Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

Il y a 1 heure, jojo (lo savoyârd) a dit :

... Essaye de courrir avec des bottes caoutchouc remplie d'eau ! :biggrin:

(sans même tenter de gravir un fossé boueux. Par contre c'est plus facile à vider :tongue:)

 

ma question était uniquement dirigée par rapport aux hommes qui se trouvent dans les tranchées  :wink: 

il y a 27 minutes, papsou a dit :

Les bottes en caoutcouc sont une catastrophe dans le froid et la neige. Bonjour les angelures, même avec des chaussons.

J'en suis bien conscient. Raison pour laquelle, dans ma réflexion, elle ne seraient utilisées que lors de la raspoutitsa

il y a une heure, Connorfra a dit :

Les bottes si en bonne état sont étanchent, les bottes en caoutchouc ne permettent pas une marche de combat dans de bonnes conditions 

J'en suis bien conscient, leur utilisation ne serait que statique en tranchée lorsque celles-ci sont boueuses. Mais comme indiqué dans mon 1er message, cela a certainement déjà été envisagé et les inconvénients ayant étés jugés plus importants que les avantages.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Connorfra a dit :

Les bottes si en bonne état sont étanchent, les bottes en caoutchouc ne permettent pas une marche de combat dans de bonnes conditions et un fantassin qui ne peut plis marcher est un poids mort. La solution est d'avoir des guêtres étanches, après des bottes de combats qui allie chaleur étanchéité et marche ça existe c'est juste chère. 

En randonnée très très humide, le couple idéal pour moi sont des chaussures non étanche (pas de gortex ou autres membranes) mais qui sèchent très vite  (et très respirantes....si possible en synthétique) et des chaussettes imperméables/étanches. La chaussure assurant la protection mécanique et la chaussette la protection thermique  (et il est plus facile d'emporter 3 paires de chaussettes que 3 paires de chaussures pour effectuer des rotations).

C'est un peu hs...... 

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Impact de la guerre sur la démographie en Russie : https://cablefreetv.org/birth-rate-in-russia-down-by-6-5-percent-dw-11-27-2022/

La population baisse fortement en raison de l'exode des réfractaires (record depuis 2005) mais les naissances aussi chutent aussi de 6,5% alors que l'effet de la guerre doit être faible sur celles ci (le pire est à venir)

Taux de natalité en Russie en baisse de 6,5% – DW – 27/11/2022

Le nombre de naissances en Russie a chuté de 6,5 % de janvier à septembre 2022. Cela a été annoncé le dimanche 27 novembre par Anna Kuznetsova, vice-présidente de la Douma d'État, chef de la Commission russe unie pour la protection de la famille et des enfants. Elle s'est entretenue avec les participantes du Forum panrusse des femmes à Moscou.

"Nous pouvons voir que dans les résultats de neuf mois de cette année, le taux de natalité a déjà chuté à 6,5%", a déclaré Kuznetsova. Elle a ajouté que pour 10 mariages, il y a sept divorces. Au cours des dernières années, le ratio est resté à peu près le même.

Rosstat: la réduction maximale du nombre d'habitants de la Fédération de Russie en 15 ans

Pour 2020, le nombre d'habitants de la Russie est passé de 146,74 millions à 146,23 millions de personnes (au 1er janvier 2021). Le Service fédéral des statistiques de l'État (Rosstat) n'a pas observé une telle baisse depuis 2005. Puis la population de la Russie est passée de 143,8 millions à 143,2 millions d'habitants début 2006.

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Saladin a dit :

Il faisaient comment les Nords Vietnamiens ? 

En tongs (mais les températures sont différentes) :

soldier-bunker-Viet-Cong-Vietnam-War.jpg

 

Il y a 3 heures, papsou a dit :

Les bottes en caoutcouc sont une catastrophe dans le froid et la neige. Bonjour les angelures, même avec des chaussons.

Les chaussures de protection ancien modèle n'étaient pas fameuses par grand froid avec les coques acier. L'acier a quasiment disparu depuis quinze ans et le composite est beaucoup plus supportable (et léger) dans le froid.

Sinon, les bottes fourrées sont pas mal en hiver, mais tout fini par être percé sous une pluie permanente. Ce n'est pas pour rien que les soldats ukrainiens sur les vidéos s'abritent sous une bâche plastique pour espérer un peu de répit.

 

Edited by Benoitleg
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Minitel a dit :

et il est plus facile d'emporter 3 paires de chaussettes

HS également : prévoir au niveau section/groupe un appareil de mise sous vide/vaccum pour la nourriture, mais aussi pour les sous-vêtements/chaussettes > emballage totalement hermétique (même si le sac à dos tombe à l'eau, les sous-vêtements emballés ainsi resteront sec) et volume réduit au minimum.

