die Verteidigung zu investieren, seit Jahren verfehlt. Es wird wohl noch Jahre dauern, bis die zugesicherte 2-Prozent-Marke tatsächlich erreicht wird. Gegenwärtig ist sogar mit einer Abschmelzung des deutschen Wehretats zu rechnen.  

Was bedeutet das für die Finanzierung der deutsch-französischen Milliardenprojekte?  

Der größte Teil des Etats fließt traditionell in Personalkosten. Der kleinere Teil ist für die Investitionen reserviert. Ich gehe davon aus, dass die laufende Finanzierung der großen Rüstungsprojekte weiterhin gesichert ist. Ein weiteres Gemeinschaftsprojekt neben FCAS ist die Eurodrohne.

Wie wichtig ist deren Entwicklung?

Nach vielen Fehlschlägen, was die Drohnenentwicklung in Europa angeht, ist sie ein extrem wichtiges Programm. Die Eurodrohne wird so konzipiert sein, dass sie auch im zivilen Luftraum fliegen darf – während die meisten anderen Drohnen heute nur unter Gefechtsbedingungen fliegen dürfen. Das hat den großen Vorteil, dass sie von überall starten kann und nicht erst in einer Kiste ins Einsatzgebiet transportiert werden muss. Aus militärischer Sicht sorgt das für mehr Flexibilität.  

Sind FCAS und Eurodrohne aus technischer Sicht miteinander verbunden?  

Die Eurodrohne wird Teil von FCAS sein, sich über die Daten-Cloud mit den anderen Systemteilen vernetzen und im Einsatz dabei helfen, Informationen zu beschaffen und Lagebilder zu erstellen.

Wie wichtig ist die Eurodrohne für Deutschland?

Die Endmontage aller Drohnen wird in Deutschland stattfinden. Als Führungsnation in dem Programm entfällt auch der größte Teil des Budgets von rund 7 Milliarden Euro auf Deutschland.  

Wann hebt die Eurodrohne ab?  

Vor kurzem hat auch Spanien sein Budget für das Programm freigegeben. Wir erwarten in den nächsten Wochen die Unterschrift unter den Hauptvertrag zur Eurodrohne. Dann beginnt die Entwicklungsphase. 2028 ist das Ziel für die Auslieferung der ersten Drohne. Die Bewaffnung der Eurodohne war ein Reizthema der letzten Jahre.  

Ist dieser Konflikt beigelegt?  

Alle Partnerländer jenseits von Deutschland sehen die Bewaffnung seit Langem als einsatztaktisch notwendig an. Deutschland hat sich diesbezüglich jetzt ebenfalls geäußert, auch im Koalitionsvertrag. Politisch ist daher der Weg frei, dass die Bewaffnung der Eurodrohne kommen kann. Wir als Industrie folgen den Vorgaben der Politik." 

  Révéler le contenu masqué

xift.jpg

 

Je veux pas paraitre ingras mais en fr stp ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Kerloas a dit :

Cadeau :

 

C'est marrant! C'est la grenouille Airbus-DS qui veut se faire plus grosse que le boeuf DA+BITD et qui pleure parce que son gouvernement veut pas la laisser grossir.

Quant aux Espagnols, ils ont juste droit au role de sous-traitant.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Poivre62
    Newest Member
    Poivre62
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...