Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

il y a 31 minutes, Alexis a dit :

Est-ce la douche froide :huh: ?

Certains ici me ri au nez quand je dis que des coupures d'électricité sont à anticiper cette hivers et que les administrations ont :

- à désigner ceux qui seront préservé

- prévenir les autres

EDF et ses sous traitants travaillent comme des fous pour remettre d'équerre le parc nucléaire et les derniers chiffres sont encourageant mais il ne faut pas oublier que nous sommes interconnecté avec toute l'Europe.

 

Autre sujet lié : le Portugal, l'Espagne et l'Allemagne revienne sur le projet de gazoduc vers l'Allemagne. Je me demande comment on peut sortir de ce sujet une variable de négociation pour d'autres sujets sachant que nous sommes en train de nous faire ringardiser par l"Allemagne. 

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Plafonnement de l'électricité : pas pour les payeurs. C'est juste une TVA qui ne dit pas son nom et qui se déclenche au delà de 180 euros/mwh applicable à ceux qui achète leur électricité sur le marché de gros.

Crise énergétique: les propositions de l'UE pour réduire les factures

14/09/2022 | 12:19

Bruxelles (awp/afp) - La Commission européenne a détaillé mercredi ses propositions pour enrayer la flambée des prix du gaz et de l'électricité, notamment en restreignant les "superprofits" des groupes énergétiques et en réduisant la consommation de l'UE aux heures de pointe.

Les ministres européens de l'Energie de l'UE se prononceront sur ces propositions lors d'une réunion extraordinaire le 30 septembre à Bruxelles.

Plafonner les revenus

Sur le marché européen de l'électricité, le prix de revient de la dernière source d'électricité mobilisée pour répondre à la demande -souvent une centrale au gaz- détermine le prix s'imposant à tous les opérateurs: le prix de gros de l'électricité a donc flambé de concert avec l'envolée des cours du gaz, à la suite de la guerre en Ukraine.

La Commission propose de plafonner les revenus des producteurs d'électricité à partir du nucléaire et des renouvelables (éolien, solaire, hydroélectrique), qui engrangent des bénéfices "exceptionnels" en vendant leur production à un prix très au-delà de leurs coûts de production.

Selon un projet de texte consulté par l'AFP, la Commission propose de fixer ce plafond à 180 euros/mégawhattheure. La différence entre ce niveau de revenus et le prix de gros du marché serait récupérée par les Etats pour être redistribuée aux ménages et entreprises. Charbon et méthane sont exclus du mécanisme.

Ce plafonnement permettrait de lever "plus de 140 milliards d'euros", a assuré mercredi la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Au-delà de la crise énergétique actuelle, elle promet une réforme structurelle "en profondeur" du marché de l'électricité.

La manne pourrait varier beaucoup selon les pays, aux mix énergétiques extrêmement variés. En France, les bénéfices du nucléaire, via les dividendes d'EDF, et des énergies renouvelables, via les contrats de vente à prix fixe conclus par les opérateurs, reviennent déjà largement à l'Etat.

"Contribution" des groupes pétroliers et gaziers

Bruxelles veut réclamer "une contribution temporaire de solidarité" aux producteurs et distributeurs de gaz, charbon et pétrole, qui réalisent des bénéfices massifs grâce à la flambée des cours. "Ces grandes entreprises doivent donc payer une juste part, verser une contribution de crise", a expliqué Mme von der Leyen.

Selon le projet consulté par l'AFP, celle-ci serait fixée à 33% des superprofits (bénéfices supérieurs de plus de 20% à la moyenne des années 2019-2021). En revanche, Bruxelles prend soin de ne pas parler de "taxe", car toute disposition fiscale requiert l'unanimité des Vingt-Sept, une procédure plus compliquée et risquée qu'une adoption à la majorité qualifiée.

Réduire la demande aux heures de pics

Selon son projet, la Commission veut fixer aux Etats un objectif contraignant pour réduire leur consommation d'électricité "d'au moins 5%" pendant un nombre déterminé d'heures de pointe pendant lesquelles l'électricité est la plus chère. Selon Bruxelles, cela permettrait de réduire de 3,8% la consommation de gaz pour produire de l'électricité.

