Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

OTO Melara est à vendre!


gianks
 Share

Recommended Posts

 

« Nous pouvons collaborer avec Oto Melara et, dans les torpilles, avec Wass. On peut investir pour avoir toute l'entreprise ou même une participation minoritaire". C'est ce qu'affirme le PDG du géant allemand de la défense, Armin Papperger, qui a expliqué au Sole 24 Ore qu'il avait rencontré le PDG de Leonardo, Alessandro Profumo, « à plusieurs reprises, également cette année. Nous avons parlé du marché italien. Nous pouvons faire quelque chose ensemble et le faire rapidement "

.....

Revenant sur les plans de Rheinmetall en Italie, Papperger a souligné que « ce serait bien si Rheinmetall pouvait augmenter ses investissements en Italie. Vous ne pouvez investir que si vous avez un partenaire. Nous pourrions trouver une coopération avec Oto Melara. Je suis content d'acheter même une minorité".

Par ailleurs, le manager allemand relance "L'Italie pourrait jouer un rôle en Europe. Il a besoin de remettre à neuf les chars légers de l'armée, avec l'Ifv, notre famille Lynx conviendrait. La propriété intellectuelle resterait en Italie. Je ne travaille pas pour rejoindre un programme qui se termine au bout de 5 ans, mais pour établir une relation à long terme ».

De plus, en réponse aux propos prononcées en décembre dernier par Profumo PDG Leonardo "Knds est potentiellement un partenaire intéressant car il a un rôle dans le programme des chars de combat principaux et ne concurrence pas Leonardo sur l'électronique"  

déclare Papperger « Nous produisons des capteurs, mais ils ne sont pas exactement les mêmes que Leonardo. Nous pouvons être flexibles. Je pourrais intégrer les technologies de Leonardo là où elles manquent. L'agrégateur de la stratégie serait Rheinmetall Italia "

En outre, l'article rappelle comment : « L'offre de Fincantieri pour Oto Melara et Wass inclut officieusement Rheinmetall. En cas d'attribution de l'ancien Oto Melara, le groupe de construction navale dirigé par Giuseppe Bono aura besoin d'un partenaire terrestre et cela ne peut être que Rheinmetall étant donné l'opération conjointe sur la division construction navale de Thyssenkrupp (Tkms), active dans la construction de sous-marins.

 

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Traduction DeepL :

Ce que Armin Papperger, PDG du géant allemand de la défense Rheinmetall, a déclaré au sujet de la vente des filiales de Leonardo

Rheinmetall vise Oto Melara et Wass, les deux filiales d'armement terrestre et naval mises en vente par Leonardo.

"Nous pouvons coopérer avec Oto Melara et, pour les torpilles, avec Wass. Nous pouvons investir pour avoir la totalité de l'entreprise ou même une part minoritaire". Le PDG du géant allemand de la défense, Armin Papperger, a déclaré à Il Sole 24 Ore qu'il avait rencontré le PDG de Leonardo, Alessandro Profumo, "plusieurs fois, même cette année". Nous avons parlé du marché italien. Nous pouvons faire quelque chose ensemble et le faire rapidement.

Selon le journal Confindustria, la proposition de Rheinmetall est d'acquérir 49% d'Oto Melara et de Wass auprès de Leonardo, avec une option pour 2% supplémentaires.

Il y a quelques jours, l'agence de presse Reuters rapportait - citant trois sources proches du dossier - que le projet de Leonardo de trouver un acheteur pour les divisions Oto Melara et Wass avait été mis en veilleuse dans le contexte de la crise provoquée par l'invasion russe en Ukraine. "L'affaire est en suspens à cause de la guerre", avait révélé l'une des sources à Reuters.

Mais c'est précisément l'invasion russe de l'Ukraine qui pourrait accélérer les plans de consolidation de la défense européenne.

Tous les détails.

LA VENTE D'OTO MELARA ET D'WASS

L'année dernière, le groupe italien de défense et d'aérospatiale a mis en vente ses deux filiales d'armement terrestre et naval (désormais unité opérationnelle Defence Systems).

