Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

L'Ukraine continue de développer son industrie de défense. Hier ils annonçaient qu'ils allaient commencer la production d'obus compatibles matériel OTAN en fin d'année, là ils annoncent l'augmentation de la production de Stugna P (même si on ne sait d'où ils partent). D'autres annonces avaient été faites auparavant.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Janmary a dit :

Il y a beaucoup d'erreur et de confusion  entre Circuit imprimé (recevant par soudure un composant) et circuit intégré qui est un composant actif en silicium généralement ou germanium. Entre autre lors d'une d'émission de télévision ou les termes étaient confondues.

Et la confusion entre circuits intégrés et circuits imprimés n'est pas près de s'estomper, maintenant que certains circuits intégrés sont fabriqués selon des procédés de stéréolithographie ou de fabrication additive : banalisés comme imprimés en 3D, ils en deviennent des circuits "imprimés" selon un nouveau sens.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, FATac a dit :

Et la confusion entre circuits intégrés et circuits imprimés n'est pas près de s'estomper, maintenant que certains circuits intégrés sont fabriqués selon des procédés de stéréolithographie ou de fabrication additive : banalisés comme imprimés en 3D, ils en deviennent des circuits "imprimés" selon un nouveau sens.

Pas faux… j’avais jamais fait gaffe au glissement sémantique.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, FATac a dit :

Et la confusion entre circuits intégrés et circuits imprimés n'est pas près de s'estomper, maintenant que certains circuits intégrés sont fabriqués selon des procédés de stéréolithographie ou de fabrication additive : banalisés comme imprimés en 3D, ils en deviennent des circuits "imprimés" selon un nouveau sens.

 

Il y a 1 heure, Conan le Barbare a dit :

Pas faux… j’avais jamais fait gaffe au glissement sémantique.

 

Je n'ai pas étudié et bien sur encore moins pratiqué cette nouvelle technologie dont vous faites état, FATac et Conan le Barbare. Je ne me suis pas intéressé vraiment  au 3D à ce jour et autres  procédés de stéréolithographie ou de fabrication additive banalisés comme imprimés en 3D, qui deviennent des circuits "imprimés" selon ce nouveau sens.

Link to comment
Share on other sites

Je me demande bien dans quel état seront les anciens Léopard 1 belges envoyés en Ukraine !? Les tanks ont quand même plus de 50 ans et ils ont été retiré du service il y a déjà plus de 10 ans, et depuis ils sont stockés dans un hangar ! Alors, ils sont soit disant remis à niveau (mais à quel niveau ?) avant de partir pour l'Ukraine...

f26xi_10.jpg

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je sais que garder un véhicule sur roue est compliqué en terme d'entretiens (il faut rouler sur un quart du pneu tous les x temps, s'occuper du taux d'humidité (ni trop haut ni trop bas pour les élastomères). Est ce que les véhicules sur chenilles c'est la même chose ?

 

Je me pose cette question a propos d'une possibilité pour la France de faire du stockage long terme (pour avoir de la masse)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Desty-N a dit :

Cela ressemble furieusement à l'évolution des aéronefs durant la première guerre  mondiale: d'abord cantonnés à l'observation, ils ont été progressivement utilisés pour le bombardement et l'interceptions des appareils ennemis.
A ce rythme-là, les drones militaires de 2025 ressembleront autant à ceux de 2022, que les avions de 1917 ressemblaient à ceux de 1914.

Sinon extrait d'un article du Monde concernant la stratégie ukrainienne en ce moment! 

  Révéler le contenu masqué

C’est une nouvelle étape dans la guerre d’attrition que se livrent l’Ukraine et la Russie depuis le lancement par Moscou de son « opération militaire spéciale », il y a près de dix-huit mois. Dimanche 6 août, l’armée de Kiev a bombardé deux ponts routiers reliant la péninsule de Crimée au continent, obligeant les Russes à détourner leurs flux logistiques sur un axe situé plus à l’ouest et à allonger leurs lignes d’approvisionnement du front sud, où les forces ukrainiennes mènent plusieurs opérations de contre-offensive depuis le 4 juin.

Situés à l’est de la zone séparant la Crimée de l’oblast de Kherson, deux territoires occupés par les Russes, les ponts de Tchonhar et de Henitchesk ont été partiellement détruits par des frappes de missiles, selon des images et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. « La plate-forme du pont routier [de Tchonhar] a été endommagée », a notamment reconnu le gouverneur, prorusse, Sergueï Aksionov. Kiev avait déjà procédé en juin à un premier tir sur cet ouvrage, sans parvenir à le rendre inutilisable.

Stratégie d’usure
Ces bombardements s’inscrivent dans la stratégie d’usure adoptée depuis le début de la guerre par les autorités ukrainiennes, qui consiste à privilégier les frappes sur les axes logistiques situés en arrière du front, pour perturber voire empêcher le ravitaillement des troupes ennemies, plutôt que de les affronter frontalement, avec les risques de pertes humaines et matérielles inhérents. Cette stratégie avait été notamment adoptée avec succès, à l’automne, pour libérer la ville de Kherson et bouter les Russes hors de la rive droite du fleuve Dniepr.

« Les frappes ukrainiennes sur les points de passage à l’est perturberont probablement le transport du personnel, du matériel et de l’équipement russes de la Crimée occupée vers les opérations défensives russes (…) pendant un temps indéterminé », confirme le groupe de réflexion américain Institute for the Study of War dans une note publiée le 6 août, ajoutant que les troupes de Moscou allaient être obligées de « rediriger le trafic routier des routes orientales plus courtes vers des routes occidentales plus longues ».

Occupée depuis 2014 par des forces prorusses, la Crimée est devenue ces derniers mois l’un des axes privilégiés par Moscou pour ravitailler ses troupes dans le sud de l’Ukraine. A plusieurs reprises, les forces de Kiev ont bombardé les lignes ferroviaires parcourant la péninsule ou mené des opérations de sabotage visant des postes électriques pour immobiliser les trains militaires russes. Le pont de Kertch, qui relie le sud de la Crimée à la Russie continentale, a également été visé par deux attaques, le 22 octobre puis le 17 juillet, sans que les Ukrainiens ne parviennent à le détruire. (…)

A priori, ils utilisent les Stormsahdows/SCALP, comme ils utilisaient une partie des HIMARS : pour désorganiser la logistique adverse. Les russes se sont adaptés la première fois, ils feront pareil à cette occasion, la question c'est de savoir combien de temps il leur faudra.

Si je partage avec @Akhilleus un certain scepticisme en ce qui concerne la stratégie occidentale reposant sur une suprématie supposée imparable d'armes technologiquement très avancées, je nuancerais un peu les choses du point de vue tactique. Des outils comme des missiles de croisière dernier modèle peuvent conférer un avantage momentané. A eux seuls ils ne suffiront pas à gagner une guerre, mais ils peuvent apporter une aide importante pour certaines batailles, voire pour une campagne.

Dans le cas présent, l'EM ukrainien les utilise en jouant sur les caractéristiques géographiques de la Crimée qui contraint les flux logistiques à passer par un petit nombre de lieux. Je n'ai aucun doute sur le fait que Moscou trouvera une parade. Mais s'ils mettent trop de temps pour cela, Kiev pourrait parvenir à affaiblir suffisamment les troupes adverses et à réaliser une percée.

Le problème, c'est qu'il y a pas mal d'inconnues qui rentrent en jeu, à commencer par la date à laquelle débuteront les pluies d'automne et la rasputiza. Même s'ils passent les défense adverses, les blindés ukrainiens ne serviront pas à grand chose s'ils ne peuvent évoluer que sur des routes, pas très nombreuses et donc facile à miner ou à bombarder pour l'ennemi.