L'exécutif européen appelle aussi les Vingt-Sept à réduire leur consommation mensuelle de 10%, un objectif indicatif.

Chaque pays choisirait la façon d'y arriver, par exemple via "des systèmes d'enchères" adjugeant aux industriels des compensations financières en échange d'une réduction de consommation.

Soutenir les fournisseurs en manque de liquidités

Bruxelles veut soutenir les fournisseurs d'énergie connaissant de graves manques de liquidités face à la volatilité des prix, en assouplissant le cadre réglementaire et en instituant des mécanismes anti-spéculation pour limiter les fluctuations des marchés.

"Nous modifierons l'encadrement temporaire des mesures d'aide d'État en octobre, afin de permettre la fourniture de garanties publiques", a annoncé Mme von der Leyen mercredi.

Plafonner le prix du gaz?

Dans ses premières pistes, la Commission envisageait initialement de plafonner le prix payé à la Russie pour ses livraisons de gaz à l'UE, afin de réduire encore les revenus du Kremlin -une idée à laquelle s'opposent farouchement des Etats de l'Est, encore très dépendants des hydrocarbures russes.

En revanche, les ministres des Vingt-Sept ont demandé vendredi à Bruxelles d'étudier les possibilités de plafonner le prix de toutes les importations de gaz de l'UE, quelle qu'en soit la provenance -y compris le gaz naturel liquéfié (GNL), que l'Europe paye à un prix beaucoup plus élevé qu'en Asie.

Mais l'UE doit rester un marché suffisamment attractif pour les fournisseurs de GNL, qui peuvent facilement trouver d'autres clients ailleurs, a averti la Commission, prudente sur ce sujet qui divise fortement les Etats membres.

afp/ck

 

© AWP 2022

Link to comment
Share on other sites

  

il y a 11 minutes, herciv a dit :

Baisser le chauffage d'un degré chez les particuliers et dans le tertiaire, décaler les heures de mise en chauffe, réduire l'éclairage à la maison et au travail et modérer l'utilisation des appareils de cuisson permettrait de réduire la consommation d'électricité de 9GW le matin et le soir.

Hmmm... Faudrait que je retrouve, mais j'avais vu une étude sur le confort thermique au travail qui montrait que dans le tertiaire (de bureaux, pas de commerce), la température moyenne de consigne des chauffages était de 24° et qu'à 22° ou moins, on voyait fleurir les radiateurs d'appoint dans les bureaux. La faute au côté "statique" du travail de bureau qui ne permet pas une activité musculaire modérée qui entretient la chaleur, ni de se pelotonner sous une couverture comme sur le canapé le soir à la maison.

Cette étude s'inquiétait de l'impact du télétravail sur les consignes de chauffage chez les particuliers, et du risque de dérapage en journée face au 19° préconisé depuis les précédents chocs pétroliers.

Si l'idée est séduisante au premier abord, je reste perplexe sur son applicabilité. Pourquoi viser des dépenses d'énergie "utiles" alors qu'il y a des gisements de gaspillage à mobiliser en premier lieu (extinction des bureaux inutilisés ou détection de présence, extinction des enseignes lumineuses des magasins fermés, de leurs vitrines, des surfaces de vente, des publicités lumineuses après 22h, ...

J'arrête là ce HS (j'ai voulu voir si ça avait plus sa place en "économie", mais je n'ai pas vu de sujet parfaitement adapté à cette remarque)

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, FATac a dit :

Si l'idée est séduisante au premier abord, je reste perplexe sur son applicabilité. Pourquoi viser des dépenses d'énergie "utiles" alors qu'il y a des gisements de gaspillage à mobiliser en premier lieu (extinction des bureaux inutilisés ou détection de présence, extinction des enseignes lumineuses des magasins fermés, de leurs vitrines, des surfaces de vente, des publicités lumineuses après 22h, ...

Le problème doit être analyser par rapport à la source primaire d'électricité. 

