Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 10 minutes, Snapcoke a dit :

C'était quoi le lapsus de biden ?

 

C'est bizarre, puisque tout le monde semble dire que les russes accumulent  du matos, même eux....

L'accumulation de materiel est actée

C'est l'intention d'usage qui ne l'est pas

Le lapsus de Biden c'est sur "la petite incursion"

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, Akhilleus a dit :

un piège Saddam 91 like

c'est un piège a double tranchant surtout quand c'est tendu à une puissance nucléaire. 
J'ai plus l'impression qu'il voulait dire que la reaction US serait forte mais proportionnée, comme il arrive difficilement a finir les phrases qu'il commence ... 
ou commence difficilement celles qu'il finit dans ce cas là. 

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Akhilleus a dit :

L'accumulation de materiel est actée

C'est l'intention d'usage qui ne l'est pas

Le problème c'est que cette accumulation de matériels a forcément un but.

L'accumulation d'hommes semble aussi très élevé  pour de simple exercices. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Snapcoke a dit :

 

L'accumulation d'hommes semble aussi très élevé  pour de simple exercices. 

Et la durée aussi c est surtout ça. 

Après avoir une grosse concentration d armée à un a endroit et aussi pour mettre un bon coup de pression, pas forcément attaquer mais faire réfléchir à certainchoix que peut avoir le gouvernement ukrainien. 

La Finlande dans ses choix et diplomatie envers la Russie et les usa et plus carrée, elle cherchera pas la Russie et pourtant rien ne lui empêche d acheter des F35 sans que ça mette en rogne Poutine (peut être un peu) leur diplomatie est claire. L Ukraine à chaque élection change de camps sans avoir une position neutre. 

Link to comment
Share on other sites

Ambrose Evans-Pritchard est furieux contre l'Allemagne :

https://www.telegraph.co.uk/business/2022/01/25/eus-unforgivable-failure-ukraine/

Les élites allemandes ont signalé par leurs actions et leur langage corporel qu'il n'y aura pas de conséquences sérieuses, quoi que fasse M. Poutine avec ses forces Blitzkrieg et ses divisions blindées à la frontière de l'Ukraine.

La Commission européenne a pris la décision de ne pas retirer le personnel de l'ambassade de Kiev, un comportement révélateur d'une puissance qui se considère comme neutre.

Le Français Emmanuel Macron a choisi ce moment pour appeler à un nouveau partenariat stratégique entre l'UE et la Russie, distinct des Américains, à la consternation des États de l'UE en première ligne qui dépendent de l'Amérique pour leur survie nationale.

M. Buras [de l'ECFR] a déclaré que le Conseil européen avait demandé à l'équipe de politique étrangère de la Commission de proposer un ensemble de sanctions il y a six mois, mais qu'aucun document n'était apparu. "Il s'agit d'une mise en cause dévastatrice de la diplomatie européenne à un moment où elle est confrontée à son test le plus sérieux", a-t-il déclaré.

Au cœur de cette paralysie se trouve l'étrange ambivalence de l'Allemagne, soutenue par la croyance indéfectible qu'elle a une compréhension et une appréciation uniques de la Russie. La foi nationale en l'Ostpolitik survit à chaque provocation de M. Poutine.

C'est en partie un moyen de camoufler ses intérêts personnels et ses avantages commerciaux, mais c'est aussi une véritable pathologie culturelle. "Ils ne peuvent pas se sortir de la tête l'illusion d'un partenariat stratégique avec la Russie", a déclaré le professeur Hannes Adomeit, de l'Institut de politique de sécurité de l'université de Kiel.

Il fait partie des 73 historiens et experts allemands de l'Europe de l'Est qui ont rédigé une lettre ouverte accusant l'establishment berlinois de contribuer au désastre en cours par des erreurs systématiques d'appréciation, de poursuivre avec acharnement la doctrine de l'Annäherung durch Verflechtung (rapprochement par l'interdépendance) et de continuer à croire que M. Poutine serait encore moins contrôlable sans le dialogue allemand.

"Ils pensent que les siloviki (hommes forts de copinage) qui entourent Poutine ne sont pas si différents des anciens Brejnev et Gorbatchev. Mais Poutine est beaucoup plus dangereux parce qu'il est moins contraint par la sagesse collective du Politburo et qu'il est rancunier et irritable (carries a chip on his shoulder)", a-t-il déclaré.

