Sign in to follow this  
CT_Nemo

Ejército Nacional de Colombia (EJC)

Recommended Posts

Nous verrons leur choix.

Pour les Leopard-2, en effet, il y a du stock de disponible avec nombre d'options possible. Il faut rappeler que le besoin porte sur la seul formation d'un bataillon de chars.

Ils auront aussi besoin de dépanneurs. Et pour ce dernier, il existe aussi du stock de diponible chez tous les candidats étudiés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste une réflexion.

L'Armée Colombienne nourrit une préoccupation justifiée face à l'armement lourd du voisin vénézuelien (trinôme T-90, BMP-3 et Mi-24). En réponse, elle adopte une approche mimétique (ils ont des chars, on veut des chars.). Est-ce pertinent? Il me semble que non.

Deux points:

1) La puissance ne se calcule pas que par la différence matérielle. Il faut aussi et surtout intégrer la différence de compétence tactique, la chaîne logistique, la maitrise technique. Ainsi, même en inferiorité qualitative matérielle, il est possible de vaincre.

2) La Colombie n'a pas la compétence du combat de char. Donc, en cas d'achat, elle aura à faire face à une série de remises en cause longues à mener. Ainsi, si 40 Leclerc (ou autres) devaient être livrés cela ne changerait rien aux faiblesses colombiennes dans l'immediat. Il faudrait 3 à 4 ans d'un long travail pour avoir des résultats.

Ceci évoqué, je serais pour défendre une autre approche moins couteuse.

Les pays européens, de par la crise qui va s'abattre bientôt, vont choisir de se séparer de certains de leurs moyens lourds. Là, il y a une opportunité à saisir.

Une chose à faire serait de se porter acquéreur d'ASCOD.

Au combat, l'augmentation des calibres dans les VCI leur donne une capacité feu de plus en plus respectable. S'ils ne peuvent toujours pas perforer un char de face, ils percent tout l'environnement de celui-ci et sont capable de lui causer des dégats sur les organes secondaires. Secondaires certes mais nécessaires pour combattre.

L'autre point d'un blindé de 25t qui compte, c'est sont coût. La Colombie n'est pas riche. Peut-elle mettre en place la chaîne d'approvisionnement capable de faire faire un plein à 40 chars toutes les 24 à 18h. Je ne le pense pas. Aussi, fixer un objectif de blindage moindre permetrait de gagner une certitude. Celle de la mise en place d'un environnement complet donc efficace. C'est bien d'avoir des blindés, c'est mieux quand on peut les faire combattre.

Actuellement, l'Europe compte un parc assez intéressant de blindés chenillés. Les chiliens ont perçu un lot de Spz-Marder-1A3 et Leopard-2A4. Les différents versions des CV-90 sont très respectable. Et il y a la famille ASCOD.

L'Autriche semble vouloir se débarasser d'une partie de ses SPz-Ulan (ce qui est assez étrange mais c'est un autre sujet). Cette version est la plus aboutie. Son moteur a 130ch de plus que le Pizarro et la conduite de tir est plus performante. Elle a un tracker automatique (c'est unique chez les VCI. On en trouve sur certains chars). Cela augmente les coups au but sur cible aérienne (intéressant face aux Mi-24).

S'il n'a pas cela, le Pizarro espagnol fut lui produit en plusieurs versions (commandement, génie, dépanneur, observateurs d'artillerie, porte mortier. Les autrichiens n'ont que des VCI). Ainsi, si l'Espagne voulait céder une partie de ses Pizarro, elle pourrait fournir un lot assez complet. C'est imbatable.

Si la Colombie était interessée, elle pourait bénéficier des infrastructures espagnoles pour former ses personnels; voir bénéficier des sites d'évaluation opérationnelle espagnols comme les parcours de tir. Ça coûte moins cher de payer l'avion que de batir un complexe de tir.

Parmis les autres arguments, il y a la taille du blindé, plus compatible avec les moyens routiers et de transport colombiens. Tout le monde n'a pas de remorques et wagons porte-char pour Leopard-2 ou XL.

On trouve d'autres détails comme le tir en roulant, un debattement de 50deg (45 pour la plus part des vci). En montagne, ville, face à une menace hélicoptère, ce n'est pas neutre.

Enfin, l'Autriche est un pays montagneux comme la Colombie, il y a peut être des enseignements à transférer.

Les colombiens pourraient ainsi former un bataillon sur ASCOD et tactiquement l'employer comme un bataillon de char (en ne lui donnant pas d'infanterie). Les équipages et chefs formeraient ainsi une troupe qui pourrait acquérir les fondammentaux du combat de char (les seuls différences qu'il y a entre un char et un VCI sont la fonction feu et le blindage.).

Cette unité aurait les dépanneurs et moyens du génie capable de maximiser les capacités tactiques de l'ASCOD. Et au besoin, on lui allouerait de l'infanterie sur certains déploiements ou mission. En effet, une unité sur VCI peut ne pas avoir d'infanterie en propre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Colombiens pourraient aussi tirer parti de la nature montagneuse du terrain de leur pays. Il serait facile de créer des unités de casseurs de chars armés de missiles performants (Milan ER, Spike, Javelin,...), mobiles, rapides et tendant des embuscades. Les Arabes avaient eu d'excellents résultats contre Israel et sur un terrain moins favorable que ne l'est la Colombie. Pour contrer les Mi-24/35 vénézuéliens ont peu créer le même concept avec des unités MANPADS mobiles ou des SAM montés sur des véhicules rapides. En plus pour ce type de tactique les Colombiens ont l'avantage d'avoir du terrain de manoeuvre et une réelle profondeur stratégique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela vient de sortir:

The Colombian Ministry of National Defence has awarded a USD$65.3 million contract to General Dynamics Land Systems-Canada for 24 Light Armoured Vehicles (LAVs) for the Colombian Army. General Dynamics Land Systems, the Canadian company’s parent corporation, is a business unit of General Dynamics (NYSE: GD).

The contract was signed through the Canadian Commercial Corporation, a Crown Agency of the Government of Canada.

This contract was a priority acquisition by the Colombian Ministry of National Defence and provides a new capability for the Army. Vehicles provided under this contract will be the LAV III version with double-V hull technology and add-on armour that provides crew members with the latest in protection against mine blasts, IEDs and other threats. All vehicles will be equipped with a Rafael Remote Controlled Weapon Station. Deliveries will be completed by May 2014.

Dr. Sridhar Sridharan, senior vice-president and general manager for International Operations, General Dynamics Land Systems, said, “We are proud to have been selected by the Colombian military to meet their armoured vehicle requirement and look forward to establishing a long-term relationship with this very important customer.”

http://www.asdnews.com/mobile/news/47050/GD_Awarded_$65_M_by_the_Colombian_Ministry_of_National_Defence_for_LAVs.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Textron Marine & Land Systems (TM&LS), an operating unit of Textron Systems, a Textron company, has been awarded a $31.6 million contract award from the US Army Tank-Automotive and Armaments Command (TACOM) to provide 28 COMMANDO Advanced Armored Personnel Carriers (APCs), with 40mm/.50 cal remote turrets, to the Colombian Army (COLAR). Initial APC deliveries to the US Army, for shipping to Colombia, are expected to begin in November, with all vehicles scheduled to be completed and transferred by April 2014.

 

be8e6cfa670fad01_400x400ar.jpg Textron COMMANDO APC's in Columbia (Photo: Textron)

The contract also includes repair services on two damaged APCs in the COLAR’s inventory, which consists of 39 COMMANDO Advanced APCs in operation with its Armored Cavalry units. These repairs will coincide with vehicle support service work on COLAR APCs awarded to TM&LS earlier this year.

Since fielding its APCs in May 2010, the COLAR has employed them extensively while combating internal revolutionary forces in Colombia. These vehicles have provided the mobility, protection and firepower needed to meet all COLAR tactical armored vehicle requirements.

Our Colombian Army customer values the performance, operator protection and reliability they have experienced with our COMMANDO APCs during more than three years of demanding operations,” said Textron Marine & Land Systems Senior Vice President and General Manager Tom Walmsley. “We’re pleased to be growing this relationship and providing the Colombian Army with this important asset for its Cavalry units.”

The COMMANDO Advanced APC is an extended version of the Armored Security Vehicle (ASV), combat proven by the US Army and other militaries in locations including Afghanistan and Iraq for more than 10 years.  The APC’s additional two feet in length and six inches in internal height allow greater troop carrying capacity. These vehicles offer excellent on-road and off-road mobility, enabling them to operate in urban, jungle, desert and mountainous terrain.  Crew protection is reinforced with a V-shaped hull bottom and 360°protection from direct fire.

Rigorously tested and proven in the toughest environments, the COMMANDO family of vehicles offers a range of protection options, great on-road/off-road mobility, and ample firepower. TM&LS produces four lines of COMMANDO four-wheeled vehicles – COMMANDO Utility, COMMANDO Advanced, COMMANDO Select and COMMANDO Elite.

