Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

Il y a 2 heures, g4lly a dit :

La portée maxi est rarement utilisé en vrai.

Plus c'est loin moins c'est précis et la précision chute beaucoup au delà de la moitié de la portée maxi.

Tirer à forte charge use beaucoup le canon... Si on peut on évite.

Ensuite l'artillerie c'est l'art de la trajectoire. Si tu tire à pleine portée tu ne peux plus former la trajectoire.

En tirant plus court tu peux choisir la trajectoire tendue ou lobé avec différents angles d'arrivée.

Si tu veux une arrivée "verticale" il faut tirer court et lobé.

Ensuite la tactique ukrainienne de batterie logique fait que celui qui tire c'est celui qui est disponible et bien placé. Si à l'instant où on a besoin d'une mission de feu quelques soit l'endroit du front ... Un des éléments disponible est à 15km du but et bien il fera parti de la mission. Si un autre engin disponible est à 35km il fera parti de la mission aussi.

Ainsi l'ennemi ne sais pas où chercher l'artillerie ennemi capable d'engager telle ou telle zone. Elle peut être n'importe où dans tout le volume et pas forcément sur le périmètre de portée maxi.

A priori les ukrainiens font un bon usage de l'artillerie. Heureusement pour eux d'ailleurs. Ça leur permet de compenser un peu le manque de munitions, en améliorant l'efficacité de chaque coup.

Merci pour la précision. C'est donc plutôt du tir d'opportunité possiblement en raison du manque de volume.

Link to comment
Share on other sites

J'entends de plus en plus ces derniers jours que la Russie va pouvoir atteindre ces objectifs de conquête du Dombass .

En effet, le changement de tactique Russe avec l'utilisation intensive de l'artillerie a fait terriblement mal aux ukrainiens. 

Biensur, les ukrainiens sont en train de recevoir des armement lourds mais il y a une gros problème : ils n'ont plus assez d'hommes et surtout le temps de formation serait trop long pour se familiariser aux systèmes  d'artilllerie complexes. 

En effet, tout les système d'artilleries occidentaux ne sont pas aussi simples et flexibles que les Ceasars.

 

En effet, les ukrainiens auraient perdu beaucoup trop de soldats de métiers depuis ces derniers mois et les appelés et les volontaires ne sont pas assez formés et aguérris et beaucoup d'entre eux ont l'impression d'être devenue de la chaire à canon lorsqu'ils ont envoyés au front comme nos soldats en 14/18.

En fait, les ukrainiens seraient obligés de faire une "pause" car il leur faudrait beaucoup plus de temps pour former de nouveaux bataillons et surtout les former de manière efficace.

Bref, il manquerait beaucoup de sous officers pour encadrer tout ce petit monde de volontaire  qui sont certes déterminés mais qui sont peu aguerris et formés à la guerre.

 

Les gesticulation de Zelenski d'envoyer plus d'armes ne serviraient à rien car l'Ukraine n'aurait plus assez de "vrais" soldats et surtout il n'ont pas assez de temps pour les former dans une guerre d'artilerie moderne... 

Edited by Claudio Lopez
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Claudio Lopez a dit :

En effet, les ukrainiens ont perdu beaucoup trop de soldats de métiers depuis ces derniers mois et les appelés et les volontaires ne sont pas assez formés et aguérris et beaucoup d'entre eux ont l'impression d'être devenue de la chaire à canon lorsqu'ils ont envoyés au front comme nos soldats en 14/18.

Tu bases ton raisonnement sur des hypothèses.  Que ces hypothèses soient vraisemblables, peut-être. Mais, en fait on ne sait pas grand chose et la manière dont les UKR gèrent ce n'est pas public. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Claudio Lopez a dit :

J'entends de plus en plus ces derniers jours que la Russie va pouvoir atteindre ces objectifs de conquête du Dombass .

En effet, le changement de tactique Russe avec l'utilisation intensive de l'artillerie a fait terriblement mal aux ukrainiens. 

