Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

@Wallaby

C'est l'autre front de la guerre, la guerre de l'énergie lancée par VP contre l'occident (celui-là cette fois), à laquelle la majeure partie des pays contre par les paquets de sanctions économiques.

La seule différence avec le front ukrainien, c'est que même si ce peut-être très très douloureux pour certaines parties des populations, il n'y a pas, en tous cas jusqu'ici, de morts ou de villes ou villages bombardés ou rasés.

Par contre tout comme sur le terrain, les deux parties souffrent, et ce sera la partie la plus endurante et la plus "résiliente" qui "l'emportera". Et à ce niveau ce seront les peuples qui feront, peut-être, la différence ...

Edited by jojo (lo savoyârd)
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2022/09/19/business/europe-energy-crisis-factories.html

La production industrielle dans la zone euro a chuté de 2,3 % en juillet par rapport à l'année précédente, soit la plus forte baisse depuis plus de deux ans.

Les fabricants de métaux, de papier, d'engrais et d'autres produits qui dépendent du gaz et de l'électricité pour transformer les matières premières en produits allant des portières de voiture aux boîtes en carton ont annoncé qu'ils se serraient la ceinture. La moitié de la production européenne d'aluminium et de zinc a été mise hors service, selon Eurométaux, l'association européenne du commerce des métaux.

Parmi eux, Arcelor Mittal, le plus grand producteur d'acier d'Europe, qui a mis en veilleuse des hauts fourneaux en Allemagne. Alcoa, producteur mondial de produits en aluminium, réduit d'un tiers la production de sa fonderie en Norvège. Aux Pays-Bas, Nyrstar, le plus grand producteur de zinc au monde, interrompt sa production jusqu'à nouvel ordre.

Le porcelainier Eschenbach a survécu à la transition de l'Allemagne du communisme au capitalisme après 1989. Mais lorsque ses contrats d'énergie arriveront à échéance à la fin de cette année, l'entreprise devra faire face à des factures d'énergie annuelles de 5,5 millions d'euros, soit environ six fois ce qu'elle paie actuellement, a déclaré Rolf Frowein, son directeur.

"Cela signifierait que nous devrions plus que doubler nos prix, et personne ne paiera cela pour nos tasses et nos assiettes", a-t-il déclaré. Eschenbach, une entreprise vieille de 130 ans située dans l'État de Thuringe, dans l'est du pays, est en pourparlers avec les responsables politiques locaux pour trouver une solution éventuelle. Elle fait partie des dizaines de petites et moyennes entreprises allemandes qui craignent de devoir fermer définitivement.

https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-08-26/europe-s-fertilizer-crisis-deepens-with-70-of-capacity-hit?leadSource=uverify wall

La crise des engrais en Europe s'aggrave : plus des deux tiers des capacités de production ont été arrêtées en raison de la flambée des prix du gaz, ce qui menace les agriculteurs et les consommateurs bien au-delà des frontières de la région.

https://www.lafranceagricole.fr/cultures/article/767686/yara-france-n-exclut-pas-des-penuries-d-engrais

Là, il n'est pas complètement exclu qu'il y ait des ruptures dans la chaîne" d'approvisionnement des engrais minéraux, a alerté Nicolas Broutin, président de Yara France, en conférence de presse le 20 septembre 2022.

Depuis le début de l'année 2021, le prix du gaz, qui sert à la fabrication de l'ammoniac utilisé dans les engrais, a explosé, avec une hausse de 341 %. Dans ce contexte, la fabrication de l'ammoniac en Europe coûte actuellement deux fois plus cher que de l'acheter sur le marché international, selon le président de Yara France. "C'est la raison pour laquelle une grande partie de l'industrie européenne a stoppé sa production depuis le mois d'août", précise Nicolas Broutin.

65 % des capacités de productions de Yara, leader du secteur, sont actuellement à l'arrêt en Europe, "pour une durée indéterminée, car le marché du gaz reste haut et volatil", indique Nicolas Broutin.

Les sites les plus en difficultés sont ceux situés dans les terres et qui ne peuvent pas importer d'ammoniac par la mer, selon le président de Yara. "On arrive bientôt en période d'application des engrais, et les usines sont à l'arrêt pendant la période préparatoire de la saison agricole, s'inquiète-t-il. On fait également face à un enjeu de transport considérable en Europe et en France, avec des difficultés à trouver des camions."

L'usine Yara de Tertre, en Belgique, qui approvisionne 20 à 25 % du marché français, devrait "s'arrêter complètement dans les jours à venir, a annoncé Nicolas Broutin.

Les deux usines Yara qui produisent des engrais en France à partir d'ammoniac importé, situées en bordure maritime à Ambès en Gironde et à Montoir-de-Bretagne en Loire-Atlantique, fonctionnent "à plein". Malgré cela, la France importe 60 % de ses besoins en engrais du marché extérieur.

