Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

il y a 53 minutes, Hirondelle a dit :

Pour la bonne connaissance de tous https://www.enzynov.fr/blog/pipelines-comment-entretenir-et-nettoyer-ces-conduits

Ce ne serait pas non plus la première fois qu’une installation qui ne rapporte rien connaitrait des carences d’entretien.

Edit : dernière maintenance en juillet dernier (10 jours/an).

https://www.letemps.ch/monde/nord-stream-une-source-vitale-gaz-leurope-reprend-service

Escroquerie aux assurances ?

Si les exploitants sont assurés contre ce genre de "dommages", c'est en effet un mobile (aussi vieux que le principe de l'assurance) qu'il ne faut pas à écarter :laugh:

 

Et pour ce qui est de la quantité d'explosifs nécessaire à percer un Gazoduc, je rappelle que le peu d'explosif contenu dans un obus BONUS est capable de percer le blindage d'un char à plusieurs mètres de distance, alors "4,1 cm d'acier + 6 à 11 cm de béton armé" ne doit pas nécessiter des quantités énormes si correctement employé . . . (ça se fait encore les mines de type "Limpet" ?)

 

Edited by Obelix38
Mine limpet
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://foreignpolicy.com/2022/09/27/russia-defeat-ukraine-america-problem-hubris/

Stephen Walt :

Il peut sembler prématuré de soulever ces questions, étant donné que l'issue finale en Ukraine est encore incertaine. Mais nous devrions commencer à penser à ce qui se passera si le moment de la victoire arrive. Après tout, la dernière fois que les États-Unis ont remporté une grande victoire géostratégique - l'effondrement pacifique de l'empire soviétique - ils ont succombé au genre d'orgueil démesuré contre lequel Périclès les avait mis en garde, et ils ont laissé passer l'occasion de construire un monde plus durable et plus pacifique. Si une autre occasion se présente, ils devraient apprendre de leurs erreurs et faire un meilleur travail cette fois-ci.

Les néoconservateurs impénitents et les croisés libéraux ambitieux se réjouiront d'avoir enfin remporté un succès après 30 ans d'échec. Ayant largement profité de la guerre, le complexe militaro-industriel aura de nombreux autres millions à dépenser pour convaincre les Américains inattentifs qu'ils ne peuvent être en sécurité qu'en occupant le monde et en dépensant plus pour la défense que les sept ou huit pays suivants réunis. Avec la Russie fortement diminuée et une récession économique imminente, les promesses actuelles d'augmenter les capacités de défense européennes s'essouffleront, et les alliés américains de l'OTAN recommenceront à compter sur l'Oncle Sam pour leur protection. En dépit des nombreux échecs passés, les partisans de l'hégémonie libérale pourront revendiquer la victoire, du moins temporairement.

Alors, où est le problème ?

Pour commencer, cela revient à ignorer certaines des leçons clés de la guerre d'Ukraine elle-même. La leçon n° 1 est que menacer ce qu'une grande puissance considère comme un intérêt vital est dangereux, même si ses propres intentions sont nobles ou bénignes. Il en a été ainsi de l'élargissement illimité de l'OTAN : Un éventail diversifié d'experts en politique étrangère avait averti à plusieurs reprises que cette politique conduirait à des ennuis, et rien de ce qui s'est passé depuis février 2014, lorsque la crise ukrainienne a commencé, n'a invalidé leurs avertissements.

La leçon n° 2 est le danger de gonfler les menaces. La guerre en Ukraine doit être comprise comme une guerre préventive lancée par la Russie pour empêcher l'Ukraine de glisser dans l'orbite occidentale. La guerre préventive est illégale en vertu du droit international, mais Poutine pensait que les efforts déployés par les États-Unis pour armer et entraîner l'Ukraine finiraient par rendre impossible pour Moscou d'arrêter le réalignement géopolitique de Kiev. Tout comme les dirigeants américains ont exagéré le danger de la chute de dominos pendant la guerre du Vietnam et ont délibérément gonflé la menace que représentait l'Irak de Saddam Hussein en 2003, Poutine a probablement exagéré le danger réel que représentait la "perte" de l'Ukraine pour la Russie.  Ce que je veux dire, c'est qu'en exagérant les menaces, les États peuvent s'attirer autant d'ennuis qu'en les minimisant. C'est pourquoi l'Allemand Otto von Bismarck a lancé une mise en garde célèbre : la guerre préventive revient à "se suicider par peur de la mort". Les futurs responsables politiques américains devraient garder cela à l'esprit.