Matthias Platzeck, du Deutsch-Russisches Forum, appelle à la fin de toutes les sanctions résiduelles post-Crimée afin d'apaiser le Kremlin, arguant qu'il est désormais impératif sur le plan stratégique d'éloigner la Russie de la Chine de Xi Jinping. Ou, comme l'a dit un peu trop franchement l'ex-chef de la marine allemande, M. Poutine ne veut que du respect... et le mérite.

Le résultat de l'apaisement allemand - oui, c'est le bon mot - est que la Russie ne sera pas expulsée du système SWIFT de paiements mondiaux, même si M. Poutine prend Kiev et érige son gouvernement fantoche.

Friedrich Merz, le nouveau chef des chrétiens-démocrates, a déclaré qu'il était trop dangereux d'activer cette option nucléaire financière. Elle risquerait de faire exploser les marchés financiers européens et de déclencher une crise bancaire, dévastant l'économie européenne. Il a semblé suggérer que des sanctions contre quelques oligarques seraient une réponse suffisante.

Dans un sens, M. Merz a raison. Les entreprises allemandes ont continué à investir à grande échelle dans l'économie russe depuis l'annexion illégale de la Crimée en 2014 et sont donc otages, un peu comme la City de Londres a continué à financer le régime d'Hitler jusqu'en 1938, tout en faisant un lobbying furieux pour une paix aux conditions de Berlin.

Il n'y aura pas d'embargo sur les exportations russes d'énergie et de minéraux stratégiques. Les principaux dirigeants du SPD - dont le ministre de la défense et le secrétaire général - continuent de penser que le gazoduc Nord Stream 2 doit être construit même si M. Poutine anéantit l'Ukraine.

Berlin a refusé de vendre à Kiev des systèmes d'armes défensifs et est intervenu pour empêcher les États baltes de l'OTAN d'expédier de vieux obusiers est-allemands provenant de leurs stocks militaires pour aider à renforcer la résistance de l'Ukraine.

En bref, l'Allemagne ne prendra aucune mesure susceptible de menacer sa relation spéciale avec Moscou ou de mettre en péril ses intérêts économiques à long terme. Elle concède au Kremlin un droit de regard impérial sur son étranger proche.

Nous attendons donc, avec un pressentiment tendu, que le sol gèle suffisamment pour que les chars et l'artillerie russes puissent y pénétrer, et nous posons la question suivante : que restera-t-il de l'UE si M. Poutine brise l'architecture de sécurité européenne au cours des six prochaines semaines ?

Évoluera-t-elle vers le condominium franco-allemand "lotharingien" dont rêve M. Macron, ou sera-t-elle le début d'un condominium russo-allemand de facto beaucoup moins agréable pour Bruxelles, Paris et l'Occident ?

 

  • Like 2
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Dans toute cette histoire, j'ai l'impression que le Kremlin et Poutine se sont acculés eux mêmes. Ils sont allés trop loin et n'ayant pas réussi à affaiblir la position atlantique, ils ne savent plus comment se sortir de la situation. Reculer sans aucunes concessions serait un aveu de faiblesse aux conséquences internes inconnues (Rappelez vous que Khrouchtchiov quitte le pouvoir en 64, en parti car affaibli par la crise de Cuba et le peu de concession obtenu). Le coût d'une intervention est maintenant connu pour les Russes et il est largement supérieur à tout bénéfice qu'ils pourraient espérer en tirer... Bref, Poutine s'est acculé tout seul, la question c'est est ce qu'on lui offre qq chose pour se sortir de ce pétrin la tête haute? Et si oui quoi?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, prof.566 a dit :

Faudrait pas oublier quand même que la Russie s'est porté garante des frontières ukrainiennes lors de la dénucléarisation du pays. Cela dir à mon sens ce n'est ni à l'OTAN ni à la Russie de décider, mais aux Ukrainiens.

Poutine considère que le Mémorandum de Budapest ne s'applique plus à l'Ukraine dès lors que ce n'est plus le même état ukrainien qui a signé ce Mémorandum suite à la révolution orange. 

