Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 5 minutes, Akhilleus a dit :

C'est une rumeur qui date du début du conflit

Elle est insistante et reprend les propos d'un ancien parlementaire polonais

Mais ce n'est qu'une rumeur jusqu'à preuve du contraire

Les députés polonais ont une certaine réputation à tenir après tout :

 

 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Quel sont les moyens matériels des russes pour franchir les cours d'eau ? J'avais l'impression avant cette guerre que les moyens déployable par la russie à ce sujet était loin d'être négligeable....... Mais maintenant, pour chacune des armées en présence, le cour d'eau donne l'impression d'être une frontières plus sûre qu'un traité de paix.

Link to comment
Share on other sites

Militairement parlant, un cours d'eau s'appelle une "coupure humide". Ce type de franchissement est déjà une opération en soit. De plus tu ne franchis pas n'importe où suivant le matos dispo et les caractéristiques du site : courant, profondeur, largeur, type de rive... 

Et pour ruiner une telle opération il suffit d'un bon rens de départ ( ce dont les ukrainiens ne manquent pas) et d'obus d'artillerie ou de missiles AC à portée.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Robert a dit :

Le département de la Manche a des vues sur Jersey, Guernesey, Aurigny, etc !

A l'heure actuelle nous n'avons que la vue !

La Bretagne a des vues sur le Mont Saint Michel ! :tongue:

  • Like 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Heorl a dit :

Les députés polonais ont une certaine réputation à tenir après tout :

 

Pas que ! On a bien connu un député FR, et non des moindre, prétendre que la République, C'EST LUI !!

Pour me faire pardonner de ce HS, un aperçu exclusif du backlog d'Oryx

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Que la Pologne veuille récupérer Lwow, Lviv ou autre ça semble légitime. 

Que la Grèce et la Bulgarie veuillent se partager la Thrace, c'est légitime (et souhaitable pour L'UE, il vaut mieux des détroits pour frontières que des zones terrestres comme le prouvent Ceuta et Melilla). 

Ca ne coûte rien de le dire. Par contre le contexte politique actuel et pour les décennies à venir ne s'y prête pas. Et espérer une sorte de retournement d'alliance ou la Pologne accepterait de se mettre à dos l'univers entier pour récupérer au mieux l'Oblast de Lviv et simplement sans objet. 

C'est un peu du même poids que se dire "si la proposition de Talleyrand sur le partage de la Belgique avait été acceptée, la France s'en tirerait mieux désormais". Sont ce des vues ? 

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, herciv a dit :

Peut-on espérer une desescalade ?

Le discours de VP fait référence à plusieurs reprise à l'agression de l'OTAN contre la Russie en utilisant l'Ukraine comme proxy et à la capacité de la Russie à résister aux pires épreuves. Pas vraiment annonciateur d'une désescalade, mais n'exclut pas forcément toute discussion future.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Heorl a dit :

Et le lieu d'un des crash est Vasilyvka, or il n'y a pas de bourg de ce nom-là dans la région de Kyiv. J'en ai trouvé trois, un à Kherson, un dans le Donetsk et un dans l'oblast de Zaporijjie.

C'est Vasylkiv, à une quarantaine de km au sud de Kiev.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.lefigaro.fr/international/direct-guerre-en-ukraine-le-discours-de-poutine-tres-attendu-au-defile-du-9-mai-a-moscou-20220509

C'est fait !!!!

Un chien renifleur de bombes reçoit une médaille d’honneur de Volodymyr Zelensky

Patron, un Jack Russell terrier de deux ans et demi, a reçu le prix des mains du président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une cérémonie à Kiev.

Le chien dont le nom signifie «munitions» en ukrainien, flaire les mines et les explosifs russes dans la ville de Tchernihiv, au nord-est, et fait office de mascotte du service d'urgence de l'État du pays.

Il est devenu un symbole national de la résistance de l'Ukraine contre la Russie, apparaissant régulièrement dans des vidéos sur les réseaux sociaux ukrainiens officiels.

Capture.jpg

Capture2.jpg

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Interview de Gérald Arboit sur le partage de renseignements

https://www.rfi.fr/fr/europe/20220507-renseignement-en-ukraine-quasiment-tous-les-membres-de-l-otan-mettent-la-main-à-la-pâte

Citation

Moscou a reconnu jeudi 5 mai que le soutien occidental avait freiné l'« opération militaire spéciale » russe déclenchée le 24 février en Ukraine. Le New York Times avait révélé plus tôt que les renseignements fournis par Washington à Kiev avaient notamment permis de cibler plusieurs généraux russes. Des informations démenties par le Pentagone. Entretien avec Gérald Arboit, directeur de l’équipe Études de renseignement au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

RFI : Quels renseignements les États-Unis partagent-ils avec l’Ukraine ?

Gérald Arboit : D'abord, il ne faut pas oublier une chose, c’est que ce ne sont pas seulement les Américains, mais bien l’Otan qui est derrière l’Ukraine, sans le dire.