Oto Melara et Wass, qui produisent respectivement des canons navals et des torpilles, emploient plus de 1 500 travailleurs dans quatre usines italiennes (La Spezia, Brescia, Livourne et Pozzuoli). Depuis 2016, ils font tous deux partie de la division Systèmes de défense de Leonardo. Le chiffre d'affaires de la division est d'environ 550 millions d'euros.

Après avoir réalisé l'acquisition de 25,1 % de Hensoldt, une entreprise allemande d'électronique de défense, le groupe dirigé par Alessandro Profumo cherche à vendre les anciennes sociétés Oto Melara et Wass. Le consortium franco-allemand Knds et l'italien Fincantieri ont tous deux exprimé leur intérêt pour les deux divisions. En arrière-plan, on note également l'intérêt d'un autre acteur allemand : Rheinmetall Italia.

L'offre de Fincantieri pour Oto Melara et Wass inclut officieusement Rheinmetall. Si l'ancien Oto Melara est attribué, le groupe de construction navale dirigé par Giuseppe Bono aura besoin d'un partenaire terrestre et ce ne peut être que Rheinmetall, étant donné l'opération conjointe sur la division de construction navale de Thyssenkrupp (Tkms), active dans la construction de sous-marins. En ce qui concerne le dossier Tkms, selon le journal Handelsblatt, la négociation tripartite entre Tkms, Fincantieri et le conglomérat de défense allemand Rheinmetall a échoué. Mais le jeu ne doit pas être fermé selon Papperger. "Je ne pense pas qu'il y ait eu d'évolution au cours des deux derniers mois", a déclaré le PDG de Rheinmetall à Il Sole 24 Ore.

LES PROPOSITIONS DE RHEINMETALL À LEONARDO

Revenant sur les projets de Rheinmetall en Italie, M. Papperger a souligné qu'"il serait bon que Rheinmetall puisse augmenter ses investissements en Italie. Vous ne pouvez investir que si vous avez un partenaire. Nous pourrions trouver une coopération avec Oto Melara. Je suis heureux d'acheter même une minorité".

En outre, le manager allemand évoque la perspective que "l'Italie puisse jouer un rôle en Europe". Elle doit renouveler les chars légers de l'armée, avec l'Ifv, notre famille Lynx conviendrait. La propriété intellectuelle resterait en Italie. Je ne travaille pas pour entrer dans un programme qui se termine après cinq ans, mais pour établir une relation à long terme".

Le groupe allemand avait déjà exprimé de manière informelle au gouvernement son intérêt pour Oto Melara pour une collaboration industrielle, dans le but de participer aux nouveaux programmes de chars (le nouveau char léger pour l'armée Aifv et Mgcs).

Mais Leonardo pourrait préférer Knds à Rheinmetall comme partenaire d'Oto Melara, craignant la concurrence dans l'électronique, un secteur dans lequel le groupe de Piazza Monte Grappa vise le leadership.

PROBLÈME DE CONCURRENCE DANS L'ÉLECTRONIQUE POUR L'ANCIENNE FINMECCANICA

"Knds est potentiellement un partenaire intéressant parce qu'il joue un rôle dans le programme de chars de combat principaux et qu'il n'est pas en concurrence avec Leonardo dans le domaine de l'électronique", a déclaré M. Profumo lors d'une audition parlementaire sur la vente d'Oto Melara et de Wass en décembre dernier.

"Nous produisons des capteurs, mais ils ne sont pas exactement les mêmes que ceux de Leonardo. Nous pouvons être flexibles. Je pourrais intégrer les technologies de Leonardo là où elles font défaut. L'agrégateur de la stratégie serait Rheinmetall Italia", a répondu le PDG de Rheinmetall.

PARTICIPATION AU MGCS

Puis, à la question de savoir si l'industrie italienne pourrait participer au futur char lourd européen, le Mbt ou le Mgcs, "le programme, a répondu Armin Papperger, est prévu pour démarrer en 2035". L'Italie pourrait jouer un rôle essentiel, non seulement dans 15 ans, mais aussi dans la phase d'étude qui est en cours. Notre proposition pour le Lynx prévoit un transfert de technologie vers l'Italie".

L'ACCORD DU GOUVERNEMENT DRAGHI EST NÉCESSAIRE

Enfin, l'inconnu politique.

