Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

pour rentrer dans le débat :

signaler que signaler la responsabilité des USA dans le déclenchement de ce conflit ( car il y a une part de responsabilité américaine ) n'exonère pas la responsabilité russe. Il y a beaucoup de coupables / responsables dans cette guerre

la véritable raison de la guerre ne nous est pas connue aujourd'hui. Tout ce qu'on peut voir dans la presse sont des discours pour un public ( situé d'un côté ou de l'autre ), mais certainement pas la vérité complête.

Sur l'utilisation des ukrainiens comme chair à canon par les américains pour affaiblir la Russie : ils ont déjà fait cela dans le passé et ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas troupe sur le sol ukrainien que cela n'engage pas leur responsabilité sur ce qu'il se passe en ce moment. Si vraiment les USA voulaient la paix, ils participeraient DIRECTEMENT aux discussions Ukraine-Russie

Franchement, il faut arrêter de voir le monde en noir et blanc, surtout en matière de relations internationales.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

:blink:

J'ai, effectivement, entendu Sovietski Soyouz (Union Soviétique) et que ce cera bolchoï (grand)...

Mais mes compétences en russe sont à la limite de la saturation avec ces quelques éléments.

 

  • Haha 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, CortoMaltese a dit :

 

Bon tu me fais dire ce que je dis pas d'une part. Mais rien que ta surprise sur le fait que la "révolution orange c'est le fait des tazus" montre qu'il y a de gros trou dans ta façon de comprendre la géopolitique dans le monde. Comme je peux pas essayer de te montrer en quoi l'ensemble de ta vision est déformé je vais me contenter de lever deux incompréhensions 1) : je ne critique pas les ukrainiens "ordinaires" de vouloir défendre leur pays bien au contraire. Je parle des oligarques, de la diplomatie tazu et des russes. Les pauvres ukrainiens là-dedans...
Et 2) je n'est strictement rien à voir ni avec Asselineau ni avec Philipot, l'UE est un avatar de l'empire tazu parce que cet empire se confonds avec l'emprise du capitalisme néo-libéral dont l'UE est une expression pour l'essentiel de son fonctionnement.

Link to comment
Share on other sites

A mon tour de soulever une idée farfelue ?

 Et si il existait une sixième dimension à la guerre ?

On connait AIr, terre, mer, espace et internet. Et si on rajoutait la société elle-même. Les sanctions et de l'autre côté la coupure des ressources sont de nature à faire descendre les gens dans la rue. Le but est de créer des gilets jaunes par centaines de milliers pour déstabiliser les gouvernements.

Link to comment
Share on other sites

Les USA (presque) officiellement en récession.

https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/USA-le-PIB-se-contracte-pour-le-2e-trimestre-consecutif-de-facon-inattendue--41118464/

USA: le PIB se contracte pour le 2e trimestre consécutif, de façon inattendue

28/07/2022 | 15:37

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis s'est contracté de manière inattendue pour le deuxième trimestre consécutif, notamment sous l'effet d'une réduction des stocks des entreprises, relançant les craintes de récession.

Le PIB s'est replié de 0,9% en termes annualisés au deuxième trimestre, d'après la première estimation publiée jeudi par le département du Commerce. Les économistes interrogés par Dow Jones newswires s'attendaient à une progression de 0,3% du PIB sur la période.

Le PIB des Etats-Unis avait déjà reculé de 1,6% en termes annualisés au premier trimestre. Selon les critères habituellement utilisés dans le monde, l'économie américaine serait ainsi techniquement en récession dans la mesure où elle a aligné deux trimestres consécutifs de recul du PIB.

Mais l'arbitre officiel en la matière aux Etats-Unis reste le National Bureau of Economic Research (NBER), qui définit la récession comme une baisse sensible de l'activité économique, répartie dans l'ensemble de l'économie pendant plus de quelques mois. Son comité chargé de ces questions prend en compte des facteurs tels que l'emploi, la production, les ventes de détail et les revenus des ménages - et il ne qualifie en général une récession que longtemps après les faits.

Le président américain, Joe Biden, et le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, ont assuré cette semaine que l'économie n'était pas en récession, selon eux.

L'inflation toujours élevée au 2e trimestre

Le rapport du deuxième trimestre a cependant fait part de signes peu encourageants, soulignant les difficultés des entreprises américaines et des ménages face à l'inflation élevée et aux problèmes d'approvisionnement.