Biensur, les ukrainiens sont en train de recevoir des armement lourds mais il y a une gros problème : ils n'ont plus assez d'hommes et surtout le temps de formation serait trop long pour se familiariser aux systèmes  d'artilllerie complexes. 

En effet, tout les système d'artilleries occidentaux ne sont pas aussi simples et flexibles que les Ceasars.

 

En effet, les ukrainiens ont perdu beaucoup trop de soldats de métiers depuis ces derniers mois et les appelés et les volontaires ne sont pas assez formés et aguérris et beaucoup d'entre eux ont l'impression d'être devenue de la chaire à canon lorsqu'ils ont envoyés au front comme nos soldats en 14/18.

En fait , les ukrainiens seraient obligés de faire une "pause" car il leur faudrait beaucoup plus de temps pour former les nouveaux soldats et surtout les former de manière efficace. Bref, il manque beaucoup de sous officers pour encadrer tout ce petit monde de volontaire  qui sont certes déterminés mais qui sont peu aguerris et formés à la guerre.

 

Les gesticulation de Zelenski d'envoyer plus d'armes ne serviraient à rien car l'Ukraine n'a plus assez de "vrais" soldats et surtout ils n'aurait pas assez de temps pour les former dans une guerre d'artilerie moderne... 

Sauf à considérer que les russes seront suffisamment secs après la conquête probable du Dombass pour pouvoir les maintenir sous pression notamment d'une artillerie performante.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Mangouste a dit :

Sauf à considérer que les russes seront suffisamment secs après la conquête probable du Dombass pour pouvoir les maintenir sous pression notamment d'une artillerie performante.

Il va y avoir du bluff des 2 côtés ou chacun des protagonistes va faire croire à l'autre  qu'il est encore très fort et qu'il pourra continuer la guerre Ad vitam eternam..

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, g4lly a dit :

Tu ne peux pas réserver les engins qui tirent à 40km uniquement pour les tirs à 40km ... en pratique tu fais avec ce que tu as ...

Si tes engins sont ici ... et qu'on te demande de taper là ... et bien tu regardes avec quels engins c'est possible ... puis dans le lot avec lesquels c'est plus pertinents - c'est basé aussi bien sur la consommation de munition, que la vulnérabilité à la contre batterie, ou le besoin de discrétion ... -.

Une fois cet arbitrage vite fait - c'est l'affaire de quelques minutes au plus - tu demandes à tel ou tel pièces de tirer sur tels ou tels objectifs.

Tu ne vas pas faire reculer tes Caesar à 40km de la cible juste pour dire que tu as pleinement utilisé leur potentiel, c'est du gâchis de temps, de gasoil, et d'usure du canon. En plus que la prise de risque de déplacer le canon à la débottée alors que dans le ciel des yeux rodent. Tiré là ou tu es ça veut dire un seul déplacement en sortie de batterie pour te diluer. Se déplacer pour tirer ça veut dire deux déplacement un avant et un après le tir ... donc deux fois plus de malchance de se faire repérer.

Que tu arbitre sur la portée maxi entre des MLRS tirant à 100km et un canon tirant à 40 je comprends ... commencer à jongler outre mesure la dessus entre des pièces tirant à 30 et d'autre tirant 40 ... c'est à mon sens trop de contraintes et de risques sur d'autre plan.

Oui bien sûr, je revenais en fait sur le post initial d'hier soir qui pouvait laisser penser qu'il s'agissait d'un problème de munitions.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-russie-dit-detenir-plus-de-6000-prisonniers-de-guerre-ukrainiens-20220630

 

Comme tous les chiffres...

Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, herciv a dit :

 

Excellente question. As-tu été voir le fil CAESAR ?

 

Non, pas vu d'info précise OS  sur une précision quantifiée des Caesar, même sur le fil Caesar,  comme on peut les trouver sur les M777 en OS. Des anecdotes et des  on-dit (Le Caesar aurait 20m de precision à 30Km). Mais rien de publié de précis sur le CEP. C'est pourquoi j'étais resté sur des  décalartions de militaires qui disaient pouvoir loger un obus sur un demi-stade de foot à 40 Km. Mais ça doit exister...

