Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

Petit point gaz, la peur panique que c'était il y a seulement quelques mois. Etat des stocks à fin janvier, avec les températures hivernales de janvier, on relève un niveau toujours entre 82/83% de remplissage au niveau de l'UE

https://www.consilium.europa.eu/en/infographics/gas-storage-capacity/#:~:text=The regulation has been swiftly,filling level remains above 80%.

 

Edited by olivier lsb
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, olivier lsb a dit :

Petit point gaz, la peur panique que c'était il y a seulement quelques mois. Etat des stocks à fin janvier, avec les températures hivernales de janvier, on relève un niveau toujours entre 82/83% de remplissage au niveau de l'UE

https://www.consilium.europa.eu/en/infographics/gas-storage-capacity/#:~:text=The regulation has been swiftly,filling level remains above 80%.

Mais on le paye 6 fois plus cher qu'aux USA apparemment...

Je signale par ailleurs que les "données de marché" publiées sur le site de RTE montrent très souvent un "prix de marché" de l'électricité beaucoup plus faible en Allemagne qu'en France actuellement, en dépit des prix du gaz. De quoi douter des explications sur le prix de l'électricité fixé au prix de vente marginal de la dernière capacité de production appelée : comment se fait-il que ce soit si peu cher en Allemagne ?
Une partie de l'écart de prix semble venir du fait que les capacités d'interconnexion entre pays sont limitées.

Je dois avouer ne pas tout piger encore....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Boule75 a dit :

Mais on le paye 6 fois plus cher qu'aux USA apparemment...

Je signale par ailleurs que les "données de marché" publiées sur le site de RTE montrent très souvent un "prix de marché" de l'électricité beaucoup plus faible en Allemagne qu'en France actuellement, en dépit des prix du gaz. De quoi douter des explications sur le prix de l'électricité fixé au prix de vente marginal de la dernière capacité de production appelée : comment se fait-il que ce soit si peu cher en Allemagne ?
Une partie de l'écart de prix semble venir du fait que les capacités d'interconnexion entre pays sont limitées.

Je dois avouer ne pas tout piger encore....

On l'a payé 6 fois plus cher, surement, vers cet été. Depuis les prix en Europe sont repassés en deçà du niveau auxquels ils étaient avant guerre. Le prix moyen du gaz acheté, stocké (et donc restant à vendre) reste élevé, mais par le jeu du roulement des réserves (je déstocke un prix moyen élevé, je remplace par du gaz acheté spot à bas prix), ce prix moyen diminue.

Pour l'électricité, tu devais regarder seulement une journée car quand tu sélectionnes sur une plus grande période, les écarts de prix se resserrent beaucoup plus avec l'Allemagne.

L'effet des interconnexions est le suivant: tant que les capacités d'échange ne sont pas saturées, tu peux aller chercher le dernier KMh produit au prix spot, un peu plus loin que chez toi. Une fois l'interconnexion saturée, ce sont tes capacités installées localement qui doivent prendre le relais: plus possible d'aller chercher du KMh Polonais (si tant est que ce soit le cas en pratique, l'électricité ça voyage mal) ou Espagnol. Il faut donc rallumer tes unités de production locales, que tu avais justement coupées jusque là car leur cout de production de l'électricité est marginalement supérieur à la moyenne des capacités installées dans le pays (et dans l'UE, modulo les capacités d'interconnexion).

C'est à ce moment là que ton prix spot fait un grand bond en avant, car il reflètera le coût de production de la dernière centrale allumée. Toutes les unités de production d'appoint tournent au gaz, car elles sont faciles à allumer puis éteindre, mais c'est aussi le cout marginal le plus élevé (loin devant le nuke ou le charbon). 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, olivier lsb a dit :

"On ne se cache même plus, vous êtes les prochains". C'est proprement ahurissant cette propension à donner le bâton, à y aller d'un tapis général et au delà des moyens posés sur la table. 

La Norvège, décidée à partager les surprofits du conflit en cours ? 

 

Ça serait extrêmement classe de leur part.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 35 minutes, olivier lsb a dit :

On l'a payé 6 fois plus cher, surement, vers cet été. Depuis les prix en Europe sont repassés en deçà du niveau auxquels ils étaient avant guerre. Le prix moyen du gaz acheté, stocké (et donc restant à vendre) reste élevé, mais par le jeu du roulement des réserves (je déstocke un prix moyen élevé, je remplace par du gaz acheté spot à bas prix), ce prix moyen diminue.

Non : ce que j'ai vu écrit à répétition c'est que le gaz est actuellement en Europe six fois plus cher qu'aux USA, et que ce différentiels sur l'énergie va conduire les gros consommateurs à rééquilibrer leur production vers les Etats-Unis.
J'ai la flemme (et pas le temps) de chercher.

il y a 35 minutes, olivier lsb a dit :

Pour l'électricité, tu devais regarder seulement une journée car quand tu sélectionnes sur une plus grande période, les écarts de prix se resserrent beaucoup plus avec l'Allemagne.

L'effet des interconnexions est le suivant: tant que les capacités d'échange ne sont pas saturées, tu peux aller chercher le dernier KMh produit au prix spot, un peu plus loin que chez toi. Une fois l'interconnexion saturée, ce sont tes capacités installées localement qui doivent prendre le relais: plus possible d'aller chercher du KMh Polonais (si tant est que ce soit le cas en pratique, l'électricité ça voyage mal) ou Espagnol. Il faut donc rallumer tes unités de production locales, que tu avais justement coupées jusque là car leur cout de production de l'électricité est marginalement supérieur à la moyenne des capacités installées dans le pays (et dans l'UE, modulo les capacités d'interconnexion).

C'est à ce moment là que ton prix spot fait un grand bond en avant, car il reflètera le coût de production de la dernière centrale allumée. Toutes les unités de production d'appoint tournent au gaz, car elles sont faciles à allumer puis éteindre, mais c'est aussi le cout marginal le plus élevé (loin devant le nuke ou le charbon). 

Bien d'accord, mais du coup, si on part du principe 1. que les prix du gaz sont homogènes entre France et Allemagne (ça devrait même être moins en France) et 2. que le dernier kWh en Allemagne est produit à base de gaz, comme tu l'affirmes logiquement, je ne comprend pas trop pourquoi le prix "instantané" (en fait : échantillonnage ttes les 15mn je crois) affiché par RTE est - très régulièrement et en pleine journée - très inférieur en Allemagne.

Différence de taxation ou subventions ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, olivier lsb a dit :

Petit point gaz, la peur panique que c'était il y a seulement quelques mois. Etat des stocks à fin janvier, avec les températures hivernales de janvier, on relève un niveau toujours entre 82/83% de remplissage au niveau de l'UE

https://www.consilium.europa.eu/en/infographics/gas-storage-capacity/#:~:text=The regulation has been swiftly,filling level remains above 80%.

La situation est certainement meilleure en ce début d'année qu'on pouvait l'anticiper à l'été dernier.

Les deux questions qui demeurent à mon sens sont :

- Qu'en sera-t-il de l'hiver prochain, sachant que cet hiver nous bénéficions de stocks remplis en grande partie grâce au gaz que nous avons continué d'acheter à la Russie au long de 2022, ce qui ne sera pas répété cette année ? Le risque de pénurie est-il moindre qu'initialement craint, ou la question est-elle simplement décalée dans le temps ?

- Qu'en sera-t-il de la compétitivité européenne, notamment pour les industries à forte consommation énergétique (chimie par exemple) ? Le risque de perte permanente d'activité économique qui se déplacerait vers d'autres cieux plus cléments - où le prix et la disponibilité de l'énergie sont plus favorables - est-il écarté, ou le processus est-il simplement en cours ?

Je pense qu'on devrait avoir de premiers éléments de réponse d'ici quelques mois mois, et on en saura plus long dans un an évidemment.

De toute façon, le vin est tiré - nous avons fait certains choix à la fin février 2022, quelques jours après l'invasion - il faut le boire.

==>La seule politique raisonnable pour la France de mon point de vue est de "passer en économie de guerre", c'est-à-dire prendre tous les moyens nécessaires pour multiplier la production de centrales nucléaires - non pas seulement de canons Caesar comme nous l'avons déjà fait

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

39 minutes ago, Alexis said:

La situation est certainement meilleure en ce début d'année qu'on pouvait l'anticiper à l'été dernier.

  • Hiver très doux.
  • Consommation industrielle en chute libre à cause des prix. Quand les prix rebaisse ca devrait reprendre si l'activité n'a pas été réorganisé ailleurs.
  • Gros effort GNL.

Le contre coup ce sont :

  • les finances de l'état lourdement chargé par les subventions compensant le coût de l'énergie.
  • la grosse baisse d'activité des activité "energy intensive".
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

2024 ça sera:

- élections aux USA

- mais aussi "élections" en Russie :rolleyes:

 

Cela pose la question du calendrier de cette guerre.

