Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

Il y a 2 heures, jmdc33 a dit :

Je pense qu'on a franchi un seuil ou toute négociation, accord, ou cessez le feu semble très difficile.

Mais pas impossible,  voir l'accord pour l'exportation des céréales !

Et pas envisageable tant que l'on n'aura pas atteint le point Oméga ou du moins des fronts figés.

Aussi j'aimerai bien pouvoir suivre SUR CE FIL  l'évolution des combats.

https://militaryland.net/wp-content/uploads/2022/08/day_166_fullmap-1024x655.png

 

Edited by BPCs
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Confirmation US pour les missiles HARM 

 Ce compte suggère (mais j'ignore le niveau du contributeur, donc avis aux amateurs) que ce sont des variantes AGM-88D avec guidage GPS qui ont été fournies, de sorte que les missiles seraient bien tirés par avions Ukr, mais sans aucun ciblage "dynamique" (rétroaction avec les capteurs missiles puis l'avionique de bord, impossible pour les mig et sukhoi) mais plutôt une pré-programmation des coordonnées, fournies par les avions SIGINT US, avant décollage. Le fil ne dit quand même pas comment s'effectue la mise à feu.

Warzone sur le sujet, qui privilégie aussi l'hypothèse d'un lancement par avion plutôt que par des lanceurs statiques au sol

https://www.thedrive.com/the-war-zone/u-s-confirms-air-launched-anti-radiation-missiles-sent-to-ukraine

 

MRAP Turcs pour les Ukrainiens

 

Edited by olivier lsb
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, olivier lsb a dit :

Confirmation US pour les missiles HARM 

 Ce compte suggère (mais j'ignore le niveau du contributeur, donc avis aux amateurs) que ce sont des variantes AGM-88D avec guidage GPS qui ont été fournies, de sorte que les missiles seraient bien tirés par avions Ukr, mais sans aucun ciblage "dynamique" (rétroaction avec les capteurs missiles puis l'avionique de bord, impossible pour les mig et sukhoi) mais plutôt une pré-programmation des coordonnées, fournies par les avions SIGINT US, avant décollage. Le fil ne dit quand même pas comment s'effectue la mise à feu.

 

Ils sont intégrés sur quel avion Ukrainiens ces HARM ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, olivier lsb a dit :

 

Non il faut que tu documentes tes affirmations, que tu construises un raisonnement et que tu sois un peu moins péremptoire.

Les "anti-Poutine primaires" de ce topic, pour reprendre les mots de @pascalont été priés d'élever le niveau général de leur contribution par la modération (sources, raisonnement, éviter les redondances, pratiquer le scepticisme professionnel sur les déclarations des uns et des autres, tolérance envers les opinions contraires des pro Russes etc...), c'est pas pour donner le champ libre aux pigeons pro Russes pour venir chier sur l'échiquier de cette discussion, renverser les pièces du jeu et s'en aller tranquillement. 

Pigeon (j'en vois qy'un mais il a la taille d'une dinde) qui en plus fait systematiquement du hors sujet

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, BP2 a dit :

Ils sont intégrés sur quel avion Ukrainiens ces HARM ?

On ne sait pas, et le tir par avion reste une hypothèse non confirmée à ce jour.... Mais la plus privilégiée (je comprends que le HARM a besoin d'une impulsion initiale en terme de vitesse). 

Edited by olivier lsb
orthographe
Link to comment
Share on other sites

J'imagine que par "assaut repoussé", il faut comprendre un minimum de bonhommes et matos étendus/perdus, et non un "putain il est 17h, le village est pas pris, on remballe les gaules sinon on va être en retard à la pointeuse et le chef va gueuler sur notre quota d'heures sup' "

Le distinguo essentiel c'est,  s'agit-il vraiment d'assaut à chaque fois,  ou juste d'accrochage d'unités de reco sur les lignes de défense ?

Sur les pertes potentielles, la différence est considérable. Entre un assaut chair à canon LDNR ou un accrochage de reco "pro" type spetsnaz/GRU...

 

 

Edited by MoX
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, g4lly a dit :

J'admet volontier que recueillir un semblant d'avis non contraint est une gageure en plein conflit - depuis 2014 en fait - ... néanmoins les "russophiles" ne semblent pas majoritaires dans ce qu'il restent de l’Ukraine - la partie pas envahie - du moins.

