Tiger

Armée de l'air israélienne

Recommended Posts

avion patchwork conçu à la va-vite pour répondre dans l'urgence aux specs demandées et finalement mal-né

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, pascal a dit :

avion patchwork conçu à la va-vite pour répondre dans l'urgence aux specs demandées et finalement mal-né

Surnommé "Frankentanker"... ça en dit long. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, MeisterDorf a dit :

Surnommé "Frankentanker"... ça en dit long. 

Le KC 767 ou le 46A ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, MeisterDorf a dit :

Surnommé "Frankentanker"... ça en dit long. 

Ce qui me parait finalement assez impropre : un "Franken-quelque chose" devrait être assemblé à partir de morceaux morts à qui le bon docteur va insuffler la vie, un soir d'orage.

Le KC-767 semblant constitué de morceaux divers et variés pris sur différentes chaines de produits Boeing, on peut supposer qu'à l'instar des Skunk-Works de Lockheed, Boeing a ses Patch-Works.

D'ailleurs, ça expliquerait la conception du MCAS comme un patch du 737 Max ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Teenytoon a dit :

Le KC 767 ou le 46A ?

KC-46A. 

il y a 21 minutes, FATac a dit :

Ce qui me parait finalement assez impropre : un "Franken-quelque chose" devrait être assemblé à partir de morceaux morts à qui le bon docteur va insuffler la vie, un soir d'orage.

 

Bah la production du 767-200 étant achevée de longue date, l'expression tient la route... :laugh:

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, MeisterDorf a dit :

KC-46A. 

Bah la production du 767-200 étant achevée de longue date, l'expression tient la route... :laugh:

Il me semble pourtant bien que la base est le 767-200ER, dont la fin de production civile était déjà beaucoup moins lointaine, et dont la production (et l'outillage) ont été maintenus sous perfusion avec des commandes homéopathiques de versions militaires (E-767, puis KC-767TT), et marginalement des transformations de -200 en -200SF.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, FATac a dit :

Il me semble pourtant bien que la base est le 767-200ER, dont la fin de production civile était déjà beaucoup moins lointaine, et dont la production (et l'outillage) ont été maintenus sous perfusion avec des commandes homéopathiques de versions militaires (E-767, puis KC-767TT), et marginalement des transformations de -200 en -200SF.

T'as fait mention de morceaux morts, vu que la cellule de base est celle du 767-200, CQFD. 

C'est jeudi donc je pinaille. Comme le reste de la semaine ceci dit :laugh:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement, il me semblait que la cellule de base était le 767-200ER.

C'est pas toi qui dit que toutes les lettres sont importantes ? Tu ne vas quand même pas traiter le 767 comme un vulgaire Su-35 ! :laugh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, FATac a dit :

Justement, il me semblait que la cellule de base était le 767-200ER.

C'est pas toi qui dit que toutes les lettres sont importantes ? Tu ne vas quand même pas traiter le 767 comme un vulgaire Su-35 ! :laugh:

Ah non, la cellule de base est le 767-200: le caractère -ER n'a pas d'impact sur la cellule, ce sont des réservoirs ventraux supplémentaires :happy:

Ca dépend, on parle de quel Su-35? Le Su-27M? Le Su-35 en Chine ou le Su-35S? :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Pour Israël, l'accord avec Abu Dhabi ne doit pas remettre en cause sa supériorité militaire au Moyen-Orient

Le 13 août, le président américain, Donald Trump, a annoncé qu’Israël et les Émirats arabes unis allaient établir officiellement des relations diplomatiques. Ce qui n’était pas vraiment une très grande surprise, étant donné les rapports officieux que ces deux pays entretenaient jusqu’alors, notamment pour contenir l’Iran, leur adversaire commun.

Pour arriver à un tel accord, négocié sous l’égide des États-Unis, Israël a suspendu [sans pour autant y renoncer] son projet visant à coloniser des territoires en Cisjordanie, ce qui signera probablement la fin de l’initiative de paix arabe [appelée « plan Abdallah »], selon lequel les pays arabes n’établiraient des relatiosn diplomatiques avec l’État hébreu qu’en échange de la restitution des territoires qu’il a conquis à la faveur de la Guerre des Six-Jours et de la création d’un État palestinien ayant Jérusalem-Est pour capitale.

