Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 11 minutes, ksimodo a dit :

il y avait les BMC, maintenant il y a aussi les Eglises Militaires de Campagne....

L'Homme devient plus spirituel !

Ça n'est pas forcément un bien, dans ce cas spécifique.

Si la spiritualité consiste à manipuler pour justifier guerre et meurtre, alors on parle peut-être de spiritualité, mais pas de Dieu. Plutôt du camp d'en face...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Alexis a dit :

Un reportage du Kyiv Independent sur les soldats de la 32ème brigade mécanisée séparée, qui doivent faire face à la poussée russe dans la région de Kharkiv.

Le moins qu'on puisse dire est que c'est dur :mellow: ... 

Ces remontées de "réalité terrain" en disent beaucoup en filigrane, à la fois sur l'état des forces ukrainiennes, sur les forces russes auxquelles elles doivent faire face, sur la liberté de la presse ukrainienne - et aussi sur la réalité derrière la communication.

La nouvelle brigade subit de plein fouet l'assaut de la Russie dans l'oblast de Kharkiv

KHARKIV OBLAST - Les combats en Ukraine sont épuisants, même pour les vétérans les plus endurcis. Pour des troupes inexpérimentées, récemment arrachées à la vie civile, c'est encore tout autre chose.

Ihor, un ancien avocat, se souvient de ce jour, début août, où les Russes ont attaqué les ruines de Novoselivka, dans l'oblast de Kharkiv, que sa 1ère compagnie défendait.

L'attaque était bien préparée. Les troupes russes ont repéré les positions à l'aide de leurs drones qui semblent en nombre illimité. Lorsqu'elles ont frappé, leurs mortiers se sont concentrés sur ce qui restait de couvert. Un obus est tombé dans le salon de la maison qu'occupaient Ihor et un autre soldat. Ils ont survécu parce qu'ils se trouvaient dans le couloir.

L'artillerie ennemie a établi un contrôle de feu sur les seules routes menant au village, coupant l'évacuation médicale et les renforts.

L'unité d'Ihor, après trois semaines d'entraînement de base à l'OTAN et deux mois de déploiement dans l'oblast de Kharkiv, s'est donc retrouvée face à des troupes russes professionnelles dotées d'une puissance de feu supérieure.

Les pertes n'ont été récupérées qu'à la tombée de la nuit. Un nombre indéterminé d'entre eux n'ont pas survécu, dont certains amis de l'unité d'Ihor.

"J'ai perdu des frères d'armes là-bas", dit-il. "Je n'y suis pas retourné depuis, et je ne veux pas y retourner. Ce que j'ai vécu là-bas, c'est le chaos".

La compagnie d'Ihor fait partie de la 32e brigade mécanisée séparée, l'une des nouvelles brigades dont l'Ukraine a commencé à se doter au début de l'année. C'est également l'une des rares brigades à tenir le front nord-est, alors que la majorité des troupes et des équipements sont stationnés sur le front sud, où l'Ukraine progresse lentement.

Bien qu'elle fasse son devoir en défendant la poussée russe dans l'oblast de Kharkiv, le manque d'expérience et les limites de l'entraînement et de l'équipement ont rendu les deux premiers mois sur le terrain éprouvants.

Avant janvier, la 32e n'existait pas et la grande majorité de ses soldats étaient des civils qui n'avaient jamais tiré sur personne. Beaucoup ne voulaient pas faire partie de l'armée.

Cette brigade est déployée dans l'oblast de Kharkiv, à plus d'une heure à l'est de Kupiansk, où les forces russes ont mené une forte poussée au cours du dernier mois et demi. Les forces russes auraient déployé jusqu'à 100 000 soldats dans cette région.

Des soldats de différentes brigades ont déclaré au Kyiv Independent que les Russes dans cette zone sont des soldats expérimentés et bien équipés, disposant d'un grand nombre d'obus d'artillerie et de roquettes MLRS.

Les soldats de la 32e brigade ne cachent pas qu'ils se sentent souvent dépassés. Les fantassins disent être dépassés par les troupes russes compétentes et apparemment sans peur qu'ils ont vues sur cet axe d'attaque.

"Tout n'est pas comme ce qu'on lit dans les briefings quotidiens et dans les journaux télévisés", déclare Volodymyr, un sergent d'infanterie de la brigade, qui s'est trouvé au cœur des combats.

Comme la plupart des unités, la 32e est en manque de véhicules et de munitions d'artillerie. La plupart des bons équipements sont déployés pour la contre-offensive sur le front de Zaporizhzhia.

Elle manque également d'expérience sur le champ de bataille, des petits gradés aux commandants. Elle n'a pas non plus beaucoup d'options pour s'inspirer de celle des autres. L'année 2022 a réduit la réserve de combattants expérimentés de l'Ukraine à un point tel que l'on peut parler de pénurie.

"Les brigades dont les commandants et les sergents sont nouveaux acquièrent de l'expérience grâce aux opérations de terrain en cours", a déclaré Sergiy Zgurets, directeur du centre d'analyse militaire Defense Express.

Contactés par courriel, les services de presse du ministère de la défense et des forces armées ont indiqué qu'ils n'étaient pas en mesure de répondre aux questions sur ce sujet.