Je pense sincèrement qu'en ce moment, la moindre preuve de "russophilie" de la part des ukrainiens est assimilé à de la haute trahison et peut leur coûter très cher. Donc cela m'étonnerait franchement que ceux ayant de le moindre début de sympathie pour les russes l'affirme tout haut.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, MoX a dit :

J'imagine que par "assaut repoussé", il faut comprendre un minimum de bonhommes et matos étendus/perdus, et non un "putain il est 17h, le village est pas pris, on remballe les gaules sinon on va être en retard à la pointeuse et le chef va gueuler sur notre quota d'heures sup' "

Le distinguo essentiel c'est,  s'agit-il vraiment d'assaut à chaque fois,  ou juste d'accrochage d'unités de reco sur les lignes de défense ?

Sur les pertes potentielles, la différence est considérable. Entre un assaut chair à canon LDNR ou un accrochage de reco "pro" type spetsnaz/GRU...

 

 

Je me suis souvent posé la question aussi. "They were reppeled" pouvant signifier plein de chose sur l"unité qui en a été chargé.

En général on a une longue préparation d'artillerie destinée autant à réduire le potentiel défensif des ukrainiens qu'à les fixer. Ensuite on a des assauts régulièrement repoussés sur les banlieux et ensuite normalement la ville est entourée par trois côté au moins avant un assaut massif.

La difficulté actuelle c'est que les défense des ukrainiens sont très complexes avec la capacité de passer par des souterrains difficile à dicerner par des drones et donc difficile à cibler par l"artillerie.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, MoX a dit :

J'imagine que par "assaut repoussé", il faut comprendre un minimum de bonhommes et matos étendus/perdus, et non un "putain il est 17h, le village est pas pris, on remballe les gaules sinon on va être en retard à la pointeuse et le chef va gueuler sur notre quota d'heures sup' "

Le distinguo essentiel c'est,  s'agit-il vraiment d'assaut à chaque fois,  ou juste d'accrochage d'unités de reco sur les lignes de défense ?

Sur les pertes potentielles, la différence est considérable. Entre un assaut chair à canon LDNR ou un accrochage de reco "pro" type spetsnaz/GRU...

 

 

Après sur warmonitor tous les assauts russes sont toujours repoussés avec de lourde perte. 

  • Haha 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Coriace a dit :

Après sur warmonitor tous les assauts russes sont toujours repoussés avec de lourde perte. 

Oui mais ce qu'il faut retenir c'est le "où" et le résultat final : les russes ne se sont pas incrusté mais pas loin. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Deres a dit :

Je pense sincèrement qu'en ce moment, la moindre preuve de "russophilie" de la part des ukrainiens est assimilé à de la haute trahison et peut leur coûter très cher. Donc cela m'étonnerait franchement que ceux ayant de le moindre début de sympathie pour les russes l'affirme tout haut.

Je pense aussi que beaucoup d'Ukrainiens qui étaient russophiles en 2010 l'ont été moins en 2014 et ne le sont plus du tout en 2022...

  • Like 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/08/09/guerre-en-ukraine-en-direct-la-russie-lance-un-satellite-de-teledetection-iranien-les-etats-unis-craignent-un-usage-militaire_6137555_3210.html

L’assaut mené par la Russie contre la ville de Bakhmout a été son opération la plus réussie du dernier mois, selon le ministère de la défense britannique

Dans son bulletin d’information quotidien, le ministère de la défense britannique affirme que durant le week-end écoulé, la Russie a continué de concentrer ses efforts dans le sud de l’Ukraine. Moscou a toutefois maintenu ses attaques contre les positions ukrainiennes dans la région de Donetsk.

Le ministère précise que l’assaut mené à la mi-juillet par la Russie contre la ville de Bakhmout, située dans l’est de l’Ukraine, a été son opération la plus réussie au cours du dernier mois dans la région du Donbass. « Toutefois, la Russie n’a réussi qu’à avancer que de dix kilomètres au cours de cette période », souligne le ministère.