"Les productions françaises ne peuvent pas augmenter, car elles sont limitées par les ateliers nitriques. Augmenter les capacités ou construire un nouvel atelier prendrait plusieurs années", estime le président de Yara France. L'ammoniac importé par les usines françaises, qui provenait d'habitude en majorité d'Europe, arrive désormais d'Amérique du Nord, de Trinidad et d'Australie.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Alexis a dit :

Deux hypothèses principales : Poutine utilise cyniquement ce discours afin de mobiliser et convaincre que la Russie est agressée et justifiée à réagir militairement. Ou bien il dit ce qu'il croit sincèrement.

==>A mon avis, il est sincère dans ce passage.

Il est certes capable de mentir comme un arracheur de dents, il le fait souvent, sur le principe il pourrait mentir à ce moment-là aussi. Mais je dirais que ce n'est pas le cas. Car l'hypothèse de sa sincérité - donc de sa paranoïa - expliquerait beaucoup de sa politique et de ses décisions.

Bien sûr.

Et c'est pas d'aujourd'hui que certains d'entre nous le pensons, mais sans évidemment pouvoir le confirmer, et donc gentiment rabattus dans nos 15 m.

Oui je pense aussi qu'il est sincère quand il dit que "l'occident veut détruire la Russie" et que "la Russie est agressée", car tout simplement il s'identifie personnellement à mère Russie. C'est pas plus compliqué que çà.

Et comme effectivement l'Ukraine et en gros l'occident s'en prennent à lui et à son régime autocratique du fait de sa violente agression et visant à le renvoyer dans ses frontières, il considère lui que ce n'est pas sa personne en tant que chef d'état (de la Fédération Russe) qui est visé, mais bien la Russie toute entière et son peuple. Il est complètement déconnecté de la réalité. C'est devenu un loup solitaire entêté, déboussolé, qui ne comprend plus les usages et les codes de vie sociale de la "meute" des nations.

Quelque part cela me fait penser, (bien que très différent) au pilote de la German Wing qui s'est jeté lui, son avion et ses passagers contre la falaise des Hautes-Alpes ...

J'espère que VP n'en est pas là ...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

7 minutes ago, jojo (lo savoyârd) said:

 il considère lui que ce n'est pas sa personne en tant que chef d'état (de la Fédération Russe) qui est visé, mais bien la Russie toute entière et son peuple.

Pourtant c'est le principe même de l'état et du chef de l'état ... Tu ne peux pas t'en prendre séparément au chef de l'état et à l'état, les deux sont indissociables par construction.

C'est le rôle des citoyens, via le système politique domestique d'arbitrer leur représentation, et donc celle du chef de leur état. Toute action externe à ce propos et une agression envers l'état. C'est d'ailleurs tout le problème des différentes "ingérence" extérieure dans les élections de tel ou tel pays.

  • Confused 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

11 hours ago, casoucasou said:
  Reveal hidden contents

1ayu.jpg

 

 

Effectivement, peut être comptaient-ils faire tomber le gouvernement, ou ils espéraient mobiliser une partie de l'armée pour faciliter l'avancée à l'Est… je n'assiste pas aux réunions d'État Major. Je te donne mon sentiment d'après les données à ma disposition.

Dieu merci, vous n'êtes pas le leader d'un pays ou d'un peuple.

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

11 hours ago, Alexis said:

Moi aussi je voudrais bien qu'il soit possible de "ramener la diplomatie dans le jeu" mais... est-ce seulement possible à ce stade ?

Je rappelle - et pas pour la première fois - que les négociations Russie-Ukraine ont été suspendues en avril dernier parce que la Russie exigeait des conditions très dures pour la paix avec l'Ukraine, laquelle faisait des propositions de compromis beaucoup plus petites, et à la fois Moscou et Kiev ont refusé de bouger - Poutine de se modérer, Zelenski de céder davantage.

Suite à quoi la conclusion d'un côté comme de l'autre a été "ça se réglera sur le terrain" :mellow:

Nous sommes toujours dans cette phase.

Nous n'en sortirons que lorsque "le terrain aura parlé". C'est-à-dire soit quand Moscou renoncera, soit lorsque Kiev cédera. Ni l'un ni l'autre n'en sont là, c'est assez clair !

==>Donc la diplomatie maintenant, ce n'est tout simplement pas possible

Quand la volonté de l'un ou de l'autre côté faiblira sous les coups reçus de l'autre partie, alors l'un ou l'autre côté "mettra les pouces". Et l'on négociera un "accord de paix" oui... qui sera essentiellement la victoire du camp d'en face.

 

Rien de tel que d'aller à la source, je le dis toujours :smile: !

