Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 47 minutes, Pasha a dit :

Répondre sur ça, sur des uniformes scolaires, alors que l'éducation nationale s'effrite de plus en plus, alors que c'est le futur du pays...

Les mêmes qui t'expliquent que la ressource humaine n'est pas un problème pour la défense ... donc probablement pas un problème du tout. Alors même que l'Europe s'appauvrit justement par effondrement de sa population active sur population totale et le faible niveau d'innovation - directement lié au déficit de qualité de formation -.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, metkow a dit :

Je mettrais un bémol sur cette nouvelle, surtout que ca sort de nulle part d'une source relativement inconnue

il faut faire attention a ce qui ces sort ces jours-ci comme information, il y'a beaucoup d'intox là-dedans, surtout de la part des ukrainiens actuellement qui tentent de relativiser la perte d'Adviika. Les pertes russes vont toujours être supérieures a celles des ukrainiens, car ils sont dans la majorité des cas a l'offensive et personne n'a de chiffres précis pour les pertes en hommes (morts/blessés).

Pour ma part, pour avoir une idée générale sur l'état de chaque armée, je me fie plus sur l'avancement des offensives en cours (attaque, contre-attaque, pause), sur l'engagement de nouvelles unités dans un secteur (signe que ca va mal) et enfin sur les rotations d'unités (signe que celle-ci a était assez éprouvée)

Les deux sont complémentaires mon général, et justement, je ne trouvais pas les chiffres mentionnés comme particulièrement déconnant ou déraisonnables. 

  • Like 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Pasha a dit :

Répondre sur ça, sur des uniformes scolaires, alors que l'éducation nationale s'effrite de plus en plus, alors que c'est le futur du pays...

Oui je réponds sur ça surtout quand même les profs expliquent que ce fric aurait suffi à les augmenter de 10% pour rendre un peu d'attractivité au métier par exemple...

Du coup c'est un peu contradictoire d'écrire ça ensuite

Il y a 5 heures, Pasha a dit :

C'est ce qui va former tes chers petits soldats et d'avoir une armée compétente, d'avoir des ouvriers et ingénieurs qui construisent tes petits joujous à milliers d'euros pour balancer ça sur du Russes ou des Talibans.

Oui, et ce sont bien les profs qui forment. Pas l'EN au sens large qui n'est qu'une institution. Sans profs pas d'élèves. Avec de mauvais profs, pas de bons élèves, ou alors il faut accepter d'autres modèles auquel cas il n'y a plus vraiment d'intérêt à se faire des nœuds au cerveau à propos des financements publics.

Passons sur le classement PISA, le patron de Thalès qui dernièrement disait encore qu'on avait pas assez d'ingés en France... Et si plus de budget ne voulait pas forcément dire que les choses iront mieux?

De plus pour former des soldats il faut éduquer au patriotisme et bon comment dire LOL... (au passage les Ukrainiens étaient parmi les nationalités les plus représentées au sein de la légion étrangère mais j'imagine que ça ne compte pas non plus)

Bref.

Il y a 5 heures, Pasha a dit :

Excuse moi de pas avoir un mépris pour les fondements d'un état. Nier les réalités et difficultés des autres pouvoirs régaliens de l'état, mais s'apitoyer d'un manque de ressource de l'armée me fait doucement rire oui. Ce n'est pas une armée qui construit et fait une économie d'un pays. C'est plutôt l'inverse.

Ce n'était pas le sens de mon propos.

Je te dis simplement qu'engager des dépenses qui vont servir à la défense de l'Ukraine est plus important qu'en engager pour mettre des emplâtres sur des jambes de bois par ailleurs.

Ce sont les dépenses inutiles qu'il faut sabrer, les vols d'argent public et autres évasions de capitaux qu'il faut combattre, et les investissements des particuliers vers les entreprises qu'il faut mieux protéger et encourager. Il y en a. Je n'entrerai pas dans les détails pour ne pas être hors-charte ou être accusé d'être d'ultra-extrême centre gauche droite haut bas gros poing L2 R1 édition deluxe 20% offerts format familial ou je ne sais quoi d'autre.

Il y a 5 heures, Pasha a dit :

Quand à comparer à la Russie, je m'en fous, je ne suis pas russe. Ils ont pas notre économie, ils ont pas les mêmes ressources naturelles que nous non plus, et pas le même déficit public non plus. Et après tout ils font ce qu'ils veulent de leurs argents. Seulement des fois il serait bon de vous rappeler que nous ne vivons pas dans un monde extensible à l'infini, avec une croissance extensible aussi. Et donc de l'argent magique qui tombe de je ne sais où. Hormis pour rêver d'avoir  2 porte-avions, 500 Leclercs, 500 Rafales et 50 satellites militaires. Nous sommes pas en guerre, quoiqu'en dise Macron ou Bruno Le Maire. Guerre économique oui, mais pas que dû aux russes. Guerre sociale, on verra dans quelques années si on continue sur la même lancée. Guerre militaire, non, pas encore (même si dans le fond je suis d'accord, ça se prépare à minima... en ayant une base industrielle, bref une économie "lourde")

Fantastique, donc n'investissons pas dans la défense de l'Ukraine via des investissements dans NOTRE défense, ne songeons surtout pas à demain quand il faudra accueillir non pas 10 mais 35 millions de réfugiés Ukrainiens qu'il faudra nourrir et loger et auxquels il faudra trouver du travail, continuons de les laisser faire, refusons absolument de financer quoi que ce soit alors qu'on finance déjà tout et n'importe quoi via de l'endettement généralisé, et surtout laissons-nous bien immobiliser dans tous les domaines ce qui exactement ce sur quoi repose la stratégie de nos adversaires qui comme tu le dis si bien est due aux russes oui, mais pas que dû aux russes.

C'est génial.

Tu écris ensuite:

Il y a 5 heures, Pasha a dit :

Bref le réarmement why not, je ne dis pas, en soit j'aimerais aussi, je suis d'accord avec toi sur des euros qui "ruissellent" sur l'économie ensuite. Mais c'est un choix politique en effet, déshabiller Paul pour habiller Jacques. Et sur du long terme. Mais ça n'aura qu'un effet après cette guerre en Ukraine (sauf si elle dure 10 ans...), pas dans l'année prochaine et encore moins cette année. On se retrouve dans la même situation qu'en 1936.

Mais c'est justement l'attitude que tu prônes, à savoir de ne pas soutenir l'Ukraine parce que plus de pognon, qui nous ramène en 1936. On va renforcer une puissance militaire hostile qui même si elle n'est pas capable de nous faire du mal aujourd'hui, prétend clairement se mettre en ordre de marche pour l'être dans un futur proche!

En clair: il vaut mieux faire la guerre chaude à la russie en Ukraine que nous manger à nouveau 50 ans de guerre froide avec une russie aggressive à nos portes qui laissera planer le doute sur sa volonté d'agression nous condamnant à des dépenses militaires somptuaires pour être prêts pour une guerre qui ne viendra jamais.

Parce que là il va y en avoir, des dépenses militaires inutiles!

Et oui!

J'ajoute que si en 1938 la France et la Grande Bretagne étaient entrées en Allemagne, la 2nde guerre mondiale se serait finie bien plus rapidement.

 

Bref.

Au point où nous en sommes, emprunter (un peu) plus pour aider l'Ukraine à ne pas sombrer et tenir tête à la russie, non, ce n'est pas une dépense superflue. Surtout pas pour 3 pauvres milliards. Soyons sérieux!

Et j'ajoute que pendant que nous glosons, des montagnes de pognon dorment sur les livrets A que beaucoup aimeraient pouvoir flécher vers des investissements dans la défense... Mais certains autres ne sont pas d'accord, tandis que, ô surprise, un certain nombre d'ultralibéraux de droiche-gautre wokisto-mondialiste ont inventé un truc qui s'appelle la "taxonomie" qui est venu se mettre en travers de ces investissements parce ouin ouin la guerre c'est pas bien tu comprends.

En effet, les russes ne sont pas les seuls à la manœuvre derrière ces actions, il y a aussi nos grands amis américains, et tant d'autres encore, y-compris en Europe même!

...Mais en quoi abandonner l'Ukraine au lieu de l'ancrer à l'Europe va-t-il nous aider à mieux résister à ces assauts larvés qui ressemblent de plus en plus à des opérations de guerre hybride?

Et bah en rien. Au contraire.

 

Le point le plus évident de toute la politique française depuis la fin de la 2nde guerre mondiale, c'est qu'elle se cherche des amis.

Et bien nous avons l'opportunité de devenir les amis de l'Ukraine. Ça ne veut pas dire qu'il faut tout accepter (les produits alimentaires non conformes qui menacent notre agriculture, les magouilles d'oligarques, les tuyères de fusée Vega qui explosent et nous font perdre des satellites d'observation optique à plusieurs centaines de millions d'euros... et dont l'Ukraine aurait eu grand besoin d'ailleurs) mais tout de même.

Cracher sur tant d'opportunités, au nom d'une économie de 3 milliards, c'est tout simplement ridicule.

 

Il y a 2 heures, olivier lsb a dit :

Des drones kamikazes français bientôt livrés aux ukrainiens. Mon dieu que ce fut dur, depuis les sempiternels débat sur l'armement des drones jusqu'à directement la case drone kamikaze. 

Content qu'on puisse modestement contribuer sur ce segment, on devrait beaucoup en apprendre. 

Heu, c'est moi ou c'est très inspiré du Spear 3? :blink:

La section arrière serait un turboréacteur? Les prises d'air latérales et l'empennage en Y inversé sont aussi assez parlants.

Révélation

SPEAR-launch-e1489674183262.jpg?auto=com

Assez étonnant quoique pragmatique. Mais je ne parviens pas à identifier quelles briques ont pu être réutilisées.

À surveiller.

 

EDIT:

 

L'article du JDD en lien dans le tweet:

https://www.lejdd.fr/international/sebastien-lecornu-ministre-des-armees-au-jdd-la-russie-adopte-un-comportement-de-plus-en-plus-agressif-notre-encontre-142208

 

Révélation

Sébastien Lecornu, ministre des Armées au JDD : « La Russie adopte un comportement de plus en plus agressif à notre encontre »

GUERRE. Le ministre des Armées précise les « agressions » de la Russie contre la France. Dans un entretien accordé au JDD, Sébastien Lecornu détaille la loi de programmation militaire 2024 qui doit moderniser notre outil de défense.

Propos recueillis par Jules Torres et Geoffroy Lejeune18/02/2024 à 07:06

lecornu-zelensky-1-cbertrand-guayafp.jpe

Volodymyr Zelensky accueilli par le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, à l'aéroport d'Orly, le 16 février. AFP / © Bertrand Guay

Le président de la République et Volodymyr Zelensky ont signé un accord bilatéral de sécurité. Que signifie-t-il ?

Cet accord consacre l’engagement continu de la France à soutenir l’Ukraine. Il couvre notamment le renforcement du soutien militaire, tant en matière d’armement, d’entretien des matériels fournis que de formation. La France est l’un des pays européens qui forme le plus de soldats ukrainiens : nous en avons déjà formé 10 000 depuis le début de la guerre, et nous en formerons entre 7 000 et 9 000 supplémentaires en 2024, sur des formations généralistes comme spécialistes. Cet accompagnement est crucial, l’armée ukrainienne subissant de lourdes pertes.

D’où proviennent ces fonds de soutien à l’Ukraine ?

L’effort consenti pour l’Ukraine a été permis d’abord par des cessions d’équipements issus des stocks de nos armées, qui font par la suite l’objet de recomplètement neuf à l’identique par un achat à un industriel. Il y a aussi des matériels donnés encore opérationnels, mais plus anciens, que nous aurions prochainement retirés du service et que nous remplaçons par une nouvelle génération. Nous avons ainsi accéléré la transition et c’est particulièrement vrai pour les véhicules terrestres, où nous avons donné des chars sur roues AMX-10 RC et des véhicules de l’avant blindé VAB qui sont remplacés plus vite par des Jaguar et des Griffons produits par Nexter. C’est du gagnant-gagnant. Il y a ensuite des fonds dédiés nationaux et européens qui permettent d’aider l’Ukraine à s’armer.

Comment continuer de fournir du matériel à l’Ukraine tout en protégeant les stocks de nos armées ?

La logique que j’évoquais pour les véhicules vaut aussi pour les missiles, bien que nos stocks étaient plus limités en raison des réductions budgétaires d’avant 2017. Nous cédons donc des missiles qui auraient été perdus du fait de leur « date de péremption » si nous ne les avions pas utilisés. Je peux citer en cela les systèmes Crotale. Mais de fait, depuis septembre dernier, nous faisons évoluer la logique en privilégiant des acquisitions directes entre l’armée ukrainienne et nos industries de défense sur des matériels de haute valeur ajoutée et aux meilleurs standards de qualité. C’est vrai du domaine de l’artillerie avec les canons Caesar et leurs munitions, les drones, et bien sûr dans le domaine de la défense aérienne. Et au-delà des sommes engagées, il y a un bénéfice et un retour direct pour l’industrie française et ses emplois. Nous tirons aussi des enseignements de la guerre en Ukraine pour notre propre industrie de défense et pour certains programmes d’armement qui profiteront demain à l’armée française. C’est vrai pour la capacité à produire plus vite et en quantité, mais c’est vrai aussi en matière d’innovation de ce que cette guerre nous apprend.

Comment va évoluer notre aide à l’Ukraine ?

Nous prévoyons de poursuivre ce soutien dans plusieurs domaines, en particulier dans la défense sol-air, où nous avons une expertise notable, et dans l’artillerie, où le canon Caesar devient un symbole mondial de l’efficacité de l’artillerie française. L’intérêt de nombreux pays pour ce canon témoigne de sa réputation. Grâce aux programmes d’économie de guerre, nous avons pu doubler les capacités de production, avec la possibilité de produire jusqu’à 78 canons pour l’Ukraine dans les usines Nexter en 2024. Je tiens d’ailleurs à exprimer ma gratitude aux ouvriers et techniciens qui travaillent parfois en trois-huit à Roanne et à Bourges. Leur engagement est remarquable et, grâce à eux, ces 78 canons, ainsi que d’autres équipements, pourront être livrés à l’Ukraine en 2024.

Concernant les missiles et d’autres domaines critiques, le contexte est quelque peu distinct. Prenez les missiles complexes tels que les Aster. MBDA doit intensifier ses efforts pour réduire les délais de production, le travail est en cours comme cela a été fait pour les missiles de courte portée Mistral. Cette exigence s’applique aussi à la défense sol-air de moyenne et longue portée. C’est pourquoi, en 2024, je vais commander pour la France huit unités complètes de ce système avancé de nouvelle génération, le SAMP/T-NG, qui n’a rien à envier au Patriot américain. Il est fort probable que nous assistions à des succès notables sur le terrain capacitaire en 2024.

Quels sont ces succès potentiels ?

Le premier exemple concerne le développement d’une nouvelle génération de drones kamikazes. Ce projet, que j’ai amorcé dès ma nomination, est en phase d’expérimentation. L’Ukraine sera parmi les premiers bénéficiaires de ces drones dans les prochaines semaines. Cela représente aussi une opportunité de tester au combat cette nouvelle génération de matériels. Là encore, nos intérêts convergent. Deuxième exemple, il s’agit de l’intégration de l’intelligence artificielle pour les canons Caesar, ce qui nous permet d’accélérer l’acquisition des cibles de tirs du canon. Nous avons donc, depuis deux ans, des retours d’expérience sur notre propre équipement. Aussi bien sur la quantité, avec l’augmentation de la production grâce à l’économie de guerre, que sur la qualité, avec des innovations sur de nouvelles générations de matériels.

Il y a aussi un enjeu sur les munitions.

La problématique des munitions est cruciale, car elle soulève la question fondamentale de notre autonomie stratégique et donc, de manière plus pratique, de la disponibilité des stocks de poudre, en particulier pour produire les obus de 155 mm. Nous avons réussi à augmenter notre soutien en triplant nos livraisons mensuelles d’obus à l’Ukraine, en en produisant désormais 3 000 par mois. Toutefois, ce volume reste très insuffisant.

L’ouverture ou la réouverture d’usines d’armement en France est-elle envisageable ?

Cette situation, mais aussi la crise du Covid, a mis en lumière une lacune, car nous sommes actuellement très dépendants sur quelques segments et ce n’est pas acceptable, ni conforme à notre modèle historique. Il est crucial de retrouver une souveraineté dans ce domaine et cela est en cours. Prenons l’exemple de Bergerac en Dordogne, où l’entreprise Eurenco a lancé avec le ministère des Armées un projet important. Le mois prochain, nous assisterons à la pose de la première pierre de cette usine dédiée à la production de poudre : cela permettra d’alimenter la production de 150 000 obus par an ! Cette usine créera 150 emplois, et c’est un domaine où la France va retrouver sa pleine souveraineté.

Autre exemple : j’ai sollicité une étude sur les munitions de petit calibre, qui pourrait intéresser aussi bien les armées, le ministère de l’Intérieur, les douanes, que les tireurs sportifs du secteur civil. Nous nous fournissons actuellement en munitions étrangères. Je souhaite donc que nous envisagions la reconstitution d’une filière de petit calibre en France. Pour cela, il est essentiel que tous les acteurs concernés collaborent. Leur implication est cruciale pour créer un marché français et assurer la compétitivité de la filière. Tout cela prend inévitablement du temps : il aurait été plus facile dans le passé de protéger ces productions stratégiques que de devoir les recréer aujourd’hui…

La loi de programmation militaire est-elle un levier pour atteindre vos objectifs ?

Oui, incontestablement. Certains disent que ce n’est pas assez. D’autres trouvent que c’est trop et ne comprennent toujours pas la nécessité de se réarmer… Je considère que la copie arrêtée par le président de la République, puis débattue, enrichie et votée par le Parlement l’année dernière, constitue la bonne réponse, même s’il faudra nécessairement faire des mises à jour pour répondre au contexte stratégique et technologique qui évolue plus vite que jadis. Et faire preuve de patience car cette reprise en masse musculaire prend un peu de temps : il est plus rapide de mettre fin à un programme d’armement que d’en recréer un…

Entre 2017 et 2030, on assistera donc à un doublement du budget de la Défense, passant de 32 milliards d’euros à 68 milliards d’euros. J’ajoute que ce qui nous différencie des périodes précédentes est que cette exécution de la programmation militaire se fait à l’euro près, c’est-à-dire que ce qui est promis dans la loi votée est réellement dépensé. Le président de la République l’a voulu, il en est le garant, et je reste persuadé que cela restera comme un des grands éléments du bilan des deux quinquennats. C’est un effort pour la nation et le contribuable, mais il est réaliste face au contexte international, et indispensable pour notre sécurité et notre souveraineté. Ce redressement est salutaire.

Quel est l’objectif de cette programmation militaire pour 2024 ?

À titre d’illustration, en 2024, nous prévoyons de commander 253 véhicules Griffon, 45 véhicules Jaguar et 97 Serval. Nous serons livrés de treize Rafale, treize Mirage 2000 rénovés et deux A400M. Nous recevrons un patrouilleur outre-mer ainsi qu’un nouveau sous-marin nucléaire d’attaque. Nous investirons dans les chaufferies nucléaires du futur porte-avions, le successeur du Charles de Gaulle, et dans une gamme complète de drones.

Nous modernisons donc nos capacités conventionnelles mais aussi les deux composantes de notre dissuasion nucléaire. Mais nous aurons également des programmes nouveaux qui permettront de nous préparer aux menaces nouvelles : le cyber, la guerre électronique, la militarisation de l’espace et des fonds marins. Tout cela sans oublier l’entraînement des forces et leur équipement individuel. En somme, nous poursuivons la réparation de notre outil militaire qui en avait plus que besoin, mais cela ne suffit pas. Nous amorçons désormais sa modernisation plus profonde pour tenir notre rang.

Quelle est notre implication dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine ?

Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie. Et aider l’Ukraine, État agressé, à se défendre, n’est pas être cobelligérant. Mais soyons lucides et regardons les choses de près : la Russie présidée par Vladimir Poutine adopte un comportement de plus en plus agressif à notre encontre. En 2023, nous avons ainsi recensé une centaine d’incidents agressifs, allant de simples communications menaçantes à des tentatives de contrôle sur des patrouilles françaises dans des espaces aériens et maritimes internationaux libres d’accès. Un tel niveau d’agressivité n’existait pas auparavant. Il s’agit d’une stratégie délibérée de la part du régime du Kremlin. Je rappelle que c’est un enjeu majeur pour nos militaires d’assurer la protection de notre liberté d’accès aux espaces internationaux, il en va du droit international et de nos intérêts.

Quelle est la différence entre ce comportement et une situation de guerre ?

Ce qui est crucial ici, c’est la notion d’escalade. Le régime du Kremlin joue avec les seuils et multiplie les menaces. Un autre domaine de préoccupation concerne les menaces liées au chantage aux matières premières, comme on l’a vu avec les céréales. Le prix élevé des hydrocarbures en France est en partie dû à la mainmise de Moscou sur ces ressources, ce qui affecte directement le pouvoir d’achat de nos citoyens et affaiblit nos économies. Moscou utilise ces leviers sans retenue : c’est le principe même de l’hybridité.

Nous avons également subi des cyberattaques d’origine russe, de plus en plus agressives et nombreuses. Ces attaques, qui brouillent la ligne entre les actions de l’État russe et celles d’individus russes, ciblent nos infrastructures. Le cyberattaque subie il y a quelques mois par une importante entreprise de défense française, repoussée mais clairement d’origine russe, visant à perturber la production de matériel militaire pour la France et nos alliés. Cette agressivité accrue justifie une montée en puissance de notre défense cybernétique.

Quel risque représente la Russie ?

Depuis plus de deux ans le risque va grandissant, c’est le constat partagé par l’ensemble des pays européens. Nos services de renseignement surveillent attentivement les tentatives de déstabilisation russes au travers de la manipulation de l’information. En tant que démocratie, nous sommes particulièrement sensibles aux opérations de désinformation. La France et les États-Unis ont été victimes de telles opérations pendant des campagnes électorales au cœur de nos processus démocratiques ces dernières années.

Sur le champ militaire, rappelons la manipulation macabre du charnier de Gossi en 2022 : Wagner avait mis en scène un faux charnier, en allant chercher des cadavres et en les disposant sur une ancienne emprise militaire française au Mali, pour accuser nos forces d’être à l’origine d’un crime de guerre. Nos capteurs prépositionnés nous ont permis de caractériser et dénoncer la forfaiture des mercenaires russes.

Et encore très récemment, la Russie a diffusé des informations sur de prétendus mercenaires français tués en Ukraine, en fournissant une liste mensongère de noms, incluant des personnes n’ayant aucun lien avec le conflit ukrainien et qui sont allées en Ukraine pour des raisons professionnelles avant le conflit. Ces allégations sont clairement des manipulations. Il est donc essentiel d’aborder la menace russe avec lucidité et de ne pas la sous-estimer.

Comment peut évoluer cette guerre ?

Depuis février 2022, la résilience ukrainienne nous a enseigné à être prudents quant à nos prévisions. Initialement, peu imaginaient que l’Ukraine pourrait tenir tête à la puissance militaire russe. La Russie de Vladimir Poutine, tout en étant plus agressive sur le plan hybride, rencontre en parallèle d’importantes difficultés sur le terrain conventionnel face à l’armée ukrainienne. Cela s’explique bien entendu par les efforts héroïques des soldats ukrainiens et de l’aide des pays occidentaux, mais également des mauvaises analyses et décisions de la part des autorités russes, sans oublier les désorganisations liées à la corruption et au mensonge au sein de leur appareil de sécurité.

Il faut comprendre que même si la contre-offensive ukrainienne n’a pas eu l’effet escompté, cela ne signifie pas pour autant que les Russes ont repris le dessus. Suivant de près l’évolution du conflit, j’observe que la ligne de front ne bouge que très légèrement, souvent de quelques centaines de mètres ou kilomètres. Nous assistons à la stabilisation de cette ligne de front, mais cela ne traduit pas un avantage décisif immédiat pour la Russie, qui va devoir opter pour une stratégie de guerre d’usure et de pourrissement. L’enjeu actuel est donc d’assurer que l’Ukraine conserve ses capacités défensives et de contre-offensive, ce qui est précisément l’objectif de l’accord que le président Zelensky vient de signer à Paris avec le président Macron.

Doit-il y avoir une défense européenne ?