As an end-to-end armoured vehicle provider, TM&LS offers customers a wide range of COMMANDO products and services. Within the COMMANDO family of vehicle lines, TM&LS has recently developed an enhanced recapitalisation solution for HMMWVs, a 4x4 mortar vehicle, and command and control (C2) integration. Coordinated logistics support ensures proper fielding, training, maintenance and related services throughout each vehicle’s life cycle.9ef8642fb51c1286_400x400ar.jpg

Il serait pas mal en bleu avec Gendarmerie en blanc sur les cotés.

http://www.miltechmag.com/2013/08/colombian-army-acquires-28-additional.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il se vend plutot bien celui la. Si à l'origine c'est un véhicule pour la police militaire, il n'y a pas eu trop de mal à en faire un transport de troupes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici le lien direct vers le catalogue de Textron :

http://www.textronmarineandland.com/sites/default/files/datasheets/tmls-commando-family-of-vehicles.pdf

La génération des ASV-150 est l'aboutissement des V-150.

Le premier fut le V-100, un blindé très étroit et court. Léger et passe partout, il a très vite été employé pour des missions de sécurisation des sites (on dirait aujourd'hui "Force protection"), des bases aériennes et d'escorte de convois. Il a été amélioré progressivement pour donner des choses comme les V-300 et 600. (Voir ici : http://www.air-defense.net/forum/topic/3722-o%C3%B9-en-est-l-ebrc/page-47#entry690497)

On ne le remarque pas toujours mais il a une position très particulière de son groupe moto propulseur. Il est à l'arrière gauche. Ce qui signifie qu'il y a vraiment trois espaces dans l'habitacle : l'avant pour le pilotage, le centre pour la mission et un couloir arrière très étroit.

Si on rajoute cette complexité à la petite taille d'origine, on obtient un blindé peu capable de porter du monde. En version châssis long, il n'a pas plus de 2+8 places. La norme pour la même longueur, voir moins, est de 2+10.

Autres limites, ses portes latérales. Ce blindé a trois portes dont une de chaque côté. Cela représente une surface très importante qui ne peut être employée pour stocker quoi que ce soit ou fixer un siège. Enfin, pour gagner du poids, ce blindé a des côtés à double inclinaison. On perds du volume.

À ce point de l'observation, on comprend que ce blindé ne permet pas de déployer beaucoup de troupes et, en plus, il n'a pas un grand volume pour du stockage.

Si il se vend, c'est parceque c'est un matériel américain que certains pays se voient presque offrir.

Ce blindé reste en revanche très intéressant pour toutes les missions de type patrouille/sécurisation. Si tu ne sorts que pour 6 à 8 heures, faire de la sécurisation au tour d'une base, il est très bien. C'est pour cela qu'on le retrouve en police militaire. Dans ce rôle, il n'y a pas besoin de porter grand monde.

Les armées comme la Colombie n'ont pas les même normes que nous. Elles ont moins d'équipements à transporter. De plus, leurs opérations ne se font pas avec un étirement logistique énorme. Même dans leur campagne contre les narco trafiquants.

Il est intéressant de noter que le TAPV est un véhicule blindé de patrouille tactique. Il porte 3+4 hommes seulement en étant aussi gros qu'un VAB. Il n'est donc pas comparable au VBMR en emploi.

On peut noter un cas intéressant : ce châssis a été employé en urgence pour reprendre des missions d'éclairage de Hummer pas assez blindés pour l'Irak. Leurs moyens de désignation d'objectif ont été montés sur un châssis mieux protégé sans être hors de prix (pour les américains, pas pour nous.). Cela donne l'origine du M-1200 Armored Knight.

À titre personnel, il me semble que l'ASV-150 serait la base idéale pour le prochain blindé de la Gendarmerie Nationale. Il garde toutes les caractéristiques du vieux VBX-170 mais avec les besoins de 2013.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste pour rappel, l'armée colombienne a en dotation :

- 20 BTR-80 Caribe

- 24 LAV-III canadiens

- 78 Commando + 24 commandés

- 170 EE-9 Cascavel. C'est un engin roue-canon de 90mm

- 150 EE-11

- 150 M-113 (certaines sources donnent 300)

- 50 M8 chiffre à confirmer.

- 4 RG31 et 2 RG12

On constate que ce parc est très hétérogène et vieux. Avoir encore des M8, c'est plus que vintage.