Link to comment
Share on other sites

Le 29/06/2022 à 00:47, Métal_Hurlant a dit :

3+3=6

C'est mieux que rien mais peuvent donner plus quand même...

L'Allemagne a déjà donné 7 obusiers PZH 2000 issus de ses stocks, avec les 3 supplémentaires ça fera 10.

En 2016, elle possédait

123 PzH, dont 61 à disposition et 41 en service

Je n'ai pas compris ce que sont exactement les 62 PzH 2000 qui sont en stock mais pas "à disposition". Faut-il comprendre "réserve de pièces détachées", faut-il comprendre "on pourrait le remettre en service en quelques mois" ?

Mais dans le cas le plus pessimiste, si ces 62 là sont complètement hors service, l'Allemagne va donner au total 1 / 6ème de sa meilleure artillerie. Pas tout à fait comme la France qui en a donné 1 / 4, mais comparable.

Non, ils ne peuvent pas forcément donner plus :mellow: ...

Et KMW a bien proposé de fabriquer 100 PzH 2000 de plus, mais ce serait pour 2027, avec les trente premiers disponibles seulement 30 mois après signature du contrat.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Claudio Lopez a dit :

Il va y avoir du bluff des 2 côtés ou chacun des protagonistes va faire croire à l'autre  qu'il est encore très fort et qu'il pourra continuer la guerre Ad vitam eternam..

A mon avis les russes ont une vue assez exacte du potentiel Ukrainien. Il suffit de suivre les annonces de livraison. Et inversement les américains doivent avoir une vision assez identique avec peut être le bémol de l'état réel des matériels stockés.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il faudra pour les ukrainiens garder un œil  sur l'ile il suffit qu'elle soit non occuper pour conserver son accès à la mer c'est déjà un gros échec pour les russes

Edited by Connorfra
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, herciv a dit :

Pour comprendre ce que çà fait de se retrouver sous un bombardement d'artillerie :

 

 

 

Il manque le côté viscéral essayez de faire correspondre la vidéo avec la sensation interne d'un feu d'artifice multiplié par 3 et avec la connaissance des chances de mourir et on commence à ce rapprocher... Le fait de devoir ouvrir la bouche pour que les poumons comprimés n'explosent pas et sentir l'air s'ejecter du corps sans respirer et une sensation étrange... 

  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Ca veut dire quoi ?

Il y a à la fois l'aveux que l'Ukraine pourrait perdre cette guerre, mais qu'en plus on s'en fout de tout ce qui compte c'est faire la guerre quelque soient les conséquences.???

Link to comment
Share on other sites

il y a 55 minutes, Claudio Lopez a dit :

Effectivement le départ de l'île était inéluctable

Et oui, un beau geste, la grandeur de l'âme slave révélée ... par des livraisons de Harpoon et HIMARS.
Livrons-leurs encore l'équivalent matériel de quelques divisions, et les russes feront à n'en pas douter preuve d'encore plus de bonté.

J'en vient à me demander, avec quelques Asmp-A entre les mains ukrainiennes, jusqu'où pourrait aller cette charité désintéressée, cet amour de son prochain, cette humble générosité qui caractérise si bien les dirigeants du kremlin ? 

Bref, déjà dit à de nombreuses reprises : le rapport de force.
Car même si ils vantent à longueur de journée la "résilience légendaire" de leur population "robuste et patriotique", il ne faut pas croire qu'il soient complétement cons, le cailloux peux se faire balayer au LRM à sous-munition et les opérations de soutien "lourdes" sont empêchées par les harpoons ...

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, herciv a dit :

Must read :

https://www.washingtonpost.com/national-security/2022/06/17/long-war-ukraine/

Avec peu d’options en Ukraine, les États-Unis et leurs alliés se préparent à une longue guerre

Par Missy Ryan  et Dan Lamothe

Juin 17, 2022 à 7:33 p.m. EDT

Les États-Unis et leurs alliés se préparent à un conflit prolongé en Ukraine, ont déclaré des responsables, alors que l’administration Biden tente de nier la victoire de la Russie en augmentant l’aide militaire à Kiev tout en s’efforçant d’atténuer les effets déstabilisateurs de la guerre sur la faim dans le monde et l’économie mondiale.