La semaine dernière, Reuters a rapporté que le gouvernement italien, qui contrôle à la fois Leonardo (par l'intermédiaire du Mef à 30 %) et Fincantieri, souhaite avoir son mot à dire dans l'accord sur l'avenir d'Oto Melara et de Wass. En fait, le gouvernement a mis en place une table interministérielle entre le ministère de l'économie, le ministère des affaires étrangères et le ministère de la défense pour suivre de près le processus de vente. C'est ce qu'a annoncé le ministre de la Défense Lorenzo Guerini (PD) à la Chambre fin novembre 2021.

Rome souhaite notamment jouer un rôle dans un consortium européen pour les équipements militaires terrestres, dans lequel certains des actifs d'Oto Melara et de Wass pourraient être intégrés. "Je suis ouvert à la création d'un partenariat en Italie", a remarqué le manager allemand. "Bien sûr, nous avons besoin de l'accord du gouvernement, auquel nous avons expliqué notre position. Nos relations s'inscrivent dans la durée.

 

Link to comment
Share on other sites

Suite à la guerre russo-ukrainienne, il semble que les opérations de vente d'OTO-WASS aient été suspendues.

https://it.investing.com/news/stock-market-news/leonardo-piani-cessione-oto-melara-e-wass-in-standby-per-crisi-ucraina--fonti-2045465

Leonardo vend une division importante qui s'occupe des communications par satellite pour 450 millions d'euros pour financer l'achat de la part de Hensoldt

https://www.repubblica.it/economia/2022/03/22/news/leonardo_drs_global_enterprise_solutions-342362066/?ref=RHTP-VS-I330891680-P18-S3-T1

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Fincantieri, comme l'a déclaré son directeur général Fabio Gallia, suspend toutes les négociations pour l'éventuelle acquisition d'OTO-WASS compte tenu de la situation incertaine due à la guerre.

https://www.milanofinanza.it/news/fincantieri-la-quota-dei-ricavi-dalla-difesa-puo-arrivare-al-30-40-m-a-fermo-per-ora-202203241404108469

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • g4lly changed the title to OTO Melara est à vendre!
Il y a 3 heures, gianks a dit :

« Profumo, che poi ha parlato del ruolo di Leonardo nel sistema di aerei da combattimento tedesco-francese-spagnolo Fcas e del governo italiano nel Tempest, il progetto rivale britannico. “Da un punto di vista industriale, sarebbe logico unire Tempest e Fcas. Ma questa è una decisione politica”, secondo l’Ad di Leonardo, secondo cui “in ogni caso, è importante che i due sistemi siano interoperabili, cioè possano comunicare e lavorare tra loro. Leonardo e Hensoldt possono contribuire a questo” »

 

ti pareva… piu grossa la torta e meglio è.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Conan le Barbare a dit :

« Profumo, che poi ha parlato del ruolo di Leonardo nel sistema di aerei da combattimento tedesco-francese-spagnolo Fcas e del governo italiano nel Tempest, il progetto rivale britannico. “Da un punto di vista industriale, sarebbe logico unire Tempest e Fcas. Ma questa è una decisione politica”, secondo l’Ad di Leonardo, secondo cui “in ogni caso, è importante che i due sistemi siano interoperabili, cioè possano comunicare e lavorare tra loro. Leonardo e Hensoldt possono contribuire a questo” »

 

ti pareva… piu grossa la torta e meglio è.

Révélation

Les 100 milliards d'euros d'investissements et d'acquisitions pour la Bundeswehr, les forces armées allemandes, annoncés par le chancelier fédéral Olaf Scholz "sont très intéressants" pour Leonardo. C'est ce qu'a déclaré le PDG de la société italienne, Alessandro Profumo, dans une interview accordée au journal allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Selon M. Profumo, l'annonce de M. Scholz représente un "changement absolument important et remarquable de la position de la politique de défense allemande". Le PDG a évoqué les opportunités potentielles pour Leonardo en Allemagne, faisant référence à la participation de 25 % dans l'entreprise allemande Hensoldt. "Nos capacités se complètent très bien, par exemple dans un secteur aussi important que la défense aérienne", a déclaré M. Profumo, qui a ensuite évoqué le rôle de Leonardo dans le système d'avions de combat germano-franco-espagnol Fcas et le rôle du gouvernement italien dans Tempest, le projet concurrent britannique. "D'un point de vue industriel, il serait logique de combiner Tempest et Fcas. Mais il s'agit d'une décision politique", selon le PDG de Leonardo, pour qui "dans tous les cas, il est important que les deux systèmes soient interopérables, c'est-à-dire qu'ils puissent communiquer et travailler l'un avec l'autre". Leonardo et Hensoldt peuvent y contribuer.