Je ne suis plus très optimiste sur la stratégie déployée. Je pense que si Kiev réussit à percer, le temps leur manquera pour exploiter cet avantage, et qu'ils progresseront au mieux de quelques (dizaines de) kilomètres. Au maximum, une chance sur trois qu'ils fassent reculer le front de 100 km cette année.

Mais s'ils réussissaient cet exploit deux années de suite dans le sud du pays, ils  atteindraient la mer d'Azov ce qui couperaient la zone occupée en deux...

Je reprecise puisque je suis cité: des armes hypertech peuvent etre des game changer  si et seulement si elles sont disponibles en quantité (ce qui est un peu antinomique ou le syndrome du Tigre versus 10 T34 ou Sherman), avec une complexité d'usage et d'entretien limité (sinon cf au dessus) et assises sur une doctrine d'usage appropriée et surtout un environnement support qui va multiplier leur effet individuel en inter arme plutot que de le diviser

Les Scalp et autres Storm Shadow changent (un peu) le cours des operations parceque ils disposent de données reco nettes (merci les US) et sont utilisés dans la bonne doctrine cad des frappes d'erosion du potentiel militaire adverse global dans la profondeur (doctrine initialement sovietique reprise et mise en oeuvre par les USA). En frappe sur cibles militaires dites purement tactiques (meme si il s'etait s'agit d'un parc de 50 chars) ils auraient été gachés

Maintenant, ce qui va suivre c'est une tentative d'adaptation russe evidemment. Mais aussi le probleme de la persistance de leur usage. Parceque aucun des fournisseurs (UK, Fr et peut etre All) n'a de stocks infinis. Or la doctrine de frappe sur les arrieres doit etre maintenue dans le temps. Suffit de voir le pendant russe qui avec un plus gros potentiel a du mal a inhiber les fonctions arrieres ukrainiennes malgrés des mois et des 100aines de missiles utilisés

Je rajouterais que l'hypertech est souvent un argument commercial (mon M1A2SEP est mieux que mon M1A2). Souvent c'est comme pour les nouveaux medocs dans la meme gamme que des anciens; le gain est marginal (mais pas le prix) en particulier dans un contexte HI ou la somme des vecteurs annulant l'avantage supposé de tel ou tel modele sont legions. Le M1A2SEP peut peut etre encaisser de face l'APFSDS d'un T90, ces chenilles vont peter pareil que celles d'un M60 sur une TM62 de 50 ans d'age. Je passe sur le criblage des structures externes par les eclats d'artillerie  et la joie d'une grenade HEAT sur le dessus de tourelle. Dans tout les cas on a au minimum un mission kill donc un vehicule off pour l'operation...

Enfin, ne pas oublier l'experience et la coherence des unités. Me rappelerais toujours cette histoire d'OPFOR sur M1 mettant la misere a des M1A2 en utilisant la doctrine des blindés sovietiques. Les M1A2 ayant de meilleurs capteurs, du GPS, un systeme INVS. Les M1 ayant une meilleure experience et cohesion d'unité. D'ailleurs, en FORAD, des X30 tuent aussi des Leclercs. Bref, tout ca pour dire que l'argument dernier modele super tech est bel et bien parfois un miroir aux alouettes qui peut eclater sous les contingences du champ de bataille (dernier exemple, les russes ressortent plus leurs BMP2 que BMP3, la valeur ajoutée du 3 n'y etant pas dans le contexte ukrainien)

 

Edited by Akhilleus
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, wielingen1991 a dit :

Je me demande bien dans quel état seront les anciens Léopard 1 belges envoyés en Ukraine !? Les tanks ont quand même plus de 50 ans et ils ont été retiré du service il y a déjà plus de 10 ans, et depuis ils sont stockés dans un hangar ! Alors, ils sont soit disant remis à niveau (mais à quel niveau ?) avant de partir pour l'Ukraine...

f26xi_10.jpg

Ca me rappelle les camions américains GMC qu'on sortait parfois du stockage pour les faire rouler un peu et qui littéralement pissaient l'huile.  C'était fin des années 80.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Coriace a dit :

Est ce que les véhicules sur chenilles c'est la même chose ?