Il précise qu’ailleurs dans le Donbass, l’armée russe n’a progressé que de trois kilomètres en trente jours, « certainement beaucoup moins que prévu », ce malgré son usage intensif et continu d’artillerie dans la région.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, MoX a dit :

J'imagine que par "assaut repoussé", il faut comprendre un minimum de bonhommes et matos étendus/perdus, et non un "putain il est 17h, le village est pas pris, on remballe les gaules sinon on va être en retard à la pointeuse et le chef va gueuler sur notre quota d'heures sup' "

Le distinguo essentiel c'est,  s'agit-il vraiment d'assaut à chaque fois,  ou juste d'accrochage d'unités de reco sur les lignes de défense ?

Sur les pertes potentielles, la différence est considérable. Entre un assaut chair à canon LDNR ou un accrochage de reco "pro" type spetsnaz/GRU...

 

 

Effectivement, c'est une bonne question. Comment ça se passe un assaut russe ?
Sur les fronts "secondaires" J'ai lu des témoignages de soldats russes (via wartranslated) qui se plaignent de voir leurs appuis obéir formellement aux ordres, rapportent leurs succès, mais ne mènent pas la mission à bien réellement (genre jl'hélico roquette arrive, lâche la purée à distance de sécurité en détruisant 20% de ses cibles puis revient à la maison en annonçant que tout va bien), et idem les assauts d'infanterie qui s'arrêtent, perdent leur momentum quand ils se font arroser, puis font demi tour, la plupart des fantassins passifs ne font que se défendre ou arrose à l'aveugle jusqu'à ne plus avoir de munitions, un classique de la psychologie collective si on a lu Keegan ou Goya. Et rebelote le jour suivant, le commandant de bataillon peut dire qu'il a attaqué sans trop perdre la face. On peut imaginer que souvent après la préparation d'artillerie, l'infanterie avance avec ses appuis (blindés), tire un peu à l'aveuglette puis décroche.
Pas forcément très meurtrier mais ça ne produit pas de résultat. (Izium, Karkhov par exemple)
Par contre si le commandant d'unité est plus sérieux ou dans les zones d'attaques principales ou la pression du haut commandement est plus sensible, c'est pas la même (Bakhmut, Avdiivka), le bodycount doit être autrement plus sévère.
ça dépend aussi des unités engagées, les fantassins mécanisés russes ne font pas de zèle. Mais Wagner, VDV, certaines unités Spetnaz ou l'esprit de corps et l'entraînement au combat d'infanterie sont plus élevés ont l'air d'avoir des résultats.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Kelkin said:

Je pense aussi que beaucoup d'Ukrainiens qui étaient russophiles en 2010 l'ont été moins en 2014 et ne le sont plus du tout en 2022...

Quelques jours avant le débarquement ils y avaient encore des grosses manifestations pour soutenir Pétain...

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Massacre de Bucha : après des mois d'enquête, les autorités locales annoncent un bilan de 458 morts, dont 419 ayant été abattus ou comportant des traces de torture. Dans ce total, on compte 366 hommes et 86 femmes (et 5 corps trop abimés pour estimer un sexe), et 9 enfants de moins de 18 ans. Sur une population de 40 000 habitants avant-guerre, les enquêteurs estiment qu'il en restait 4 000 dans la ville lorsque les russes sont arrivés. Ca ferait donc 10% de la population tuée en 1 mois d'occupation. 

washingtonpost.com/world/2022/08/08/ukraine-bucha-bodies/

Révélation

BUCHA, Ukraine – Après des mois d'enquête méticuleuse, douloureuse et parfois horrible, les responsables de Bucha ont déclaré lundi qu'ils étaient parvenus à ce qui pourrait être le plus proche d'un décompte final des victimes du déchaînement meurtrier des troupes russes qui se sont déclenchées dans le monde entier. indignation face aux atrocités présumées: 458 corps, dont 419 portaient des marques indiquant qu'ils avaient été abattus, torturés ou matraqués à mort.

Mykhailyna Skoryk-Shkarivska, l'adjointe au maire de la ville, a raconté ce sinistre décompte lors d'une conférence de presse lundi, où elle a déclaré que les détails de chaque cas faisaient actuellement l'objet d'une enquête par des procureurs qui s'efforçaient d'identifier les auteurs et de les juger pour crimes de guerre.