Profumo a également évoqué les relations avec Kmw+Nexter Defense Systems (Knds). "Avec Knds, nous avons toujours eu une relation très solide et constructive. De mon point de vue, nous serions le partenaire idéal pour eux", a déclaré M. Profumo en évoquant les perspectives d'une vente éventuelle de la division des systèmes de défense. Profumo a nié tout contact sur l'affaire qui voit l'allemand Rheinmetall comme partenaire de Fincantieri. "De telles choses ne se font pas par le biais des journaux. Jusqu'à présent, nous n'avons rien entendu", a expliqué le PDG, selon qui il faudra également évaluer les opportunités potentielles liées à la stratégie de défense européenne et au conflit en Ukraine. "Nous avons besoin de plus de programmes de coopération pour construire un véritable système de défense européen. Nous devons réduire les doublons. Il est inacceptable de construire 17 véhicules blindés différents en Europe", a déclaré M. Profumo.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

C'est donc le PDG de Leonardo qui parle :

"Avec Knds, nous avons toujours eu une relation très solide et constructive. De mon point de vue, nous serions le partenaire idéal pour eux", a déclaré M. Profumo en évoquant les perspectives d'une vente éventuelle de la division des systèmes de défense. Profumo a nié tout contact sur l'affaire qui voit l'allemand Rheinmetall comme partenaire de Fincantieri. "De telles choses ne se font pas par le biais des journaux. Jusqu'à présent, nous n'avons rien entendu", a expliqué le PDG"

  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.repubblica.it/economia/2022/04/20/news/fincantieri_volata_per_il_vertice_il_generale_graziano_verso_la_presidenza-346158671/

Article sur les nominations de la haute direction de diverses entreprises publiques. Parmi ces Fincantieri qui voit un changement au sommet et la fin de l'ère Bono.
Le nouveau PDG de Fincantieri est Pierroberto Folgiero
Intéressant dans l'article
"Avec sa nomination [de Pierroberto Folgiero], le nom de Lorenzo Mariani, directeur exécutif de Mbda, le consortium de Leonardo, Bae Systems et Airbus, et ancien dirigeant de Finmeccanica, qui avait été évoqué ces dernières heures, disparaîtra. Selon certains analystes, ce choix aurait facilité l'intégration des géants publics Leonardo et Fincantieri, qui est depuis longtemps sur la table des différents gouvernements."

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, gianks a dit :

l'intégration des géants publics Leonardo et Fincantieri, qui est depuis longtemps sur la table des différents gouvernements

Un géant italien de l'armement ?  Tous domaines ( Espace, Air, Terre, Mer ) ?  En plus Electronique, Ferroviaire, Energies   ... A la fois militaire et civil ? 

Link to comment
Share on other sites

Le 20/04/2022 à 20:57, Bechar06 a dit :

Un géant italien de l'armement ?  Tous domaines ( Espace, Air, Terre, Mer ) ?  En plus Electronique, Ferroviaire, Energies   ... A la fois militaire et civil ? 

Léonardo est entrain de fortement recentrer son activité. Il y a peut ils ont vendu la filiale GES qui faisait de la communication satellitaire. Maintenant c'est l'entreprise américaine DRS il avait un joint-venture avec Thalès Advanced Acoustic Concepts (AAC) 

Pour vendre des entreprises comme ils font actuellement c'est qu'il prépare un truc. 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 20/04/2022 à 20:57, Bechar06 a dit :

Un géant italien de l'armement ?  Tous domaines ( Espace, Air, Terre, Mer ) ?  En plus Electronique, Ferroviaire, Energies   ... A la fois militaire et civil ? 

Oui, sur le modèle de BAE systems ou l'équivalent de Thales + Naval Group . Ca représente des ensembles de 20 milliards d'euros en CA environ. Avec bien sûr quelques différences. 