Clairon

  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il ne me semble pas l'avoir vu mais j'ai un doute : article américano-centré (pour changer) du NyTimes sur l'usure des M-777 essentiellement (traduc. deepl.com brute) :

Révélation

L'artillerie se brise en Ukraine. Cela devient un problème pour le Pentagone.

Les soldats ukrainiens tirent des milliers d'obus par jour, obligeant les États-Unis à remplacer les canons de l'autre côté de la frontière, en Pologne.

Par John Ismay et Thomas Gibbons-Neff
25 nov. 2022

WASHINGTON - Les troupes ukrainiennes tirent chaque jour des milliers d'obus explosifs sur des cibles russes, à l'aide de canons de haute technologie fournis par les États-Unis et leurs alliés. Mais ces armes s'épuisent après des mois de surutilisation, ou sont endommagées ou détruites au combat, et des dizaines d'entre elles ont été retirées du champ de bataille pour être réparées, selon des responsables américains et ukrainiens.

Un tiers des quelque 350 obusiers de fabrication occidentale donnés à Kiev sont hors d'usage à tout moment, selon les responsables de la défense des États-Unis et d'autres personnes connaissant bien les besoins de l'Ukraine en matière de défense.

Le remplacement du canon d'un obusier, qui peut mesurer 20 pieds de long et peser des milliers de livres, dépasse les capacités des soldats sur le terrain et est devenu une priorité pour le Commandement européen du Pentagone, qui a mis en place une installation de réparation en Pologne.

Les pièces d'artillerie de fabrication occidentale ont offert aux soldats ukrainiens une bouée de sauvetage lorsqu'ils ont commencé à manquer de munitions pour leurs propres obusiers de l'ère soviétique, et il est devenu aussi important pour les alliés de l'Ukraine de les maintenir en action que de leur fournir suffisamment de munitions.

L'effort de réparation des armes en Pologne, qui n'a pas été signalé auparavant, a commencé au cours des derniers mois. L'état des armes de l'Ukraine est un sujet très secret pour les responsables militaires américains, qui ont refusé de discuter des détails du programme.

"Avec chaque capacité que nous donnons à l'Ukraine, et celles que nos alliés et partenaires fournissent, nous travaillons pour nous assurer qu'ils ont les bons paquets de maintenance pour soutenir ces capacités au fil du temps", a déclaré le lieutenant-commandant Daniel Day, un porte-parole du Commandement européen des États-Unis, dans un communiqué.

Lorsque les munitions pour les canons ukrainiens de l'ère soviétique, qui tirent des obus de 152 millimètres de diamètre, se sont raréfiées peu après l'invasion, les obusiers standard de l'OTAN qui tirent des obus de 155 millimètres sont devenus certaines des armes les plus importantes de l'Ukraine, étant donné les vastes stocks d'obus compatibles détenus par les partenaires de Kiev.

Le Pentagone a envoyé 142 obusiers M777 à l'Ukraine, soit suffisamment pour équiper environ huit bataillons, selon le décompte le plus récent de l'aide militaire américaine à l'Ukraine. Les troupes ukrainiennes les ont utilisés pour attaquer les troupes ennemies avec des volées d'obus de 155 millimètres, pour cibler les postes de commandement avec un petit nombre d'obus à guidage de précision et même pour poser de petits champs de mines antichars.

La Russie et l'Ukraine ont toutes deux du mal à répondre à la demande de munitions d'artillerie sur le front. La Russie s'est tournée vers la Corée du Nord pour obtenir des munitions, et l'Ukraine a demandé davantage d'obus à ses alliés.

Les États-Unis ont expédié des centaines de milliers de munitions de 155 millimètres pour que l'Ukraine les utilise dans les plus grands barrages sur le continent européen depuis la Seconde Guerre mondiale et se sont engagés à fournir près d'un million d'obus en tout, provenant de leur propre inventaire et de l'industrie privée.

Les forces ukrainiennes ont également reçu des obus de 155 millimètres de pays autres que les États-Unis. Certains de ces obus et charges propulsives n'avaient pas été testés pour être utilisés dans certains obusiers, et les soldats ukrainiens ont découvert au combat que certains d'entre eux peuvent user les barils plus rapidement, selon les responsables militaires américains.

Une fois les obusiers endommagés arrivés en Pologne, les équipes de maintenance pourront changer les barils et effectuer d'autres réparations. Les responsables ukrainiens ont déclaré qu'ils souhaitaient rapprocher ces sites de maintenance des lignes de front, afin que les canons puissent être remis en service plus rapidement, ont indiqué les responsables américains et d'autres personnes.

