Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a une heure, tepp17 a dit :

Sinon, avez vous vu cela ? Le Kyiv Independent évoque maintenant une évacuation des officiers de l’armée russe sur toute la crimée... 

Oui, çà ce serait quand même extrêmement surprenant ... Çà parait assez incongru. En attente de confirmation, si avéré ou pas. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

48 minutes ago, Mangouste said:

Lorsque je l'espère ce conflit s'arrêtera, ce sera une sacré manip entre pièges, explo et épaves.

Je ne sais pas si c'est ici que je l'avais suggéré mais je pense que lorsque ce sera fini, on pourrait envisager une mission internationale (OTAN, UE ou ONU) pour déminer tout le territoire. Le génie UA s'est déjà mis au boulot dans les zones de Kyiv, Chernihiv et Sumy mais je ne sais pas à quel point ils ont déminé en dehors des villes et villages. Une partie navale sera probablement aussi nécessaire.

Une autre mission civile/militaire devrait aussi au plus vite remettre les infrastructures essentielles en état (transport, eau, électricité) pour permettre la reconstruction et la reprise économique du pays.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Clemor a dit :

Quid des munitions et autres pièces de rechanges pour ces matériels...

A la limite les canon des Auf-1 et encore. Cela doit déjà être un casse tête logistique, alors avec des machines que seul la France avait en dotation.... 

Je pense que les Ukrainiens s'en foutent un peu, tout matériel donné ou vendu si peu cher est bon à prendre. 

Pour caricaturer, si ça permet d'emporter un effet stratégique comme cela semble avoir été le cas pour l'offensive de Kharkiv, les Ukrainiens prendraient des fusils à 1 coup si c'était susceptible de faire la différence. 

Les histoires de maintenance et de rechange, c'est bon pour les temps de paix. 

Il y a 2 heures, Ciders a dit :

Ils n'étaient pas contre le conflit au départ ?

Tu crois qu'il y a une formation politique ayant pignon sur rue en Russie qui a une position sincère ?

S'ils étaient contre, c'est qu'ils jouaient les idiot utiles du système politique prétendument électif. 

Il y a 2 heures, funcky billy II a dit :

Un nouveau fil twitter très intéressant de Stanimir Dobrev pour expliquer les malheurs actuels de l'armée russe. 

Il avait déjà fait un fil passionnant au tout début de la guerre (le 26 février) où il expliquait une partie des maux dont souffrait l'armée russe, en particulier la corruption endémique, et indiquait que l'attaque éclair n'était en fait qu'un gigantesque foutoir à peine organisé.

Je m'en étais d'ailleurs fait écho ici même parce que c'était un des seuls, à l'époque, à aller à contre courant de tous ceux (et Dieu sait qu'ils étaient nombreux) qui saturaient l'espace médiatique en nous expliquant que l'armée russe était un rouleau compresseur qui avait fusionné avec un guépard:

Et le fait est que l'avenir lui a donné raison. Mais bref, il a fait un nouveau fil explicatif: 

Pour lui, un des problèmes russes, c'est que le pouvoir civil s'est montré incapable d'appréhender les capacités réelles dont disposait l'armée russe eu égard au budget qui lui était alloué. 

Déjà, il pense que l'armée ne s'est pas désintéressée de l'entrainement de ses troupes parce qu'elle avait mieux à faire ou parce qu'elle pense que ça n'a pas d'importance. C'est juste qu'elle n'en avait plus les moyens.  

En effet, en Russie, il n'y a pas de budget spécial pour les OPEX (ou les opérations militaires spéciales). Typiquement, l'intervention en soutien aux républiques populaires du Donbass en 2014 ou celle en Syrie plus récemment ont été financées grâce au budget courant du ministère de la défense russe (déploiement, bonus financiers aux militaires impliqués...). À cela s'ajoute les milices des républiques populaires qu'il a fallu organiser et équiper en vidant les stocks de l'armée. En dépit de la multiplication de ces ponctions entre 2013 et 2016, le budget de la défense russe n'a pas été augmenté.  

