Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Russie] Marine Russe - VMF (sujet général)


Francois5 v2.1
 Share

Recommended Posts

Regarde, les Oscar II sont sensés être relativement discret (on parle d'un mastodonte de 154m de long avec un déplacement de croiseur) et pourtant il s'est joué (Le Kurks) de toutes les flottes en Méditerranée et ailleurs également. Plusieurs fois les sm ont fait des petites apparitions surprises. Je crois me souvenir qu'un sm russe avait une petite visite amicale lors du lancement d'un de nos propres sm et on l'a découvert... lorsqu'il a fait surface ;)

Et puis si tu te colles au cul d'un Seawolf, tu peux profiter de son propre bruit de propulsion, je pense, pour avoir une certaine marge sonore... Ca doit être joyeux d savoir que dans ses six heures y a peut être deux tubes VA111 qui n'attendent que de vous envoyer leur billet doux :lol:

Link to comment
Share on other sites

De toutes façons il suffit de se poster dans les eaux internationales sur trajectoire d'interception de la route de mission du Seawolf. Une fois dans les EI, on lui colle au train et terminé. Comme les types du Seawolf ne vont pas tirer une torpille sur le soum qui les suit. Leur seule option est d'essayer de le semer... sauf si l'ordre de mission prime. Dans ce cas les Russes peuvent faire leur boulot pénard.

Link to comment
Share on other sites

les Russe ont toujour créer des sous marin exeptionelle à mon avis c'est le seul pays qui peut offrire des sous marin capable de rivaliser avec les sous marin US

Cependant niveaux de la formation des sous marinier les Russe sont'il bon ou pas?

Et quelqun connaitrait-il l'ordre yérarchique dans les sous marin?

Merci

Link to comment
Share on other sites

les Russe ont toujour créer des sous marin exeptionelle à mon avis c'est le seul pays qui peut offrire des sous marin capable de rivaliser avec les sous marin US

Arguments, preuves ?
Link to comment
Share on other sites

L'argument et les preuves sont par exemple que les bâtiments russes/soviétiques ont longtemps fait joujou avec nos ceintures sonar et nos bâtiments ASM si c'étaient de vraies casseroles comme certains se plaisaient à les décrire jamais ils n'auraient pu jouer au chat et à la souris.

Maintenant il n'y a pas beaucoup de pays dans le monde qui aient pu offrir une réponse aux Ohio par exemple, idem avec les Oscar II sans réels équivalents avec sa combo furtivité/20 SS-N-19/Shkval. Le savoir faire russe en la matière n'est plus à prouver tout simplement.

La France a déjà produit des SM de qualité, par exemple (surtout, plutôt) la classe Triomphant et apparemment les Barracuda mais c'est surtout nos matelots qui sont excellents, une référence mondiale en la matière.

Link to comment
Share on other sites

=| Les sous-marins de classe "Le Triomphant" sont parmis les tous meilleurs du monde.

Leur "hardware" est aussi assez impressionnant. Premier sous-marin au monde à être construit en acier antimagnétique HLES-100, 16 lanceurs pour missiles M41 et bientôt M51 (six MIRV - 8000km min de portée) ou M51 phase 2 avec TNO (six à dix MIRV) jusqu'à 24000KT sur portée supérieure à 11000km.

La FOST - Force Oceanique Stratégique.

Configuration Sous-Marin Nucléaire Lanceur d'Engins - Nouvelle Génération.

SNLE-NG - FRANCE.

SSBN "Le Triomphant"-class.

16 SLBM. M41 - M51 (six MIRV*) - M51 phase 2 (six or ten MIRV TNO*).

* Multiple Independant Re-Entry Vehicles.

* Tête Nucléaire Océanique (portée classifiée : + de 11000km)

M51 MIRV : 150KT each.

M51 phase 2 MIRV : 100KT or 150KT.

Puissance de feu optimale du SNLE-NG "Le Terrible" avec configuration M51-2 + TNO : 24000 Kilotonnes à 11000km de portée.