Bien entendu.  Le principal problème c'est au niveau des joints qui se dessèchent et qui ne feront plus jamais leur effet.  

Rien qu'une clim de voiture laissée tout l'hiver sans être utilisée peut avoir ce problème en 6 mois.

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, R force a dit :

Ca me rappelle les camions américains GMC qu'on sortait parfois du stockage pour les faire rouler un peu et qui littéralement pissaient l'huile.  C'était fin des années 80.

Si je me souviens bien, il fallait faire tourner les moteurs des tanks une fois par jour !? (à confirmer par un spécialiste) En fait, j'ai connu les Léopard quand j'étais gamin à Duren, en Allemagne, au début des années 70, j'avais 4 ans et lorsque les Léopard partaient en manœuvre, ils se déplaçaient en colonne de la caserne jusqu'à la gare, on avait pas école ce jour-là et on assistait au spectacle, c'était impressionnant à cet age là et ils avaient fières allures mais bon, c'était il y a plus de 50 ans...

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, R force a dit :

Bien entendu.  Le principal problème c'est au niveau des joints qui se dessèchent et qui ne feront plus jamais leur effet.  

Rien qu'une clim de voiture laissée tout l'hiver sans être utilisée peut avoir ce problème en 6 mois.

En particulier car c'est le fluide frigorigene qui fait office de lubrifiant et d'anticorrosion dans le compresseur à piston.

 

En général il y a une 'plaque à clapets' qui joue le rôle de soupape taré sous chaque piston. C'est souvent de l'acier Sandvik. Et quand il reste trop 'collé' sur son support sans aucun mouvement, ça finit par sécher, et il va advenir une corrosion qui va coller cette plaque à clapets à la fonderie alu du compresseur.

Et là, et bien compresseur à changer.

Sur tous les trucs 'qui tournent' on a aussi potentiellement ces problèmes de grippage de contact quand l'huile ou le film gras finit par partir.

On peut anticiper et mettre des huiles de stockage qui améliorent la chose. Mais pas de miracle, à partir de qqs années y'a un facteur risque élevé selon les cycles de températures / humidité etc.

Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, wielingen1991 a dit :

Si je me souviens bien, il fallait faire tourner les moteurs des tanks une fois par jour !? (à confirmer par un spécialiste) En fait, j'ai connu les Léopard quand j'étais gamin à Duren, en Allemagne, au début des années 70, j'avais 4 ans et lorsque les Léopard partaient en manœuvre, ils se déplaçaient en colonne de la caserne jusqu'à la gare, on avait pas école ce jour-là et on assistait au spectacle, c'était impressionnant à cet age là et ils avaient fières allures mais bon, c'était il y a plus de 50 ans...

Si tu fais tourner tous les jours où presque c'est pour garder une utilisabilité 'immédiate'.

Quand tu fais un 'hivernage' il faut 24/48h pour justement changer toutes les huiles etc.

  • Thanks 4
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, wielingen1991 a dit :

Si je me souviens bien, il fallait faire tourner les moteurs des tanks une fois par jour !? (à confirmer par un spécialiste) En fait, j'ai connu les Léopard quand j'étais gamin à Duren, en Allemagne, au début des années 70, j'avais 4 ans et lorsque les Léopard partaient en manœuvre, ils se déplaçaient en colonne de la caserne jusqu'à la gare, on avait pas école ce jour-là et on assistait au spectacle, c'était impressionnant à cet age là et ils avaient fières allures mais bon, c'était il y a plus de 50 ans...

Non, un moteur de blindé n’a pas besoin de tourner chaque jour, et heureusement !