Du coup, plus d'argent, donc le ministère décide qu'on arrête de s'entraîner. Parce que l'entraînement coûte cher: l'auteur estime que, tout compris, un an d'entraînement sur un char revient à peu près à son prix d'achat. 

On glisse en passant que, selon l'auteur, les missiles hyper sophistiqués tirés pour l'esbroufe en Syrie, n'ont pas été remplacés nombre pour nombre depuis (ou, plus exactement, il n'est pas prévu d'en racheter plus que prévu à la base pour ce faire), de même que les munitions utilisées dans le Donbass depuis 2014. Bref, le stock de munitions russe a baissé depuis 10 ans. 

À cela s'ajoute que le salaire de base des militaires russe s'est effondré (rappelez-vous, il n'y a plus une thune). Entre 2013 et 2022, le pouvoir d'achat des hommes du rang russes a été divisé par deux. Autant dire que c'est devenu compliqué d'attirer des recrues de qualité donc la qualité de la troupe en a beaucoup souffert. Les hommes qui ont le choix d'aller ailleurs ne renouvellent pas leur contrat. 

Comme si ça ne suffisait pas, d'autres branches de l'armée russe proposent des conditions financières bien plus avantageuses. Typiquement, il est financièrement bien plus intéressant de s'engager dans la Rosvgardia que dans l'armée de terre. Et, si la Rosvgardia peut venir en appoint à l'armée de terre, elle ne peut prétendre la remplacer dans son coeur de métier. 

Si ces problèmes ont touché principalement l'armée de terre qui est, et de loin, la dernière des priorités du ministère de la défense russe (en termes de pièces détachées, d'équipements ou d'avantages financiers), il ne faut pas pour autant en déduire que les VDV et l'infanterie navale ont été épargnées. Pour elles aussi, la qualité de l'entraînement à souffert. 

Mais la conclusion est simple, chaque fois que l'armée russe entreprend une opération extérieure, cela diminue mécaniquement le budget qu'elle peut consacrer à l'entraînement et à l'achat de nouveaux matériels. Donc elle reste avec du matos ancien sur lequel ses soldats ne peuvent pas s'entrainer assez (voire pas du tout). 

Évidemment, l'armée s'en est ouverte au pouvoir politique mais celui-ci a fait la sourde oreille. L'argent demandé n'était de toute façon pas disponible et, de loin, on avait l'impression que les interventions russes dans le Donbass ou en Syrie ne se passaient pas trop mal. Le Kremlin en a donc déduit qu'il ne s'agissait que d'un manœuvre politique de la part du ministère pour augmenter sa part du gâteau budgétaire, un réflexe classique pour tout bureaucratie. 

Et tout ça contribue en partie à expliquer ce que nous constatons aujourd'hui en Ukraine. 

 

Merci pour le fil et pour la synthèse, très intéressant, ça regroupe d'autres témoignages, notamment Pavel Filatiev qui était VDV, et qui témoignait de la pauvreté et de l'absurdité des entrainements et de l'équipement misérable. Je me permets de compléter ce témoignage car pas sûr que tout le monde ait saisi la référence très Russosphère de ce passage

Citation

À cela s'ajoute que le salaire de base des militaires russe s'est effondré (rappelez-vous, il n'y a plus une thune).

Il s'agit d'une déclaration de Medvedev restée célèbre, alors qu'il était en visite en Crimée annexée en 2016 et qu'il était pris à parti par des retraités, pris à la gorge suite à la non réévaluation de leur pension comme cela leur avait été visiblement promis. C'est donc un personnage politique Russe, au cœur du système des oligarques et de la corruption, qui répondit qu'il n'y avait plus d'argent dans les caisses. Le genre de déclaration sincère et spontanée qui produit surement encore ses effets aujourd'hui...

 

Edited by olivier lsb
orthographe
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

14 légionnaires Ukrainiens ont été autorisés à partir pour l'Ukraine depuis le début du conflit. La aussi, même si çà désorganiserait un peu la légion (encore que.... c'est l'un des meilleurs taux de sélectivité de l'armée me semble-t-il), ce pourrait être une source d'appui militaire. Après, peut être que les vrais chiffres sont tout autre. 