Les américains vont-ils réellement continuer leur soutien militaire à l'Ukraine à la hauteur de ce qu'il est en ce moment sur plusieurs années?

Si la réponse peut être oui, elle risque fortement d'être assujettie à des objectifs qui risquent d'être moins ambitieux que ceux des ukrainiens.

Les russes de leur côté ne lâcheront rien, car c'est un combat existentiel pour Poutine et qu'il pense avoir les moyens du temps long, en hommes comme en matériel. (je ne connais pas la réalité sur ces points).

 

Ce que je veux dire, c'est que les ukrainiens risquent fort d'être condamnés à réussir leur reconquête territoriale dès le départ.

En cas de mauvaise dynamique au démarrage, il est possible que l'oncle SAM veuille imposer aux ukrainiens le fait d'accepter la perte des territoires occupés, histoire d'essayer clore cette guerre qui au fond les emm...

 

D'autre part, j'imagine mal Poutine accepter la perte totale des gains territoriaux en Ukraine sans réaction (très) violente, ce que l'occident veut éviter à tout prix.

 

Bref, plusieurs d'éléments qui risquent de pousser tout ce petit monde à inciter l’Ukraine à lâcher du lest à terme.

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

On 2/1/2023 at 11:47 AM, ywaDceBw4zY3tq said:

I highly recommend reading Victoria: A Novel of 4th Generation War (if you haven't already) to understand the breadth of Lind's strategic "thinking". Lind is not non-conformist, he is completely crazy. Among the "reformers", Boyd at least brought some conceptual advances to the understanding of aerial combat, but Lind's magnum opus is a book where a band of "Christian Marines" wage guerrilla warfare against the federal government with the power to the anime of Christianity, against a backdrop of Wehrmacht fetishism.

 

Comme c'est intéressant qu'ici Lind appelle à la paix. Peut-être y a-t-il une différence entre les romans "fantastiques" et la réalité ? Ou dit autrement, même une personne "complètement folle" comme Bill Lind dit que la paix est la meilleure option.

Quand le belliciste farfelu dit "il est temps de faire la paix", peut-être que les choses sont vraiment allées trop loin. nous pouvons nous plaindre de son roman, mais je voudrais souligner que Lind avait tout à fait raison sur la notion de guerre de 4ème génération. sa démonstration est peut-être absurde, mais compte tenu des 30 dernières années de conflit, Lind et les co-auteurs de la guerre de 4ème génération ont très bien fait. 

Les réformateurs sont un groupe extrêmement hétérogène. Mais le fait que Boyd, maître tacticien et stratège, ait gardé Lind "complètement fou" à bord montre bien que les réformateurs acceptaient n'importe qui, même fou, tant que tout le monde était d'accord sur les points clés.

La raison pour laquelle le brillant Boyd tolérerait un Lind fou est très révélatrice à mon avis. 

Il y a deux côtés à l'histoire des réformateurs. D'un côté, il y a l'histoire que les réformateurs ont créée pour eux-mêmes avec l'aide des médias. Les médias et les réformateurs entretenaient une relation symbiotique. Les réformateurs voulaient être entendus, et les médias voulaient rabaisser l'armée américaine après le Vietnam et surtout au moment où commençaient les constructions des années 1970 et 1980 qui allaient priver les fonds publics de programmes sociaux. C'est le côté très "poli". Les réformateurs ont été en mesure d'écrire et de réaliser leurs propres opérations de relations publiques avec des médias coopératifs. 

La réalité était très différente, et l'un des plus gros problèmes a été la guerre de 1991 qui a pratiquement détruit toutes leurs théories et philosophies. Ils font encore l'objet d'un culte jusqu'à aujourd'hui. D'une certaine manière, ils avaient raison dans certains domaines très spécifiques, mais il a été largement prouvé qu'ils avaient tort dans l'ensemble. 

Le problème avec les réformateurs est que la version des relations publiques est largement ce que le public connaît. Le public ne sait pas que Pierre Sprey a déclaré que l'installation d'un radar dans le F-20 l'avait "ruiné". Il ne sait pas que Boyd s'est mis dans l'embarras lors d'un cours de Top Gun en insistant sur le fait qu'un F-4 ne pourrait jamais battre un Mig. Ce fut une surprise pour les pilotes de F-4 qui assistaient au cours et qui avaient déjà tué des MiG. Le public ne sait pas que Sprey n'a pas "co-conçu" le F-16 et l'A-10. 

