Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : répercussions géopolitiques et économiques


Recommended Posts

COVID puis crise des semi-conducteurs maintenant crise russe, ça pique pour l'industrie auto...

https://europe.autonews.com/automakers/vw-renault-idle-production-following-russias-invasion-ukraine

"Renault a déclaré qu'il suspendrait certaines opérations dans ses usines d'assemblage de voitures en Russie la semaine prochaine en raison de goulets d'étranglement logistiques causés par des pénuries de pièces. L'entreprise n'a pas précisé si sa chaîne d'approvisionnement avait été touchée par le conflit, mais une porte-parole a déclaré que cette action était une conséquence du renforcement des frontières entre la Russie et les pays voisins, par lesquelles les pièces sont transportées par camion."

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

https://trends.levif.be/economie/politique-economique/la-russie-va-saisir-les-avoirs-des-etrangers/article-news-1530769.html?cookie_check=1646152447#:~:text=Le Kremlin va saisir l,presse étatique russe%2C RIA Novosti.

Cela pourrait conduite à la saisie des assets industriels étrangers sur le sol russe (usines et installations industrielles auto par ex). A savoir que le 1er constructeur en Russie est... le groupe Renault (qui détient notamment Lada)

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Lezard-vert a dit :

heu .. gagnée pour qui ?

Dans ton hypothèse comme dans la mienne : pas pour les Ukrainiens.

Mais notre problème, ce n'est pas tant l'Ukraine que la déstabilisation du continent. Nous vivions depuis la fin de la guerre froide dans un oasis de paix et de démocratie presque unique au monde, on se mêlait de tout sans qu'il nous en coûte beaucoup*. Et nous, Français, encore davantage que les autres, au chaud derrière notre petit parapluie nucléaire.

La plus grande offense que l'on ait eu à subir était l'illumination du Courbet, de se faire tèje de Centrafrique où on n'avait de toute façon pas trop envie de s'investir, ou de se faire couillonner par un AUKUS. Le bon-heur, on pouvait se distraire à chipoter l'Allemagne pour s'occuper et à trouver Donald Trump rigolo et utile. L'équivalent géopolitique d'un plateau repas devant un match, le truc pas trop épuisant...

Badaboum, c'est fini, on se met même à douter (un peu, le doute suffit) de la protection absolue procurée par la dissuasion. Tel que je vois les choses, les pays de l'Est se retrouvent dans la situation de la Corée du Sud face à celle du Nord. Nous, dans celle des USA face à la même Corée : ça nous fait une belle jambe de pouvoir acheter tous les paquets de chips qu'on veut et même vitrifier en riposte un pays hostile, si ça ne le dissuade pas de nous cramer avant.

Alors on est bien embêtés, il va falloir réfléchir très sérieusement à cette nouvelle situation. On va peut-être devoir apprendre à vivre avec ça, mais le plus simple serait de parvenir à revenir au paradigme initial et de replacer la compétition et les questions de sécurité sur les domaines diplomatiques, économiques ou technologiques plutôt que sur celui de la force brute, a fortiori nucléaire. En ce sens, si la Russie recule simplement après avoir boulotté le Dombass et s'être habituée au chantage nucléaire offensif, on aura perdu. Elle recommencera, probablement en faisant payer le pizzo à ses voisins jusqu'à ce que son appétit ne trouve plus de satiété. Les EU aussi prendront leur part, et on ne fera plus trop les malins.

*

Révélation

mais en se plaignant de tout et sans aucun respect pour ce qui fait notre bonheur, la liberté de circuler, de penser, de s'exprimer, en plus de celle d'acheter plein d'aïphones, de benner le 1/3 de nos aliments, de compter les exportations de Rafale comme si notre virilité en dépendait, ou de se crêper le chignon sur AD.

 

il y a 5 minutes, Yorys a dit :

L'ONU c'est le lieu de la diplomatie, si on refuse d'écouter "l'autre" on n'est plus dans la diplomatie mais dans la diabolisation.

Voui.

Encore qu'aujourd'hui, tout le monde s'en fout un peu de l'ONU. Il fait dodo António Guterres ? Il y a Macron qui va lui piquer sa gâche, à essayer de parler à Poutine...

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Yorys a dit :

C'est pas comme si tout l'occident dénonçait non stop depuis une semaine (avec raison) ce qu'il se passe, et accumulait les sanctions...

L'ONU c'est le lieu de la diplomatie, si on refuse d'écouter "l'autre" on n'est plus dans la diplomatie mais dans la diabolisation.

Poutine, qu'on le veuille ou non, au moins de part son pouvoir de nuisance, n'est ni Sadam ni Kadhafi !

il y a des moments ou justement il ne faut pas écouter l'Autre - au moins un moment. Ne pas l'écouter c'est le laisser 'masserez', le faire douter, ...  et l'obliger à se dire  "Merde il ne m'écoutent pas  - je suis allé trop loi.....  je suis bien devenu un paria "  ....

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Lezard-vert a dit :

il y a des moments ou justement il ne faut pas écouter l'Autre - au moins un moment. Ne pas l'écouter c'est le laisser 'masserez', le faire douter, ...  et l'obliger à se dire  "Merde il ne m'écoutent pas  - je suis allé trop loi.....  je suis bien devenu un paria "  ....

A mon avis tu rêves...

Il y a clairement dans cette partie du monde un abcès qui s'est formé et au lieu de le soigner (de part et d'autre) on l'a laissé s'aggraver.

Le russes ont décidé de le crever !

On est d'accord qu'ils utilisent une méthode barbare qui n'a plus sa place aujourd'hui, mais on doit faire avec.

Ce n'est pas avec ce genre de "manifestations" que la russie va rappeler ses troupes. Au contraire elle doit se dire que puisqu'elle y est jusqu'au cou, autant finir le "travail" : plus grand chose à perdre...

Tout ça au dépend des Ukrainiens. Il est temps d’exciser l'abcès, si possible sans tuer le ou les patients !

Et pour cela il n'y a que l'intelligence diplomatique...

 

  • Like 3
  • Confused 6
Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Yorys a dit :

L'ONU c'est le lieu de la diplomatie, si on refuse d'écouter "l'autre" on n'est plus dans la diplomatie mais dans la diabolisation.

Il y a une situation où on n'écoute plus la partie d'en face, et de manière démonstrative, ce n'est pas la diabolisation. C'est la guerre.

La communication de Le Maire ce matin était à se mettre la tête dans les mains, mais il faut lui reconnaître qu'il ne disait que la stricte vérité.

La décision collective des membres de l'UE ainsi que des États Unis est bel et bien une guerre économique visant à faire s'effondrer l'économie russe.

C'est un choix.

Ce n'est pas celui que j'aurais fait, mais cela a été celui de nos dirigeants. Alea jacta est.

Je ne sais pas quelles seront les conséquences - à part l'évidence d'une crise économique cette année, au minimum en Europe, probablement dans le monde, et une augmentation notable voire forte de l'inflation - mais nous allons les découvrir.

 

il y a 36 minutes, Yorys a dit :

Poutine, qu'on le veuille ou non, au moins de part son pouvoir de nuisance, n'est ni Sadam ni Kadhafi !

Je me demande si les dirigeants qui ont décidé de cette guerre économique radicale - pas loin d'être totale - ont bien pesé et réfléchi au fait, pourtant évident, que tu rappelles.

Peut-être que si ? Les historiens de l'avenir en débattront, sans doute.

De même qu'ils débattront de la radicalisation du président Poutine à la fin 2021.

Et peut être à peu près dans les mêmes termes.

 

il y a 27 minutes, Hirondelle a dit :

En ce sens, si la Russie recule simplement après avoir boulotté le Dombass et s'être habituée au chantage nucléaire offensif, on aura perdu

C'est un scénario aujourd'hui inatteignable.

Il est extrêmement difficile d'imaginer que Moscou s'arrête avant d'avoir atteint la "totalité" de ses objectifs en Ukraine, comme l'a rappelé Shoigou aujourd'hui. Même si l'économie russe s'effondre du fait de l'attaque occidentale.

Et c'est une question de semaines plutôt que de mois.

La question est plutôt ce qui se passera à moyen long terme. C'est là qu'il pourrait y avoir du jeu.

  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Yorys a dit :

En plus ces déclarations à la c.. sont du pain béni pour la propagande officielle interne à la Russie :

"Voyez c'est à notre survie, à nos enfants qu'ils s'en prennent avec leurs sanctions, un ministre français a même lâché le morceau !"

Macron doit être furieux, et s'il ne l'est pas c'est encore plus grave...

Ne peut-on supposer que c’est volontaire: un propos clairement excessif en réponse à un autre propos largement aussi excessif (la mise en alerte de la dissuasion russe, dimanche) ? 
Le fait que le messager soit Lemaire permet à Macron de tenter la désescalade…

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Alexis a dit :

Il y a une situation où on n'écoute plus la partie d'en face, et de manière démonstrative, ce n'est pas la diabolisation. C'est la guerre.

...

Le préalable à la guerre "totale" c'est justement de diaboliser l'adversaire !

Je ne sais pas où on va, mais on y va...

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, Lezard-vert a dit :

il y a des moments ou justement il ne faut pas écouter l'Autre - au moins un moment. Ne pas l'écouter c'est le laisser 'masserez', le faire douter, ...  et l'obliger à se dire  "Merde il ne m'écoutent pas  - je suis allé trop loi.....  je suis bien devenu un paria "  ....

aie, ca pique les yeux

macérer...............

Attention au français, siouplait

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Delbareth a dit :

Nan mais pour toi il faudrait surtout ne rien dire à ces messieurs parce qu'ils pourraient se vexer. :angry:

Par contre, eux ont le droit de menacer à mot couvert du feu nucléaire, ça ça va ! Bin oui c'est à mot couvert alors c'est autorisé !

Réfléchis à tout ce quii s'est passé dans le monde depuis 45, a toutes les horreurs commises, et à combien de ces personnes ont été humiliées par l'ONU. 

Edited by Coriace
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Un article de décembre 2020 sur le problème transnistrien en Moldavie.
https://www.lalibre.be/debats/opinions/2020/12/21/moldavie-la-guerre-qui-vient-CKKBOVNBGVGHBI2LLFMHNRSHMU/

A mettre en relation avec la carte des opérations de Lukashenko sur l'autre fil de la guerre en Ukraine, où il y a une flèche qui va vers la Moldavie...

Révélation

...

Par le biais du commerce, l’Union européenne se taille une place au cœur de l’État moldave. En effet, l’accord d’association de 2014 prévoit (1) de faire converger les intérêts politiques et sécuritaires des deux parties et prescrit à la Moldavie une série de réformes institutionnelles qui ont eu pour effet d’y faire décliner l’influence russe. La victoire le 15 novembre 2020 de Maia Sandu au second tour de l’élection présidentielle moldave est l’aboutissement de cette orientation. Cette quadragénaire à l’apparence inoffensive, diplômée de Harvard et ancienne économiste à la Banque mondiale, est acquise au mode de vie occidental et aux automatismes technocratiques de la gouvernance européenne.

Les premiers mots de la présidente élue ont été pour la Transnistrie, où elle souhaite le départ des militaires russes et leur remplacement par des gardiens de la paix de l’OSCE. "Nous sommes un pays indépendant et nous ne tolérons plus la présence de troupes étrangères sur notre territoire", a-t-elle déclaré à l’occasion d’une conférence de presse le 30 novembre. La déclaration a fait l’effet d’un coup de tonnerre à Moscou, où le dossier moldave suscite beaucoup d’inquiétude, d’autant plus que Maia Sandu semble réticente à l’idée de rembourser un arriéré de paiement de 7,5 milliards de dollars à la société gazière russe Gazprom. Le Kremlin, qui a appelé au dialogue avec Chisinau, se rassure pour l’heure en se répétant que Maia Sandu, dont la présidence débutera officiellement le 24 décembre, ne possède pas encore le pouvoir de mettre ses menaces à exécution.

En effet, le Parlement moldave est dominé par le parti socialiste d’Igor Dodon, président sortant, soucieux de préserver la relation avec Moscou. Ces dernières semaines, il a fait voter plusieurs textes qui protègent le statut de la langue russe en Moldavie et soustraient au Président le contrôle des agences de renseignement. Dans ces conditions, Maia Sandu n’a pas d’autre choix que de solliciter des élections législatives anticipées (normalement prévues en 2023) et d’appeler ses partisans à manifester devant le Parlement.

Éviter l’escalade

Si Maia Sandu devait obtenir une majorité au Parlement moldave, dans trois mois ou dans trois ans, il est à craindre que le conflit gelé de la Transnistrie se rouvre. Dans le meilleur des cas, Chisinau et Moscou pourraient s’entendre sur une solution médiane de désarmement de la Transnistrie en échange de solides garanties sur le respect de la minorité russophone en Moldavie. Dans le pire des cas, Maia Sandu pourrait être amenée à répéter l’erreur du Géorgien Saakachvili en 2008, qui, se croyant soutenu par l’Otan, avait essayé d’annexer les provinces séparatistes d’Ossétie du Sud (où des forces russes de maintien de la paix étaient stationnées sous mandat international) et d’Abkhazie. Le conflit s’était soldé par l’intervention de l’armée russe et la débâcle de Tbilissi.