La leçon n° 3 (que Poutine semble avoir ignorée) est simple : Si vous envahissez un pays étranger, ne vous attendez pas à un accueil amical. Au contraire, les envahisseurs étrangers unissent généralement des sociétés auparavant divisées et inspirent une résistance féroce et très efficace. L'Ukraine est un cas d'espèce, bien sûr, et la guerre nous rappelle également que vous avez encore moins de chances d'être bien accueilli lorsque vos forces armées commettent des crimes de guerre ou d'autres atrocités. Nous ferions bien de garder cette leçon à l'esprit.

Prises ensemble, ces quatre leçons suggèrent qu'une victoire en Ukraine ne mettra pas les États-Unis en position de remodeler l'ordre mondial à leur goût. Cet objectif était hors de leur portée au plus fort de la période unipolaire, et les conditions générales sont moins favorables aujourd'hui, compte tenu de la montée en puissance de la Chine, de la fragilité économique de l'Europe et de l'attitude ambivalente de nombreux pays du monde en développement à l'égard des États-Unis. Si les décideurs américains considèrent la victoire en Ukraine comme une nouvelle opportunité pour une croisade libérale mondiale, ils sont condamnés à échouer une fois de plus.

La puissance militaire américaine a été un instrument efficace lorsque les États-Unis s'opposaient à une agression non provoquée et illégitime, comme lors de la guerre du Golfe de 1991 ou en Ukraine aujourd'hui. Elle a échoué lorsqu'elle a été utilisée pour renverser des gouvernements étrangers et imposer la démocratie à la pointe d'une arme, et surtout lorsqu'elle n'avait pas de partenaires locaux fiables. Même lorsque ces efforts ont réussi à court terme (par exemple, l'Iran en 1953, l'Afghanistan en 2001, l'Irak en 2003 ou la Libye en 2011), les conséquences à long terme ont presque toujours été négatives.

Elle a échoué lorsque les dirigeants américains ont considéré la démocratie libérale à l'américaine comme la formule magique de la réussite politique et économique, qu'ils ont supposé que tous les êtres humains aspiraient à la liberté avant toute autre valeur et qu'ils se sont convaincus qu'ils savaient comment "construire une nation" dans des pays très différents des États-Unis.

La politique économique extérieure des États-Unis a échoué lorsque Washington est revenu à un protectionnisme effréné (comme dans les années 1930) ou lorsqu'elle a fait passer les marchés avant toute autre considération (comme dans la stratégie néolibérale d'hypermondialisation). Dans ce dernier cas, le résultat a été une inégalité politiquement explosive, des crises financières majeures et des chaînes d'approvisionnement qui se sont avérées vulnérables aux chocs inattendus.

La politique étrangère des États-Unis est plus efficace lorsqu'elle privilégie la diplomatie, comme elle l'a fait lors de l'élaboration du plan Marshall, de la création d'impressionnants systèmes d'alliances en Europe et en Asie, de la négociation de la paix entre l'Égypte et Israël, de la conclusion d'accords commerciaux avec des partenaires économiques ou de la conclusion d'accords de contrôle des armements avec des adversaires. Les efforts de négociation des États-Unis sont couronnés de succès lorsque les dirigeants américains reconnaissent également que les autres États ont leurs propres intérêts et qu'un accord réussi doit apporter quelque chose de valable à tous les participants. En revanche, les efforts des États-Unis échouent lorsque Washington abandonne la véritable diplomatie et négocie sur la base du "à prendre ou à laisser" : en lançant des ultimatums, en renforçant les sanctions et en rejetant les compromis mutuellement bénéfiques.