Le travail sur les obusiers est supervisé par le Commandement européen des États-Unis à Stuttgart, en Allemagne, mais pourrait bientôt relever d'un nouveau commandement qui se concentrera sur la formation et l'équipement des troupes ukrainiennes.

"Il n'est pas tout à fait surprenant qu'il y ait des problèmes de maintenance avec ces armes", a déclaré Rob Lee, analyste militaire au Foreign Policy Research Institute. "Ils n'ont pas reçu un paquet complet de formation pour eux et ont ensuite été jetés dans le combat, donc vous allez avoir beaucoup d'usure."

Les armes d'artillerie occidentales fournies à l'Ukraine, sous la forme de lance-roquettes et d'obusiers, ont des besoins de maintenance très différents. Parmi les premières, les véhicules HIMARS ont besoin de peu de travail pour continuer à tirer leurs munitions, qui sont contenues dans des pods de tubes préchargés. Mais les obusiers sont essentiellement de grandes armes à feu qui sont rechargées avec des munitions - des obus pesant environ 40 kg chacun - et tirées plusieurs centaines ou milliers de fois, ce qui finit par user les pièces internes du canon.

La nature des duels d'artillerie, au cours desquels les équipages ukrainiens tirent souvent à très longue distance pour rendre les contre-attaques russes plus difficiles, exerce une pression supplémentaire sur les obusiers. Les charges propulsives plus importantes nécessaires à cet effet produisent beaucoup plus de chaleur et peuvent entraîner une usure plus rapide des canons.

Actuellement, les forces ukrainiennes tirent entre 2 000 et 4 000 obus d'artillerie par jour, un nombre souvent dépassé par les Russes. Au fil du temps, ce rythme a causé des problèmes aux soldats ukrainiens utilisant des obusiers M777, notamment des obus qui ne se déplacent pas aussi loin ou avec autant de précision.

Certains de ces problèmes peuvent être attribués, en partie, à la conception de l'obusier. Construite en grande partie en titane, un matériau plus léger que l'acier mais tout aussi résistant, l'arme est plus facile à déplacer sur le champ de bataille et plus rapide à mettre en place que les canons précédents - un avantage évident pour les États-Unis lorsqu'ils ont commencé à utiliser le M777 en Irak et en Afghanistan au début des années 2000.

Dans ces guerres, contrairement à l'Ukraine, le M777 était généralement utilisé pour tirer de petits nombres d'obus en appui aux troupes.

Les États-Unis ont toutefois eu un aperçu de ce qui pourrait arriver aux obusiers M777 ukrainiens il y a cinq ans, pendant la campagne visant à vaincre l'État islamique.

En 2017, une batterie d'artillerie des Marines de Camp Lejeune s'est déployée en Syrie avec quatre canons M777 et a tiré plus de 23 000 cartouches de 155 millimètres en cinq mois de soutien aux opérations de combat à Raqqa - soit près de 55 fois ce qu'une batterie typique de cette taille tire normalement en un an d'entraînement en temps de paix.

En conséquence, trois des obusiers de la batterie ont dû être retirés en raison de leur usure excessive au cours de ce déploiement et ont été remplacés par des canons gardés en réserve au Koweït.

Lorsque l'un des obusiers tombait en panne, les autres tiraient simplement davantage, une option que les Ukrainiens sont contraints de choisir quotidiennement.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Avantage des Himars (pas de tube => pas d'usure des tubes, précision et allonge bien meilleure) , probable avantage des Caesar également (meilleure portée / bien meilleure mobilité / probable meilleure précision => bcp moins d'usure à effets équivalents). Ca démontre aussi que l'usage de munitions guidées sur les canons classiques a un avantage majeur par la réduction drastique du nombre de coups tirés à iso-effets : moins de logistique pour les obus bien sûr, mais moins également pour les obusiers. Spacido/Katana seraient vraiment des multiplicateurs de force majeurs en haute intensité.

Edited by Boule75
  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, Coriace a dit :

Juste un mot car ce n'est pas de trop : quel courage les mères de Soldats russes qui petitionnent contre la guerre 

Je n'ai pas compris ça, il me semble qu'elles pétitionnent pour que leurs soldats d'enfants soient entrainés et équipés correctement.

Link to comment
Share on other sites

Le 26/11/2022 à 23:44, Manuel77 a dit :

Intéressant. Sur l'image de gauche, on dirait qu'il y a de la céramique sous le blindage du hérisson en caoutchouc et en acier.

Sur l'image de droite, on dirait que l'aspirateur de fumée endommagé est en fibre de carbone ou en fibre de verre. 