La priorité est de se débarrasser des M8 puis des EE-9/11. L'arrivée régulière de Commando est une progression qualitative cohérente avec leur parc initial.

Le problème est que l'on ne comprend pas trop leur politique d'achat car en véhicules récents ils ont acheter trois modèles qui n'ont rien à voir et en très petits lots. En plus, ils peuvent tout se faire payer par les US grâce à leur diplomatie anti-narcotraficants.

Enfin, il faut savoir qu'ils ont la réputation de ne pas avoir de budget pour quoi que ce soit. Ils communiquent sur des intentions mais n'ont pas de moyens pour suivre.

Edited by Serge

Share this post


Link to post
Share on other sites

En Colombie, l’armée est dans la tourmente. Six généraux dont le chef de l’état-major viennent d’être destitués pour une affaire de corruption. Des officiers falsifiaient des contrats pour se remplir les poches et défendre des militaires impliqués dans des cas d’homicides.

 

Suite : http://www.rfi.fr/ameriques/20140219-colombie-scandale-coeur-armee-santos-guerilla/

Share this post


Link to post
Share on other sites

FIDAE 2014: Textron seeks additional Commando vehicle sales in Colombia

Daniel Wasserbly, Santiago, Chile - IHS Jane's Defence Weekly

25 March 2014

1405354-main.jpg

The export version of the Commando for Colombia in the APC configuration has a longer wheelbase for greater internal volume and is shown here fitted with a protected weapon station. Source: Textron

Textron Marine & Land Systems officials are hoping to expand their Commando Advanced 4x4 armoured vehicle programme in Colombia by, among other things, branching beyond cavalry units.

The Colombian military has purchased a total of 67 Commando vehicles - 39 were bought in an original order without turrets and another 28 were more recently ordered with 40 mm/.50 calibre remote turrets - and Textron expects to finish building platforms from the second order sometime in March, Mike Gelpi, vice-president land systems and life cycle support at Textron Marine & Land Systems, told IHS Jane's .

Turrets are to be retrofitted on the original Commandos as well, he added.

Gelpi said that Colombian cavalry units are the main customer within Colombian army, and the company hopes to expand to other missions and units in the country, as well as expand elsewhere in the region.

Other Latin American countries have expressed interest in the Commando, he said, but none of the discussions are "mature enough to talk about at this point".

The Colombians, meanwhile, are exploring means of logistics support for the fleet by ordering spares and requesting two field service representatives for two years.

According to Gelpi, the army there has been pleased with the Commandos and has been employing the vehicles in day and night operations that range from jungle to highway terrain.

The 4x4 vehicles have a unique balance in survivability and off-road mobility, and weigh around 36,000 lbs (16,200 kg). The platforms have a V-shaped hull bottom and 360-degree direct fire. According to Textron, the Commando Advanced can be upgraded to higher crew protection levels through an Enhanced Survivability package.

The Colombian Army ordered its first tranche of Commandos in 2009 and that order was filled by July 2010, equipping three armoured support squadrons with troop transport variants and command-post units. A second order for 28 came in August 2013.

(312 words)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Galil ACE en service en Colombie. Mais je ne sais pas si INDUMIL possède sa licence de production (pour cette version).

 

user_614_GALIL_VARIOS.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca recoit des chargeurs STANAG ?

Oui. Non, chargeur propriétaire apparemment (mm que ceux du Galil) 

 

Si tu es curieux au sujet de cette arme, petite vidéo de présentation qui regroupe plutôt bien ce qu'il faut retenir a son sujet :

Edited by Tonton Flingueur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de retrouve le reportage ou le journaliste français c'était fait capturer par les FARCS.

On y voit une section anti-drogue de l'armée colombienne prise à partie encerclée puis décimée par les farcs.

Après avoir ré-visionné le reportage, on consate que les FARCS dès les premiers échanges de tirs prennent l'ascendant sur l'armée. Ils fixent la moitié de la section tandis et encerclent l'autre moitié avant de les éliminer. L'armée semble totalement dépassée, les soldats se planquent et attendent le soutien, mais il n'y a presque aucun tir de riposte, très peu de mouvement. L’absence de gilet pare-balle/éclats a sans doute couté la vie à plusieurs soldats ici.

La fin fait assez froid dans le dos. Quel est l'avis des spécialistes ici ? La section colombienne aurait-elle pu s'en sortir ?