 

Images d'une embuscade Ukr. Le positionnement tactique n'est absolument pas mon domaine, mais la progression a l'air pro et maitrisée. 

 

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Fanch a dit :

C'est quoi le concept de "ont déserté avec l'accord des autorités militaires françaises" ? 

Le droit de rejoindre leurs familles en Ukraine, après...ils font ce qu'ils veulent, ils pourront dire qu'ils étaient retenus à la frontière.

Mais d'une manière générale, ce conflit (une fois terminé) risque d'amener beaucoup d'ukrainiens dans la légion et ce seront peut-être eux qui auront de quoi transmettre une certaine expérience.

Edited by Amnésia
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, olivier lsb a dit :

14 légionnaires Ukrainiens ont été autorisés à partir pour l'Ukraine depuis le début du conflit. La aussi, même si çà désorganiserait un peu la légion (encore que.... c'est l'un des meilleurs taux de sélectivité de l'armée me semble-t-il), ce pourrait être une source d'appui militaire. Après, peut être que les vrais chiffres sont tout autre. 

 

Images d'une embuscade Ukr. Le positionnement tactique n'est absolument pas mon domaine, mais la progression a l'air pro et maitrisée. 

 

Je ne sais pas si c'est une embuscade ou plutôt un coup d'opportunité. Ce n'est tout de même pas très orthodoxe mais le résultat semble là,  bien avantagé par la faiblesse d'un objectif isolé.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Gran Capitan a dit :

Il y a eu des retours négatifs sur les bandes jaunes d'identifications du début de conflit ? C'est passé a du bleu ?

Faut que ça change régulièrement, pour éviter les infiltrations ennemies ou les ruses de la sorte. 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Mangouste a dit :

Pourquoi ? Tu retires bien de ton unité ton  AMX 10  ancien lorsque tu reçois son remplaçant .

A tous les coups on avait prévu de cannibaliser ceux qui devaient sortir du service pour maintenir ceux qui restent. Donc ça entrainerait un impact sur la dispo.

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Gran Capitan a dit :

Il y a eu des retours négatifs sur les bandes jaunes d'identifications du début de conflit ? C'est passé a du bleu ?

Les stocks de ducktape jaune ont été épuisés par le nombre de prisonniers russes dont il fallait bander les mains et les yeux ...

Clairon

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, hadriel a dit :

A tous les coups on avait prévu de cannibaliser ceux qui devaient sortir du service pour maintenir ceux qui restent. Donc ça entrainerait un impact sur la dispo.

Aujourd'hui il y a 2 Ebrc au Rec. 18 dédiés à la formation à canjuers. 18 encore à livrer en 2022. Donc  on  libère  uniquement 20 rcr cette année pour un objectif proposé d'en fournir 50/60. Donc pour moi c'est également capacitaire et pas seulement la dispo.

il y a 8 minutes, Clairon a dit :

Les stocks de ducktape jaune ont été épuisés par le nombre de prisonniers russes dont il fallait bander les mains et les yeux ...

Clairon

A ce sujet, il y a des infos fiables sur le volume de pertes.

Edited by Mangouste
Orthographe
Link to comment
Share on other sites

Un article intéressant du New York times : comment les US et les brits ont aidé l'Ukraine à bâtir la contre offensive de Kharkiv, notamment via des war games.

https://www.nytimes.com/2022/09/13/us/politics/ukraine-russia-pentagon.html

Citation

Le moment critique derrière l'avancée rapide de l'Ukraine

 

ParJulian E. Barnes , Eric SchmittetHélène Cooper

WASHINGTON – La stratégie derrière les gains militaires rapides de l'Ukraine ces derniers jours a commencé à prendre forme il y a des mois lors d'une série de conversations intenses entre des responsables ukrainiens et américains sur la voie à suivre dans la guerre contre la Russie, selon des responsables américains.