Dans ce rapprochement, Leonardo serait le leader.  Attendons les commentaires italiens pour en comprendre la philosophie.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

https://www.repubblica.it/economia/finanza/2022/06/02/news/leonardo_offerta_tedesca_per_rilevare_il_49_di_oto_melara-352258925/?ref=RHTP-BH-I350153903-P3-S3-T1

"Les grandes manœuvres pour l'industrie européenne de la défense ont commencé. Et le premier mouvement stratégique concerne l'Italie : le géant allemand Rheinmetall a fait à Leonardo une offre non contraignante pour acheter 49 % d'Oto Melara. Selon l'agence Reuters, la valeur de l'action est estimée entre 190 et 210 millions d'euros : la valorisation globale de l'entreprise pourrait ainsi atteindre près de 430 millions. Mais au-delà des aspects strictement financiers, il appartient désormais au gouvernement - actionnaire de référence de Leonardo - de prendre une décision de politique industrielle, pertinente à l'échelle nationale et internationale. Un jeu qui implique Berlin et Paris, entrant dans la course aux programmes de développement militaire promus par l'UE."

 

"......L'entreprise allemande est présente en Italie depuis des décennies, avec six usines qui emploient six mille personnes entre les employés et les industries connexes : RM a garanti au gouvernement Draghi qu'il maintiendra la " souveraineté nationale " sur l'entreprise et ses technologies. Et il n'exclut pas - si l'exécutif le juge bon - de dépasser les 49 % à l'avenir. Pour Wass, au contraire, seul un plan industriel est proposé, à définir avec les autorités italiennes et la volonté d'investir dans l'avenir."

"....Le consortium Knds pourrait maintenant aussi intensifier sa campagne. La société formée par l'Allemand Krauss Maffei et le Français Nexter est le leader du futur char " européen ", dans lequel Rheinmetal a un rôle minoritaire. Si cette dernière devenait actionnaire d'Oto Melara, en incluant l'Italie dans le projet, elle prendrait un poids décisif avec - de fait - un leadership de Berlin sur Paris. En bref, nous sommes confrontés à un défi qui pourrait définir les atouts de la future industrie de guerre du continent : le char européen représente à lui seul un marché estimé à plus de vingt milliards d'euros."

 

 

 

  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

En prenant un point de vue italien et souverainiste je serais extrêmement déçu que Fincantieri ne puisse pas reprendre OTO à Leonardo puis le filialiser afin que l'entreprise reste 100% italienne. Il y aurait une vraie cohérence et une vraie synergie.
Les garanties écrites, à notre époque, c'est devenu du papier et de l'encre. Alors quand en plus elles viennent de l'étranger...
Chez KNDS Nexter a au moins prouvé qu'il avait pu intégrer Meccar et Simmel Difesa tout en préservant leur marque et leur gamme, et leur offrir des débouchés. Donc en essayant de prendre un regard extérieur c'est peut-être la moins pire des solutions, puisqu'elle a démontré l'absence d'une volonté de phagocytage pur et simple par l'acheteur, d'autant plus que Nexter n'est pas assez puissant pour dépecer les entreprises qu'il rachète, et KMW plus centré sur les véhicules que sur les armes... Mais dans le passé GIAT possédait FNH et ça ne s'est pas bien fini non plus. Or OTO n'est pas un petit poisson. L'intégrer à l'alliance KNDS sera un vrai marathon, et peut-être perçu comme étant moins "premium" qu'une alliance avec RM, qui lui en plus peut faire un pont d'or à OTO.
S'il faut par conséquent que Nexter abandonnent des prérogatives pour les confier à OTO, là aussi les gens risquent de se marcher sur les pieds, et l'attractivité de cette solution décroîtra très vite.

Qui plus est, oserais-je rappeler les difficultés entourant les programmes européens franco-allemands en ce moment? Tout peut voler en éclats à n'importe quel moment. Prendre ces programmes pour acquis et chercher à capitaliser sur cette fausse certitude pour déterminer qui rejoindre afin de ménager à l'Italie une place au sein du MGCS ou de tout autre futur programme en coopération, me semble plutôt irresponsable. La chose la moins dangereuse serait donc que l'Italie conserve OTO ou ne l'adosse que modérément à un partenaire étranger au travers par exemple d'un JV financée essentiellement par cet éventuel partenaire. Mais certainement pas de se jeter dans les bras du premier venu en criant "l'Europe! l'Europe!"