En effet, en cas de victoire de l'Ukraine (et de l'Occident), ils seront confrontés à la même liste de tâches de politique étrangère qui existait avant que les troupes russes ne franchissent la frontière ukrainienne : 1) éviter un changement climatique catastrophique et faire face aux graves conséquences qui sont déjà apparentes ; 2) équilibrer et faire participer la Chine ; 3) empêcher l'Iran d'obtenir la bombe ; 4) gérer une économie mondiale qui s'essouffle ; et 5) préparer le monde à la prochaine pandémie. Pour atteindre ces objectifs vitaux, il faudra fixer des priorités claires et éviter les croisades chimériques. Personne ne pourra empêcher les faucons en politique ukrainienne de faire un tour de piste de vainqueurs, mais il est essentiel de les empêcher de conduire l'Occident à répéter ses erreurs passées.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, Alexis said:

Ce n'est pas à moi que tu posais la question, mais... je la trouve intéressante :happy:

Mon avis :

- C'est très probablement un Etat, je ne vois pas quel groupe non-étatique aurait pu avoir les moyens nécessaires, même si c'est "seulement" à 110 mètres de profondeur 

- Il y a deux théories "exotiques" comme quoi l'un des deux Etats ayant construit et bénéficiant des gazoducs North Stream, Allemagne ou Russie, les aurait sabotés. "Tout est possible" sur le principe certes, mais j'ai beaucoup de mal à aller si loin dans le complotisme... pour la même raison au fond que je n'ai jamais cru que Ben Laden était un agent de la CIA :happy:

- "A qui le crime profite ?" reste un guide utile. Sur le principe, n'importe quel Etat en ayant les moyens pourrait avoir fait le coup, même s'il ne s'est jamais opposé au North Stream. Ca pourrait être la France... ou la Chine... ou le Japon. Mais ce n'est vraiment pas le plus probable

J'en conclus ==>Un Etat, autre qu'Allemagne et Russie, très probablement parmi ceux qui ont critiqué North Stream dans le passé

Et oui, ça pourrait très bien ne pas être les Etats-Unis ! Ils sont un candidat particulièrement sérieux à la fois parce qu'ils en ont les capacités, parce qu'ils sont une (très) grande puissance avec l'historique de "coups tordus" qui va avec, et parce que plusieurs dirigeants semblent avoir récemment fait des allusions appuyées à cette possibilité. Mais ils ne sont pas les seuls.

 

En revanche, sauf erreur de ma part, tous les pays qui répondent à la définition en gras ci-dessus sont membres de l'OTAN.

Donc l'Allemagne vient de subir une attaque de la part d'un de ses alliés du bloc atlantique

Voilà, voilà... Comme je le disais, vive l'OTAN :laugh: !

Le problème avec cette théorie est que 1) les pipelines n'étaient déjà pas utilisés et 2) il n'est pas impossible de réparer un pipeline, en fait c'est le même processus que de joindre les deux extrémités pendant le processus de construction (en d'autres termes, ce n'est en aucun cas une perte totale, mais cela satisfait certainement les motivations politiques de certaines personnes).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, U235 a dit :

il n'est pas impossible de réparer un pipeline, en fait c'est le même processus que de joindre les deux extrémités pendant le processus de construction (en d'autres termes, ce n'est en aucun cas une perte totale, mais cela satisfait certainement les motivations politiques de certaines personnes).

Rien d'impossible ici ... Mais es-tu sûr de bien quantifier la nature et l'ampleur des travaux nécessaires ?

Titanesque à tous niveaux, moyen log, génie civil, matériaux, techno, main d'œuvre, temps, financier ... 

Je me demande même si ce ne serait pas plus raisonnable de poser de nouveaux gazoducs soum., pour peu que cela redevienne opportun un jour sur ce tracé, sur le plan géopolitique.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, jojo (lo savoyârd) a dit :

Rien d'impossible ici ... Mais es-tu sûr de bien quantifier la nature et l'ampleur des travaux nécessaires ?