S'il s'agit vraiment d'un tir de Lancet, je me demande si ce drone peut détruire un char. Wikipedia dit qu'il est armé d'une ogive hautement explosive ou d'une ogive à fragmentation. C'est aussi ce à quoi ressemble l'image.

Pas de charge creuse ?

Je me posais la question en regardant les vidéos. Lors de certains impacts, il y a de la poussière soulevée partout autour à bonne distance avec les impacts de shrapnel alors que pour d'autre il y a très peu de poussière. Mais c'est difficile de savoir si cela provient de la nature du terrain autour et de son humidité ou de différence dans la charge. En tout cas, les systèmes modernes ont souvent des charges multi-rôle c'est à dire une charge creuse mais capable de faire des éclats. je ne sais pas si les russes maitrisent cette technique.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, Deres a dit :

Je me posais la question en regardant les vidéos. Lors de certains impacts, il y a de la poussière soulevée partout autour à bonne distance avec les impacts de shrapnel alors que pour d'autre il y a très peu de poussière. Mais c'est difficile de savoir si cela provient de la nature du terrain autour et de son humidité ou de différence dans la charge. En tout cas, les systèmes modernes ont souvent des charges multi-rôle c'est à dire une charge creuse mais capable de faire des éclats. je ne sais pas si les russes maitrisent cette technique.

Le Lancet est crédité d'un certain nombre de MBT (T64 et T80) ce qui est effectivement étonnant pour une charge de 3 kg censée être HE-frag seulement

il y a 2 minutes, Benoitleg a dit :

Je me permet ce petit rappel pour les personnes évaluant mal l'effet de l'exposition permanente au froid et à l'humidité perçante/glaçante, c'est à dire vivre là-dedans (et dormir), sans possibilité de s'abriter dans un endroit chauffé où sécher ses habits/se réchauffer/dormir au chaud).

D'expérience*,  le retentissement physique ne se limite pas qu'aux problèmes de pieds, aussi de mains et de visage, avec les probables complications médicales associée : crevasses, engelures,  mycoses, etc..., sans parler pour pieds et mains, des entorses, luxations, fractures.. sur sol glissant.

- Ces conditions impactent l'appareil digestif sans qu'il aie même d'infection. On part selon les moments en diarrhée (perte massive des sels minéraux) ou en constipation, par déshydratation (le froid est très asséchant). On est ou à plat et alité ou plié de douleur, toute chose impactante pour l'activité. On voit ainsi un soldat ukrainien alité sous une toile en bâche plastique, repos, coup de fatigue ou trouble physique ?

Pour contenir la perte de sels minéraux avant qu'on se ne délabre trop et s'hydrater, la soupe déshydratée bourrée de sel passée à l'eau bouillante est très efficace (apport eau+sel+ chaleur : soupe Knor, retex issue de 14-18 et démocratisée en 39-40).

- Ces conditions attaquent aussi l'appareil respiratoire, avec une arrivée massive de toutes les infections respiratoires possibles (Retex de 14-18 pour l'armée française par exemple, une modification de l'uniforme avait permis, de mémoire, de baisser le taux de tuberculose de 25%).

Par temps de COVID, le résultat ne doit pas être fameux et on entend la toux permanente des soldats ukrainiens dans les vidéos.

-Autre remarque, ces conditions attaquent le cerveau par hypoglycémie (absence de ravitaillement, mauvaise évaluation par la personne de son état, absence d'habitude à ce type de condition, etc..), avec une baisse de lucidité pour les personnels nouvellement arrivées parfois effrayante  : endormissement sur place, troubles sensoriels, perte d'analyse complète avec des comportements aberrants.

Ces troubles baissent par aguerrissement, mais l'absence d'activité physique (surveillance d'un point du front, etc..) est toujours susceptible d'en entraîner le retour. Ne jamais s'étonner de voir par grand froid et/ou pluie battante des personnes à la masse, incohérentes, délirantes, etc..., et encore moins sur un champ de bataille.

- Dernier point, le personnes luttent contre ces conditions de diverses manières, soit en s'abritant (réflexe de fuite : se planquer dans les abris, à l'arrière, ... ) ou en s'alimentant des manières les plus diverses, qui souvent débordent sur l'alcool et évidemment l'alcoolisme.

Je passe évidemment sur le stress et les conditions hygiéniques déplorables. Espérons que les ukrainiens aient une bonne couverture vaccinale contre la diphtérie (grand classique de 1939-1945), n'oublions pas la gale, les puces, poux, etc...