Parmi les victimes, 39 semblaient être mortes de causes naturelles, a déclaré Skoryk-Shkarivska, mais celles-ci pourraient être liées à la guerre ou au traitement réservé par les Russes à la population civile pendant leur mois d'occupation, qui s'est terminé par une retraite précipitée. défaite le 1er avril.

Même ces 39 cas sont maintenant examinés par des enquêteurs sur les crimes de guerre. Ils comprennent une mère de 34 ans apparemment en bonne santé qui est décédée d'une crise cardiaque alors qu'elle s'abritait des bombardements dans un sous-sol avec ses trois jeunes enfants, qui sont restés piégés aux côtés de leur mère décédée pendant des jours, et une femme âgée vivant seule avec sa sœur décédée. peu de temps après que sa sœur ait été abattue par les troupes russes - des morts qui pouvaient difficilement être considérées comme naturelles.

Le fait qu'il ait fallu plus de quatre mois pour rendre compte de 32 jours de meurtres souligne les circonstances horribles rencontrées par les responsables lorsque les troupes russes sont parties. Des corps étaient éparpillés sans surveillance dans les rues, entassés dans des puits ou abandonnés au plus profond de la forêt. L'électricité et le service Internet avaient été coupés, ce qui signifie que les premières preuves documentées devaient être écrites à la main, a déclaré Skoryk-Shkarivska.

L'identification de tous les corps s'est avérée impossible. Quelque 50 cadavres restent non identifiés ou non réclamés par des proches, a déclaré Skoryk-Shkarivska, ajoutant que les responsables de la ville ont néanmoins décidé d'annoncer leurs découvertes car le décompte final et les identités complètes ne seront probablement jamais connus. Rien qu'au cours des deux dernières semaines, deux autres corps ont été découverts, dans une forêt et un égout pluvial, et 10 habitants ont signalé des proches disparus dont on ne peut pas rendre compte.

Le chiffre final comprend également un sac de parties du corps. Les restes étaient trop fragmentés, décomposés ou gravement mutilés pour être identifiés, mais appartenaient apparemment à plusieurs personnes, a déclaré Skoryk-Shkarivska, y compris peut-être des soldats russes. Parmi les pièces figurent deux armes droites que les enquêteurs disent avoir des raisons de soupçonner appartenir à des Russes.

Les troupes russes ont laissé les cadavres de nombre de ceux qu'elles ont tués pourrir sans surveillance, mais ont également brûlé certains, peut-être par souci d'hygiène ou pour cacher des preuves de torture, a déclaré l'adjoint au maire. Certains des restes consistaient en des tas de cendres au-delà de l'identification, même en utilisant l'analyse de l'ADN.

Presque tous les corps inclus dans le décompte de lundi sont connus pour être des civils, a déclaré Skoryk-Shkarivska. Les corps des soldats ukrainiens tués à Bucha ont été remis aux autorités ukrainiennes et comptés séparément, tandis que trois corps russes ont été envoyés pour rapatriement.

Au total, 366 corps étaient des hommes et 86 des femmes, tandis que cinq s'étaient trop détériorés pour être déterminés. Neuf étaient des enfants de moins de 18 ans.

Les chiffres bruts n'offrent qu'un aperçu des horreurs infligées au petit nombre de personnes qui sont restées après que les Russes ont envahi la banlieue de Kyiv le 27 février, avec l'intention d'atteindre la capitale à 20 miles de là. Au lieu de cela, ils ont trouvé leur avance émoussée par la féroce résistance ukrainienne.

La plupart des quelque 39 000 habitants de la ville se sont échappés avant l'arrivée des Russes, mais quelque 4 000 sont restés - dont un sur 10 est mort en un peu plus d'un mois.

Si de tels chiffres se répètent dans seulement une fraction des villes et villages actuellement sous occupation russe - représentant 20% du territoire ukrainien - l'ampleur des atrocités commises par les troupes russes pourrait être vaste.

Bucha, cependant, a connu de loin certaines des pires violences parmi les dizaines de villes et colonies brièvement occupées par les troupes russes dans la région de Kyiv, représentant un tiers du total estimé de 1 300 victimes.