Ta question vaut pour Allemagne parce qu'ils vont devoir économiser leur stock et dans tous les pays qui n'ont pas de nucléaire. 

Elle se pose moins pour nous en dehors des consommations de pointe (7H/9H et 18h/20h). Ton gisement ne sert pas à grand chose en France, beaucoup plus en Allemagne.

Remarque corollaire :

Si effectivement le parc Français peut être prêt pour cet hiver les sous vont arriver en masse payés par nos voisins et avec le mécanisme de plafonnement mis en place par la commissions, ces sous iront directement à Bercy.

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Boule75 a dit :

La douche 15% plus courte suffira.

Moi, j'ai opté pour des mesures radicales : pas de repassage entre 18:00 et 20:00. Pas de repassage du tout, d'ailleurs... :tongue:

Je crois que tu as raison... surtout par rapport à l'option alternative "Pas de douche du tout, d'ailleurs" :happy:

Cela dit, ma remarque initiale était une plaisanterie. Je ne crois pas qu'on en soit rendus là.

Je ne commencerai à m'inquiéter que lorsque paraîtront les premières publicités gouvernementales "Les bienfaits de la douche froide en hiver" :tongue:

 

il y a 20 minutes, FATac a dit :

  Hmmm... Faudrait que je retrouve, mais j'avais vu une étude sur le confort thermique au travail qui montrait que dans le tertiaire (de bureaux, pas de commerce), la température moyenne de consigne des chauffages était de 24° et qu'à 22° ou moins, on voyait fleurir les radiateurs d'appoint dans les bureaux. La faute au côté "statique" du travail de bureau qui ne permet pas une activité musculaire modérée qui entretient la chaleur, ni de se pelotonner sous une couverture comme sur le canapé le soir à la maison.

Voici un aperçu des futurs open spaces :happy:

Révélation

depositphotos_389821232-stock-photo-sick

 

l-homme-est-de-travailler-de-nuit-allong

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Alexis a dit :

Je ne commencerai à m'inquiéter que lorsque paraîtront les premières publicités gouvernementales "Les bienfaits de la douche froide en hiver"

Ah, alors moi je regarderais surtout les pubs où il y aura marqué douche froide contre rémunération.

Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, Alexis a dit :

Je crois que tu as raison... surtout par rapport à l'option alternative "Pas de douche du tout, d'ailleurs" :happy:

Cela dit, ma remarque initiale était une plaisanterie. Je ne crois pas qu'on en soit rendus là.

Je ne commencerai à m'inquiéter que lorsque paraîtront les premières publicités gouvernementales "Les bienfaits de la douche froide en hiver" :tongue:

 

Voici un aperçu des futurs open spaces :happy:

  Révéler le contenu masqué

depositphotos_389821232-stock-photo-sick

 

l-homme-est-de-travailler-de-nuit-allong

 

L'hiver va être rude :

spacer.png

https://www.clicbienetre.com/minceur/recettes/cafe-rhum-cannelle

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Deres a dit :

Le gouvernement français va juste s'auto-féliciter pendant 6 mois à 1 an que la France soit moins touché que nos voisins (grâce à leurs actions magistrales bien entendu) en faisant semblant de ne pas très bien savoir que à cause de notre système économique plus rigide, nous entrons toujours en récession en retard mais en sortons aussi beaucoup plus difficilement. C'est comme cela à chaque crise.

C'est surtout que :

1- La France est plus solide énergétiquement.

2-Les performances de son économie sont moins corrélé à celle de l'économie mondiale. C'est le revers des succès à l'export de l'économie allemande : elles suivent les pulsations de l'économie mondiale, et aujourd'hui et pour quelques temps encore, cette dernière est sur une pente descendante.

 

Sinon, je conseil les douches froides au petit matin ! Allez y molo au début quand même.

