Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

20 minutes ago, olivier lsb said:

Certes Medvedev doit prouver sa loyauté à Poutine, après une expérience très contrastée à la tête de l'Etat Russe. Mais au point de faire quasiment aveu de crime de guerre, pour ne pas évoquer pire ?

Cette logorrhée qui n'a aucun intérêt sur le fond, me laisse perplexe sur la forme: pourquoi prendre un tel risque en tant que représentant d'une autorité officielle ? On sait déjà que le mandat d'arrestation de la CPI à l'encontre de VVP et Maria Alekseyevna Lvova-Belova pour déportation d'enfants, a largement été permis les éléments de preuve diffusés par les intéressés eux même, notamment cette dernière. 

Il semble déterminé à être le prochain bénéficiaire de l'insigne d'honneur du Kremlin, un mandat de la CPI.

Cela laisse perplexe, à moins que son statut de membre du cercle de Poutine et de loyauté incontestable ne soit beaucoup plus ténu à l'intérieur qu'il ne nous apparaît.


Sur un autre sujet, je pensais avoir été banni. Je dois avoir mauvaise conscience. Je jure qu'il y a quelques jours, ce site web m'a dit que j'étais banni. À qui dois-je mon pardon ?

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, U235 a dit :

Sur un autre sujet, je pensais avoir été banni. Je dois avoir mauvaise conscience. Je jure qu'il y a quelques jours, ce site web m'a dit que j'étais banni. À qui dois-je mon pardon ?

Tu n'est pas le seul, on était tous bannis :biggrin:  Il y a un bug et il y a eu un bannissement de masse 

Tu peux aller lire le fil, "on arrête les bannissement de masse" :biggrin:

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, olivier lsb a dit :

A croire que sans nous en rendre compte, l'hallali nucléaire si souvent promis par les thuriféraires de Poutine, a fini par devenir réalité et nous sommes actuellement au paradis. Je dois pour ma part encore être dans la salle d'attente du jugement dernier, car ça ressemble furieusement à la vrai vie.

As-tu vu L'échelle de Jacob ?

Ce film contient des indications sur ta véritable situation :happy: ...

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, olivier lsb a dit :

1/4 (traduit avec deepl, sans relecture): 

Des documents divulgués révèlent l'ampleur des activités d'espionnage des États-Unis et les difficultés militaires de la Russie

https://www.nytimes.com/2023/04/08/us/politics/leaked-documents-russia-ukraine-war.html?smtyp=cur&smid=tw-nytimes

Ces informations, diffusées sur des sites de médias sociaux, montrent également que les services de renseignement américains écoutent des alliés importants.

Citation

WASHINGTON - Une fuite de documents du Pentagone révèle à quel point les services de sécurité et de renseignement russes ont été pénétrés par les États-Unis, démontrant la capacité de Washington à avertir l'Ukraine des frappes prévues et fournissant une évaluation de la puissance de la machine de guerre de Moscou.

Les documents décrivent une armée russe meurtrie qui lutte dans sa guerre en Ukraine et un appareil militaire profondément compromis. Ils contiennent des avertissements quotidiens en temps réel adressés aux agences de renseignement américaines sur le calendrier des frappes de Moscou et même sur leurs cibles spécifiques. Ces renseignements ont permis aux États-Unis de transmettre à l'Ukraine des informations cruciales sur la manière de se défendre.

La fuite, dont la source reste inconnue, révèle également l'évaluation américaine d'une armée ukrainienne elle-même en grande difficulté. Les documents divulgués, datant de la fin février et du début mars mais trouvés sur des sites de médias sociaux ces derniers jours, font état de graves pénuries de munitions de défense aérienne et discutent des gains réalisés par les troupes russes autour de la ville de Bakhmut, dans l'est du pays.

Les rapports des services de renseignement semblent indiquer que les États-Unis espionnent également les principaux dirigeants militaires et politiques de l'Ukraine, ce qui témoigne de la difficulté pour Washington d'avoir une vision claire des stratégies de combat de l'Ukraine.

Les nouveaux documents semblent montrer que l'Amérique a toujours une bonne compréhension des plans russes et que les États-Unis sont en mesure d'avertir leurs alliés des futures opérations de Moscou.

Ces documents renforcent une idée que les responsables du renseignement reconnaissent depuis longtemps : Les États-Unis comprennent mieux les opérations militaires russes que la planification ukrainienne. La collecte de renseignements est souvent difficile et parfois erronée, mais la série de documents offre peut-être l'image la plus complète à ce jour des rouages de la plus grande guerre terrestre qu'ait connue l'Europe depuis des décennies.

Cette fuite pourrait nuire à l'effort de guerre de l'Ukraine en révélant quelles sont les agences russes les plus connues des États-Unis, ce qui donnerait à Moscou l'occasion de couper les sources d'information. Des fonctionnaires actuels et anciens affirment qu'il est trop tôt pour connaître l'ampleur des dégâts, mais si la Russie est en mesure de déterminer comment les États-Unis recueillent leurs informations et de couper ce flux, cela pourrait avoir un effet sur le champ de bataille en Ukraine.