Titanesque à tous niveaux, moyen log, génie civil, matériaux, techno, main d'œuvre, temps, financier ... 

Je me demande même si ce ne serait pas plus raisonnable de poser de nouveaux gazoducs soum., pour peu que cela redevienne opportun un jour sur ce tracé, sur le plan géopolitique.

 

C'est vraiment si titanesque que ca ? J'imagine qu'il n'y a pas non plus des kilomètres de pipeline à remettre en place.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciders a dit :

 

Là encore, je n'ai pas dit ça. Je dis simplement que le réflexe "Américains = méchants" sera toujours la meilleure arme russe. Alors que, je le rappelle, on en est ici à accuser les Américains sur la base d'un... sourire.

En l’occurrence on prête actuellement bien plus aux Russes qu’aux US: en première approche sur la logique de «à qui profite le crime » il me semble plus logique de soupçonner les US (infrastructures russo-allemandes très critiquées depuis le début par ceux-ci, capacités militaires, rupture des ponts entre Berlin et Moscou, risque minime de conséquences indésirables…) que les Russes (faire croire que ce sont les US pour obtenir on ne sait quelle réaction des Européens…). 
Je ne dis pas que cela prouve, juste que dans le soupçon « réflexe » l’anti-américanisme est largement, et légitimement dans une certaine mesure, derrière la « main de Moscou » désormais…

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, gustave a dit :

Les fameux Spetsnatz du GUGI… Le degré d’expertise des gars…

La GUGI est en fait la Direction Principale de la Plongée Profonde du ministère de la Défense russe. Elle n'emploie pas des Sptesnatz, mais des "hydronautes"

http://www.soumarsov.eu/formations/Gugi.htm

Tous les moyens de la GUGI sont regroupées au sein de la 29ème diviziya de la flotte du Nord

Un peu HS: cela me fait penser à toutes ces incursions "russes" dans les eaux suédoises...

Edited by mudrets
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Julien a dit :

C'est vraiment si titanesque que ca ? J'imagine qu'il n'y a pas non plus des kilomètres de pipeline à remettre en place.

Au delà de la "simple" réparation aux droits des impacts, les tubes inondés (des XXXXXX....L m³), le tout en profondeur (pression) + les XXXXX....L km linéaires à inspecter, réparer au besoin vs les ondes de choc de déflagration et les dégâts causés par la surcompression / décompression (matériaux multimatières et multicouches, segments, raccords, joints, boulons, supports ... étanchéité ... etc), sans compter les vannes et équipements sensibles en amont, en aval etc ...

il y a 18 minutes, gustave a dit :

Les fameux Spetsnatz du GUGI… Le degré d’expertise des gars…

@Banzinou :

Plus bas dans les pièces jointes de ton post :

"Par ailleurs, @derspiegel révèle que la #CIA aurait averti l'Allemagne d'une possible attaque contre les pipelines #NordStream il y a plusieurs semaines."

 

Edited by jojo (lo savoyârd)
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, KPLX a dit :

Dégrader l'image des USA en Europe.

Faire en sorte que les européens se déchirent entre leur atlantisme et leur souveraineté.

Bref affaiblir l'Europe, et donc in fine le soutien à l'ukraine.

Bref, c'est la guerre quoi.

Ah tiens? Je ne pensais pas obtenir une illustration si rapide de mon propos!  :biggrin:

Déclaration de la porte parole de Lavrov cet après-midi, à propos des sabotage des NS1 & 2 -> https://t.me/MariaVladimirovnaZakharova/3820

 

Traduction auto:

"Cherchez-vous toujours une réponse à la question de savoir qui est derrière tout le scénario sanglant ukrainien, la destruction de la coopération paneuropéenne et la crise mondiale ?