Puissance de l'explosion Atomique d'Hiroshima : 15 Kilotonnes.

Puissance actuelle des SNLE-NG de la FOST

(configuration M41 à six MIRV de 150KT) : 14400 Kilotonnes à 6000km de portée.

Il nous faut juste des Barracudas qui soient les meilleurs SNA du monde. Ils auront probalement un massif profilé de type Akula. Un pumpjet (des essais sont faits actuellement sur deux Rubis qui ont été équipés de pompe-hélice et auparavant sur un Scorpène). X-tail. Nouvelles torpilles. Missiles de croisières, Exocets SM40, Mines. Plongée à plus de 600m. Réacteur PWR. Sonar de proue sphérique. Au moins six tubes lance-torpilles. Je pense aussi, double-coque avec isolation anéchoïque entre les parois et les ballasts comme sur les soums Russes. 

Il n'est plus un secret de dire que nos actuels SNA Rubis, même au standard Améthyste, ne sont plus au niveau. Seule, "La Perle" tient encore à peu près son rang mais le remplacement devra être activé au plus vite et surtout sans regarder à la dépense quand aux technologies. Avec les tensions sur les matières premières qui vont s'aggraver dans le futur, des sous-marins de premier  ordre capables de protéger les routes commerciales en plus de leurs missions d'escorte des Gan, d'espionnage, d'Opérations Spéciales ou de Guerre sont plus qu'indispensable pour un pays comme la France, dépendant des approvisionnements extérieurs.

Link to comment
Share on other sites

Arguments, preuves ?

La France et la Russie ont signé un accord de developpement des sous marins et des batiments de surface. Si la France n'avait pas quelque chose à apprendre, elle n'aurait pas signé, idem pour la Russie.

LA Russie depuis les debuts de la guerre froide a construit un demi milliers de SM, sous differentes configs et tailles avec acier ou entierement titane+metal liquide, je crois qu'une telle experience personne ne l'a.

J'ai vu sur Arms Tass aussi qu'un SM type LADA termine les essais et un autre est en construction, la flotte des SM subit une refonte totale, avec que du neuf.

Link to comment
Share on other sites

les Russe ont toujour créer des sous marin exeptionelle à mon avis

C'est faux : les Russes ont longtemps été en retard dans ce domaine. Il existe des documents d'archives des années 50-60 qui le montrent bien. Après récupération des avancées allemandes en la matière à la fin de la guerre, à force d'investissements massifs en capitaux et en hommes au détriment de l'économie civile et d'espionnage, ils ont fini par rivaliser avec les USA dans ce secteur, j'ignore à partir de quelle période (années 70, 80 ?). Avec de tels moyens investis, n'étant ni plus bêtes ni plus intelligents que les autres, ils sont aussi parvenus à innover dans certains secteurs.

Link to comment
Share on other sites

Il nous faut juste des Barracudas qui soient les meilleurs SNA du monde. Ils auront probablement un massif profilé de type Akula. Un pumpjet (des essais sont faits actuellement sur deux Rubis qui ont été équipés de pompe-hélice et auparavant sur un Scorpène). X-tail. Nouvelles torpilles. Missiles de croisières, Exocets SM40, Mines. Plongée à plus de 600m. Réacteur PWR. Sonar de proue sphérique. Au moins six tubes lance-torpilles. Je pense aussi, double-coque avec isolation anéchoïque entre les parois et les ballasts comme sur les soums Russes.

Ma foi en participant au programme Yasen ils auraient gagné du temps  :lol:

En effet Soyouz, il y a de bonne chance qu'à part quelques rares privilégiés la flotte sm russe passée va finir à la ferraille à plus de 90% d'ici quelques années, remplacée par toute une série de nouveaux bâtiment. Il semblerait qu'à Moscou on préfère du neuf à du vieux remis au goût du jour dans ce domaine où la concurrence et la compétitivité sont féroces et où la moindre longueur de retard est souvent fatale.

