Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

Il y a 11 heures, Boule75 a dit :

Un GTIA "scorpion", si tu vas par là, avec le matos et la formation ?

On ne fait rien avec un GTIA, l'échelon minimal c'est la brigade, plus encore maintenant que la Russie a mobilisé.

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Berezech a dit :

On discutait armement du fantassin, en tout cas pour cette équipe de tankiste ils ont des AK... J'oserai pas tirer avec perso.
via Wartranslated :
 

 

Et des news de Girkin/Strelkov, il ne mâche pas ses mots sur le b****l organisé par le MoD russe, par contre ça devrait quand même le faire, car les russes "ne sont pas des libéraux/homosexuels" et qu'"une partie des hommes est sincèrement convaincue" qu'ils se battent pour protéger les leurs :
 

 

Même si on peut se dire que ces armes sont peut-être sortis de leur contexte, qu'il faut attendre un peu plus de retours, je pense qu'elles pourraient montrer un certain problème des "stocks" en général, ceci depuis le début du conflit.

Il peut y avoir une confusion entre ce qu'on croit disposer au niveau des hautes autorités militaires et politiques avec ce qui est réellement disponibles. Il doit y avoir une grosse opacité, un gros inconnu sur l'état réel des stocks.

Ainsi on peut très bien faire remonter l'information qu'il y a 100 000 armes et 5000 blindés en stocks, donnant l'illusion à un décideur qu'il a de quoi faire alors que dans les faits, il se peut que ces chiffres soient faux (erreurs, de compta, disparition qu'on cache, corruption etc...) et que ce qui est détenu, ben ce n'est pas un matériel qu'on peut remettre en service. Ainsi si sur les 5000 blindés, vous ne pouvez pas en utiliser plus de 1000 et qu'il est difficile à ce qu'ils puissent durer dans le cadre d'un soutien opérationnelle, ben vous allez être dans une difficulté qui n'était pas prévu car les chiffres que vous avez sous les yeux donnaient un potentiel bien supplémentaire.

Car c'est comme quand on voit sur wikipédia qu'il y a 7000 T-72 en "réserve", mais d'où sort ce chiffre? Qui peut me dire que ces chars existent et sont des chars opérationnels? On a l'impression que beaucoup de personnes ne veulent pas comprendre et admettre que ces blindés ne sont pas une "réserve" de chars qu'on préserverait dans des abris, mais des chars pour la plupart abandonnés à ciel ouvert depuis des dizaines d'années pour certains, sur lesquels on a largement pris les pièces pour entretenir une MCO (y compris pour l'export) qu'on présentera comme peu coûteuse alors que l'effet pervers c'est que l'industrie russe ne produit pas le même soutien qu'une industrie occidentale. Forcément quand on cannibalise depuis des années, il ne faut pas être surpris, même les industriels russes dans les programmes de revalorisation d'anciens matériels se servaient dans ces stocks mis à disposition par l'armée.

On se fait de fausses idées depuis des années sur le potentiel des "réserves" russes, cette guerre le révèle et continuera de le révéler.

 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, vince24 a dit :

Bah c’est la force des AK 47, même quand elles ont l’air degueue, elles tirent quand même. 
Et puis après un petit nettoyage ça ira tout de suite mieux.

C'est un AKM, pas un AK47

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Rob1 a dit :

Avec le NYT et le WaPo, il suffit de passer en mode lecture (et éventuellement ré-actualiser la page)...

  Révéler le contenu masqué

Vladimir Putin Gets More Involved in Ukraine War Strategy

Julian E. Barnes, Helene Cooper, Eric Schmitt, Michael Schwirtz

As Russian Losses Mount in Ukraine, Putin Gets More Involved in War Strategy

The Russian president has rejected requests from commanders in the field that they be allowed to retreat from Kherson, a vital city in Ukraine’s south.

merlin_212739768_533defb3-f5bd-485e-b24e

Sept. 23, 2022

WASHINGTON — President Vladimir V. Putin of Russia has thrust himself more directly into strategic planning for the war in Ukraine in recent weeks, American officials said, including rejecting requests from his commanders on the ground that they be allowed to retreat from the vital southern city of Kherson.

A withdrawal from Kherson would allow the Russian military to pull back across the Dnipro River in an orderly way, preserving its equipment and saving the lives of soldiers.

But such a retreat would be another humiliating public acknowledgment of Mr. Putin’s failure in the war, and would hand a second major victory to Ukraine in one month. Kherson was the first major city to fall to the Russians in the initial invasion, and remains the only regional capital under Moscow’s control. Retaking it would be a major accomplishment for President Volodymyr Zelensky of Ukraine.

Focused on victory at all costs, Mr. Putin has become a more public face of the war as the Russian military appears increasingly in turmoil, forcing him to announce a call-up this week that could sweep 300,000 Russian civilians into military service. This month, Moscow has demonstrated it has too few troops to continue its offensive, suffers from shortages of high-tech precision weaponry and has been unable to gain dominance of Ukraine’s skies.

But American officials briefed on highly sensitive intelligence said that behind the scenes Mr. Putin is taking on an even deeper role in the war, including telling commanders that strategic decisions in the field are his to make. Although Mr. Putin has accepted some recommendations from military commanders, including the mobilization of civilians, his involvement has created tensions, American officials said.

The officials said that Mr. Putin’s rejection of a military pullback from Kherson has also led to a decrease in morale among Russian troops who have been mostly cut off from their supply lines, and who appear to believe they could be left stranded against Ukrainian forces.

“The situation in Ukraine is clearly dynamic,” Gen. Mark A. Milley, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, said in an interview on Friday. “It’s too early for a full assessment, but it is clear to me that the strategic initiative has shifted to the Ukrainians.” But he cautioned that there remains a “long road ahead.”

Mr. Putin’s disagreements over battle lines in Kherson illustrate how critical the war in Ukraine’s south is to both sides, American officials said. Despite Ukraine’s recent advances in the northeast, the area around Kherson is a critical theater in the war, with profound strategic implications for Kyiv and Moscow.

Some American officials said they saw trouble ahead for the Russian military in the southern theater. A senior U.S. official said this week that Ukraine was well on its way to repeating in the south the gains its forces had managed during a lightning offensive in the northeast earlier this month. If Ukraine pushes Russian forces back farther, Mr. Putin’s hard-fought-for land bridge to Crimea, the territory it captured from Ukraine and annexed in 2014, could eventually be threatened, American officials said.