La mise en place d’une défense européenne suscite diverses opinions dans les différentes familles politiques. Cela était encore perceptible au cours de la discussion de la loi de programmation militaire. C’est un bon débat ; que doit-on partager pour être plus fort dans un monde global plus dur et compétitif en matière d’armement ? Que doit-on en revanche absolument maîtriser et faire seul ? Je forme le vœu que la campagne des élections européennes permette cette discussion.

À titre personnel, je suis profondément convaincu que notre première assurance vie, c’est notre armée, dans les fondamentaux de son modèle gaullien dessiné dans les années 1960, c’est-à-dire reposant sur une dissuasion nucléaire autonome, un cadre d’emploi national d’une armée expérimentée au combat, des alliances claires, et une industrie de défense souveraine.

Néanmoins, je crois fermement que l’Union européenne a un rôle à jouer, en ce qui concerne le développement et la protection de cette industrie de défense, sans jamais entrer dans les prérogatives souveraines des États, comme par exemple les contrôles des exportations. L’Union européenne, en tant que marché commun, doit se mobiliser pour aider en matière de production, de travail et de finance.

Doit-on s’habituer à vivre avec une guerre à nos portes ?

J’aime l’histoire. La paix a souvent été l’exception, tandis que la guerre était la règle. Pierre Messmer, dans ses mémoires, souligne qu’un bon ministre de la Défense doit être fondamentalement pacifiste, tout en se préparant en permanence à remporter toute guerre. Je suis d’accord. Il est crucial de ne pas renoncer à l’idéal de paix, en évitant toute forme de naïveté. Se préparer à la guerre, dans un sens, est un moyen de préserver la paix.

 

Edited by Patrick
  • Haha 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, olivier lsb a dit :

Des drones kamikazes français bientôt livrés aux ukrainiens. Mon dieu que ce fut dur, depuis les sempiternels débat sur l'armement des drones jusqu'à directement la case drone kamikaze. 

Content qu'on puisse modestement contribuer sur ce segment, on devrait beaucoup en apprendre. 

Ça vient que quel industriel ? L'un des projets de munitions rôdeuses qui abouti ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, LBP a dit :

 

Les Danois, eux aussi encore de dangereux nazis blondinets, excités et russophobes hystériques, c'est certain....

Ce qui se passe à l'Est est globalement ce qui nous attend avec un décalage de quelques années, si nous ne réagissons pas rapidement et avec un peu de sérieux. Comme le rappelait le vice chancelier allemand ce week-end, à la conférence de Munich, les pays d'Europe de l'Ouest n'ont pas pris cette guerre au sérieux pas plus que la détermination de VVP.

Alors même qu'elle ne fait aucun doute ici sur Air Défense (enfin pour ma part en tout cas depuis quelques années déjà), avec certes de modestes divergences d'ordre eschato-théologique concernant les réponses à y apporter :biggrin:

 

Edited by olivier lsb
précision
  • Haha 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, olivier lsb a dit :

Les Danois, eux aussi encore de dangereux excités et russophobes hystériques, c'est certain....

Et oui, alors que si ils gardaient leurs obus ils pourraient s'en servir pour, heu... Décorer les monuments aux morts sur les places de villages, ou faire de l'exploitation minière, voire lancer un programme spatial entièrement à base de culots base-bleed!

:wink::laugh:

il y a 4 minutes, olivier lsb a dit :

Ce qui se passe à l'Est est globalement ce qui nous attend avec un décalage de quelques années, si nous ne réagissons rapidement et avec un peu de sérieux. Comme le rappelait le vice chancelier allemand ce week-end, à la conférence de Munich, les pays d'Europe de l'Ouest n'ont pas pris cette guerre au sérieux pas plus que la détermination de VVP.