Link to comment
Share on other sites

Les russes ont toujours été interessé par les sous marins, et ça se voit durant la seconde guerre mondiale, les sous marins soviétiques étaient tres actifs en mer du Nord ou ils coulaient tout ce qui bougeait, et technologiquement ils n'étaient pas moins avancé que les Allemands, ils ont fait de nombreux essais d'anaerobie qui pas plus que ceux de Walther avec le type XVIII n'aboutirent au sous marin miracle, et contrairement aux américains, ils ont continué malgrés leurs sous marins nucléaires a concevoir des sous marins conventionnels.

Link to comment
Share on other sites

Je suis d'accord avec Zamorana, même si les soviétiques ont eu des problèmes de conception ou d'entretient à cause de soucis chroniques dans la qualité industrielle du modèle communiste (pour certaines pièces sensibles comme les pompes silencieuses ou les hélices, l'industrie soviétiques n'avait tout simplement pas la qualité nécessaire pour satisfaire les ingénieurs, il a bien fallu qu'ils fassent avec, à leur grande frustration), ce qui a bien diminué les capacités opérationnelles de ses sous marins, ils ont toujours eu (comme dans d'autres domaines) un potentiel d'ingénieurie plus qu'intéressant, avec des concepts et des solutions techniques qui ont bien souvent intrigué les services secret occidentaux.

Il ne faut pas non plus oublier le savoir faire des sous marinier Russes. Il y a peu de nations qui ont une si longue histoire sous marine et ils ont gardé, comme à leur habitude, toutes leurs cordes à leur arc (diesel, nucléaire...).

Alors maintenant que la Russie commence à avoir accès à un savoir faire industriel de qualité, avec leur capacité d'ingénieurie qui n'est plus à démontrer, je pense qu'il ne faut pas sous estimer leur réalisations actuelles et plutôt être partenaire avec eux pour en apprendre le plus.

Link to comment
Share on other sites

Orca, allons c est pas raisonnable, tu vas quand même pas relever chaque post ou on parles pas de la grandeur de la France

Si tu étais attentif, tu remarquerais que je relève tous les post ou je ne suis pas d'accord. Alors tes provocations de troll, tu peux te le garder.

Mais tu es toujours libre de t'abreuver d'illusion et de croire, comme un certain european, que l'empire produit du matériel très supérieure au reste du monde (tiens d'ailleurs comme lui tu parles de grandeur). Rien qu'à voir leurs voitures je suis convaincu.

La France et la Russie ont signé un accord de developpement des sous marins et des batiments de surface. Si la France n'avait pas quelque chose à apprendre, elle n'aurait pas signé, idem pour la Russie.

On a signé un accord avec certains pays, notamment l'allemagne pour le développement de galiléo. Pourtant les allemands n'ont rien à nous apprendre dans le domaine spatial.

Ce genre d 'accord c'est pour resserrer les liens entre 2 pays et éventuellement réduire les coûts.

Les américains n'apprennent rien des autres pays membres du programme F-35.

Link to comment
Share on other sites

On a signé un accord avec certains pays, notamment l'allemagne pour le développement de galiléo. Pourtant les allemands n'ont rien à nous apprendre dans le domaine spatial.

Ce genre d 'accord c'est pour resserrer les liens entre 2 pays et éventuellement réduire les coûts.

Les américains n'apprennent rien des autres pays membres du programme F-35.

La France a bien sur son lanceur Ariane mais les allemands ont des boites tres solides comme Bosh ou Siemens, pour ne citer qu'eux. En tu dis des choses mais tu ne sais pas concretement quelles industries allemandes sont impliquées dans le projet. La France n'apprendra rien à la Russie sur la conception des doubles coques et de l'utilisation abusive de Titane mais peut etre sur des systemes embarquées dans les SM. Il est tout à fait possible que tout ça n'est fait que pour des SM et batiments exports.

Rien qu'à voir leurs voitures je suis convaincu.