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, wielingen1991 a dit :

Je me demande bien dans quel état seront les anciens Léopard 1 belges envoyés en Ukraine !? Les tanks ont quand même plus de 50 ans et ils ont été retiré du service il y a déjà plus de 10 ans, et depuis ils sont stockés dans un hangar ! Alors, ils sont soit disant remis à niveau (mais à quel niveau ?) avant de partir pour l'Ukraine...

f26xi_10.jpg

La différence c'est que les léopards sont prévues pour une reprise de territoire, les T55 pour de l'appui feu en défense, donc l'état doit surement beaucoup plus influer sur les objectifs Ukrainiens

Link to comment
Share on other sites

Des Apaches pour l'Ukraine ? Ont-ils encore une utilité pour nous, dans la mesure ou ils sont retirés du service ? La mise sous cocon, c'est parce que ça peut servir au cas où ? Ou alors c'est qu'il en couterait un bras pour les démanteler dans les règles de l'art ? 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Sur le site de stockage de Vagzhanovo, qui serait la plus grande base de stockage sous cocon, 40% des véhicules stockés à l'air libre (oui je sais, c'est contradictoire mais je cite l'article) ont disparu et environ la moitié du reste serait inutilisable. 

 

https://www.moscowtimes.ru/2023/08/07/rossiya-vivezla-pochti-polovinu-bronetehniki-s-krupneishei-bazi-hraneniya-a51229

Citation

La Russie a à moitié dévasté le plus grand entrepôt de véhicules blindés soviétiques

день назад

Mis à jour: 7 часов назад

Pendant la guerre en Ukraine, plus de 40% des anciens chars et véhicules blindés de transport de troupes soviétiques ont été retirés du stockage dans la plus grande base connue d'équipements militaires sous cocon Vagzhanovo en Bouriatie, selon les récentes images satellite de Google Earth. 

227e base de stockage et de réparation de matériel militaire (station Divisionnaya, Bouriatie)Informateur militaire / VK

Le fait que la base de Vagzhanovo en Bouriatie soit la plus grande de Russie est mis en évidence par les calculs du Moscow Times basés sur les données de Google Earth. "Vagzhanovo" est situé près d'Ulan-Ude et occupe environ 11 mètres carrés. km, ce qui est beaucoup plus grand que la superficie de deux douzaines d'autres bases de stockage d'équipement militaire bien connues en Russie. Le Moscow Times a recueilli des informations sur leur emplacement à partir de sources ouvertes : blogs de photographes, voyageurs et publications médiatiques.

Cinq mois avant la guerre à grande échelle en Ukraine - en septembre 2021 - environ 3 840 véhicules blindés étaient stockés à Vagzhanovo à ciel ouvert, a calculé le Moscow Times sur la base d'images de Google Earth. Après 8 mois de guerre - en novembre 2022 - environ 2600 véhicules blindés sont restés à la base, et en mai 2023 - environ 2270. Ainsi, pendant cette période, 1570, soit 40,8% des véhicules blindés, ont été retirés de la base. D'ailleurs, la plupart d'entre eux (32%) sont partis après l'annonce de la mobilisation fin 2022.  

Selon  les instructions  du ministère de la Défense, il existe quatre  catégories  de conservation des équipements militaires. La première catégorie - l'équipement le plus précieux - est stockée dans des pièces spéciales ventilées et chauffées, la seconde - dans des hangars non chauffés. La troisième catégorie de conservation est le stockage sous des auvents, la quatrième - à l'air libre. 

«Là où il y a des abris sous tente, là, l'équipement doit être au moins en mouvement. À ciel ouvert - quelque chose qui n'est pas dommage », explique l'expert militaire Pavel Luzin. 

À Vagzhanovo, le matériel était principalement stocké à l'air libre. Les images de novembre 2022 montrent qu'environ la moitié des équipements étaient sans tours ou présentaient d'autres traces de dommages visibles depuis le satellite. Des signes similaires peuvent être observés dans environ la moitié des équipements restant à la base d'ici mai 2023. La base dispose également de 10 hangars qui, selon le Moscow Times, peuvent accueillir jusqu'à 400 véhicules blindés.