️ 27 janvier 2022️ La sous-secrétaire d'État Victoria Nuland a déclaré lors d'un briefing au département d'État que les États-Unis obtiendraient l'arrêt de Nord Stream 2 si la Russie "envahissait" l'Ukraine : "Je voudrais être franche : si la Russie envahit l'Ukraine, d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 ne fonctionnera pas.

Et avant cela, elle avait formulé très clairement son objectif en disant "f-ck the EU".

Quand Bruxelles se réveillera-t-elle ?

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)"

 

Bref Poutine balance toute l'huile qu'il peut sur le feu ...

Edited by KPLX
Link to comment
Share on other sites

Tactique russe de désinformation ordinaire. Fonctionne avec les nazis en Allemagne de l'Ouest, les plans secrets du Pentagone en Europe occidentale ou les opérations bactériologiques en Corée du Nord. C'est gros, parfois très gros, parfois plus fin et ça touche toujours un public. Et on peut ressortir le dossier du placard à la demande.

Généralement liée à l'emploi de journaux de pays "neutres" complices qui reprennent les infos russes avant d'être eux-mêmes repris par la presse russe ou inversement. Le KGB gérait ça assez bien dans le temps.

il y a 11 minutes, Julien a dit :

Zelensky a dit:

"La reconnaissance par la Russie des pseudo-référendums comme normaux, la mise en œuvre du même scénario qu’en Crimée et une énième tentative d’annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n’avons pas à discuter avec l’actuel président russe », a-t-il dit."

Comme je sais que ca a été longuement débattu ici, j'en remet une couche.

Et je dois dire que je suis 100% d'accord avec Zelensky sur ce point.

Je ne connais aucun pays qui négocierait dans une telle situation.

D'expérience depuis le 24 février, la Russie ne veut pas négocier. Et ne négocie d'ailleurs pas.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le soutien à l’Ukraine ce sont les USA concrètement, sachant qu’au pire l’UE s’engagera moins mais je ne vois aucun cas où elle empêcherait cette aide. 

il y a 1 minute, Ciders a dit :

Tactique russe de désinformation ordinaire. Fonctionne avec les nazis en Allemagne de l'Ouest, les plans secrets du Pentagone en Europe occidentale ou les opérations bactériologiques en Corée du Nord. C'est gros, parfois très gros, parfois plus fin et ça touche toujours un public. Et on peut ressortir le dossier du placard à la demande.

Généralement liée à l'emploi de journaux de pays "neutres" complices qui reprennent les infos russes avant d'être eux-mêmes repris par la presse russe ou inversement. Le KGB gérait ça assez bien dans le temps.

En général ce type de campagne de désinformation est initié avant voire sans faits à l’appui. En l’occurrence je ne vois toujours aucun point qui accuserait la Russie (voyant venir les accusations de relai d’influence tout ça je précise que cela n’équivaut pas à dire que ce n’est pas la Russie). En gros si elle accuse les US cela démontre que c’est elle, si elle nie idem. Il est certain que vu comme cela…

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, jojo (lo savoyârd) said:

Rien d'impossible ici ... Mais es-tu sûr de bien quantifier la nature et l'ampleur des travaux nécessaires ?

Titanesque à tous niveaux, moyen log, génie civil, matériaux, techno, main d'œuvre, temps, financier ... 

Je me demande même si ce ne serait pas plus raisonnable de poser de nouveaux gazoducs soum., pour peu que cela redevienne opportun un jour sur ce tracé, sur le plan géopolitique.

 

Le pipeline a été construit en 2 sections, l'une commençant en Allemagne, l'autre en Russie. Une barge dotée d'un équipement spécial est utilisée pour les relier là où elles se rejoignent.

Il y aura probablement des travaux supplémentaires pour préparer les extrémités endommagées à être raccordées.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo (en anglais) qui explique le processus.

 

 

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, gustave a dit :

En général ce type de campagne de désinformation est initié avant voire sans faits à l’appui.