 

 

Edited by Shorr kan
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, FATac a dit :

  

Hmmm... Faudrait que je retrouve, mais j'avais vu une étude sur le confort thermique au travail qui montrait que dans le tertiaire (de bureaux, pas de commerce), la température moyenne de consigne des chauffages était de 24° et qu'à 22° ou moins, on voyait fleurir les radiateurs d'appoint dans les bureaux. La faute au côté "statique" du travail de bureau qui ne permet pas une activité musculaire modérée qui entretient la chaleur, ni de se pelotonner sous une couverture comme sur le canapé le soir à la maison.

Cette étude s'inquiétait de l'impact du télétravail sur les consignes de chauffage chez les particuliers, et du risque de dérapage en journée face au 19° préconisé depuis les précédents chocs pétroliers.

Si l'idée est séduisante au premier abord, je reste perplexe sur son applicabilité. Pourquoi viser des dépenses d'énergie "utiles" alors qu'il y a des gisements de gaspillage à mobiliser en premier lieu (extinction des bureaux inutilisés ou détection de présence, extinction des enseignes lumineuses des magasins fermés, de leurs vitrines, des surfaces de vente, des publicités lumineuses après 22h, ...

J'arrête là ce HS (j'ai voulu voir si ça avait plus sa place en "économie", mais je n'ai pas vu de sujet parfaitement adapté à cette remarque)

Alors là je te confirme que dans les bureaux en étant purement assis, à moins de 22/23°C beaucoup de personnes se caillent (souvent les femmes d'ailleurs).

C'est lié au manque de mouvement, et c'est vrai en soit c'est un indicateur du fait que pour la santé on reste trop longtemps trop statique.

Moi perso pour "combattre ça" je me déplace pas mal dans les bureaux pour voir les gens en face au lieu d'appeler ou de faire des messages / mail. Mais ce n'est pas toujours bien vu ou optimum dans le cadre "covid / épidémique".

Donc en fait la solution c'est 19° dans les bureaux, et 10 pompes et 10 flexions toutes les heures bandes de molusques !!!

Allez hop hop hop on arrete de lambiner dans les bureaux là :)

  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Skw a dit :

vêtir d'un petit gilet

Cadeau tout trouvé pour Noël

 - Gilet en laine mérinos 400 Woolpower (si je porte la même chose, non seulement je coupe le chauffage, mais j'ouvre aussi la fenêtre)

Les européens vont devoir réapprendre à se vêtir pour l'hiver. ....fin de hs.  

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, Skw a dit :

A croire que les sous-pulls et autres vêtements plus épais sont pour les gueux.

EH oui les sous-pulls. Moi je viens d'en faire l'achat à décath autant pour l'extérieur que comme pyjama.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Autre info :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Électricité_en_Allemagne

En Allemagne 2022 sur Wikipédia était décris de cette manière :

Ce programme de sortie du charbon, combiné avec celui de sortie du nucléaire, va faire perdre au système électrique allemand 22 GW pilotables d'ici 2022 (12,5 GW charbon plus 9,5 GW nucléaires). Il va donc falloir construire près de 22 GW de centrales à gaz, étant donné l'absence quasi totale de garantie de puissance à la pointe des énergies intermittentes ;

Les Allemands n'ont donc plus de plan B autre que les importations ..., les espagnols sont aussi sur une très forte production à l'aide de gaz, les Italiens dépendent à 50% du gaz pour leur électricité et n'ont plus de centrales nucléaires ...

Vu les prix stratosphériques du gaz, l'achat d'électricité en France est incontournable.

La situation de la Hollande est particulière. Elle possède des réserves de gaz importantes mais ne peut plus vraiment les exploiter à cause de tremblement de terre que l'exploitation provoque.

https://www.connaissancedesenergies.org/nouveaux-tremblements-pour-la-production-gaziere-des-pays-bas-220218

Là aussi il n'y a pas beaucoup d'alternative à l'électricité importée.

Pendant ce temps là en France :

L'EPR de Flamanville devrait démarrer au premier semestre 2023 (et n'est pas compter dans les 56 et les 330 TWH produits)

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, herciv a dit :

L'EPR de Flamanville devrait démarrer au premier semestre 2023 (et n'est pas compter dans les 56 et les 330 TWH produits)

Espérons qu'il ne fasse pas de faux départ comme celui d'Olkiluoto ou celui de Hinkley Point.

