Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : répercussions géopolitiques et économiques


Recommended Posts

Biden plus fort que Trump pour faire peur au monde ??

https://bakchich.info/le-dollar-americain-pourrait-etre-la-prochaine-victime-de-la-guerre-dukraine/

 

Le dollar américain pourrait être la prochaine victime de la guerre d’Ukraine

April 21, 2022

0

6

Près de deux mois plus tard, il ne fait aucun doute que l’invasion de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine a été une erreur stratégique colossale. L’OTAN est unifiée, dynamisée et prête à s’étendre dans deux pays historiquement neutres, l’armée russe regarde le monde comme un tigre de papier, et l’invasion a finalement provoqué la suppression du gazoduc Nord Stream 2, important sur le plan économique et stratégique.

Pourtant, un peu perdu dans tout cela est le fait que la réponse menée par les États-Unis à l’invasion – impliquant des sanctions économiques sans précédent destinées à isoler la Russie et à rompre son économie – pourrait s’avérer une erreur stratégique en soi.

Pas plus tard que le mois dernier, le premier directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath, a averti que les sanctions occidentales pourraient saper la domination mondiale du dollar américain. Alors que le statut de monnaie de réserve mondiale du dollar, un élément important de la primauté mondiale des États-Unis, restera à moyen terme, a-t-elle déclaré au Financial Times, “une fragmentation à un niveau inférieur est certainement tout à fait possible”, ce qui se traduira par “des tendances à faible évolution vers d’autres devises jouant un rôle plus important” en tant qu’avoirs de réserve. Gopinath avait auparavant été économiste en chef du FMI pendant trois ans.

Un petit explicatif s’impose ici. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le dollar américain a servi de monnaie de réserve mondiale – la monnaie principalement utilisée par d’autres pays pour les transactions étrangères et pour ancrer leurs propres devises. Le dollar américain est utilisé partout aujourd’hui pour le commerce et les investissements internationaux, l’émission de dettes, les opérations de change, etc. Cela confère entre autres aux États-Unis ce qu’on a qualifié de « privilège exorbitant » : ils peuvent accumuler des déficits commerciaux chroniques en important plus qu’ils n’exportent sans craindre de voir leur taux de change s’effondrer ou leurs taux d’intérêt exploser. Et maintenant, certains observateurs avertis pensent que le privilège pourrait être menacé.

Gopinath n’est en aucun cas le seul. La même semaine, Goldman Sachs a averti dans une note de recherche que le dollar était confronté à des défis similaires à ceux qui ont vu la livre sterling passer en disgrâce au milieu du siècle dernier. La note soulignait les déficits commerciaux importants et constants des États-Unis, mais un analyste de Goldman a également averti que « l’incertitude géopolitique persistante » faisait des « efforts officiels de dé-dollarisation » visant à « réduire[ing] exposition aux réseaux de paiement centrés sur le dollar » plus probable, ce qui pose un risque à long terme pour le statut du dollar.

L’Institut pour l’analyse de la sécurité mondiale (IAGS) – un groupe de réflexion fondé par un ancien directeur de la CIA et conseiller de Ronald Reagan, et empilé avec des personnalités de l’establishment comme l’ancien directeur de la NSA Keith Alexander et l’ancien commandant de l’OTAN Wesley Clark – a émis un avertissement similaire . La sanction “extrêmement facile à déclencher” de Washington contre la Russie, a déclaré le codirecteur Gal Luft à CNBC, signifie que “les banques centrales commencent à poser des questions” et se demandent si elles “mettent tous leurs œufs dans le même panier” en s’appuyant si fortement sur le dollar .

Un certain nombre d’experts et de commentateurs ont déjà fait valoir ce point, bien qu’ils soient encore minoritaires : une enquête menée en mars auprès d’économistes par l’Initiative sur les marchés mondiaux a révélé que 37 % n’étaient pas d’accord sur le fait que les sanctions américaines contre la Russie entraîneraient un “changement significatif” de le dollar américain, alors que 24 % pensaient qu’il le ferait ; la plus grande proportion, 40 %, était incertaine. Mais les avertissements de Gopinath, Goldman Sachs et IAGS sont le signe le plus ferme que cette inquiétude ne se limite pas aux sceptiques et aux taons, mais se fait de plus en plus sentir au sein de l’establishment.

Ces experts affirment que les efforts extrêmes déployés par Washington pour punir la Russie pour son agression contre l’Ukraine ont accru l’urgence pour les États de se sevrer de la dépendance au dollar américain, ainsi qu’au système financier qu’il sous-tend. Après tout, si Washington peut persuader la quasi-totalité du monde occidental d’exclure la Russie, aussi méritée soit-elle, des réseaux commerciaux, de geler ses réserves de change et de la retirer des réseaux bancaires internationaux qui facilitent la plupart des échanges mondiaux, alors qui peut dire qu’il ne pourrait pas ? ça leur arrive pas aussi?

Cela peut sembler paranoïaque aux oreilles occidentales, mais la Russie n’est que le dernier cas de décideurs américains utilisant le système financier mondial dominé par les États-Unis comme une arme contre un adversaire, déployé auparavant contre des pays beaucoup plus faibles, avec beaucoup moins de provocation. Au cours de la dernière décennie seulement, Washington a utilisé ce type de sanctions contre Cuba, l’Iran, le Venezuela et, plus récemment, l’Afghanistan.

Les deux derniers ont été particulièrement scandaleux, avec Washington non seulement gelé, mais ensuite saisissant – voler, en d’autres termes – les avoirs vénézuéliens et afghans détenus à l’étranger. C’est en partie pour cette raison que Moscou, après des années de sanctions américaines pour divers méfaits, a réduit la part de dollars qui constituait ses réserves et a diversifié ses avoirs.

Pour de nombreux États, la leçon à tirer de tout cela a été que les banques occidentales ne sont plus un site sûr pour leurs avoirs étrangers, et que le recours au dollar comme avoir de réserve ou à l’infrastructure financière dominée par les États-Unis pour effectuer des échanges commerciaux et autres transactions, les rend vulnérables si les vents géopolitiques changent.

Il convient de rappeler que la plupart des pays pauvres et en développement ont une vision de l’ordre mondial très différente de celle de l’Occident. Ce sont eux qui se retrouvent, par exemple, sur le banc des accusés de la Cour pénale internationale, rappel constant aux petits États de la manière dont les institutions multilatérales censées être neutres et universelles se tournent souvent exclusivement vers des États relativement faibles sur la scène mondiale. Et bien que beaucoup aient condamné l’invasion russe, ils n’ont pas signé le programme de sanctions américain, en grande partie à cause de ce qu’ils considèrent, à juste titre, comme l’hypocrisie de l’Occident face à cette crise. À la lumière de tout cela, des puissances émergentes comme la Chine et l’Inde sont sans surprise désireuses de se protéger des représailles économiques d’un Occident souvent capricieux.

Nous avons déjà vu quelques tentatives de dédollarisation. L’Arabie saoudite discute actuellement avec la Chine de la vente d’une partie de son pétrole en yuan chinois au lieu du dollar, après un certain mécontentement saoudien marqué face à ce qu’il considère comme des affronts de la part de l’establishment américain, et le peu d’enthousiasme de Joe Biden (mais toujours en cours ) soutenant sa guerre contre le Yémen. Ce serait un changement significatif, bien que loin d’être fatal, par rapport au modèle qui prévaut depuis les années 1970, dans lequel les producteurs de pétrole vendent du pétrole pour des dollars, qu’ils recyclent ensuite en achetant des titres du Trésor américain (c’est-à-dire la dette américaine) – soutenant ainsi à la fois les États-Unis les déficits commerciaux et le statut de monnaie de réserve du dollar.

Poutine n’a pas mis à exécution sa menace de couper les exportations de gaz vers les pays “hostiles” s’ils ne les payaient pas en roubles, mais cet ultimatum reste sur la table et a été repris par la Hongrie, membre de l’UE et de l’OTAN, en une rupture significative avec l’Occident. Moscou est également en pourparlers avec l’Inde, qui achète actuellement du pétrole russe à prix réduit, pour mettre en place un système de paiement des exportations russes en roubles. Pendant ce temps, la Russie s’est tournée vers le système de paiement interbancaire transfrontalier chinois à la lumière de son expulsion du système Swift dominé par l’Occident, bien que cela puisse être davantage faute d’autre choix.

Cela a été aidé par les politiques nationales mises en place par Poutine en réponse aux sanctions occidentales, y compris une exigence selon laquelle toute entreprise russe faisant des affaires à l’étranger doit convertir 80 % des bénéfices qui en résultent en roubles, soutenant la monnaie. Cela a fortement soutenu le rouble, qui menaçait de s’effondrer au début de l’invasion, alors même que l’économie russe continue de se débattre.

Tout changement significatif par rapport au dollar ne se fera pas du jour au lendemain, mais il y a eu un mouvement dans cette direction avant même le début de la guerre. Le mois dernier, le FMI a publié un document de travail notant que les vingt dernières années ont vu un “mouvement progressif d’éloignement du dollar” parmi les banques centrales du monde, leur part des réserves en dollars américains passant de 71% en 1999 à 59% en 1999. 2021, et passer à des «monnaies de réserve non traditionnelles» – plus précisément, un quart au yuan chinois et les trois quarts aux devises d’un assortiment d’économies plus petites, y compris les dollars australien et canadien, et le won coréen. Pendant ce temps, la Chine et la Russie ont longtemps travaillé pour « dé-dollariser » leurs économies et s’isoler de la puissance américaine, avec un succès limité et hésitant.

Pendant de nombreuses années, saper la domination du dollar a été le rêve de gouvernements qui ont regardé avec inquiétude la primauté mondiale des États-Unis et ont formé des coalitions comme les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) pour y parvenir, faisant peu de progrès sur le entier. Ce serait l’ironie des ironies si le plus gros coup porté à ce système était auto-infligé.



La source: jacobinmag.com

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Alerte info :

Pénurie de bouton en Russie et il faudra plusieurs mois pour trouver des fournisseurs !

Un soldat avec un pantalon sur les chevilles est beaucoup moins performant et surtout il fait rire !

Autre pénurie les clous ..ennuyeux pour les cercueils !

Edited by Robert
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

@Banzinou Une mort suspecte de plus. Et le modus operandi rappelle celui d'une autre série de décès très récents...

https://www.skynews.com.au/australia-news/exkremlin-official-vladislav-avayev-51-found-dead-alongside-wife-daughter-inside-their-multimillion-dollar-apartment/news-story/35ff11d31a82a7f54ce16984fddebb83

Et dans la rubrique "ça sent mauvais", un incendie a ravagé un institut de recherches sur des missiles de défense antiaérienne à Tver :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/russie-deux-morts-20-blesses-dans-l-incendie-d-un-institut-militaire-selon-des-agences-russes-20220421

Edited by Ciders
  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, FATac a dit :

Si, en plus, tu autorise un casual summer dans les bureaux, où la chemise-cravate peut être remplacée par la chemisette (sans cravate, avec c'est une faute de goût) ou le tee-shirt, tu réduis encore de 1 à 2° le besoin de climatisation.

Merci. Merci. Faut faire passer le message, j'en peux plus de voir ça, quand ce n'est pas une paire de richelieus sous un pantalon sans plis. Ou pire, un chino. 

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Heorl a dit :

On se plaint souvent de nos politiciens, à raison, mais quand j'échange avec des Allemands installés à Strasbourg, vous n'avez pas idée de ce que la vie politique française les fascine. Pour eux, la politique française c'est un mélange de House of Cards avec des Cyrano à la place de Kevin Spacey. Et ce qu'ils nous envient, c'est le fait qu'au moins en France les partis ont une vision, un projet pour le pays, même si souvent c'est juste un discours.

Ma compagne, allemande, n'est pas plus fascinée que cela par la vie politique française. Sinon, pas sûr que le house of cards soit le bon côté de la politique. Et pas mal de points que je ne partage pas. Mais je ne développerai pas ici puisque c'est hors-sujet.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Manuel77 a dit :

Mais actuellement, les médias mainstream sont entièrement du côté du parti vert, qui mise beaucoup plus sur la dissuasion militaire.

il y a 31 minutes, Heorl a dit :

A gauche vous avez également die Grüne (les Verts) et die Linke (la Gauche) qui sont grosso modo EELV sous stéroïdes et LFI sans le filtre Jean-Luc. Ceux-là, s'ils arrivaient aux affaires, serait capables de dissoudre la Bundeswehr et l'industrie de l'armement "parce que c'est mal de vendre des armes" et je déconne pas.

Comment ça marche? :mellow:

Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, Patrick a dit :

Comment ça marche? :mellow:

Pure idéologie, leur demande pas ils sauraient pas te répondre. 

il y a 32 minutes, Skw a dit :

Ma compagne, allemande, n'est pas plus fascinée que cela par la vie politique française. Sinon, pas sûr que le house of cards soit le bon côté de la politique. Et pas mal de points que je ne partage pas. Mais je ne développerai pas ici puisque c'est hors-sujet.

Oui, j'en ai aussi rencontré beaucoup qui ne s'intéresse pas du tout à la politique (décalage de générations, peut-être ? Je suis un de ces sales milléniâlz de la fin des années 90 comme disent nos média). Quant à HoC, je suis tout à fait d'accord. 

Edited by Heorl
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Heorl a dit :

Oui, j'en ai aussi rencontré beaucoup qui ne s'intéresse pas du tout à la politique (décalage de générations, peut-être ? Je suis un de ces sales milléniâlz de la fin des années 90 comme disent nos média). Quant à HoC, je suis tout à fait d'accord. 

Révélation

Copaing !

Me demande si on est une espèce si rare que ça sur ce forum. Pour l'instant, et selon mon recensement, on est... deux ! 

c'est déjà pas mal :bloblaugh:

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
Il y a 12 heures, Manuel77 a dit :

Avec la guerre de Poutine, les Verts ont opéré un virage radical en matière de politique étrangère. Permettez-moi de vous présenter ce monsieur :

e6d3e373-13e6-4b1d-b48e-2e24b0bf71b9_w94

Il s'agit d'Anton Hofreiter. C'est vrai, il a l'air d'un hippie. Au départ, il voulait devenir ministre de l'Agriculture (il est biologiste). Depuis quelques jours, il dit que l'Allemagne doit livrer des chars, sinon nous allons entrer dans la troisième guerre mondiale.

Oui, une personnalité intéressante. J'avais hésité à poster son passage chez Markus Lanz (ZDF). Mais le sous-titrage automatique en anglais/français était relativement difficile à suivre. Pour les germanophones, ou ceux qui ont fait un peu d'allemand et sont capables de corriger certaines erreurs de sous-titrages, voici le lien. Il y est notamment question de la livraison d'armes lourdes à l'Ukraine ou de la politique énergétique allemande et notamment des solutions à adopter pour une moindre dépendance au gaz russe :

 

Edited by Skw
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 8 minutes, pascal a dit :

c'est quoi ces cicatrices sur le visage on dirait qu'il a pratiqué l'escrime dans un lycée militaire prussien fin XIXe ?

Je pense que c'est le port d'un masque FFP2 un peu trop serré.

A moins que ce soit en fait The Hound :laugh:

Révélation

poster.jpg?width=720

 

Edited by Skw
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Manuel77 a dit :

Avec la guerre de Poutine, les Verts ont opéré un virage radical en matière de politique étrangère. Permettez-moi de vous présenter ce monsieur :

e6d3e373-13e6-4b1d-b48e-2e24b0bf71b9_w94

Il s'agit d'Anton Hofreiter. C'est vrai, il a l'air d'un hippie. Au départ, il voulait devenir ministre de l'Agriculture (il est biologiste). Depuis quelques jours, il dit que l'Allemagne doit livrer des chars, sinon nous allons entrer dans la troisième guerre mondiale.

https://www.spiegel.de/politik/deutschland/hofreiter-warnt-bundesregierung-vor-de-facto-drittem-weltkrieg-a-65c478a6-16b6-4af8-8b0b-22fc45be6fa1 

Lorsque le parti vert est au gouvernement, ses dirigeants se comportent très différemment que lorsqu'ils sont dans l'opposition. C'était déjà le cas avec Joschka Fischer (ministre des Affaires étrangères 1998-2005). Il a imposé la guerre du Kosovo.

Ici, sur le forum, on se moque beaucoup d'Annalena Baerbock parce qu'elle veut la participation nucléaire tout en observant aimablement le traité d'interdiction des armes nucléaires (TPNW). Entre-temps, j'ai acquis la conviction que la direction du parti vert a tout à fait le sens de la dialectique et de la realpolitik (le fouet et les carottes, mais il faut d'abord le fouet). 
Le parti vert est un parti idéologique. Poutine a déclenché chez eux un vif réflexe antifasciste. 

J'ai personnellement du respect pour les gens qui expriment une opinion construite et qui la défendent. En somme, les gens qui affirment et argumentent ouvertement plutôt que de louvoyer.

Il y a à mon sens deux opinions à entendre :

==>Il faut augmenter les livraisons d'armes, sinon le risque de guerre mondiale sera aggravé

==>Il faut limiter voire stopper les livraisons d'armes, sinon le risque de guerre mondiale sera aggravé

Les arguments construits en faveur de l'un ou l'autre me semblent intéressants. Les louvoiements hypocrites, tout comme dans un autre genre les arguments moralisants, n'ont pas d'intérêt.

Et il y a bien un point commun entre ces deux opinions opposées... c'est que le sujet est bien le risque de guerre mondiale.

 

il y a 40 minutes, pascal a dit :

c'est quoi ces cicatrices sur le visage on dirait qu'il a pratiqué l'escrime dans un lycée militaire prussien fin XIXe ?

Pas nécessairement fin XIXème siècle. La Mensur existe toujours, même si c'est de façon plus anecdotique qu'autrefois

Révélation

381px-Menzura-Korporacja_Sarmatia_2004.j

Qui sait si tel ou tel politicien Vert allemand n'a pas un jardin secret :happy: ?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@Manuel77 Je me demande de plus en plus si en réalité les grünnen ne sont pas un parti aux idées totalement opposées à celles qu'ils prétendent défendre mais camouflés sous les atours de gentils écologistes qui aiment les fleurs et les petits lapins...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Patrick a dit :

@Manuel77 Je me demande de plus en plus si en réalité les grünnen ne sont pas un parti aux idées totalement opposées à celles qu'ils prétendent défendre mais camouflés sous les atours de gentils écologistes qui aiment les fleurs et les petits lapins...

La "révolution militaire" des verts allemands date de 1998. C'est un mouvement un peu plus complexe que les fleurs et les petits lapins... 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Yucca
    Newest Member
    Yucca
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...