Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 49 minutes, Claudio Lopez a dit :

La Russie semble avoir mis le paquet pour marquer les esprits. 

Il y a quelques jours, un général américain je crois que c'était Petraeus ancien gouverneur militaire de l'Irak a dit que la Russie s'apprêtait à faire sa propre version de Choc et Effroi l'opération américaine contre l'Irak.

Je constate qu'il avait raison.

Au-delà des effets directs des attaques multiples, puissantes et coordonnées, l'objectif est de démoraliser l'ennemi pour obtenir son effondrement.

 

il y a 23 minutes, Banzinou a dit :

Aucune réaction ukrainienne pour le moment, j'ai l'impression qu'outre le bordel ambiant, ils ont peur de riposter pour ne pas être annihilés complétement

Pas forcément. Si l'ensemble de leurs systèmes de commandement est attaqué - et ça semble être le cas - ils n'ont peut-être tout simplement aucune possibilité de riposter pour l'instant.

De toute façon, supposant la destruction ou neutralisation de l'ensemble de leur aviation - c'est vraisemblable - ils ne pourront résister qu'au sol avec des armes à courte portée, ou à la rigueur de l'artillerie portant à quelques dizaines de kilomètres, si encore ils parviennent à cibler ce qui suppose d'avoir des réseaux de communication un tant soit peu fonctionnels.

Link to comment
Share on other sites

Oui je suis surpris qu'il frappe si pres des frontiere de l'Otan a Odessa et Lviv.  A priori c'est tout azimut.  J'aurais pense qu'il aurait commence par prendre et assurer sa position dans le terrritoire a l'est du grand fleuve qui separe l'Ukraine en deux (est/ouest). Car j'imagine qu'il y aura plus de resistance a l'ouest qu'a l'est avec une population pro russe.  Clairement je ne suis pas sur la meme longueure d'onde que Vlad.

spacer.png

Edited by Lordtemplar
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Ciders a dit :

Ce qui me rassure, c'est que la liberté du Donbass est désormais assurée. Fin de l'ironie.

Je suis d'accord mais il faut pas oublier le reste de la population ces gens ne méritent pas cette situation , j’espère que les russes vont éviter dans la mesure du possible de se battre dans les villes mais j'ai des doutes et surtout Kiev ville historiques ce serait malheureux....

Je crois qu'on est à l'aube d'une nouvelle donne dans les relations internationales les russes attaquent pour la première fois un autre pays et côté ouest personne ne bouge ( encore heureux)

Edited by Am39Exocet
Link to comment
Share on other sites

Si on veut faire mal à la Russie, il faut les laisser entrer en Ukraine. C’est l’opinion publique Russe qui peut faire changer la donne. Et cette opinion changera en voyant les cercueils et le temps passer... Putin a déjà perdu dans le temps.

L’operation Désert Storm n’a pas permis de prendre Bagdad ...

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Zalmox a dit :

5 avions et un hélicoptère russe abattus.

Communiqué de l'armée ukrainienne cité tout à l'heure sur CNews.

J'ai vu. Pas d'images encore. Twitter a l'air assez secoué, pas trouvé encore d'illustrations pour confirmer.

A noter si j'ai bien suivi que Poutine s'en tient à ses objectifs affichés : démilitariser, dénazifier, purger judiciairement. C'est assez effrayant, y compris pour les Baltes et les Polonais qui normalement "n'ont rien à craindre".

Link to comment
Share on other sites

L'allocution de Poutine à la population de Russie, diffusée aujourd'hui à 6 heures heure locale - même comme si déjà signalé elle avait sans doute été enregistrée avant

La transcription n'est pas terminée. Mais déjà c'est un discours-fleuve. Je n'ai pas tout lu, mais le ton général semble être de rappeler tous les griefs de la Russie toutes les vilenies de l'Occident, comme si l'opération d'aujourd'hui avait pour but sur le plan émotionnel de "solder les comptes", comme si c'était la libération et matérialisation de sentiments longtemps contenus :mellow: ?

Révélation

Chers citoyens de Russie ! Chers amis !

Aujourd'hui, je considère une fois de plus qu'il est nécessaire de revenir sur les événements tragiques qui se déroulent à Donbas et sur les questions clés de la sécurité de la Russie elle-même.