Tous les réformateurs ont l'habitude de dire et de revendiquer des choses extrêmement stupides et folles. 

Pas tout le temps, et pas dans tous les sujets, mais ils pouvaient dire et croire des choses très "croustillantes" comme disent les jeunes. 

 

 

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

On 1/31/2023 at 2:52 PM, Wallaby said:

This illustrates quite well what John Gray says in this video, namely that unlike scientific progress which is irreversible ("we will not return to alchemy"), moral and political progress is reversible: we can return to barbarism, for example, "the sudden rehabilitation of torture during the Iraq war" :

 

John Gray "On Progress", April 9, 2013

Malheureusement, la science recule elle aussi. La politique, le politiquement correct et, bien sûr, l'argent jouent tous un rôle. Je comprends son point de vue. 

Revenons au sujet. Le New York Times dit que les sanctions ne fonctionnent pas. 

https://www.nytimes.com/2023/01/31/business/economy/russia-sanctions-trade-china-turkey.html

https://www.nytimes.com/2023/01/31/world/europe/iran-russia-banks.html

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2023/01/31/world/europe/russias-economic-growth-suggests-western-sanctions-are-having-a-limited-impact.html

La résilience de l'économie russe contribue à alimenter la croissance mondiale, selon un nouveau rapport du Fonds monétaire international, suggérant que les efforts des nations occidentales pour affaiblir Moscou en raison de sa guerre en Ukraine semblent s'essouffler.

Dans un rapport publié lundi, le F.M.I. prévoit que la production russe augmentera de 0,3 % cette année et de 2,1 % l'année prochaine, défiant les prévisions antérieures d'une forte contraction en 2023 dans un contexte de sanctions occidentales.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Les importations de microprocesseurs vers la Russie ont augmenté de 40% entre janver et septembre 2022. J'aurais peut-être du placer cette info dans le fil opérations militaires parce qu'à mon avis ce n'est pas que pour acheter des machines à laver chères à Van der Leyen.... https://www.iif.com/portals/0/Files/content/IIF20230201_MN_Russia.pdf?_cldee=yLwHXZXebuPAGj8F2aefcPqePMPQxk-lmJGO3AGVJolJmaV6rUCMAHU_202Oqqevt84l37vRXjMJkkjDs93BiQ&recipientid=contact-8ad636d63153ea1180e4000d3a0f728a-9ff016c3cd964454aa98224815cb6ffa&utm_source=ClickDimensions&utm_medium=email&utm_campaign=Press Emails&esid=c1a285ea-2fa3-ed11-aad1-0022482d3cc4

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, Sammy a dit :

Les importations de microprocesseurs vers la Russie ont augmenté de 40% entre janver et septembre 2022. J'aurais peut-être du placer cette info dans le fil opérations militaires parce qu'à mon avis ce n'est pas que pour acheter des machines à laver chères à Van der Leyen.... https://www.iif.com/portals/0/Files/content/IIF20230201_MN_Russia.pdf?_cldee=yLwHXZXebuPAGj8F2aefcPqePMPQxk-lmJGO3AGVJolJmaV6rUCMAHU_202Oqqevt84l37vRXjMJkkjDs93BiQ&recipientid=contact-8ad636d63153ea1180e4000d3a0f728a-9ff016c3cd964454aa98224815cb6ffa&utm_source=ClickDimensions&utm_medium=email&utm_campaign=Press Emails&esid=c1a285ea-2fa3-ed11-aad1-0022482d3cc4

Le reportage de LCI en parle. Les voie d'importation passent par ... Hong-Kong, bon OK RAS, La Turquie c'est de l'opportunisme pourquoi pas, et ...l'Estonie çà par contre c'est plus inattendu. Les smartphone eux passent par ... L'Arménie..

Bon et puis pour ceux qui on rigolé au début de la guerre en nous disant que le gaz et le pétrole russe ne trouveraient pas de voies d'exportation, il semble que çà n'est absolument pas le cas. Chinois, Indiens et Turcs sont d'excellents transformateurs et nous d'excellents clients ...

Quand à la chute du rouble, elle a été parfaitement contrôlée ( pour ne pas dire anticipée) par l'impossibilité de le convertir et par le besoin des entreprises étrangères d'acheter du rouble pour continuer à travailler en Russie ...