Le Moscow Times a trouvé plusieurs grandes photos  des chars qui y sont entreposés sur les réseaux sociaux d'anciens militaires de la base de Vagzhanovo  . Les experts militaires interrogés les ont identifiés comme des chars T-62, qui ont été produits en URSS de 1962 à 1975.  

Informateur militaire / VK

Moderniser au lieu de recycler

Avant la guerre en Ukraine, la Russie se débarrassait régulièrement de véhicules blindés obsolètes : de 2014 à 2022, 35 contrats ont été signés pour 232,2 millions de roubles. Le nombre de contrats de destruction de chars a commencé à diminuer en 2017 : le chef du principal département blindé du ministère de la Défense, le général Alexander Shevchenko, a déclaré qu'au lieu des 10 000 chars précédemment prévus, seuls 4 000 seraient détruits. Le reste peut être utile "en relation avec l'évolution de la situation internationale", a déclaré le général. En 2022, le ministère de la Défense  a cessé  de conclure des contrats de cession de matériel militaire. 

Dans le contexte des déclarations du président Vladimir Poutine selon lesquelles certains échantillons d'anciens équipements soviétiques sont toujours supérieurs aux armes occidentales, des informations ont commencé à apparaître dans les médias sur la réouverture d'anciens équipements soviétiques. Ainsi, en octobre 2022, 103 véhicules blindés de transport de troupes près de Chita  ont reçu  une commande pour moderniser 800 chars T-62. Là-bas, les réservoirs  subissent  une profonde modernisation, ils sont équipés de protections supplémentaires, de moteurs plus modernes, ainsi que d'un système optoélectronique et d'imageurs thermiques. Le ministre de la Défense, Choïgou, visite régulièrement les entreprises qui réparent et modernisent les équipements retirés de la conservation. L'autre jour, Choïgou  a inspecté  Remdiesel au Tatarstan, cette année il a visité des usines à  Nizhny Novgorod  et  les régions d'Omsk  .

Selon  le  projet d'analyse militaire néerlandais Oryx, à l'été 2023, la Russie avait perdu plus de 2 000 chars dans la guerre avec l'Ukraine. Mais le matériel réactivé est utilisé non seulement pour compenser la perte de véhicules blindés, mais aussi pour le remplacement palliatif de l'artillerie, explique Luzin. "De plus, les barils et les transmissions peuvent être retirés des réservoirs du stock pour la révision des réservoirs existants et pour la restauration d'autres réservoirs retirés du stockage", poursuit l'expert.

La réouverture des anciens chars est une pratique mondiale : toute la flotte de chars américains  est stockée sous conservation  à l'air libre, y compris des milliers de chars M1 Abrams, a déclaré un autre expert militaire au Moscow Times sous couvert d'anonymat.

"Nous avons au moins 15 usines de réparation de réservoirs à travers le pays engagées dans la réactivation et la modernisation", a-t-il ajouté. - Autrement dit, ces réservoirs sont vérifiés, si nécessaire, ils changent les moteurs et les transmissions, confirment la durée de vie du moteur, installent des instruments et des viseurs modernes et des communications. De plus, ils seront utilisés comme véhicules de combat de soutien d'infanterie, et non comme chars. Les calibres sont différents, anciens, mais il existe des wagons de ces obus dans les entrepôts. 

L'Ukraine utilise également de vieux chars : environ la moitié de la flotte d'armes de l'OTAN fournie par les Forces armées ukrainiennes appartient aux années 1950-1960, souligne l'expert.

Dans une interview avec le blogueur ukrainien Vladimir Zolkin, les prisonniers de guerre russes ont évoqué à plusieurs reprises les dysfonctionnements des véhicules blindés. Ainsi, l'un des mobilisés  a évoqué  les pannes du BMP, qui venait de sortir de la réparation. Un autre prisonnier de guerre  a partagé que sur 15 chars de sa brigade, seuls cinq fonctionnaient et que le matériel provenant du stockage arrivait souvent dans un état défectueux, par exemple avec des composants électroniques cassés. 