Je commencerai par ce que j'ai dit dans mon discours du 21 février de cette année. Je me réfère à ce qui nous préoccupe et nous préoccupe particulièrement, les menaces fondamentales que font peser, pas à pas, année après année, les politiciens irresponsables de l'Ouest sur notre pays. Je fais référence à l'expansion du bloc de l'OTAN à l'est, à la proximité de ses infrastructures militaires aux frontières de la Russie.

Il est bien connu que, depuis 30 ans, nous essayons avec persistance et patience de parvenir à un accord avec les principaux pays de l'OTAN sur les principes d'une sécurité égale et indivisible en Europe. En réponse à nos propositions, nous nous sommes constamment heurtés soit à des tromperies et à des mensonges cyniques, soit à des tentatives de pression et de chantage, alors qu'entre-temps, l'Alliance de l'Atlantique Nord, malgré toutes nos protestations et nos préoccupations, ne cesse de s'étendre. La machine de guerre est en marche et, je le répète, elle s'approche de nos frontières.

Pourquoi tout cela arrive-t-il ? Pourquoi cette attitude arrogante consistant à parler depuis la position de notre propre exclusivité, infaillibilité et permissivité ? D'où vient cette attitude indifférente et dédaigneuse à l'égard de nos intérêts et de nos demandes absolument légitimes ?

La réponse est claire, compréhensible et évidente. L'Union soviétique s'est affaiblie à la fin des années 1980, puis s'est effondrée. Tout ce qui s'est passé alors est une bonne leçon pour nous aujourd'hui ; il a démontré de manière convaincante que la paralysie du pouvoir et de la volonté est le premier pas vers la dégradation complète et l'oubli. Lorsque nous avons perdu notre confiance pendant un certain temps, l'équilibre du pouvoir dans le monde a été rompu.

Cela a conduit à une situation où les traités et accords antérieurs ne sont plus réellement en vigueur. La persuasion et les demandes n'ont pas aidé. Tout ce qui ne convient pas à l'hégémon, aux pouvoirs en place, est déclaré archaïque, obsolète et inutile. Et vice versa : tout ce qui leur semble avantageux est présenté comme la vérité ultime, à faire passer à tout prix, sans ménagement, par tous les moyens. Les dissidents sont brisés sur leurs genoux. 

Ce dont je parle maintenant ne concerne pas seulement la Russie et pas seulement nous. Elle concerne l'ensemble du système des relations internationales, et parfois même les alliés des États-Unis eux-mêmes. Après l'effondrement de l'URSS, une redistribution du monde a effectivement commencé, et les normes établies du droit international - et les principales, fondamentales, ont été adoptées après la Seconde Guerre mondiale et ont largement consolidé ses résultats - ont commencé à gêner ceux qui se sont déclarés vainqueurs de la guerre froide.

Bien sûr, dans la vie pratique, dans les relations internationales, dans les règles qui les régissent, il fallait tenir compte des changements dans la situation mondiale et dans l'équilibre des forces lui-même. Toutefois, cela devait être fait de manière professionnelle, sans heurts, avec patience, en tenant compte et en respectant les intérêts de tous les pays et en comprenant leur responsabilité. Mais non - un état d'euphorie dû à une supériorité absolue, une sorte d'absolutisme moderne, et pourtant sur fond d'un faible niveau de culture générale et d'arrogance de ceux qui ont préparé, adopté et fait passer les décisions qui n'étaient profitables que pour eux-mêmes. La situation a commencé à évoluer d'une manière différente. 

Il n'est pas nécessaire d'aller bien loin pour trouver des exemples. Premièrement, une opération militaire sanglante a été menée contre Belgrade sans aucune autorisation du Conseil de sécurité de l'ONU. Plusieurs semaines de bombardements continus de villes civiles, d'infrastructures indispensables à la vie. Je dois rappeler ces faits car certains collègues occidentaux n'aiment pas se souvenir de ces événements et, lorsque nous en parlons, ils préfèrent pointer du doigt non pas les normes du droit international, mais les circonstances, qu'ils interprètent comme bon leur semble.

