Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 11 minutes, Teenytoon a dit :

Celles de la photo c'est sûr avec les clignotants a l'allemande sur le dessus des ailes là où nos P4 avait un bloc veilleuse/cligno sous les phares.

Pour la vidéo je n'arrive pas à voir.

Mais ce ne sont donc pas forcément des françaises si c'est du Merco @collectionneur :wink:

A part Berlin de souvenir, nous n'avons pas eu de Mercedes. Après ce sont peut-être des véhicules venant d'une armée nordique 

il y a 8 minutes, Clairon a dit :

Et c'est pas plus mal de ne pas être au courant, car il n'y a pas vraiment de quoi être fier de livrer une telle vieillerie comme aide militaire ...

Clairon

J'ai eu à me servir de la Mercedes et du P4 et sur la fiabilité le second était supérieur, pas sur la puissance et le confort.

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Clairon a dit :

Et c'est pas plus mal de ne pas être au courant, car il n'y a pas vraiment de quoi être fier de livrer une telle vieillerie comme aide militaire ...

Clairon

Tu as devancé mon post suivant, mais du coup il y a des chances que ça vienne d'Allemagne pour les Merco :wink:

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Clairon a dit :

Et c'est pas plus mal de ne pas être au courant, car il n'y a pas vraiment de quoi être fier de livrer une telle vieillerie comme aide militaire ...

Clairon

Et surtout je vois pas bien l'utilité tactique de ces engins dans un contexte HI

Des ATV ok pour les infilitrations commandos

Des P4......... Des PVP auraient été plus à propos vu le volume de shrapnels qui circulent sur l'horizon

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Akhilleus a dit :

Et surtout je vois pas bien l'utilité tactique de ces engins dans un contexte HI

Des ATV ok pour les infilitrations commandos

Des P4......... Des PVP auraient été plus à propos vu le volume de shrapnels qui circulent sur l'horizon

Peut être plus instruction, liaison, servitude ou unités de second rang. Même si les Ukrainiens font feu de tout bois, s'ils les ont acceptés voire achetés ( hypothèse surplus ) ils doivent y trouver un usage. En plus c'est certes vieux mais fiable et rustique.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, Akhilleus a dit :

Et surtout je vois pas bien l'utilité tactique de ces engins dans un contexte HI

Des ATV ok pour les infilitrations commandos

Des P4......... Des PVP auraient été plus à propos vu le volume de shrapnels qui circulent sur l'horizon

De mémoire des engins conçus pour la haute intensité, la vraie guerre quoi, faits pour se défiler derrière une haie , un muret etc... Faut croire que les guerres asymétriques, avec leurs IED, nous ont rendu esclaves des MRAP et dérivés.  

Link to comment
Share on other sites

"...Il a également été signalé précédemment que le collaborateur Layshev Askyar avait explosé dans sa propre voiture dans la ville de Starobelsk dans la région de Lougansk. Le traître, après l'arrivée des envahisseurs dans la ville, a reçu le poste de chef du soi-disant "MREO MVD LNR" à Starobelsk..."

 

 

Link to comment
Share on other sites

Et sinon, avec les F-22, F-35 et autres avions américains étant réputés "very stealth", ils ne pourraient pas monter.une escadrille fantôme version Buck Danny dans l'épisode du même nom ? :huh:

Parce que plus ça va, plus on livre de matériels de pointe qu'on refusait de livrer avant.

Alors finalement, pourquoi pas une escadrille fantôme ? Les russes la détecterai à coup sûr ? S'ils décollaient d'un autre pays, les russes ont des radar à suffisamment longue distance pour les repérer ?

Ça c'était la question n⁰ 1 pour les réponses.

La question n⁰ 2, c'est vu que ça n'avance pas bien vite, la super opération spéciale, à votre avis, un usage de nucléaire tactique est-il encore envisageable de la part des russes pour créer une brèche dans la ligne de résistance et foncer avec une division blindée à travers le trou créé ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Teenytoon a dit :

Et sinon, avec les F-22, F-35 et autres avions américains étant réputés "very stealth", ils ne pourraient pas monter.une escadrille fantôme version Buck Danny dans l'épisode du même nom ? :huh:

Parce que plus ça va, plus on livre de matériels de pointe qu'on refusait de livrer avant.