Voici la transcription du discours du président russe le 21 septembre 2022. Que Der Spiegel en Allemagne appelle assez justement "la deuxième déclaration de guerre de Poutine"

Je ne souligne pas ni ne mets en gras les parties qui me semblent plus intéressantes, afin de rester au plus près de la source. Les commentaires, ce sera dans un autre post. Traduction réalisée par DeepL, bien sûr

Discours du Président de la Fédération de Russie

Chers amis !

Le sujet de mon intervention est la situation dans le Donbas et le déroulement de l'opération militaire spéciale visant à le libérer du régime néonazi qui a pris le pouvoir en Ukraine en 2014 à la suite d'un coup d'État armé.

Je m'adresse à vous aujourd'hui, à tous les citoyens de notre pays, aux personnes de différentes générations, âges et nationalités, au peuple de notre grande patrie, à tous ceux qui sont unis par la grande Russie historique, aux soldats et aux officiers, aux volontaires qui se battent actuellement sur les lignes de front, qui sont en service de combat, à nos frères et sœurs - aux habitants des républiques populaires de Donetsk et de Louhansk, des régions de Kherson et de Zaporozhye et d'autres régions libérées du régime néonazi.

Il s'agit de prendre les mesures nécessaires et urgentes pour protéger la souveraineté, la sécurité et l'intégrité territoriale de la Russie, de soutenir le désir et la volonté de nos compatriotes de déterminer leur propre avenir et de faire face à la politique agressive de certaines élites occidentales, qui tentent par tous les moyens de maintenir leur domination et, pour cela, de bloquer et de supprimer tout centre de développement indépendant souverain afin de continuer à imposer leur volonté à d'autres pays et peuples et d'implanter leurs pseudocénoses.

Le but de cet Occident est d'affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre pays. Ils disent déjà directement qu'ils ont réussi à diviser l'Union soviétique en 1991 et que le moment est venu pour la Russie elle-même de se désintégrer en une multitude de régions et de zones fatalement hostiles.

Et cela fait longtemps qu'ils préparent de tels plans. Ils ont encouragé les bandes de terroristes internationaux dans le Caucase, poussé l'infrastructure offensive de l'OTAN près de nos frontières. Ils ont fait de la russophobie totale leur arme, et pendant des décennies, ils ont cultivé à dessein la haine de la Russie, notamment en Ukraine, à laquelle ils ont préparé le sort d'une tête de pont anti-russe, et ils ont transformé le peuple ukrainien en chair à canon et l'ont poussé à entrer en guerre contre notre pays, Ils ont déclenché cette guerre dès 2014, en utilisant les forces armées contre les civils, en organisant un génocide, un blocus et la terreur contre les personnes qui refusaient de reconnaître le gouvernement qui a émergé en Ukraine à la suite du coup d'État.

Et après que le régime actuel de Kiev a publiquement refusé une solution pacifique au problème du Donbass et, de plus, a annoncé qu'il revendiquait des armes nucléaires, il est devenu absolument clair qu'une nouvelle offensive à grande échelle contre le Donbass était inévitable, comme cela s'était déjà produit deux fois auparavant. Et ensuite, tout aussi inévitablement, une attaque contre la Crimée russe - contre la Russie - suivrait.

Dans ce contexte, la décision de lancer une opération militaire préventive était absolument nécessaire et la seule possible. Ses principaux objectifs - la libération de l'ensemble du territoire de Donbas - étaient et restent inchangés.

La République populaire de Luhansk a déjà été presque entièrement nettoyée des néo-nazis. Les combats se poursuivent dans la République populaire de Donetsk. En huit ans, le régime d'occupation de Kiev a créé ici une ligne profondément échelonnée de fortifications à long terme. Les attaquer de front entraînerait de lourdes pertes, c'est pourquoi nos unités et les unités militaires des républiques de Donbas opèrent de manière planifiée et compétente, en utilisant des équipements, en sauvant du personnel et en libérant la terre de Donetsk étape par étape, en nettoyant les villes et les villages des néonazis et en aidant les personnes que le régime de Kiev a transformées en otages et en boucliers humains.

Comme vous le savez, l'opération militaire spéciale implique des militaires professionnels servant sous contrat. Des formations de volontaires se battent également à leurs côtés : des personnes de différentes nationalités, professions et âges - de vrais patriotes. Ils se sont levés pour défendre la Russie et le Donbas de tout leur cœur.

À cet égard, j'ai déjà donné instruction au gouvernement et au ministère de la Défense de déterminer intégralement et dans les meilleurs délais le statut juridique des volontaires et des combattants des unités des républiques populaires de Donetsk et de Louhansk. Elle devrait être la même que celle des militaires de carrière de l'armée russe, y compris le soutien matériel et médical et les garanties sociales. Il convient d'accorder une attention particulière à l'organisation de la fourniture d'équipements et de matériel aux formations de volontaires et aux unités de la milice populaire dans le Donbas.