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Sincèrement, si l'offre de RM est de seulement 430 millions, je pense que NEXTER devrait proposer bien plus à Léonardo pour une telle acquisition stratégique et de cohésion au niveau européen. Si RM réussi à l'acquérir, ce sont des ennuis en plus dans le futur car après leur nuisance dans le terrestre, ils vont faire pareil dans le naval, l'artillerie et les torpilles en s'incrustant par appui politique en Allemagne partout et en cherchant à développer leur gamme au forceps dans tous les sens. S'éviter un tel désastre à long terme vaut bien plusieurs milliards. Ne pas oublier par exemple que c'est RM qui a réussi à imposer le Spike comme missile antichar européen de référence ... mettant fin à 50 ans de coopération et de succès franco-allemand. Si ils avaient urgemment besoin d'un missile antichar moderne, pourquoi ne l'on-t-il pas développé comme les générations précédentes au lieu de l'acheter sur étagère ?

Edited by Deres
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

L'Italie n'a peut être pas envie de donner une opportunité aux Français de racheter OTO alors que le rachat de Chantiers de l'Atlantique n'a pas pu se faire. Il y a un moment où il faut assumer sa politique.

Si en plus RM a déjà un footprint conséquent en Italie, je vois pas du tout comment Nexter pourrait tenter quoi que ce soit.

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Julien a dit :

L'Italie n'a peut être pas envie de donner une opportunité aux Français de racheter OTO alors que le rachat de Chantiers de l'Atlantique n'a pas pu se faire. Il y a un moment où il faut assumer sa politique.

Je suis pas sûr que les deux se valent malgré tout. Ce sont des acquisitions qui n'ont pas grand chose à voir.

il y a 10 minutes, Julien a dit :

Si en plus RM a déjà un footprint conséquent en Italie, je vois pas du tout comment Nexter pourrait tenter quoi que ce soit.

 

Nexter seul, pas grand chose, KNDS, c'est à voir.

Dans tous les cas si RM rachète, je crains fortement qu'OTO perde en attractivité chez nous.
Ce qui ne doit pas déplaire à Thalès qui compte bien faire de son Rapidfire une nouvelle référence dans le naval.
La question c'est de savoir ce qu'on aura à mettre sur la table en face des 76 et 127? Une résurrection du 100mm Creusot-Loire? Un Ascalon 140 naval? :ph34r::ph34r::rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, gianks a dit :

On voit dans la relation Italie-France une sorte de "sens unique" qui partant de Vivendi-Fininvest, arrive à PSA-FIAT (Stellantis) qui à tort ou à raison en ce moment est vu comme une colonisation française de l'industrie automobile italienne avec l'abandon des sous-traitants italiens.

En France, beaucoup considéraient, y compris dans les milieux économiques et pas seulement parmi les voix populistes, que l'accord avait été finalement relativement avantageux pour la partie italienne... ou du moins pour la partie Fiat, ce qui est sans doute un peu différent. D'une part, parce que le groupe nouvellement créé récupérait finalement les défis importants auxquels était confronté le groupe italien alors que PSA rayonnait alors. D'autre part, sur le plan actionnarial https://investir.lesechos.fr/assemblees-generales-actionnaires/comptes-rendus-assemblees-generales/les-promesses-de-stellantis-passent-avant-des-parites-favorables-a-fiat-chrysler-1941720.php

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, gianks a dit :

Maintenant, mon impression, le public italien (considéré comme  masse électorale) considère l'Allemagne et les entreprises allemandes comme des partenaires commerciaux plus fiables que la France et les entreprises françaises. Nous sommes définitivement plus germanophiles que francophiles
On voit dans la relation Italie-France une sorte de "sens unique" qui partant de Vivendi-Fininvest, arrive à PSA-FIAT (Stellantis) qui à tort ou à raison en ce moment est vu comme une colonisation française de l'industrie automobile italienne avec l'abandon des sous-traitants italiens.
La question STX-Fincantieri, avec son couloir de la France vers l'Italie bloqué de manière incompréhensible au public (votant) une fois la partie terminée, (alors que vers la Corée le couloir était libre) n'est pas oubliée.
Arguments électoraux dans les tripes et non dans la tête ? Bien sûr, mais en politique, les décisions instinctives comptent aussi, et sur des sujets de politique industrielle de ce niveau, seuls quelques-uns pourraient discuter avec compétence.