Ton exemple de voitures me plait beaucoup, tu me tends la perche pour te donner des coups. Je sais pas si tu as été au volant d'un BM ou d'une Audi mais y a un fossé entre avec les constructeurs francais. ;) Ne me parle surtout pas du prix, je parle de la fiabilité et du nombre de brevets deposés quand une voiture allemande se fait.

Link to comment
Share on other sites

La France et la Russie ont signé un accord de developpement des sous marins et des batiments de surface. Si la France n'avait pas quelque chose à apprendre, elle n'aurait pas signé, idem pour la Russie.

LA Russie depuis les debuts de la guerre froide a construit un demi milliers de SM, sous differentes configs et tailles avec acier ou entierement titane+metal liquide, je crois qu'une telle experience personne ne l'a.

J'ai vu sur Arms Tass aussi qu'un SM type LADA termine les essais et un autre est en construction, la flotte des SM subit une refonte totale, avec que du neuf.

N'y a-t-il pas eu des histoires d'espionnage au sujet des sonars français qui intéressaient le KGB?
Link to comment
Share on other sites

Ton exemple de voitures me plait beaucoup, tu me tends la perche pour te donner des coups.

Lis plus attentivement et tu verras que je parlais des voitures américaines.

fiabilité et du nombre de brevets deposés quand une voiture allemande se fait.

Fiabilité : le moteur HDI est ce qui se fait de mieux en diesel. Elles son où les marques allemandes en Formule 1 ? En rallye ? Ah oui c'est vrai elles sont là au Mans. Comme quoi chacun son credo.

Brevets : je te crois sur parole, mais déposer un brevet parce-qu'on a "inventé" des essuies-glaces sur rétroviseurs, je n'en vois pas l'intérêt. En tout cas rien de transcendant.

La France n'apprendra rien à la Russie sur la conception des doubles coques et de l'utilisation abusive de Titane mais peut etre sur des systemes embarquées dans les SM. Il est tout à fait possible que tout ça n'est fait que pour des SM et batiments exports.

Peut-être que la france apprendra des russes et vic-versa, à vrai dire je m'en fiche, ce que je voulais dire par là est que, d'après moi, l'échange de connaissances n'ait pas la raison principale de cette accord. Juste un bonus et encore.
Link to comment
Share on other sites

de mémoire il me semble que les sous-marin russe vont plus profond ?

Plus profond que qui ? que quoi ?

Tout ça est classifié, d'autant plus qu'il s'agit des forces armées russes dont l'opacité est telle que finalement on ne sait pas trop ce que vaut la marine russe.

Link to comment
Share on other sites

Si tu étais attentif, tu remarquerais que je relève tous les post ou je ne suis pas d'accord. Alors tes provocations de troll, tu peux te le garder.

Mais tu es toujours libre de t'abreuver d'illusion et de croire, comme un certain european, que l'empire produit du matériel très supérieure au reste du monde (tiens d'ailleurs comme lui tu parles de grandeur). Rien qu'à voir leurs voitures je suis convaincu.

Orca tu vas mettre de l'eau dans ton vin. Ce genre de message je ne veux plus en voir j'espère m'être bien fait comprendre.

Pour ce qui est de la profondeur de plongée il paraît oui de part le fait que les coques de SM russo soviétiques étaient conçus pour être bien plus résistantes aux pressions. Après je ne suis jamais monté dedans pour le vérifier et je m'en passerai bien.

Link to comment
Share on other sites

Les nouvelles ambitions de la Marine de guerre russe

En vingt ans, la Marine de guerre russe est appelée à devenir la deuxième force navale du monde. C’est ce qu’a déclaré, à la veille de la fête annuelle de la Flotte nationale, son commandant en chef Vladimir Massorine. A terme, a-t-il annoncé, la puissance navale russe sera fondée sur des sous-marins nucléaires stratégiques et six groupes de frappe ayant chacun un porte-avions.