Link to comment
Share on other sites

il y a 34 minutes, Kelkin a dit :

Espérons qu'il ne fasse pas de faux départ comme celui d'Olkiluoto ou celui de Hinkley Point.

Il profite quand même de ces expériences. Et je pense que vu les enjeux EDF ne laissera pas passer de malfaçons.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Kelkin a dit :

Espérons qu'il ne fasse pas de faux départ comme celui d'Olkiluoto ou celui de Hinkley Point.

Celui de Olkiluoto fonctionne très bien, il y a eu un petit problème de turbine rapidement réglé fin août mais depuis il monte en puissance:

https://www.tvo.fi/en/index/news/pressreleasesstockexchangereleases/2022/olkiluoto3isnowthelargestinfinland.html

Edited by J-B
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

La Chine tiraillée entre le soutien " stratégique "à la Russie histoire de contrer les USA et le rapprochement "tactique" avec les républiques d'Asie centrale , en particulier le Kazakhstan, qui ne voient pas du tout d'un bon d'oeil l'invasion de l'Ukraine.  Cette opposition avait déjà eu lieu lors des réunions de 2008. Rien n'est simple.

"Par exemple, lors du sommet de l'OCS de 2008 à Douchanbé, au Tadjikistan, le président de l'époque, Dmitri Medvedev, a tenté sans succès de faire approuver par le groupe les actions de la Russie en Géorgie, où elle a envahi puis détaché l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Les autres membres de l'OCS ont refusé, la Chine ralliant une grande partie de l'opposition, notamment parce que le précédent que constitue le détachement de parties d'États souverains pourrait, du point de vue de Pékin, affaiblir sa revendication de "souveraineté" sur Taïwan. Aujourd'hui, la Chine s'est considérablement rapprochée de Moscou sur le plan stratégique, mais les membres d'Asie centrale de l'OCS ont également plus de pouvoir et d'influence qu'en 2008."

Conclusion  D'une part, la Chine apportera un soutien diplomatique à la Russie et s'engagera largement en faveur d'une entente Pékin-Moscou dont la principale raison d'être et le principal objectif sont de faire contrepoids à Washington et de faire obstacle aux institutions mondiales et aux préférences politiques de l'Occident transatlantique et du Japon. D'autre part, la Chine continuera à se conformer de facto aux sanctions occidentales afin d'éviter de se faire une cible sur le dos, et elle déploiera un langage peu nuancé sur la "paix" et la "stabilité" afin d'apaiser les nations d'Asie centrale et les partenaires du Sud qui sont inquiets de la guerre de Moscou en Ukraine.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://carnegieendowment.org/2022/09/13/wrong-way-to-view-xi-putin-meeting-pub-87908

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Bocket a dit :

La Chine tiraillée entre le soutien " stratégique "à la Russie histoire de contrer les USA et le rapprochement "tactique" avec les républiques d'Asie centrale , en particulier le Kazakhstan, qui ne voient pas du tout d'un bon d'oeil l'invasion de l'Ukraine.  Cette opposition avait déjà eu lieu lors des réunions de 2008. Rien n'est simple.

"Par exemple, lors du sommet de l'OCS de 2008 à Douchanbé, au Tadjikistan, le président de l'époque, Dmitri Medvedev, a tenté sans succès de faire approuver par le groupe les actions de la Russie en Géorgie, où elle a envahi puis détaché l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Les autres membres de l'OCS ont refusé, la Chine ralliant une grande partie de l'opposition, notamment parce que le précédent que constitue le détachement de parties d'États souverains pourrait, du point de vue de Pékin, affaiblir sa revendication de "souveraineté" sur Taïwan. Aujourd'hui, la Chine s'est considérablement rapprochée de Moscou sur le plan stratégique, mais les membres d'Asie centrale de l'OCS ont également plus de pouvoir et d'influence qu'en 2008."