The divisions over Kherson are only the latest disagreements between Mr. Putin and his top commanders. Senior Russian officers repeatedly questioned the early plans for the war, American officials said, particularly an initial stage that envisioned a quick strike on Kyiv, the Ukrainian capital. The Russian officers believed Mr. Putin was going to war with insufficient troops and weaponry, American officials said.

The Russian officers’ concerns proved correct, and after the defeat of the Russian army outside Kyiv, Mr. Putin eased up his control of military planning. He allowed senior generals to create a new strategy focused on massive artillery barrages, American officials said. The new strategy was effectively a grinding war of attrition that played to the Russian military’s strength and succeeded in pushing the army forward in eastern Ukraine.

Since Mr. Putin ordered his commanders to continue fighting in Kherson, the Russian military has tried to halt the Ukrainian advance there. Last week the Russians blew up a dam on the Inhulets River to make the current counteroffensive more difficult.

But Ukrainian strikes have blown up the crossings over the Dnipro River, which has largely cut off Russian troops from their supply lines on the other side. Russians have had to use pontoon bridges to cross the river, only to see them hit by Ukrainian fire, Ukrainian officials said. “They’ve got units in there who, if the Ukrainians break through the lines, will be cut off and surrounded,” said Seth G. Jones, senior vice president at the Center for Strategic and International Studies. “I cannot overstate how dicey the situation is for them.”

Pulling back past the Dnipro River would likely allow Russian commanders to hold the line in the south with fewer troops. That would give them more latitude to redeploy forces from Kherson to other areas, either pushing back against the Kharkiv counteroffensive in the northeast, solidifying defensive lines in the eastern Donbas region or opening up a new front in the south.

But Mr. Putin has told commanders he will set the strategy.

“In this war there has been a consistent mismatch between Putin’s political objectives and the military means to attain them,” said Michael Kofman, director of Russia studies at CNA, a defense research institute in Arlington, Va. “At important decision points Putin has procrastinated, refusing to recognize the reality, until the options turned from bad to worse.”

Pulling Russian forces back past the Dnipro River would also be a stark rebuttal to Mr. Putin’s referendum there on joining the Russian Federation. Holding such sham votes is a key objective of Moscow. Blocking them remains one of Kyiv’s top priorities.

With dissent rising in Russia, and military-age men attempting to flee the country to avoid the call-up, U.S. officials say Mr. Putin believes another Ukrainian victory would further erode the popularity of the war, something he cannot risk. Videos widely shared on Twitter in the days since Mr. Putin announced his call-up show angry draftees being scolded by shouting Russian military officials. “Playtime’s over!” yells one military official in one video. “You’re soldiers now!”

Mr. Putin’s conversations with his regional military commanders in Ukraine may also be part of an effort to get more accurate assessments of the campaign. As the war has gone on, American officials have said that Mr. Putin has not been given accurate information from his top military advisers, Sergei K. Shoigu, the defense minister, and Valery Gerasimov, the Russian military’s chief of the general staff.

In addition to blocking a retreat from Kherson, Mr. Putin has raised doubts about Russian efforts to consolidate their position in the northeast near the Oskil River, which the Ukrainian counteroffensive reached this month. Mr. Putin, an American official said, has opposed pulling back there as well, because he is reluctant to hand anything to Mr. Zelensky that looks like a win.

Even as Mr. Putin demands a strategy of no further retreats, American officials said Russian officers themselves are divided on how to respond to the Ukrainian counteroffensives. Some officers believe they should push back hard on Mr. Putin’s directives before the Ukrainians break through their current lines. Others believe they can follow through on Mr. Putin’s directives.

Russia has continued to focus on the south, despite Ukrainian progress east of Kharkiv. While Moscow has sent some reinforcements to embattled northeastern positions, most of the tens of thousands of troops that Russia sent south to the Kherson area — including some of its best combat forces — remain in place.

 

Traduction automatique :

Le président russe Vladimir V. Poutine s'est lancé plus directement dans la planification stratégique de la guerre en Ukraine ces dernières semaines, ont déclaré des responsables américains, notamment en rejetant les demandes de ses commandants au motif qu'ils soient autorisés à se retirer de la ville vitale de Kherson, dans le sud du pays. .

Un retrait de Kherson permettrait à l'armée russe de traverser le Dnipro de manière ordonnée, en préservant son équipement et en sauvant la vie de soldats.

Mais une telle retraite serait une autre reconnaissance publique humiliante de l'échec de M. Poutine dans la guerre, et donnerait une deuxième victoire majeure à l'Ukraine en un mois. Kherson a été la première grande ville à tomber aux mains des Russes lors de l'invasion initiale et reste la seule capitale régionale sous le contrôle de Moscou. Le reprendre serait une réalisation majeure pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Concentré sur la victoire à tout prix, M. Poutine est devenu un visage plus public de la guerre alors que l'armée russe apparaît de plus en plus dans la tourmente, le forçant à annoncer cette semaine une convocation qui pourrait amener 300 000 civils russes au service militaire. Ce mois-ci, Moscou a démontré qu'elle avait trop peu de troupes pour poursuivre son offensive, souffrait d'une pénurie d'armes de précision de haute technologie et n'avait pas été en mesure de dominer le ciel ukrainien.

Mais des responsables américains informés de renseignements hautement sensibles ont déclaré que dans les coulisses, M. Poutine assume un rôle encore plus important dans la guerre, notamment en disant aux commandants que les décisions stratégiques sur le terrain lui incombent. Bien que M. Poutine ait accepté certaines recommandations des commandants militaires, notamment la mobilisation de civils, son implication a créé des tensions, ont déclaré des responsables américains.

Les responsables ont déclaré que le rejet par M. Poutine d'un retrait militaire de Kherson a également entraîné une baisse du moral des troupes russes qui ont été pour la plupart coupées de leurs lignes d'approvisionnement et qui semblent croire qu'elles pourraient être laissées bloquées contre les forces ukrainiennes.

"La situation en Ukraine est clairement dynamique", a déclaré vendredi le général Mark A. Milley, président des chefs d'état-major interarmées. "Il est trop tôt pour une évaluation complète, mais il est clair pour moi que l'initiative stratégique s'est déplacée vers les Ukrainiens." Mais il a averti qu'il restait "un long chemin à parcourir".

Les désaccords de M. Poutine sur les lignes de bataille à Kherson illustrent à quel point la guerre dans le sud de l'Ukraine est critique pour les deux parties, ont déclaré des responsables américains. Malgré les avancées récentes de l'Ukraine dans le nord-est, la zone autour de Kherson est un théâtre critique de la guerre, avec de profondes implications stratégiques pour Kyiv et Moscou.