Puis ce fut le tour de l'Irak, de la Libye, de la Syrie. L'utilisation illégitime de la force militaire contre la Libye et la perversion de toutes les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la question libyenne ont conduit à la destruction totale de l'État, créant un immense foyer de terrorisme international et plongeant le pays dans un désastre humanitaire et une longue guerre civile qui fait toujours rage. La tragédie qui a condamné des centaines de milliers, des millions de personnes non seulement en Libye, mais dans toute la région, a provoqué un exode massif de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient vers l'Europe.

Un sort similaire était réservé à la Syrie. L'action militaire de la coalition occidentale sur le territoire de ce pays, sans le consentement du gouvernement syrien et l'autorisation du Conseil de sécurité de l'ONU, n'est rien d'autre qu'une agression, une intervention.

Mais l'invasion de l'Irak occupe également une place de choix, bien entendu sans aucune base juridique. Le prétexte était que les États-Unis disposaient prétendument d'informations fiables sur la présence d'armes de destruction massive en Irak. Pour le prouver publiquement, devant le monde entier, le secrétaire d'État américain a secoué un tube contenant une poudre blanche, assurant à tout le monde qu'il s'agissait d'une arme chimique développée en Irak. Et puis il s'est avéré que c'était une fabrication, un bluff : il n'y avait pas d'armes chimiques en Irak. Incroyable, incroyable, mais le fait demeure. Il y a eu des mensonges au plus haut niveau de l'État et du haut de la tribune de l'ONU. Et le résultat a été d'énormes pertes, des destructions et une incroyable poussée de terrorisme.

D'une manière générale, il semble que pratiquement partout, dans de nombreuses régions du monde, où l'Occident vient établir son ordre, des blessures sanglantes, non cicatrisantes, des plaies du terrorisme international et de l'extrémisme subsistent en conséquence. Tout ce que j'ai dit est le plus flagrant, mais loin d'être le seul exemple de mépris du droit international.

Les promesses de notre pays de ne pas étendre l'OTAN d'un pouce à l'est en font également partie. Je le répète : ils ont été trompés, ou, pour le dire en termes vernaculaires, tout simplement abandonnés. Oui, on entend souvent dire que la politique est un sale métier. Peut-être, mais pas aussi sale, pas à ce point. Après tout, un tel comportement de tricherie est non seulement contraire aux principes des relations internationales, mais surtout aux normes de moralité et d'éthique généralement acceptées. Où sont la justice et la vérité ici ? Rien que des mensonges et de l'hypocrisie. 

D'ailleurs, les politiciens, les politologues et les journalistes américains eux-mêmes écrivent et disent qu'un véritable "empire du mensonge" a été créé à l'intérieur des États-Unis ces dernières années. Il est difficile de ne pas être d'accord avec cela - c'est ainsi. Mais il n'y a pas lieu d'être modeste : les États-Unis restent un grand pays, une puissance formatrice de systèmes. Ses satellites ne se contentent pas de l'approuver docilement et docilement, de chanter à chaque occasion, mais ils copient son comportement et acceptent avec enthousiasme les règles qu'il propose. C'est pourquoi, à juste titre, on peut affirmer avec confiance que l'ensemble du soi-disant bloc occidental, formé par les États-Unis à son image et à sa ressemblance, est le même "empire du mensonge".

Quant à notre pays, après l'effondrement de l'URSS, malgré l'ouverture sans précédent de la nouvelle Russie moderne et sa volonté de travailler honnêtement avec les États-Unis et d'autres partenaires occidentaux, dans des conditions de désarmement réellement unilatéral, ils ont immédiatement essayé de nous écraser, de nous achever et de nous détruire pour de bon. C'est exactement ce qui s'est passé dans les années 90 et au début des années 2000, lorsque le soi-disant Occident collectif a soutenu activement le séparatisme et les bandes de mercenaires dans le sud de la Russie. Quels sacrifices et quelles pertes cela nous a coûté, quelles épreuves nous avons dû traverser avant de pouvoir enfin briser le dos du terrorisme international dans le Caucase. Nous nous en souvenons et ne l'oublierons jamais.

En fait, jusqu'à récemment, les tentatives de nous utiliser dans leurs intérêts, de détruire nos valeurs traditionnelles et de nous imposer leurs pseudo-valeurs, qui nous corroderaient, nous, notre peuple, de l'intérieur, ces attitudes qu'ils imposent déjà agressivement dans leurs pays et qui mènent directement à la dégradation et à la dégénérescence, car c'est contre la nature humaine elle-même, n'ont pas cessé. Cela n'arrivera pas, cela n'a jamais marché pour personne. Elle n'y parviendra pas non plus maintenant.