Au cours des principales tâches de défense de Donbas, nos troupes, sur la base des plans et des décisions du ministère de la Défense et de l'état-major général sur la stratégie générale d'action, ont également libéré des zones importantes des régions de Kherson et de Zaporizhzhia et quelques autres zones des néonazis. En conséquence, une longue ligne de contact s'est formée, qui s'étend sur plus de mille kilomètres.

Qu'ai-je envie de dire publiquement pour la première fois aujourd'hui ? Même après le début de l'opération militaire spéciale, y compris les négociations à Istanbul, les représentants de Kiev ont réagi très positivement à nos propositions, et ces propositions étaient principalement liées à la garantie de la sécurité de la Russie, de nos intérêts. Mais il est évident qu'une solution pacifique ne convenait pas à l'Occident, de sorte qu'après avoir atteint certains compromis, Kiev a reçu l'ordre direct de démolir tous les accords.

L'Ukraine a été davantage approvisionnée en armes. Le régime de Kiev a déployé de nouvelles bandes de mercenaires et de nationalistes étrangers, des unités militaires formées aux normes de l'OTAN et placées sous le commandement de facto de conseillers occidentaux.

Dans le même temps, le régime de répression à travers l'Ukraine contre ses propres citoyens, établi au lendemain du coup d'État armé de 2014, a été intensifié de la manière la plus dure qui soit. La politique d'intimidation, de terreur et de violence prend des formes toujours plus massives, terrifiantes et barbares.

Je voudrais souligner que nous savons que la majorité des personnes vivant dans les territoires libérés des néonazis, avant tout les terres historiques de Novorossiya, ne veulent pas être sous le joug du régime néonazi. À Zaporizhzhya, dans la région de Kherson, à Luhansk et à Donetsk, ils ont vu et constaté les atrocités commises par les néonazis dans les districts occupés de la région de Kharkiv. Les descendants des Banderistes et des punisseurs nazis tuent des gens, torturent, emprisonnent, règlent des comptes, massacrent et torturent des civils.

Plus de sept millions et demi de personnes vivaient dans les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk, dans les régions de Zaporizhzhia et de Kherson avant le début des hostilités. Beaucoup d'entre eux ont été contraints de devenir des réfugiés, de quitter leur foyer. Et ceux qui sont restés - environ cinq millions de personnes - sont maintenant soumis à des attaques constantes à l'artillerie et aux roquettes par des militants néo-nazis. Ils visent les hôpitaux et les écoles, et commettent des actes de terrorisme contre des civils.

Nous ne pouvons pas, nous n'avons aucun droit moral de livrer nos proches aux tortionnaires, nous ne pouvons pas ne pas répondre à leur désir sincère de déterminer leur propre sort. Les parlements des républiques populaires de Donbas et les administrations civilo-militaires des régions de Kherson et de Zaporizhzhya ont décidé d'organiser des référendums sur l'avenir de ces territoires et nous ont demandé, à nous la Russie, de soutenir une telle démarche.

Je dois souligner que nous ferons tout pour garantir des conditions sûres pour les référendums afin que les gens puissent exprimer leur volonté. Et nous soutiendrons la décision sur leur avenir qui sera prise par la majorité des résidents des républiques populaires de Donetsk et de Louhansk, des régions de Zaporizhzhia et de Kherson.

Chers amis !

Aujourd'hui, nos Forces Armées, comme je l'ai déjà dit, opèrent sur la ligne de contact, qui dépasse les mille kilomètres, en affrontant non seulement des formations néo-nazies, mais en fait toute la machine militaire de l'Occident collectif.

Dans cette situation, je considère qu'il est nécessaire de prendre la décision suivante - elle est pleinement adaptée aux menaces auxquelles nous sommes confrontés - à savoir, pour protéger notre patrie, sa souveraineté et son intégrité territoriale, pour assurer la sécurité de notre peuple et des habitants des territoires libérés, je considère qu'il est nécessaire de soutenir la proposition du ministère de la Défense et de l'état-major général de procéder à une mobilisation partielle dans la Fédération de Russie.

Je le répète, nous parlons ici de mobilisation partielle, c'est-à-dire que seuls les citoyens qui sont actuellement dans la réserve seront soumis à l'appel pour le service militaire, et surtout ceux qui ont servi dans les rangs des forces armées et qui ont certaines professions militaires et une expérience pertinente.

Les personnes appelées à effectuer leur service militaire suivront une formation militaire supplémentaire prenant en compte l'expérience d'une opération militaire spéciale avant d'être envoyées dans les unités.

Le décret sur la mobilisation partielle a été signé.