L’annonce par le président Biden cette semaine d’une aide supplémentaire de 1 milliard de dollars en matière de sécurité pour l’Ukraine, la plus grande tranche de l’aide américaine à ce jour, a fourni la dernière preuve de la détermination de Washington à faire en sorte que l’Ukraine puisse survivre à une bataille punitive pour la région orientale du Donbass. Des pays européens, dont l’Allemagne et la Slovaquie, ont dévoilé leurs propres cargaisons d’armes avancées, notamment des hélicoptères et des systèmes de fusées à lancements multiples.

« Nous sommes ici pour creuser dans nos élans », a déclaré le secrétaire à la Défense Lloyd Austin après avoir convoqué des dizaines de pays à Bruxelles pour promettre un plus grand soutien à Kiev.

La décision de fournir à l’Ukraine des armes de plus en plus sophistiquées telles que des missiles antinavires et de l’artillerie mobile à longue portée – capables de détruire des moyens militaires importants ou de frapper profondément en Russie – reflète une volonté croissante dans les capitales occidentales de risquer une escalade involontaire avec la Russie.

Le soutien semble avoir enhardi le gouvernement du président Volodymyr Zelensky, qui a promis cette semaine de reprendre toute l’Ukraine contrôlée par la Russie, même les zones annexées par Moscou bien avant l’invasion du président russe Vladimir Poutine le 24 février.

Mais les analystes disent que malgré l’augmentation de l’aide extérieure et le moral élevé des troupes ukrainiennes, Kiev et ses partisans ne peuvent espérer guère plus qu’une impasse avec l’armée russe beaucoup plus grande et mieux armée. Contrairement à la tentative ratée de Moscou de s’emparer de la capitale Kiev, la bataille du Donbass a joué sur les forces militaires de la Russie, lui permettant d’utiliser des frappes d’artillerie pour pilonner les positions ukrainiennes et étendre progressivement sa portée.

L’ambassadeur ukrainien à Berlin ne se soucie pas s’il offense sa cause

Ivo Daalder, un ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’OTAN qui dirige maintenant le Chicago Council on Global Affairs, a déclaré que l’impasse sur le champ de bataille laisse aux États-Unis un choix difficile: soit continuer à aider l’Ukraine à maintenir un statu quo potentiellement sanglant, avec les conséquences mondiales dévastatrices que cela implique; ou arrêter le soutien et permettre à Moscou de l’emporter.

« Cela signifierait nourrir l’Ukraine des loups », a déclaré Daalder, faisant référence à un retrait du soutien. « Et personne n’est prêt à le faire. »

Un haut responsable du département d’État, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour décrire les délibérations internationales en cours, a déclaré que les responsables de l’administration Biden avaient discuté de la possibilité d’un conflit prolongé avec des retombées mondiales avant même février, alors que les services de renseignement américains suggéraient que Poutine se préparait à envahir.

L’administration Biden espère que les nouvelles armes, en plus des vagues successives de sanctions et de l’isolement diplomatique de la Russie, feront une différence dans une éventuelle conclusion négociée de la guerre, diminuant potentiellement la volonté de Poutine de poursuivre le combat, a déclaré le responsable.

Même si cette réalité ne se matérialise pas immédiatement, les responsables ont décrit les enjeux de s’assurer que la Russie ne puisse pas engloutir l’Ukraine – un résultat qui, selon les responsables, pourrait encourager Poutine à envahir d’autres voisins ou même à frapper les membres de l’OTAN – comme si élevés que l’administration est prête à tolérer même une récession mondiale et une faim croissante.

Déjà, la guerre, aggravant les effets de la pandémie de coronavirus, a plongé l’économie mondiale, qui devrait maintenant subir des années de faible croissance, dans une nouvelle crise. Cela a également aggravé une urgence alimentaire mondiale alors que les combats font grimper les prix des produits de base et paralysent les exportations de céréales de l’Ukraine – qui nourrissent généralement des centaines de millions de personnes par an – poussant quelque 44 millions de personnes plus près de la famine, selon le Programme alimentaire mondial.

