Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

ce qu'il va falloir surveiller c'est le secteur manufacturier, si une partie des usines ferment a cause du manque de pieces et matières premères cela va affecter les capacités industrielles du pays

Link to comment
Share on other sites

70 % des exportations russes sont lié au pétrole, au gaz et au charbon. Mécaniquement, si ces 3 "énergies" augmentent, la Russie s'en sort bien.

Les seules nouveautés par rapport aux dernières sanctions sont le secteur agricole qui est aussi devenu une force pour le pays et une certaine préparation vis-à-vis des sanctions financières (tentative de remplacement de swift par le SPFS). 

Et bien sûr, l'envie de remplacer le dollar par "autre chose" sans que cet "autre chose" soit réellement défini.  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, olivier lsb a dit :

- La Russie étant une puissance agricole à peu près complète, peu d'inquiétude sur son secteur primaire et la capacité à nourrir la population

J'attends de voir, historiquement ce n'est pas totalement vrai.

Et on oublie une chose : si la récolte est excellente cette année, ce n'est pas toujours le cas en Russie. Il suffit d'une mauvaise année pour que ce soit la panique.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://tomdispatch.com/ending-the-war-in-ukraine/ (26 juin 2022)

Supposons un instant que Poutine parte, volontairement ou non.  Une possibilité est qu'il soit remplacé par quelqu'un de son cercle proche qui ferait alors de grandes concessions pour mettre fin à la guerre, peut-être même un retour au statu quo d'avant l'invasion avec des modifications. Mais pourquoi le ferait-il si la Russie contrôle de larges pans du territoire ukrainien ? Un nouveau dirigeant russe pourrait éventuellement conclure un accord, à condition que les sanctions soient levées, mais il n'est pas réaliste de penser que le départ de Poutine serait une solution miracle.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, olivier lsb a dit :

- La Russie étant une puissance agricole à peu près complète, peu d'inquiétude sur son secteur primaire et la capacité à nourrir la population

Elle a sans aucun doute possible assez de terres disponibles pour nourrir sa population . . . en temps normal !

Il y a 4 heures, Ciders a dit :

J'attends de voir, historiquement ce n'est pas totalement vrai.

Et on oublie une chose : si la récolte est excellente cette année, ce n'est pas toujours le cas en Russie. Il suffit d'une mauvaise année pour que ce soit la panique.

Entre ça et un outil agricole quasi-exclusivement occidental et dont le remplacement et la maintenance est soumise aux sanctions, pas sur que ça tienne sur le long terme, même si remplacé par de l'indigène (mais avec quelles performances ?)

C'est d'ailleurs peu ou prou la même problématique qu'avec leur secteur industriel des énergies fossiles (reposant essentiellement sur des technologies occidentales) . . .

Edited by Obelix38
  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, olivier lsb a dit :

Pour employer une analogie, cela fait 1 seconde qu'on vient de crever de trois 3 pneus sur 4, mais on est toujours à 140 km/h, on va repasser les 130 d'ici 5 secondes et on sera à l'arrêt dans 1 minute au mieux. 

Pour pousser l'analogie, Au G7 Macron a juger que les clous n'avaient pas percé suffisamment le pneu pour causer les dégâts nécessaires à arrêter la voiture au bout de 1 minute. Il a donc proposé de changer de clou.

Edited by herciv
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Ciders a dit :

On y cachait sûrement des chars entre les laitues. Ou alors c'était un centre de recrutement nazi. Ou alors le système de guidage du missile a merdé, comme d'habitude.