La contre-offensive – révisée cet été à partir de sa forme originale après des discussions urgentes entre de hauts responsables américains et ukrainiens – a réussi au-delà de la plupart des prévisions. Les forces ukrainiennes ont dévasté le commandement et le contrôle russes et semblent prêtes à capitaliser sur leurs avancées dans le nord-est du pays et dans une autre campagne dans le sud.

Le travail a commencé peu de temps après que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit à ses généraux qu'il voulait faire un geste dramatique pour démontrer que son pays pouvait repousser l'invasion russe. Sous ses ordres, l'armée ukrainienne a conçu un plan pour lancer un large assaut à travers le sud pour récupérer Kherson et couper Mariupol de la force russe à l'est.

Les généraux ukrainiens et les responsables américains pensaient qu'une attaque d'une telle envergure entraînerait d'immenses pertes et ne parviendrait pas à reprendre rapidement de grandes quantités de territoire. Les Ukrainiens subissaient déjà des centaines de victimes par jour dans ce qui était devenu un conflit acharné. Les forces russes subissaient des pertes similaires mais continuaient d'avancer, dévastant les villes ukrainiennes de la région orientale du Donbass.

Longtemps réticents à partager les détails de leurs plans, les commandants ukrainiens ont commencé à s'ouvrir davantage aux responsables du renseignement américains et britanniques et à demander conseil.

Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale, et Andriy Yermak, l'un des principaux conseillers de M. Zelensky, ont parlé à plusieurs reprises de la planification de la contre-offensive, selon un haut responsable de l'administration. Le général Mark A. Milley, président des chefs d'état-major interarmées, et les hauts responsables militaires ukrainiens ont régulièrement discuté du renseignement et du soutien militaire.

Et à Kiev, les responsables militaires ukrainiens et britanniques ont continué à travailler ensemble tandis que le nouvel attaché de défense américain, Brig. Le général Garrick Harmon a commencé à avoir des séances quotidiennes avec les meilleurs officiers ukrainiens.

Le temps presse, pensaient les responsables américains et ukrainiens. Pour monter une contre-attaque efficace, les Ukrainiens devaient se déplacer avant la première neige, lorsque le président russe Vladimir V. Poutine pourrait utiliser son contrôle des approvisionnements en gaz pour faire pression sur l'Europe.

Ce récit de la préparation de la contre-offensive est basé sur des entretiens avec plusieurs hauts responsables américains et d'autres informés des discussions confidentielles entre Washington et Kyiv qui ont aidé les commandants ukrainiens à façonner la bataille. Beaucoup ont parlé sous couvert d'anonymat en raison de la nature secrète des pourparlers.

Les responsables américains hésitaient à juger de l'impact total de la contre-offensive, anxieux de voir comment elle se poursuivrait. Pour l'instant, Kyiv a l'avantage.

 

Comment la stratégie s'est formée : Le plan qui a permis les gains récents de l'Ukraine a commencé à prendre forme il y a des mois  au cours d'une série de conversations intenses entre des responsables ukrainiens et américains.

Les luttes de Poutine à l'intérieur : Les revers de la Russie en Ukraine ont affaibli l'image du président Vladimir V. Poutine , ses détracteurs se sont enhardis  et ses partisans cherchent quelqu'un d'autre à blâmer.

Contre-offensive du sud : Les opérations militaires dans le sud ont été une bataille laborieuse de traversées de rivières, avec des ponts flottants comme cibles principales pour les deux camps. Jusqu'ici, c'est l'Ukraine qui a avancé .

Un moment critique cet été est survenu lors d'un jeu de guerre avec des responsables américains et ukrainiens visant à tester le succès d'une large offensive dans le sud. L'exercice, rapporté plus tôt par CNN , suggérait qu'une telle offensive échouerait. Armés du scepticisme américain, les responsables militaires ukrainiens se sont retournés vers M. Zelensky.

"Nous avons fait de la modélisation et des exercices sur table", a déclaré Colin Kahl, le chef de la politique du Pentagone, lors d'un entretien téléphonique. "Cet ensemble d'exercices suggérait que certaines pistes de contre-offensive étaient susceptibles de réussir plus que d'autres. Nous avons fourni ce conseil, puis les Ukrainiens l'ont intériorisé et ont pris leur propre décision.