Conformément à la législation, les chambres de l'Assemblée fédérale - le Conseil de la Fédération et la Douma d'État - en seront officiellement informées par courrier aujourd'hui.

Les activités de mobilisation commenceront aujourd'hui, le 21 septembre. J'instruis les chefs des régions de fournir toute l'assistance nécessaire au travail des commissariats militaires.

Je souligne en particulier que les citoyens russes appelés au service militaire dans le cadre de la mobilisation bénéficieront du statut, des paiements et de toutes les garanties sociales des personnes servant sous contrat.

J'aimerais ajouter que le décret sur la mobilisation partielle prévoit également des mesures supplémentaires pour remplir l'ordre de défense de l'État. Les directeurs du complexe militaro-industriel sont directement responsables de l'augmentation de la production d'armes et d'équipements militaires, ainsi que du déploiement de capacités de production supplémentaires. Par ailleurs, toutes les questions relatives au soutien matériel, financier et en ressources des entreprises de défense devraient être rapidement résolues par le gouvernement.

Chers amis !

Dans sa politique anti-russe agressive, l'Occident a franchi toutes les limites. Nous entendons constamment des menaces contre notre pays, notre peuple. Certains politiciens occidentaux irresponsables ne parlent pas seulement de plans visant à organiser la livraison d'armes offensives à longue portée à l'Ukraine - des systèmes qui permettraient d'effectuer des frappes en Crimée et dans d'autres régions de Russie.

De telles frappes terroristes, y compris celles utilisant des armes occidentales, sont déjà menées dans des établissements frontaliers des régions de Belgorod et de Koursk. L'OTAN effectue une reconnaissance en temps réel dans tout le sud de la Russie en utilisant des systèmes modernes, des avions, des navires, des satellites et des drones stratégiques.

Washington, Londres et Bruxelles poussent directement Kiev à transférer des opérations militaires sur notre territoire. Ils ne se cachent plus derrière le fait que la Russie doit être vaincue par tous les moyens sur le champ de bataille, suivi de la privation de la souveraineté politique, économique, culturelle et de toute sorte de souveraineté, et du pillage complet de notre pays.

Le chantage nucléaire est également impliqué. Je ne parle pas seulement du bombardement de la centrale nucléaire de Zaporozhye, encouragé par l'Occident, qui risque de provoquer une catastrophe nucléaire, mais aussi des déclarations de certains hauts représentants des principaux pays de l'OTAN sur la possibilité et l'admissibilité d'utiliser des armes de destruction massive - des armes nucléaires - contre la Russie.

A ceux qui font de telles déclarations sur la Russie, je voudrais rappeler que notre pays possède également divers moyens de destruction, dont certains composants sont plus avancés que ceux des pays de l'OTAN. Si l'intégrité territoriale de notre pays est menacée, nous utiliserons bien sûr tous les moyens à notre disposition pour défendre la Russie et notre peuple. Ce n'est pas du bluff.

Les citoyens de Russie peuvent être sûrs : l'intégrité territoriale de notre patrie, notre indépendance et notre liberté seront assurées, je tiens à le souligner une fois de plus, par tous les moyens à notre disposition. Et ceux qui tentent de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que les vents peuvent souffler dans leur direction.

Il est dans notre tradition historique, dans le destin de notre peuple, d'arrêter ceux qui aspirent à la domination du monde, qui menacent de démembrer et d'asservir notre patrie, notre Mère Patrie. Nous allons le faire maintenant, et nous le ferons.

Je crois en votre soutien.

 

Donc en gros, un tas de conneries et de mensonges. Merci de l'avoir posté.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Niafron a dit :

Juste une remarque au passage qui n'a rien à voir avec la géopolitique...

Si un envahisseur déboule chez toi, brûle ta maison, viole ta femme, tue tes parents et/ou tes enfants, voir une une quelconque combinaison des trois possibilités précédentes, tu es pour:

1 Faire preuve de rationnalité et définir raisonnablement un accord qui serait de nature à mettre fin au conflit.

2 Chopper ces fils de p**** et les faire saigner à mort jusqu'à ce qu'ils te supplient de mettre fin à leurs souffrances.

Surtout quand l'envahisseur est ton voisin et que ce qui l'a poussé à faire ça est ta décision de repeindre les volets de ta maison en "Pantone Reflex Blue" (alors qu'ils étaient déjà en Pantone Coated 2935 C) . . . :rolleyes:

Edited by Obelix38
Rajout Pantone Coated 2935 C
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, Niafron a dit :

Juste une remarque au passage qui n'a rien à voir avec la géopolitique...