Ou alors il servait de point de rassemblement pour les forces armées ukrainiennes, ou de site de réapprovisionnement pour leurs armes

Ce ne serait pas la première fois (celui de Kiev n'a été admis que par la bévue d'un passant, sinon il serait aussi passé pour une attaque délibérée sur un objectif complètement civil)

N'ayant aucune preuve ca peut être l'un comme l'autre

Il y a 16 heures, Paschi a dit :

La guerre en Ukraine pourrait favoriser la production de drogues. La fabrication illicite de drogues pourrait tirer profit de la guerre en Ukraine pour prospérer, a averti l'ONU lundi, à la lumière de l'expérience des conflits dans d'autres zones.

https://www.rts.ch/info/monde/13201349-la-guerre-en-ukraine-pourrait-favoriser-la-production-de-drogues.html

Ben oui, on est en train de transformer la Russie en super Corée du Nord

Du coup elle va exporter : des technologies balistiques, des armes légères et lourdes, des faux $$, des hackers et des amphétamines

Why not

Link to comment
Share on other sites

Maintenant, on a aussi l'exemple des sanctions à long terme sur l'iran et Cuba. Cela n'a pas provoqué un effondrement de ces pays.

A partir du moment où la population est bien motivée contre l'ennemi, bien brossée dans le sens du poil nationaliste et que les écarts de cette populations sont fermement et régulièrement réprimés et que cette population na pas été habituée ou accepte un niveau de vie moyen, bien ça résiste longtemps.

Toutes ses caractéristiques se retrouvent en Russie.

En plus, la Russie est riche dans son sol de métaux rares, de gaz, de pétrole, d'agroalimentaire, Ils n'ont qu'à creuser le sol pour voir l'argent couler et en plus, ont certaines compétences techniques précieuses et se sont préparés depuis des années.

Ce n'est pas que les sanctions ne feront pas d'effet, elles en feront à moyen terme. Mais cela ne va pas changer l'opinion russe et l'Ouest n'a pas beaucoup d'autres moyens à sa disposition (avec les livraisons d'armes) -si on refuse la guerre frontale- pour établir le rapport de force et avoir quelque chose à négocier (lever les sanctions).

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Obelix38 a dit :

Elle a sans aucun doute possible assez de terres disponibles pour nourrir sa population . . . en temps normal !

Entre ça et un outil agricole quasi-exclusivement occidental et dont le remplacement et la maintenance est soumise aux sanctions, pas sur que ça tienne sur le long terme, même si remplacé par de l'indigène (mais avec quelles performances ?)

C'est d'ailleurs peu ou prou la même problématique qu'avec leur secteur industriel des énergies fossiles (reposant essentiellement sur des technologies occidentales) . . .

Niveau matériel agricole, la Russie commençait à rattraper son retard mais en intégrant beaucoup de composants made in UE ou US.

Des moteurs, Cummins, Cat, Mercedes, des pompes et moteurs hydrauliques made in UE (Poclain gros fournisseur), matériels de semis et traitements de précision, matériel de guidage Trimble, John Deere ...

Bref les Russes sont mal pour les récoltes futures et même celle de cette année.
Info provenant de Sucden, très implanter en Russie.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Chaps a dit :

Maintenant, on a aussi l'exemple des sanctions à long terme sur l'iran et Cuba. Cela n'a pas provoqué un effondrement de ces pays.

A partir du moment où la population est bien motivée contre l'ennemi, bien brossée dans le sens du poil nationaliste et que les écarts de cette populations sont fermement et régulièrement réprimés et que cette population na pas été habituée ou accepte un niveau de vie moyen, bien ça résiste longtemps.

Toutes ses caractéristiques se retrouvent en Russie.

En plus, la Russie est riche dans son sol de métaux rares, de gaz, de pétrole, d'agroalimentaire, Ils n'ont qu'à creuser le sol pour voir l'argent couler et en plus, ont certaines compétences techniques précieuses et se sont préparés depuis des années.

Ce n'est pas que les sanctions ne feront pas d'effet, elles en feront à moyen terme. Mais cela ne va pas changer l'opinion russe et l'Ouest n'a pas beaucoup d'autres moyens à sa disposition (avec les livraisons d'armes) -si on refuse la guerre frontale- pour établir le rapport de force et avoir quelque chose à négocier (lever les sanctions).

Oui mais quand un dirigeant essaye de redonner du prestige à son pays, le voir être transformé en Grand Cuba, c'est pas vraiment un succès éblouissant...