Certains responsables américains ont déclaré qu'ils voyaient des problèmes pour l'armée russe dans le théâtre sud. Un haut responsable américain a déclaré cette semaine que l'Ukraine était en bonne voie de répéter dans le sud les gains que ses forces avaient réussis lors d'une offensive éclair dans le nord-est au début du mois. Si l'Ukraine repousse les forces russes plus loin, le pont terrestre âprement disputé de M. Poutine vers la Crimée, le territoire qu'elle a capturé à l'Ukraine et annexé en 2014, pourrait éventuellement être menacé, ont déclaré des responsables américains.

Les divisions sur Kherson ne sont que les derniers désaccords entre M. Poutine et ses principaux commandants. Des officiers supérieurs russes ont remis en question à plusieurs reprises les premiers plans de la guerre, ont déclaré des responsables américains, en particulier une première étape qui prévoyait une frappe rapide sur Kyiv, la capitale ukrainienne. Les officiers russes pensaient que M. Poutine partait en guerre avec des troupes et des armes insuffisantes, ont déclaré des responsables américains.

Les préoccupations des officiers russes se sont avérées fondées et, après la défaite de l'armée russe à l'extérieur de Kyiv, M. Poutine a assoupli son contrôle de la planification militaire. Il a permis aux généraux supérieurs de créer une nouvelle stratégie axée sur des barrages d'artillerie massifs, ont déclaré des responsables américains. La nouvelle stratégie était en fait une guerre d'usure acharnée qui a profité à la force de l'armée russe et a réussi à faire avancer l'armée dans l'est de l'Ukraine.

Depuis que M. Poutine a ordonné à ses commandants de continuer à se battre à Kherson, l'armée russe a tenté d'y stopper l'avancée ukrainienne. La semaine dernière, les Russes ont fait sauter un barrage sur la rivière Inhulets pour rendre plus difficile la contre-offensive actuelle.

Mais les frappes ukrainiennes ont fait sauter les points de passage sur le fleuve Dnipro, ce qui a largement coupé les troupes russes de leurs lignes d'approvisionnement de l'autre côté. Les Russes ont dû utiliser des ponts flottants pour traverser la rivière, seulement pour les voir touchés par des tirs ukrainiens, ont déclaré des responsables ukrainiens. "Ils ont des unités là-bas qui, si les Ukrainiens traversent les lignes, seront coupées et encerclées", a déclaré Seth G. Jones, vice-président senior du Center for Strategic and International Studies. "Je ne peux pas exagérer à quel point la situation est risquée pour eux."

Reculer au-delà du fleuve Dnipro permettrait probablement aux commandants russes de tenir la ligne dans le sud avec moins de troupes. Cela leur donnerait plus de latitude pour se redéployer...

 

(manque la fin)

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, olivier lsb a dit :

Quelqu'un pour récupérer cet article du NYT ? L'article porte sur le refus de VVP d'autoriser l'armée à se retirer du front de Kherson. 

@U235 si par hasard, tu as un compte :)

https://www.nytimes.com/2022/09/23/us/politics/putin-ukraine.html

Petit à petit se confirme que Poutine ne fait pas confiance et court circuite son armée.  Jusqu'à présent tout ce que la Russie a fait a été mal fait (du fait de Poutine, du FSB ou de l'armée ce n'est pas clair) . Si Poutine prend la main, le pire est devant elle pour la Russie. Ils seront capables d'envoyer des conscrits non formés et sans équipement au casse-pipe pour calmer le chef. Poutine concoit cette guerre comme un concours de volonté. Tout ce qu''il est arrivé à faire est de méthodiquement détruire son armée par des offensives sans fin dans le Donbass. Il peut maitenant jouer à détruire ses conscrits. Le cercle vicieux est en route pour la Russie et pour Poutine par voie de conséquence.

Edited by Valy
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, Valy a dit :

Petit à petit se confirme que Poutine ne fait pas confiance et court circuite son armée.  Jusqu'à présent tout ce que la Russie a fait a été mal fait (du fait de Poutine, du FSB ou de l'armée ce n'est pas clair) . Si Poutine prend la main, le pire est devant elle pour la Russie

:blink:Ne me dites pas que c'est une découverte pour vous ??

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Rob1 a dit :

Avec le NYT et le WaPo, il suffit de passer en mode lecture (et éventuellement ré-actualiser la page)...

  Masquer le contenu

Vladimir Putin Gets More Involved in Ukraine War Strategy

Julian E. Barnes, Helene Cooper, Eric Schmitt, Michael Schwirtz

As Russian Losses Mount in Ukraine, Putin Gets More Involved in War Strategy

The Russian president has rejected requests from commanders in the field that they be allowed to retreat from Kherson, a vital city in Ukraine’s south.

merlin_212739768_533defb3-f5bd-485e-b24e

Sept. 23, 2022

WASHINGTON — President Vladimir V. Putin of Russia has thrust himself more directly into strategic planning for the war in Ukraine in recent weeks, American officials said, including rejecting requests from his commanders on the ground that they be allowed to retreat from the vital southern city of Kherson.

A withdrawal from Kherson would allow the Russian military to pull back across the Dnipro River in an orderly way, preserving its equipment and saving the lives of soldiers.

But such a retreat would be another humiliating public acknowledgment of Mr. Putin’s failure in the war, and would hand a second major victory to Ukraine in one month. Kherson was the first major city to fall to the Russians in the initial invasion, and remains the only regional capital under Moscow’s control. Retaking it would be a major accomplishment for President Volodymyr Zelensky of Ukraine.

Focused on victory at all costs, Mr. Putin has become a more public face of the war as the Russian military appears increasingly in turmoil, forcing him to announce a call-up this week that could sweep 300,000 Russian civilians into military service. This month, Moscow has demonstrated it has too few troops to continue its offensive, suffers from shortages of high-tech precision weaponry and has been unable to gain dominance of Ukraine’s skies.

But American officials briefed on highly sensitive intelligence said that behind the scenes Mr. Putin is taking on an even deeper role in the war, including telling commanders that strategic decisions in the field are his to make. Although Mr. Putin has accepted some recommendations from military commanders, including the mobilization of civilians, his involvement has created tensions, American officials said.

The officials said that Mr. Putin’s rejection of a military pullback from Kherson has also led to a decrease in morale among Russian troops who have been mostly cut off from their supply lines, and who appear to believe they could be left stranded against Ukrainian forces.

“The situation in Ukraine is clearly dynamic,” Gen. Mark A. Milley, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, said in an interview on Friday. “It’s too early for a full assessment, but it is clear to me that the strategic initiative has shifted to the Ukrainians.” But he cautioned that there remains a “long road ahead.”