Les limites de l'entraînement de l'OTAN

Tous les fantassins de la 32e brigade s'étaient rendus en Allemagne pour s'entraîner aux normes de l'OTAN pendant trois semaines.

C'était une solution évidente. Certains des soldats ici présents étaient enthousiastes à l'idée de partir, pensant que l'entraînement les aiderait à devenir efficaces.

À bien des égards, c'était le cas.

L'infanterie a fait l'éloge de l'entraînement physique. L'officier de presse Andriy Smiyan et son assistant Oleksandr ont souligné le pouvoir salvateur de la formation à la médecine tactique, largement pratiquée en Occident mais pratiquement inconnue dans les armées de type soviétique.

L'entraînement s'accompagne également d'un équipement complet pour chaque soldat.

Cependant, les mêmes soldats qui ont parlé au Kyiv Independent n'ont pas caché leur mépris quant à la façon dont la formation les a préparés à une guerre qui n'existe pas en Ukraine. Selon eux, les officiers de l'OTAN ne comprennent pas la réalité du terrain.

"Un fantassin de l'OTAN sait qu'il est soutenu et peut avancer avec la certitude qu'il y a de fortes chances qu'il ne soit pas tué ou mutilé", a déclaré Ihor.

La méthode de guerre de l'OTAN prévoit des frappes aériennes préparatoires massives, des barrages d'artillerie et des opérations de déminage avant l'envoi de l'infanterie, a-t-il ajouté.

Ce n'est généralement pas le cas en Ukraine.

Entre la minuscule et ancienne force aérienne du pays, les vieux T-64 et une pénurie constante d'obus d'artillerie et de véhicules d'infanterie, c'est souvent à l'infanterie qu'il incombe de tenir la ligne face aux attaques de sondage et aux assauts occasionnels des Russes, soutenus par une artillerie écrasante et un grand nombre de drones.

Les soldats ont déclaré qu'ils avaient parfois du mal à appliquer les tactiques des petites unités de l'OTAN parce qu'il n'y a souvent pas assez de couverture pour le faire.

M. Zgurets a déclaré que les instructeurs en Allemagne mettaient l'accent sur l'enseignement du combat urbain. Mais les compétences nécessaires pour enfumer un ennemi à partir d'une tranchée, pour constituer un groupe d'assaut et le coordonner avec l'artillerie et le soutien des drones font défaut.

Le style de bataille dans la campagne ukrainienne, qui mêle les combats de tranchées de la Première Guerre mondiale à la technologie et aux tactiques du XXIe siècle, n'existe qu'en Ukraine et n'est pas du ressort de l'OTAN.

En outre, les traducteurs utilisés n'ont souvent pas de formation militaire et ne parviennent pas à transmettre des ordres ou des réponses précises entre les instructeurs et les stagiaires, a ajouté M. Zgurets.

Il a ajouté qu'il serait utile que certains de ces instructeurs se rendent en Ukraine.

"Les pays européens peuvent corriger leur formation", a déclaré M. Zgurets. "Il y a eu une compréhension mutuelle des expériences et des préoccupations, et c'est le moment de les dissiper.

Le major général américain à la retraite Gordon Davis a déclaré au Kyiv Independent que la formation dispensée par les alliés de l'OTAN était "indispensable". Si les tactiques et procédures spécifiques préconisées par les formateurs alliés n'ont peut-être pas donné les résultats escomptés par les dirigeants et les forces ukrainiens, la raison de cette lacune est certainement multidimensionnelle.  

Il ajoute que la formation à l'étranger est toujours meilleure que ce que l'Ukraine peut offrir et que si le réalisme peut être amélioré, il faudrait un investissement énorme pour que les programmes de formation soient en mesure de reproduire les tactiques russes.

"Il est donc d'autant plus important pour l'Ukraine d'investir dans la qualité de la formation fournie ou soutenue par l'Occident en apportant les éléments manquants de l'intelligence de combat actuelle et les leçons tirées des sacrifices et des succès personnels ukrainiens."

Lutte pour la survie

Sur les positions d'infanterie, le sergent Volodymyr a rencontré le Kyiv Independent avec le sourire amer et ironique d'un homme contraint d'endurer trop de choses trop rapidement.

"Aucun des gars ne voudra vous parler", a-t-il dit. "Ils ne veulent pas y penser.

Volodymyr lui-même refusait de parler, mais lorsque Ihor commença à expliquer la situation, il finit par se joindre à la conversation par bribes, ajoutant telle ou telle observation. À la fin, Volodymyr peut à peine contenir ses descriptions sombres des aléas du combat.

"Un exploit héroïque - sauter de cette cave et tirer sans viser dans leur direction générale, puis finir sans bras ou sans jambe, ou tout simplement mort ? dit Volodymyr. "Quel est l'intérêt ?

Pour se rendre sur les positions, les soldats doivent marcher à pied pendant cinq kilomètres en pleine nuit, sans aucune source de lumière, tout en portant leur équipement incroyablement lourd.

Les positions elles-mêmes sont des ruines, avec peu d'endroits où se cacher. Il est dangereux de sortir un membre de ce qui reste de couverture, sans parler d'aller aux toilettes. Car les Russes dans cette région sont relativement affûtés, avec des troupes professionnelles et des forces spéciales en plus des conscrits des prisons ou de la population générale. Ils sont bien encadrés et montrent peu de signes de peur.

"Ils ont des drones à vision nocturne, des Orlans et d'autres technologies ; ils voient tout", a déclaré Volodymyr. Nombre de ces drones sont équipés de munitions largables, les Ukrainiens ayant appris à utiliser cette technique en 2022.

Le sentiment d'être constamment surveillé et ciblé est extrêmement démoralisant pour les troupes ukrainiennes.

"Vous voulez faire certaines actions, mais vous ne pouvez pas parce que l'œil de Sauron vous regarde toujours", a déclaré Ihor, en référence au méchant et maître de la horde orque du Seigneur des anneaux.

Les tankistes de la 32e semblent un peu moins nerveux. Ils parlent avec une modestie amicale de leur apprentissage du travail en équipe, ou du fait que l'un d'entre eux a reçu le surnom de Sniper lorsqu'il a atteint les trois cibles avec son T-64 lors d'un exercice d'entraînement.

Mais ils ont leurs propres mauvaises surprises à craindre. Un commandant de peloton de chars nommé Vladyslav se souvient que la première fois qu'un Ukrainien a essayé d'utiliser une radio de char, les Russes l'ont immédiatement ciblée et l'ont enterrée sous les tirs d'artillerie. Depuis, ils ont appris à ne jamais utiliser d'appareils de communication plus puissants qu'un appareil portatif. Les troupes ennemies sont trop bien placées pour sanctionner le moindre faux pas.

"Ils (les Russes) sont assis sur certaines des positions les plus avantageuses de la région", explique un commandant de chars portant l'indicatif Yenot.

De nombreux facteurs à blâmer

Les luttes sont simples. La question de savoir où s'arrêtent les limites et où commence la responsabilité est plus délicate.

Les fantassins ont critiqué leur entraînement, le jugeant irréaliste pour un scénario dans lequel il n'y a rien d'autre que l'ennemi.  Mais la plupart d'entre eux reconnaissent que cette formation a été utile à certains égards.

Les soldats ont également reproché à leur commandement des décisions spécifiques, par exemple le fait d'avoir pris position dans un sous-sol étroit dont il était impossible de s'échapper rapidement si les conditions devenaient dangereuses. Ihor a ainsi perdu des personnes qu'il connaissait.

Le ministère de la défense et les forces armées ont refusé de répondre aux questions.

Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples. L'attaché de presse Smiyan a souligné que les commandants de la brigade doivent prendre les meilleures décisions possibles avec les informations dont ils disposent et vivre avec ce qui se passe. Sans un noyau de vétérans expérimentés, le personnel de commandement de ces brigades apprend sur le tas, comme tout le monde, a déclaré Zgurets.

La supériorité de l'artillerie russe sur l'ensemble du pays et la prédominance des drones et de la guerre électronique sur cette partie du front n'aident pas non plus.

Ces explications sont logiques, mais elles n'encouragent pas les hommes qui partent au combat.

"L'infanterie prend tout le poids sur elle," dit Ihor.

Ces hommes sont admirables.

Mais il est difficile de se départir de l'impression que la Russie, qui continue sur le long terme sa guerre d'attrition de l'armée ukrainienne, risque de finir par l'emporter - c'est-à-dire à provoquer un effondrement des forces ukrainiennes, suivi de l'imposition de la solution politique que choisira Moscou.

Sauf si quelque chose de fondamental change. Mais je ne vois pas vraiment quoi.

Qu'on reprend les lettres des poilus pour voir si leur enthousiasme et leurs difficultés annonçaient la victoire de la guerre.

  • Like 1
  • Confused 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, Pol a dit :

Qu'on reprend les lettres des poilus pour voir si leur enthousiasme et leurs difficultés annonçaient la victoire de la guerre.

Les témoignages humains sont intéressants, mais ce qui est le plus intéressant dans cet article c'est ce qui ressort du rapport de force réel sur le terrain. En termes de combattants formés, de matériel divers, de munitions, de drones, d'avions de combat...

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Alexis a dit :

Un reportage du Kyiv Independent sur les soldats de la 32ème brigade mécanisée séparée, qui doivent faire face à la poussée russe dans la région de Kharkiv.

Le moins qu'on puisse dire est que c'est dur :mellow: ... 

Ces remontées de "réalité terrain" en disent beaucoup en filigrane, à la fois sur l'état des forces ukrainiennes, sur les forces russes auxquelles elles doivent faire face, sur la liberté de la presse ukrainienne - et aussi sur la réalité derrière la communication.

La nouvelle brigade subit de plein fouet l'assaut de la Russie dans l'oblast de Kharkiv

KHARKIV OBLAST - Les combats en Ukraine sont épuisants, même pour les vétérans les plus endurcis. Pour des troupes inexpérimentées, récemment arrachées à la vie civile, c'est encore tout autre chose.

Ihor, un ancien avocat, se souvient de ce jour, début août, où les Russes ont attaqué les ruines de Novoselivka, dans l'oblast de Kharkiv, que sa 1ère compagnie défendait.

L'attaque était bien préparée. Les troupes russes ont repéré les positions à l'aide de leurs drones qui semblent en nombre illimité. Lorsqu'elles ont frappé, leurs mortiers se sont concentrés sur ce qui restait de couvert. Un obus est tombé dans le salon de la maison qu'occupaient Ihor et un autre soldat. Ils ont survécu parce qu'ils se trouvaient dans le couloir.

L'artillerie ennemie a établi un contrôle de feu sur les seules routes menant au village, coupant l'évacuation médicale et les renforts.

L'unité d'Ihor, après trois semaines d'entraînement de base à l'OTAN et deux mois de déploiement dans l'oblast de Kharkiv, s'est donc retrouvée face à des troupes russes professionnelles dotées d'une puissance de feu supérieure.

Les pertes n'ont été récupérées qu'à la tombée de la nuit. Un nombre indéterminé d'entre eux n'ont pas survécu, dont certains amis de l'unité d'Ihor.

"J'ai perdu des frères d'armes là-bas", dit-il. "Je n'y suis pas retourné depuis, et je ne veux pas y retourner. Ce que j'ai vécu là-bas, c'est le chaos".

La compagnie d'Ihor fait partie de la 32e brigade mécanisée séparée, l'une des nouvelles brigades dont l'Ukraine a commencé à se doter au début de l'année. C'est également l'une des rares brigades à tenir le front nord-est, alors que la majorité des troupes et des équipements sont stationnés sur le front sud, où l'Ukraine progresse lentement.

Bien qu'elle fasse son devoir en défendant la poussée russe dans l'oblast de Kharkiv, le manque d'expérience et les limites de l'entraînement et de l'équipement ont rendu les deux premiers mois sur le terrain éprouvants.

Avant janvier, la 32e n'existait pas et la grande majorité de ses soldats étaient des civils qui n'avaient jamais tiré sur personne. Beaucoup ne voulaient pas faire partie de l'armée.

Cette brigade est déployée dans l'oblast de Kharkiv, à plus d'une heure à l'est de Kupiansk, où les forces russes ont mené une forte poussée au cours du dernier mois et demi. Les forces russes auraient déployé jusqu'à 100 000 soldats dans cette région.

Des soldats de différentes brigades ont déclaré au Kyiv Independent que les Russes dans cette zone sont des soldats expérimentés et bien équipés, disposant d'un grand nombre d'obus d'artillerie et de roquettes MLRS.

Les soldats de la 32e brigade ne cachent pas qu'ils se sentent souvent dépassés. Les fantassins disent être dépassés par les troupes russes compétentes et apparemment sans peur qu'ils ont vues sur cet axe d'attaque.

"Tout n'est pas comme ce qu'on lit dans les briefings quotidiens et dans les journaux télévisés", déclare Volodymyr, un sergent d'infanterie de la brigade, qui s'est trouvé au cœur des combats.

Comme la plupart des unités, la 32e est en manque de véhicules et de munitions d'artillerie. La plupart des bons équipements sont déployés pour la contre-offensive sur le front de Zaporizhzhia.

Elle manque également d'expérience sur le champ de bataille, des petits gradés aux commandants. Elle n'a pas non plus beaucoup d'options pour s'inspirer de celle des autres. L'année 2022 a réduit la réserve de combattants expérimentés de l'Ukraine à un point tel que l'on peut parler de pénurie.

"Les brigades dont les commandants et les sergents sont nouveaux acquièrent de l'expérience grâce aux opérations de terrain en cours", a déclaré Sergiy Zgurets, directeur du centre d'analyse militaire Defense Express.

Contactés par courriel, les services de presse du ministère de la défense et des forces armées ont indiqué qu'ils n'étaient pas en mesure de répondre aux questions sur ce sujet.

Les limites de l'entraînement de l'OTAN

Tous les fantassins de la 32e brigade s'étaient rendus en Allemagne pour s'entraîner aux normes de l'OTAN pendant trois semaines.

C'était une solution évidente. Certains des soldats ici présents étaient enthousiastes à l'idée de partir, pensant que l'entraînement les aiderait à devenir efficaces.

À bien des égards, c'était le cas.

L'infanterie a fait l'éloge de l'entraînement physique. L'officier de presse Andriy Smiyan et son assistant Oleksandr ont souligné le pouvoir salvateur de la formation à la médecine tactique, largement pratiquée en Occident mais pratiquement inconnue dans les armées de type soviétique.

L'entraînement s'accompagne également d'un équipement complet pour chaque soldat.

Cependant, les mêmes soldats qui ont parlé au Kyiv Independent n'ont pas caché leur mépris quant à la façon dont la formation les a préparés à une guerre qui n'existe pas en Ukraine. Selon eux, les officiers de l'OTAN ne comprennent pas la réalité du terrain.

"Un fantassin de l'OTAN sait qu'il est soutenu et peut avancer avec la certitude qu'il y a de fortes chances qu'il ne soit pas tué ou mutilé", a déclaré Ihor.

La méthode de guerre de l'OTAN prévoit des frappes aériennes préparatoires massives, des barrages d'artillerie et des opérations de déminage avant l'envoi de l'infanterie, a-t-il ajouté.

Ce n'est généralement pas le cas en Ukraine.

Entre la minuscule et ancienne force aérienne du pays, les vieux T-64 et une pénurie constante d'obus d'artillerie et de véhicules d'infanterie, c'est souvent à l'infanterie qu'il incombe de tenir la ligne face aux attaques de sondage et aux assauts occasionnels des Russes, soutenus par une artillerie écrasante et un grand nombre de drones.

Les soldats ont déclaré qu'ils avaient parfois du mal à appliquer les tactiques des petites unités de l'OTAN parce qu'il n'y a souvent pas assez de couverture pour le faire.

M. Zgurets a déclaré que les instructeurs en Allemagne mettaient l'accent sur l'enseignement du combat urbain. Mais les compétences nécessaires pour enfumer un ennemi à partir d'une tranchée, pour constituer un groupe d'assaut et le coordonner avec l'artillerie et le soutien des drones font défaut.

Le style de bataille dans la campagne ukrainienne, qui mêle les combats de tranchées de la Première Guerre mondiale à la technologie et aux tactiques du XXIe siècle, n'existe qu'en Ukraine et n'est pas du ressort de l'OTAN.

En outre, les traducteurs utilisés n'ont souvent pas de formation militaire et ne parviennent pas à transmettre des ordres ou des réponses précises entre les instructeurs et les stagiaires, a ajouté M. Zgurets.

Il a ajouté qu'il serait utile que certains de ces instructeurs se rendent en Ukraine.

"Les pays européens peuvent corriger leur formation", a déclaré M. Zgurets. "Il y a eu une compréhension mutuelle des expériences et des préoccupations, et c'est le moment de les dissiper.

Le major général américain à la retraite Gordon Davis a déclaré au Kyiv Independent que la formation dispensée par les alliés de l'OTAN était "indispensable". Si les tactiques et procédures spécifiques préconisées par les formateurs alliés n'ont peut-être pas donné les résultats escomptés par les dirigeants et les forces ukrainiens, la raison de cette lacune est certainement multidimensionnelle.  

Il ajoute que la formation à l'étranger est toujours meilleure que ce que l'Ukraine peut offrir et que si le réalisme peut être amélioré, il faudrait un investissement énorme pour que les programmes de formation soient en mesure de reproduire les tactiques russes.

"Il est donc d'autant plus important pour l'Ukraine d'investir dans la qualité de la formation fournie ou soutenue par l'Occident en apportant les éléments manquants de l'intelligence de combat actuelle et les leçons tirées des sacrifices et des succès personnels ukrainiens."

Lutte pour la survie

Sur les positions d'infanterie, le sergent Volodymyr a rencontré le Kyiv Independent avec le sourire amer et ironique d'un homme contraint d'endurer trop de choses trop rapidement.

"Aucun des gars ne voudra vous parler", a-t-il dit. "Ils ne veulent pas y penser.

Volodymyr lui-même refusait de parler, mais lorsque Ihor commença à expliquer la situation, il finit par se joindre à la conversation par bribes, ajoutant telle ou telle observation. À la fin, Volodymyr peut à peine contenir ses descriptions sombres des aléas du combat.

"Un exploit héroïque - sauter de cette cave et tirer sans viser dans leur direction générale, puis finir sans bras ou sans jambe, ou tout simplement mort ? dit Volodymyr. "Quel est l'intérêt ?

Pour se rendre sur les positions, les soldats doivent marcher à pied pendant cinq kilomètres en pleine nuit, sans aucune source de lumière, tout en portant leur équipement incroyablement lourd.

Les positions elles-mêmes sont des ruines, avec peu d'endroits où se cacher. Il est dangereux de sortir un membre de ce qui reste de couverture, sans parler d'aller aux toilettes. Car les Russes dans cette région sont relativement affûtés, avec des troupes professionnelles et des forces spéciales en plus des conscrits des prisons ou de la population générale. Ils sont bien encadrés et montrent peu de signes de peur.

"Ils ont des drones à vision nocturne, des Orlans et d'autres technologies ; ils voient tout", a déclaré Volodymyr. Nombre de ces drones sont équipés de munitions largables, les Ukrainiens ayant appris à utiliser cette technique en 2022.

Le sentiment d'être constamment surveillé et ciblé est extrêmement démoralisant pour les troupes ukrainiennes.

"Vous voulez faire certaines actions, mais vous ne pouvez pas parce que l'œil de Sauron vous regarde toujours", a déclaré Ihor, en référence au méchant et maître de la horde orque du Seigneur des anneaux.

Les tankistes de la 32e semblent un peu moins nerveux. Ils parlent avec une modestie amicale de leur apprentissage du travail en équipe, ou du fait que l'un d'entre eux a reçu le surnom de Sniper lorsqu'il a atteint les trois cibles avec son T-64 lors d'un exercice d'entraînement.

Mais ils ont leurs propres mauvaises surprises à craindre. Un commandant de peloton de chars nommé Vladyslav se souvient que la première fois qu'un Ukrainien a essayé d'utiliser une radio de char, les Russes l'ont immédiatement ciblée et l'ont enterrée sous les tirs d'artillerie. Depuis, ils ont appris à ne jamais utiliser d'appareils de communication plus puissants qu'un appareil portatif. Les troupes ennemies sont trop bien placées pour sanctionner le moindre faux pas.

"Ils (les Russes) sont assis sur certaines des positions les plus avantageuses de la région", explique un commandant de chars portant l'indicatif Yenot.

De nombreux facteurs à blâmer

Les luttes sont simples. La question de savoir où s'arrêtent les limites et où commence la responsabilité est plus délicate.

Les fantassins ont critiqué leur entraînement, le jugeant irréaliste pour un scénario dans lequel il n'y a rien d'autre que l'ennemi.  Mais la plupart d'entre eux reconnaissent que cette formation a été utile à certains égards.

Les soldats ont également reproché à leur commandement des décisions spécifiques, par exemple le fait d'avoir pris position dans un sous-sol étroit dont il était impossible de s'échapper rapidement si les conditions devenaient dangereuses. Ihor a ainsi perdu des personnes qu'il connaissait.

Le ministère de la défense et les forces armées ont refusé de répondre aux questions.

Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples. L'attaché de presse Smiyan a souligné que les commandants de la brigade doivent prendre les meilleures décisions possibles avec les informations dont ils disposent et vivre avec ce qui se passe. Sans un noyau de vétérans expérimentés, le personnel de commandement de ces brigades apprend sur le tas, comme tout le monde, a déclaré Zgurets.

La supériorité de l'artillerie russe sur l'ensemble du pays et la prédominance des drones et de la guerre électronique sur cette partie du front n'aident pas non plus.

Ces explications sont logiques, mais elles n'encouragent pas les hommes qui partent au combat.

"L'infanterie prend tout le poids sur elle," dit Ihor.

Ces hommes sont admirables.

Mais il est difficile de se départir de l'impression que la Russie, qui continue sur le long terme sa guerre d'attrition de l'armée ukrainienne, risque de finir par l'emporter - c'est-à-dire à provoquer un effondrement des forces ukrainiennes, suivi de l'imposition de la solution politique que choisira Moscou.

Sauf si quelque chose de fondamental change. Mais je ne vois pas vraiment quoi.

pour ma part, avec tout ce qui remonte ces dernières semaines, je pense que le plan des russes est en deux partie

Étape 1 - Tenir le front de Zaparojia avec le minimum de troupes (ce qui explique le fait que le 58eme soit usée a la corde) et sur le front de Kharkiv (notamment Kremina et Kupiansk) continuer l'accumulation de forces et le harcelement des positions ukrainiennes

Étape 2 - Commencer l'offensive d'hiver avant que les ukrainiens ne puissent reconstituer leurs réserves et provoquer un effondrement du front

 

Dans tout les cas ,l'hiver va être chaud

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, metkow a dit :

pour ma part, avec tout ce qui remonte ces dernières semaines, je pense que le plan des russes est en deux partie

Étape 1 - Tenir le front de Zaparojia avec le minimum de troupes (ce qui explique le fait que le 58eme soit usée a la corde) et sur le front de Kharkiv (notamment Kremina et Kupiansk) continuer l'accumulation de forces et le harcelement des positions ukrainiennes

Étape 2 - Commencer l'offensive d'hiver avant que les ukrainiens ne puissent reconstituer leurs réserves et provoquer un effondrement du front

 

Dans tout les cas ,l'hiver va être chaud

Si tel était le cas pourquoi aller retirer des unités de VDV expérimentées du front de Kharkiv pour aller les jeter devant Robotyne ? Si les russes suivaient ce stratagème, je pense qu'ils toléreraient justement de perdre un peu de terrain dans le sud pour économiser leurs troupes. Ce n'est pas ce qu'on observe. Je crois aussi à une offensive russe dans ce secteur cet hiver (ou plus au nord, vers Sumy ?) mais je ne crois pas du tout à l'hypothèse selon laquelle les russes entendent défendre le sud "à bas coût". 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 35 minutes, CortoMaltese a dit :

Si tel était le cas pourquoi aller retirer des unités de VDV expérimentées du front de Kharkiv pour aller les jeter devant Robotyne ? Si les russes suivaient ce stratagème, je pense qu'ils toléreraient justement de perdre un peu de terrain dans le sud pour économiser leurs troupes. Ce n'est pas ce qu'on observe. Je crois aussi à une offensive russe dans ce secteur cet hiver (ou plus au nord, vers Sumy ?) mais je ne crois pas du tout à l'hypothèse selon laquelle les russes entendent défendre le sud "à bas coût". 

Les russes ont fait un retrait 'tactique' de Robotyne, pour moi le rappel des VDV s'est plus pour avoir un coussin de sécurité et on ne devrait pas les voir tellement au combat

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Alexis a dit :

Ces hommes sont admirables.

Mais il est difficile de se départir de l'impression que la Russie, qui continue sur le long terme sa guerre d'attrition de l'armée ukrainienne, risque de finir par l'emporter - c'est-à-dire à provoquer un effondrement des forces ukrainiennes, suivi de l'imposition de la solution politique que choisira Moscou.

Sauf si quelque chose de fondamental change. Mais je ne vois pas vraiment quoi.

Je n'ai pas la même impression que toi. Ces hommes encaissent bien malgré leurs pertes. Mais ce qui va finir par compter c'est la capacité des uns et des autres à être relevé par des troupes fraiches et bien entrainées. J'avais pensé que le matériel de l'OTAN arriverais au cour de cet année. Ca n'a pas été le cas mais force est de constater que les russes n'en ont pas profité pour enfoncer les ukrainiens. Pourtant l'avantage de leur artillerie est indéniable ainsi que leur moyen de GE. 

L'offensive ukrainienne n'a pas été d'une grande efficacité mais probablement par manque de matériel plus adapté et de troupes bien entrainée. L'année prochaine devrait donc partir sur des bases bien plus favorables pour les ukrainiens.

Edited by herciv
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, herciv a dit :

Je n'ai pas la même impression que toi. Ces hommes encaissent bien malgré leurs pertes. Mais ce qui va finir par compter c'est la capacité des uns et des autres à être relevé par des troupes fraiches et bien entrainées. J'avais pensé que le matériel de l'OTAN arriverais au cour de cet année. Ca n'a pas été le cas mais force est de constater que les russes n'en ont pas profité pour enfoncer les ukrainiens. Pourtant l'avantage de leur artillerie est indéniable ainsi que leur moyen de GE. 

Le matériel de l'OTAN est bien arrivé cette année: on parle de centaines de blindés, de pièces d'artillerie, sans parler des munitions...

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, gustave a dit :

Le matériel de l'OTAN est bien arrivé cette année: on parle de centaines de blindés, de pièces d'artillerie, sans parler des munitions...

Pas le matériel lourd, en particulier les chars qui auraient été bien utiles. On sent également que les munitions et les pièces d'artillerie sont envoyée bien plus sur le sud. 

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Pol a dit :

La tendance en Ukraine reste la même depuis plusieurs mois, c'est celle d'une Russie qui est sur la défensive et n'est pas en capacité de changer de position face à une Ukraine qui est à l'offensive. Si globalement le rapport de force serait si favorable à la Russie, nous n'en serons pas là. Que les ukrainiens soient emmerdés ou agacés de ne pas glisser sur du beurre ne veut pas dire que la tendance joue contre eux.

Les Russes poussent actuellement en plusieurs endroits du front, même si cela retient moins l'attention que le moindre mètre gagné dans un obscur village au sud. Le rapport de force n'est évidemment pas largement favorable à la Russie, en revanche dire qu'elle ne fait que subir partout sur le front est tout simplement inexact. Et la tendance est bien difficile à estimer: elle ne se joue pas sur qui a plus avancé que l'autre (en tout cas quand cela se mesure au mieux en kilomètres) mais sur qui arrivera le premier à court de forces, et cela n'est pas facile à estimer...

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Pol a dit :

Le plan russe a cessé d'exister en février 2022. Depuis le Kremlin cherche à minimiser l'échec de son plan en essayant de sortir de la guerre avec quelques territoires à mettre sous le nez du peuple russe comme faire valoir d'une grande victoire.

Cela fait des mois que les russes misent sur la sauvegarde du terrain qu'ils occupent au Sud en espérant casser l'idée de reconquête ukrainienne (par la dissuasion comme par les combats) et misant sur la durée dans l'espoir de voir que l'occident abandonne l'Ukraine à continuer la guerre. Mais ceux qui imaginent revoir les russes lancer une grande offensive sont pour moi des personnes qui "veulent" voir les russes faire cela, non des gens qui analysent sérieusement la stratégie ou la tactique de la situation. Ce n'est pas sans raison que la propagande russe, ses soutiens, ses sympathisants sont tous systématiquement tournés sur la volonté de pousser l'occident a lâcher l'Ukraine et que ça insiste jusqu'à Poutine en personne pour faire comprendre que l'Ukraine "échoue" et qu'il est stupide de vouloir continuer à soutenir une cause perdue...

Si demain Kiev dit à Moscou qu'elle souhaite la fin de la guerre et qu'elle lui concède les territoires occupés, Poutine signe sans perdre un temps. Les russes veulent finir cette guerre au plus tôt en ayant une victoire à mettre en avant, mais vu qu'on ne la leur offre pas, ils vont s'acharner dans la guerre pour ne pas perdre.

Donc forcément ils ont une attitude politique et militaire qui aujourd'hui est de tout faire pour ne pas céder du terrain, car chaque km² perdu diminue la hauteur de ce qu'ils présenteront comme une victoire. C'est pour ça qu'on doit comprendre le pourquoi ils vont par exemple se battre avec acharnement sur des zones qui ne sont pas forcément les plus logiques ou les mieux défendues du front, ils ont l'ordre de ne rien céder et ils y mettent tous leurs moyens en espérant que les ukrainiens s'épuisent avant eux. Mais c'est un jeu dangereux, je continue de penser que l'armée russe n'aura aucun signe avant coureur d'un effondrement à tel ou tel endroit du front, c'est comme un élastique qui se tend, qui donne l'impression d'une résistance toujours plus grande avant que ça casse. Les ukrainiens n'ont pas besoin de prendre toute les lignes défensives du front, nous sommes vraiment sur l'effet d'une brèche à exploiter et qui remettrait tout le dispositif russe en question. Pour moi les russes on un gros vide derrière ces lignes qu'elle ne veut pas et qu'elle ne pense pas céder.