Conclusion  D'une part, la Chine apportera un soutien diplomatique à la Russie et s'engagera largement en faveur d'une entente Pékin-Moscou dont la principale raison d'être et le principal objectif sont de faire contrepoids à Washington et de faire obstacle aux institutions mondiales et aux préférences politiques de l'Occident transatlantique et du Japon. D'autre part, la Chine continuera à se conformer de facto aux sanctions occidentales afin d'éviter de se faire une cible sur le dos, et elle déploiera un langage peu nuancé sur la "paix" et la "stabilité" afin d'apaiser les nations d'Asie centrale et les partenaires du Sud qui sont inquiets de la guerre de Moscou en Ukraine.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://carnegieendowment.org/2022/09/13/wrong-way-to-view-xi-putin-meeting-pub-87908

Cette guerre met vraiment les chinois dans une situation merdique, en plus de démontrer que gagner une guerre face à un peuple déterminé c'est très dur, même avec un avantage matériel à priori significatif (coucou Taiwan). 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, CortoMaltese a dit :

Cette guerre met vraiment les chinois dans une situation merdique, en plus de démontrer que gagner une guerre face à un peuple déterminé c'est très dur, même avec un avantage matériel à priori significatif (coucou Taiwan)

Et pour ça, les chinois doivent en vouloir à mort aux russes...

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Shorr kan a dit :

Et pour ça, les chinois doivent en vouloir à mort aux russes...

Après, ils peuvent aussi voir le bon côté des choses : ça leur fait un retex inespéré qui leur évitera de faire des conneries. Mais je suis d'accord avec toi, j'ai l'impression que les chinois ont très envies de croire que Taiwan ça sera "facile" (toute proportion gardé, disons "faisable") et qu'ils en veulent un peu aux russes d'avoir brisé leur rêve humide. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, CortoMaltese a dit :

Après, ils peuvent aussi voir le bon côté des choses : ça leur fait un retex inespéré qui leur évitera de faire des conneries. Mais je suis d'accord avec toi, j'ai l'impression que les chinois ont très envies de croire que Taiwan ça sera "facile" (toute proportion gardé, disons "faisable") et qu'ils en veulent un peu aux russes d'avoir brisé leur rêve humide. 

Depuis les guerres israélo-arabe, personne ne savait à quoi ressemblerai un conflit entre pairs (relativement). On y est.

Même si les belligérants de cette guerre ont une compétence toute relative et qu'il faut se méfier des conclusions hâtives et de l'excès de généralisation ; il y a maintenant des pistes de réflexion sérieuses.

D'un coté c'est techniquement une aubaine pour les chinois - en apprenant des erreurs des autres, en particulier des russes...- de l'autre ça éloigne la possibilité d'obtenir la réédition de Taiwan juste en leur faisant peur ou par une opération éclair. Et le plus important pour moi : la preuve a été faite que les américains sont prêt à soutenir un allié désireux de se battre.

Edited by Shorr kan
E en trop
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Shorr kan a dit :

Et le plus important pour moi : la preuve a été faite que les américains sont prêt à soutenir un allié désireux de se battre.

Oui et çà permet également de connaitre la forme que prend à minima ce soutien. Néanmoins si les américains sont désireux de fournir des ressources il reste à connaître leur capacité à fournir ces ressources dans le temps.

Personnellement je m'interroge sur la profondeur de stock de HIMARS qui était de 3000 avant la guerre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, herciv a dit :

Oui et çà permet également de connaitre la forme que prend à minima ce soutien. Néanmoins si les américains sont désireux de fournir des ressources il reste à connaître leur capacité à fournir ces ressources dans le temps.

Personnellement je m'interroge sur la profondeur de stock de HIMARS qui était de 3000 avant la guerre.

3000 c'est le nombre d'HIMARS ou de munition (ça me paraît extrêmement faible) ?

Car si c'est le nombre d'HIMARS, ça va, ils en ont fourni une vingtaine à l'Ukraine. C'est plutôt les munitions qu'il faudrait regarder attentivement, car les Ukrainiens en crament littéralement des dizaines par jour

Edited by CortoMaltese
Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,806
    Total Members
    1,550
    Most Online
    De Mersuay
    Newest Member
    De Mersuay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...