Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 16 minutes, Heorl a dit :

Quelles sont les conséquences de la fumée si l'opérateur est formé à se casser vite fait une fois le zoziau lancé ?

Si l'hélico ciblé a des ailiers, courir risque de ne pas servir à grand-chose...

Link to comment
Share on other sites

30 minutes ago, Métal_Hurlant said:

Accès libre au début de l'article seulement :

https://www.lefigaro.fr/international/un-missile-polonais-le-piorun-fait-mouche-face-aux-mi-35-et-de-su-34-de-l-armee-russe-20220401


Un missile polonais, le Piorun, fait mouche face aux Mi-35 et de Su-34 de l'armée russe
C'est le monde à l'envers : les Américains veulent désormais acheter des missiles polonais. Car le Piorun est un tiers moins cher et deux fois plus performant que le missile américain, Stinger.
La vidéo dans laquelle on voit un Mi-24/Mi-35 abattu par un missile a fait le tour du monde. L'hélicoptère russe vole à grande vitesse à quelques dizaines de mètres du sol quand il est frappé sur le côté par le projectile. Il prend feu, s'écrase au sol et explose de manière spectaculaire.

Les internautes se demandent s'il a été victime d'un missile sol-air polonais Piorun, ou d'un FIM-92 Stinger américain. Et la balance penche en faveur du premier. La hauteur du tir, surtout, semble parler en sa faveur. Les Stinger ne sont pas précis sur des cibles volant à moins de 180 m d'altitude. Alors que le Piorun, lui, est efficace dès 10 m, si bien que la technique des pilotes qui consiste à voler en rase-mottes et à se cacher derrière les arbres ne permet pas de leur échappe

C'est un Igla ...

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Mistral a dit :

Je me permet une réponse un peu longue


Becquerel (symbole : Bq, unité s^-1) : activité d'une certaine quantité de matière radioactive.

Gray (symbole Gy, unité J*kg−1 ou m2*s-2) : énergie d'un rayonnement ionisant.

Sievert (symbole : Sv, unité J*kg−1) : unité utilisée pour donner une évaluation de l'impact des rayonnements sur l'homme, c'est une pondération du gray pour lui évaluer son impacte sur un organisme biologique. Ainsi 1 gray ne confère pas autant de sievert sur tous les tissus.

 

Il y a plusieurs type de rayonnement ionisant, chacun valant unitairement 1 becquerel quand directement ionisant mais ne produisant pas autant de gray :

- la particule α : éjecté d’un noyau sous l’effet d’un rayonnent ionisant. Constitué de 2 neutron et de 2 proton. Très interactif, très ionisant (20 fois plus qu’une particule β).

- le neutron : éjecté d’un noyau sous l’effet d’un rayonnement ionisant. Faiblement interactif, très ionisant (20 fois plus qu’une particule β).

- la particule β- : résultante de la transformation d’un neutron en proton sous l’effet d’un rayonnement ionisant. C’est une sorte d’électron. Faiblement ionisant.

- la particule β+ : résultante de la transformation d’un proton en neutron sous l’effet d’un rayonnement ionisant. C’est une sorte d’anti-électron. Très interactive, faiblement ionisant.

 

Et d’autre type de rayonnement ionisant produisant 0 becquerel , car indirectement ionisant et non particulaire:

- rayonnement X: produit par le changement de couche électronique d’un électron. Faiblement ionisant.

- rayonnement gamma : produit par le changement de couche nucléaire d’un électron. C’est une sorte de rayon X nucléaire. Faiblement ionisant.

 

Je vous fais grâce des subtilité de radioprotection relative a chaque particule, dépendant de leur interaction et non de leur pouvoir ionisant (bien qu’indirectement corrélé a celui-ci, le pouvoir ionisant produisant des radioéléments secondaire).

Je ferait également abstraction des différents types de contamination, peu pertinent dans le cadre de cette problématique.
Ceci étant posé, on comprend que l’intensité ionisante est exprimé en gray ou en sievert et non en becquerel qui, seul, ne représente pas grand-chose.

 

D’autre part, l’activité nucléaire d’un radioélément décroît selon sa demi-vie. Pour simplifier on ne considérera ici que les radioélément majoritaire que sont le Césium 137 et le Strontium 90.
On rappellera en préambule que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl à eu lieu en 1986 soit 36 ans et qu’au bout de 10 cycle de demi-vie la radioactivité est divisé par 2⁵ soit 1024 et deviens donc négligeable.

- le Césium 137 se désintègre selon une désintégration β- avec une demi-vie de 30 ans en un isotope stable du Baryum. la radioactivité actuel du Césium 137 sur zone est de 44 % de celle d’origine.