« Bien que ce soit certainement un défi – nous ne sommes certainement pas en train de sucrer cela – en termes de navigation dans ces eaux tumultueuses, notre lumière directrice est que le résultat de la Russie capable de réaliser ses exigences maximalistes est vraiment mauvais pour les États-Unis, vraiment mauvais pour nos partenaires et alliés, et vraiment mauvais pour la communauté mondiale », a déclaré le responsable du département d’État.

Elle a été violée en Ukraine. Combien d’autres ont des histoires comme la sienne ?

Vendredi, les forces ukrainiennes ont tenté de défendre les zones en déclin sous leur contrôle à Severodonetsk, une ville stratégique de la province de Lougansk que les responsables du Pentagone s’attendent à voir tomber bientôt.

Signe de la façon dont l’armement occidental a le potentiel d’entraîner l’Occident plus profondément dans la guerre, un responsable de la défense américaine a confirmé vendredi qu’un missile anti-navire Harpoon de fabrication américaine avait frappé un remorqueur russe dans la mer Noire. Pour la première fois dans le cadre du dernier paquet d’armes de Biden, les États-Unis ont déclaré qu’ils fourniraient à l’Ukraine des lanceurs mobiles Harpoon.

L’ambition de longue date des dirigeants ukrainiens de s’intégrer davantage en Europe s’est rapprochée de la réalité vendredi, lorsque la Commission européenne a recommandé que l’Ukraine soit officiellement candidate à l’adhésion à l’Union européenne. Zelensky a salué ce qu’il a appelé une « décision historique », même si l’adhésion pourrait prendre des années.

« Les Ukrainiens sont prêts à mourir pour la perspective européenne », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Nous voulons qu’ils vivent avec nous le rêve européen. »

Poutine, s’en prenant à l’Occident dans un discours vendredi, a déclaré qu’il n’avait rien contre l’idée que l’Ukraine rejoigne l’UE, mais a également averti que « toutes les tâches de l’opération spéciale seront remplies », comme le Kremlin appelle l’invasion, et a déclaré que son pays pourrait utiliser des armes nucléaires si sa souveraineté était menacée.

Soulignant ce que les pays occidentaux qualifient de perspectives de sécurité radicalement modifiées, les dirigeants de l’OTAN devraient dévoiler de nouveaux déploiements en Europe de l’Est lors d’un sommet fin juin à Madrid.

Avant cette réunion, le général Mark. A. Milley, président des chefs d’état-major interarmées, a défendu la nécessité d’arrêter la Russie dans des affirmations sévères, assimilant les souffrances parmi les civils en Ukraine à ce que l’Allemagne nazie a infligé à l’Europe. Mais il a également averti que si Moscou fait face à des problèmes chroniques dans son offensive en Ukraine, y compris le leadership, le moral et la logistique, les chiffres « favorisent clairement les Russes » dans l’est de l’Ukraine.

La perspective d’une conclusion négociée semble lointaine, Poutine semblant sans se décourager, poursuivant probablement ce que les analystes décrivent comme une stratégie consistant à s’emparer de toute la région du Donbass, puis à proposer un cessez-le-feu qui gèlerait en place le contrôle de la Russie sur cette région et d’autres.

« Ce qui m’inquiète, c’est que fondamentalement, la Russie d’un côté et les Ukrainiens et leurs partenaires de l’autre poursuivent des objectifs mutuellement incompatibles », a déclaré Samuel Charap, expert de la Russie à la RAND Corporation. « Cela conduit les Russes à continuer à pousser de plus en plus fort et nous à donner de plus en plus. »

De nombreux experts pensent que la guerre est susceptible de s’installer dans un conflit de moindre intensité ou une situation comme celle de la péninsule coréenne, où les combats nord-sud ont été interrompus lors d’un armistice en 1953 sans fin officielle de la guerre. Une frontière fortement militarisée s’est développée entre les deux Corées, avec des flambées occasionnelles, et c’est un scénario que certains analystes prédisent pourrait se produire entre l’Ukraine et les parties de son territoire contrôlées par Moscou.