Selon moi, le consortium DKNS n'a la possibilité d'acquérir OTO que si, dans peu de temps maintenant, le gouvernement Draghi voit la volonté politique des autres partenaires européens (en particulier en France) pour un projet plus large de construction européenne. Sinon, je pense que le gouvernement actuel laisse la tâche à celui qui lui succède. Et à ce stade, je crois que pour la politique, la solution DKNS serait la plus complexe à digérer pour ses électeurs.

Merci, c'est très clair présenté de cette façon. Si globalement les entreprises françaises font peu de cas de leurs partenaires italiennes voire lèsent et menacent certains pans de son économie, alors il est impossible de présenter un projet plus structurant dans des domaines plus stratégiques surtout si des souverainistes/patriotes/nationalistes arrivent au pouvoir entretemps. L'actionnariat est une chose, mais le tissu industriel et économique, les usines, les ouvriers, les ingénieurs, en est une autre.
Certes la France accuse un déficit commercial record qui a amené un certain nombre de ses entreprises à faire des paris osés, mais ça n'explique pas tout, surtout que les dividendes versés aux actionnaires français sont records, eux aussi.
De même, la présidence française n'est pas responsable du comportement des grandes entreprises françaises, mais l'italien moyen n'en aura pas grand chose à faire, surtout si le sujet est un domaine stratégique, et c'est bien normal.

Autant je suis franchement protectionniste, autant je comprends que d'autres le soient aussi SURTOUT quand il est question de défense!
J'ai malgré tout le sentiment qu'une mainmise de RM sur OTO ne serait pas plus bénéfique pour l'Europe de la défense, mais je crains que ce ne soit même pas le sujet présent, si la crainte est de perdre des savoirs-faire et des emplois.

L'image, l'image, tout est affaire d'image. Ce qu'on a semble-t-il pas encore compris en France même au plus haut niveau de l'état.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le mouvement de Rheinmetall a agité les eaux.

https://www.defensenews.com/global/europe/2022/06/03/after-rheinmetall-bid-for-oto-melara-italian-government-awaits-fincantieris-move/

A noter dans cet article

"That is a solution favored by Italian union UILM, which is pushing the Italian state to retain a controlling interest in the firm."

UILM "Unione Italiana Lavoratori Metalmeccanici" est l'un des principaux syndicats de la métallurgie

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pour le cas PSA/Fiat c’est bel et bien Fiat qui absorbe PSA il n’y a là aucun doute possible. Elkan est l’actionnaire majoritaire de l’ensemble. D’ailleurs si des gens comme Salvini et les syndicats italiens étaient pour cette fusion c’est bien qu’ils avaient compris de quelle côté allait peser la balance…

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Conan le Barbare a dit :

Pour le cas PSA/Fiat c’est bel et bien Fiat qui absorbe PSA il n’y a là aucun doute possible. Elkan est l’actionnaire majoritaire de l’ensemble. D’ailleurs si des gens comme Salvini et les syndicats italiens étaient pour cette fusion c’est bien qu’ils avaient compris de quelle côté allait peser la balance…

Elkan n’est pas l’actionnaire majoritaire. Actionnaire majoritaire ça veut dire >50% des droits de vote. C’est le premier actionnaire avec un peu plus de 14%, ce qui est très loin de lui donner le contrôle effectif de la société.

https://www.marketscreener.com/quote/stock/STELLANTIS-N-V-117814143/company/

Techniquement c’est FIAT qui a absorbé PSA mais cela n’a aucune implication particulière. Le siège est à Londres. Le PDG est français.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, gianks a dit :

A noter dans cet article

"That is a solution favored by Italian union UILM, which is pushing the Italian state to retain a controlling interest in the firm."

UILM "Unione Italiana Lavoratori Metalmeccanici" est l'un des principaux syndicats de la métallurgie

Parfait.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...