- le Strontium 90 se désintègre selon une désintégration β- avec une demie vie de 29 ans en un isotope instable de l’Yttrium qui se désintègre lui même selon une désintégration β- avec une demi-vie de 64h (que l’on considérera donc comme négligeable) en un isotope instable du Zirconium. On peut donc simplifier qu’il est 2 fois émetteur de particules β-. La radioactivité actuel du Strontium est de 42 % celle d’origine.

Il apparaît donc que la majorité des rayonnement ionisant semblent être des particules β-, chacune correspondant à 1 Becquerel et d’une énergie de 0,512 MeV soit 8,2*10^-14 J, et d’une pondération 1 pour la prise en compte de leur pouvoir ionisant.

 

le syndrome d’irradiation aiguë apparaît lors d’une irradiation aiguë (de l’ordre de la minute). Les 1er symptômes apparaissent dans les 1eres minutes à heure après l’irradiation.

https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Communiques_et_dossiers_de_presse/Documents/IRSN_syndrome_aigu_d_irradiation.pdf

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/lésions-et-intoxications/lésions-par-irradiation/lésions-par-irradiation


Passé ces points de rappel, nécessaire pour s'assurer que nous parlons bien tous de la même chose :

On fera ici abstraction des différentes modèle d’effet déterministe et prendrons le cas le plus péjoratif, une exposition forte, unique et continue avec courbe de survie exponentiel

  Révéler le contenu masqué

spacer.pngspacer.png


Par ailleurs tous les déchets de haute activité (10^6 Bq/g soit 10^9 Bq/Kg) sont entreposé dans des casemate bétonné

spacer.png


Seul repose, sous une profondeur de 2 à 4 mètre, des déchets à moyenne activité (10^4 Bq/g soit 10^7 Bq/Kg). pour information le site ressemble à cet endroits à l'image de droite en caché, a gauche ce a quoi ressemble les casemate en béton contenant les déchets de haute activité

  Révéler le contenu masqué

spacer.png


La dose absorbé moyenne par un homme de 70Kg, en aillant creusé dans une tranchée (pour rappel 2 à 4 mètres de profondeur) contenant uniquement des déchets à moyenne activité (10^4 Bq/g soit 10^7 Bq/Kg) est de (10^7 x 8,2*10^-14 J)/70 soit 8,2*10^-7 Gray.

spacer.png

L’exposition sera donc d’environ 8,2*10^-7*3600 soit 0,003 Gray par heure.

La forme gastro-intestinal (celle décrite, nausée/vomissement – apparition en moyenne dès 1 gray) apparaîtrait donc en moyenne en 1/0,003 soit 333h - 13.9 jours d’exposition continue.
Pour rappel en cas de fractionnement la dose nécessaire pour l'apparition des effets déterministe est démultiplié, ces 333h constitue donc un minimum absolu.

https://www.pnnl.gov/main/publications/external/technical_reports/PNNL-14424.pdf - Page 10

  Révéler le contenu masqué

nausea - prodromal (minutes to hours) -Approx.Threshold Dose (Gy) : 1

vomiting - prodromal (minutes to hours) -Approx.Threshold Dose (Gy) : 1

Table 2, page 10

 

In addition to “quantity of radiation,” many other properties of radiation affect the biological response of living organisms. The rate at which absorbed dose is delivered is termed absorbed dose rate, and is measured in grays per hour (unit symbol: Gy/h). Radiation tends to produce the maximum biological damage per unit absorbed dose if the dose is delivered in a very short time, seconds or minutes. Such a dose would be delivered at a very high absorbed dose rate. If irradiation is protracted enough to permit some repair during irradiation, that is, if the absorbed dose rate is lower, then there is less biological damage per unit absorbed dose. Alternatively, if a given dose is delivered in fractions separated in time by hours or days, there is generally less damage per unit absorbed dose.