Malgré tout, nous avons tenté une nouvelle fois, en décembre 2021, de parvenir à un accord avec les États-Unis et leurs alliés sur les principes de sécurité en Europe et sur la non-extension de l'OTAN. En vain. La position des États-Unis n'a pas changé. Ils ne considèrent pas qu'il est nécessaire de parvenir à un accord avec la Russie sur cette question essentielle pour nous, ils poursuivent leurs propres objectifs et ne tiennent pas compte de nos intérêts. 

Et bien sûr, cette situation soulève la question : que faire ensuite, à quoi s'attendre ? Nous savons bien, grâce à l'histoire, qu'en 1940 et au début de l'année 41, l'Union soviétique a tout fait pour empêcher, ou du moins retarder, le déclenchement de la guerre. Pour ce faire, il faut notamment essayer littéralement jusqu'à la dernière minute de ne pas provoquer un agresseur potentiel, ne pas effectuer ou reporter les mesures les plus nécessaires et évidentes pour se préparer à repousser l'attaque inévitable. Et les mesures qui ont finalement été prises étaient désastreusement tardives.

En conséquence, le pays n'était pas prêt à faire face à l'invasion de l'Allemagne nazie, qui a attaqué notre patrie sans déclaration de guerre le 22 juin 1941. L'ennemi a été arrêté puis écrasé, mais à un coût colossal. La tentative de plaire à l'agresseur à la veille de la Grande Guerre Patriotique a été une erreur qui a coûté cher à notre peuple. Au cours des premiers mois de combat, nous avons perdu de vastes territoires stratégiquement importants et des millions de personnes. Nous ne ferons pas une telle erreur une deuxième fois, nous n'avons pas le droit.

Ceux qui aspirent à la domination du monde déclarent publiquement, en toute impunité et, je le souligne, sans aucune justification, que nous, la Russie, sommes leur ennemi. En effet, ils disposent aujourd'hui de grandes capacités financières, scientifiques, technologiques et militaires. Nous en sommes conscients et évaluons objectivement les menaces qui sonnent constamment à notre adresse dans le domaine de l'économie, ainsi que notre capacité à résister à ce chantage impudent et permanent. Je le répète, nous les évaluons sans illusions, de manière très réaliste.

Dans le domaine militaire, la Russie moderne, même après l'effondrement de l'URSS et la perte d'une grande partie de son potentiel, est aujourd'hui l'une des puissances nucléaires les plus puissantes du monde et dispose en outre d'avantages certains dans un certain nombre d'armements de pointe. Il ne devrait donc faire aucun doute qu'une attaque directe contre notre pays entraînerait la défaite et des conséquences désastreuses pour tout agresseur potentiel.

Cependant, la technologie, y compris celle de la défense, évolue rapidement. Le leadership dans ce domaine a changé et changera de main en main, mais le développement militaire des territoires adjacents à nos frontières, si nous le permettons, se poursuivra pendant des décennies, peut-être pour toujours, et constituera une menace toujours plus grande et totalement inacceptable pour la Russie.

Aujourd'hui déjà, alors que l'OTAN s'étend vers l'est, la situation de notre pays empire et devient chaque année plus dangereuse. En outre, ces derniers jours, les dirigeants de l'OTAN ont explicitement évoqué la nécessité d'accélérer, de forcer l'avancée des infrastructures de l'alliance vers les frontières de la Russie. En d'autres termes, ils renforcent leur position. Nous ne pouvons plus nous contenter de regarder ce qui se passe. Ce serait complètement irresponsable de notre part.

La poursuite de l'expansion de l'infrastructure de l'Alliance de l'Atlantique Nord, le développement militaire des territoires de l'Ukraine qui a commencé, est inacceptable pour nous. Le problème, bien sûr, ne concerne pas l'organisation de l'OTAN elle-même - elle n'est qu'un instrument de la politique étrangère des États-Unis. Le problème est que sur les territoires adjacents aux nôtres - je note, sur nos propres territoires historiques - une "anti-Russie" est en train de se créer, qui a été placée sous un contrôle extérieur total, qui est intensivement colonisée par les forces militaires des pays de l'OTAN et qui est remplie des armes les plus modernes. 

