Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

Il y a 6 heures, Berezech a dit :

The Economist sur l'effort industriel russe :
 on passerait de 25 à 90 chars sortis de la réserves restaurés par mois. Et une vingtaine de neuf pour l'instant. La demande se placerait à un coefficient multiplicateur de 10 par rapport aux capacités.

Soit un besoin de 1100 chars par mois? Je sais que le T72 s’abandonne par paquets mais tout de même…

Edited by gustave
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, gustave a dit :

Soit un besoin de 1100 chars par mois? Je sais que le T72 s’abandonne par paquets mais tout de même…

:biggrin:
Je pense que c'est plus une demande totale "en stock".
Le journaliste joue la confusion stock/flux pour donner un air d'apocalypse à son article. Reste que l'armée russe a perdu effectivement une partie de son stock et que la "production" (on parle surtout de blindés de réserves restaurés) ne couvre pas les besoins mensuels, donc il y a dégradation de l'armée russe pour l'instant, ce qui va changer sans doute mais demande du temps.

Link to comment
Share on other sites

1_0.jpg.webp

https://www.foreignaffairs.com/ukraine/george-kennan-warning-on-ukraine (27 janvier 2023)

Dans un document de politique générale intitulé "U.S. Objectives with Respect to Russia" achevé en août 1948, Kennan expose les objectifs ultimes des États-Unis dans l'éventualité où les Russes envahiraient l'Ukraine. Il se rend compte que les Ukrainiens "n'aiment pas la domination russe et que leurs organisations nationalistes sont actives et se font entendre à l'étranger". Il serait donc "facile de sauter à la conclusion" que l'Ukraine devrait être indépendante. Il affirmait que les États-Unis ne devaient cependant pas encourager cette séparation.

L'évaluation de Kennan sous-estimait largement la volonté d'autodétermination des Ukrainiens. Néanmoins, deux problèmes identifiés par Kennan il y a trois quarts de siècle ont persisté, notamment dans l'esprit des dirigeants russes. Kennan doutait que les Russes et les Ukrainiens puissent être facilement distingués en termes ethniques. Il a écrit dans un mémo du département d'État qu'"il n'y a pas de ligne de démarcation claire entre la Russie et l'Ukraine, et il serait impossible d'en établir une." Deuxièmement, les économies russe et ukrainienne sont intimement liées. La création d'une Ukraine indépendante "serait aussi artificielle et aussi destructrice qu'une tentative de séparer la Corn Belt, y compris la région industrielle des Grands Lacs, de l'économie des États-Unis".

Si les Ukrainiens parvenaient à l'indépendance de leur propre chef, Kennan conseillait au Département d'État de ne pas intervenir, du moins dans un premier temps. Il était toutefois presque inévitable qu'une Ukraine indépendante soit "contestée à terme par la partie russe". Si, dans ce conflit, "une impasse indésirable se développait", les États-Unis devraient faire pression pour que "les différences soient aplanies dans le sens d'un fédéralisme raisonnable".

3_0.jpg.webp

Malgré les vicissitudes des 75 dernières années, les conseils de Kennan restent pertinents aujourd'hui. Une fédération autorisant l'autonomie régionale dans l'est de l'Ukraine et peut-être même en Crimée pourrait aider les deux parties à coexister. De nombreux analystes ont tendance à dépeindre le conflit actuel comme la "guerre de Poutine", mais Kennan pensait que presque tout dirigeant russe fort finirait par s'opposer à la séparation totale de l'Ukraine. Enfin, les réalités de la démographie et de la géographie font que la Russie restera à long terme la principale puissance dans ces "terres de sang" souvent tragiques. Dans l'intérêt de la stabilité régionale et de la sécurité à long terme des États-Unis, Washington doit continuer à faire preuve d'empathie et de lucidité à l'égard des intérêts des Russes, des Ukrainiens et des autres nationalités.

5.jpg.webp

En 1997, Kennan était encore plus alarmé par la décision de Washington de demander à l'OTAN non seulement d'admettre la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, mais aussi d'entamer une coopération militaire et navale avec l'Ukraine. La nouvelle ligne de démarcation entre l'Est et l'Ouest obligeait l'Ukraine et d'autres pays à choisir leur camp. "Ce choix n'est nulle part aussi inquiétant et lourd de conséquences que dans le cas de l'Ukraine", prévient Kennan dans une lettre privée à Talbott. Texte intégral de la lettre : https://www.foreignaffairs.com/sites/default/files/public_file/2023/Kennan to Talbott.4.22.97.pdf

Il s'est inquiété en particulier de Sea Breeze, un exercice naval conjoint de l'Ukraine et de l'OTAN qui a défié l'insécurité traditionnelle de la Russie face aux navires de guerre étrangers dans les eaux étroites de la mer Noire. Bien qu'elle ait été invitée à participer à l'exercice, la Russie a refusé avec colère. Le différend en cours à l'époque entre Kiev et Moscou au sujet de la base navale de Sébastopol en Crimée a ajouté à la tension. Comment, demandait Kennan à Talbott, cet exercice naval s'inscrivait-il dans l'effort de Washington "pour persuader la Russie que l'extension des frontières de l'OTAN vers la frontière russe en Europe de l'Est n'a pas de connotations militaires immédiates ?"