Page 8

3.2.2 Dose and Its Distribution in Time
For prompt and delayed sub-lethal effects, the higher the dose is, the sooner the response will occur, the more severe the response will be, and the greater the fraction of irradiated persons experiencing the response will be. The classic review by the NCRP of dose, dose rate, and dose fractionation (delivering a dose in several separate irradiations) is still current (NCRP 1980). The NCRP concluded that, if irradiation takes place for times that are longer than the repair times for the kinds of cells and tissues irradiated, a greater dose is needed to produce a given effect. Since such repair times are in the range of 1 to 24 hours, irradiations that take place over periods of hours or days are likely to have less effect per unit dose than irradiations that take place in seconds or minutes. The survivors of the nuclear bombings in Japan in 1945 received 90% of their dose within 5 seconds, regardless of the distance from the hypocenter (Glasstone and Dolan 1977) (p. 341). Thus, those irradiations were essentially complete before any repair processes could begin. On the other hand, many orphan source accidents have involved irradiation periods of hours, days, or even weeks, e.g., the 60 Co accident in Mexico in 1962 (Andrews 1963). In such cases, one would expect significant repair of radiation damage during the exposure. The effect of a given dose is strongly dependent on dose rate and dose fractionation. This can be expressed as a dose- and dose rate-effectiveness factor (DDREF) (NCRP 1980; National Research Council 1990). High dose rates are more effective per unit dose than low dose rates (Table 7).
Page 13



La question à laquelle nous souhaitons répondre, "est-il possible que des soldats russes ai développé un syndrome d'irradiation aiguë avec nausée-vomissement" a un critère composite :
- Q
ue des soldats russe ai creusé des trous d'homme d'au minimum 2 mètre de profondeur sur zone de déchet à haute activité

- Qu'ils y soient resté en moyenne 13.9 jours d'affilé au minimum

 


Au vue de ces élément je laisse a chacun le soin de faire sa propre conclusion

1) je ne suis pas d'accord avec le calcul, mais peu importe (l'activité est à multiplier par la masse de dechet) mais peu importe 

2) le point le plus important c'est que SI ils ont remué ce sol, alors ils se sont contaminés (contamination interne et externe) et ils sont sous rayonnement en continu, de l'intérieur, ce qui va avoir de lourdes conséquences sur leur santé ... 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, vince24 a dit :

Je pense que l’intérêt pour les russes n’est pas tant de pouvoir réutiliser les unités du Nord, que de ne simplement plus devoir ravitailler et renforcer ces unités.

maintenir ces unités autour de Kiev devait exercer une énorme contrainte sur la logistique russe.

C'est possible. Mais je cite Goya pour la deuxième fois dans la soirée :biggrin: " On ne fait pas diversion avec la majorité de ses forces tout n’attaquant pas l’objectif initial. Où alors on le fait avec la certitude de pouvoir déplacer beaucoup plus vite que l’adversaire ses forces vers l’objectif principal après avoir attiré l’ennemi vers le leurre. Or, dans ce cas ce sont 5 armées russes et une bonne partie des forces aéroportées qui ont été fixées dans tout le Nord du pays"

De ceci j'en déduis que, si l'on suit ton hypothèse, sont pas près de bouger les UKR dans le Donbas au vu des résultats jusqu'à présent. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Heorl a dit :

Le truc c'est que les Ukrainiens s'en foutent. Ils sont dans une situation où ils ne négocieront rien au-delà de la Crimée et du Donbass, et sont prêts à entretenir une guérilla dans le dos des Russes pendant des années s'il le faut pour les chasser de chez eux. On ne peut pas vaincre un pays dans une situation pareille sans une victoire militaire totale, victoire qui paraît de jour en jour plus improbable alors que les UKR ont vu qu'ils pouvaient (sous certaines conditions) pousser les Russes au repli, rien qu'en s'accrochant suffisamment fort et en leur faisant suffisamment mal lors des combats. Le narratif chez les Ukrainiens est en train de changer et c'est extrêmement important pour la poursuite de la guerre. On est passé du "on vendra chèrement notre peau et on résistera même quand ils seront chez nous" à "on va les chasser".

Il leur suffit de rendre la guerre insoutenable pour la Russie pour l'emporter, et c'est pour ça qu'ils jouent la montre. Plus la guerre dure, plus leur pays encaisse, mais aussi plus la Russie s'érode et perd de sa capacité à être menaçante envers quiconque voire même à mener des opérations offensives en Ukraine. Dans une situation où le moral reste inébranlable chez eux et où le retrait russe du nord de Kyiv leur a montré que la victoire était possible, je vois mal les Ukrainiens s'avouer vaincus même si Kharkiv, Chernihiv et Soumy tombaient.

Quelles sont les conséquences de la fumée si l'opérateur est formé à se casser vite fait une fois le zoziau lancé ?

Je ne crois pas. Il n'est pas à exclure que les Russes rendent rapidement impossible une résistance dans une zone limitée, surtout si elle est cloisonnée par le Dniepr. Sans ravitaillement important pas de résistance significative.

Pour le MANPAD si le binôme de l'hélicoptère visé fait son job tu risques d'être détruit. Mais c'est la guerre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, gustave a dit :

Je ne crois pas. Il n'est pas à exclure que les Russes rendent rapidement impossible une résistance dans une zone limitée, surtout si elle est cloisonnée par le Dniepr. Sans ravitaillement important pas de résistance significative.