Alors finalement, pourquoi pas une escadrille fantôme ? Les russes la détecterai à coup sûr ? S'ils décollaient d'un autre pays, les russes ont des radar à suffisamment longue distance pour les repérer ?

Ça c'était la question n⁰ 1 pour les réponses.

La question n⁰ 2, c'est vu que ça n'avance pas bien vite, la super opération spéciale, à votre avis, un usage de nucléaire tactique est-il encore envisageable de la part des russes pour créer une brèche dans la ligne de résistance et foncer avec une division blindée à travers le trou créé ?

1- Si effectivement le matériel livré devient de plus en plus pointu et performant, pour l'instant tous les pilotes/opérateurs sont ukrainiens. Tu veux qu'ils forment des pilotes ukrainiens de F22/F35 ? Parce que si c'est des pilotes US qui font des frappes, là c'est plus une ligne rouge, c'est carrément le pot de peinture entier.

2- Admettons qu'une frappe nucléaire tactique fasse une brèche (j'ai un doute mais supposons). Est-ce qu'ils ont résolu leurs problèmes logistique permettant à une colonne blindée de foncer loin devant ? À part la partie brèche nucléaire, je pense que les ukrainiens seraient ravis d'avoir à nouveau une colonne de 60km de char arrêtée devant Kiev (ou autre), car ils ont maintenant les moyens d'en profiter.

 

Non moi je me pose une autre question. Juste avant l'offensive, je défendais la tactique du piéton imprudent de la part d'un pays autre que les US, typiquement la France et l'Allemagne. Compte tenu de l'évolution de la situation, la fenêtre d'opportunité est ré-ouverte. Il pourrait s'agir d'une force envoyée à Kiev et Kiev seulement, pour s'assurer que si Vlad veut le pays entier il devra déclarer la guerre à ces pays. En plus, compte tenu de la dynamique de la guerre, la prise effective de Kiev parait bien moins probable qu'en février dernier, le piéton imprudent fait fasse à un tracteur asthmatique qui pourrait même tomber en panne avant de lui rouler dessus. Sur le plan militaire, je pense que la formation des ukrainiens sur place n'en serait que plus efficace.

Ça pourrait prendre la forme d'une résolution ONU de casque bleus annoncée en grande pompe (humanitaire tout ça), bloquée par le véto russe, et réalisée unilatéralement par lesdits pays. Je n'achète pas du tout le risque d'escalade, car même en cas d'attaque je ne pense pas que la solidarité otanienne ou de l'UE soit demandée. C'est un risque à prendre, comme des tas de pays en ont pris dans leur histoire, et si ça tourne mal il faudrait assumer de ne pas avoir le nuke français ou la puissance US derrière.

Ça permettrait que la France (et l'Allemagne si elle suit) reprennent leur rôle central pour un conflit qui nous concerne aussi, même hors UE/OTAN, et arrêtent d'être de simples observateurs de leur propre continent. Oui je pense sincèrement que c'est notre intérêt et que le risque (perdre des hommes là bas, et la crédibilité si ça se passe mal) vaut le coup. L'Histoire s'écrit aussi aujourd'hui.

Edited by Delbareth
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le souci du piéton imprudent c'est que ça irait dans le sens d'une participation/colonisation de l'Ukraine... Et que c'est un sujet très sensible.

Or il ne peut y arrangement ONU via des forces d'interposition... Solution qui limiterait l'aspect colonialisant.

Le souci de l'Ukraine c'est qu'en dehors du problème russe elle fait aussi face dans une moindre mesure a d'autre revendications frontalières. Ou plutôt des aspirations populaire locale. Avec la Pologne entre autre. Mais aussi avec la Hongrie. Et maritimement avec la Roumanie.

https://journals.openedition.org/espacepolitique/4411

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, g4lly a dit :

Le souci du piéton imprudent c'est que ça irait dans le sens d'une participation/colonisation de l'Ukraine... Et que c'est un sujet très sensible.

Or il ne peut y arrangement ONU via des forces d'interposition... Solution qui limiterait l'aspect colonialisant.