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Akhilleus a dit :

Ben oui, on est en train de transformer la Russie en super Corée du Nord

Du coup elle va exporter : des technologies balistiques, des armes légères et lourdes, des faux $$, des hackers et des amphétamines

Why not

??? Je ne comprends pas trop ta remarque. Il n'est pas fait mention de la Russie

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Akhilleus a dit :

Ou alors il servait de point de rassemblement pour les forces armées ukrainiennes, ou de site de réapprovisionnement pour leurs armes

Si c'est le cas il aurait peut-être été plus opportun d'attaquer en dehors des heures d'ouverture du magasin... 

il y a une heure, Akhilleus a dit :

On est en train de transformer la Russie en super Corée du Nord

Ils n'ont pas besoin de ça pour nous. Ils le font très bien tout seul. 

Edited by Aldo
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Voilà une répercussion qui va aussi laisser des traces ;

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/energie-la-politique-de-l-ue-plonge-le-pakistan-dans-l-obscurite-923367.html

En gros le GNL n'est pas accessible qu'aux européens. Les autres font "ceinture".

Pas sûr que les pays en développement apprécient longtemps.

Révélation

Des appels d'offres infructueux

À plus de 7.000 kilomètres de là, dans une Europe frappée par la guerre de Vladimir Poutine, ce n'est pas la canicule mais le passage de l'hiver à venir qui inquiète les pouvoirs publics. Confrontée à la réduction des flux de gaz russe, l'Allemagne, notamment, craint un éventuel rationnement de ce combustible fossile essentiel à son économie. Et, comme le reste du continent, sonne le branle-bas de combat pour remporter une course aussi récente que vitale : celle de l'approvisionnement massif en gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé par bateau des quatre coins du monde plutôt que par pipelines, afin de remplacer celui en provenance de Russie. Une course dans laquelle le Pakistan semble déjà largement devancé, tant les nouveaux arrivants font monter les enchères.

Et pour cause, ces dernières semaines, l'explosion de la demande a bouleversé le marché mondial du GNL, et fait monter en flèche les prix des cargaisons. Si bien que la République islamique, qui mise depuis plusieurs années sur cette source d'énergie pour générer ses électrons (25% de la production d'électricité en dépend), n'arrive plus à suivre. En l'absence du précieux combustible, deux centrales électriques majeures ont déjà dû fermer leurs portes. Pour s'en justifier, un membre du cabinet fédéral a admis samedi qu'Islamabad ne pouvait tout simplement pas rivaliser avec le pouvoir d'achat des pays européens, prêts à tout pour mettre la main sur les réserves mondiales. « Le Pakistan perd la guerre des enchères du GNL face à l'Europe », titrait dimanche l'un des journaux les plus lus du pays, Dawn.

Lire aussi9 mnGaz naturel liquéfié (GNL) : pourquoi une crise d'approvisionnement se profile au niveau mondial

De fait, les trois appels d'offre lancés par le Pakistan pour la livraison de GNL en juillet n'ont reçu qu'une seule et unique réponse. Celle de QatarEnergy, qui fournit le pays d'Asie du Sud depuis plusieurs années, mais propose désormais un prix quatre fois plus élevé qu'il y a un an, à presque 40 dollars/mmbtu (l'unité de compte du GNL, qui correspond à 293 kilowattheures) ! Un deal refusé par la société d'Etat Pakistan LNG Ltd., incapable de régler ce qui aurait été l'expédition la plus chère jamais livrée au pays. Fin avril, l'exécutif avait déjà consenti à payer près de 100 millions de dollars pour acheter une seule cargaison de GNL sur le marché au comptant, un record pour le pays, afin d'éviter les coupures de courant pendant l'Aïd.

« Le GNL, qui était au prix de 4$ [par mmbtu, ndlr] il y a deux ans et demi, n'est plus disponible, même pour 40$. Ainsi, la guerre de la Russie [avec l'Ukraine] a créé une véritable crise », a réagi le ministre d'Etat au pétrole, Musadik Malik.

Et le déconfinement progressif en Chine devrait encore accroître la pression sur les réserves mondiales.