CQFD

Link to comment
Share on other sites

Sur le paiement du pétrole russe :(rappel les EAU sont sur le point d'être interdit d'exporter vers les USA)

 

Exclusif-Les raffineurs indiens paient les négociants en dirhams pour le pétrole russe

Zonebourse

03/02/2023 | 19:10

Les raffineurs indiens ont commencé à payer la plupart de leur pétrole russe acheté par l'intermédiaire de négociants basés à Dubaï en dirhams des Émirats arabes unis au lieu de dollars américains, selon quatre sources ayant connaissance de la question.

Bien que les sanctions occidentales contre Moscou ne soient pas reconnues par l'Inde et que les achats de pétrole russe ne les enfreignent en aucun cas, les banques et les institutions financières sont prudentes en matière de compensation des paiements afin de ne pas tomber involontairement sous le coup des nombreuses mesures imposées à la Russie suite à son invasion de l'Ukraine.

Les raffineurs et les négociants indiens craignent de ne plus pouvoir continuer à régler leurs transactions en dollars, surtout si le prix du brut russe dépasse le plafond imposé par le Groupe des sept nations et l'Australie en décembre.

Cela a conduit les négociants à chercher d'autres méthodes de paiement, qui pourraient également contribuer aux efforts de la Russie pour dédollariser son économie en réponse aux sanctions occidentales.

Les tentatives précédentes des raffineurs indiens de payer les négociants en brut russe en dirhams par l'intermédiaire des banques de Dubaï ont échoué, les obligeant à revenir à la devise américaine.

Mais la principale banque indienne, la State Bank of India (SBI), compense désormais ces paiements en dirhams, ont déclaré les sources à Reuters, fournissant des détails sur des transactions qui n'avaient pas été signalées auparavant.

La SBI, qui possède des succursales à l'étranger, notamment aux États-Unis, n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Le plafond de prix du G7 interdit à toute société occidentale, comme les fournisseurs de services d'assurance et d'expédition qui sous-tendent une grande partie du commerce mondial, de participer au commerce du brut russe si le prix d'achat est supérieur à 60 dollars le baril au point de chargement en Russie. Cela reste le cas même si le pétrole est destiné à des pays comme la Chine et l'Inde qui ne reconnaissent pas le plafond.

Le passage aux paiements en dirhams a également été déclenché par le fait que la SBI a demandé aux raffineurs souhaitant effectuer des paiements en dollars pour du brut russe de fournir une ventilation des coûts du pétrole, du fret et de l'assurance, ce qui lui permet de contrôler le commerce et d'éviter de violer le plafond.

"La SBI est très conservatrice dans son approche", a déclaré l'une des sources, même si l'Inde ne suit pas le mécanisme de plafonnement des prix et que l'assurance et le transport maritime occidentaux ne sont pas utilisés pour la livraison.

Les raffineurs indiens achètent généralement du brut russe aux négociants à un prix qui inclut la livraison en Inde.

Une facture pour une telle transaction vue par Reuters montre que les négociants demandent un prix moyen incluant le fret pour le brut de l'Oural. Le document calculait le prix de la cargaison en dollars et en dirhams.

Les quatre sources ont déclaré que les raffineurs indiens achètent le pétrole russe sur une base livrée afin d'atténuer tout risque survenant pendant le transport, et jusqu'à présent le coût calculé au point de chargement a été inférieur au prix plafond.

Les raffineurs indiens achètent principalement du brut russe à des négociants basés à Dubaï, dont Everest Energy et Litasco, une unité du grand groupe pétrolier russe Lukoil.

Everest Energy et Litasco n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le mois dernier, le secrétaire indien au pétrole, Pankaj Jain, a déclaré que les entreprises indiennes ne rencontraient aucun problème pour payer le pétrole russe, car les dernières actions de l'Occident n'ont pas d'impact sur le mécanisme de règlement commercial.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Du Financial Times :

La Russie va tripler ses ventes de renminbi alors que les revenus énergétiques chutent

 

Texte original anglais :

Spoiler

Russia to triple renminbi sales as energy revenues drop
Anastasia Stognei in Riga

Russia plans to triple Chinese currency sales from its wealth fund to offset lowering oil and gas revenues, its finance ministry has said.

Energy revenues of Rbs426bn ($6bn) in January were 54 per cent lower than they were the previous month, and 46 per cent lower than the same month last year, the ministry said on Friday. The decline was partly down the windfall tax Gazprom paid late last year.

It sold Rbs54.5bn in renminbi last month to offset the shortfall while over the four weeks to March 6 it plans to sell Rbs160.2bn.