Donc il considère qu'il peut s'asseoir dessus alors qu'il faudrait par contre  respecter de vagues promesses non-ratifiées sur le non-élargissement de l'OTAN.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Wallaby a dit :

Ambrose Evans-Pritchard est furieux contre l'Allemagne :

https://www.telegraph.co.uk/business/2022/01/25/eus-unforgivable-failure-ukraine/

Les élites allemandes ont signalé par leurs actions et leur langage corporel qu'il n'y aura pas de conséquences sérieuses, quoi que fasse M. Poutine avec ses forces Blitzkrieg et ses divisions blindées à la frontière de l'Ukraine.

La Commission européenne a pris la décision de ne pas retirer le personnel de l'ambassade de Kiev, un comportement révélateur d'une puissance qui se considère comme neutre.

Le Français Emmanuel Macron a choisi ce moment pour appeler à un nouveau partenariat stratégique entre l'UE et la Russie, distinct des Américains, à la consternation des États de l'UE en première ligne qui dépendent de l'Amérique pour leur survie nationale.

M. Buras [de l'ECFR] a déclaré que le Conseil européen avait demandé à l'équipe de politique étrangère de la Commission de proposer un ensemble de sanctions il y a six mois, mais qu'aucun document n'était apparu. "Il s'agit d'une mise en cause dévastatrice de la diplomatie européenne à un moment où elle est confrontée à son test le plus sérieux", a-t-il déclaré.

Au cœur de cette paralysie se trouve l'étrange ambivalence de l'Allemagne, soutenue par la croyance indéfectible qu'elle a une compréhension et une appréciation uniques de la Russie. La foi nationale en l'Ostpolitik survit à chaque provocation de M. Poutine.

C'est en partie un moyen de camoufler ses intérêts personnels et ses avantages commerciaux, mais c'est aussi une véritable pathologie culturelle. "Ils ne peuvent pas se sortir de la tête l'illusion d'un partenariat stratégique avec la Russie", a déclaré le professeur Hannes Adomeit, de l'Institut de politique de sécurité de l'université de Kiel.

Il fait partie des 73 historiens et experts allemands de l'Europe de l'Est qui ont rédigé une lettre ouverte accusant l'establishment berlinois de contribuer au désastre en cours par des erreurs systématiques d'appréciation, de poursuivre avec acharnement la doctrine de l'Annäherung durch Verflechtung (rapprochement par l'interdépendance) et de continuer à croire que M. Poutine serait encore moins contrôlable sans le dialogue allemand.

"Ils pensent que les siloviki (hommes forts de copinage) qui entourent Poutine ne sont pas si différents des anciens Brejnev et Gorbatchev. Mais Poutine est beaucoup plus dangereux parce qu'il est moins contraint par la sagesse collective du Politburo et qu'il est rancunier et irritable (carries a chip on his shoulder)", a-t-il déclaré.

Matthias Platzeck, du Deutsch-Russisches Forum, appelle à la fin de toutes les sanctions résiduelles post-Crimée afin d'apaiser le Kremlin, arguant qu'il est désormais impératif sur le plan stratégique d'éloigner la Russie de la Chine de Xi Jinping. Ou, comme l'a dit un peu trop franchement l'ex-chef de la marine allemande, M. Poutine ne veut que du respect... et le mérite.

Le résultat de l'apaisement allemand - oui, c'est le bon mot - est que la Russie ne sera pas expulsée du système SWIFT de paiements mondiaux, même si M. Poutine prend Kiev et érige son gouvernement fantoche.

Friedrich Merz, le nouveau chef des chrétiens-démocrates, a déclaré qu'il était trop dangereux d'activer cette option nucléaire financière. Elle risquerait de faire exploser les marchés financiers européens et de déclencher une crise bancaire, dévastant l'économie européenne. Il a semblé suggérer que des sanctions contre quelques oligarques seraient une réponse suffisante.

Dans un sens, M. Merz a raison. Les entreprises allemandes ont continué à investir à grande échelle dans l'économie russe depuis l'annexion illégale de la Crimée en 2014 et sont donc otages, un peu comme la City de Londres a continué à financer le régime d'Hitler jusqu'en 1938, tout en faisant un lobbying furieux pour une paix aux conditions de Berlin.