Les dépenses de consommation, qui représentent près des deux tiers du PIB américain, ont ralenti au deuxième trimestre, ayant crû de 1% en termes annualisés après une hausse de 1,8% au premier trimestre. L'investissement des entreprises s'est également légèrement érodé, tandis que le secteur immobilier a connu un coup de frein en raison de la remontée des taux des crédit.

Dans son rapport, le département du Commerce a fait part d'une inflation toujours élevée au deuxième trimestre. L'indice des prix PCE, l'indicateur préféré de la Fed pour jauger l'inflation, s'est inscrit en hausse de 7,1% en termes annualisés, une progression similaire à celle du premier trimestre. Mais en excluant les prix de l'énergie et de l'alimentation, la hausse a décéléré, à 4,4% contre 5,2% sur les trois premiers mois de l'année.

Deux catégories volatiles ont joué de manière opposée sur le PIB du deuxième trimestre: les stocks privés non agricoles ont amputé la croissance de 1,96 point de pourcentage. Mais de leur côté, les exportations nettes -le solde entre exportations et importations - ont contribué positivement, de 1,43 point de pourcentage, à la variation.

-Harriet Torry, The Wall Street Journal (Aurélie Henri, Agefi-Dow Jones, a contribué à cet article. Version française Jérôme Batteau) ed : LBO

Edited by herciv
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Boule75 a dit :
Il y a 4 heures, jean-françois a dit :

la véritable raison de la guerre ne nous est pas connue aujourd'hui. Tout ce qu'on peut voir dans la presse sont des discours pour un public ( situé d'un côté ou de l'autre ), mais certainement pas la vérité complête.

Et une p'tite conspi ! On en nous dit pas tout !

Les faits sont connus dans toute leur transparence dès leur apparition. On n'a pas besoin de recul pour pouvoir les penser. Les historiens ne servent à rien, c'est bien connu. Vive les chaînes d'information continue, vive CNN.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Heorl a dit :

Trois, l'Europe occidentale n'est ABSOLUMENT pas mise à genou, ça a été montré plus haut

Je te serais reconnaissant de bien vouloir donner un lien vers cette discussion "plus haut", ou un numéro de page.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-plus-grand-defi-pour-l-economie-mondiale-vient-de-la-guerre-en-ukraine-d-apres-janet-yellen-20220714

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a estimé jeudi que «le plus grand défi» pour l'économie mondiale venait de la guerre en Ukraine

https://www.lesechos.fr/monde/europe/bruxelles-degrade-ses-previsions-de-croissance-et-dinflation-a-cause-de-la-guerre-en-ukraine-1776666

La guerre en Ukraine plombe encore un peu plus l'économie européenne

Pour 2023, en revanche, la correction est sévère, avec une prévision de seulement 1,5 % de croissance, contre 2,3 % anticipés en mai.

https://www.icis.com/explore/resources/news/2022/07/27/10789253/russia-ukraine-war-to-continue-to-drive-inflation-global-slowdown-imf/

La guerre entre la Russie et l'Ukraine a entraîné une détérioration substantielle de l'environnement économique mondial, selon le Fonds monétaire international (FMI), les vents contraires du conflit entraînant une baisse des prévisions de croissance du PIB pour 2022 et l'année prochaine.

"L'impact des sanctions qui ont accompagné la guerre va conduire à une nouvelle détérioration de la production économique en 2023", a déclaré l'économiste en chef Pierre Olivier [Gourinchas] faisant une apparition lors d'une conférence de presse à Washington DC mardi.

"Les risques des perspectives sont très majoritairement orientés à la baisse", a ajouté Olivier.

Un arrêt soudain des flux de gaz de la Russie vers l'Europe serait un facteur important à cet égard, a-t-il ajouté.

L'effet de la guerre sur les économies européennes a été plus négatif que prévu initialement, contribuant à la hausse des prix de l'énergie et aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

La guerre en Ukraine pourrait entraîner un arrêt soudain des importations européennes de gaz en provenance de Russie, ce qui rendrait l'inflation plus difficile à réduire que prévu.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/le-fmi-de-plus-en-plus-pessimiste-pour-leconomie-mondiale-1778803 (26 juillet 2022)

L'économie mondiale « fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines », selon le chef économiste du FMI. « Il se peut très bien que nous soyons à la veille d'une récession mondiale », a-t-il prévenu. Il table sur une croissance de seulement 2,9 % dans le monde en 2023 en raison de la guerre en Ukraine et de la flambée inflationniste.

Ainsi, pour le FMI, le PIB des Etats-Unis ne progressera que de 1,0 % l'an prochain. « Il va être de plus en plus difficile d'éviter une récession aux Etats-Unis », considère Pierre-Olivier Gourinchas.

L'Europe n'est évidemment pas épargnée. Les prochains mois risquent d'être difficiles. La croissance n'est attendue qu'à 1,2 % l'an prochain. Tout dépendra de l'approvisionnement en gaz russe. Une pénurie et un rationnement pourraient faire plonger le Vieux Continent dans la récession.

Pour l'instant, ce n'est toujours pas le plus probable, selon le FMI. Mais l'impact de la guerre se fera quand même durement ressentir. Le PIB allemand ne devrait croître que de 0,8 % l'an prochain. En France, la croissance serait limitée à 1 % en 2023 et en Italie, elle ne s'élèverait qu'à 0,5 % seulement.

En Chine, la stratégie « zéro Covid » et la multiplication des confinements minent l'activité économique. Là encore, les économistes du FMI anticipent un fort coup de frein de la croissance cette année, qui n'atteindrait que 3,3 % contre 8,1 % en 2021.

 

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pologne en colère contre l' Allemagne : L'Allemagne s'est montrée incapable/réticente à remplacer comme convenu les chars de combat livrés par la Pologne à l'Ukraine. Vous devez savoir que Friedrich Merz (CDU)/chancelier de l'ombre, s'est rangé avec délectation du côté de la Pologne et a vivement critiqué son propre gouvernement. Il y a maintenant une "lettre d'excuses" de la ministre de la Défense/SPD. 

https://www.sueddeutsche.de/politik/ringtausch-lepopard-polen-1.5629906

Pendant des jours, le gouvernement allemand a dû faire face à des réactions de colère de la part de la Pologne, car l'Allemagne, du point de vue du pays voisin, ne respecte pas ses engagements en matière d'échange d'armes. La ministre de la Défense Christine Lambrecht (SPD) tente désormais d'apaiser les tensions. Dans une lettre adressée à son homologue Mariusz Błaszczak à Varsovie, dont le Süddeutsche Zeitung a obtenu copie, elle fait à nouveau la promotion de l'offre allemande et souligne que les chars de combat Leopard 2 les plus modernes pourraient également faire partie de l'accord, mais pas tout de suite.

"Comme déjà discuté au niveau du travail le 14 juillet à Berlin", écrit Lambrecht, "une acquisition commune de chars de combat Leopard 2 ultramodernes de l'industrie allemande serait en outre possible". Et il ajoute : "Pour la production et la livraison de ces nouveaux chars, nous ferions tout pour que la Pologne soit traitée en priorité".

Le concept d'échange circulaire prévoit que les partenaires d'Europe de l'Est surtout remettent rapidement à l'Ukraine leurs anciens chars de combat et de grenadiers de production soviétique, afin que le pays puisse se défendre contre la puissance militaire russe. En contrepartie, les partenaires occidentaux promettent de reconstituer rapidement les stocks de matériel de guerre.

Jusqu'à présent, Varsovie juge l'offre de l'Allemagne insuffisante. La Pologne a déjà soutenu l'Ukraine en lui livrant bien plus de 200 chars de fabrication soviétique. Berlin n'a proposé que 20 chars Leopard 2 plus modernes pour les remplacer, et la dernière variante n'en fait pas partie. Selon le ministre polonais de la Défense Błaszczak, ils ne seraient pas non plus opérationnels avant douze mois. "Il est certain qu'il y a des cadeaux qu'il ne faut accepter qu'avec une grande prudence", a-t-il récemment déclaré. Auparavant, le vice-ministre des Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sęk avait même parlé dans le Spiegel d'une "manœuvre de tromperie" de l'Allemagne.

Dans sa lettre, Lambrecht explique que Berlin a également proposé 100 chars de combat de type Leopard-1 A5 en remplacement et des véhicules blindés de combat d'infanterie Marder. Les deux sont des chars anciens. Elle appelle à la compréhension, car la Bundeswehr manque elle aussi d'équipements modernes : "Comme vous le savez, une compensation à partir des stocks de la Bundeswehr n'est pas possible compte tenu de notre propre sous-effectif et du respect de nos engagements vis-à-vis de l'Alliance".

Berlin a toutefois "examiné avec insistance toutes les possibilités de soutenir la Pologne". Elle a lu avec inquiétude les déclarations sur la déception polonaise dans la presse. Elle a expressément remercié l'Ukraine pour la remise de chars provenant des stocks polonais. "Avec la remise généreuse et surtout très rapide de chars, votre pays a soutenu l'Ukraine de manière efficace. Pour cela, je vous adresse mon plus grand respect personnel et mes sincères remerciements". Elle fait encore savoir à son homologue qu'elle considère comme indispensable une "cohésion étroite et infatigable" entre alliés et amis. La balle est maintenant à nouveau dans le camp polonais. Lambrecht demande un retour d'information.

------------

On regarde sans doute avec inquiétude l'acquisition d'armes coréennes....:laugh:

Edited by Manuel77
  • Thanks 3
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Wallaby a dit :

Je te serais reconnaissant de bien vouloir donner un lien vers cette discussion "plus haut", ou un numéro de page.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-plus-grand-defi-pour-l-economie-mondiale-vient-de-la-guerre-en-ukraine-d-apres-janet-yellen-20220714

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a estimé jeudi que «le plus grand défi» pour l'économie mondiale venait de la guerre en Ukraine

https://www.lesechos.fr/monde/europe/bruxelles-degrade-ses-previsions-de-croissance-et-dinflation-a-cause-de-la-guerre-en-ukraine-1776666

La guerre en Ukraine plombe encore un peu plus l'économie européenne

Pour 2023, en revanche, la correction est sévère, avec une prévision de seulement 1,5 % de croissance, contre 2,3 % anticipés en mai.

https://www.icis.com/explore/resources/news/2022/07/27/10789253/russia-ukraine-war-to-continue-to-drive-inflation-global-slowdown-imf/

La guerre entre la Russie et l'Ukraine a entraîné une détérioration substantielle de l'environnement économique mondial, selon le Fonds monétaire international (FMI), les vents contraires du conflit entraînant une baisse des prévisions de croissance du PIB pour 2022 et l'année prochaine.

"L'impact des sanctions qui ont accompagné la guerre va conduire à une nouvelle détérioration de la production économique en 2023", a déclaré l'économiste en chef Pierre Olivier [Gourinchas] faisant une apparition lors d'une conférence de presse à Washington DC mardi.

"Les risques des perspectives sont très majoritairement orientés à la baisse", a ajouté Olivier.

Un arrêt soudain des flux de gaz de la Russie vers l'Europe serait un facteur important à cet égard, a-t-il ajouté.

L'effet de la guerre sur les économies européennes a été plus négatif que prévu initialement, contribuant à la hausse des prix de l'énergie et aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

La guerre en Ukraine pourrait entraîner un arrêt soudain des importations européennes de gaz en provenance de Russie, ce qui rendrait l'inflation plus difficile à réduire que prévu.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/le-fmi-de-plus-en-plus-pessimiste-pour-leconomie-mondiale-1778803 (26 juillet 2022)

L'économie mondiale « fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines », selon le chef économiste du FMI. « Il se peut très bien que nous soyons à la veille d'une récession mondiale », a-t-il prévenu. Il table sur une croissance de seulement 2,9 % dans le monde en 2023 en raison de la guerre en Ukraine et de la flambée inflationniste.

Ainsi, pour le FMI, le PIB des Etats-Unis ne progressera que de 1,0 % l'an prochain. « Il va être de plus en plus difficile d'éviter une récession aux Etats-Unis », considère Pierre-Olivier Gourinchas.

L'Europe n'est évidemment pas épargnée. Les prochains mois risquent d'être difficiles. La croissance n'est attendue qu'à 1,2 % l'an prochain. Tout dépendra de l'approvisionnement en gaz russe. Une pénurie et un rationnement pourraient faire plonger le Vieux Continent dans la récession.

Pour l'instant, ce n'est toujours pas le plus probable, selon le FMI. Mais l'impact de la guerre se fera quand même durement ressentir. Le PIB allemand ne devrait croître que de 0,8 % l'an prochain. En France, la croissance serait limitée à 1 % en 2023 et en Italie, elle ne s'élèverait qu'à 0,5 % seulement.

En Chine, la stratégie « zéro Covid » et la multiplication des confinements minent l'activité économique. Là encore, les économistes du FMI anticipent un fort coup de frein de la croissance cette année, qui n'atteindrait que 3,3 % contre 8,1 % en 2021.

 

Marrant tous ces articles appuient précisément ce que je dis. Un ralentissement de la croissance et donc de la récupération des pertes Covid. Pas une récession et une nouvelle crise.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Boule75 a dit :

Ce serait bien de définir cette "part de responsabilité américaine" si tu la mets dans la même phrase que la responsabilité russe : s'il y a un rapport de 1 à 1000 entre la responsabilité de l'un et celle de l'autre, pourquoi les afficher côte à côte, comment les comparer ? Les USA n'ont strictement aucun rôle dans le déclenchement du conflit, qui a été théorisé, voulu, anticipé (plus ou moins bien), décidé à 100% à Moscou d'après toutes les informations disponibles. Même la Russie n'est pas parvenue à formuler un prétexte de ce type, et toi tu les mets côte à côte ?Étape suivante : larmoiements et/ou ad hominem normalement, d'après le manuel.

Ce n'est pas parce qu'elle est d'un rapport de 1 à 1000 qu'elle n'existe pas (sinon ce rapport n'existerait pas de facto)...

Pour ma part j'estime que les US ont une part de responsabilité dans ce conflit, décidé in fine à Moscou nous sommes d'accord: dans le long terme en exploitant à l'excès leur supériorité à l'issue de la guerre froide et en y associant l'OTAN, en connaissance de la perception qu'en avaient les Russes, dans le moyen terme en promettant à la Géorgie et l'Ukraine l'entrée dans l'OTAN, promesse concrétisée par une aide militaire, dans le court terme en affirmant ne pas intervenir en Ukraine.
Cela n'exonère en rien la responsabilité de Moscou ni ne justifie son action bien évidemment.

Link to comment
Share on other sites

Moscou aurait sauté à pieds joints dans un piège très bien amené tout comme Saddam le fit en 91 quand les Américains avaient encouragé le  Koweït à l'intransigeance... la diplomatie américaine est digne du grand Nicolo 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Vous avez remarqué que les grands faucons américains côté républicains sont assez silencieux ? Ou alors ils sont morts, je ne sais pas trop.

Mais concrètement, quand on sait comment les Américains ont géré leurs dernières grosses interventions, j'ai vraiment du mal à envisager la Russie (pas un émirat naïf, on parle d'un gros budget renseignement et d'un leader paranoïaque ) comme le dindon d'une grosse farce en provenance de Langley.

  • Like 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Vu qu'on m'a décrit comme complotiste, ma réponse sur la responsabilité US :

Pourquoi la Russie a voulu négocier avec les USA avant le déclenchement des hostilités plutôt qu'avec l'Ukraine ?

Parce que, de mon point de vue, la Russie a estimé, pour des raisons qui nous sont inconnues, que les USA allaient faire quelque chose perçu comme menaçant "mortellement" la Russie en Ukraine.

Qu'est-ce que cela pouvait être ? Je pense que c'était l'installation de bases de missiles US. Maintenant, oui, cela n'est que mon estimation car aucune information sur ce sujet n'est sortie dans la presse.

Maintenant, admettons qu'il s'agit bien d'installation de missile en Ukraine ou un truc dans ce genre. Est-ce que les américains vont le dire publiquement ? Non car ils seraient accusés par leurs alliées européens d'être à l'origine de la crise. Est-ce que les russes vont le dire ? Quel intérêt car sans preuves ( et même avec cela ), ça serait leur parole contre celle des occidentaux. J'ajoute qu'il est évident, même à notre époque, que tout ne sort pas dans la presse, soit parce que l'information n'est pas donnée/connue, soit parce qu'elle a été censurée, que ce soit sur ordre ou parce que cela ne correspond pas au récit tel qu'il doit être diffusée ( la presse occidentale s'est en faite une spécialité )

Donc pour moi, il y a bien une raison impliquant les USA qui a été perçue comme suffisante pour les russes pour déclencher cette guerre. Je doute fortement que Poutine ait été ravi de lancer cette guerre ( ni malade, fou, mourant, etc .... ni aucunes des raisons débiles sorties dans la presse ), mais il a pensé qu'il devait le faire.

Maintenant, je ne l'exonère pas pour la souffrance infligée au peuple ukrainien ( ni aux soldats russes d'ailleurs ).

Enfin, dans le concours de qui est le plus méchant que l'autre, quand on cherche, on trouve toujours que l'autre camps a été plus pourri que le sien a un moment ou à un autre. Donc tout cela ne sont que des comparaisons débiles indignes de ce forum.

 

Ps: j'aimerais ( et je ne pense pas être le seul ) que certaines personnes arrêtent d''insulter ceux qui émettent une opinion qui ne correspond pas à la leur. Pour être sur ce forum depuis 18 ans, j'aime y trouver des opinions dans le deux sens et un respect des désaccords sans insulte. Si cela doit devenir mono-pensée, je ne vois pas la plus value de ce forum par rapport d'autres généralistes bas de gamme en pensée et analyse style JV.COM.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, jean-françois a dit :

Pourquoi la Russie a voulu négocier avec les USA avant le déclenchement des hostilités plutôt qu'avec l'Ukraine ?

La Russie a refusé de négocier avec les USA. Elle l'a beaucoup demandé publiquement, puis a refusé quand ça lui a été proposé. Ca n'était pas le bon moment pour son invasion, peut-être (la boue venait...) mais tout de même !

il y a 38 minutes, jean-françois a dit :

la Russie a estimé, pour des raisons qui nous sont inconnues, que les USA allaient faire quelque chose perçu comme menaçant "mortellement" la Russie en Ukraine.

Qu'est-ce que cela pouvait être ? Je pense que c'était l'installation de bases de missiles US. Maintenant, oui, cela n'est que mon estimation car aucune information sur ce sujet n'est sortie dans la presse.

Ca sort d'où ? Et quel sens cela a-t-il ? Pourquoi les USA auraient-ils voulu installer des missiles en Ukraine, et quels missiles ? Pour faire de la première frappe de décapitation en violation du TNP et dans le dos de tous leurs alliés européens ?

Vois-tu pourquoi ça ressemble très fort à du complotisme ? Recherche d'explications tarabiscotées à des questions qui ne se posent pas ou pour lesquelles on a déjà la réponse : la Russie a affirmé, à plusieurs reprises, vouloir mettre la main sur l'Ukraine et également la réduire à la taille du Luxembourg (la carte de Medvedev ce soir).

P.S. : il y avait une ligne écrite en blanc dans mon message tout à l'heure, la dernière. Tu suis le manuel.

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, Boule75 a dit :

La Russie a refusé de négocier avec les USA. Elle l'a beaucoup demandé publiquement, puis a refusé quand ça lui a été proposé. Ca n'était pas le bon moment pour son invasion, peut-être (la boue venait...) mais tout de même !

Ca sort d'où ? Et quel sens cela a-t-il ? Pourquoi les USA auraient-ils voulu installer des missiles en Ukraine, et quels missiles ? Pour faire de la première frappe de décapitation en violation du TNP et dans le dos de tous leurs alliés européens ?

Vois-tu pourquoi ça ressemble très fort à du complotisme ? Recherche d'explications tarabiscotées à des questions qui ne se posent pas ou pour lesquelles on a déjà la réponse : la Russie a affirmé, à plusieurs reprises, vouloir mettre la main sur l'Ukraine et également la réduire à la taille du Luxembourg (la carte de Medvedev ce soir).

P.S. : il y avait une ligne écrite en blanc dans mon message tout à l'heure, la dernière. Tu suis le manuel.

Ca sort que ca courre les journaux depuis des années et que ca c'est accéléré fin 2021 quand les USA ont remis sur le tapis l'intégration de l'Ukraine à l'OTAN donc la possibilité de mettre une partie du réseau NMD en Ukraine à terme, réseau qui pose un problème aux russes depuis sa mise en place (à l'encontre des traités ABM signés depuis des decennies)

https://www.wilsoncenter.org/publication/352-missile-defenses-eastern-europe-who-threatens-whom

Il y'a eu d'autres propositions (notamment de deploiement de Iron Dome et de Patriots) en Ukraine avant même le début du conflit (tu trouveras des articles de 2020 et 2021 sur le net)

Link to comment
Share on other sites

Je ne vais pas te répondre, Boule75, pas de temps à perdre ni l'envie vu que tu es dans tes certitudes absolues d'avoir toutes les informations et vérités ( même les secrêtes ou au moins non diffusées dans la presse ).

Si pour toi les USA sont des acteurs fiables des relations internationales, grand bien t'en fasse, mais tous ceux qu'ils ont abandonné au bord du chemin quand leurs intérêts ne correspondaient plus ne pensent pas la même chose, loin de là.

Même chose pour la presse occidentale. Si tu la considères fiable et objective, content pour toi.

 

  • Thanks 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques
  • Akhilleus locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...