 

Edited by FoxZz°

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, FoxZz° a dit :

Je viens de retrouve le reportage ou le journaliste français c'était fait capturer par les FARCS.

On y voit une section anti-drogue de l'armée colombienne prise à partie encerclée puis décimée par les farcs.

Après avoir ré-visionné le reportage, on consate que les FARCS dès les premiers échanges de tirs prennent l'ascendant sur l'armée. Ils fixent la moitié de la section tandis et encerclent l'autre moitié avant de les éliminer. L'armée semble totalement dépassée, les soldats se planquent et attendent le soutien, mais il n'y a presque aucun tir de riposte, très peu de mouvement. L’absence de gilet pare-balle/éclats a sans doute couté la vie à plusieurs soldats ici.

La fin fait assez froid dans le dos. Quel est l'avis des spécialistes ici ? La section colombienne aurait-elle pu s'en sortir ?

 

Hum , en fait ce n'est pas une section complète qui ce fait décimée , mais un des groupes .

La section au départ s'est 30 personnels .

Le problème s'est que la situation ne permet pas de pouvoir réagir aisément vu qu'elle est tombé sur au moins le double de personnels ,voir plus qui manoeuvre par petit groupe ,voir en mode équipe .

Si on observe le terrain et la situation , on observe qu'un groupe de soldat est resté sur une zone permettant d'assurer une arriver de renfort ou une extraction par hélicoptère ,donc quelques part rien d'illogique .

Donc sur un point haut comme cette colline , ou la végétation est moins importante ( plus pratique pour un hélico ) .

Le truc s'est que le commandant des FARC, lui doit ce trouver sur un point haut , une autre colline d'ou il peu guidé et dirigé ces groupes/équipes , il a un visuel sur les militaires qui n'ont pas trop le choix que de défendre cette colline ,car le seul endroit qui puisse accueillir les hélicos .

Le commandant FARC sait  qu'il est en force , et il a du être rapidement renseigné par la population , il sait qu'en face il n'y a que 30 personnels qui a surtout une mission de destruction ,renseignement sur les labos et qui n'a pas pour but de combattre une force FARC ,juste de quoi riposté en attendant les renforts ou l'extraction .

Bien évidemment le commandant des FARC s'est que ce groupe dispose de l'appui aérien ,hélico mais il a le terrain pour lui .

Il fixe le groupe du capitaine , sans pour autant essayer de prendre d'assaut la position , par contre il veut couper toute retraite de cette section de l'armée ,et cela passe par la prise de la colline d'ou peu atterrir les hélicos .

Donc pendant que ces groupes/équipes progressent par bond de manière concentrique autour de la colline , il offre un appui qui prendra à parti les hélicos qui tentent d'atterrir pour amener des renforts ,résultat aucun renfort ne peut débarquer .

Les FARC ont disposé des appuis sur une colline proche et qui allument les militaires sur la colline "DZ" dès qu'ils sont visible .

Le problème dans cette affaire , s'est que comme le dit à un moment le capitaine il faut y allé doucement avec les munitions , car ils sont limite en dotation par rapport à leur mission .

Vient aussi ensuite la visibilité , les soldats sur la DZ ne voient pas que rarement les FARC , et quand ils les voient ceux-ci sont sur une colline éloignée , donc la les militaires décident de faire tirer le FM .

Moi je pense que les FARC ont surtout attiré l'attention pour que les militaires ce dévoilent sur la colline DZ .

Une fois repéré , on voit qu'il devient difficile pour les militaires de bougé au niveau de la colline DZ , ils sont déjà trop dispersé autour de la DZ  car ils essayaient d'assurer une protection  multi directionnelle pour contrôlé la zone sauf qu'à 10 ou 15 sa fait léger vu la taille de la DZ .

Donc on perd en capacité de "puissance/concentration des feux " en ayant des binômes dispersé autour de la DZ .

A un moment les personnels resserrent le dispositif mais bon ,ils restent en infériorité numérique .

On pourrait ce demandé pourquoi la section de militaire est coupée en deux , mais n'oublions pas la mission , pendant qu'un groupe contrôle et détruit un labo , l'autre assure la sécurité , et essai toujours de tenir une zone qui permet d'assurer l'arrivé des hélicos en cas de pb .

A un moment dès que sa commence à claquer le capitaine pense qu'il faut ce regrouper mais s'est déjà trop tard .

Donc si on observe que les militaires sur la DZ ne tirent pas tant que sa ,s'est logique car ils doivent géré une dotation limitée de munition ,tout en ne voyant pas l'ennemi qui peut aisément progressé discrètement autour de la colline DZ et ne pas être repéré par les binômes qui forment le périmètre sur cette colline DZ .