Liasse de documents cités dans cet article : https://www.foreignaffairs.com/sites/default/files/public_file/2023/Costigliola_Kennan_Talbott.pdf

 

 

Edited by Wallaby
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

11 hours ago, Berezech said:

Par miroir c'est plutôt la pauvreté de l'effort occidental que je note dans l'article, même si l'effort russe peut paraître dérisoire, en face on ne produit pratiquement rien pour l'instant. (une quinzaine de Abrams par mois potentiels mais vu que la dose de Abrams est anecdodique en Ukr ...).

Il s'agit peut-être d'un taux anémique dans le contexte d'une volonté de fournir à l'Ukraine des chars d'assaut en quantité supérieure au minimum absolu nécessaire aux pays occidentaux pour eux-mêmes. Toutefois, je ne pense pas que les chars soient la clé de voûte des capacités militaires occidentales dans un avenir prévisible. Je pense en particulier aux États-Unis, alors peut-être est-ce tout à fait différent pour d'autres, mais il est difficile d'imaginer un conflit impliquant directement les forces américaines qui promouvra le char de combat principal au rang d'arme la plus importante et la plus utile. En d'autres termes, ce n'est pas comme si l'Occident essayait avec toutes ses capacités industrielles et ne parvenait toujours pas à fabriquer des chars. Ce n'est pas pour des raisons de capacité budgétaire ou industrielle que l'armée américaine (et d'autres) n'a pas plus de chars que les autres.

En fait, pour les États-Unis, il est clair que l'armée dans son ensemble n'est tout simplement pas aussi importante pour les opérations militaires sur tous les théâtres de guerre potentiels considérés comme les plus probables. Il est clair que la marine, l'aviation, l'espace et le corps des marines américains joueront un rôle beaucoup plus décisif dans toutes les opérations mondiales (en particulier dans le Pacifique), à l'exception de quelque chose comme un "changement de régime" ou une opération de "construction d'une nation" pour laquelle il n'y a exactement ZERO appétit pour le moment. Je ne vois pas de blitzkrieg mexicain dans l'avenir proche. De nombreux analystes de la défense ont déclaré que l'armée avait choisi le V280 Valor pour le programme FLRAA en tenant compte de la nécessité de rester pertinent dans des opérations se déroulant à plus grande distance que par le passé dans des situations où des hélicoptères traditionnels ont été utilisés (par exemple, les hélicoptères traditionnels ayant une portée inadéquate aux distances rencontrées dans le Pacifique).

  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Berezech a dit :

The Economist sur l'effort industriel russe :

https://www.economist.com./the-economist-explains/2023/02/27/how-quickly-can-russia-rebuild-its-tank-fleet

Pas grand chose de neuf (une des sources est de nouveau Novaya Gazeta déjà exposée ici), mais on passerait de 25 à 90 chars sortis de la réserves restaurés par mois. Et une vingtaine de neuf pour l'instant. La demande se placerait à un coefficient multiplicateur de 10 par rapport aux capacités.
Par miroir c'est plutôt la pauvreté de l'effort occidental que je note dans l'article, même si l'effort russe peut paraître dérisoire, en face on ne produit pratiquement rien pour l'instant. (une quinzaine de Abrams par mois potentiels mais vu que la dose de Abrams est anecdodique en Ukr ...).

 Le Retex des 10RC en Ukraine sera intéressant à suivre :

On a formé les ukrainiens aux tactiques élégantes de la cavalerie légère... sur un engin qui a majoritairement servi à faire de l'appui-feu... et qui va arriver dans un conflit où les chars sont majoritairement utilisés pour de l'appui-feu d'artillerie notamment avec un développement du tir indirect sur T-72.