Si un envahisseur déboule chez toi, brûle ta maison, viole ta femme, tue tes parents et/ou tes enfants, voir une une quelconque combinaison des trois possibilités précédentes, tu es pour:

1 Faire preuve de rationnalité et définir raisonnablement un accord qui serait de nature à mettre fin au conflit.

2 Chopper ces fils de p**** et les faire saigner à mort jusqu'à ce qu'ils te supplient de mettre fin à leurs souffrances.

Bref, les gens qui prennent le temps de me lire depuis le temps doivent savoir que je suis pas un boute feu... mais j'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce sont les Ukrainiens qui devraient être raisonnables, compte tenu du fait qu'il est clairement établi que la guerre, avec toutes ses conséquences, se passe sur le territoire d'un des bélligérants et par sur celui de l'autre.

Tu n’es pas très diplomatico-geopolitique toi ! :bloblaugh:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Niafron a dit :

Juste une remarque au passage qui n'a rien à voir avec la géopolitique...

Si un envahisseur déboule chez toi, brûle ta maison, viole ta femme, tue tes parents et/ou tes enfants, voir une une quelconque combinaison des trois possibilités précédentes, tu es pour:

1 Faire preuve de rationnalité et définir raisonnablement un accord qui serait de nature à mettre fin au conflit.

2 Chopper ces fils de p**** et les faire saigner à mort jusqu'à ce qu'ils te supplient de mettre fin à leurs souffrances.

Bref, les gens qui prennent le temps de me lire depuis le temps doivent savoir que je suis pas un boute feu... mais j'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce sont les Ukrainiens qui devraient être raisonnables, compte tenu du fait qu'il est clairement établi que la guerre, avec toutes ses conséquences, se passe sur le territoire d'un des bélligérants et par sur celui de l'autre.

Tu remarqueras que ce cas de figure est traité par une institution qui s'appel la justice (et cour de justice internationale CJI à la Haye) dont l'objet est entre autre d'éviter tout ce qui est vendetta et tout processus d'escalade qui rendent les choses encore plus compliqués.

Il y a 3 heures, U235 a dit :

Donc en gros, un tas de conneries et de mensonges. Merci de l'avoir posté.

C'est vrai que çà demande un peu d'analyse pour faire le tri entre la propagande et le fond pertinent. :rolleyes:

Il y a 4 heures, U235 a dit :

Dieu merci, vous n'êtes pas le leader d'un pays ou d'un peuple.

On peut arrèter les remarques ab hominem ?

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, herciv a dit :

Tu remarqueras que ce cas de figure est traité par une institution qui s'appel la justice (et cour de justice internationale CJI à la Haye) dont l'objet est entre autre d'éviter tout ce qui est vendetta et tout processus d'escalade qui rendent les choses encore plus compliqués.

Tu remarqueras que la cour de justice internationale a ordonné dès mars (de mémoire) à la Russie de suspendre ses opérations en Ukraine.

Donc question crédibilité afin "d'éviter tout ce qui est vendetta et tout processus d'escalade" on a fait mieux.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le redacteur de zonebourse en perd son latin : powell navigue à vue

Powell on ? Powell off !

22/09/2022 | 08:03

Anthony Bondain

Recevoir par email

Les marchés boursiers ont perçu un léger durcissement dans le ton de la banque centrale américaine hier soir, alors qu'ils rêvaient en secret d'un retour du paternalisme auquel ils avaient été habitués entre 2008 et 2021. L'humeur est donc restée sombre, en attendant les premiers vrais signaux de détente sur les prix un peu partout sur la planète. En tout cas journée idéale pour les obsédés des banques centrales : la japonaise, la suisse, l'anglaise et la norvégienne sévissent aussi.

J'ai sincèrement essayé d'écrire un truc à peu près d'aplomb sans mentionner le terme "banque centrale" ce matin, mais je dois me rendre à l'évidence : c'est un lamentable échec. Dites-vous que vous avez quand même échappé à des titres comme "Powell : c'est pas la Fed du slip" ou "Fed Up" (ras-le-bol en anglais).

Pour simplifier l'histoire, je vais si vous me le permettez utiliser des lapins, parce que c'est plus mignon. Ainsi donc l'assemblée des lapins espérait que le grand chef lapin allait sortir hier soir de son chapeau (dans ce monde, les lapins ne sortent pas des chapeaux, ils en font sortir des choses) un commentaire qui ferait rebondir la Bourse de la Garenne. Mais le grand chef lapin leur a expliqué que non, ce n'était pas encore le moment parce que le prix des carottes n'est pas encore stabilisé. Pire, il leur a même dit qu'il faudra sans doute accepter de souffrir un peu plus longtemps que ce qu'ils prévoyaient. L'assemblée des lapins a été déçue d'apprendre qu'elle devra continuer à manger du trèfle par la racine et la Bourse de la Garenne a continué à baisser.