Euh... comment dire. Dans le Nord, tu avais cinq armées russes, avec leurs troupes d'élite, des villes juste à la frontière et donc vulnérables à des troupes facilement renforcées malgré une logistique défaillante. Ici tu as une grande plaine vide où les seuls à progresser impunément sont les troupes d'infanterie légère, entrecoupée de barrière urbaine qui facilitent la défense, une zone que l'armée professionnelle régulière ukrainienne connaît comme le fond de sa poche, dans laquelle elle a eu huit ans pour préparer cache de munitions, dépôts d'armes, positions de recueil, chemins de traverse pour opérations commando, etc. Et tu penses sérieusement que trois armées russes, dont une épuisée par le siège de Marioupol, avec des lignes de ravitaillement très longues, peu sûres et très vulnérables, vont faire mieux face à une armée régulière entraînée et préparée de quinze bataillons environ alors que cinq armées russes similaires, de surcroît appuyées par des troupes d'élite des VDV, se sont pris des tôles gigantesques dans la figure face à de la défense territoriale et des vétérans rappelés sous les drapeaux ? 

Pour que les Russes parviennent seulement à atteindre Dnipro, il faudra y mettre un coût absolument gigantesque qu'ils n'ont peut-être pas les moyens physiques de dépenser, sauf à s'avouer vaincus à Tchernihiv et Soumy et évacuer le front là-bas, et encore.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Fusilier a dit :

C'est possible. Mais je cite Goya pour la deuxième fois dans la soirée :biggrin: " On ne fait pas diversion avec la majorité de ses forces tout n’attaquant pas l’objectif initial. Où alors on le fait avec la certitude de pouvoir déplacer beaucoup plus vite que l’adversaire ses forces vers l’objectif principal après avoir attiré l’ennemi vers le leurre. Or, dans ce cas ce sont 5 armées russes et une bonne partie des forces aéroportées qui ont été fixées dans tout le Nord du pays"

De ceci j'en déduis que, si l'on suit ton hypothèse, sont pas près de bouger les UKR dans le Donbas au vu des résultats jusqu'à présent. 

Quelle comparaison possible? Le terrain joue, les ordres reçus, le rapport de force, les priorisations logistiques et d'appuis, etc... Déduire d el'évolution d'une zone celle de tout le front n'a aucun sens.

il y a 8 minutes, Heorl a dit :

Euh... comment dire. Dans le Nord, tu avais cinq armées russes, avec leurs troupes d'élite, des villes juste à la frontière et donc vulnérables à des troupes facilement renforcées malgré une logistique défaillante. Ici tu as une grande plaine vide où les seuls à progresser impunément sont les troupes d'infanterie légère, entrecoupée de barrière urbaine qui facilitent la défense, une zone que l'armée professionnelle régulière ukrainienne connaît comme le fond de sa poche, dans laquelle elle a eu huit ans pour préparer cache de munitions, dépôts d'armes, positions de recueil, chemins de traverse pour opérations commando, etc. Et tu penses sérieusement que trois armées russes, dont une épuisée par le siège de Marioupol, avec des lignes de ravitaillement très longues, peu sûres et très vulnérables, vont faire mieux face à une armée régulière entraînée et préparée de quinze bataillons environ alors que cinq armées russes similaires, de surcroît appuyées par des troupes d'élite des VDV, se sont pris des tôles gigantesques dans la figure face à de la défense territoriale et des vétérans rappelés sous les drapeaux ? 

Pour que les Russes parviennent seulement à atteindre Dnipro, il faudra y mettre un coût absolument gigantesque qu'ils n'ont peut-être pas les moyens physiques de dépenser, sauf à s'avouer vaincus à Tchernihiv et Soumy et évacuer le front là-bas, et encore.

Je ne prédis rien, je dis juste que si les Russes arrivent à isoler du reste de l’Ukraine une zone il n'est pas impossible qu'une résistance s'y épuise rapidement.

Sinon pour le détail: les troupes d'infanterie légères ne progressent impunément en plaine que tant qu'elles ne sont pas repérées, ce qui si le front se solidifie sera de plus en plus difficile. Par ailleurs dans le nord il n'y avait pas que des territoriaux, par exemple c'est une brigade de réaction rapide qui a contre attaqué à Gostomel. Enfin les lignes logistiques russes sont bien meilleures dans le sud et l'est qu'au nord. Non pas que j'annonce une avancée russe jusqu'au Dniepr (je laisse les certitudes aux vrais experts :unsure: qui semblent tous avoir accès aux rapports de l'EM russe) mais il ne faut pas exclure non plus cette possibilité, pas plus qu'une occupation durable d'une partie de l'Ukraine ne me semble inimaginable.

Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, gustave a dit :

Quelle comparaison possible? Le terrain joue, les ordres reçus, le rapport de force, les priorisations logistiques et d'appuis, etc... Déduire d el'évolution d'une zone celle de tout le front n'a aucun sens.

Je ne prédis rien, je dis juste que si les Russes arrivent à isoler du reste de l’Ukraine une zone il n'est pas impossible qu'une résistance s'y épuise rapidement.

Sinon pour le détail: les troupes d'infanterie légères ne progressent impunément en plaine que tant qu'elles ne sont pas repérées, ce qui si le front se solidifie sera de plus en plus difficile. Par ailleurs dans le nord il n'y avait pas que des territoriaux, par exemple c'est une brigade de réaction rapide qui a contre attaqué à Gostomel. Enfin les lignes logistiques russes sont bien meilleures dans le sud et l'est qu'au nord. Non pas que j'annonce une avancée russe jusqu'au Dniepr (je laisse les certitudes aux vrais experts :unsure: qui semblent tous avoir accès aux rapports de l'EM russe) mais il ne faut pas exclure non plus cette possibilité, pas plus qu'une occupation durable d'une partie de l'Ukraine ne me semble inimaginable.

Oui, enfin dans ce cas-là il ne faut pas exclure que les Ukrainiens prennent Belgorod et mettent le siège devant Koursk. Hautement improbable et matériellement difficile voire impossible. Pareil pour encercler les forces UKR avec une demi-armée au Sud correctement approvisionnée et deux autres qui sont en territoire hostile depuis un mois et qui n'ont pas une logistique dingue. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Patrick a dit :

Traduction du tweet:

Images de la chaîne de télévision chinoise CGTN avec des hélicoptères abattus près de Marioupol aujourd'hui par les forces armées ukrainiennes, dans lesquelles le commandant adjoint du bataillon Azov Kalina et deux officiers du renseignement français DGSE étaient auparavant

Si la ponctuation et la grammaire sont exactes, moi je comprends que le commandant adjoint et deux officiers de la DGSE étaient dans les forces armées ukrainiennes qui ont abattus des hélicoptères.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Teenytoon a dit :

Si la ponctuation et la grammaire sont exactes, moi je comprends que le commandant adjoint et deux officiers de la DGSE étaient dans les forces armées ukrainiennes qui ont abattus des hélicoptères.

Il faut être sûr de l'orthographe de "lesquelles" en sortie du traducteur. On peut regarder la traduction dans une autre langue pour voir si il y a le même sens.

Edited by Picdelamirand-oil
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, gustave a dit :

Quelle comparaison possible? Le terrain joue, les ordres reçus, le rapport de force, les priorisations logistiques et d'appuis, etc... Déduire d el'évolution d'une zone celle de tout le front n'a aucun sens.

Je n'ai mis qu'une partie du texte, en réponse à une problématique précise posée par Vince... 

Si tu souhaites critiquer la logique du texte tu devrais t'y référer en entier et le lire si ce n'est pas déjà fait.  

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Fusilier a dit :

Je n'ai mis qu'une partie du texte, en réponse à une problématique précise posée par Vince... 

Si tu souhaites critiquer la logique du texte tu devrais t'y référer en entier et le lire si ce n'est pas déjà fait.  

Je n'ai alors pas saisi ce que tu voulais dire.

Link to comment
Share on other sites

 Vu ce qu'on commence à voir des villages libérés, je doute qu'on aille vers un apaisement dans la dureté des combats.

Pour les prisonniers russes (et donc de part et d'autre ensuite), ça va pas faciliter leur traitement.

Ça serait pas une mauvais chose qu'un pays externe se propose de mettre au frais les prisonniers russes pour raisons humanitaires, y compris dans l'optique des négociations.

Link to comment
Share on other sites

Un twitter qui rapporte je crois 5 tanks et 8 VTT d'un convoi détruits près d'Irpin il y 48 heure avec géoloc :

 

Sinon j'ai vu une vidéo prise d'une voiture dans Bucha, j'ai l'impression qu'il y a un cadavre de civil tous les 10 mètres sur le bas-côté de la route :ohmy: (dont celui avec les mains attachés dans le dos par un tissu blanc qui a été pas mal diffusé... mais y'a des corps avant et après, une quinzaine à vue de nez).

  • Sad 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...