« Je ne pense pas que Poutine ou Zelensky puissent continuer au niveau actuel du combat pendant des années », a déclaré James Stavridis, amiral de la marine à la retraite et ancien commandant suprême allié de l’OTAN, dans un courrier électronique. « Certainement pour quelques mois, mais des années improbables. »

Au fur et à mesure que le conflit se poursuit, il suscite des conversations sur les compromis que les États-Unis pourraient avoir besoin de faire dans leurs objectifs plus larges de politique étrangère ou leur budget militaire massif. La commission des forces armées du Sénat, citant l’inflation et la guerre en Ukraine, a ajouté jeudi 45 milliards de dollars au budget de la défense, portant la facture probable à 847 milliards de dollars pour le prochain exercice.

Stacie Pettyjohn, directrice du programme de défense au Center for a New American Security à Washington, a déclaré que la guerre continuait également à consommer la bande passante des hauts responsables américains qui pourrait être consacrée à la planification et à la modernisation à long terme. Dans le passé, les responsables ont cité des crises comme la guerre pluriannuelle contre l’État islamique comme des facteurs qui ont retardé un changement planifié pour se concentrer sur la Chine.

Publicité

« Ils continuent d’avoir à traiter avec l’Ukraine parce que la situation évolue et qu’elle est immédiate, et nous devons fournir l’aide que nous pouvons et trouver comment soutenir les Ukrainiens », a-t-elle déclaré. « Mais cela signifie qu’ils n’ont pas le temps et l’attention nécessaires pour aller de l’avant sur ces autres questions qui sont vraiment importantes, et ces changements à long terme qui seraient nécessaires si les États-Unis veulent vraiment tourner leur attention et se concentrer sur le Pacifique. »

L’administration Biden a promis qu’elle ne ferait pas pression sur Kiev pour qu’elle accepte des concessions pour cimenter une résolution à la guerre. Les responsables soulignent que Zelensky, même s’il était enclin à céder de grandes parties du territoire ukrainien, pourrait faire face à une révolte des Ukrainiens s’il acceptait les conditions de Moscou.

« Notre travail n’est pas de définir ces termes », a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, lors d’un événement de groupe de réflexion jeudi. « Notre travail consiste à leur donner les outils dont ils ont besoin pour se mettre dans la position la plus forte possible. »

C'est une analyse qui se défend.

Cependant penser que la Russie aurait les moyens ou la volonté d'aller plus avant est loin d'être acquis.

Enfin tout irait de plus en plus mal chez nous mais quelle est et sera la situation économique de la Russie ?

Link to comment
Share on other sites

Citation

avec quelques Asmp-A

Mais bien sur ..... /facepalm

Y'a un peu de trop de va-t-en guerre de canapés sur ce forum à mon gout ....

Je serais plutot tiens pour fournir aux ukrainiens tous les "volontaires" du fil

Ca ferait d'une pierre plein de coups, win win pour tout le monde

  • Like 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Mangouste a dit :

C'est une analyse qui se défend.

Cependant penser que la Russie aurait les moyens ou la volonté d'aller plus avant est loin d'être acquis.

Enfin tout irait de plus en plus mal chez nous mais quelle est et sera la situation économique de la Russie ?

Penser que les États-Unis vont "lacher" l'Ukraine au moment où la diplomatie américaine a besoin de rétablir une confiance vis à vis de ses alliés (européens et surtout asiatiques) ? Je ne pense pas. Et l'argument de la crainte d'une crise économique n'est, à mon sens, pas valable car c'est exactement ce que s'apprêtait à faire le pays via l'augmentation des taux directeur de la FED pour calmer l'inflation (surtout en période de plein emploi). Le seul problème que traverse les États-Unis est situé au niveau du bouchon d'essence de la voiture de l'américain "moyen".

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,796
    Total Members
    1,550
    Most Online
    ixnay
    Newest Member
    ixnay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...