AMHA il faudrait surtout connaître la proportion de tirs directs Versus indirect pour savoir si on doit leur envoyer fissa les autres 10RC ou bien s'il faut plutôt leur envoyer du 2R2M motorisé type Mepac ou plus raisonnablement type Sherpa A2M.

https://www.opex360.com/2022/06/14/artillerie-arquus-devoile-une-nouvelle-version-du-sherpa-light-dotee-dun-mortier-raye-de-120-mm/

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

L'Allemagne a demandé à la Suisse d'acheter des chars de combat Leopard 2 hors service. Ils pourraient remplacer des chars que l'Allemagne et d'autres pays de l'UE ont livrés à l'Ukraine. Une vente nécessiterait l'approbation du Parlement.

https://www.rts.ch/info/suisse/13830602-lallemagne-veut-acheter-des-chars-leopard-suisses-hors-service.html#:~:text=L'Allemagne veut acheter des chars Leopard suisses hors service,-L'Allemagne veut&text=L'Allemagne a demandé à,nécessiterait l'approbation du Parlement.

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

ZOnebourse :

 

Berlin veut récupérer des chars Leopard 2 mis au rebut en Suisse

Aujourd'hui à 13:48

 Partager

ZURICH/BERLIN (Reuters) -L'Allemagne a demandé à la Suisse de lui vendre certains chars de combat Leopard 2 mis au rebut, ont fait savoir vendredi les gouvernements des deux pays, afin de permettre aux Occidentaux d'accroître leur aide militaire à l'Ukraine.

L'Allemagne souhaite ainsi que la Suisse revende ces chars au fabricant d'armes Rheinmetall AG afin de reconstituer les stocks d'armements au sein des pays membres de l'Union européenne et de l'Otan.

L'Allemagne, la Pologne, le Portugal, la Finlande et la Suède font partie des pays qui ont décidé de fournir des chars Leopard à l'Ukraine pour aider le pays à se défendre de l'invasion par la Russie, ce qui s'est traduit par un appauvrissement des réserves d'armes pour ces pays.

Les ministres allemands de la Défense et de l'Economie, Boris Pistorius et Robert Habeck, ont pour ce faire adressé un courrier le 23 février dernier à la ministre suisse de la Défense, Viola Amherd, ont dit à Reuters les ministères de la Défense des deux pays.

Le journal suisse Blick a été le premier à faire état de cette demande.

"Les chars ne seront pas vendus à l'Ukraine. Nous garantissons qu'ils resteront en Allemagne ou chez nos partenaires de l'Otan et de l'UE, afin de combler les carences apparues lors du transfert des chars Leopard 2 et d'améliorer l'approvisionnement en pièces de rechange en général", écrit le gouvernement allemand dans un courrier que Reuters a pu consulter.

La lettre ne précise pas combien de chars sont concernés par cette requête de Berlin. Mais dans ce courrier, le gouvernement allemand reconnaît "qu'il y a une discussion en Suisse (...) sur les conséquences (de la guerre de la Russie en Ukraine) pour sa défense nationale".

Son statut de neutralité interdit à la Suisse d'expédier directement en Ukraine des armes.

En réponse, Viola Amherd a déclaré le 1er mars que toute vente d'une partie des chars suisses exigerait au préalable que le Parlement à Berne déclare officiellement que les chars mis au rebut sont hors service, indique le ministère suisse de la Défense.

"Des discussions sur le sujet sont actuellement en cours au Parlement", a indiqué le porte-parole du ministère.

Le ministère allemand de la Défense n'a pour sa part pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

L'armée suisse dispose actuellement de 134 chars Leopard 2 en service et de 96 autres en réserve. Et selon un porte-parole du ministère suisse de la Défense, l'armée pourrait se passer de chars mais pour un nombre limité.

La Suisse n'a pas autorisé l'Allemagne, l'Espagne et le Danemark à réexporter vers l'Ukraine des munitions de fabrication suisse.

Mais ce sujet fait de plus en plus débat en Suisse où une partie de l'opinion publique et de la classe politique souhaite qu'il soit mis fin à l'interdiction d'expédier des armes suisses dans les zones de conflit.

(Reportage John Revill et Sabine Siebold, version française Matthieu Protard, édité par Kate Entringer)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

7 hours ago, Zalmox said:

Micro-trottoir récent en Russie sur le thème "Doit-on envahir la Pologne après ?". En russe, avec des sous-titres en anglais.

 

Doux Jésus. On ne peut imaginer ce qu'ils diront après une deuxième année d'intense propagande du Kremlin pour reformater leurs esprits. Et il y aura toujours des gens pour trouver des excuses à cette folie.

  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, nemo a dit :

Donc soit on pense que ce qu'il dit est parole d'évangile, soit on le considère comme un vil conspirationniste? Je suis toujours bluffé par la binarité absolue qu'on trouve chez certain.

Non. Simplement qu'un mec dont les publications sont de manière récurrentes pourries depuis plusieurs années est une source beaucoup moins fiable qu'un pax qui dirait la même chose mais sans avoir servi la propagande d'un pays ennemi et qui est depuis dans le déni.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...