Pour la Flotte nationale, ce sera le troisième programme de modernisation, explique l’amiral. Les deux précédents, même s’ils n’ont pas été réalisés jusqu’au bout, avaient toutefois permis de lui conférer une nouvelle dimension.

Le Programme national d’armements jusqu’en 2015, récemment adopté, fait - pour la première fois dans l’histoire soviétique et russe - de la Marine de guerre une priorité tout aussi importante que le développement des forces nucléaires stratégiques. Si 4.900 milliards de roubles (près de 140 milliards d’euros) sont prévus pour mener ce réarmement, un quart de cette somme doit financer justement le renouvellement du parc des navires.

"En fait, le nombre de navires en chantier a déjà atteint le niveau soviétique", a annoncé Sergueï Ivanov, premier vice-premier ministre, lors de sa récente visite à Severodvinsk, sur la mer Blanche, où sont situés d’importants chantiers navals. Selon le responsable gouvernemental, "l’argent ne pose plus de problème, et c’est à présent la production qui doit être optimisée afin que des navires soient par exemple construits en trois ans, au lieu de cinq, à compter de leur mise en chantier".

La Russie a élaboré une stratégie de développement de la construction navale jusqu’en 2030. En vertu de cette stratégie, d’ici à 2010, il est prévu d’augmenter de moitié le nombre de navires en chantier. Pour la première fois ces quinze dernières années, la Flotte a mis en chantier toute une série de 40 frégates, une dizaine de navires au moins pour chacune des deux flottes, du Nord et de la Baltique. En février 2006, après une interruption de 16 ans, l’Amiral Sergueï-Gorchkov, une frégate à long rayon d’action, a été mise en chantier. La Marine de guerre projette de lancer la construction d’une vingtaine de navires de ce projet.

La conception de la création de tels navires avait été définie par l’ancien commandant en chef de la Flotte, l’amiral Vladimir Kouroïedov. C’est lui qui avait formulé l’axe que doit suivre, dans son développement, la Marine de guerre russe : "abandonner une diversité de classes inimaginable au sein d’un seul et même type de navires ou d’avions. Dans le même temps, une unification plus poussée des navires doit en augmenter la puissance et réduire leur frais de construction". Il faudra donc, selon lui, renoncer aux navires étroitement spécialisés, en mesure de combattre uniquement des sous-marins ou des porte-avions ennemis, et passer à des unités de combat multirôles appelées à réaliser diverses missions de combat loin des côtes nationales. Ces navires seront créés d’après le principe dit des modules, ils auront des systèmes d’armements et d’équipements spéciaux largement unifiés. A terme, cela doit simplifier non seulement leur approvisionnement en pièces détachées et munitions, mais aussi leurs exploitation, réparations et, plus tard, modernisation.

Image IPB

La construction de porte-avions - il y en aura six, selon le commandement de la Flotte - est un thème à part. Premièrement, parce que cela ferait de la flotte russe la deuxième du monde. Pourtant, le Programme d’armements jusqu’en 2015 ne prévoit pas de ressources pour leur construction. Les projets échelonnés jusqu’en 2030 n’en font non plus aucune mention. Pourtant, à Severodvinsk, on a montré à Sergueï Ivanov le projet de construction, dans les chantiers navals Zvezdotchka, d’un nouveau dock destiné à mettre en chantier des navires de gros tonnage. Navires que seuls les chantiers navals à Nikolaïev, en Ukraine, pouvaient construire à l’époque soviétique. Il est prévu d’accorder près de 500 millions de dollars à la construction d’un tel dock. Les spécialistes disent que ce dock permettra de construire de gros méthaniers qui approvisionneront les marchés occidentaux en gaz liquéfié russe.

Mais il est tout aussi vrai que ce même dock peut servir de terrain à la construction de porte-avions ! En tout état de cause, ce projet existe déjà. Le commandant en chef Vladimir Massorine affirme qu’il s’agira d’un navire à propulsion nucléaire, d’une longueur de 100 mètres au maximum, accueillant à son bord un groupe de 30 chasseurs et hélicoptères. Pourtant, si ce projet est réalisé un jour, ce n’est cependant pas pour demain.