Mr. Putin’s disagreements over battle lines in Kherson illustrate how critical the war in Ukraine’s south is to both sides, American officials said. Despite Ukraine’s recent advances in the northeast, the area around Kherson is a critical theater in the war, with profound strategic implications for Kyiv and Moscow.

Some American officials said they saw trouble ahead for the Russian military in the southern theater. A senior U.S. official said this week that Ukraine was well on its way to repeating in the south the gains its forces had managed during a lightning offensive in the northeast earlier this month. If Ukraine pushes Russian forces back farther, Mr. Putin’s hard-fought-for land bridge to Crimea, the territory it captured from Ukraine and annexed in 2014, could eventually be threatened, American officials said.

The divisions over Kherson are only the latest disagreements between Mr. Putin and his top commanders. Senior Russian officers repeatedly questioned the early plans for the war, American officials said, particularly an initial stage that envisioned a quick strike on Kyiv, the Ukrainian capital. The Russian officers believed Mr. Putin was going to war with insufficient troops and weaponry, American officials said.

The Russian officers’ concerns proved correct, and after the defeat of the Russian army outside Kyiv, Mr. Putin eased up his control of military planning. He allowed senior generals to create a new strategy focused on massive artillery barrages, American officials said. The new strategy was effectively a grinding war of attrition that played to the Russian military’s strength and succeeded in pushing the army forward in eastern Ukraine.

Since Mr. Putin ordered his commanders to continue fighting in Kherson, the Russian military has tried to halt the Ukrainian advance there. Last week the Russians blew up a dam on the Inhulets River to make the current counteroffensive more difficult.

But Ukrainian strikes have blown up the crossings over the Dnipro River, which has largely cut off Russian troops from their supply lines on the other side. Russians have had to use pontoon bridges to cross the river, only to see them hit by Ukrainian fire, Ukrainian officials said. “They’ve got units in there who, if the Ukrainians break through the lines, will be cut off and surrounded,” said Seth G. Jones, senior vice president at the Center for Strategic and International Studies. “I cannot overstate how dicey the situation is for them.”

Pulling back past the Dnipro River would likely allow Russian commanders to hold the line in the south with fewer troops. That would give them more latitude to redeploy forces from Kherson to other areas, either pushing back against the Kharkiv counteroffensive in the northeast, solidifying defensive lines in the eastern Donbas region or opening up a new front in the south.

But Mr. Putin has told commanders he will set the strategy.

“In this war there has been a consistent mismatch between Putin’s political objectives and the military means to attain them,” said Michael Kofman, director of Russia studies at CNA, a defense research institute in Arlington, Va. “At important decision points Putin has procrastinated, refusing to recognize the reality, until the options turned from bad to worse.”

Pulling Russian forces back past the Dnipro River would also be a stark rebuttal to Mr. Putin’s referendum there on joining the Russian Federation. Holding such sham votes is a key objective of Moscow. Blocking them remains one of Kyiv’s top priorities.

With dissent rising in Russia, and military-age men attempting to flee the country to avoid the call-up, U.S. officials say Mr. Putin believes another Ukrainian victory would further erode the popularity of the war, something he cannot risk. Videos widely shared on Twitter in the days since Mr. Putin announced his call-up show angry draftees being scolded by shouting Russian military officials. “Playtime’s over!” yells one military official in one video. “You’re soldiers now!”

Mr. Putin’s conversations with his regional military commanders in Ukraine may also be part of an effort to get more accurate assessments of the campaign. As the war has gone on, American officials have said that Mr. Putin has not been given accurate information from his top military advisers, Sergei K. Shoigu, the defense minister, and Valery Gerasimov, the Russian military’s chief of the general staff.

In addition to blocking a retreat from Kherson, Mr. Putin has raised doubts about Russian efforts to consolidate their position in the northeast near the Oskil River, which the Ukrainian counteroffensive reached this month. Mr. Putin, an American official said, has opposed pulling back there as well, because he is reluctant to hand anything to Mr. Zelensky that looks like a win.

Even as Mr. Putin demands a strategy of no further retreats, American officials said Russian officers themselves are divided on how to respond to the Ukrainian counteroffensives. Some officers believe they should push back hard on Mr. Putin’s directives before the Ukrainians break through their current lines. Others believe they can follow through on Mr. Putin’s directives.

Russia has continued to focus on the south, despite Ukrainian progress east of Kharkiv. While Moscow has sent some reinforcements to embattled northeastern positions, most of the tens of thousands of troops that Russia sent south to the Kherson area — including some of its best combat forces — remain in place.

 

Merci. Le WaPo j'arrive à contourner la limite d'article gratuit en navigation privée et en changeant de VPN/pays, mais je trouve le site du NYT plus retord. 

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/09/24/guerre-en-ukraine-en-direct-volodymyr-zelensky-appelle-a-condamner-les-pseudo-referendums-d-annexion-organises-par-la-russie_6142981_3210.html

La Russie remplace son général chargé de la logistique

La Russie a annoncé samedi le remplacement de son plus haut gradé chargé de la logistique, alors que son offensive en Ukraine a montré des difficultés dans ce domaine.

« Le général d’armée Dmitri Boulgakov a été relevé de ses fonctions de vice-ministre de la défense » et est remplacé par le colonel général Mikhaïl Mizintsev qui sera « responsable du ravitaillement matériel et technique des forces armées », a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué, au moment où la Russie est en pleine campagne de mobilisation.

Agé de 60 ans, Mikhaïl Mizintsev a occupé de nombreux postes à responsabilité au sein de l’état-major au cours de sa longue carrière militaire. Il est visé par des sanctions occidentales pour son rôle dans le siège de Marioupol, ville portuaire du sud-est de l’Ukraine conquise en mai par les forces russes au prix d’importantes destructions.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le Monde reprend les infos du New York Times (voir plus haut) :

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/09/24/guerre-en-ukraine-en-direct-volodymyr-zelensky-appelle-a-condamner-les-pseudo-referendums-d-annexion-organises-par-la-russie_6142981_3210.html

 

Vladimir Poutine a refusé que l’armée russe se retire de Kherson, selon Washington

A mesure que l’armée russe encaisse les revers sur le terrain ukrainien, le président Vladimir Poutine s’impose dans les décisions stratégiques. Selon des responsables américains, cités par le New York Times, M. Poutine a refusé que les forces russes présentes à Kherson, dernière capitale régionale sous contrôle russe, se retirent alors qu’elles essuient le feu de la contre-offensive ukrainienne, dans le sud du pays.