The ministry attributed the drop to “lower tax received from gas export”, which indicates the toll on state finances from the loss of the European market.

The wealth fund over the first two months of this year will lose about 6.5 per cent of its Chinese currency holdings, which amounted to Rmb310bn in December.

Russia’s $300bn international reserves remain frozen, making the renminbi its main instrument for foreign exchange interventions and increasing the state’s dependence on the Chinese currency.

La Russie va tripler ses ventes de renminbi alors que les revenus énergétiques chutent
Anastasia Stognei à Riga

La Russie prévoit de tripler les ventes de devises chinoises de son fonds de richesse pour compenser la baisse des revenus du pétrole et du gaz, a déclaré son ministère des finances.

Les revenus énergétiques de 426 milliards de Rbs (6 milliards de dollars) en janvier étaient inférieurs de 54 % à ceux du mois précédent et de 46 % à ceux du même mois de l'année dernière, a déclaré le ministère vendredi. La baisse est en partie due à l'impôt exceptionnel que Gazprom a payé à la fin de l'année dernière.

Elle a vendu 54,5 milliards de Rbs en renminbi le mois dernier pour compenser le manque à gagner, tandis qu'au cours des quatre semaines jusqu'au 6 mars, elle prévoit de vendre 160,2 milliards de Rbs.

Le ministère a attribué la baisse à "la diminution de la taxe reçue sur l'exportation de gaz", ce qui indique le tribut payé aux finances de l'État par la perte du marché européen.

Au cours des deux premiers mois de cette année, le fonds de richesse perdra environ 6,5 % de ses avoirs en monnaie chinoise, qui s'élevaient à 310 milliards de Rbs en décembre.

Les réserves internationales de 300 milliards de dollars de la Russie restent gelées, ce qui fait du renminbi son principal instrument pour les interventions de change et augmente la dépendance de l'État à la monnaie chinoise.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Sammy a dit :

Les importations de microprocesseurs vers la Russie ont augmenté de 40% entre janver et septembre 2022. J'aurais peut-être du placer cette info dans le fil opérations militaires parce qu'à mon avis ce n'est pas que pour acheter des machines à laver chères à Van der Leyen.... https://www.iif.com/portals/0/Files/content/IIF20230201_MN_Russia.pdf?_cldee=yLwHXZXebuPAGj8F2aefcPqePMPQxk-lmJGO3AGVJolJmaV6rUCMAHU_202Oqqevt84l37vRXjMJkkjDs93BiQ&recipientid=contact-8ad636d63153ea1180e4000d3a0f728a-9ff016c3cd964454aa98224815cb6ffa&utm_source=ClickDimensions&utm_medium=email&utm_campaign=Press Emails&esid=c1a285ea-2fa3-ed11-aad1-0022482d3cc4

As-tu compris d'où ils tiraient leurs chiffres ? Par exemple la "validation du jeu de données novateur" ? Moi pas du tout.
Et qu'est-ce que cet "Institut International de la Finance", au juste ?

@herciv : quels sont les volumes de pétrole et gaz acheté par les indiens ? Significatif ou pas ? Ca ne sert pas à grand chose de parler des prix si les nouveaux flux sont homéopathiques.

Il y a 3 heures, herciv a dit :

Quand à la chute du rouble, elle a été parfaitement contrôlée ( pour ne pas dire anticipée) par l'impossibilité de le convertir et par le besoin des entreprises étrangères d'acheter du rouble pour continuer à travailler en Russie ...

La phrase est contradictoire : soit le rouble est non-convertible et on ne peut pas en acheter (contre une autre devise), soit il l'est. En l'occurrence : il est resté "convertible" dans un cadre super-étroit. Je rappelle que le mécanisme n'avait pas subi d'évolution spectaculaire :
- avant les sanctions, une société pétrolière occidentale arrivait avec ses $ ou ses € et achetait des hydrocarbures
- après les sanctions, la même société arrivait avec ses $ ou ses €, achetait obligatoirement des rouble, qui lui servaient à acheter des hydrocarbures...

=> résultat identique vu de l'entreprise occidentale.
Vu de Russie :

  • qui "vend" les roubles obtient les devises (donc centralisation des rentrées de devises)
  • le cours du Rouble affiché lors de ces transactions est totalement artificiel.

 

La dé-dolarisation des achats de pétrole et d'autres biens est intéressante.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aquaromaine
    Newest Member
    Aquaromaine
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...