Les méthaniers mettent les gaz vers l'Europe

Pourtant, le Pakistan avait bien signé des contrats à long terme avec deux fournisseurs pour la livraison de GNL, l'énergéticien italien Eni et le négociant suisso-russe Gunvor Group. Mais dans les faits, ces derniers auraient supprimé plus d'une douzaine d'expéditions d'octobre 2021 à juin 2022, coïncidant avec la flambée des prix du gaz en Europe, selon les données de Bloomberg. Et pour cause, les contrats du Pakistan prévoyaient une pénalité de 30% seulement en cas d'annulation - très probablement en échange de tarifs globalement inférieurs, relève l'agence. Résultat : les navires méthaniers auraient préféré faire demi-tour, quitte à payer les frais de compensation et des centaines de milliers de dollars de péage, afin de vendre plus cher la précieuse cargaison aux Européens.

Des accusations dont se défend Eni, puisque ce serait en fait un intermédiaire, le géant de la négoce Trafigura, qui n'aurait « pas rempli les obligations convenues » ; autrement dit, qui aurait détourné ses embarcations sans l'accord du producteur italien. « Eni n'a pas profité ou bénéficié de quelques manières que ce soit de ces défauts », insiste un porte-parole, sans toutefois préciser les dispositions prises par l'entreprise pour gérer les perturbations. « Nous ne commentons pas les questions commerciales », répond de son côté Trafigura. Sollicité par La Tribune, le trader Gunvor Group n'a pas non plus souhaité s'exprimer.

Lire aussi2 mnGaz : Engie condamné pour quelques dixièmes de seconde de trading

Le charbon revient en force

La situation est d'autant plus critique qu'à la pénurie de GNL s'ajoute un deuxième handicap : la sècheresse qui frappe le Pakistan, épuise les cours d'eau, entravant le fonctionnement des centrales hydrauliques, dont le pays a besoin afin de produire près d'1/4 de son électricité. Pris au dépourvu, le gouvernement compte fortement sur l'arrivée de la mousson cet été pour remplir à nouveau les barrages.

Mais les pluies torrentielles à venir ne suffiront pas : pour tenter d'endiguer la crise du GNL, l'exécutif n'a d'autre choix que d' « organiser des suppléants », a fait valoir il y a quelques jours le ministre du pétrole à des journalistes. Autrement dit, d'augmenter la production des importations de charbon et de fioul pour alimenter les centrales électriques, malgré leur impact délétère sur le climat. Résultat : « la consommation de mazout au cours des onze premiers mois de l'exercice 2021-22 (juillet-juin) » enregistre déjà une « hausse de 35% sur un an », relevait le 15 juin S&P Global. Et la tendance devrait encore s'accentuer.

 « Alors qu'on leur a beaucoup vanté le gaz comme une énergie de transition, ils se retrouvent avec très peu d'alternatives [lorsque l'on se rue sur ce gaz]. Et finissent par se tourner à nouveau vers les combustibles les plus polluants de tous. [...] C'est un paradoxe dans lequel s'enferment les Européens », regrette Phuc-Vinh Nguyen, chercheur au sein du Centre Energie de l'Institut Jacques Delors.

La pénurie pourrait toucher l'Europe

Reste que l'Europe elle-même se tourne de nouveau vers l'or noir, de l'Allemagne à l'Autriche, en passant par la France, où la centrale mosellane de Saint-Avold va devoir redémarrer pour passer l'hiver. Et si la perspective d'un rationnement n'est pas encore ancrée dans les consciences, les circonstances sont telles que, dans l'Hexagone, les DG d'EDF, d'Engie et de TotalEnergies ont lancé ce dimanche, dans une tribune publiée dans le JDD, un appel à un « effort collectif » de réduction des consommations.

Une invitation à la sobriété qui rappelle celle du président du conseil italien, Mario Draghi, celui-ci ayant opposé en avril « la clim et la paix » face à l'invasion russe. Vendredi, outre-Rhin, l'exécutif a d'ailleurs prévenu que l'Allemagne devra faire des « choix de société très difficiles » si les livraisons russes continuent de s'amoindrir, et a ouvertement évoqué des rationnements de gaz dans les mois à venir.