Les enjeux étaient énormes. L'Ukraine devait démontrer que cela n'allait pas devenir juste un autre conflit gelé, et qu'elle pouvait reprendre du territoire, pour le moral de son peuple et pour renforcer le soutien de l'Occident.

Tout au long du mois d'août, à la demande des Ukrainiens, les responsables américains ont intensifié les flux de renseignements sur la position des forces russes, soulignant les faiblesses des lignes russes. Les services de renseignement ont également indiqué que Moscou aurait du mal à renforcer rapidement ses troupes dans le nord-est de l'Ukraine ou à déplacer des troupes du sud, même s'il détectait les préparatifs ukrainiens pour la contre-offensive.

"Nous avons vu le fait que les Russes ont en fait déplacé une grande partie de leurs meilleures forces vers le sud en préparation de l'autre contre-offensive lancée par les Ukrainiens", a déclaré M. Kahl. "Nous avions donc des raisons de croire qu'en raison des problèmes de moral persistants et de la pression des Ukrainiens, il pourrait y avoir des poches de l'armée russe un peu plus fragiles qu'elles ne le paraissent sur le papier."

Au lieu d'une grande offensive, l'armée ukrainienne en a proposé deux. L'un, à Kherson, prendrait très probablement des jours ou des semaines avant des résultats spectaculaires en raison de la concentration des troupes russes. L'autre était prévue près de Kharkiv.

Ensemble, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'Ukraine ont procédé à une évaluation du nouveau plan, essayant une fois de plus de le jouer à la guerre. Cette fois, les responsables des trois pays ont convenu que cela fonctionnerait – et donnerait à M. Zelensky ce qu'il voulait : une grande et nette victoire.

Ce que nous considérons avant d'utiliser des sources anonymes.  Les sources connaissent-elles l'information ? Quelle est leur motivation pour nous dire? Ont-ils fait leurs preuves par le passé ? Pouvons-nous corroborer les informations ? Même avec ces questions satisfaites, le Times utilise des sources anonymes en dernier recours. Le journaliste et au moins un éditeur connaissent l'identité de la source.

En savoir plus sur notre processus.

Mais le plan, selon un officier de l'état-major à Kyiv, dépendait entièrement de la taille et du rythme de l'aide militaire supplémentaire des États-Unis.

L'Ukraine, une ancienne république soviétique qui avait utilisé des armes soviétiques plus anciennes, a épuisé la plupart de ses propres munitions. Apprendre à utiliser de nouveaux systèmes d'armes au milieu de la guerre est difficile. Mais jusqu'à présent, cette décision risquée s'est avérée fructueuse. Plus de 800 000 obus d'artillerie de 155 millimètres, par exemple, ont été envoyés à Kyiv, contribuant à alimenter ses offensives actuelles. Les États-Unis à eux seuls ont engagé plus de 14,5 milliards de dollars d'aide militaire depuis le début de la guerre en février.

Avant la contre-offensive, les forces armées ukrainiennes ont envoyé aux États-Unis une liste détaillée des armes dont ils avaient besoin pour faire aboutir le plan, selon l'officier ukrainien.

Des armes spécifiques, comme le High Mobility Artillery Rocket System, ou HIMARS, ont un effet démesuré sur le champ de bataille. Les roquettes guidées par satellite tirées par ces lanceurs, appelées GMLRS, contiennent chacune une ogive avec 200 livres d'explosifs et ont été utilisées ces dernières semaines par les forces ukrainiennes pour détruire plus de 400 dépôts d'armes, postes de commandement et autres cibles russes, ont déclaré des responsables américains. a dit.

Plus récemment , les forces ukrainiennes ont placé des missiles à lancement aérien HARM fournis par les États-Unis sur des avions de chasse MiG-29 de conception soviétique, ce qu'aucune armée de l'air n'avait jamais fait. Les missiles ont été particulièrement efficaces pour détruire les radars russes.