Pas forcément. Les grandes campagnes sur le thème "il y a des nazis dans les pays de l'OTAN" ont souvent été réalisées en liaison avec des "attaques" sur des synagogues, des dégradations de cimetière ou urbaines. Il y a même eu dans les années 1950 un attentat au colis piégé monté a priori par les services tchèques contre la préfecture du Bas-Rhin en 1957, avec revendication fantaisiste à la clé. L'existence de "faits" étant bien sûr employée par la suite pour "prouver" leur véracité par les médias pro-soviétiques.

L'autre levier d'action est la désinformation, assez classique également côté russe. Cette technique a été réinventée avec les réseaux sociaux et l'usage massif du bot, merveilleux outil permettant de créer du buzz, de diffuser massivement de l'intox et de faire caisse de résonance.

il y a 12 minutes, gustave a dit :

En l’occurrence je ne vois toujours aucun point qui accuserait la Russie (voyant venir les accusations de relai d’influence tout ça je précise que cela n’équivaut pas à dire que ce n’est pas la Russie). En gros si elle accuse les US cela démontre que c’est elle, si elle nie idem. Il est certain que vu comme cela…

Personnellement, démenti ou non, je continue de penser que c'est la Russie. Note qu'il s'agit d'une opinion personnelle mais je pense qu'il y a suffisamment d'indices qui vont pour l'instant vers sa responsabilité. A charge pour les faits de la prouver ou non.

Ironiquement au passage, on peut user de ta dernière phrase pour décrier la position américaine : si elle accuse la Russie, c'est pour masquer sa responsabilité. Et si elle ne dit rien, c'est qu'elle a quelque chose à se reprocher. Mais bon ça, c'est malheureusement la norme dans ce genre d'affaires foireuses.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, jojo (lo savoyârd) a dit :

Rien d'impossible ici ... Mais es-tu sûr de bien quantifier la nature et l'ampleur des travaux nécessaires ?

Titanesque à tous niveaux, moyen log, génie civil, matériaux, techno, main d'œuvre, temps, financier ... 

 

Il y a 1 heure, jojo (lo savoyârd) a dit :

Au delà de la "simple" réparation aux droits des impacts, les tubes inondés (des XXXXXX....L m³), le tout en profondeur (pression) + les XXXXX....L km linéaires à inspecter, réparer au besoin vs les ondes de choc de déflagration et les dégâts causés par la surcompression / décompression (matériaux multimatières et multicouches, segments, raccords, joints, boulons, supports ... étanchéité ... etc), sans compter les vannes et équipements sensibles en amont, en aval etc ...

Le Tagesspiegel donne des précisions, et c'est du lourd :blink:

Les autorités de sécurité allemandes supposent que les trois tubes du gazoduc de la mer Baltique Nord Stream 1 et 2 seront à jamais inutilisables après de prétendus actes de sabotage . S'ils ne sont pas réparés rapidement, beaucoup d'eau salée s'écoulera et corrodera les canalisations, a appris le Tagesspiegel auprès des cercles gouvernementaux (...)

Une théorie est que des plongeurs auraient posé des explosifs sur les deux tubes Nord Stream 1 et l'un des deux tubes du tube Nord Stream 2, qui n'est pas encore opérationnel. Selon les informations du Tagesspiegel, des explosions ciblées indiquent que les fuites sont énormes et que la vitesse de chute de pression était proportionnellement élevée.

Il y a aussi une distance importante entre les trois endroits d'où proviennent les fuites. En raison de la taille des fuites, une très grande quantité d'eau salée peut s'écouler dans les tuyaux.

Bien qu'il n'y ait plus eu de gaz récemment via Nord Stream 1 et que Nord Stream 2 n'ait pas été mis en service en raison de l'attaque russe contre l'Ukraine, l'affaire soulève de nouvelles questions sur la sécurité énergétique en Allemagne et en Europe. (...)

L'un des quatre tubes de Nord Stream 2 était le seul à être resté intact et opérationnel. (...)