*Et pour ma part, ce n'est qu'aux horaires de travail par hiver(s) entier(s), mais ça va encore, je dispose d'un abri chauffé et je ne prends pas d'obus sur la tête. L'effet sur le personnel encadré dans le taux d'arrêt de travail/efficacité au travail est toujours palpable.

Tout ça est très juste et applicable à toute condition extrême ..... une période de repos en conditions climatiques controlées cad chauffage et chaleur sèche en environnement froid et climatisation en environnement chaud vont aider le corps a se reposer et reconstituer des forces

Sinon on perd en efficacité (au niveau individuel mais de façon élargie au niveau collectif) : on dit souvent que le port d'une tenue NRBC réduit l'efficacité de l'infanterie de 30%. Je ne sais pas si une mise en conditions "extreme" a donné lieu aux mêmes types d'évalutaions mais m'étonneraient pas qu'on finisse dans les mêmes proportions .... avant même de parler d'EVASAN

 

PS : en fait si il y'a eu des evaluations

comme ici : https://ieeexplore.ieee.org/document/899906

Et pas anodin, l'équipement de froid lui même dégrade l'efficacité des fantassins (plus lourd, plus épais, plus encombrant)

De même que la consommation logistique (nourriture + de calories/personne; eau)

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, Banzinou a dit :

Un nouveau Su-34 identifié (j'ignore pour l'instant si il s'agit d'une nouvelle perte)

Le 22 Rouge RF-95005 et sa livrée aubergine. Un "vieux" Su-34 issu de la première commande passée en 2008

Déjà noté dans les tableaux :wink: 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Vince88370 a dit :

Boeing a fait une proposition au gouvernement américain pour une roquette équipée de bombe gbu-39 qui aurait une porté de 150 km :

Selon le film ci-après de Saab-Boeing, la solution serait totalement indépendante du lanceur, un simple conteneur de 40 pouces sur un semi-remorque pourrait convenir

 

Clairon

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, jean-françois a dit :

Si la vidéo est vrai, ça montre que malgré tous les matériels récupérés aux russes, ils ont des soucis de matériel ( au moins côté chars )

Çà personne ne dit le contraire, pas pour rien qu'ils réclament toujours des transferts de matériels, même anciens. 

L'article du NYT mentionnant 1/3 des tubes 155 mm indisponible pour maintenance. 

Ils ont démarré le conflit avec (à la grosse louche) 10-15% du parc matériels équivalent Russe. 

Je reste persuadé qu'on a encore de la marge de manœuvre, chez nous en particulier, pour transférer des équipements déjà payés et retirés du service (Sagaies, AMX 10 et VAB).

J'ignore pourquoi on s'engage pas plus: la valeur stratégique de ces matériels, retirés de nos parcs, ne pouvant exister désormais que chez des acteurs étrangers, ce serait une bonne optimisation de nos impôts que d'en retirer des gains diplomatiques et stratégiques par une utilisation en Ukraine.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

En fait, il y a deux analyses possibles :

1- les ukrainiens ont beaucoup de pertes, donc totu ce qui est récupérable est envoyé sur le front dès remise en condition

2- les ukrainiens sont en train de se faire de grosses réserves de matériels lourds en vue des futures opérations, ce qui explique pourquoi ils envoient le reste en première ligne

Link to comment
Share on other sites

Je pense que les ukrainiens sont pragmatiques ils gardent le maximum de matériel même l'obsolete les T62 peuvent être utilisés dans les unités territoriales ou au troupes de secondes ligne pour pouvoir réagir en cas de tentatives d'attaque par les ventres moues ou retentative de passer par la Biélorussie ou garder des réserves si d'aventure les approvisionnements en armes devaient cesser. 

 

Nous ferions la même chose je me souviens de ce régiment français laissé en arrière en 44-45 pour tenir le siège de Saint Nazaire entièrement équipé de matériel allemand de capture l'escadron Besnier; ou encore le cas des Allemands avec des unités entièrement équipées de matériels capturés du Spitfire au t34 en passant par les M4 shermans à la fin de la guerre c'était même beaucoup de troupes qui ce retrouvaient avec du ppsh, des jeeps, des Mas36 ect, les Allemands ont utilisés des ft17 pour matter l'insurrection de Paris en 44 par exemple même avant, en mai- juin 40 les allemands ont attaqués mon secteur avec des 35 t Tchèque.

Ça ce montre pas de trop à Hollywood car on aime bien que le matériel soit bien définit pour rendre immédiatement identifiable les gentils est les méchants mais dans la réalité tu prends ce que tu peux et si l'ennemis laisse du matériel à moins d'être une armée puissante bien tu réutilise tout ce que tu peux.

 

Edited by Connorfra
  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...