Le souci de l'Ukraine c'est qu'en dehors du problème russe elle fait aussi face dans une moindre mesure a d'autre revendications frontalières. Ou plutôt des aspirations populaire locale. Avec la Pologne entre autre. Mais aussi avec la Hongrie. Et maritimement avec la Roumanie.

https://journals.openedition.org/espacepolitique/4411

On n'est pas au stade critique de l'opération militaire spéciale ceci dit. Sinon, il faudrait aviser les Roumains que les Hongrois lorgnent toujours sur la Transylvanie, que des mouvements slovaques guigneraient bien le retour du corridor d'Oujgorod et qu'il se trouve bien quelques partisans rattachistes de Trieste à la Slovénie.

Ne dira rien sur les indépendantistes de la Galicie ou les Savoyards irrédentistes

Sinon, je reviens de Belgique et... Est-ce qu'il reste un pont à Nova Khakovka ? J'ai l'impression que ça tape tous les jours.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciders a dit :

On n'est pas au stade critique de l'opération militaire spéciale ceci dit. Sinon, il faudrait aviser les Roumains que les Hongrois lorgnent toujours sur la Transylvanie, que des mouvements slovaques guigneraient bien le retour du corridor d'Oujgorod et qu'il se trouve bien quelques partisans rattachistes de Trieste à la Slovénie.

Ne dira rien sur les indépendantistes de la Galicie ou les Savoyards irrédentistes

Sinon, je reviens de Belgique et... Est-ce qu'il reste un pont à Nova Khakovka ? J'ai l'impression que ça tape tous les jours.

Tu devrais éviter de tourner en dérision des sujets auxquels tu ne connais manifestement rien. 

Ce n'est pas pour rien si dans le projet de loi porte par Zelensky et la Rada il y a l'interdiction de l'apprentissage du Russe (surprenant que notre UE qui défends les régionalisme n'y trouve mot à redire), mais aussi du Polonais et du Roumain. Ce qui avait d'ailleurs genere des protestations officielles de ces deux pays. 

 

De plus le vol de l'oblast de Lviv est accompagné d'une période très sombre de l'histoire de l'Europe et de la Pologne que peu de monde peut oublier

Edited by Coriace
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Une série de twitts de Trent Telenko sur la chaine logistique russe concernant l'approvisionnement en obus

Son interprétation est évidemment à prendre avec des pincettes.

Intro :

"...Cela semble être une preuve vidéo importante de l'effondrement en cours de la logistique des camions tactiques de l'artillerie russe à l'intérieur de l'Ukraine. Ce sont des obus d'artillerie russes de 122 mm qui sont simplement jetés sur le côté d'un véhicule civil dans la terre..."

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, Kelkin a dit :

. La loi n'interdit pas l'enseignement du russe, mais l'enseignement en russe, nuance, et cela à partir du niveau CM2. La maternelle et le primaire (qui s'arrête au niveau CM1 en Ukraine) permettent donc toujours d'enseigner en russe.

Va proposer un truc comme ça aux flamingans de l'ouest de la Belgique... on verra combien de temps elle restera un état uni. :dry:

Édit :  je réalise qu'on est sur le fil des opérations militaires et pas sur celui de la géopolitique... donc HS !

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Kelkin a dit :

4. La loi en l'état actuel n'interdit pas l'enseignement en polonais ou en romain car elle autorise expressement l'enseignement dans n'importe quelle langue officielle de l'Union Européenne, ainsi que dans la langue des Tatars de Crimée. Par contre, effectivement, le russe, le biélorusse, et le yiddish n'ont pas droit à une telle autorisation.

Je ne sais pas de quelle loi tu parles et surtout de la date où elle est rentrée en application.

Car j'ai cet article de Radio Free Europe, daté du 3 janvier 2021, où il est dit explicitement "En Ukraine, à partir du 1er janvier [2021], seul l'ukrainien sera la langue d'enseignement, au détriment de centaines de milliers d'enfants qui parlent roumain, bulgare, hongrois ou polonais à la maison."