Cela se résume d'abord à une aide stratégique par des interceptions de signaux téléphoniques des portables des Russes – qui peuvent indiquer le jour et l'heure des rendez-vous des généraux par exemple – et par l'utilisation d'images satellitaires sur le terrain. C'est comme ça que le premier jour de guerre, le 24 février, les Russes ont manqué toutes leurs cibles, aussi bien les avions laissés sur les tarmacs des aéroports militaires ukrainiens, que leurs cibles sur les routes qu'ils allaient emprunter.

Ensuite, il y a le renseignement opérationnel, avec des radars de contrebatterie qui permettent de voir d’où les Russes tirent. Enfin, il y a, depuis le début du conflit, des avions Awacs qui tournent au-dessus de la Roumanie, donc sur un territoire de l'Otan, et qui interceptent les communications en Ukraine. 

Ce renseignement est crucial, car cela permet d’afficher au compteur des généraux, on en est quand même à presque 12 tués. Et cela commence à poser un problème. Les capacités d’artillerie sont aussi handicapées du côté russe. Finalement, le renseignement apporte des données aux Ukrainiens qui leur permettent de marquer des points, et quasiment tous les membres de l’Otan mettent la main à la pâte.

Est-ce que ce partage de renseignements fait des États-Unis et des membres de l’Alliance atlantique (Otan) des cobelligérants ? 

Pour l’instant, nous ne sommes pas en guerre, ni les États-Unis ni aucun membre de l’Otan. La « cobelligérance » n’est pas un terme qui existe juridiquement. Par contre, politiquement, on voit bien que c’est l’Otan qui a choisi un camp, le camp ukrainien, contre la Russie.

Mais alors jusqu’où cette position est-elle encore tenable ?

Cette position en matière de renseignement est « invisible ». On en parle, les médias américains et britanniques essentiellement en parlent, mais c’est quelque chose qui ne se voit pas, qui est inodore. Donc, les Russes ne peuvent pas prouver que les informations qui ont permis aux Ukrainiens de marquer des points viennent des États-Unis, de France ou d’Allemagne. C’est sûr que la position est difficile à tenir parce qu’on aide objectivement les Ukrainiens, mais on n’a pas déclaré la guerre aux Russes.

Là, on est vraiment sur un engagement de l’Otan, qui concerne également l’armement. Mais ce n'est pas nouveau : depuis 2015, l’Otan est engagée derrière les Ukrainiens.

Il y a pourtant une communication très affichée. En tout cas, il y a une volonté de montrer que, d’une façon ou d’une autre, les Américains ou les renseignements des pays occidentaux sont actifs dans ce conflit...

L’administration Biden a besoin d’expliquer au peuple américain qu’ils sont engagés pour la liberté dans ce combat. Et comme ils n’ont pas envoyé de troupes, ils sont obligés de communiquer sur ce qu’ils ont, à savoir le renseignement. Et ça, c’est une force que les médias américains ont : ils ont accès à des points de presse du Pentagone de la CIA, de la NSA sur ce genre de question, que ce soit des points de presse officiels ou officieux. On est dans un système qui est accepté.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Vince88370 a dit :

Les Russes n'ont pas l'air d'abandonné Snake Island, une ou deux péniche de débarquement sont en route. Une frégate de type Grigorovitch et un kilo sont rentrés au port se matin. 

 

Outre le poste avancé de défenses aérienne et de base arrière que cela permet pour le sud-ouest, la possession de ce cailloux est (géo) stratégique pour l'après guerre et pour les 2 camps. (eaux territoriales, ressources).

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Heorl a dit :

Les Ukrainiens ont dégagé Stari Saltyv et peuvent maintenant envisager de pousser jusqu'à la frontière ou menacer Koupiansk. 

Je suis mitigé sur l'approche

Le plus logique serait de menacer la frontière. Mais en même temps ils vont se retrouver dans la configuration qui leur avait couté cher en 2014, à devoir longer des axes qui va les exposer à des frappes massives de l'autre coté de la frontière

A voir

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Heorl a dit :

Les Ukrainiens ont dégagé Stari Saltyv et peuvent maintenant envisager de pousser jusqu'à la frontière ou menacer Koupiansk. 

Il y a une très grosse coupure humide Nord-Sud à l'est de Stari Saltyv donc aller vers Koupiansk à partir de cette position est loin d'être évident.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Métal_Hurlant a dit :

https://www.lefigaro.fr/international/direct-guerre-en-ukraine-le-discours-de-poutine-tres-attendu-au-defile-du-9-mai-a-moscou-20220509

C'est fait !!!!

Un chien renifleur de bombes reçoit une médaille d’honneur de Volodymyr Zelensky

Patron, un Jack Russell terrier de deux ans et demi, a reçu le prix des mains du président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une cérémonie à Kiev.

Le chien dont le nom signifie «munitions» en ukrainien, flaire les mines et les explosifs russes dans la ville de Tchernihiv, au nord-est, et fait office de mascotte du service d'urgence de l'État du pays.

Il est devenu un symbole national de la résistance de l'Ukraine contre la Russie, apparaissant régulièrement dans des vidéos sur les réseaux sociaux ukrainiens officiels.

Capture.jpg

 

En Belgique ils ont médaillé Magawa, il est plus petit mais tout aussi mignon :

https://www.bbc.com/afrique/monde-59951230

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,764
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...