Cependant, selon le quotidien Yediot Aharonot [éditeur du site Internet Ynet News, ndlr], a indiqué, le 18 août, que la perspective d’acquérir des F-35 ainsi que des drones de facture américaine aurait fini de convaincre Abu Dhabi de signer cet accord.

« L’administration du président Trump est sur le point de vendre des avions de combat F-35 et des drones aux Émirats arabes unis via une clause secrète faisant partie de l’accord visant à établir des relations diplomatiques entre Israël et la nation du Golfe », a en effet écrit Ynet, citant des responsables américains et émiratis.

Or, jusqu’à présent, Israël s’était toujours opposé à de telles ventes, au nom du « Qualitative Military Edge » [QME, avantage militaire qualitatif], c’est à dire la règle qui, depuis la guerre du Kippour [1973] doit lui assurer la supériorité militaire au Moyen-Orient. Et ce serait toujours le cas, à en croire le cabinet du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

« L’accord avec les Émirats n’inclut aucune clause de ce type, et les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils veilleront toujours à ce qu’Israël ait l’avantage qualitatif », a-t-il en effet réagi, infirmant ainsi l’information donnée par le Yedioth Ahronoth. Et d’insister : « Dans les pourparlers [relatifs à l’accord de normalisation des relations avec les Émirats], Israël n’a pas renoncé à son opposition à la vente d’armes et de technologies de défense susceptibles de modifier l’équilibre militaire à un pays du Moyen-Orient. »

En outre, selon The Times of Israel, un responsable de la Maison Blanche a également nié l’existence d’une telle clause secrète dans l’accord conclu par Israël et les Émirats.

Cela étant, à y regarder de plus près, ces déclarations ne remettent pas en cause le fait que les Émirats arabes unis sont susceptibles de se procurer des F-35… Elles affirment seulement qu’un tel contrat ne fait pas partie de l’accord de normalisation.

Cité par l’agence Reuters, le ministre israélien de l’Énergie, Yuval Steinitz, a rappelé que les États-Unis vaient déjà vendu aux Émirats arabes unis, « contre notre gré », des avions de combat F-16 « plus avancés que ceux possédés par Israël ainsi que des F-15 à l’Arabie Saoudite. » Loin de voir un éventuel danger particulier à voir des F-35 être vendus à Abu Dhabi, il en a quasiment défendu l’idée.

« Tout F-35 qui finira par se retrouver aux Émirats arabes unis – même si nous n’en serons pas particulièrement heureux cas nous voulons toujours être les seuls à disposer de telles armes dans la région – menacera l »Iran bien plus que nous pouvons le faire », a estimé M. Steinitz.

A contrario, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, rival de M. Netanyahu, a estimé qu’il n’était pas « bon pour Israël » que le F-35 puisse être vendu à un autre pays du Moyen-Orient. « Nous devons parler aux Émiratis, aux Américains, et nous assurer que nos intérêts sécuritaires sont défendus », a-t-il affirmé, sans pour autant préciser s’il s’opposerait ou pas à une telle vente.

« Je vous le dis : il ne faut pas prendre de risques avec la sécurité. Nous nous assurerons – nous nous assurerons bien – que nos intérêts sécuritaires seront préservés. […] On peut trouver un accord de paix tout en étant responsable d’un point de vue sécuritaire. Non seulement on le peut, mais on le doit », a-t-il martelé.

Ancien pilote de la force aérienne israélienne et responsable du renseignement militaire, le général Amos Yadlin a rappelé que les Émirats arabes unis ont toujours cherché à acquérir des armes « très sophistiquées » auprès des États-Unis. « Il est important de s’assurer qu’un tel processus inclura le ministère israélien de la Défense, celui des Affaires étrangères, ainsi que les Forces de défense israélienne si jamais il dout aboutir à une réduction de l’avantage militaire qualitatif d’Israël », a-t-il prévenu.

http://www.opex360.com/2020/08/19/pour-israel-laccord-avec-abu-dhabi-ne-doit-pas-remettre-en-cause-sa-superiorite-militaire-au-moyen-orient/

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, g4lly a dit :

« Tout F-35 qui finira par se retrouver aux Émirats arabes unis – même si nous n’en serons pas particulièrement heureux cas nous voulons toujours être les seuls à disposer de telles armes dans la région – menacera l »Iran bien plus que nous pouvons le faire », a estimé M. Steinitz.