Un retrait de l’armée russe aurait permis aux soldats de se replier de manière ordonnée, tout en préservant l’équipement militaire et la vie de nombreux d’entre eux. Mais cela aurait été un nouvel échec dans la guerre d’invasion déclenchée par le président russe. Face à la débâcle de son armée, dominée par la contre-offensive ukrainienne dans le nord et le sud du pays, M. Poutine multiplie les décisions d’urgence.

Alors que des référendums d’annexion sont en cours dans les zones ukrainiennes sous contrôle russe, une « mobilisation partielle » en Russie a été annoncée. Une demande des officiers sur le terrain, qui ont averti le président de problèmes d’effectifs et de logistique. S’il les a entendus sur ce point, il a donc refusé leur demande de permission de repli de la ville de Kherson. Cette implication croissante du président dans les décisions stratégiques a déplu dans les rangs militaires russes, selon les responsables américains au New York Times.

Ce refus aurait également grandement entamé le moral des troupes russes, selon le quotidien américain. La plupart des groupements sont coupés de leur ligne d’approvisionnement et ont le sentiment qu’ils pourraient être sacrifiés, abandonnés à leur sort face aux Ukrainiens qui poursuivent leur avancée. Selon le renseignement américain, les forces ukrainiennes étaient sur la bonne voie pour répéter, dans le Sud, leurs exploits dans le Nord, où elles ont regagné en septembre de larges bandes de terre et des villes stratégiques.

Kherson est une ville stratégique. Première grande ville à être tombée entre les mains des Russes au début de la guerre, Kherson est désormais la seule capitale régionale encore sous contrôle russe, dans laquelle un référendum d’annexion est en cours. Si les Ukrainiens parvenaient à la reprendre, ils seraient en mesure de pousser plus loin pour, éventuellement, tenter de reprendre la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014, ajoutent les responsables américains.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Vidéo de matériel, armes et munitions qui auraient été récupérés par les Ukrainiens dans le région de Kharkiv (je crois qu'elle n'a pas encore été postée).

 

Edited by Paschi
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Les vieilles méthodes staliniennes ne sont pas tombées dans l'oubliette :

"...Désormais, les Tatars de Crimée sont ciblés de manière disproportionnée dans la campagne de mobilisation russe Tamila Tasheva rapporte que les convocations à la mobilisation visent des zones où les Tatars de Crimée vivent de manière compacte. La perte d'hommes est un désastre pour la petite nation tatare de Crimée..."

 

 

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, olivier lsb said:

Quelqu'un pour récupérer cet article du NYT ? L'article porte sur le refus de VVP d'autoriser l'armée à se retirer du front de Kherson. 

@U235 si par hasard, tu as un compte :)

https://www.nytimes.com/2022/09/23/us/politics/putin-ukraine.html

Je n'ai pas cet abonnement.

 

J'ai le Washington Post, le Financial Times, Foreign Affairs, et Foreign Policy.

 

J'espère que quelqu'un d'autre pourra m'aider car j'aimerais aussi lire cet article.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Coté Lyman, cela parait plutôt difficile. Aujourd'hui War Monitor indique "Heaviest fighting continues in Novoselivka and Drobysheve".  C'était déjà quasiment le cas il y a 5 jours quand Drobysheve était déjà disputé (Carte d'un tweet de Bryan, telle que , juste rajouté la date).

carte_10.jpg

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Paschi a dit :

Vidéo de matériel, armes et munitions qui auraient été récupérés par les Ukrainiens dans le région de Kharkiv (je crois qu'elle n'a pas encore été postée).

 

Je m'interroge sur la manipulation de toutes ces caisses et contenus, j'espère que des artificiers sont passer par la avant car l'endroit est idéal pour piéger des tas de choses !
Sacrés trouvailles utiles contre ceux qui les ont abandonnés.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Bocket a dit :

Coté Lyman, cela parait plutôt difficile. Aujourd'hui War Monitor indique "Heaviest fighting continues in Novoselivka and Drobysheve".  C'était déjà quasiment le cas il y a 5 jours quand Drobysheve était déjà disputé (Carte d'un tweet de Bryan, telle que , juste rajouté la date).

 

Les russes contre-attaquent semble t-il avec tout ce qui est disponible, y compris avec des bonnes troupes prélevées au sud, entre Lyman et l'Oskil.
Ils essaient aussi d'empêcher les Ukr de développer leur tête de pont autour de Kupiansk, plusieurs unités russes ont commencé à se retrancher face à l'Oskil, mais leur position. est précaire tant que les têtes de pont Ukr ne sont pas repoussées ou contenues.

EDIT : d'après Warmonitor les Ukr ont percé au nord et se battent près de Ridkodub

Rob Lee indique que les troupes russes dans le secteur, outre les restes du 2e corps de la LPR, sont en particulier les BARS.

EDIT : les VVS paient apparemment un lourd tribu aujourd'hui, au moins un Sukhoi-3X au tapis (une vidéo tourne sur twitter) et une paire de SU-25 revendiqués (là je suis incapable de dire tellement la vidéo est dégueulasse).

Edited by Berezech
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Niafron a dit :

Faut pas se comparer aux US, nous n'avons pas et de très loin les mêmes moyens, mais nous devrions après eux être les  premiers fournisseurs de l'Ukraine compte tenu du fait que nous sommes la première puissance militaire de l'UE ( en dehors de l'UE, y ptet match avec les British ), le fait que nous ne le sommes pas est une pure question de volonté politique ( ce qui de mon point de vue est une honte ) et cela se reflète bien dans l’âpreté de certaines discussions sur ce forum.

Quand l'essentiel de ta défense repose sur tes propres matériels (et ta propre dissuasion nucléaire), tu n'as pas les moyens d'équiper richement ton armée, et tu calcules donc tout au plus juste pour que tout ça rentre dans le budget . . . Se séparer de matériel c'est très vite tomber en-dessous du seuil qui permet de remplir le contrat opérationnel . . . :unsure:

 

A l'inverse, quand ta défense dépends essentiellement d'un "grand allié" et de ses matériels, mais que le paiement du pizzo qu'il te réclame t'oblige à lui acheter du matos dont l'utilité n'est pas absolument indispensable, tu peux plus facilement te séparer d'un nombre significatif de matériels . . . :rolleyes:

 

(La souveraineté du pays, c'est comme la liberté, ça a un coût . . . mais comme personne en Europe n'a la même vision que nous, il nous faut l'assumer seuls . . .)