Citation

En Ukraine, à partir du 1er janvier, seul l'ukrainien sera la langue d'enseignement, au détriment de centaines de milliers d'enfants qui parlent roumain, bulgare, hongrois ou polonais à la maison.
La nouvelle loi ukrainienne sur l'éducation de 2017 a été une surprise désagréable pour les bailleurs de fonds étrangers de Kiev et a suscité dès le départ des protestations dans les pays voisins, même dans certains, comme la Pologne, qui ont été sans réserve du côté de l'Ukraine et contre la Russie.

L'Ukraine elle-même a fait grand cas de son soutien à la minorité tatare de Crimée, qui est ouvertement persécutée par la Russie. Après l'occupation de la Crimée par la Russie en 2014, Kiev a accordé l'asile à plusieurs dirigeants de la communauté tatare et a autorisé la poursuite des émissions de radio en langue tatare de Crimée depuis son territoire. Toutefois, la nouvelle loi ukrainienne sur l'éducation est discriminatoire et limite la possibilité pour les étudiants des minorités nationales d'étudier dans leur propre langue.

Destinée à limiter l'usage de la langue russe, la loi touche aussi directement d'autres minorités, principalement les Roumains (officiellement appelés "Moldaves") et les Bulgares, mais aussi les Polonais et les Hongrois. Ces derniers ont protesté avec la plus grande véhémence, même s'ils sont beaucoup moins nombreux en Ukraine que les locuteurs roumains ou bulgares.

Déjà à Cernăuți (Tchernivtsi) et à Herța (Herat), le roumain ne peut plus être une langue régionale. L'administration régionale de Tchernivtsi a demandé à Herta, Hliboca et oua Suliță de revenir sur des décisions antérieures qui ont permis au roumain de devenir une langue régionale et d'être utilisé aux côtés de l'ukrainien dans les unités administratives locales. La loi l'autorisant avait été promulguée en 2012 par l'ancien président pro-russe très détesté Viktor Ianoukovitch, chassé par le soulèvement de Maïdan en 2014, et prévoyait la mise en place de l'utilisation officielle des langues régionales dans le travail des autorités publiques locales sur les territoires où vivent plus de 10 % de locuteurs de ces langues.

...

https://moldova.europalibera.org/a/ucraina-limitează-învățământul-în-limbile-minoritare-inclusiv-româna/31031467.html

Et un autre article, dans la presse roumaine :

Adieu, l'enseignement du roumain en Ukraine

Citation

La loi controversée sur la langue d'État de l'Ukraine a été déclarée constitutionnelle par la Cour constitutionnelle de l'Ukraine le 14 juillet 2021. Pour ceux qui ne sont pas conscients de l'importance de cette décision historique pour les Roumains d'Ukraine, mais aussi pour la Roumanie, je voudrais mentionner qu'à travers une série de nouvelles lois adoptées au cours des trois dernières années par l'Ukraine, y compris cette nouvelle loi déclarée constitutionnelle, l'ensemble du système de protection des personnes appartenant à des minorités nationales a été réduit à un programme d'assimilation linguistique approuvé par l'inaction également de la Roumanie.

Dans un précédent matériel ICI nous avons fait une analyse de l'inconstitutionnalité avec la loi fondamentale ukrainienne de certaines dispositions de cette loi adoptée par le parlement ukrainien, ainsi qu'une saisine du ministère des affaires étrangères de Roumanie (la réponse ICI résumant que les autorités roumaines suivent de près la situation et considèrent non affecté le droit à l'éducation en langue roumaine tant qu'elle peut être étudiée comme l'anglais !) concernant les mesures prises par la Roumanie pour assurer le respect des droits des Roumains d'Ukraine à l'identité ethnique, culturelle et linguistique.


La communauté roumaine historique en Ukraine est la troisième plus grande sur la carte ethnolinguistique de l'Ukraine, après ceux qui se déclarent Ukrainiens et Russes ethniques, avec un nombre spéculatif de plus de 500 000 personnes (et qui jusqu'à l'adoption des nouveaux amendements ont pu apprendre dans la langue roumaine de l'Union soviétique). Nous ne disposons pas de données exactes sur le nombre de Roumains de souche (ou d'enfants roumains de souche qui ont été réaffectés dans des écoles où l'enseignement est exclusivement dispensé en ukrainien), car cela n'a jamais été considéré comme une priorité pour le ministère roumain des Affaires étrangères (ce dont nous sommes sûrs, sans avoir besoin d'un chiffre exact de la part du ministère des Affaires étrangères, c'est que les Roumains d'Ukraine peuvent dire adieu à l'enseignement en roumain qu'ils avaient jusqu'aux amendements de 2019 aux lois, adoptés en violation de la Constitution ukrainienne et du Traité fondamental entre la Roumanie et l'Ukraine et d'autres normes internationales applicables dans le domaine des minorités nationales). 

...

https://www.hotnews.ro/stiri-opinii-24965122-adio-educatie-limba-romana-ucraina.htm

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Métal_Hurlant a dit :

Une série de twitts de Trent Telenko sur la chaine logistique russe concernant l'approvisionnement en obus

Son interprétation est évidemment à prendre avec des pincettes.

Intro :

"...Cela semble être une preuve vidéo importante de l'effondrement en cours de la logistique des camions tactiques de l'artillerie russe à l'intérieur de l'Ukraine. Ce sont des obus d'artillerie russes de 122 mm qui sont simplement jetés sur le côté d'un véhicule civil dans la terre..."

 

 

En dehors du fait qu'un véhicule s'est débarassé de sa cargaison d'obus de 122 pour une raison dont on ne connait rien ce que je constate c'est qu'il n' a aucune caisse.

Il y a 2 heures, Kelkin a dit :

La loi de 2017 dont on a déjà parlé ? Fèque niouze.

1. La Commission de Venise a émis un avis. https://www.venice.coe.int/webforms/documents/?pdf=CDL-AD(2019)032-f

  Révéler le contenu masqué

Pour mieux encore mettre la législation ukrainienne en conformité avec les normes internationales en matière de droits de l’homme et les engagements pris par le pays en droit international des droits de l’homme, la Commission de Venise formule en particulier les recommandations suivantes :
• préparer sans retard indu la loi sur les minorités et envisager de reporter jusqu’à son adoption l’application des dispositions déjà en vigueur de la loi sur la langue officielle ;
• réviser la loi sur la langue officielle pour garantir, à la lumière des recommandations spécifiques formulées dans le présent avis, sa compatibilité avec les engagements internationaux de l’Ukraine, notamment ceux qui découlent de la Convention-cadre, de la Charte des langues, de la CEDH et de son protocole no12 ; au cours du processus législatif, le législateur devrait consulter toutes les  parties concernées, en particulier les représentants des minorités nationales et des peuples autochtones qui sont et seront directement affectés par la mise en œuvre de ces deux textes ;
• abroger les dispositions de la loi prévoyant un traitement différencié des langues des peuples autochtones, des langues de minorités nationales appartenant aux langues officielles de l’UE et des langues de minorités nationales qui ne font pas partie des langues officielles de l’UE dans la mesure où les distinctions opérées entre ces langues n’ont pas de justification objective et raisonnable (voir paragraphes 39 à 44, 69 à 82, 87, 89, 93, 94, 99 à 102, 110 et 111) ;
• envisager d’abroger le dispositif de plainte et de répression prévu dans la loi, ou du moins de le limiter strictement à la sphère publique et aux cas extrêmes ; s’il faut absolument conserver ce dispositif, ses dispositions relatives aux sanctions ne devraient pas être appliquées jusqu’à l’adoption de la loi sur les minorités et la révision de la loi sur la langue officielle ;
• envisager de supprimer l’article 1.6 sur la répression pénale de la distorsion délibérée de la langue ukrainienne dans des documents et textes officiels ;
• préserver en parallèle les droits des minorités linguistiques pour contrebalancer équitablement la consolidation du statut et de l’emploi de la langue officielle par la protection des langues minoritaires, et charger le Commissaire à la protection de la langue officielle, ou un autre organisme dûment constitué, de contrôler le respect des dispositions juridiques sur l’emploi des langues des minorités et peuples autochtones.