(A suivre... la transcription n'est pas terminée...)

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Ciders a dit :

Ah :

 

 

Ce n'est pas surprenant.

Les Polonais, Roumains, ont des raisons très concrètes d'être choqués eux aussi.

Je suppose que la force d'action rapide de l'OTAN va être mise en branle pour déploiement aux frontières des Etats membres limitrophes de Russie et Ukraine.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

8 minutes ago, Pierre_F said:

Il y aura des réseaux de résistance en Ukraine, appelés terroristes par les Russes, des sabotages et des morts Russes.

 

Certainement. Comme a Grozny. Mais Vlad s'en balance des cerceuils des autres.  Je ne pense pas qu'il va lacher le morceau si facilement.  Putin ne fait pas dans la demi mesure, comme au poker, il est "all in".

Edited by Lordtemplar
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, g4lly a dit :

En 2012 ils ont fait 36% dans certaines république de l'ouest et ils avait 50 députés.

Et visiblement ils sont régulièrement invité à discuter avec les autres européens à propos de l'avenir de l'Ukraine ... tellement qu’Israël l'a fait remarqué officiellement à l’exécutif allemand.

En 2012, il y a 10 ans.

Ils ont envahi quels pays déjà? Et Poutine?

Mais continuons la chanson de Kyiv au mains des nazis, Vlad adore ce refrain.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y aura une Russie aux bans des nations, des sanctions économiques difficiles à supporter et je me demande quelle profondeur en munitions coûteuses peut avoir la Russie.

Cela fait des semaines maintenant que la troupe russe vit dans le froid et la neige.

Edited by Pierre_F
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Alexis a dit :

Ce n'est pas surprenant.

Les Polonais, Roumains, ont des raisons très concrètes d'être choqués eux aussi.

Je suppose que la force d'action rapide de l'OTAN va être mise en branle pour déploiement aux frontières des Etats membres limitrophes de Russie et Ukraine.

Eh bien... peut-être que les Polonais auraient très envie d'aller au moins jusqu'à Lviv. Ce qui ferait les affaires de la propagande russe mais au point où on en est...

Beaucoup de poussière, de vidéos qui commencent à tomber un peu partout. De là où je suis :

  • débarquement russe possible à Ochakov, près d'Odessa (où les pistes de la base de Kulbakino ont pris des missiles)
  • les Ukrainiens annoncent au moins un Su-24 abattu dans l'est de l'Ukraine, sûrement dans la liste des six aéronefs revendiqués
  • l'aviation russe revendique la neutralisation totale des bases aériennes ukrainiennes
  • on parlerait de centaines de morts dans les frappes initiales, selon un officiel ukrainien cité par le Wall Street Journal
  • franchissements de matériels russes aussi à la frontière de Crimée
Edited by Ciders
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Alexis a dit :

Ce dont je parle maintenant ne concerne pas seulement la Russie et pas seulement nous. Elle concerne l'ensemble du système des relations internationales, et parfois même les alliés des États-Unis eux-mêmes.

Tiens ça c'est pour nous... :dry:

il y a 7 minutes, Alexis a dit :

En fait, jusqu'à récemment, les tentatives de nous utiliser dans leurs intérêts, de détruire nos valeurs traditionnelles et de nous imposer leurs pseudo-valeurs, qui nous corroderaient, nous, notre peuple, de l'intérieur, ces attitudes qu'ils imposent déjà agressivement dans leurs pays et qui mènent directement à la dégradation et à la dégénérescence, car c'est contre la nature humaine elle-même, n'ont pas cessé. Cela n'arrivera pas, cela n'a jamais marché pour personne. Elle n'y parviendra pas non plus maintenant.

Et quand je vous parlais de ça il y a 2 jours... ce n'était pas juste pour le folklore.
Mais bon.

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Ciders a dit :

Diiiiites. Je pensais à un truc. Affreux. Horrible. Abominable. Et en même temps prévisible :

  Masquer le contenu

Arnauld sur Avions légendaires va être insupportable !

Tentative de détendre l'atmosphère, désolé.

Les grands esprits se rencontre !

J'ai pas pu fermer l'œil de la nuit à cette pensée...

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

  • collectionneur changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires
  • Akhilleus locked this topic
  • Akhilleus unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,765
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...