Beaucoup de ceux qui sont restés à Bucha lorsque les Russes ont envahi étaient des personnes âgées, refusant de fuir parce qu'elles étaient trop fragiles, malades ou têtues pour quitter leur maison, a déclaré le père Andriy Halavin, le prêtre de l'église de la ville.

Il a aidé à enterrer 116 personnes tuées au cours des deux premières semaines de l'occupation russe dans une fosse commune creusée par des habitants dans la cour de son église et a reconnu certains de ses fidèles. Mais d'autres peuvent avoir des parents qui vivent loin et n'ont pas pu fournir d'échantillons d'ADN pour aider les enquêteurs.

Les dossiers compilés par les enquêteurs indiquent que bon nombre des personnes non identifiées étaient également des personnes âgées, a déclaré Eugène Spirin, l'un des bénévoles qui a aidé à recueillir et à identifier les morts. Il a partagé une liste documentant certains de ceux qui se sont avérés les plus difficiles à identifier, accompagnée de brèves descriptions de ce que les enquêteurs ont pu établir sur qui ils étaient.

Il y a l'homme, âgé d'une soixantaine d'années, atteint d'une balle dans l'œil, le visage à peine reconnaissable. et un autre âgé de 75 à 85 ans avec des cheveux gris trapus qui a reçu une balle dans la nuque. La tête d'une femme âgée a été si gravement brisée qu'elle n'a pas pu être reconnue. Les enquêteurs ont estimé qu'elle était âgée de 75 à 85 ans, selon les dossiers.

Skoryk-Shkarivska a déclaré que les efforts pour identifier ces victimes se poursuivraient. La ville est déterminée à mettre un nom sur chacun de ceux qui sont morts et à les commémorer avec un monument. Mais si les réponses définitives n'arrivent pas bientôt, la ville a déclaré qu'elle prévoyait d'organiser des services funéraires pour les dernières victimes restantes qui sont mortes seules et sans nom.

 

  • Thanks 1
  • Sad 8
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

HS....encore

C trop demander un peu de discipline de postage?

il y a une heure, Berezech a dit :

Effectivement, c'est une bonne question. Comment ça se passe un assaut russe ?
Sur les fronts "secondaires" J'ai lu des témoignages de soldats russes (via wartranslated) qui se plaignent de voir leurs appuis obéir formellement aux ordres, rapportent leurs succès, mais ne mènent pas la mission à bien réellement (genre jl'hélico roquette arrive, lâche la purée à distance de sécurité en détruisant 20% de ses cibles puis revient à la maison en annonçant que tout va bien), et idem les assauts d'infanterie qui s'arrêtent, perdent leur momentum quand ils se font arroser, puis font demi tour, la plupart des fantassins passifs ne font que se défendre ou arrose à l'aveugle jusqu'à ne plus avoir de munitions, un classique de la psychologie collective si on a lu Keegan ou Goya. Et rebelote le jour suivant, le commandant de bataillon peut dire qu'il a attaqué sans trop perdre la face. On peut imaginer que souvent après la préparation d'artillerie, l'infanterie avance avec ses appuis (blindés), tire un peu à l'aveuglette puis décroche.
Pas forcément très meurtrier mais ça ne produit pas de résultat. (Izium, Karkhov par exemple)
Par contre si le commandant d'unité est plus sérieux ou dans les zones d'attaques principales ou la pression du haut commandement est plus sensible, c'est pas la même (Bakhmut, Avdiivka), le bodycount doit être autrement plus sévère.
ça dépend aussi des unités engagées, les fantassins mécanisés russes ne font pas de zèle. Mais Wagner, VDV, certaines unités Spetnaz ou l'esprit de corps et l'entraînement au combat d'infanterie sont plus élevés ont l'air d'avoir des résultats.

Beaucoup de petites reco en force pour chercher un point de faiblesse aussi donc des "petits assauts" pas forcement tres meurtriers mais epuisant physiquement et mentalement pour les 2 camps, ces reco se faisant sous appui massif d'artillerie (pas terrible quand tu recois) et semblent repetés sans temps de recup (pas terrible quand tu dois avancer dans la Dead Zone plusieurs fois par semaine)

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,798
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FredX
    Newest Member
    FredX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...