2. Certes, c'est une émanation du Conseil de l'Europe plutôt que de l'Union Européenne, mais il s'agit là d'un partage des tâches entre les deux. Le point de vue de l'Union Européenne est que l'Ukraine doit suivre les recommendations de la Commission de Venise. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/qanda_22_3802

  Révéler le contenu masqué

achever la réforme, en cours de préparation, du cadre juridique applicable aux minorités nationales, comme le recommande la Commission de Venise, et adopter des mécanismes de mise en œuvre immédiats et efficaces.

3. La loi n'interdit pas l'enseignement du russe, mais l'enseignement en russe, nuance, et cela à partir du niveau CM2. La maternelle et le primaire (qui s'arrête au niveau CM1 en Ukraine) permettent donc toujours d'enseigner en russe.

4. La loi en l'état actuel n'interdit pas l'enseignement en polonais ou en romain car elle autorise expressement l'enseignement dans n'importe quelle langue officielle de l'Union Européenne, ainsi que dans la langue des Tatars de Crimée. Par contre, effectivement, le russe, le biélorusse, et le yiddish n'ont pas droit à une telle autorisation.

ou 

 

il y a 3 minutes, Zalmox a dit :

Je ne sais pas de quelle loi tu parles et surtout de la date où elle est rentrée en application.

Car j'ai cet article de Radio Free Europe, daté du 3 janvier 2021, où il est dit explicitement "En Ukraine, à partir du 1er janvier [2021], seul l'ukrainien sera la langue d'enseignement, au détriment de centaines de milliers d'enfants qui parlent roumain, bulgare, hongrois ou polonais à la maison."

https://moldova.europalibera.org/a/ucraina-limitează-învățământul-în-limbile-minoritare-inclusiv-româna/31031467.html

Et un autre article, dans la presse roumaine :

Adieu, l'enseignement du roumain en Ukraine

https://www.hotnews.ro/stiri-opinii-24965122-adio-educatie-limba-romana-ucraina.htm

Qui est fake ??

Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/08/27/guerre-en-ukraine-en-direct-des-pastilles-d-iode-distribuees-preventivement-aux-habitants-vivant-autour-de-la-centrale-de-zaporijia_6139175_3210.html

Le Royaume-Uni donne des drones sous-marins à l’Ukraine

Le gouvernement britannique a annoncé, samedi, qu’il donnait six drones sous-marins à l’Ukraine pour l’aider à déminer ses côtes. « Trois d’entre eux seront fournis à partir de stocks britanniques, et trois autres seront achetés auprès de l’industrie », précise le gouvernement.

Ces drones « fonctionnent efficacement à des profondeurs allant jusqu’à 100 mètre pour détecter, localiser et identifier les mines à l’aide d’un ensemble de capteurs afin que la marine ukrainienne puisse les détruire », peut-on lire sur le site du gouvernement britannique, qui promet de former des dizaines de soldats de la marine ukrainienne à les utiliser. Le Royaume-Uni dirige déjà un programme international visant à former « jusqu’à 10 000 recrues volontaires ukrainiennes aux compétences militaires de base ».

 

Kiev et Moscou s’accusent à nouveau mutuellement de bombarder la centrale nucléaire

Alors qu’Energoatom assure que les dommages causés à la centrale de Zaporijia sont la conséquence de bombardements russes, Moscou renvoie l’accusation à Kiev. Dans un communiqué, le ministère de la défense russe a assuré que l’artillerie ukrainienne avait tiré dix-sept obus sur l’enceinte de la centrale ces vingt-quatre dernières heures.

« Quatre [obus] sont tombés sur le toit du bâtiment spécial n° 1, où se trouvent 168 assemblages de combustible nucléaire américain de la firme WestingHouse », a-t-il précisé, ajoutant que les obus restants s’étaient écrasés à 30 mètres d’un dépôt de combustible usagé et près d’un autre contenant du « combustible frais ». Selon l’armée russe, l’armée ukrainienne procède à ces tirs depuis les alentours de la ville de Marhanets, qui fait face à la centrale, sur la rive opposée du fleuve Dniepr toujours contrôlée par Kiev.

Selon le gouverneur de l’oblast de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznitchenko, les Russes ont, à l’inverse, envoyé depuis la centrale de Zaporijia des missiles Grad et des obus d’artillerie sur les villes de Nikopol et Marhanets, situées en face de la centrale, sur l’autre rive du Dniepr.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Stratégie d'attaques selon un média russe: matraquage d'artillerie, déluge de tracts incitant à se rendre, identification des points de résistance résiduels et re -matraquage , à répéter si nécessaire. C'est bien le rouleau compresseur qui avance lentement, voir très lentement mais qui bouge . Ca me rappelle la phrase de Louis XVIII à propose du duc d'Orléans: "il ne se remue pas et cependant, je m’aperçois qu’il chemine."

Les tactiques utilisées sont simples et efficaces. Cela consiste dans le fait qu'au début, pendant deux à trois heures, l'artillerie travaille continuellement sur les positions ennemies, ne permettant pas, comme on dit, de lever la tête. Ensuite, au lieu d'obus réels, des obus de campagne sont envoyés aux positions des Forces armées ukrainiennes. Ils contiennent des tracts pour ceux qui, après une exposition prolongée au feu de notre part, sont arrivés à la conclusion logique de la futilité de leur "assis" dans les tranchées et les abris et ont décidé de se rendre. Les dépliants contiennent des descriptions détaillées de la façon dont cela peut être fait.

Après un certain temps, l'aviation, y compris les avions sans pilote, entre en jeu. Les drones révèlent les centres d'activité ukrainiens après la préparation de l'artillerie. L'aviation d'assaut et de l'armée s'appuie tout d'abord sur l'équipement militaire identifié des forces armées ukrainiennes et les points de tir fortifiés. Ensuite - une autre "série" d'artillerie, qui dure jusqu'à 3 heures.

De plus - le processus est répété et peut se poursuivre pendant des jours. Dans de telles conditions, les troupes ukrainiennes subissent de lourdes pertes, un grand pourcentage des militants qui sont "sur la ligne de front" reçoivent un choc d'obus et perdent l'opportunité d'une résistance à part entière.

https://topwar.ru/200898-artillerija-aviacija-snova-artillerija-vs-rf-i-nm-dnr-ispolzujut-prostuju-i-jeffektivnuju-taktiku-v-hode-shturmovyh-dejstvij-v-avdeevke-i-marinke.html?yrwinfo=1661621740360146-14918213569277016098-vla1-4612-vla-l7-balancer-8080-BAL-4431

  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Selon mediazona (https://zona.media/article/2022/08/26/svodka-184)

- À Berdiansk, une explosion a tué un chef adjoint de la police de la circulation collaborant avec l'administration russe.

- Après les explosions en Crimée, la Russie a commencé à retirer ses avions de combat de la péninsule. cette info vient en fait d'un journal Allemand Business insider (https://www.businessinsider.de/politik/welt/explosionen-auf-der-krim-russland-zieht-laut-nato-geheimbericht-kampfflieger-aus-der-ukraine-ab/)dont l'article est masqué mais qui révelerait certains détails d'un rapport de l'OTAN du 22 AOut. 10 avions de combat auraient été déplacés. Il en resterait 32 à l'aérodrome de Belbek près de Sébastopol.

Une série de twitts sur le 3eme corps d'armée que la russie a réussi à lever, fondé sur des volontaires régionaux. Pas mal équipés en tanks (T90) . Semble-t-il a vocation offensive. A voir :

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Bocket a dit :

Stratégie d'attaques selon un média russe: matraquage d'artillerie, déluge de tracts incitant à se rendre, identification des points de résistance résiduels et re -matraquage , à répéter si nécessaire. C'est bien le rouleau compresseur qui avance lentement, voir très lentement mais qui bouge . Ca me rappelle la phrase de Louis XVIII à propose du duc d'Orléans: "il ne se remue pas et cependant, je m’aperçois qu’il chemine."

Les tactiques utilisées sont simples et efficaces. Cela consiste dans le fait qu'au début, pendant deux à trois heures, l'artillerie travaille continuellement sur les positions ennemies, ne permettant pas, comme on dit, de lever la tête. Ensuite, au lieu d'obus réels, des obus de campagne sont envoyés aux positions des Forces armées ukrainiennes. Ils contiennent des tracts pour ceux qui, après une exposition prolongée au feu de notre part, sont arrivés à la conclusion logique de la futilité de leur "assis" dans les tranchées et les abris et ont décidé de se rendre. Les dépliants contiennent des descriptions détaillées de la façon dont cela peut être fait.

Après un certain temps, l'aviation, y compris les avions sans pilote, entre en jeu. Les drones révèlent les centres d'activité ukrainiens après la préparation de l'artillerie. L'aviation d'assaut et de l'armée s'appuie tout d'abord sur l'équipement militaire identifié des forces armées ukrainiennes et les points de tir fortifiés. Ensuite - une autre "série" d'artillerie, qui dure jusqu'à 3 heures.

De plus - le processus est répété et peut se poursuivre pendant des jours. Dans de telles conditions, les troupes ukrainiennes subissent de lourdes pertes, un grand pourcentage des militants qui sont "sur la ligne de front" reçoivent un choc d'obus et perdent l'opportunité d'une résistance à part entière.

https://topwar.ru/200898-artillerija-aviacija-snova-artillerija-vs-rf-i-nm-dnr-ispolzujut-prostuju-i-jeffektivnuju-taktiku-v-hode-shturmovyh-dejstvij-v-avdeevke-i-marinke.html?yrwinfo=1661621740360146-14918213569277016098-vla1-4612-vla-l7-balancer-8080-BAL-4431

Contre des fortifications bien assemblées je ne suis pas certains que ça soit si pertinent. 

Les Russes perdent de l'argent (même si ces obus ont été fabriqués il y a longtemps) et du temps. Temps que les Ukrainiens utilisent pour former de nouvelles troupes et se reequiper avec un armement plus pertinent. 

 

Tout est question ensuite de prix à payer. Plus on avance dans le conflit et plus les deux belligérants auront trop investis pour se contenter d'un compromis... Et seuls les pays externes pourront pousser à la fin des hostilités. A voir qui entre le duo Inde Chine et le des pays d'Europe de l'ouest aura le plus d'influence sur,  respectivement, la Russie et l'Ukraine. 

J'espère cependant que dans tous les cas on saura accompagner les gars qui auront subit ça car je ne suis pas sur que la ressource pour s'en remettre psychologiquement soit si évidente.

Et je pense qu'on devrait tous remercier le seigneur, ou notre chance pour n'être pas ceux qui se font bombarder dans une tranchée. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

14 minutes ago, Coriace said:

Contre des fortifications bien assemblées je ne suis pas certains que ça soit si pertinent.

C'est ça ou du travail de sape comme en Syrie ... et à priori les russes ne souhaitent pas en passer par là, probablement trop risqué et consommateur de personnel, d'autant qu'en dehors d'une ville c'est moyennement discret.

Contre des fortifications en terre l'artillerie ça fonctionne il suffit d’être assez proche pour être assez précis.

Contre les bunker de surfaces plus solide et autre maison fortifié, les russes utilisent assez massivement leur ATGM thermobarique.

Le petit souci contrairement à la Syrie ou à un siège c'est que les lignes ukrainiennes restent assez élastiques ...  de sortes qu'un travail de sape pourrait être coûteux et n’aboutir à rien puisque la position pourrait être abandonné avant même que les sapeurs n'arrivent à proximité.

Pendant la guerre froide la tactique contre des position fortifié c'est l'arrosage à coup de bomblets pour saloper le terrain et interdire l'infanterie de bouger ... puis artillerie couvrant un assaut mécanisé pour clouer l'infanterie résiduelle fixée.

Le gros souci dans la tactique russe c'est la difficulté à concrétiser leur domination par le feu. Malgré l'attrition dans les rang ukrainiens, ils n'engagent que très timidement de moyen d'assaut mécanisé pour prendre les positions, largement bombardées. Et préfère attendre que l'ennemi recul "de lui même" sous la pression, quand la position devient indéfendable suite à la manoeuvre. Évidement ça prendre beaucoup de temps.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • Rob1 locked this topic
  • Rob1 unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,943
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...