Et pourtant, en-dehors de quelques déclarations à l'emporte-pièce, aucun plan d'économies d'énergies ne semble se dégager au sein du gouvernement français, même si trois groupes de travail doivent prochainement voir le jour sur cette question. Pire : début juin, Emmanuel Macron a affirmé que la France ne faisait face à « aucun risque de coupure » d'électricité cet hiver, malgré le manque criant de marges. Un discours « rassuriste » démonté par de nombreux experts, qui tentent tant bien que mal de tirer la sonnette d'alarme avant la saison de chauffage.

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, Ciders a dit :

Le point essentiel de l'article

«La partie ukrainienne peut mettre fin (au conflit) dans la journée. Il faut ordonner aux unités nationalistes de déposer les armes, il faut ordonner aux soldats ukrainiens de déposer les armes et il faut mettre en œuvre toutes les conditions fixées par la Russie. Alors tout sera fini en une journée», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

Je me permets cependant de préciser la phrase du porte-parole - qu'il ne se formalise pas de mon audace

il faut mettre en œuvre toutes les conditions déjà fixées ou fixées à l'avenir par la Russie

Voilà qui est plus précis que votre tournure initiale. Je vous en prie, Monsieur le porte-parole !

 

  • Thanks 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Alexis a dit :

Le point essentiel de l'article

«La partie ukrainienne peut mettre fin (au conflit) dans la journée. Il faut ordonner aux unités nationalistes de déposer les armes, il faut ordonner aux soldats ukrainiens de déposer les armes et il faut mettre en œuvre toutes les conditions fixées par la Russie. Alors tout sera fini en une journée», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

Je me permets cependant de préciser la phrase du porte-parole - qu'il ne se formalise pas de mon audace

il faut mettre en œuvre toutes les conditions déjà fixées ou fixées à l'avenir par la Russie

Voilà qui est plus précis que votre tournure initiale. Je vous en prie, Monsieur le porte-parole !

  • "Mais... où est-ce qu'il a appris à négocier ?
  • On se le demande !"
  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Akhilleus a dit :

Ou alors il servait de point de rassemblement pour les forces armées ukrainiennes, ou de site de réapprovisionnement pour leurs armes

Ce ne serait pas la première fois (celui de Kiev n'a été admis que par la bévue d'un passant, sinon il serait aussi passé pour une attaque délibérée sur un objectif complètement civil)

Tout est toujours possible sur le principe.

Dans ce cas précis, une personne de ma connaissance se trouvait à 400 mètres de l'explosion. Indemne, mais vivant proche de l'endroit et sans doute au courant de ce qui s'y passe. Sa réaction n'était pas "Mince, ils auraient pas du mettre des soldats là !" C'était de passer à l'ukrainien pour communiquer, de préférence au russe :dry: ...

Donc à titre personnel je n'ai guère de doute.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, Ciders a dit :

Qui veut encore négocier ?

Au départ d'une négociation, le négociateur annonce un prix très élevé, de façon à négocier - c'est à dire baisser le prix progressivement au fur et à mesure de la discussion, de façon à parvenir à un prix moyen mutuellement acceptable par l'acheteur et le vendeur.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Wallaby a dit :

Au départ d'une négociation, le négociateur annonce un prix très élevé, de façon à négocier - c'est à dire baisser le prix progressivement au fur et à mesure de la discussion, de façon à parvenir à un prix moyen mutuellement acceptable par l'acheteur et le vendeur.

Encore un post totalement lunaire.

On dirait que tu ne veux pas lire ce qui @Ciders partage. Il n'y a pas de négociation. Il n'y a pas à négocier. La seule proposition est une capitulation sans conditions. On va le refaire simplement: tu es chez toi, je défonce ta porte, je fous le feu à la cuisine et je bute ton chien. Après j'accepte éventuellement de négocier, si tu commences par me donner les clefs. 

La position Ukrainienne? quel pourrait être pour eux la définition d'une victoire militaire? Et que demander? 

1) rétablissement des frontières pré-2014

2) paiement d'une indemnité pour toutes les destructions et financer la reconstruction

3) établissement une cours pénale internationale pour juger tous les crimes de guerre

4) (en même temps mais non demandé à la Russie) adhésion à l'OTAN et n à terme, à la CEE.

 

Edited by cracou
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Alexis a dit :

Le point essentiel de l'article

«La partie ukrainienne peut mettre fin (au conflit) dans la journée. Il faut ordonner aux unités nationalistes de déposer les armes, il faut ordonner aux soldats ukrainiens de déposer les armes et il faut mettre en œuvre toutes les conditions fixées par la Russie. Alors tout sera fini en une journée», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

Je me permets cependant de préciser la phrase du porte-parole - qu'il ne se formalise pas de mon audace

il faut mettre en œuvre toutes les conditions déjà fixées ou fixées à l'avenir par la Russie

Voilà qui est plus précis que votre tournure initiale. Je vous en prie, Monsieur le porte-parole !

 

Un seul pays est nécessaire pour déclarer la guerre........mais il faut deux pays pour l'arrêter. 

Mon russe est très rouillé, mais je crois que je tiens la bonne traduction.........

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, cracou a dit :

Encore un post totalement lunaire.

On dirait que tu ne veux pas lire ce qui @Ciders partage. Il n'y a pas de négociation. Il n'y a pas à négocier. La seule proposition est une capitulation sans conditions. On va le refaire simplement: tu es chez toi, je défonce ta porte, je fous le feu à la cuisine et je bute ton chien. Après j'accepte éventuellement de négocier, si tu commences par me donner les clefs.

Prend un cours de négociation, étudie, et tu reviendras nous en parler, d'accord ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Wallaby a dit :

Au départ d'une négociation, le négociateur annonce un prix très élevé, de façon à négocier - c'est à dire baisser le prix progressivement au fur et à mesure de la discussion, de façon à parvenir à un prix moyen mutuellement acceptable par l'acheteur et le vendeur.

Peskov dit exactement l'inverse : "alignez vous sur nos positions et nous arrêtons le conflit aujourd'hui". Il n'y a pas ici de volonté d'établir un arrangement profitable aux deux parties, qui aurait pu être défendu si il n'y avait pas ces déportations de population, ces changements de noms de villes ou cette russification rampante à Marioupol ou dans le Donbass.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Wallaby a dit :

Prend un cours de négociation, étudie, et tu reviendras nous en parler, d'accord ?

Sauf qu'on est pas en train de négocier le prix d'un tapis au Souk de Marrakech là. Ce type de déclaration de la part d'un responsable russe alors que son pays viens d'envahir un voisin en causant des dizaines de milliers de victimes est lunaire. 

à l’instant, Ciders a dit :

Peskov dit exactement l'inverse : "alignez vous sur nos positions et nous arrêtons le conflit aujourd'hui". Il n'y a pas ici de volonté d'établir un arrangement profitable aux deux parties, qui aurait pu être défendu si il n'y avait pas ces déportations de population, ces changements de noms de villes ou cette russification rampante à Marioupol ou dans le Donbass.

Exactement. Si les russes voulaient vraiment imposer un narratif un minimum crédible sur leur volonté de protéger le Dombass, ils éviteraient de déporter des gens, de bombarder les silos de grain et de russifier des territoires comme Kherson qui sont à 600km du Dombass. Tout dans la manière dont les russes se conduisent montre qu'ils mènent une guerre d'agression et d'annexion en bonne et due forme avec tout ce que ça implique en terme de crimes divers et variés. Même les américains en Irak en 2003, et Dieu sait que cette guerre était pourtant d'une illégitimité complète, avaient au moins pris soin de soigner les apparences en terme de narratif et d'objectifs politiques affichés. 

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques
  • Akhilleus locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,799
    Total Members
    1,550
    Most Online
    VIVE LA PAIX
    Newest Member
    VIVE LA PAIX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...