Le groupe du capitaine lui est toujours fixé par les feux des appuis des FARC  .

Pendant un moment , le sergent qui accompagne le journaliste demande si le groupe du capitaine peut les rejoindre vu la pression des FARC , mais le capitaine est lui même fixé et donc ne peu bougé ,et s'est aussi le cas pour le groupe chargé de défendre la colline DZ .

Le pb s'est que dès le début , en arrivant sur la zone la section est déjà prise à partie à peine débarquée , mais elle doit quand même allé sur le site . Le commandement prend en compte en cherchant a envoyé une compagnie en renfort ,mais apparemment ils ont du mal à le faire ( d'autres opérations en cours peut-être ).

Les militaires ont pas vraiment commis de faute , sachant qu'il devait contrôlé le site , il devait aussi assuré une protection de la DZ pour ne pas être isolé .

Le pb ,s'est que les militaires découvrent qu'en fait ils ont débarqué sur la zone tenu par un "cabecilla"  ( en espagnol s'est comme dire un chef ,leader ,meneur ) des FARC ,  mais qui bénéficie de moyens et d'hommes en nombre .

De facto ils savent qu'ils sont fixé , et les appuis hélicos et aériens qui arrivent pas de suite ,n'oublions pas qu'à un moment le capitaine dit qu'il espère que la météo sera meilleur ,ils pourront quitté cette zone avant que sa ne dégénère .

Donc , non les militaires de facto étaient coincé , et leur crainte s'était de perdre la DZ  qui est une "ligne de vie" avec l'extérieur .

On observe que pour renseigner l'appui aérien , s'est très compliqué car il n'y a que de rares occasions de voir les groupes FARC .

Donc voilà , le pb pour cette section de 30 hommes s'est qu'ils avaient une mission bien définie , reconnaître et détruire les labos . Même en ayant pas mal de munition au niveau des personnels ,sa restent limité face au FARC si ceux-ci sont en nombre .

La visibilité étant réduite , on ne tire que de manière certaine .

Dès que les soldats ouvraient le feu , ils étaient de facto repéré ,donc les FARC avaient des appuis bien positionné avec un bon visuel sur la colline .

 

Moi perso je pense que dès le départ la mission aurait du être avortée , car du moment que les FARC ont commencé à allumé à peine la section débarquée ,sa ne sentait pas bon .

Pour les protections pare balle , oui sa a manqué mais bon , ce n'est pas non plus évident de ce trimbalé ce type de matos dans ce contexte de recherche de labo dans un milieu humide tropical .

Alors on va me dire oui mais en Afghanistan ou au Mali il fait chaud , le terrain est difficile . Et moi je dirais que les mecs tournent alors que pour l'armée colombienne s'est une guerre permanente , dans un milieu de "jungle" ce qui complique pas mal les choses , comme permettre à des unités de pouvoir manoeuvré rapidement sous le couvert de la "jungle" , et presque arrivé au contact sans être décelé .

Il doit y avoir un compromis en terme de poids en jungle ,et des fois faut gardé pas mal de munition en balançant la sauce car on a vite fait de tombé nez à nez avec l'adversaire .

Dans cette opération , ce n'est pas une jungle touffue mais il y a de quoi caché la progression de personnels .

 

Non pour moi s'est la situation et le manque de renseignement qui va mettre dans une mauvaise situation cette section qui est parti pour une mission type et donc pas taillée pour faire face à un adversaire en nombre et chez lui .

 

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, 

Un ingénieur de Thalès a été assassiné en Colombie, et je voulais savoir ce que la société faisait là-bas.

Est-ce que la France a réussi à exporter des équipements en Colombie ?

Un grand merci ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Kiriyama a dit :

Bonjour, 

Un ingénieur de Thalès a été assassiné en Colombie, et je voulais savoir ce que la société faisait là-bas.

Est-ce que la France a réussi à exporter des équipements en Colombie ?

Un grand merci ! 

Aucune idée ... 

Apparemment il faisait partie de Thalès Avionics. Ça peut très bien être du civile. 

Il y avait aussi un salon défense juste a coté. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu ce matin une hypothèse disant que c'était peut être un pur hasard. Pour rentrer dans certains gang il faut tuer un inconnu. 

Bref pas forcément une affaire d'espionnage compliquée 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,847
    Total Topics
    1,301,338
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries