Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 5 minutes, Métal_Hurlant a dit :

Carnage sur l'aéroport de Kershon... Mais sur cette vidéo (assez incroyable) on voit surtout des camions en feu...

https://www.reddit.com/r/CombatFootage/comments/tfiv8l/aftermath_of_ukrainian_artillery_hits_on/

incroyable. 
1- comment les Russes peuvent stationner autant de matériel aussi prêt du front et à portée de l'artillerie Ukrainienne ?!

2-J'imagine que le gars qui filme est Russe, il risque pas des problèmes lui ?! 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, bubzy a dit :

2-J'imagine que le gars qui filme est Russe, il risque pas des problèmes lui ?! 

Ben... Un peu avant la fin, la vidéo est watermarkée Ukraine Pravda en haut à droite. Alors deux options :

  1. Le gars qui filme est Russe, il risque des gros problèmes
  2. Le gars qui filme est Ukrainien, il risque de très gros problèmes

Je ne sais pas ce qui est le mieux. :huh:

 

Link to comment
Share on other sites

Pas tout lu encore mais un long article du Wall Street Journal sur les combats à Voznesensk, entre les 2 et 3 mars. Cette localité était la pointe avancée russe au nord de Mykolaiv. Et visiblement, ça a été sévère :

https://www.wsj.com/articles/ukraine-russia-voznesensk-town-battle-11647444734?st=z24ubrmo2xi9bq1&reflink=share_mobilewebshare

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Clairon a dit :

 et vous aspergez tout d'essence ... On aura bien un obus Ukrainien ou un drone qui passera dans le coin ...

Je m'auto-cite (je vous rassure, tout va bien côté des chevilles, j'ai prèvu des chaussettes XXL) : vous aspergez d'essence, si il vous en reste ou que ces gougnafiers de la logistique on réussi à vous en faire parvenir ...

Clairon

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Surjoueur a dit :

Il existe des sources crédibles relayant le moral des soldats russes ?

Si des sources relayent le moral des soldats russes, elles ne sont pas crédibles, voyons ! :rolleyes:

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Ciders a dit :

Pas tout lu encore mais un long article du Wall Street Journal sur les combats à Voznesensk, entre les 2 et 3 mars. Cette localité était la pointe avancée russe au nord de Mykolaiv. Et visiblement, ça a été sévère :

https://www.wsj.com/articles/ukraine-russia-voznesensk-town-battle-11647444734?st=z24ubrmo2xi9bq1&reflink=share_mobilewebshare

Il n'y a que le début de l'article en accès libre. Dommage :

 

VOZNESENSK, Ukraine – Un fusil Kalachnikov sur son épaule, le directeur des funérailles de Voznesensk, Mykhailo Sokurenko, a passé ce mardi à traverser des champs et des forêts, à ramasser des soldats russes morts et à les emmener dans un wagon de chemin de fer congélateur empilé de corps russes – les victimes de l’une des déroutes les plus complètes que les forces du président Vladimir Poutine ont subies depuis qu’il a ordonné l’invasion de l’Ukraine.

Une avancée rapide de la Russie dans la ville stratégique du sud de 35 000 habitants, une porte d’entrée vers une centrale nucléaire ukrainienne et une voie pour attaquer Odessa par l’arrière, aurait mis en évidence les capacités de l’armée russe et coupé les principales lignes de communication de l’Ukraine.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Métal_Hurlant a dit :

Il n'y a que le début de l'article en accès libre. Dommage :

Voici le reste, pour ceux que ca interesse : 

Citation

VOZNESENSK, Ukraine—A Kalashnikov rifle slung over his shoulder, Voznesensk’s funeral director, Mykhailo Sokurenko, spent this Tuesday driving through fields and forests, picking up dead Russian soldiers and taking them to a freezer railway car piled with Russian bodies—the casualties of one of the most comprehensive routs President Vladimir Putin’s forces have suffered since he ordered the invasion of Ukraine.

A rapid Russian advance into the strategic southern town of 35,000 people, a gateway to a Ukrainian nuclear power station and pathway to attack Odessa from the back, would have showcased the Russian military’s abilities and severed Ukraine’s key communications lines.

Instead, the two-day battle of Voznesensk, details of which are only now emerging, turned decisively against the Russians. Judging from the destroyed and abandoned armor, Ukrainian forces, which comprised local volunteers and the professional military, eliminated most of a Russian battalion tactical group on March 2 and 3.

The Ukrainian defenders’ performance against a much-better-armed enemy in an overwhelmingly Russian-speaking region was successful in part because of widespread popular support for the Ukrainian cause—one reason the Russian invasion across the country has failed to achieve its principal goals so far. Ukraine on Wednesday said it was launching a counteroffensive on several fronts.

“Everyone is united against the common enemy,” said Voznesensk’s 32-year-old mayor, Yevheni Velichko, a former real-estate developer turned wartime commander, who, like other local officials, moves around with a gun. “We are defending our own land. We are at home.”


Voznesensk Mayor Yevheni Velichko, left, atop a bridge Ukrainian military engineers blew up.

The Russian military says its Ukraine offensive is developing successfully and according to plan. Moscow hasn’t released updated casualty figures since acknowledging on March 2 the death of 498 troops, before the Voznesensk battle.

Russian survivors of the Voznesensk battle left behind nearly 30 of their 43 tanks, infantry fighting vehicles, multiple-rocket launchers and trucks, as well as a downed Mi-24 attack helicopter, according to Ukrainian officials in the city. The helicopter’s remnants and some pieces of burned-out Russian armor were still scattered around Voznesensk on Tuesday.

Russian forces retreated more than 40 miles to the southeast, where other Ukrainian units have continued pounding them. Some dispersed in nearby forests, where local officials said 10 soldiers have been captured.

“We didn’t have a single tank against them, just rocket-propelled grenades, Javelin missiles and the help of artillery,” said Vadym Dombrovsky, commander of the Ukrainian special-forces reconnaissance group in the area and a Voznesensk resident. “The Russians didn’t expect us to be so strong. It was a surprise for them. If they had taken Voznesensk, they would have cut off the whole south of Ukraine.”

Ukrainian officers estimated that some 100 Russian troops died in Voznesensk, including those whose bodies were taken by retreating Russian troops or burned inside carbonized vehicles. As of Tuesday, 11 dead Russian soldiers were in the railway car turned morgue, with search parties looking for other bodies in nearby forests. Villagers buried some others.


A Russian soldier’s body before transfer to the Voznesensk morgue.

Bodies of Russian soldiers in the freezer train car turned morgue.
“Sometimes, I wish I could put these bodies on a plane and drop them all onto Moscow, so they realize what is happening here,” said Mr. Sokurenko, the funeral director, as he put Tuesday’s fifth Russian cadaver on blue-plastic sheeting inside his van marked “Cargo 200”—Soviet military slang for killed in action. A Ukrainian military explosives specialist accompanied him, because some bodies had been booby trapped.

About 10 Ukrainian civilians died in Voznesensk during the combat and two more after hitting a land mine afterward, local officials said. Ukraine doesn’t disclose its military losses. There were fatalities, mostly among the Territorial Defense volunteer forces, local residents said.

The Russian operation to seize Voznesensk, 20 miles from the South Ukrainian Nuclear Power Plant, was ambitious and well-equipped. It began after Russian forces fanned out of the Crimean Peninsula, which Moscow severed from Ukraine and annexed in 2014, and thrust northward to seize the regional capital of Kherson on March 1. They pushed to the edge of Mykolaiv, the last major city before Odessa, Ukraine’s main port.

About 55 miles north of Mykolaiv, Voznesensk offered an alternative bridge over the Southern Bug river and access to the main highway linking Odessa with the rest of Ukraine. Russian forces raced toward the town at the same time as they made a successful push northeast to seize the city of Enerhodar, where another major Ukrainian nuclear power plant is located. Voznesensk’s fall would have made defending the nuclear plant to the north of here nearly impossible, military officials said.

On March 1, the Russian military column departs Kherson headed north and northeast.

To reach Odessa, the column must cross the Southern Bug in Mykolaiv or Voznesensk. The river runs in a deep canyon and can only be crossed via bridge.

 

The column reaches Voznesensk, where the bridge over the Mertvovod tributary of the Southern Bug has been destroyed by local forces, stopping the northward progression.

After two days of fighting, most of the column is destroyed. Survivors escape east toward Bashtanka.

 

Mayor Velichko worked with local businessmen to dig up the shores of the Mertvovod river that cuts through town so armored personnel vehicles couldn’t ford it. He got other businessmen who owned a quarry and a construction company to block off most streets to channel the Russian column into areas that would be easier to hit with artillery.

Ahead of the Russian advance, military engineers blew up the bridge over the Mertvovod and a railroad bridge on the town’s edge. Waiting for the Russians in and around Voznesensk were Ukrainian regular army troops and members of the Territorial Defense force, which Ukraine established in January, recruiting and arming volunteers to help protect local communities. Local witnesses, officials and Ukrainian combat participants recounted what happened next.

Missile strikes
The Russian assault began with missile strikes and shelling that hit central Voznesensk, destroying the municipal swimming pool and damaging high-rises. Helicopters dropped Russian air-assault troops in a forested ridge southwest of Voznesensk, as an armored column drove from the southeast. Mr. Velichko said a local collaborator with the Russians, a woman driving a Hyundai SUV, showed the Russian column a way through back roads.

Ukrainian officers estimate that some 400 Russian troops took part in the attack. The number would have been bigger if these forces—mostly from the 126th naval infantry brigade based in Perevalnoye, Crimea, according to seized documents—hadn’t come under heavy shelling along the way.

Natalia Horchuk, a 25-year-old mother of three, said Russian soldiers appeared in her garden in the village of Rakove in the Voznesensk municipality early March 2. They told her and neighbors to leave for their safety, and parked four tanks and infantry fighting vehicles between the houses. “Do you have anywhere to go?” she recalled them asking. “This place will be hit.”

“We can hide in the cellar,” she replied.

“The cellar won’t help you,” they told her. Hiding valuables, she and her family fled, as did most neighbors.


Children play near the shelled clinic in Rakove.

One of the Ukrainian troops inspecting ruined houses where Russian soldiers rested.
Outside Rakove, Volodymyr Kichuk, a guard at a walnut plantation, woke to find five Russian airborne troops in his hut. They took his phone and forced him to lie on the ground, said his wife, Hanna. “Once they realized there was nothing to steal, they told him: You can get up after we leave,” she said. By day’s end, the couple were gone from the village.

Russian soldiers took over villagers’ homes in Rakove and created a sniper position on a roof. They looked for sacks to fill with soil for fortifications, burned hay to create a smoke screen and demanded food.

A local woman who agreed to cook for the Russians is now under investigation, said Mr. Dombrovsky. “A traitor—she did it for money,” he said. “I don’t think the village will forgive her and let her live here.”

Downhill from Rakove, Russian forces set up base at a gas station at Voznesensk’s entrance. A Russian BTR infantry fighting vehicle drove up to the blown-up bridge over the Mertvovod, opening fire on the Territorial Defense base to the left. Five tanks, supported by a BTR, drove to a wheat field overlooking Voznesensk.

A group of Territorial Defense volunteers armed with Kalashnikovs was hiding in a building at that field’s edge. They didn’t have much of a chance against the BTR’s large-caliber machine gun, said Mykola Rudenko, one of the city’s Territorial Defense officers; some were killed, others escaped. Russian troops in two Ural trucks were preparing to assemble and set up 120-mm mortars on the wheat field, but they got only as far as unloading the ammunition before Ukrainian shelling began.


Russian soldiers took over villagers’ homes during their advance on Voznesensk; above and below, Ukrainian troops inspect such houses in Rakove.

Phoning in coordinates
As darkness fell March 2, Mr. Rudenko, who owns a company transporting gravel and sand, took cover in a grove on the wheat field’s edge under pouring rain. The Russian tanks there would fire into Voznesensk and immediately drive a few hundred yards away to escape return fire, he said.

Mr. Rudenko was on the phone with a Ukrainian artillery unit. Sending coordinates via the Viber social-messaging app, he directed artillery fire at the Russians. So did other local Territorial Defense volunteers around the city. “Everyone helped,” he said. “Everyone shared the information.”

Ukrainian shelling blew craters in the field, and some Russian vehicles sustained direct hits. Other Ukrainian regular troops and Territorial Defense forces moved toward Russian positions on foot, hitting vehicles with U.S.-supplied Javelin missiles. As Russian armor caught fire—including three of the five tanks in the wheat field—soldiers abandoned functioning vehicles and escaped on foot or sped off in the BTRs that still had fuel. They left crates of ammunition.

Mr. Rudenko picked up a Russian conscript days later, he said, who served as an assistant artillery specialist at a Grad multiple-rocket launcher that attacked Voznesensk from a forest. The 18-year-old conscript, originally from eastern Ukraine and a Crimea resident since 2014, suffered a concussion after a Ukrainian shell hit near him. He woke the next morning, left his weapon and wandered into a village, Mr. Rudenko said. There, a woman took him into her home and called the village head, who informed Territorial Defense. “He’s still in shock about what happened to him,” Mr. Rudenko said.


Mr. Dombrovsky, the reconnaissance-unit commander, said he captured several soldiers in their early 20s and a 31-year-old senior lieutenant from the Russian military intelligence. The lieutenant, he said, had forced a private to swap uniforms but was discovered because of the age discrepancy—and because Ukrainian forces found Russian personnel files in the column’s command vehicle.

“The Russians had orders to come in, seize, and await further instructions,” Mr. Dombrovsky said. “But they had no orders for what to do if they are defeated. That, they didn’t plan for.”


Ukrainian troops in a village where the Russian forces camped in their advance toward Voznesensk.

Russian military gear from the Voznesensk battle.
Russian troops had detained a local man on March 2 after they found him to have binoculars, villagers said. “They had put him in a cellar and told him they will execute him in the morning, for correcting artillery fire,” Mr. Dombrovsky said, adding that the detainee wasn’t a spotter. “But in the morning they didn’t have time to execute him. They were too busy fleeing.”

The Russians retreat
As the Russian forces retreated on March 3, they shelled the downhill part of Rakove. A direct hit pierced the roof of the local clinic, where Mr. Dombrovsky’s mother, Raisa, worked as a nurse. “We’ve just built a new roof,” she sighed, showing the gaping hole. “But it doesn’t matter. The main thing is that we have kicked them out, and survived.”

When villagers returned to Rakove on March 4, they found their homes ransacked. “Blankets, cutlery, all gone. Lard, milk, cheese, also gone,” said Ms. Horchuk. “They didn’t take the potatoes because they didn’t have time to cook.”

This week, village homes still bore traces of Russian soldiers. Cupboards and closets were still flung open from looting, and Russian military rations and half-eaten jars of pickles and preserves littered floors.

The Ukrainian army’s 80th brigade was towing away the last remaining Russian BTRs with “Z” painted on their sides, the identification markers that in Russia have become the symbol of the invasion. About 15 Russian tanks and other vehicles were in working or salvageable condition, said Mr. Dombrovsky. “We are ready to hit the Russians with their own weapons,” he said. Others, mostly burned-out wrecks, were removed from streets because they scared civilians and contained ordnance, the mayor said.

A Ukrainian army truck tows a Russian armored vehicle in Voznesensk on Tuesday.

Ukrainian troops build a defensive position on Voznesensk’s outskirts.
Electricity, disrupted during combat, has returned in Voznesensk, as have internet, gas and water services. ATMs have been restocked with cash, supermarkets with food.

The only explosions are from bomb squads occasionally disposing ordnance. Mr. Velichko, the mayor, fielded citizen phone calls Tuesday, telling one he would take care of a possibly rabid dog and assuring another that her utilities wouldn’t be cut in wartime even if she was late in paying. He argued with an army commander because Ukrainian soldiers had siphoned fuel from the gas station.

Spartak Hukasian, head of the Voznesensk district council, said the city—no longer near front lines—was starting to get used to relatively peaceful life again. “He who laughs last laughs best,” he said. “We haven’t had a chance to laugh until now.”

Write to Yaroslav Trofimov at yaroslav.trofimov@wsj.com

 

  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Peut-être un tournant dans la guerre : les USA vont donc finalement livrer les drones kamikazes Switchblades, propres à dégommer véhicules blindés et pièces d'artillerie russes, et même infanterie.

Citation

Les drones, fabriqués par l’entrepreneur de défense de Virginie AeroVironment, se déclinent en deux variétés : l’une qui cible le personnel et l’autre qui cible les véhicules. Équipées de caméras, de systèmes de guidage et d’explosifs, les bombes robotiques peuvent voler jusqu’à 50 miles pour frapper une cible, ou peuvent tourner au-dessus d’un champ de bataille avant de bombarder en piqué un ennemi en contrebas.

Les drones [...] ont un prix inférieur à celui des autres munitions à usage unique que les États-Unis ont fournies à l’Ukraine ces dernières semaines. Un système de lancement et un missile Javelin coûtent 178 000 dollars, selon le budget 2021 du Pentagone, tandis qu’un drone antipersonnel Switchblade coûte 6 000 dollars, a rapporté NBC.

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, Ciders a dit :

En gros, une colonne russe (a priori de l'infanterie de marine) avec une quarantaine de chars et des BTR s'est présentée devant la ville, plus un détachement héliporté qui a été déposé et pris position avant l'assaut. Les Ukrainiens ont fait sauter le pont que voulaient prendre les Russes (je ne sais plus lequel, si c'était un sur le Boug ou un sur la Mertvovid... ou les deux). Les témoins locaux disent qu'ils n'avaient que des RPG et des armes légères, mais aussi des Javelin et un soutien d'artillerie.

Le combat s'est mené (allez voir Google Maps) à l'est de la ville, dans la zone où se croisent la P-55 et la P-56. Les défenseurs regroupaient pas mal de territoriaux (leur Garde territoriale) assistés par des civils. Utilisation d'applis de réseaux sociaux pour transmettre les positions et les mouvements russes, notamment aux artilleurs. Bombardements russes préalables mais apparemment, les Russes n'ont pas réussi à déborder. Pas mal de casse, des chars démolis ou incendiés et finalement ils se sont enfuis. De mémoire là encore, une centaine de tués, une quinzaine de véhicules capturés en état. Un Mi-24 abattu et d'autres véhicules détruits. Pas de données sur les pertes ukrainiennes.

Carte utile, vieille mais très sympa (je vous la recommande, je me basais sur cette série quand je rédigeais des textes pour la FTL). Faut regarder du côté de Bolgarka pour situer : 

  Révéler le contenu masqué

txu-oclc-6519747-nl36-1.jpg

@Métal_Hurlant Bizarre, je l'ai eu en entier.

Résumé correct, les ukrainiens ont estimé à 100 les pertes pour un total d'effectifs engagé de 400 estimés. Ils relatent l'histoire d'un officier supérieur ayant tenter de prendre l'uniforme d'un conscrit pour cacher son identité, trahi par la différence d'âge. 

Il est rapporté que tout le monde a participé à la bataille, armée ukrainienne, territorial defense, civils pour les coordonnées de ciblage, entrepreneurs du btp pour faire du génie etc.... 

 

Edit : la dispersion de l'armée ukrainienne a l'air exemplaire en tout cas. Rien que ce front, il est éloigné des zones de contacts identifiées avant la bataille, et pourtant rapidement 9n va y trouver un amalgame de troupes combattantes, de réserve territoriale, de l'équipement ATGM, de l'artillerie et des sapeurs. Ça corrobore l'impression que j'ai qu'il n'y a pas eu de gros carton sur les Ukr dans les bases ou les dépôts militaires. Et que les hommes et matériels ont l'air d'avoir intelligemment pris le maquis 

Edited by olivier lsb
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, metkow a dit :
il y a 31 minutes, Métal_Hurlant a dit :

Il n'y a que le début de l'article en accès libre. Dommage :

Voici le reste, pour ceux que ca interesse : 

Citation

L'article vaut le coup d'être lu !!

Traduction automatique :

 

VOZNESENSK, Ukraine - Un fusil Kalachnikov en bandoulière, le directeur de pompes funèbres de Voznesensk, Mykhailo Sokurenko, a passé ce mardi à traverser champs et forêts, ramasser des soldats russes morts et les emmener dans un wagon congélateur empilé de corps russes - les victimes d'un des déroutes les plus complètes que les forces du président Vladimir Poutine aient subies depuis qu'il a ordonné l'invasion de l'Ukraine.

Une avancée rapide de la Russie dans la ville stratégique du sud de 35 000 habitants, porte d'entrée d'une centrale nucléaire ukrainienne et voie d'attaque d'Odessa par l'arrière, aurait mis en valeur les capacités de l'armée russe et coupé les principales lignes de communication de l'Ukraine.

Au lieu de cela, la bataille de deux jours de Voznesensk, dont les détails ne font que commencer, s'est retournée de manière décisive contre les Russes. À en juger par les blindés détruits et abandonnés, les forces ukrainiennes, composées de volontaires locaux et de militaires professionnels, ont éliminé la majeure partie d'un groupe tactique de bataillon russe les 2 et 3 mars.

La performance des défenseurs ukrainiens contre un ennemi bien mieux armé dans une région majoritairement russophone a été couronnée de succès en partie grâce au large soutien populaire à la cause ukrainienne - l'une des raisons pour lesquelles l'invasion russe à travers le pays n'a pas atteint ses principaux objectifs. loin. L'Ukraine a déclaré mercredi qu'elle lançait une contre-offensive sur plusieurs fronts.

"Tout le monde est uni contre l'ennemi commun", a déclaré le maire de Voznesensk, Yevheni Velichko, 32 ans, un ancien promoteur immobilier devenu commandant en temps de guerre, qui, comme d'autres responsables locaux, se déplace avec une arme à feu. « Nous défendons notre propre terre. Nous sommes à la maison.

L'armée russe affirme que son offensive en Ukraine se développe avec succès et conformément au plan. Moscou n'a pas publié de chiffres actualisés sur les victimes depuis qu'il a reconnu le 2 mars la mort de 498 soldats, avant la bataille de Voznesensk.

Les survivants russes de la bataille de Voznesensk ont laissé derrière eux près de 30 de leurs 43 chars, véhicules de combat d'infanterie, lance-roquettes multiples et camions, ainsi qu'un hélicoptère d'attaque Mi-24 abattu, selon des responsables ukrainiens de la ville. Les restes de l'hélicoptère et quelques pièces de l'armure russe incendiée étaient encore éparpillés autour de Voznesensk mardi.

Les forces russes se sont retirées à plus de 40 miles au sud-est, où d'autres unités ukrainiennes ont continué à les pilonner. Certains se sont dispersés dans les forêts voisines, où des responsables locaux ont déclaré que 10 soldats avaient été capturés.
"Nous n'avions pas un seul char contre eux, juste des grenades propulsées par fusée, des missiles Javelin et l'aide de l'artillerie", a déclaré Vadym Dombrovsky, commandant du groupe de reconnaissance des forces spéciales ukrainiennes dans la région et habitant de Voznesensk. « Les Russes ne s'attendaient pas à ce que nous soyons aussi forts. C'était une surprise pour eux. S'ils avaient pris Voznessensk, ils auraient coupé tout le sud de l'Ukraine.

Des officiers ukrainiens ont estimé qu'une centaine de soldats russes étaient morts à Voznesensk, y compris ceux dont les corps avaient été emportés par les troupes russes en retraite ou brûlés à l'intérieur de véhicules carbonisés. Mardi, 11 soldats russes morts se trouvaient dans le wagon transformé en morgue, avec des équipes de recherche à la recherche d'autres corps dans les forêts voisines. Les villageois en ont enterré d'autres.

Des corps de soldats russes dans le wagon-congélateur transformé en morgue.
"Parfois, j'aimerais pouvoir mettre ces corps dans un avion et les déposer tous à Moscou, afin qu'ils réalisent ce qui se passe ici", a déclaré M. Sokurenko, le directeur de funérailles, en plaçant le cinquième cadavre russe de mardi sur des bâches en plastique bleu. à l'intérieur de sa camionnette marquée "Cargo 200" - argot militaire soviétique pour tué au combat. Un spécialiste ukrainien des explosifs militaires l'accompagnait, car certains corps avaient été piégés.

Environ 10 civils ukrainiens sont morts à Voznesensk pendant les combats et deux autres après avoir heurté une mine terrestre par la suite, ont indiqué des responsables locaux. L'Ukraine ne divulgue pas ses pertes militaires. Il y a eu des morts, principalement parmi les forces volontaires de la Défense territoriale, ont déclaré des résidents locaux.

L'opération russe visant à s'emparer de Voznesensk, à 20 milles de la centrale nucléaire du sud de l'Ukraine, était ambitieuse et bien équipée. Cela a commencé après que les forces russes se sont déployées hors de la péninsule de Crimée, que Moscou a séparée de l'Ukraine et annexée en 2014, et ont poussé vers le nord pour s'emparer de la capitale régionale de Kherson le 1er mars. Ils ont poussé jusqu'au bord de Mykolaïv, la dernière grande ville avant Odessa. , principal port ukrainien.

À environ 55 miles au nord de Mykolaïv, Voznesensk offrait un pont alternatif sur la rivière Bug du Sud et un accès à l'autoroute principale reliant Odessa au reste de l'Ukraine. Les forces russes se sont précipitées vers la ville en même temps qu'elles ont réussi une poussée vers le nord-est pour s'emparer de la ville d'Enerhodar, où se trouve une autre centrale nucléaire ukrainienne majeure. La chute de Voznesensk aurait rendu presque impossible la défense de la centrale nucléaire au nord d'ici, ont déclaré des responsables militaires.

Le 1er mars, la colonne militaire russe quitte Kherson en direction du nord et du nord-est.

Pour atteindre Odessa, la colonne doit traverser le Boug du Sud à Mykolaïv ou Voznesensk. La rivière coule dans un profond canyon et ne peut être traversée que par un pont.
La colonne atteint Voznesensk, où le pont sur l'affluent Mertvovod du Boug du Sud a été détruit par les forces locales, arrêtant la progression vers le nord.

Après deux jours de combats, la majeure partie de la colonne est détruite. Les survivants s'échappent vers l'est en direction de Bashtanka.
Le maire Velichko a travaillé avec des hommes d'affaires locaux pour creuser les rives de la rivière Mertvovod qui traverse la ville afin que les véhicules blindés du personnel ne puissent pas passer à gué. Il a demandé à d'autres hommes d'affaires qui possédaient une carrière et une entreprise de construction de bloquer la plupart des rues pour canaliser la colonne russe dans des zones qui seraient plus faciles à frapper avec l'artillerie.

Avant l'avancée russe, les ingénieurs militaires ont fait sauter le pont sur le Mertvovod et un pont ferroviaire à la périphérie de la ville. Les troupes de l'armée régulière ukrainienne et les membres de la force de défense territoriale, que l'Ukraine a créée en janvier, recrutant et armant des volontaires pour aider à protéger les communautés locales attendaient les Russes à Voznesensk et dans les environs. Des témoins locaux, des responsables et des combattants ukrainiens ont raconté ce qui s'est passé ensuite.

Frappes de missiles
L'assaut russe a commencé par des frappes de missiles et des bombardements qui ont frappé le centre de Voznesensk, détruisant la piscine municipale et endommageant des gratte-ciel. Des hélicoptères ont largué des troupes d'assaut aérien russes dans une crête boisée au sud-ouest de Voznesensk, alors qu'une colonne blindée partait du sud-est. M. Velichko a déclaré qu'un collaborateur local avec les Russes, une femme conduisant un SUV Hyundai, a montré à la colonne russe un chemin à travers les routes secondaires.

Des officiers ukrainiens estiment que quelque 400 soldats russes ont participé à l'attaque. Le nombre aurait été plus important si ces forces - principalement de la 126e brigade d'infanterie navale basée à Perevalnoye, en Crimée, selon des documents saisis - n'avaient pas subi de lourds bombardements en cours de route.

Natalia Horchuk, une mère de trois enfants âgée de 25 ans, a déclaré que des soldats russes sont apparus dans son jardin du village de Rakove dans la municipalité de Voznesensk au début du 2 mars. Ils lui ont dit, ainsi qu'à ses voisins, de partir pour leur sécurité, et ont garé quatre chars et fantassins. véhicules de combat entre les maisons. "As-tu quelque part où aller?" elle s'est souvenue qu'ils avaient demandé. "Cet endroit sera touché."
« Nous pouvons nous cacher dans la cave », répondit-elle.
"La cave ne t'aidera pas", lui ont-ils dit. Cachant des objets de valeur, elle et sa famille ont fui, comme la plupart des voisins.

À l'extérieur de Rakove, Volodymyr Kichuk, un garde dans une plantation de noyers, s'est réveillé pour trouver cinq soldats aéroportés russes dans sa hutte. Ils ont pris son téléphone et l'ont forcé à s'allonger sur le sol, a déclaré sa femme, Hanna. "Une fois qu'ils ont réalisé qu'il n'y avait rien à voler, ils lui ont dit : tu pourras te lever après notre départ", a-t-elle déclaré. À la fin de la journée, le couple avait quitté le village.

Les soldats russes ont pris le contrôle des maisons des villageois à Rakove et ont créé une position de tireur d'élite sur un toit. Ils cherchaient des sacs à remplir de terre pour les fortifications, brûlaient du foin pour créer un écran de fumée et réclamaient de la nourriture.

Une femme locale qui a accepté de cuisiner pour les Russes fait actuellement l'objet d'une enquête, a déclaré M. Dombrovsky. "Une traîtresse, elle l'a fait pour l'argent", a-t-il dit. "Je ne pense pas que le village lui pardonnera et la laissera vivre ici."

En aval de Rakove, les forces russes ont établi une base dans une station-service à l'entrée de Voznesensk. Un véhicule de combat d'infanterie russe BTR s'est dirigé vers le pont explosé sur le Mertvovod, ouvrant le feu sur la base de défense territoriale à gauche. Cinq chars, soutenus par un BTR, se sont rendus dans un champ de blé surplombant Voznesensk.
Un groupe de volontaires de la Défense territoriale armés de kalachnikovs se cachait dans un bâtiment en bordure de ce champ. Ils n'avaient pas beaucoup de chance contre la mitrailleuse de gros calibre du BTR, a déclaré Mykola Rudenko, l'un des officiers de la Défense territoriale de la ville ; certains ont été tués, d'autres se sont échappés. Les troupes russes dans deux camions de l'Oural se préparaient à assembler et à installer des mortiers de 120 mm sur le champ de blé, mais elles n'ont pu décharger les munitions qu'avant le début des bombardements ukrainiens.
Les soldats russes ont pris le contrôle des maisons des villageois lors de leur avance sur Voznesensk ; au-dessus et au-dessous, les troupes ukrainiennes inspectent ces maisons à Rakove.

Téléphoner en coordonnées
Alors que la nuit tombait le 2 mars, M. Rudenko, propriétaire d'une entreprise de transport de gravier et de sable, s'est abrité dans un bosquet au bord du champ de blé sous une pluie battante. Les chars russes tireraient sur Voznesensk et s'éloigneraient immédiatement à quelques centaines de mètres pour échapper aux tirs de retour, a-t-il déclaré.

M. Rudenko était au téléphone avec une unité d'artillerie ukrainienne. En envoyant des coordonnées via l'application de messagerie sociale Viber, il a dirigé des tirs d'artillerie sur les Russes. Tout comme d'autres volontaires locaux de la Défense territoriale dans la ville. "Tout le monde a aidé", a-t-il déclaré. "Tout le monde a partagé l'information."

Les bombardements ukrainiens ont creusé des cratères sur le terrain et certains véhicules russes ont été touchés directement. D'autres troupes régulières ukrainiennes et les forces de défense territoriale se sont déplacées à pied vers les positions russes, frappant des véhicules avec des missiles Javelin fournis par les États-Unis. Lorsque les blindés russes ont pris feu, dont trois des cinq chars dans le champ de blé, les soldats ont abandonné les véhicules en état de marche et se sont échappés à pied ou se sont précipités dans les BTR qui avaient encore du carburant. Ils ont laissé des caisses de munitions.

M. Rudenko a récupéré un conscrit russe quelques jours plus tard, a-t-il dit, qui a servi comme spécialiste adjoint de l'artillerie à un lance-roquettes multiples Grad qui a attaqué Voznesensk depuis une forêt. Le conscrit de 18 ans, originaire de l'est de l'Ukraine et résidant en Crimée depuis 2014, a subi une commotion cérébrale après qu'un obus ukrainien a touché près de lui. Il s'est réveillé le lendemain matin, a laissé son arme et s'est promené dans un village, a déclaré M. Rudenko. Là, une femme l'a emmené chez elle et a appelé le chef du village, qui a informé la Défense territoriale. "Il est toujours sous le choc de ce qui lui est arrivé", a déclaré M. Rudenko.
M. Dombrovsky, le commandant de l'unité de reconnaissance, a déclaré avoir capturé plusieurs soldats au début de la vingtaine et un lieutenant supérieur de 31 ans du renseignement militaire russe. Le lieutenant, a-t-il dit, avait forcé un soldat à échanger des uniformes mais a été découvert en raison de la différence d'âge et parce que les forces ukrainiennes ont trouvé des dossiers personnels russes dans le véhicule de commandement de la colonne.

"Les Russes avaient l'ordre d'entrer, de saisir et d'attendre de nouvelles instructions", a déclaré M. Dombrovsky. "Mais ils n'avaient aucun ordre sur ce qu'il fallait faire s'ils étaient vaincus. Ça, ils ne l'avaient pas prévu.

Les troupes russes avaient arrêté un homme local le 2 mars après avoir découvert qu'il avait des jumelles, ont déclaré des villageois. "Ils l'avaient mis dans une cave et lui avaient dit qu'ils l'exécuteraient dans la matinée, pour avoir corrigé des tirs d'artillerie", a déclaré M. Dombrovsky, ajoutant que le détenu n'était pas un observateur. « Mais le matin, ils n'ont pas eu le temps de l'exécuter. Ils étaient trop occupés à fuir.

Les Russes reculent
Alors que les forces russes se retiraient le 3 mars, elles bombardèrent la partie descendante de Rakove. Un coup direct a percé le toit de la clinique locale, où la mère de M. Dombrovsky, Raisa, travaillait comme infirmière. "Nous venons de construire un nouveau toit", soupira-t-elle, montrant le trou béant. "Mais ce n'est pas grave. L'essentiel est que nous les ayons expulsés et que nous ayons survécu.

Lorsque les villageois sont revenus à Rakove le 4 mars, ils ont trouvé leurs maisons saccagées. "Couvertures, couverts, tout a disparu. Le saindoux, le lait, le fromage ont également disparu », a déclaré Mme Horchuk. "Ils n'ont pas pris les pommes de terre parce qu'ils n'avaient pas le temps de cuisiner."

Cette semaine, des maisons de village portaient encore des traces de soldats russes. Les placards et les placards étaient toujours ouverts à cause du pillage, et les rations militaires russes et les pots à moitié mangés de cornichons et de conserves jonchaient les sols.

La 80e brigade de l'armée ukrainienne remorquait les derniers BTR russes restants avec "Z" peint sur leurs côtés, les marqueurs d'identification qui en Russie sont devenus le symbole de l'invasion. Environ 15 chars et autres véhicules russes étaient en état de marche ou récupérables, a déclaré M. Dombrovsky. "Nous sommes prêts à frapper les Russes avec leurs propres armes", a-t-il déclaré. D'autres, pour la plupart des épaves incendiées, ont été retirées des rues parce qu'elles effrayaient les civils et contenaient des munitions, a déclaré le maire.
Les troupes ukrainiennes construisent une position défensive à la périphérie de Voznesensk.
L'électricité, interrompue pendant les combats, est revenue à Voznesensk, tout comme les services Internet, de gaz et d'eau. Les guichets automatiques ont été réapprovisionnés en espèces, les supermarchés en nourriture.

Les seules explosions proviennent d'escouades antibombes éliminant occasionnellement des munitions. M. Velichko, le maire, a reçu des appels téléphoniques de citoyens mardi, disant à l'un qu'il s'occuperait d'un chien peut-être enragé et assurant à un autre que ses services publics ne seraient pas coupés en temps de guerre, même si elle payait en retard. Il s'est disputé avec un commandant de l'armée parce que Des soldats ukrainiens avaient siphonné du carburant de la station-service.

Le Spartak Hukasian, chef du conseil du district de Voznesensk, a déclaré que la ville - qui n'était plus à proximité des lignes de front - commençait à s'habituer à nouveau à une vie relativement paisible. "Celui qui rira le dernier rira le mieux", a-t-il dit. "Nous n'avons pas eu l'occasion de rire jusqu'à présent."

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

40 minutes ago, Gran Capitan said:

Des infos tournent selon lesquelles "wali" aurait été tué. Véridique ou propagande? Difficile a dire.

Ah les réseaux sociaux. N’importe qui peut pondre n’importe quoi et il y a toujours 10,000 crétins pour amplifier la rumeur. (Et surtout ne jamais donner de lien vers la source, hein…)

Il a été « tué » 20 minutes après avoir débarqué dans Marioupol encerclée et assiégée (faut le faire…), par une équipe de contre-snipers super secrète des Spetznaz. Ou peut être c’était le FSB… en tout cas c’était des russes donc certainement des super hommes.

Oui j’y crois lol. Ça fait un bon scénario pour le prochain Jason Bourne.

Visiblement les russes ont peur de l’afflux de volontaires étrangers… la campagne d’intox bat son plein.

Edited by HK
Link to comment
Share on other sites

  • Rob1 locked this topic
  • Rob1 unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,943
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...