Il est très difficile d'effectuer les recherches appropriées à une profondeur de 70 à 80 mètres. Les eaux territoriales allemandes sont contrôlées depuis le centre de situation conjoint en mer par la police fédérale et les garde-côtes des États fédérés depuis Cuxhaven. La partie danoise a déclaré mercredi qu'une enquête en mer ne pourrait avoir lieu que dans une semaine ou deux. Aussi pour des raisons de sécurité. (...)

[ Le ministre de l'économie allemand Habeck a déclaré ] "Mais l'Allemagne est un pays qui sait se défendre et l'Europe est un continent qui peut protéger ses infrastructures énergétiques." (...)

Le Kremlin est "extrêmement préoccupé" par la chute de pression dans les pipelines de la mer Baltique Nord Stream 1 et 2. "C'est une situation absolument inédite qui doit être clarifiée rapidement", a déclaré Peskov.

Il y a aussi une carte utile

Révélation

nordstreamlecks.png

Si je comprends bien - je suis loin d'être un spécialiste - vu la difficulté d'intervenir rapidement, sans parler de réparer rapidement, de grandes sections de 3 des 4 tuyaux North Stream 1 et 2 vont devenir totalement inutilisables. Une éventuelle remise en service - à supposer qu'elle soit défendable politiquement, ce qui est loin d'être assuré ! - nécessiterait de reconstruire des sections entières de ces trois tuyaux. Voire même la totalité de la longueur :unsure: ? (je ne sais pas si l'eau de mer va se répandre sur la totalité de la longueur immergée) ==>Donc, des années de travaux !

Je ne commenterai pas trop longtemps la déclaration du ministre allemand de l'économie "l'Allemagne est un pays qui sait se défendre et l'Europe est un continent qui peut protéger ses infrastructures énergétiques". Le pauvre est complètement désemparé, il raconte n'importe quoi. Non seulement Allemagne et Europe ne savent pas protéger les infrastructures énergétiques... mais personne ne sait !

La Russie va assez logiquement demander une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'attaque qu'elle vient de subir, ainsi que l'Allemagne. Tout aussi logiquement, et de même que pour les plaintes au sujet de l'agression russe contre l'Ukraine, cette réunion ne mènera à rien.

Je dirais que l'escalade continue. Poutine a décidé mobilisation partielle et annexion de provinces ukrainiennes. Il n'est pas le seul à escalader...

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Alexis a dit :

Si je comprends bien - je suis loin d'être un spécialiste - vu la difficulté d'intervenir rapidement, sans parler de réparer rapidement, de grandes sections de 3 des 4 tuyaux North Stream 1 et 2 vont devenir totalement inutilisables. Une éventuelle remise en service - à supposer qu'elle soit défendable politiquement, ce qui est loin d'être assuré ! - nécessiterait de reconstruire des sections entières de ces trois tuyaux. Voire même la totalité de la longueur :unsure: ? (je ne sais pas si l'eau de mer va se répandre sur la totalité de la longueur immergée) ==>Donc, des années de travaux !

Moi je vois que çà a été fait dans les eaux internationales. Ca ne gène donc personne en particulier sur le plan de la sécurité. C'est une sacré atteinte au déploiement de ce genre d'infrastructure quelque soit l'origine de l'attaque. 

Et je généraliserai ce commentaire aux infrastructures internet ce qui pourrait beaucoup plus embêter les US.

il y a 16 minutes, Alexis a dit :

Il n'est pas le seul à escalader...

Qui te dit qu'il n'y a pas d'accord tacite des allemands et des autres puissances occidentales. Donc si c'est bien un acte des occidentaux je crains une action sur nos câbles internet.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Niafron a dit :

Dites les gars, je sais pas qui a fait le coup ( allez, au pire, je mets une pièce sur le colonel moutarde ), mais très franchement, vu qu'il y a plusieurs candidats possible et que nous n'avons pas le moindre élément matériel pointant dans un sens ou dans un autre pour le moment, navré de jouer les pisse froids, mais cette discussion n'a aucun intérêt.

On observe avec consternation comment la chantilly monte et comment elle pourrait encore plus monter.

Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,805
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FLOMED
    Newest Member
    FLOMED
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...