Le monsieur devrait se souvenir que les régimes changent, mais que les armes restent... Les Iraniens ont encore tous les jouets vendus au Shah.

Il y a 7 heures, g4lly a dit :

« L’administration du président Trump est sur le point de vendre des avions de combat F-35 et des drones aux Émirats arabes unis via une clause secrète faisant partie de l’accord visant à établir des relations diplomatiques entre Israël et la nation du Golfe », a en effet écrit Ynet, citant des responsables américains et émiratis.

Or, jusqu’à présent, Israël s’était toujours opposé à de telles ventes, au nom du « Qualitative Military Edge » [QME, avantage militaire qualitatif], c’est à dire la règle qui, depuis la guerre du Kippour [1973] doit lui assurer la supériorité militaire au Moyen-Orient. Et ce serait toujours le cas, à en croire le cabinet du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Quelque part, si la livraison de F-35 ne gêne pas le QME, c'est que le F-35 n'est pas décisif et menaçant (laissons le doute même si on est vendredi, donc attribuons cela aux moyens de démultiplication EAU et aux verrous américains)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec ALIS tu bloques tous les F-35 que tu veux, ils pourraient bien en vendre aux iraniens que ça ne changerai rien au rapport de force. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/08/2020 à 11:31, rendbo a dit :

, c'est que le F-35 n'est pas décisif et menaçant (laissons le doute même si on est vendredi, donc attribuons cela aux moyens de démultiplication EAU et aux verrous américains)

N'oublions pas qu'à une certaine époque les Américains ont vendu des F-16 à Israël ET à l’Égypte

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/08/2020 à 04:05, g4lly a dit :

Washington envisage bien de vendre des F-35 aux EAU !

Citation

Je vous en parlais hier, la vente possible de F-35 aux EAU semble bien devenir le nouveau feuilleton du moment. Le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis envisageaient de vendre des avions de combat américains F-35 aux Émirats arabes unis malgré les objections israéliennes.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, pascal a dit :

N'oublions pas qu'à une certaine époque les Américains ont vendu des F-16 à Israël ET à l’Égypte

Ainsi que des F-15 à Israël et à l'Arabie Saoudite

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien... il devait vraiment être préparé dans le détail ce plan de reconnaissance d'Israël ! 

Edited by Phacochère
Ortho

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas le droit d'acheter des f-15IA si pas d'abord acheter F-35 :

https://breakingdefense.com/2020/11/israeli-politics-sub-scandal-cloud-waters-on-us-weapons-buys/

(..)Tout n'est pas sur la glace, apparemment. Le ministère de la défense a en effet décidé de donner la priorité à l'achat de 10 F-35 supplémentaires avant de prendre une décision sur l'achat d'un F-15 IA. Des sources ont déclaré à BD que cette décision a été prise en réponse à une demande du bureau du programme commun F-35 qui veut qu'Israël exerce une option incluse dans le premier contrat pour 50 F-35 afin de maintenir la ligne de production occupée. Une première réunion du comité d'achat du cabinet qui était prévue la semaine dernière a été reportée indéfiniment.

Lockheed et Boeing ont essayé de faire bouger les choses en Israël, mais sans succès.
La décision d'acheter d'abord 10 F-35 supplémentaires a été prise par Amir Eshel, directeur général du ministère israélien de la défense. Eshel est l'ancien commandant de l'armée de l'air et comprend la nécessité de remplir les options qui font partie du contrat initial des F-35.

Le BD a demandé aux principaux bureaux impliqués dans les achats d'armes de faire des commentaires, mais a reçu "aucun commentaire".

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Edited by herciv

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, clem200 a dit :

Pas compris la pointe d'humour du tweet

Surement que les américains ont du répondre que ça ne servait à rien pour justifier de ne pas filer les codes à leurs clients... sauf Israël.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,028
    Total Topics
    1,362,211
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries