Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

Il y a 1 heure, nemo a dit :

Dire partout est un peu abusé il y a toujours eu une propagande anti-russe en France comme il y a toujours eu une pro-russe. La pro-russe est tout de même quasi inaudible maintenant.

Sauf dans les milieux conspis où la Sainte Parole du Kremlin continue d'être relayée sans aucune prise de recul.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, nemo a dit :

Dire partout est un peu abusé il y a toujours eu une propagande anti-russe en France comme il y a toujours eu une pro-russe. La pro-russe est tout de même quasi inaudible maintenant.

T'es quand même gonflé. Je te rappelle qu'on a le deuxième parti de France, un thuriféraire de l'extrême-droite et la LFI qui ne sont pas du tout anti-russes primaires.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Ciders a dit :

T'es quand même gonflé. Je te rappelle qu'on a le deuxième parti de France, un thuriféraire de l'extrême-droite et la LFI qui ne sont pas du tout anti-russes primaires.

Tu entends des discours pro-russe en ce moment dans les partis cités?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, olivier lsb a dit :

Mais bordel.... @Patrick

Je ne comprends pas.... Ils nous mènent une guerre sans merci sur l'énergie, prennent le contrepied de toute nos orientations stratégiques nationales, nous savonnent la planche au niveau de l'UE, se font mettre à poil par le sens de l'Histoire.... Et nous voilà en train d'envoyer bouée sur bouée de sauvetage. C'est incompréhensible, j'espère que c'est pas en échange de leur retour dans le SCAF qu'on se montre à ce point conciliant. 

Mes théories sur le sujet restent très théoriques mais il y a moyen de se faire peur à force de psychoter, oui.
Très prosaïquement: l'Allemagne est le premier partenaire économique de la France, mais l'inverse n'est pas du tout vrai.

Il y a 13 heures, Ciders a dit :

Hier, des gugusses sont allés déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de Pétain. Et je crois même qu'une partie des politiques français valide le côté "avant 1940, Pétain était un mec bien".

Vite poutine! dénazifie-nous!

Il y a 9 heures, almanae a dit :

Depuis le début de la guerre avec l’Ukraine, me trompe-je ou le Kazakhstan est entrain de prendre sérieusement ses distances avec Moscou? En mars il avait envoyé de l'aide humanitaire en Ukraine.

Tu ne te trompes pas. Sur l'énergie c'est la rupture par exemple, avec les exportations kazakh stoppées par la Russie.
Les troubles qui ont eu lieu il y a quelques mois ont été attribués à Moscou. Ils se disent qu'après l'Ukraine ils seront les prochains, et ça les rend nerveux, ce qui est bien normal. Mais qui les aidera à ce moment?

Il y a 8 heures, almanae a dit :

Je me demande si le pire ennemi de la Russie, ce n'est pas la Turquie au final.

Yep. Voir la fille de Shoigu faisant le signe des "loups gris" sur un réseau social il y a quelques temps...

Et une carte du "monde turc" englobant une énorme partie de la Russie dernièrement aussi.

main_image_13.jpg

Rien n'est anodin.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, nemo a dit :

Tu entends des discours pro-russe en ce moment dans les partis cités?

Tu les entends taper sur la Russie ? Pas moi. Demande à @g4lly il aura sûrement en mémoire quelques prises de position de Mélenchon sur la Russie. Quant à MLP, on ne peut pas dire qu'elle brille par un soutien particulièrement fort à l'Ukraine.

Il faudrait cesser de croire que les pauvres petits Russes sont systématiquement matraqués par la méchante propagande de Radio Liberté. Et mon esprit tordu te susurrerait bien volontiers que si les médias critiquent la Russie en ce moment... ne serait-ce pas peut-être éventuellement pour des actions post-22/02 ? Qui se souciait des actes russes avant ? Personne, en tout cas pas dans les médias et chez les politiques.

Encore une brillante réussite russe. Tout le brio soviétique puis russe de la stratégie d'influence est à terre en Occident pour dix ans.

Edited by Ciders
  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Ciders a dit :

Qui se souciait des actes russes avant ? Personne, en tout cas pas dans les médias et chez les politiques.

Encore une brillante réussite russe. Tout le brio soviétique puis russe de la stratégie d'influence est à terre en Occident pour dix ans.

Bien sûr que si: le positionnement vis à vis de la Russie était l’objet de nombreuses discussions de politiques à commencer par notre président, et il y avait régulièrement des reportages (très à charge en général) s’intéressant à la Russie voire des soirées thématiques notamment sur Arte ou LCP
Quant à l’échec de l’influence russe je pense que tu t’avances quelque peu, même si l’expression franche d’un soutien à la Russie est effectivement devenue inacceptable pour les principales forces politiques.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Ciders a dit :

Tu les entends taper sur la Russie ? Pas moi. Demande à @g4lly il aura sûrement en mémoire quelques prises de position de Mélenchon sur la Russie. Quant à MLP, on ne peut pas dire qu'elle brille par un soutien particulièrement fort à l'Ukraine.

Il faudrait cesser de croire que les pauvres petits Russes sont systématiquement matraqués par la méchante propagande de Radio Liberté. Et mon esprit tordu te susurrerait bien volontiers que si les médias critiquent la Russie en ce moment... ne serait-ce pas peut-être éventuellement pour des actions post-22/02 ? Qui se souciait des actes russes avant ? Personne, en tout cas pas dans les médias et chez les politiques.

Encore une brillante réussite russe. Tout le brio soviétique puis russe de la stratégie d'influence est à terre en Occident pour dix ans.

TU modifie ta proposition de départ qui était qu'on avait du pro russe partout. Critiquer la Russie est parfaitement légitime surtout en ce moment mais dire que les médias et les forces politiques étaient majoritairement anti-russe avant cette guerre et encore plus massivement depuis se sont simplement les faits. La propagande n'est pas moins propagande parce qu'elle va dans ton sens.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Ciders a dit :

si les médias critiquent la Russie en ce moment... ne serait-ce pas peut-être éventuellement pour des actions post-22/02 ? Qui se souciait des actes russes avant ?

Lorsque l'on est imprégné de propagande belliciste, comme cela semble être ton cas, c'est la paix - qui précède la guerre - qui semble être amorale. Quand on est imprégné de propagande pacifiste, c'est la guerre qui semble être amorale. J'avoue que je me reconnais plutôt dans ce deuxième cas. Je dois être psychorigide, ayant du mal à changer mes valeurs comme on change de chemise.

C'est cette inversion des valeurs dont parle Pierre Conesa : 

Le 08/06/2022 à 13:25, Wallaby a dit :

10 mars 2022.

Pierre Conesa résume en quelques phrases le fanatisme de l'époque dans laquelle nous sommes entrés :

02:29 La guerre, c'est une inversion des valeurs habituelles de la société. Il faut tuer, on a obligation de tuer. Si l'on refuse de tuer, on est tué par ses compatriotes.

Durant la guerre de 14, il y avait les "soldat fusillés pour l'exemple". Aujourd'hui, il y a Steinmeier, Merkel, et dans une certaine mesure, Macron.

Ce sont des gens de l'ancien monde, des gens qui fonctionnaient avec les valeurs d'autrefois, c'est à dire avec l'objectif d'obtenir et de consolider la paix.

Aujourd'hui ce sont des coupables, coupables de souper avec le diable avec une cuillère qui n'est jamais assez longue. Coupables d'entraver la ferveur fanatique de la croisade contre le mal.

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, olivier lsb a dit :

C'est un grand classique de l'agenda soviétique (puis Russe) que la promotion des discours pacifistes dans les pays occidentaux, pour contribuer à affaiblir la résolution politique des gouvernements occidentaux et accroitre la division. 

Pendant ce temps là à Moscou, sur les chaînes nationales Russes, on parle aux heures de grande écoute d'annexion de l'Ukraine, de camps d'internement, de nucléarisation du monde entier et autres délires mégalomaniaques, destinés à tout un pays entier. 

Je ne suis pas sûr que l'alignement sur Washington soit tout à fait synonyme de "résolution politique". L'alignement n'est-il pas au contraire une soumission et une démission ?

Pendant ce temps là à Paris (mars 2022) la plupart des médias et des journaux relaient un discours belliciste, et insistent sur l'importance d'exporter le maximum d'armes les plus sophistiquées possibles à l'Ukraine, font pression sur Macron pour qu'il envoie ces armes à l'Ukraine. Le discours de Pierre Conesa est ultra-minoritaire. Et il s'applique également à la Russie où les pacifistes sont arrêtés, où le discours pacifiste est devenu illégal.

En épinglant le discours pacifiste comme étant sous l'influence de "l'agenda soviétique (puis Russe)", tu participes également à un glissement qui tend à rendre ce discours illégal.

Comme on dit souvent, dans la guerre, la vérité est la première victime. C'est souvent parce que la liberté d'expression en amont a été fortement restreinte et ne permet plus de faire passer cette vérité.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Wallaby a dit :

Je ne suis pas sûr que l'alignement sur Washington soit tout à fait synonyme de "résolution politique". L'alignement n'est-il pas au contraire une soumission et une démission ?

Pendant ce temps là à Paris (mars 2022) la plupart des médias et des journaux relaient un discours belliciste, et insistent sur l'importance d'exporter le maximum d'armes les plus sophistiquées possibles à l'Ukraine, font pression sur Macron pour qu'il envoie ces armes à l'Ukraine. Le discours de Pierre Conesa est ultra-minoritaire. Et il s'applique également à la Russie où les pacifistes sont arrêtés, où le discours pacifiste est devenu illégal.

En épinglant le discours pacifiste comme étant sous l'influence de "l'agenda soviétique (puis Russe)", tu participes également à un glissement qui tend à rendre ce discours illégal.

Comme on dit souvent, dans la guerre, la vérité est la première victime. C'est souvent parce que la liberté d'expression en amont a été fortement restreinte et ne permet plus de faire passer cette vérité.

Qui te parle d'alignement sur Washington ? Pas moi en tout cas. 

En dehors des tribunes et éditoriaux, qui sont toujours clairement indiqués comme tels et sont des articles d'opinion assumés, je n'ai pas lu un article en France qui incite à la livraison d'armes. Un article qui rapporte factuellement que des livraisons d'armes ont eu lieu, et qu'elles servent à l'Ukraine à se défendre, n'est pas un article qui pousse l'opinion à croire qu'il faut poursuivre en ce sens. 

Le discours en Français de Pierre Conesa, sur une chaîne Youtube (bloqué en Russie au passage) Française relativement confidentielle, ne s'adresse pas aux pacifistes Russophones. Il n'y a pas de vérité absolue à défendre dans ce conflit, et qui serait victime d'une supposée posture belliciste des pays occidentaux. Il n'y a que des positions et rapports de force politiques, autour d'un ensemble d'événements sur le terrain que l'on peut rendre factuels. Parler de vérité, c'est un contresens.

Dans ce contexte (alerte contenu sensible: ce qui va suivre est une opinion), je n'estime pas personnellement que fournir des armes à l'Ukraine pour sa défense, dans le cadre d'une agression caractérisée et non provoquée, soit faire preuve de bellicisme. On ne peut pas en dire autant du comportement de la Russie en revanche. Je suis pacifique, je suis pour la livraison massive d'armes à l'Ukraine pour qu'elle mette fin rapidement à l'incertitude militaire au conflit en cours, et qu'on en revienne ensuite rapidement à une approche diplomatique. 

Ca me rappelle un autre faux débat qu'on avait vu surgir (et presque aussi rapidement disparaitre) au début du conflit, entre les armes défensives et offensives....

 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, olivier lsb a dit :

C'est un grand classique de l'agenda soviétique (puis Russe) que la promotion des discours pacifistes dans les pays occidentaux, pour contribuer à affaiblir la résolution politique des gouvernements occidentaux et accroitre la division de la société. 

Soit les "mesures actives" dont parlait Yuri Bezmenov. Grand classique.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, judi a dit :

Mais concrètement et ta réponse m'intéresse, tu aurais aimé qu'ils fassent quoi de plus ?

Je ne vois qu'une possibilité : offrir l'Ukraine sur un plateau d'argent à la Russie.

Revenir au statu quo pré-sommet de Bucarest de 2008. L'Ukraine renonce à appartenir à l'OTAN, s'inscrit dans une neutralité sur le modèle autrichien, mais récupère le Donbas et la Crimée tout en continuant de louer Sébastopol à la flotte russe.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Wallaby a dit :

Revenir au statu quo pré-sommet de Bucarest de 2008. L'Ukraine renonce à appartenir à l'OTAN, s'inscrit dans une neutralité sur le modèle autrichien, mais récupère le Donbas et la Crimée tout en continuant de louer Sébastopol à la flotte russe.

Et pourquoi imaginer que Vladimir Poutine aurait accepté ces termes alors qu'il pensait pouvoir s'emparer de tout le pays ?

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 51 minutes, Wallaby a dit :

Revenir au statu quo pré-sommet de Bucarest de 2008. L'Ukraine renonce à appartenir à l'OTAN, s'inscrit dans une neutralité sur le modèle autrichien, mais récupère le Donbas et la Crimée tout en continuant de louer Sébastopol à la flotte russe.

Cette solution me parait difficile à promouvoir dès que le projet de pont sur le détroit de Kersh est devenu un projet unilatéral Russe.

Au premier coup de pelle des fondations du pont, en février 2016, cela signait l'irréversibilité de la cession de la Crimée à la Russie.

Cela annonçait aussi que la Mer d'Azov avait alors une porte Russe et qu'il allait donc devenir difficile d'en partager les berges...

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, FATac a dit :

Cette solution me parait difficile à promouvoir dès que le projet de pont sur le détroit de Kersh est devenu un projet unilatéral Russe.

Au premier coup de pelle des fondations du pont, en février 2016, cela signait l'irréversibilité de la cession de la Crimée à la Russie.

Cela annonçait aussi que la Mer d'Azov avait alors une porte Russe et qu'il allait donc devenir difficile d'en partager les berges...

Je te propose une conjecture mathématique associée à cette équation, et fondée sur la méthode de la transposition des termes:

Et si jamais un jour y'a pu d'pont?
Heh.

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Patrick a dit :

Et si jamais un jour y'a pu d'pont?

Alors le réchauffement climatique global va s'emballer brièvement, avant d'être jugulé par un hiver nucléaire, non ? :blush:

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

Revenir au statu quo pré-sommet de Bucarest de 2008. L'Ukraine renonce à appartenir à l'OTAN, s'inscrit dans une neutralité sur le modèle autrichien, mais récupère le Donbas et la Crimée tout en continuant de louer Sébastopol à la flotte russe.

Moi aussi je suis pour (OK s'en fout) 

Sans prendre trop de risque, on peut dire que c'est exactement ce que veulent aujourd'hui les Ukrainiens. 

1. Zelensky a publiquement renoncé à l'OTAN, qui a déjà vu Allemagne et France mettre un veto à la Géorgie en son temps. 

2. Les russes ont publiquement exprimé (pour ce que ça vaut) que l'intégration de l'Ukraine dans L'UE n'était pas un problème. 

3. L'Ukraine veut récupérer tous ses territoires dans les frontières de 91, donc exactement ce que tu proposes. 

Devine qui bloque, qui refuse le dialogue (cf Lavrov y'a pas si longtemps) et qui tire littéralement sur sa propre signature ? 

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Pour la Crimée je persiste à penser, même s'il ne faut jamais dire jamais qu'elle restera russe pour trèèès longtemps. D'ailleurs avant l'échec de Minsk 2 dont les responspasibilités sont partagées rappelons-le, j'imaginais d'ici une bonne dizaine d'années un gros chèque fait par la Russie à l'Ukraine en dédommagement.

Et dans le cadre des combats en cours, attaquer la Crimée ce serait de facto (et même de jure pour les russes) attaquer la Russie avec les conséquences qu'on peut imaginer, je ne pense pas que les américains donneraient le feu vert.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques
  • Akhilleus locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,798
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FredX
    Newest Member
    FredX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...