Sans les lapins et en condensé, ça donne à peu près ça : la Fed a relevé sans surprise ses taux de 75 points de base mais Jerome Powell s'est montré un peu plus pessimiste que prévu sur les efforts à fournir même s'il pense que la politique monétaire restrictive n'entraînera pas de récession aux Etats-Unis. Conséquences ? D'abord, le dollar a continué à écrabouiller les autres devises. Ensuite, le curseur du niveau de taux plafond anticipé en haut de cycle est passé de 4,5 à 4,6% (contre une fourchette 3 à 3,25% actuellement en tenant compte de la hausse d'hier). Enfin, le rendement de la dette américaine a 10 ans a peu varié en restant autour de 3,54%, mais celui de la dette a 2 ans est monté en flèche à 4,11%. Traduction ? La Fed sait qu'elle doit davantage assécher les liquidités pour faire revenir l'évolution des prix dans une limite acceptable. Et les marchés actions n'aiment pas trop ça parce que cela repousse dans le temps le moment où la politique monétaire leur sera à nouveau plus favorable.

En conséquence, Wall Street a encore perdu du terrain hier, avec des baisses de 1,7% pour le Dow Jones et le S&P500 et de 1,8% pour le Nasdaq. En Europe, les indices les plus cycliques comme le CAC40 français et le DAX allemand avaient progressé hier en clôture, à l'inverse de ceux plus défensifs comme le SMI suisse. On ne peut pas dire que la Fed a beaucoup fait évoluer son discours, mais les investisseurs n'ont pas bénéficié de la branche à laquelle ils espéraient se raccrocher.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, herciv a dit :

J'ai sincèrement essayé d'écrire un truc à peu près d'aplomb sans mentionner le terme "banque centrale" ce matin, mais je dois me rendre à l'évidence : c'est un lamentable échec. Dites-vous que vous avez quand même échappé à des titres comme "Powell : c'est pas la Fed du slip" ou "Fed Up" (ras-le-bol en anglais).

Voilà un journaliste qui sait partager ses étonnements :happy: ...

 

il y a 4 minutes, herciv a dit :

Pour simplifier l'histoire, je vais si vous me le permettez utiliser des lapins, parce que c'est plus mignon. Ainsi donc l'assemblée des lapins espérait que le grand chef lapin allait sortir hier soir de son chapeau (dans ce monde, les lapins ne sortent pas des chapeaux, ils en font sortir des choses) un commentaire qui ferait rebondir la Bourse de la Garenne. Mais le grand chef lapin leur a expliqué que non, ce n'était pas encore le moment parce que le prix des carottes n'est pas encore stabilisé. Pire, il leur a même dit qu'il faudra sans doute accepter de souffrir un peu plus longtemps que ce qu'ils prévoyaient. L'assemblée des lapins a été déçue d'apprendre qu'elle devra continuer à manger du trèfle par la racine et la Bourse de la Garenne a continué à baisser.

Les lapins commenceront peut-être assez bientôt à comprendre qu'on ne sort pas des trucs des chapeaux par magie. A moins d'être prestidigitateur... illusionniste. Bref, que toutes ces histoires de banque centrale ce n'est pas vraiment sérieux, et que ça ne fonctionne que parce que la plupart des gens y ont cru jusqu'ici.

Bon ce n'est pas encore tout à fait le cas. Ca durera encore quelque temps peut-être. Pas indéfiniment.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Fanch a dit :

Tu remarqueras que la cour de justice internationale a ordonné dès mars (de mémoire) à la Russie de suspendre ses opérations en Ukraine.

Donc question crédibilité afin "d'éviter tout ce qui est vendetta et tout processus d'escalade" on a fait mieux.

Le point n'était pas là. Le point est de dire que si chacun  se met à règler ses problèmes par lui-même il n'y a pas de vivre ensemble possible. 

pour continuer dans ce sens là un analyste sur BFM disait que Poutine avait banni l'ONU de ses modes d'interactions avec l'occident. Ce qui est pour moi un signe de fracture importante si même une telle institution ne permet plus de discuter.

Pour le coup la France a beaucoup à perdre d'une remise en cause de l'ONU.

il y a 6 minutes, Alexis a dit :

Voilà un journaliste qui sait partager ses étonnements :happy: ...

Avec un certain talent quand même

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Pour en revenir à ce conflit, c'est l'époque à laquelle les forces stratégiques russes organisent leur exercice annuel dénommé Grom. Cet exercice dans lequel le président russe joue souvent son rôle voit le lancement de plusieurs missiles balistiques d'exercice terrestres ou navals.

Son maintien ou son retrait cette année dans ce contexte très rendu sera une bonne indication de la suite de la politique russe

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, herciv a dit :

Tu remarqueras que ce cas de figure est traité par une institution qui s'appel la justice (et cour de justice internationale CJI à la Haye) dont l'objet est entre autre d'éviter tout ce qui est vendetta et tout processus d'escalade qui rendent les choses encore plus compliqués.