La fuite a déjà compliqué les relations avec les pays alliés et soulevé des doutes quant à la capacité des États-Unis à conserver leurs secrets. Après avoir examiné les documents, un haut responsable des services de renseignement occidentaux a déclaré que la publication de ces documents était douloureuse et a laissé entendre qu'elle pourrait freiner l'échange de renseignements. Selon lui, pour que les différentes agences se communiquent des documents, il faut qu'elles se fassent confiance et qu'elles aient l'assurance que certaines informations sensibles seront gardées secrètes.

Les documents pourraient également nuire aux relations diplomatiques par d'autres moyens. Les documents de renseignement récemment révélés montrent clairement que les États-Unis n'espionnent pas seulement la Russie, mais aussi ses alliés. Si cela ne surprend guère les responsables de ces pays, le fait de rendre publiques de telles écoutes nuit toujours aux relations avec des partenaires clés, comme la Corée du Sud, dont l'aide est nécessaire pour approvisionner l'Ukraine en armement. (...)

 

Edited by fraisedesbois
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

(2/4)

Citation

Le représentant Mike Gallagher, républicain du Wisconsin et membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les responsables de l'administration Biden informent les législateurs sur cette question lorsque le Congrès reprendra ses travaux la semaine prochaine.

"Le fait que cette série de documents ait été divulguée semble constituer un énorme problème de contre-espionnage", a-t-il déclaré. "Nous parlons de choses qui pourraient nuire à notre sécurité nationale et aux efforts de la CIA en Europe et dans le monde entier.

Les analystes estiment que la taille de la liasse est probablement d'environ 100 pages. Des journalistes du New York Times ont examiné plus de 50 de ces pages.

Les documents sont apparus en ligne sous la forme de photographies prises à la hâte de morceaux de papier posés sur ce qui semble être un magazine de chasse. D'anciens fonctionnaires qui ont examiné les documents affirment qu'il est probable qu'une note d'information classifiée ait été pliée, placée dans une poche, puis sortie d'une zone sécurisée pour être photographiée.

De hauts responsables américains ont déclaré qu'une enquête, lancée vendredi par le Federal Bureau of Investigation, s'efforcerait de déterminer rapidement la source de la fuite. Les responsables ont reconnu que les documents semblent être des notes de renseignement et opérationnelles légitimes compilées par l'état-major interarmées du Pentagone, sur la base de rapports de la communauté du renseignement du gouvernement, mais qu'au moins l'un d'entre eux avait été modifié par rapport à l'original à un moment ultérieur.

Un haut fonctionnaire américain a qualifié cette fuite de "violation massive des services de renseignement", aggravée par le fait qu'elle montre à la Russie à quel point les agents des services de renseignement américains sont parvenus à s'introduire dans l'appareil militaire russe. Les fonctionnaires du gouvernement américain ayant une habilitation de sécurité reçoivent souvent de tels documents par le biais de courriels quotidiens, a déclaré un fonctionnaire, et ces courriels peuvent ensuite être automatiquement transmis à d'autres personnes.

Un autre haut fonctionnaire américain a déclaré qu'il pourrait être difficile de retrouver la source initiale de la fuite car des centaines, voire des milliers, de militaires et d'autres fonctionnaires du gouvernement américain disposent des autorisations de sécurité nécessaires pour avoir accès aux documents. Ce haut fonctionnaire a indiqué que le Pentagone avait mis en place des procédures au cours des derniers jours pour "verrouiller" la distribution de documents d'information très sensibles.

La plupart des informations contenues dans les documents correspondent à celles qui ont été rendues publiques par les autorités, mais elles sont souvent plus détaillées. L'un des documents indique que les Russes ont subi entre 189 500 et 223 000 pertes, dont 43 000 morts au combat. Les responsables américains ont précédemment estimé les pertes russes à environ 200 000 soldats. Les responsables américains sont plus circonspects lorsqu'il s'agit de décrire les pertes ukrainiennes, mais ils ont indiqué qu'elles s'élevaient à environ 100 000 soldats. Le document divulgué indique qu'en février, l'Ukraine avait subi entre 124 500 et 131 000 pertes, dont 17 500 tués au combat.

Les responsables des services de renseignement ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que leurs chiffres concernant les pertes sont présentés avec un "faible degré de confiance", ce qui signifie qu'il s'agit, au mieux, d'estimations approximatives. Le document fait également état d'une évaluation peu fiable et indique que les États-Unis tentent de revoir la façon dont ils évaluent la puissance de combat de l'armée russe et sa capacité à soutenir des opérations futures.

Les documents montrent que presque tous les services de sécurité russes semblent avoir été pénétrés par les États-Unis d'une manière ou d'une autre. Par exemple, une entrée, marquée top secret, traite des plans de l'état-major russe pour contrer les chars que les pays de l'OTAN fournissent à l'Ukraine, y compris la création de différentes "zones de feu" et le début de la formation des soldats russes sur les vulnérabilités des différents chars alliés. (...)

 

Edited by fraisedesbois
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

(3/4)

Citation

Les autorités ukrainiennes continuent d'affirmer que les documents ont été modifiés ou falsifiés. Dans une déclaration sur Telegram, Mykhailo Podolyak, conseiller du président ukrainien, a déclaré que les fuites avaient pour but de semer la méfiance entre les partenaires de l'Ukraine.

Une autre note parle d'une campagne d'information planifiée par le G.R.U., l'unité de renseignement militaire russe, en Afrique pour tenter de façonner l'opinion publique contre les États-Unis et de "promouvoir la politique étrangère russe".

Si certaines de ces notes de renseignement proposent des analyses et des avertissements généraux sur les plans russes, d'autres sont le genre d'informations exploitables que l'Ukraine pourrait utiliser pour se défendre. L'une d'entre elles fait état de l'élaboration par le ministère russe de la défense de plans de frappes de missiles sur les forces ukrainiennes sur des sites spécifiques à Odessa et à Mykolaiv le 3 mars, une attaque qui, selon les agences de renseignement américaines, viserait à détruire une zone de stockage de drones, un canon de défense aérienne et à tuer des soldats ukrainiens.

Fin mars, la Russie a affirmé avoir détruit un hangar contenant des drones ukrainiens près d'Odessa. Toujours fin mars, des analystes militaires indépendants ont déclaré que la Russie avait attaqué Mykolaiv et d'autres villes ukrainiennes, mais ont qualifié ces bombardements de routiniers. On ne sait pas si les avertissements donnés par les États-Unis ont permis aux Ukrainiens de prendre des mesures pour atténuer les dommages causés par les attaques.

Un autre article traite d'un rapport diffusé en février par le Centre de commandement de la défense nationale de Russie sur la "diminution de la capacité de combat" des forces russes dans l'est de l'Ukraine.

Bien que les documents aient été compilés par l'état-major interarmées du Pentagone, ils contiennent des renseignements provenant de nombreuses agences, dont l'Agence nationale de sécurité, le Bureau de renseignement et de recherche du département d'État et l'Agence centrale de renseignement. Certains documents sont étiquetés comme ayant été collectés en vertu de la loi sur la surveillance des renseignements étrangers (Foreign Intelligence Surveillance Act, ou FISA), ce qui signifie que leur diffusion n'est pas autorisée sans l'accord du procureur général.

Une partie des documents est classée comme provenant d'une mise à jour quotidienne de la C.I.A. sur le renseignement. Le contenu de cette section révèle non seulement qui la C.I.A. espionne, mais aussi quelques détails sur la manière dont elle le fait. Un rapport de renseignement, par exemple, démontre que la C.I.A. utilise des communications interceptées pour espionner les discussions au sein du ministère russe de la défense.

Les documents révèlent que les services de renseignement américains n'espionnent pas seulement les Russes, mais aussi d'importants alliés.

Dans les pages mises en ligne, on trouve au moins deux discussions sur les débats internes de la Corée du Sud concernant l'opportunité de donner aux États-Unis des obus d'artillerie à utiliser en Ukraine, en violation de la politique de Séoul en matière d'aide létale. Une section des documents rapporte que les fonctionnaires sud-coréens craignaient que le président Biden n'appelle le président sud-coréen pour faire pression sur Séoul afin qu'il livre la marchandise.

Une autre partie des documents, provenant de la C.I.A., est plus explicite sur la façon dont les États-Unis ont appris les délibérations sud-coréennes, notant que l'information provenait d'un "rapport de renseignement électromagnétique", un terme utilisé par les agences d'espionnage pour tout type de communications interceptées, des appels téléphoniques aux messages électroniques.

Une autre évaluation de la C.I.A. s'appuyant sur des interceptions a rapporté qu'entre le début et la mi-février, de hauts responsables du Mossad, l'agence d'espionnage étrangère d'Israël, ont encouragé les fonctionnaires du Mossad et les citoyens israéliens à protester contre les réformes judiciaires proposées par le nouveau gouvernement d'Israël. De hauts responsables de la défense israélienne ont nié les conclusions de l'évaluation, et le New York Times n'a pas été en mesure de les vérifier de manière indépendante. (...)

 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

(4/4)

Citation

Les changements proposés ont suscité des protestations publiques massives et ont incité le Premier ministre Benjamin Netanyahu à retarder la proposition.

Selon Aric Toler, analyste chez Bellingcat, un site d'investigation néerlandais, la première série de documents semble avoir été publiée début mars sur Discord, une plateforme de discussion sur les médias sociaux très prisée par les joueurs de jeux vidéo.

Discord a gagné en popularité pendant la pandémie et est devenu un lieu de rencontre pour les jeunes, les amateurs de musique, les fans d'anime et les adeptes des crypto-monnaies qui discutent de leurs passions dans des communautés connues sous le nom de serveurs. Fin 2021, la plateforme comptait plus de 150 millions d'utilisateurs actifs par mois.

Les serveurs Discord sont essentiellement des salles de chat, où les gens peuvent discuter de leurs hobbies et s'envoyer des messages ou participer à des appels audio. Certains serveurs sont publics et contiennent des milliers de personnes, tandis que d'autres ne sont accessibles que sur invitation. Cette configuration a permis à Discord de prospérer, mais elle a également entraîné des problèmes de contenu préjudiciable au fil des ans.

Certains des documents ont ensuite été réaffichés dans les semaines qui ont suivi sur d'autres plateformes de médias sociaux, notamment 4chan, un forum de discussion anonyme et marginal, mais ils n'ont attiré l'attention d'un plus grand nombre que lorsqu'ils ont fait surface ces derniers jours sur Twitter et Telegram, selon les analystes.

Samedi, des photos de nombreux documents étaient encore disponibles sur Twitter. Alors que la plateforme de médias sociaux aurait pu, par le passé, prendre des mesures pour supprimer les documents, en vertu de règles interdisant la distribution de documents piratés, Elon Musk, le propriétaire de Twitter, a semblé indiquer dans un message sur Twitter jeudi qu'il ne supprimerait pas les documents. FIN

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

@fraisedesbois: ce qui me semble bien mystérieux, c'est l'intérêt qu'aurait la Russie à étaler sa capacité à obtenir des documents secrets US pour, au final et à moins que quelque chose ne m'ait échappé, à peu près zéro scoop.

Est-ce que, noyé dans tout ça, se trouve la marque d'une capacité ou opération US authentiquement inconnue jusqu'à présent et désormais grillée ?

S'agit-il d'augmenter la méfiance de certains alliés des Us pour les détourner des certains partage d'information avec les servises américains ?

Je suis bien perplexe.

Link to comment
Share on other sites

Ah ... Problèmes (russes ?) avec la MCO des MiG-29 slovaques ...

extrait :

« Nous avons acheté [aux Russes] un moteur qui devait durer 350 heures. Et au final, il n’a volé que 70 heures."

https://www.opex360.com/2023/04/07/la-slovaquie-soupconne-des-techniciens-russes-davoir-sabote-ses-mig-29-destines-a-lukraine/

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, jojo (lo savoyârd) a dit :

Ah ... Problèmes (russes ?) avec la MCO des MiG-29 slovaques ...

extrait :

« Nous avons acheté [aux Russes] un moteur qui devait durer 350 heures. Et au final, il n’a volé que 70 heures."

https://www.opex360.com/2023/04/07/la-slovaquie-soupconne-des-techniciens-russes-davoir-sabote-ses-mig-29-destines-a-lukraine/

On le savait déjà, c'est pour ça que les Slovaques ont fini par passer sur F-16. Pourtant, le projet 29AS était plutôt bien fichu.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

C'est du symbolique, mais la guerre diplomatique se poursuit à l'ONU :

NATIONS UNIES (AP) - La Russie a perdu les élections de trois organes des Nations Unies cette semaine, signe que l'opposition à son invasion de l'Ukraine il y a plus d'un an reste forte.

Les votes au Conseil économique et social de l'ONU, composé de 54 membres, font suite à l'approbation de six résolutions non contraignantes contre la Russie par l'Assemblée générale de l'ONU, composée de 193 membres. Le dernier – le 23 février, la veille du premier anniversaire de l'invasion – a appelé Moscou à mettre fin aux hostilités et à retirer ses forces et a été adopté par un vote de 141 contre 7 avec 32 abstentions.

Lors des votes de l'ECOSOC, la Russie a été battue à une écrasante majorité par la Roumanie pour un siège à la Commission de la condition de la femme. Il a perdu face à l'Estonie pour être membre du conseil d'administration de l'agence des Nations Unies pour l'enfance, l'UNICEF. Et il a été battu par l'Arménie et la République tchèque lors de votes au scrutin secret pour l'adhésion à la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Heorl a dit :

Apparemment le NYT ne sait toujours pas se prémunir contre une simple sélection souris suivie de CtrlC+CtrlV

L'ami Dippeul nous donne ceci :

 

Des documents divulgués révèlent l'ampleur des activités d'espionnage des États-Unis et les difficultés militaires de la Russie

Ces informations, diffusées sur des sites de médias sociaux, montrent également que les services de renseignement américains écoutent des alliés importants.

Les nouveaux documents semblent montrer que la compréhension de la planification russe par l'Amérique reste étendue et que les États-Unis sont en mesure d'avertir l'armée ukrainienne des futures opérations de Moscou.Crédit...Mauricio Lima pour le New York Times

Par Julian E. Barnes, Helene Cooper, Thomas Gibbons-Neff, Michael Schwirtz et Eric Schmitt

8 avril 2023

WASHINGTON - Une fuite de documents du Pentagone révèle à quel point les services de sécurité et de renseignement russes ont été pénétrés par les États-Unis, démontrant la capacité de Washington à avertir l'Ukraine des frappes prévues et fournissant une évaluation de la puissance de la machine de guerre de Moscou.

Les documents décrivent une armée russe meurtrie qui lutte dans sa guerre en Ukraine et un appareil militaire profondément compromis. Ils contiennent des avertissements quotidiens en temps réel adressés aux agences de renseignement américaines sur le calendrier des frappes de Moscou et même sur leurs cibles spécifiques. Ces renseignements ont permis aux États-Unis de transmettre à l'Ukraine des informations cruciales sur la manière de se défendre.

La fuite, dont la source reste inconnue, révèle également l'évaluation américaine d'une armée ukrainienne elle-même en grande difficulté. Les documents divulgués, datant de la fin février et du début mars mais trouvés sur des sites de médias sociaux ces derniers jours, font état de graves pénuries de munitions de défense aérienne et discutent des gains réalisés par les troupes russes autour de la ville de Bakhmut, dans l'est du pays.

Les rapports des services de renseignement semblent indiquer que les États-Unis espionnent également les principaux dirigeants militaires et politiques de l'Ukraine, ce qui témoigne de la difficulté pour Washington d'avoir une vision claire des stratégies de combat de l'Ukraine.

Les nouveaux documents semblent montrer que l'Amérique a toujours une bonne compréhension des plans russes et que les États-Unis sont en mesure d'avertir leurs alliés des futures opérations de Moscou.

Ces documents renforcent une idée que les responsables du renseignement reconnaissent depuis longtemps : Les États-Unis comprennent mieux les opérations militaires russes que la planification ukrainienne. La collecte de renseignements est souvent difficile et parfois erronée, mais la série de documents offre peut-être l'image la plus complète à ce jour des rouages de la plus grande guerre terrestre qu'ait connue l'Europe depuis des décennies.

Cette fuite pourrait nuire à l'effort de guerre de l'Ukraine en révélant quelles sont les agences russes les plus connues des États-Unis, ce qui donnerait à Moscou l'occasion de couper les sources d'information. Des fonctionnaires actuels et anciens affirment qu'il est trop tôt pour connaître l'ampleur des dégâts, mais si la Russie est en mesure de déterminer comment les États-Unis recueillent leurs informations et de couper ce flux, cela pourrait avoir un effet sur le champ de bataille en Ukraine.

Cette fuite a déjà compliqué les relations avec les pays alliés et soulevé des doutes quant à la capacité des États-Unis à conserver leurs secrets. Après avoir examiné les documents, un haut responsable des services de renseignement occidentaux a déclaré que la divulgation de ces informations était douloureuse et a laissé entendre qu'elle pourrait freiner l'échange de renseignements. Selon lui, pour que les différentes agences se communiquent des documents, il faut qu'elles se fassent confiance et qu'elles aient l'assurance que certaines informations sensibles resteront secrètes.

Les documents pourraient également nuire aux relations diplomatiques par d'autres moyens. Les documents de renseignement récemment révélés montrent clairement que les États-Unis n'espionnent pas seulement la Russie, mais aussi ses alliés. Si cela ne surprend guère les responsables de ces pays, le fait de rendre publiques de telles écoutes nuit toujours aux relations avec des partenaires clés, comme la Corée du Sud, dont l'aide est nécessaire pour approvisionner l'Ukraine en armement.

Le représentant Mike Gallagher, républicain du Wisconsin et membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les responsables de l'administration Biden informent les législateurs sur cette question lorsque le Congrès reprendra ses travaux la semaine prochaine.

"Le fait que cette série de documents ait été divulguée semble constituer un énorme problème de contre-espionnage", a-t-il déclaré. "Nous parlons de choses qui pourraient nuire à notre sécurité nationale et aux efforts de la CIA en Europe et dans le monde entier.

Les analystes estiment que la taille de la liasse est probablement d'environ 100 pages. Des journalistes du New York Times ont examiné plus de 50 de ces pages.

Les documents sont apparus en ligne sous la forme de photographies prises à la hâte de morceaux de papier posés sur ce qui semble être un magazine de chasse. D'anciens fonctionnaires qui ont examiné les documents affirment qu'il est probable qu'une note d'information classifiée ait été pliée, placée dans une poche, puis sortie d'une zone sécurisée pour être photographiée.

De hauts responsables américains ont déclaré qu'une enquête, lancée vendredi par le Federal Bureau of Investigation, s'efforcerait de déterminer rapidement la source de la fuite. Les responsables ont reconnu que les documents semblent être des notes de renseignement et opérationnelles légitimes compilées par l'état-major interarmées du Pentagone, sur la base de rapports de la communauté du renseignement du gouvernement, mais qu'au moins l'un d'entre eux avait été modifié par rapport à l'original à un moment ultérieur.

Un haut fonctionnaire américain a qualifié cette fuite de "violation massive des services de renseignement", aggravée par le fait qu'elle montre à la Russie à quel point les agents des services de renseignement américains ont réussi à s'introduire dans l'appareil militaire russe. Les fonctionnaires du gouvernement américain ayant une habilitation de sécurité reçoivent souvent de tels documents par le biais de courriels quotidiens, a déclaré un fonctionnaire, et ces courriels peuvent ensuite être automatiquement transmis à d'autres personnes.

(Sous-titre d'une image pas passée dans le copier-coller) Les conséquences d'un bombardement à Kostyantynivka, en Ukraine, en avril. Les rapports des services de renseignement semblent indiquer que les États-Unis espionnent également les responsables ukrainiens, ce qui témoigne de la lutte de Washington pour obtenir une vision claire des stratégies de combat de l'Ukraine. Crédit...Mauricio Lima pour le New York Times 

La plupart des informations contenues dans les documents correspondent aux déclarations publiques faites par les responsables, mais dans de nombreux cas, elles contiennent plus de détails. L'un des documents indique que les Russes ont subi entre 189 500 et 223 000 pertes, dont 43 000 morts au combat. Les responsables américains ont précédemment estimé les pertes russes à environ 200 000 soldats. Les responsables américains sont plus circonspects lorsqu'il s'agit de décrire les pertes ukrainiennes, mais ils ont indiqué qu'elles s'élevaient à environ 100 000 soldats. Le document divulgué indique qu'en février, l'Ukraine avait subi entre 124 500 et 131 000 pertes, dont 17 500 tués au combat.

Les responsables des services de renseignement ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que leurs chiffres concernant les pertes sont présentés avec un "faible degré de confiance", ce qui signifie qu'il s'agit, au mieux, d'estimations approximatives. Le document fait également état d'une évaluation peu fiable et indique que les États-Unis tentent de revoir la manière dont ils évaluent la puissance de combat de l'armée russe et sa capacité à soutenir des opérations futures.

Les documents montrent que presque tous les services de sécurité russes semblent avoir été pénétrés par les États-Unis d'une manière ou d'une autre. Par exemple, une entrée, marquée top secret, traite des plans de l'état-major russe pour contrer les chars que les pays de l'OTAN fournissent à l'Ukraine, y compris la création de différentes "zones de feu" et le début de la formation des soldats russes sur les vulnérabilités des différents chars alliés.

Les autorités ukrainiennes continuent d'affirmer que les documents ont été modifiés ou falsifiés. Dans une déclaration sur Telegram, Mykhailo Podolyak, conseiller du président ukrainien, a déclaré que les fuites avaient pour but de semer la méfiance entre les partenaires de l'Ukraine.

Une autre note parle d'une campagne d'information planifiée par le G.R.U., l'unité de renseignement militaire russe, en Afrique pour tenter de façonner l'opinion publique contre les États-Unis et de "promouvoir la politique étrangère russe".

Si certaines de ces notes de renseignement proposent des analyses et des avertissements généraux sur les plans russes, d'autres sont le genre d'informations exploitables que l'Ukraine pourrait utiliser pour se défendre. L'une d'entre elles fait état de l'élaboration par le ministère russe de la défense de plans de frappes de missiles sur les forces ukrainiennes sur des sites spécifiques à Odessa et à Mykolaiv le 3 mars, une attaque qui, selon les agences de renseignement américaines, viserait à détruire une zone de stockage de drones, un canon de défense aérienne et à tuer des soldats ukrainiens.

Fin mars, la Russie a affirmé avoir détruit un hangar contenant des drones ukrainiens près d'Odessa. Toujours fin mars, des analystes militaires indépendants ont déclaré que la Russie avait attaqué Mykolaiv et d'autres villes ukrainiennes, mais ont qualifié ces bombardements de routiniers. On ne sait pas si les avertissements donnés par les États-Unis ont permis aux Ukrainiens de prendre des mesures pour atténuer les dommages causés par les attaques.

Un autre article traite d'un rapport diffusé en février par le Centre de commandement de la défense nationale de Russie sur la "diminution de la capacité de combat" des forces russes dans l'est de l'Ukraine.

Bien que les documents aient été compilés par l'état-major interarmées du Pentagone, ils contiennent des renseignements provenant de nombreuses agences, dont l'Agence nationale de sécurité, le Bureau de renseignement et de recherche du département d'État et l'Agence centrale de renseignement. Certains documents sont étiquetés comme ayant été collectés en vertu de la loi sur la surveillance des renseignements étrangers (Foreign Intelligence Surveillance Act, ou FISA), ce qui signifie que leur diffusion n'est pas autorisée sans l'accord du ministre de la Justice.

Une partie des documents est classée comme provenant d'une mise à jour quotidienne de la C.I.A. sur le renseignement. Le contenu de cette section révèle non seulement qui la C.I.A. espionne, mais aussi quelques détails sur la manière dont elle le fait. Un rapport de renseignement, par exemple, démontre que la C.I.A. utilise des communications interceptées pour espionner les discussions au sein du ministère russe de la défense.

Les documents révèlent que les services de renseignement américains n'espionnent pas seulement les Russes, mais aussi d'importants alliés.

Dans les pages mises en ligne, on trouve au moins deux discussions sur les débats internes de la Corée du Sud concernant l'opportunité de fournir aux États-Unis des obus d'artillerie destinés à être utilisés en Ukraine, en violation de la politique de Séoul en matière d'aide létale. Une section des documents rapporte que les fonctionnaires sud-coréens craignaient que le président Biden n'appelle le président sud-coréen pour faire pression sur Séoul afin qu'il livre la marchandise.

Une autre partie des documents, provenant de la C.I.A., est plus explicite sur la façon dont les États-Unis ont appris les délibérations sud-coréennes, notant que l'information provenait d'un "rapport de renseignement électromagnétique", un terme utilisé par les agences d'espionnage pour tout type de communications interceptées, des appels téléphoniques aux messages électroniques.

Une autre évaluation de la C.I.A. s'appuyant sur des interceptions a rapporté qu'entre le début et la mi-février, de hauts responsables du Mossad, l'agence d'espionnage étrangère d'Israël, ont encouragé les fonctionnaires du Mossad et les citoyens israéliens à protester contre les réformes judiciaires proposées par le nouveau gouvernement d'Israël. De hauts responsables de la défense israélienne ont nié les conclusions de l'évaluation, et le New York Times n'a pas été en mesure de les vérifier de manière indépendante.

Les changements proposés ont suscité des protestations publiques massives et ont incité le Premier ministre Benjamin Netanyahu à retarder la proposition.

Selon Aric Toler, analyste chez Bellingcat, un site d'investigation néerlandais, la première série de documents semble avoir été publiée début mars sur Discord, une plateforme de discussion sur les médias sociaux très prisée des joueurs de jeux vidéo.

Discord a gagné en popularité pendant la pandémie et est devenu un centre de socialisation pour les jeunes et pour les amateurs de musique, les fans d'anime et les passionnés de crypto-monnaies qui discutent de leurs passions dans des communautés connues sous le nom de serveurs. Fin 2021, la plateforme comptait plus de 150 millions d'utilisateurs actifs par mois.

Les serveurs Discord sont essentiellement des salles de chat, où les gens peuvent discuter de leurs hobbies et s'envoyer des messages ou participer à des appels audio. Certains serveurs sont publics et contiennent des milliers de personnes, tandis que d'autres ne sont accessibles que sur invitation. Cette configuration a permis à Discord de prospérer, mais elle a également entraîné des problèmes de contenu préjudiciable au fil des ans.

Certains des documents ont ensuite été réaffichés dans les semaines qui ont suivi sur d'autres plateformes de médias sociaux, notamment 4chan, un forum de discussion anonyme et marginal, mais ils n'ont attiré l'attention d'un plus grand nombre que lorsqu'ils ont fait surface ces derniers jours sur Twitter et Telegram, selon les analystes.

Samedi, des photos de nombreux documents étaient encore disponibles sur Twitter. Alors que la plateforme de médias sociaux aurait pu, par le passé, prendre des mesures pour supprimer les documents, en vertu de règles interdisant la distribution de documents piratés, Elon Musk, le propriétaire de Twitter, a semblé indiquer dans un message sur Twitter jeudi qu'il ne supprimerait pas les documents.

Julian E. Barnes, Helene Cooper et Eric Schmitt se sont exprimés à Washington, Thomas Gibbons-Neff à Londres et Michael Schwirtz à Lviv, en Ukraine. Kellen Browning a contribué au reportage.

Ah effectivement j'ai fait la manip, ça fonctionne ! 

Curieux d'ailleurs que tu aies pu poster tout l'article d'un coup, sans la limitation de caractère du forum. Mais bref, merci camarade. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

@fraisedesbois: ce qui me semble bien mystérieux, c'est l'intérêt qu'aurait la Russie à étaler sa capacité à obtenir des documents secrets US pour, au final et à moins que quelque chose ne m'ait échappé, à peu près zéro scoop.

Est-ce que, noyé dans tout ça, se trouve la marque d'une capacité ou opération US authentiquement inconnue jusqu'à présent et désormais grillée ?

S'agit-il d'augmenter la méfiance de certains alliés des Us pour les détourner des certains partage d'information avec les servises américains ?

Je suis bien perplexe.

ça pourrait être une fuite organisée par les US, et d'ailleurs, durant toute la guerre froide, c'était même çà le plus dur: savoir à quel point le défecteur (plutôt coté occidental que Russe) est sincère ou est envoyé en service commandé. Il en va de même pour les "fuites" d'informations: sincères ou pas, c'est toujours l'occasion d'un billard à 15 bandes. 

Je retiens pour ma part que pour revêtir une forme de crédibilité et provoquer les effets attendus, une fuite organisée doit être composée de 90% (ça marche pour aussi pour 91 ou 80%..) d'informations authentique et de 10% de carabistouille, sur le point précis ou l'on cherche à créer la tromperie. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Après les US ont la possibilité d'écouter presque ceux qu'ils veulent, donc ... Sérieusement, et mis à part l'aspect "éthique" qui est plus pris en compte de ce côté-ci de l'Atlantique (et en est-on si sûr ?), pourquoi s'en priveraient-ils ? 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Après, le constat des rebelles qui ne pourraient pas vaincre l'armée ça reste à démontrer, surtout quand quasiment tous les moyens médians et lourds de l'armée de terre sont déployés en Ukraine et suffisent tout juste à tenir le front.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Heorl a dit :

Après, le constat des rebelles qui ne pourraient pas vaincre l'armée ça reste à démontrer, surtout quand quasiment tous les moyens médians et lourds de l'armée de terre sont déployés en Ukraine et suffisent tout juste à tenir le front.

Vaincre dans quel sens ? Pour quel objectif ? Et surtout quels rebelles ?

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Heorl a dit :

Après, le constat des rebelles qui ne pourraient pas vaincre l'armée ça reste à démontrer, surtout quand quasiment tous les moyens médians et lourds de l'armée de terre sont déployés en Ukraine et suffisent tout juste à tenir le front.

 

il y a 1 minute, Ciders a dit :

Vaincre dans quel sens ? Pour quel objectif ? Et surtout quels rebelles ?

Je suis d'accord avec @Ciders, je ne suis pas convaincu par un scenario à la Tchéchène ou une rébellion locale permise par le bordel ambiant des années 90 serait difficilement mise à terre par une armée délabrée et démoralisée. Politiquement parlant, les 24 années du régime de Poutine ont permis de clarifié et stabilisé les cercles de pouvoir, les forces intérieures sont montées en gamme et compétences: renseignement et militarisation principalement. De sorte que je les crois assez capable d'étouffer dans l'œuf toute tentative de soulèvement.

Pour produire des effets, il faudrait au  oins qu'une puissance étrangère s'y mette de façon sérieuse sur un soutien financier et matériel, et ce scenario, j'y crois encore moins. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, olivier lsb a dit :

Je suis d'accord avec @Ciders, je ne suis pas convaincu par un scenario à la Tchéchène ou une rébellion locale permise par le bordel ambiant des années 90 serait difficilement mise à terre par une armée délabrée et démoralisée. Politiquement parlant, les 24 années du régime de Poutine ont permis de clarifié et stabilisé les cercles de pouvoir, les forces intérieures sont montées en gamme et compétences: renseignement et militarisation principalement. De sorte que je les crois assez capable d'étouffer dans l'œuf toute tentative de soulèvement.

Pour produire des effets, il faudrait au  oins qu'une puissance étrangère s'y mette de façon sérieuse sur un soutien financier et matériel, et ce scenario, j'y crois encore moins. 

A mon sens, il faut même chercher moins loin que les efforts du régime de Poutine. Quelques centaines/milliers d'insurgés face à une force armée étatique, même démoralisée, c'est toujours très compliqué.

Cela pourrait marcher dans une poignée de régions mais uniquement :

  • si la population apporte son soutien actif
  • si il y a une vraie adhésion à un projet
  • si il y a un projet autre que "on change les têtes et l'argent détourné ira dans un autre portefeuille"
  • et en admettant - ce qui semble très compliqué - que la Russie accepte de perdre de son emprise et/ou un territoire complet

Au-delà même de la difficulté militaire à tenir tête voire à battre l'armée régulière, c'est surtout ce point-là qui me gêne. Un gouvernement russe même pas trop affaibli par une "non-victoire" ou un "pat" en Ukraine ne pourrait jamais tolérer une avanie pareille. Et si cela se passe comme dans les années 1920-1930 en URSS, ou comme en Tchétchénie, il n'hésitera pas à envoyer des chars et des blindés pour éliminer la rébellion.

En revanche, comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, il est possible qu'un revers russe en Ukraine puisse donner des idées à certains peuples non-russes pour secouer la tutelle moscovite et en obtenir des concessions, concessions que le Kremlin pourrait accepter avec dans l'idée qu'elles soient temporaires. On avait déjà eu droit à ces manœuvres de type fédéraliste dans les années 1990, à une époque où tout foutait le camp et où Elstine avait bien d'autres chats à fouetter. La difficulté ici pour Poutine et/ou son successeur, serait l'ingérence éventuelle de certains pays dans le processus, ingérence plus ou moins bienveillante mais qui pourrait donner plus de mou sur la bride.

Et encore une fois, je pense aux Iakoutes ou aux Kalmouks.

L'autre option assez classique pourrait être l'émotion populaire type jacquerie qui pourrait toucher les zones pauvres et délaissées, comme Touva ou la Bouriatie, en s'appuyant sur le mécontentement lié aux pertes en Ukraine.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,986
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...