  • Thanks 2
  • Confused 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, vince24 a dit :

Bah c’est la force des AK 47, même quand elles ont l’air degueue, elles tirent quand même. 
Et puis après un petit nettoyage ça ira tout de suite mieux.

Heu. Non. :laugh:

Il y a 6 heures, Ciders a dit :

Ce qui me gêne le plus, c'est que ce sont des AK standards

Des AKM oui.

https://www.hiddendominion.com/differences-between-ak47-ak74-akm/

Les dernières doivent dater de 1975 dernier carat. Elles ont été stockées n'importe comment et sont rouillées à mort.

Avec un peu de chance le chromage de l'âme n'a pas trop souffert. Mais je ne compterai pas là-dessus.

Edited by Patrick
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, Obelix38 a dit :

Quand l'essentiel de ta défense repose sur tes propres matériels (et ta propre dissuasion nucléaire), tu n'as pas les moyens d'équiper richement ton armée, et tu calcules donc tout au plus juste pour que tout ça rentre dans le budget . . . Se séparer de matériel c'est très vite tomber en-dessous du seuil qui permet de remplir le contrat opérationnel . . . :unsure:

 

A l'inverse, quand ta défense dépends essentiellement d'un "grand allié" et de ses matériels, mais que le paiement du pizzo qu'il te réclame t'oblige à lui acheter du matos dont l'utilité n'est pas absolument indispensable, tu peux plus facilement te séparer d'un nombre significatif de matériels . . . :rolleyes:

 

(La souveraineté du pays, c'est comme la liberté, ça a un coût . . . mais comme personne en Europe n'a la même vision que nous, il nous faut l'assumer seuls . . .)

Discutable encore une fois. Sans être dans le secret de la DGA ni des industriels, je pense que le cahier des charges industriels ne doit pas négliger les aspects souveraineté et accélération des cadences, en cas de conflit sérieux, avec surement des délais à la clé pour activer ces préparatifs. Comme le dit Niafron, c'est une question politique avant tout. 

Pour l'argent, il y a la LPM en augmentation, il y a la facilité européenne pour la paix (défense de rire) qui finance des dons d'équipements, il y a les presque 2 milliards de cash versés par la France au budget de l'Ukraine, il y a 3000 pax FR qui font sentinelle (ce qui coûte en argent et en préparation militaire à rattraper) et n'arrêteront jamais un terroriste en flag car ce n'est pas leur boulot ni leurs compétences etc... Non vraiment, je trouve qu'il y a beaucoup de moyens. 

Je n'explique que par une volonté politique notre position timorée dans le soutien en équipements militaire et formation.

Il y a 2 heures, U235 a dit :

Je n'ai pas cet abonnement.

 

J'ai le Washington Post, le Financial Times, Foreign Affairs, et Foreign Policy.

 

J'espère que quelqu'un d'autre pourra m'aider car j'aimerais aussi lire cet article.

Il a été partagé finalement un peu plus haut dans le fil. 

Le SU-30 en question. Pas vu passer le SU-25

 

Est-ce qu'ils ne sont pas allés un petit trop fort là sur le camo ?

Pour ceux qui n'ont pas la référence sur les "Ents", c'est un clin d'oeil au seigneur des anneaux

 

  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, U235 a dit :

Je n'ai pas cet abonnement.

 

J'ai le Washington Post, le Financial Times, Foreign Affairs, et Foreign Policy.

 

J'espère que quelqu'un d'autre pourra m'aider car j'aimerais aussi lire cet article.

A vot' service, bilingue : uk d'abord, fr ensuite.

Révélation

WASHINGTON — President Vladimir V. Putin of Russia has thrust himself more directly into strategic planning for the war in Ukraine in recent weeks, American officials said, including rejecting requests from his commanders on the ground that they be allowed to retreat from the vital southern city of Kherson.

A withdrawal from Kherson would allow the Russian military to pull back across the Dnipro River in an orderly way, preserving its equipment and saving the lives of soldiers.

But such a retreat would be another humiliating public acknowledgment of Mr. Putin’s failure in the war, and would hand a second major victory to Ukraine in one month. Kherson was the first major city to fall to the Russians in the initial invasion, and remains the only regional capital under Moscow’s control. Retaking it would be a major accomplishment for President Volodymyr Zelensky of Ukraine.

Focused on victory at all costs, Mr. Putin has become a more public face of the war as the Russian military appears increasingly in turmoil, forcing him to announce a call-up this week that could sweep 300,000 Russian civilians into military service. This month, Moscow has demonstrated it has too few troops to continue its offensive, suffers from shortages of high-tech precision weaponry and has been unable to gain dominance of Ukraine’s skies.

But American officials briefed on highly sensitive intelligence said that behind the scenes Mr. Putin is taking on an even deeper role in the war, including telling commanders that strategic decisions in the field are his to make. Although Mr. Putin has accepted some recommendations from military commanders, including the mobilization of civilians, his involvement has created tensions, American officials said.

The officials said that Mr. Putin’s rejection of a military pullback from Kherson has also led to a decrease in morale among Russian troops who have been mostly cut off from their supply lines, and who appear to believe they could be left stranded against Ukrainian forces.

“The situation in Ukraine is clearly dynamic,” Gen. Mark A. Milley, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, said in an interview on Friday. “It’s too early for a full assessment, but it is clear to me that the strategic initiative has shifted to the Ukrainians.” But he cautioned that there remains a “long road ahead.”

Mr. Putin’s disagreements over battle lines in Kherson illustrate how critical the war in Ukraine’s south is to both sides, American officials said. Despite Ukraine’s recent advances in the northeast, the area around Kherson is a critical theater in the war, with profound strategic implications for Kyiv and Moscow.

Some American officials said they saw trouble ahead for the Russian military in the southern theater. A senior U.S. official said this week that Ukraine was well on its way to repeating in the south the gains its forces had managed during a lightning offensive in the northeast earlier this month. If Ukraine pushes Russian forces back farther, Mr. Putin’s hard-fought-for land bridge to Crimea, the territory it captured from Ukraine and annexed in 2014, could eventually be threatened, American officials said.

The divisions over Kherson are only the latest disagreements between Mr. Putin and his top commanders. Senior Russian officers repeatedly questioned the early plans for the war, American officials said, particularly an initial stage that envisioned a quick strike on Kyiv, the Ukrainian capital. The Russian officers believed Mr. Putin was going to war with insufficient troops and weaponry, American officials said.

Referendum voting is carried out ‘under the muzzle of machine guns,’ Ukrainian officials warn.