Si on suit ton raisonnement, les russes auraient du amasser toutes leurs forces disponibles dans le Sud pour enrayer la contre-attaque ukrainienne hors ce n'est pas le cas, en plus d'avoir mobilisé une bonne partie des troupes dans le Nord, il menent aussi des actions offensives dans d'autres secteurs du front. 

Les russes vont faire durer cette guerre, ils ont atteint un rythme qui leur est soutenable dans la durée (pertes humaines/materielles, production armes, ...) 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, herciv a dit :

Pas le matériel lourd, en particulier les chars qui auraient été bien utiles. On sent également que les munitions d'artillerie sont envoyée bien plus sur le sud. 

Et les Léopard 2, Bradley, Marder, Challenger, etc... observés sur le champ de bataille, ils ne sont pas occidentaux?

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, gustave a dit :

Les Russes poussent actuellement en plusieurs endroits du front, même si cela retient moins l'attention que le moindre mètre gagné dans un obscur village au sud. Le rapport de force n'est évidemment pas largement favorable à la Russie, en revanche dire qu'elle ne fait que subir partout sur le front est tout simplement inexact. Et la tendance est bien difficile à estimer: elle ne se joue pas sur qui a plus avancé que l'autre (en tout cas quand cela se mesure au mieux en kilomètres) mais sur qui arrivera le premier à court de forces, et cela n'est pas facile à estimer...

Oui effectivement les Russes poussent en plusieurs endroits mais çà n'est pas beaucoup plus efficace que les ukrainiens. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, gustave a dit :

Et les Léopard 2, Bradley, Marder, Challenger, etc... observés sur le champ de bataille, ils ne sont pas occidentaux?

Bien sûr pour les Leo et les challenger mais combien sont-ils ? Sont-ils en si grand nombre qu'ils représentent une élément de stratégie capable de défoncer les lignes russes ? 

Les mêmes en deux ou trois fois plus nombreux auraient permis de menacer les lignes russes sur bien plus de kilomètres et auraient pu les déstabiliser.

Robotyne est quand même une percée qui montre certaines faiblesses du dispositif russe qui a bien du mal à renforcer totalement ses lignes.

Ce ne sont que des impressions.

 

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Pol a dit :

La tendance en Ukraine reste la même depuis plusieurs mois, c'est celle d'une Russie qui est sur la défensive et n'est pas en capacité de changer de position face à une Ukraine qui est à l'offensive. Si globalement le rapport de force serait si favorable à la Russie, nous n'en serons pas là. Que les ukrainiens soient emmerdés ou agacés de ne pas glisser sur du beurre ne veut pas dire que la tendance joue contre eux.

Dans les premiers mois l'Ukr a pris cher ( même si bcp moins qu'escompté par Moscou, certainement ) en recul de position.

Pendant ce temps là, il a été admis que l'offensif ça coutait aux Ru  un mauvais ratio de perte, ce qui n'est pas une surprise.

Pendant les mois suivants, la Ru a bétonné la défense. A priori quand on fait çà, pas pour faire pour 100 km d'avancée le lendemain, non ? Quelque part, ça veut dire viens me chercher, moi je bouge pas. Certains se sont abondement moqués des trucs en béton anti char il y a juste 5 mois, souvenez vous. Ou des espèces de pissotière en béton à enterrer pour protéger UN gus. 

Et puis depuis les derniers mois, le ratio perte n'est sans doute plus le même, car l'Ukr est sur l'offensive. Et oui l'off ça coute.

Personne ne joue le billard à 7 bandes, ni les échecs à 7 coups. Sur la table d'échec, la moitié des pièces ont été sorties de la table. moins tu as de pièces, plus le temps passe, plus l'attrition réciproque se confirme, plus le pat est proche. Tout le monde joue à 1 coup, ça vaut pour les Ru, l'Ukr, et les soutiens matériels financiers et "conseils" de l'Ukr. Sauf que les Ru se donne 10 secondes de réflexion ( bien utilisé ou mal utilisé ) entre les coups, quand les Ukr ont la pression des extérieurs et que ça doit jouer en 2 sec.

La question qui reste en suspend, c'est de savoir si le pat Roi+cheval  contre Roi+cheval se finit avec les 2 rois dans le camp blanc ou le camp noir. Parce qu'au delà du pat, la frontière future se joue là. 

 

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Teenytoon a dit :

Ah oui, les éternels trois coups d'avance du grand stratège Poutine :laugh:

Le retrait tactique de Kiev, le retrait tactique d'Hostomel, le retraite tactique de Karkiv, le retrait tactique de Kherson... Espérons que leur grande science stratégique les amène bientôt au retrait tactique de la Crimée et du Donbas...

oui, quand il rajoute 'tactique' a 'retrait' ca pue toujours un peu!!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...