Il n'y aura pas d'embargo sur les exportations russes d'énergie et de minéraux stratégiques. Les principaux dirigeants du SPD - dont le ministre de la défense et le secrétaire général - continuent de penser que le gazoduc Nord Stream 2 doit être construit même si M. Poutine anéantit l'Ukraine.

Berlin a refusé de vendre à Kiev des systèmes d'armes défensifs et est intervenu pour empêcher les États baltes de l'OTAN d'expédier de vieux obusiers est-allemands provenant de leurs stocks militaires pour aider à renforcer la résistance de l'Ukraine.

En bref, l'Allemagne ne prendra aucune mesure susceptible de menacer sa relation spéciale avec Moscou ou de mettre en péril ses intérêts économiques à long terme. Elle concède au Kremlin un droit de regard impérial sur son étranger proche.

Nous attendons donc, avec un pressentiment tendu, que le sol gèle suffisamment pour que les chars et l'artillerie russes puissent y pénétrer, et nous posons la question suivante : que restera-t-il de l'UE si M. Poutine brise l'architecture de sécurité européenne au cours des six prochaines semaines ?

Évoluera-t-elle vers le condominium franco-allemand "lotharingien" dont rêve M. Macron, ou sera-t-elle le début d'un condominium russo-allemand de facto beaucoup moins agréable pour Bruxelles, Paris et l'Occident ?

 

On peut pas en vouloir à l Allemagne d un côté, elle suit sa direction et intérêt, en exemple avec la Turquie. 

Pour rappel il n y a pas ci longtemps la Turquie menacée un pays européen. Et la personne à bougé que se soit les pays balts, le ru, Pologne, ect... 

Pour l Ukraine qui n appartient ni au UE ni à l OTAN tous les pays européens s affolent en disant "on va proteger l Ukraine" 

Alors je veux bien que les usa s en mêlent sinon ont aura moins de film hollywoodien, mais pour les pays européens en plus ceux qui sont dans l UE je trouve que c est vraiment déplacé comme comportement. 

Je sais pas si la Grèce a envoyé des renforts d ailleur j en doute elle a qu en même une relation particulière avec la russie

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, wagdoox a dit :

 

La Russie demande essentiellement un recule des missiles de croisières et balistiques pour éviter une attaque décapitante, si on peut négocier la dessus tout en permettant aux russes de vérifier la chose. Alors les choses se calmeront lentement. 

Ils demandent aussi le démantèlement des Aegis Ashore en Roumanie qui techniquement sont incapables de tirer autre chose que du missile anti missile (et pas de Tomahawk).

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, penaratahiti a dit :

Poutine considère que le Mémorandum de Budapest ne s'applique plus à l'Ukraine dès lors que ce n'est plus le même état ukrainien qui a signé ce Mémorandum suite à la révolution orange. 

Donc il considère qu'il peut s'asseoir dessus alors qu'il faudrait par contre  respecter de vagues promesses non-ratifiées sur le non-élargissement de l'OTAN.

 

C'est simplifier les choses

La Russie a considéré ne plus être tenue par le mémorandum quand les Ukrainiens ont dans la foulée de la révolution Orange cassés l'accord de "leasing" de Sébastopol

Comparaison n'est pas raison mais nous avons fait pareil lorsqu'on a essayer de nous sabrer Bizerte

Le respect des accords va dans les deux sens

A mon avis, les russes se seraient contenté de la Crimée, l'Est de l'Ukraine étant un pot de pus mais ils ont été dépassés par leur base (comparer la vitesse d'execution de la prise des infrastructures criméennes et le délai d'appui aux séparatistes)

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Akhilleus a dit :

 

A mon avis, les russes se seraient contenté de la Crimée, l'Est de l'Ukraine étant un pot de pus mais ils ont été dépassés par leur base (comparer la vitesse d'execution de la prise des infrastructures criméennes et le délai d'appui aux séparatistes)

Là dessus je te suis, j'ai l'impression que Poutine s'en serait bien passé mais qu'on lui a forcé la main, qu'il s'est fait dépasser par la base comme on dit.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, penaratahiti a dit :

Ils demandent aussi le démantèlement des Aegis Ashore en Roumanie qui techniquement sont incapables de tirer autre chose que du missile anti missile (et pas de Tomahawk).

Oui mais c'est pas la question centrale, actuelle en tout cas.
Ces missiles sont la concrétisation de la fin du MAD et je pense que les russes ont toute légitimité à demander ce retrait. 
Le fait d'avoir un bouclier (illusoire) anti missile nucléaire, laisse croire à une victoire possible (toujours illusoire en réalité) dans un conflit nucléaire et représente donc un risque de conflit nucléaire. 

Les russes prétendent également que les missiles peuvent etre chargé d'une tete nucléaire... aucune idée sur la crédibilité de la chose. 
En revanche beaucoup de rumeurs ont circulé sur le retrait des bombes de Turquie vers la Roumanie suite au coup d'état raté... 

Je remarque que les outils pour juguler les risques durant la guerre froide ont volé en éclat à commencer par le MAD et que c'est bien les USA qui ont ouvert le bal.

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, wagdoox a dit :


Je remarque que les outils pour juguler les risques durant la guerre froide ont volé en éclat à commencer par le MAD et que c'est bien les USA qui ont ouvert le bal.

Effectivement Bush a retiré les USA du traité ABM en 2001, et c'est plus large que juste le site en Roumanie, les US déploient des ABM sur leurs navires.

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, hadriel a dit :

Effectivement Bush a retiré les USA du traité ABM en 2001, et c'est plus large que juste le site en Roumanie, les US déploient des ABM sur leurs navires.

oui mais la Roumanie n'a pas été choisi au hasard, ni pour lutter contre l'Iran (version publiquement donnée par Bush a l'époque) mais contre les vecteurs russes. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, wagdoox a dit :


Les russes prétendent également que les missiles peuvent etre chargé d'une tete nucléaire... aucune idée sur la crédibilité de la chose. 
En revanche beaucoup de rumeurs ont circulé sur le retrait des bombes de Turquie vers la Roumanie suite au coup d'état raté... 

Ce qui inquiète les russes c'est la possibilité  de tirer  du tomahawk avec charge nucléaire...

Et la possibilité de voir a moyen terme l'ukraine devenir une menace,  ou à tout le moins une tête de pont pour les USA.

En cela, on ne peut pas lui donné  tort à poutine !!

La question c'est : que pourraient  on lui donné  comme gage pour le calmer. 

Quand on sais que : on a trahi notre parole pour le kosovo, on a trahi pour la lybie, on a joué un jeu dangereux avec la Syrie.

Les usa ont envahi depuis 1991, fin de l'union soviétique : Irak deux fois, Afghanistan, bombardement Serbie et invasion puisque le kosovo est serbe.

Encouragé la Géorgie.

Possiblement financer  quelques révolutions de couleurs...

On ne peux pas dire que les russes n'est pas quelques raison d'être inquiet. 

Cité  moi un pays envahi  par la Russie depuis 1991 ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Snapcoke a dit :

Ce qui inquiète les russes c'est la possibilité  de tirer  du tomahawk avec charge nucléaire...

Et la possibilité de voir a moyen terme l'ukraine devenir une menace,  ou à tout le moins une tête de pont pour les USA.

Suffit de voir la crise thermonucléaire (oui le calembour est volontaire) des US quand ils ont appris l'existence du 9M729... 

Après, personne n'est blanc comme neige dans le m*rdier actuel: il est toujours utile de le rappeler vu l'avalanche actuelle de positions style "les russes sont méchants" et les "us sont gentils". Le monde est très loin d'être binaire :happy:

Edited by MeisterDorf
  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, penaratahiti a dit :

Ils demandent aussi le démantèlement des Aegis Ashore en Roumanie qui techniquement sont incapables de tirer autre chose que du missile anti missile (et pas de Tomahawk).

C'est la parole des USA ça, et quand on voit comment les russes se torchent avec la parole des US ...

Le Mk41 est un système modulaire et la taille du SM3 est légèrement supérieure à celle d'un Tomahawk (6,55m contre 6,25m avec booster) ce qui impose à minima la version intermédiaire du mk41, à savoir la 6,8m. Donc déjà, il y a forcement compatibilité matériel pour un conteneur Tomahawk. Quand au logiciel, la bonne blague, le support physique dans la bâtiment radar est le même que sur les destroyers donc un maj et c'est réglé.

Mais de toute façon il ne s'agit que de 24 cellules fixes ce qui semble bien maigre et une maj en offensif pourrai se voir, je crois surtout que c'est un artifice de négociation pour les russes. Le système Dark Eagle qui devrait entrer en service sous peu dans l'US Army sur camion est certainement plus inquiétant pour les russes à moyen terme.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

D'après cet article de Futurism mit par un correspondant sur le Forum des Uchronies Francophones :

https://futurism.com/the-byte/hackers-railway-russian-military


"Les cyber-partisans ont attaqué le réseau des chemins de fer biélorusses. Ils ont crypté les serveurs, les bases de données et les postes de travail pour ralentir l'arrivée des troupes russes en Biélorussie. Ils demandent la libération de 50 prisonniers politiques en mauvaise santé et l'arrêt du déploiement de l'armée russe."

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, wagdoox a dit :

J'ai plus l'impression qu'il voulait dire que la reaction US serait forte mais proportionnée, comme il arrive difficilement a finir les phrases qu'il commence ... 
ou commence difficilement celles qu'il finit dans ce cas là. 

Je trouve très déplacé de reprendre les théories mises en avant par certains Républicains comme quoi Biden serait lentement atteint par la sénilité. Et tout ça parce qu'il n'arrive guère à être cohérent - de moins en moins en fait - et qu'il peut à l'occasion se lâcher de manière assez brutale - récemment en traitant un journaliste de "fils de p..." en public.

Enfin, il s'agit à l'évidence de théories du complot ! Voyons, ce n'est pas parce qu'un homme de 79 ans est souvent décousu voire parfois décompensé qu'il y a la moindre raison de croire que cela pourrait avoir quoi que ce soit à voir, même de très très très loin, avec le début d'une sénilité :angry: !

Révélation

405733_317737438266868_1621318242_n.jpg?

 

il y a 34 minutes, Wallaby a dit :

Ambrose Evans-Pritchard est furieux contre l'Allemagne :

https://www.telegraph.co.uk/business/2022/01/25/eus-unforgivable-failure-ukraine/

Les élites allemandes ont signalé par leurs actions et leur langage corporel qu'il n'y aura pas de conséquences sérieuses, quoi que fasse M. Poutine avec ses forces Blitzkrieg et ses divisions blindées à la frontière de l'Ukraine.

Ah il est très colère M'sieur Evans-Pritchard, oui.

Il faut dire que la Grande-Bretagne est vertueuse, elle ! Le moyen évident par lequel elle peut faire pression sur le régime kleptocratique de la Russie, c'est-à-dire menacer de s'attaquer à leurs avoirs dont une bonne partie est à Londres - et les kleptocrates sont peut-être patriotes, mais c'est au grisbi qu'ils tiennent le plus - elle l'utilise, elle, malgré qu'il soit dommageable pour la City.

Vous dites ? En fait... non :huh: ?

Une chose est claire en tout cas à l'esprit de M. Evans-Pritchard. L'Allemagne elle, et les autres Continentaux avec elle, doit menacer de cesser d'acheter du gaz à la Russie. Et le fait que cela pourrait coûter une diminution assez catastrophique de l'activité de la première industrie du Continent est un bonus bienvenu inconvénient que la morale commande d'accepter.

Or, la morale, c'est très important aux yeux de M. Evans-Pritchard.

 

il y a 34 minutes, Wallaby a dit :

Le résultat de l'apaisement allemand - oui, c'est le bon mot - est que la Russie ne sera pas expulsée du système SWIFT de paiements mondiaux, même si M. Poutine prend Kiev et érige son gouvernement fantoche.

C'est en effet de l'apaisement puisque l'Allemagne ne se tire pas une balle, ou plutôt une rafale de mitraillette dans le pied, pour un pays qui est pourtant son allié. Euh attendez :dry: ... non en fait, l'Ukraine n'est pas un allié de l'Allemagne.

Et la décision de ne pas expulser la Russie de SWIFT, si elle est confirmée, décision américaine, c'est certainement de la faute des Allemands !

 

il y a 34 minutes, Wallaby a dit :

Nous attendons donc, avec un pressentiment tendu, que le sol gèle suffisamment pour que les chars et l'artillerie russes puissent y pénétrer, et nous posons la question suivante : que restera-t-il de l'UE si M. Poutine brise l'architecture de sécurité européenne au cours des six prochaines semaines ?

 

"Architecture de sécurité européenne" ? Il y a deux versions :

- Ca n'existe pas encore (avis par exemple d'Emmanuel Macron)

- Ca existe déjà, ça s'appelle OTAN

Dans les deux cas... l'Ukraine n'en fait pas partie

 

il y a 30 minutes, Edmond Furax a dit :

Dans toute cette histoire, j'ai l'impression que le Kremlin et Poutine se sont acculés eux mêmes. Ils sont allés trop loin et n'ayant pas réussi à affaiblir la position atlantique, ils ne savent plus comment se sortir de la situation. Reculer sans aucunes concessions serait un aveu de faiblesse aux conséquences internes inconnues (Rappelez vous que Khrouchtchiov quitte le pouvoir en 64, en parti car affaibli par la crise de Cuba et le peu de concession obtenu). Le coût d'une intervention est maintenant connu pour les Russes et il est largement supérieur à tout bénéfice qu'ils pourraient espérer en tirer... Bref, Poutine s'est acculé tout seul, la question c'est est ce qu'on lui offre qq chose pour se sortir de ce pétrin la tête haute? Et si oui quoi?

J'ai du mal à imaginer que le risque de se retrouver dans cette situation n'ait pas été identifié avant l'envoi des deux "projets de traité" de décembre dernier. Et s'il a été identifié, il a été accepté.

C'est donc que Poutine s'est déjà résolu à appliquer les "mesures militaro-techniques" qu'il évoque, si Etats-Unis et OTAN ne bougent pas suffisamment à son gré. Il s'est volontairement mis dans la situation de ne pouvoir que très difficilement faire machine arrière - afin de renforcer sa position de négociation.

Ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il va ordonner une intervention militaire voire une invasion de l'Ukraine.

Car les "mesures militaro-techniques"... cela pourrait être autre chose.

 

il y a 17 minutes, Akhilleus a dit :

relatif à ce qui nous intéresse : https://www.euronews.com/2021/04/02/could-tensions-on-ukraine-s-border-herald-more-than-just-russian-maneuvres

lire la date pour comprendre le pourquoi je poste ce lien:biggrin:

Oui, mais ce qui est nouveau dans la situation actuelle, ce n'est pas le déploiement militaire même de grande taille près de l'Ukraine.

C'est la manoeuvre diplomatique russe depuis décembre.

 

il y a 2 minutes, wagdoox a dit :

Les russes prétendent également que les missiles peuvent etre chargé d'une tete nucléaire... aucune idée sur la crédibilité de la chose. 

La crédibilité politique me semble faible. Je ne vois guère les Etats-Unis se lancer dans ce genre de "coup".

La crédibilité technique est assurée. Les silos Mk 41 placés en Roumanie et en Pologne peuvent abriter et tirer des Tomahawk, de portée classifiée mais supérieure à 1 600 km. Et les Tomahawk ont une charge utile de 450 kg, largement suffisante pour une ogive nucléaire. Il a d'ailleurs déjà existé dans le passé une version nucléaire de ce missile avec tête W80 de puissance variable 5 à 150 kt.

Donc si on est un planificateur de défense russe essayant d'évaluer la menace potentielle, il y a bien un argument comme quoi les Américains n'ont pas placé de missile de croisière nucléaire en Roumanie et en Pologne. Mais cet argument, c'est "Rôooh allez ils vont pas faire ça, voyons !"

Tous les planificateurs de défense ne seront pas nécessairement convaincus.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Edit : Une précision supplémentaire, la distance du site de missiles à Deveselu en Roumanie à Moscou est un peu supérieure à 1 600 km. Depuis le site de Redzikowo en Pologne - prévu pour être opérationnel cette année - la distance est de 1 300 km.

Link to comment
Share on other sites

  • collectionneur changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,748
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...