La construction de sous-marins rencontre moins de problèmes. Rien que ces derniers temps, deux submersibles du projet 667BDRM ont été modernisés. Deux autres sous-marins subissent des réparations à Severodvinsk. Ils sont équipés d’un nouveau radar hydroacoustique qui permet aux navires de mieux voir et mieux entendre. De nouveaux systèmes anti-feu, de protection des réacteurs nucléaires, et un nouveau système de missiles stratégiques RSM-54 Sineva y sont installés. A l’opposé du système précédent, Skif, chacun de ses missiles porte non pas 4 mais 10 charges à pointage individuel. Le missile qui a une plus longue portée dispose d’un système de guidage moderne.

C’est bien un Sineva qui a été tiré en été 2006 au Pôle Nord par l’équipage du sous-marin nucléaire stratégique Ekaterinbourg, sous le commandement du capitaine Sergueï Ratchouk. Un tir en plongée, d’autant plus à travers une couche de glace, est déjà une mission très difficile. L’interférence de champs magnétiques rend inutiles les dispositifs de navigation de bord et en plus l’équipe doit subir une préparation spéciale pour pouvoir travailler "sous la glace". Mais ce tir a aussi des avantages. Sous une glace de plusieurs mètres d’épaisseur, un sous-marin demeure invisible pour les satellites d’observation ennemis jusqu’à l’ultime moment. Grace à quoi une frappe nucléaire de rétorsion sera subite et inéluctable. De nombreux commandants de sous-marins qui ont réussi à remplir cette mission sont devenus par la suite Héros de l’Union soviétique ou de la Russie. Sergueï Ratchouk, le commandant de l’Ekaterinbourg, a reçu l’Etoile de Héros des mains du président Poutine.

Mais la modernisation n’est qu’un élément du programme de renouveau de la Flotte. Les chantiers navals Sevmash à Severodvinsk construisent toute une série de sous-marins de quatrième génération du projet 955 Borée. C’est bien pour ces engins qu’on teste le nouveau missile stratégique de stationnement en mer Boulava (massue).

"Trois sous-marins nucléaires de quatrième génération sont construits : le Iouri-Dolgorouki, l’Alexandre-Nevski et le Vladimir-Monomakh. Par rapport aux submersibles de la génération précédente, ils auront des armements plus performants", explique Vladimir Massorine.

Un autre sous-marin nucléaire de frappe, du projet 885, le Iassen (frêne), sera bientôt mis à l’eau à Severodvinsk. Ce submersible de quatrième génération remplacera plusieurs engins des classes précédentes. Selon les spécialistes, la mise en service de ce sous-marin sera une véritable révolution. Déjà, les engins de troisième génération du projet 971 Akoula (requin) sont presque invisibles dans les profondeurs océaniques. Le Iassen, en termes de nuisances sonores, dépassera le tout récent sous-marin américain Seawolf. Mais, à l’opposé de son analogue américain, le submersible russe sera polyvalent. Grâce à ses armements - plusieurs types de missiles de croisière et de torpilles - il sera en mesure de réaliser un vaste éventail de missions en mer. Autrement dit, avec une même aisance traquer des porte-avions ennemis et porter des frappes massives au missile sur les côtes.

Les experts estiment que la naissance de nouveaux sous-marins nucléaires et "d’aérodromes flottants" améliorera radicalement les potentialités de combat de la Marine de guerre russe.

Source RedStar.

(L'info a deux mois.)

Link to comment
Share on other sites

Les nouvelles ambitions de la Marine de guerre russe

Le commandant en chef Vladimir Massorine affirme qu’il s’agira d’un navire à propulsion nucléaire, [glow=red,2,300]d’une longueur de 100 mètres au maximum[/glow], accueillant à son bord un groupe de 30 chasseurs et hélicoptères

Et sinon il compte mettre quoi sur leurs porte-avions, des u.l.m ???

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,748
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...