"Nous constatons des gains réels et mesurables de l'Ukraine dans l'utilisation de ces systèmes", a déclaré le général Milley la semaine dernière en Allemagne lors d'une réunion de 50 pays qui aident l'Ukraine avec une aide militaire et humanitaire. "Ils ont de grandes difficultés à réapprovisionner leurs forces et à remplacer leurs pertes au combat."

Des responsables ukrainiens et américains ont déclaré que les annonces désormais hebdomadaires ou bihebdomadaires du Pentagone concernant de nouvelles livraisons d'armes et de munitions provenant des stocks américains ont donné aux commandants supérieurs de Kyiv la confiance nécessaire pour planifier des offensives simultanées complexes.

"L'importance du soutien militaire occidental ne réside pas seulement dans des systèmes d'armes spécifiques, mais dans l'assurance et la confiance que les Ukrainiens peuvent utiliser dans leur planification future", a déclaré Jack Watling, chercheur principal au Royal United Services Institute de Londres, qui récemment rentré d'Ukraine.

Alors que les soldats ukrainiens se déplaçaient dans les régions du nord-est au cours du week-end, les forces russes se sont effondrées. Dans certains endroits autour de Kharkiv, les troupes russes se sont éloignées de la bataille, laissant derrière elles du matériel et des munitions, selon des responsables américains de la défense.

L'attaque de Kherson n'a jamais été une feinte ou une diversion, selon des personnes informées du plan. Et il a réussi à forcer Moscou à retarder les votes fictifs sur la volonté de certaines parties de la région de Kherson de rejoindre la Russie. Mais, comme prévu, la contre-offensive avance plus lentement étant donné le nombre beaucoup plus élevé de forces russes là-bas par rapport à Kharkiv.

Finalement, les responsables ukrainiens pensent que leur succès à long terme nécessite des progrès sur les objectifs initiaux de la stratégie abandonnée, notamment la reprise de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia , la coupure des forces russes à Marioupol et le refoulement des forces russes à Kherson de l'autre côté du fleuve Dnipro, des responsables américains. a dit.

La Russie est affaiblie. En ne détectant pas le renforcement de l'Ukraine autour de Kharkiv, l'armée russe a fait preuve d'incompétence et montré qu'elle manquait de renseignements solides. Son commandement et son contrôle ont été décimés et il a du mal à approvisionner ses troupes, donnant à l'Ukraine une ouverture dans les semaines à venir, ont déclaré des responsables américains.

Alors que l'Ukraine pourrait avoir la possibilité de reprendre plus de territoire à l'est, les responsables américains et ukrainiens affirment que le sud est le théâtre le plus important de la guerre.

"Kherson et Zaporizhzhia sont probablement des objectifs potentiels", a déclaré Michael Kofman, directeur des études sur la Russie au CNA, un institut de recherche sur la défense. "Nous pourrions voir d'autres opérations de l'armée ukrainienne pour y réaliser des percées à l'avenir."

Le plan qui a émergé des discussions du milieu de l'été s'appuyait fortement sur le renseignement américain et l'armement de haute technologie. Mais les responsables américains insistent sur le fait que le mérite de l'offensive revient entièrement à M. Zelensky et à l'armée ukrainienne, qui ont mené une force relativement petite à Kharkiv à une victoire démesurée.

"Personne ne fait encore grimper le football", a déclaré M. Kahl. Mais, a-t-il ajouté : "Je pense que cela démontre vraiment au monde que les Ukrainiens sont capables de mener des opérations complexes et offensives."

Andrew E. Kramer a contribué aux reportages de Kharkiv, en Ukraine, et Michael Schwirtz de New York.

 

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Moment historique:

1106 tank perdus selon Oryx.

Pour la première fois depuis le début de la guerre, les russes auraient perdu plus de chars que nous ne pouvons écrire de pages sur ce forum.

Là, ça sent vraiment mauvais pour Poutine ;)

  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,806
    Total Members
    1,550
    Most Online
    De Mersuay
    Newest Member
    De Mersuay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...