 

La CJI?

:bloblaugh:

Bon, sinon, je ne tenais pas vraiment à parler de légalité, juste du fait que beaucoups font visiblement grand cas de la "terreur viscérale" des russes face à l'OTAN et se moquent de ce que peuvent ressentir les ukrainiens.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Selon l'ONG OVD-Info, plus de 1 300 personnes ont été arrêtées en Russie suite aux manifestations anti-mobilisation.

Par comparaison, selon la même source, plus de 6 500 avaient été arrêtées dans la semaine du 24 février au 1er mars.

Une journée n'est pas une semaine, donc la comparaison directe est difficile.

Mais à moins que les manifestants ne deviennent nettement plus nombreux... les protestations ne seront pas plus fortes suite à la mobilisation du 21 septembre qu'elles ne l'avaient été suite à l'invasion du 24 février. Et bien sûr, le 24 février était passé pratiquement comme une lettre à la poste... les manifestants n'avaient rien empêché.

Inutile de rêver. Le peuple russe ne fera pas reculer Poutine. Du moins pas à ce stade.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pour les manifs, pas d'espoir à avoir la dessus, ce sont les mêmes manifestations qu'il y'a eu lieu au début de la guerre. Il faudrait des manifesations de plus grande ampleur pour changer les choses avec un effet de masse qui empêche toute interpelattion avec un climant plus inseructionnel. Cela prouve que le pouvoir tient bien pour le moment. Si la mobilisation était un gros risque pour Poutine, les problèmes viendront pas la pour le moment, à moins que cela change avec le retour des cercueils, mais j'en doute la encore vu le controle des médias.

 

Sinon, la mobilisation partielle semble être ce que l'opération spéciale à une guerre, juste une petite atténuation pour mieux faire passer cela, mais on est bien sur une mobilisation totale qui sera probablement en plusieurs phases :

Edited by tchefari
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Un énorme plan de soutien à l'économie mis en place par Liz Truss (entre les soutiens tarifaires pour l''electricité et les baisses d'impôt) j'ai entendu des chiffres sur BFM de l'ordre de 400 milliards de livre ... Financé par des emprunts sur les marchés. Donc de la dette. Les analystes avait très peur que ça se termine par une dévaluation de la livre voir un passage dans les mains du FMI comme deans les années 70.

https://etudes-economiques.credit-agricole.com/Publication/2022-Septembre/Royaume-Uni-Un-plan-colossal-de-soutien-a-la-demande-face-a-la-crise-energetique

Link to comment
Share on other sites

Les russes fuient Poutine par la Finlande .... mais en fait pas tant que çà.

https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN2QN0OC/finlande-les-passages-frontaliers-s-intensifient-depuis-les-annonces-de-poutine.html

Finlande : Les passages frontaliers "s'intensifient" depuis les annonces de Poutine

 reuters.com  |  22/09/2022, 11:18  |  248  mots

HELSINKI (Reuters) - Les passages frontaliers vers la Finlande depuis la Russie se sont "intensifiés" au cours de la nuit, ont déclaré les gardes-frontières finlandais tôt jeudi, tout en précisant que la situation était sous contrôle.

La Finlande suit de près la situation en Russie après que le président Vladimir Poutine a décrété une mobilisation militaire partielle, a déclaré mercredi le ministre de la Défense Antti Kaikkonen.

"Le nombre a clairement augmenté", a dit à Reuters Matti Pitkaniitty, responsable des affaires internationales pour les gardes-frontières, ajoutant que la situation était sous contrôle.

L'annonce de Vladimir Poutine, tôt dans la matinée de mercredi, fait craindre que certains hommes en âge de combattre ne soient pas autorisés à quitter le pays et a provoqué une ruées sur les vols en aller simple au départ de la Russie.

Le nombre de personnes ayant franchi la frontière mercredi était toutefois inférieur à celui observé le week-end, selon Matti Pitkaniitty.

Mercredi, 4.824 Russes sont arrivés en Finlande par la frontière orientale, contre 3.133 une semaine auparavant, a-t-il ajouté.

Au nord de la Norvège il n'y aurait cependant pas eu de changement dans le nombre de passages, a déclaré Soelve Solheim, chef de section pour le contrôle opérationnel de l'immigration norvégienne, à Reuters.

(Reportage Stine Jacobsen, Essi Lehto et Gwladys Fouche, version française Alizée Degorce, édité par Kate Entringer)

Ce sont des gamins qui manisfestent ...

000_32ju9t2.jpg000_32ju9ku.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,812
    Total Members
    1,550
    Most Online
    GOUPIL
    Newest Member
    GOUPIL
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...