C'est vrai. Il est temps de passer la seconde. Les investissements étatiques en France sont foireux, et confinent au risible, et ce sont les industriels, biologiquement frileux à force de se faire empapaouter depuis des décennies, qui mènent la charge tout seuls.

il y a 4 minutes, olivier lsb a dit :

Alors même qu'elle ne fait aucun doute ici sur Air Défense (enfin pour ma part en tout cas depuis quelques années déjà), avec certes de menues divergences d'ordre théologique sur les réponses à y apporter :biggrin:

Très franchement je n'ai jamais cru que poupoute serait aussi dingue, au début du moins. L'épisode Wagner ayant d'ailleurs achevé de le rendre ridicule. Mais s'il veut jouer sérieusement, il faut se mettre à son niveau. L'étape d'encore après c'est d'entrer en Ukraine pour y faire de la réassurance et de voir s'il est assez couillon pour menacer des troupes européennes, déclarant ainsi de facto la guerre aux nations qu'il aura engagées. C'est a priori ce qui vient d'être discuté (et signé?) entre la France l'Allemagne et l'Ukraine.

  • Like 1
  • Haha 1
  • Confused 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Attention, l'accord signé, ne nous engage en rien à intervenir militairement et physiquement. Il met au final juste sur papier ce que nous faisons actuellement. Nous n'avons aucune obligation à y envoyer des troupes. 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Pasha a dit :

Attention, l'accord signé, ne nous engage en rien à intervenir militairement et physiquement. Il met au final juste sur papier ce que nous faisons actuellement. Nous n'avons aucune obligation à y envoyer des troupes. 

De toute façon, on n'en a pas. On racle les fonds de tiroir pour quelques centaines d'hommes en Roumanie et dans les pays baltes. J'exagère un peu mais c'est à peu près ça.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, 13RDP a dit :

Et beh...

Passez devant les gars.

Personne n'a dit qu'il s'agirait d'aller faire du combat de tranchée contre les mobiks, VDV et autres Spetznaz. Quand au début des hostilités Kiev réclamait une couverture aérienne contre les attaques de missiles et les bombardements aériens, il n'était pas non plus question que l'Europe envoie des biffins à la mort dans les champs de mines.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, olivier lsb a dit :

Les Danois, eux aussi encore de dangereux nazis blondinets, excités et russophobes hystériques, c'est certain....

Ce qui se passe à l'Est est globalement ce qui nous attend avec un décalage de quelques années, si nous ne réagissons rapidement et avec un peu de sérieux. Comme le rappelait le vice chancelier allemand ce week-end, à la conférence de Munich, les pays d'Europe de l'Ouest n'ont pas pris cette guerre au sérieux pas plus que la détermination de VVP.

Alors même qu'elle ne fait aucun doute ici sur Air Défense (enfin pour ma part en tout cas depuis quelques années déjà), avec certes de modestes divergences d'ordre eschato-théologique concernant les réponses à y apporter :biggrin:

 

C'est cela, oui, on y croit...Enfin vous, vous y croyez :laugh: de votre salon.

La culture de la peur :wub:

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, ManuG a dit :

C'est cela, oui, on y croit...Enfin vous, vous y croyez :laugh: de votre salon.

La culture de la peur :wub:

 

Je ne parlais que de l'exemple Danois, qui en est souverainement arrivé à la conclusion qu'il est dans leur intérêt de transférer toute leur artillerie...

À vous peut être de m'expliquer ce qu'il faut comprendre. J'ai bien un avis sur la question pour ma part. 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, metkow a dit :

Je mettrais un bémol sur cette nouvelle, surtout que ca sort de nulle part d'une source relativement inconnue

il faut faire attention a ce qui ces sort ces jours-ci comme information, il y'a beaucoup d'intox là-dedans, surtout de la part des ukrainiens actuellement qui tentent de relativiser la perte d'Adviika. Les pertes russes vont toujours être supérieures a celles des ukrainiens, car ils sont dans la majorité des cas a l'offensive et personne n'a de chiffres précis pour les pertes en hommes (morts/blessés).

Pour ma part, pour avoir une idée générale sur l'état de chaque armée, je me fie plus sur l'avancement des offensives en cours (attaque, contre-attaque, pause), sur l'engagement de nouvelles unités dans un secteur (signe que ca va mal) et enfin sur les rotations d'unités (signe que celle-ci a était assez éprouvée)

Tout à fait d'accord.

J'ai déjà dit plusieurs fois ici toute la méfiance qu'il faudrait avoir envers tous ces comptes twitter qui prétendent nous informer de l'ordre de bataille complet et des niveaux de perte de ces unités, excusez du peu! 

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...