Russia’s draft is drawing criticism from far-flung regions and even pro-war hawks.

The Russian officers’ concerns proved correct, and after the defeat of the Russian army outside Kyiv, Mr. Putin eased up his control of military planning. He allowed senior generals to create a new strategy focused on massive artillery barrages, American officials said. The new strategy was effectively a grinding war of attrition that played to the Russian military’s strength and succeeded in pushing the army forward in eastern Ukraine.

Since Mr. Putin ordered his commanders to continue fighting in Kherson, the Russian military has tried to halt the Ukrainian advance there. Last week the Russians blew up a dam on the Inhulets River to make the current counteroffensive more difficult.

But Ukrainian strikes have blown up the crossings over the Dnipro River, which has largely cut off Russian troops from their supply lines on the other side. Russians have had to use pontoon bridges to cross the river, only to see them hit by Ukrainian fire, Ukrainian officials said. “They’ve got units in there who, if the Ukrainians break through the lines, will be cut off and surrounded,” said Seth G. Jones, senior vice president at the Center for Strategic and International Studies. “I cannot overstate how dicey the situation is for them.”

Pulling back past the Dnipro River would likely allow Russian commanders to hold the line in the south with fewer troops. That would give them more latitude to redeploy forces from Kherson to other areas, either pushing back against the Kharkiv counteroffensive in the northeast, solidifying defensive lines in the eastern Donbas region or opening up a new front in the south.

But Mr. Putin has told commanders he will set the strategy.

“In this war there has been a consistent mismatch between Putin’s political objectives and the military means to attain them,” said Michael Kofman, director of Russia studies at CNA, a defense research institute in Arlington, Va. “At important decision points Putin has procrastinated, refusing to recognize the reality, until the options turned from bad to worse.”

Pulling Russian forces back past the Dnipro River would also be a stark rebuttal to Mr. Putin’s referendum there on joining the Russian Federation. Holding such sham votes is a key objective of Moscow. Blocking them remains one of Kyiv’s top priorities.

With dissent rising in Russia, and military-age men attempting to flee the country to avoid the call-up, U.S. officials say Mr. Putin believes another Ukrainian victory would further erode the popularity of the war, something he cannot risk. Videos widely shared on Twitter in the days since Mr. Putin announced his call-up show angry draftees being scolded by shouting Russian military officials. “Playtime’s over!” yells one military official in one video. “You’re soldiers now!”

Mr. Putin’s conversations with his regional military commanders in Ukraine may also be part of an effort to get more accurate assessments of the campaign. As the war has gone on, American officials have said that Mr. Putin has not been given accurate information from his top military advisers, Sergei K. Shoigu, the defense minister, and Valery Gerasimov, the Russian military’s chief of the general staff.

In addition to blocking a retreat from Kherson, Mr. Putin has raised doubts about Russian efforts to consolidate their position in the northeast near the Oskil River, which the Ukrainian counteroffensive reached this month. Mr. Putin, an American official said, has opposed pulling back there as well, because he is reluctant to hand anything to Mr. Zelensky that looks like a win.

Even as Mr. Putin demands a strategy of no further retreats, American officials said Russian officers themselves are divided on how to respond to the Ukrainian counteroffensives. Some officers believe they should push back hard on Mr. Putin’s directives before the Ukrainians break through their current lines. Others believe they can follow through on Mr. Putin’s directives.

Russia has continued to focus on the south, despite Ukrainian progress east of Kharkiv. While Moscow has sent some reinforcements to embattled northeastern positions, most of the tens of thousands of troops that Russia sent south to the Kherson area — including some of its best combat forces — remain in place.

 

-->>> deepl (sans retouches) -->>

 

WASHINGTON - Ces dernières semaines, le président russe Vladimir V. Poutine s'est immiscé plus directement dans la planification stratégique de la guerre en Ukraine, ont indiqué des responsables américains, rejetant notamment les demandes de ses commandants sur le terrain, qui souhaitaient être autorisés à se retirer de la ville vitale de Kherson, dans le sud du pays.

Un retrait de Kherson permettrait à l'armée russe de se replier sur le fleuve Dnipro de manière ordonnée, en préservant son équipement et en sauvant la vie de ses soldats.

Mais un tel retrait serait une nouvelle reconnaissance publique humiliante de l'échec de M. Poutine dans cette guerre, et donnerait une deuxième victoire majeure à l'Ukraine en un mois. Kherson a été la première grande ville à tomber aux mains des Russes lors de l'invasion initiale, et reste la seule capitale régionale sous le contrôle de Moscou. La reprendre serait un accomplissement majeur pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Concentré sur la victoire à tout prix, M. Poutine est devenu un visage plus public de la guerre alors que l'armée russe semble de plus en plus en difficulté, ce qui l'a forcé à annoncer cette semaine une mobilisation qui pourrait entraîner 300 000 civils russes dans le service militaire. Ce mois-ci, Moscou a démontré qu'elle disposait de trop peu de troupes pour poursuivre son offensive, qu'elle souffrait d'une pénurie d'armes de précision de haute technologie et qu'elle était incapable de dominer le ciel ukrainien.

Mais des responsables américains informés de renseignements très sensibles ont déclaré qu'en coulisses, M. Poutine joue un rôle encore plus important dans la guerre, notamment en disant aux commandants que les décisions stratégiques sur le terrain sont de son ressort. Bien que M. Poutine ait accepté certaines recommandations des commandants militaires, y compris la mobilisation des civils, son implication a créé des tensions, selon les responsables américains.

Selon ces responsables, le rejet par M. Poutine d'un retrait militaire de Kherson a également entraîné une baisse du moral des troupes russes, qui ont été pour la plupart coupées de leurs lignes d'approvisionnement et qui semblent croire qu'elles pourraient être laissées en plan face aux forces ukrainiennes.

"La situation en Ukraine est clairement dynamique", a déclaré le général Mark A. Milley, président des chefs d'état-major interarmées, dans une interview vendredi. "Il est trop tôt pour une évaluation complète, mais il est clair pour moi que l'initiative stratégique est passée du côté des Ukrainiens." Il a toutefois averti qu'il restait "un long chemin à parcourir".

Les désaccords de M. Poutine sur les lignes de bataille à Kherson illustrent à quel point la guerre dans le sud de l'Ukraine est critique pour les deux parties, ont déclaré des responsables américains. Malgré les récentes avancées de l'Ukraine dans le nord-est, la zone autour de Kherson est un théâtre critique de la guerre, avec de profondes implications stratégiques pour Kiev et Moscou.

Certains responsables américains ont déclaré qu'ils voyaient des difficultés à venir pour l'armée russe sur le théâtre sud. Un haut responsable américain a déclaré cette semaine que l'Ukraine était en bonne voie pour réitérer dans le sud les gains que ses forces avaient obtenus lors d'une offensive éclair dans le nord-est au début du mois. Si l'Ukraine repousse encore plus loin les forces russes, le pont terrestre durement acquis par M. Poutine vers la Crimée, le territoire qu'il a arraché à l'Ukraine et annexé en 2014, pourrait finalement être menacé, selon des responsables américains.

Les divisions sur Kherson ne sont que les derniers désaccords entre M. Poutine et ses principaux commandants. Des officiers supérieurs russes ont remis en question à plusieurs reprises les premiers plans de la guerre, selon des responsables américains, en particulier une phase initiale qui envisageait une frappe rapide sur Kiev, la capitale ukrainienne. Les officiers russes pensaient que M. Poutine partait en guerre avec des troupes et un armement insuffisants, selon les responsables américains.
Le vote par référendum se déroule "sous la gueule des mitrailleuses", avertissent les responsables ukrainiens.

Le projet de la Russie suscite des critiques de la part de régions éloignées et même de faucons favorables à la guerre.

Les inquiétudes des officiers russes se sont avérées exactes et, après la défaite de l'armée russe devant Kiev, M. Poutine a relâché son contrôle sur la planification militaire. Il a autorisé des généraux de haut rang à élaborer une nouvelle stratégie axée sur des barrages d'artillerie massifs, selon des responsables américains. La nouvelle stratégie était en fait une guerre d'usure qui jouait sur la force de l'armée russe et a réussi à faire avancer l'armée dans l'est de l'Ukraine.

Depuis que M. Poutine a ordonné à ses commandants de poursuivre les combats à Kherson, l'armée russe a tenté de stopper l'avancée ukrainienne dans cette ville. La semaine dernière, les Russes ont fait sauter un barrage sur la rivière Inhulets pour rendre plus difficile la contre-offensive actuelle.

Mais les frappes ukrainiennes ont fait exploser les passages sur le fleuve Dnipro, ce qui a largement coupé les troupes russes de leurs lignes d'approvisionnement de l'autre côté. Les Russes ont dû utiliser des pontons pour traverser la rivière, avant de les voir touchés par les tirs ukrainiens, selon des responsables ukrainiens. "Ils ont des unités qui, si les Ukrainiens franchissent les lignes, seront coupées et encerclées", a déclaré Seth G. Jones, premier vice-président du Center for Strategic and International Studies. "Je ne saurais trop insister sur le caractère risqué de la situation pour eux".

En se retirant au-delà de la rivière Dnipro, les commandants russes pourraient probablement tenir la ligne dans le sud avec moins de troupes. Cela leur donnerait plus de latitude pour redéployer les forces de Kherson vers d'autres zones, soit en repoussant la contre-offensive de Kharkiv dans le nord-est, soit en solidifiant les lignes défensives dans la région orientale du Donbas, soit en ouvrant un nouveau front dans le sud.

Mais M. Poutine a dit aux commandants qu'il allait définir la stratégie.

"Dans cette guerre, il y a eu un décalage constant entre les objectifs politiques de Poutine et les moyens militaires pour les atteindre", a déclaré Michael Kofman, directeur des études sur la Russie à CNA, un institut de recherche sur la défense à Arlington, Va. "Aux points de décision importants, Poutine a tergiversé, refusant de reconnaître la réalité, jusqu'à ce que les options passent de mauvaises à pires."

Le retrait des forces russes au-delà du fleuve Dnipro constituerait également une réfutation brutale du référendum organisé par M. Poutine sur l'adhésion à la Fédération de Russie. L'organisation de tels votes fictifs est un objectif clé de Moscou. Les bloquer reste l'une des principales priorités de Kiev.

Alors que la dissidence s'accroît en Russie et que des hommes d'âge militaire tentent de fuir le pays pour éviter l'appel, des responsables américains affirment que M. Poutine pense qu'une autre victoire ukrainienne éroderait encore davantage la popularité de la guerre, ce qu'il ne peut risquer. Des vidéos largement partagées sur Twitter dans les jours qui ont suivi l'annonce de la convocation par M. Poutine montrent des conscrits en colère se faisant gronder par des responsables militaires russes qui crient. "La récréation est terminée !" hurle un responsable militaire dans une vidéo. "Vous êtes des soldats maintenant !"

Les conversations de M. Poutine avec ses commandants militaires régionaux en Ukraine peuvent également faire partie d'un effort visant à obtenir des évaluations plus précises de la campagne. Au fil de la guerre, des responsables américains ont déclaré que M. Poutine n'avait pas reçu d'informations précises de la part de ses principaux conseillers militaires, Sergei K. Shoigu, le ministre de la défense, et Valery Gerasimov, le chef d'état-major de l'armée russe.

En plus de bloquer une retraite de Kherson, M. Poutine a émis des doutes sur les efforts des Russes pour consolider leur position dans le nord-est, près de la rivière Oskil, que la contre-offensive ukrainienne a atteinte ce mois-ci. Selon un responsable américain, M. Poutine s'est opposé à un retrait dans cette région également, car il est réticent à l'idée de donner à M. Zelensky quelque chose qui ressemble à une victoire.

Même si M. Poutine exige une stratégie de non-retrait, les responsables américains ont déclaré que les officiers russes eux-mêmes sont divisés sur la façon de répondre aux contre-offensives ukrainiennes. Certains officiers pensent qu'ils doivent repousser avec force les directives de M. Poutine avant que les Ukrainiens ne percent leurs lignes actuelles. D'autres pensent qu'ils peuvent suivre les directives de M. Poutine.

La Russie a continué à se concentrer sur le sud, malgré les progrès réalisés par les Ukrainiens à l'est de Kharkiv. Si Moscou a envoyé quelques renforts aux positions du nord-est en difficulté, la plupart des dizaines de milliers de soldats que la Russie a envoyés au sud dans la région de Kherson - y compris certaines de ses meilleures forces de combat - restent sur place.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

---

Détail sur une partie du pont de Kherson :

 

 

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, olivier lsb a dit :

Est-ce qu'ils ne sont pas allés un petit trop fort là sur le camo ?

Pour ceux qui n'ont pas la référence sur les "Ents", c'est un clin d'oeil au seigneur des anneaux

Rien de nouveau

9d4279f14796a3e6347c0dbf9c3d5d827b1f6b79

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,805
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FLOMED
    Newest Member
    FLOMED
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...