Parfois, la modernisation des chars pour la guerre en Ukraine semble assez exotique. Les forces armées ukrainiennes et l'armée russe au cours de la deuxième année de la guerre  sont obligées d'utiliser  des hybrides d'équipements différents et d'armes artisanales. Par exemple, il a été enregistré comment la Russie utilise le véhicule blindé de transport de troupes MT-LB  équipé de  tourelles anti-aériennes de navire  2M-1 , qui ont été mises en service en 1945. Les chars obsolètes détruits en Ukraine montrent souvent des signes de modifications inhabituelles conçues pour les protéger des armes modernes.

Le Moscow Times fait partie de ces journaux Russes qui ont du délocaliser leur rédaction suite à la guerre en Ukraine. 

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je ne vois pas trop l'intérêt des scalp pour l'Ukraine étant donné que l'usage premier est d'interdire l'usage d'une piste le temps d'une opération. Piste qui peut être réparée potentiellement en quelques dizaines d'heures/peu de jours. 

Alors certes le potentiel de cet arme va rendre les opérations des Russes un peu plus emmerdantes, mais à moins d'un usage détourné je ne vois pas le grand intérêt dans ces munitions. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, bubzy a dit :

Je ne vois pas trop l'intérêt des scalp pour l'Ukraine étant donné que l'usage premier est d'interdire l'usage d'une piste le temps d'une opération. Piste qui peut être réparée potentiellement en quelques dizaines d'heures/peu de jours. 

Alors certes le potentiel de cet arme va rendre les opérations des Russes un peu plus emmerdantes, mais à moins d'un usage détourné je ne vois pas le grand intérêt dans ces munitions. 

Apache tu veux dire non ? L’Apache ferait un très bon anti pont et autres structures type.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, bubzy a dit :

Je ne vois pas trop l'intérêt des scalp Apache pour l'Ukraine

Tu permets que je te corrige ?

Sinon, l'idée sent un peu le "Destockons tout ce qu'on a qui peut faire boum, après tout, on économisera ainsi le démantèlement".

Par ailleurs, la tiédeur de livraison des armes occidentales, qui finalement sont utilisées en opérations, ça sent un peu la réflexion en deux temps :

  • Ouh là, ne livrons pas trop vite les joyaux de la couronne, dès fois que leurs secrets arriveraient entre les mains des Russes et que nos tactiques s'en trouveraient éventées
  • Et puis finalement, allons-y, l'expérience qui en sera tirée permettra de savoir si leurs concepts étaient pertinents puisqu'en fait on n'a jamais eu l'occasion de les confronter au Pacte de Varsovie
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, wielingen1991 a dit :

Je me demande bien dans quel état seront les anciens Léopard 1 belges envoyés en Ukraine !? Les tanks ont quand même plus de 50 ans et ils ont été retiré du service il y a déjà plus de 10 ans, et depuis ils sont stockés dans un hangar ! Alors, ils sont soit disant remis à niveau (mais à quel niveau ?) avant de partir pour l'Ukraine...

Si nous en croyons cet article, les Leopard 1 A5BE belges ont été achetés par les Pays-Bas pour être donnés à l'Ukraine. 
Les Belges n'étaient pas prêts à payer l'argent à la société privée, car cela leur coûtait trop cher.

Le Leo1A5 est le "dernier" modèle officiel du Leo 1. Il est à peu près aussi bon qu'un ancien Leopard 2 lors du tir en mouvement et de la vision nocturne. Si je comprends bien, il est seulement entretenu puis livré, sans mises à niveau modernes. 

https://gagadget.com/de/292080-de-standaard-ein-unbekanntes-land-hat-50-leopard-1-panzer-von-belgien-gekauft-und-bereits-an-die-ukraine-geliefert/

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,950
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Trajan
    Newest Member
    Trajan
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...