En Transnistrie, cependant, les quelque 1 500 soldats russes postés dans la petite république autoproclamée se trouvent dans une situation précaire au point de vue stratégique. Dans l’hypothèse d’une offensive moldave, leur ravitaillement par la Russie se révélerait extrêmement difficile car la Transnistrie est ceinturée par des pays - l’Ukraine, la Moldavie et, plus à l’ouest, la Roumanie - qui lui sont hostiles. Il serait néanmoins envisageable que des navires russes remontent par l’embouchure du Dniestr depuis les eaux ukrainiennes dont ils devraient d’abord franchir plusieurs dizaines de milles nautiques illégalement. Par ailleurs, il semblerait que les stocks de munitions dont disposent les forces russes en Transnistrie soient en grande partie hors d’usage.

Dans l’hypothèse d’un blocus économique, le problème de l’enclavement de la Transnistrie se pose également. Rien ne pourrait soulager l’asphyxie économique de la petite république.

Fort heureusement, nous sommes encore loin de ces scénarios catastrophes mais il n’est pas trop tôt pour se poser la question suivante : voulons-nous que les précédents géorgien (2008) et ukrainien (2013) se reproduisent ? On ose espérer que dans cette affaire l’Union européenne évitera l’escalade et ramènera le pouvoir moldave à la raison.

Ouch, le "précédent ukrainien" va très probablement se reproduire, mais pas sûr que ce soit celui de 2013, ça pourrait être celui de 2022...

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  

il y a 1 minute, jojo (lo savoyârd) a dit :

C'est pas très "opérations militaires" comme sujet. Mais sinon, de manière moins visible, moins spectaculaire, il y a toujours des milliers de mètres cubes de gaz qui continuent de passer dans les tuyaux depuis la Russie vers l'Europe occidentale. Si ton logement est raccordé au gaz, comme la Russie représente 20% des importations françaises, tu peux imaginer qu'un jour sur 5 tu te chauffes ou tu cuisines au gaz russe. Si tu es allemand c'est 50 %. Si tu es polonais, c'est 80% : 4 jours sur 5.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Niveau sanctions, la Corée du Sud bloque les exportations de ''matériels stratégique'' dont les ordinateurs, et les semi-conducteurs. Le Japon va faire de même a priori.

Pas vu pour Taiwan, mais je pense qu'elle doit faire de même vu les discours de sa présidente extrêmement virulents.

Pour le prix du carburant qui monte, j'ai mit cette info sur le fil ''production de pétrole'', l'agence internationale de l'énergie mobilise 60 millions de barils

https://bourse.lefigaro.fr/matieres-premieres/les-pays-de-l-aie-vont-liberer-60-millions-de-barils-de-leurs-reserves-strategiques-20220301

 

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, Wallaby a dit :

  

C'est pas très "opérations militaires" comme sujet. Mais sinon, de manière moins visible, moins spectaculaire, il y a toujours des milliers de mètres cubes de gaz qui continuent de passer dans les tuyaux depuis la Russie vers l'Europe occidentale. Si ton logement est raccordé au gaz, comme la Russie représente 20% des importations françaises, tu peux imaginer qu'un jour sur 5 tu te chauffes ou tu cuisines au gaz russe. Si tu es allemand c'est 50 %. Si tu es polonais, c'est 80% : 4 jours sur 5.

 

Je sais bien ...

Et ça représente 40% du gaz total importé en Europe.

26919.jpeg

https://fr.statista.com/infographie/26919/alternatives-au-gaz-russe-en-europe-principaux-pays-exportateurs-de-gaz-par-type-gazoducs-et-gaz-naturel-liquefie-gnl/

 

Et puis :

Citation

La Russie dégage un excédent commercial record.

Dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes en Europe, l'excédent commercial russe a fortement rebondi en 2021, tiré vers le haut par la flambée du prix des hydrocarbures. La balance du commerce de marchandises de la Russie a atteint un excédent record de 67,6 milliards de dollars au dernier trimestre de l'année 2021, malgré le fait que les importations du pays aient également atteint leur niveau le plus élevé depuis 2013.

En raison de la flambée des prix de l'énergie, le total des exportations russes de pétrole et de gaz a dépassé 240 milliards de dollars l'année dernière, soit une hausse de 60 % par rapport à 2020, lorsque les prix de l'énergie s'étaient effondrés au début de la pandémie. D'après la Banque de Russie, les exportations de pétrole brut du pays se sont élevées à 32 milliards de dollars au quatrième trimestre 2021, atteignant leur plus haut niveau depuis 2014. Cités par Reuters, les chiffres du ministère russe des finances indiquent que le prix du pétrole a atteint 69 dollars le baril en moyenne en 2021, contre environ 40 dollars en 2020. Quant au gaz naturel exporté par la Russie, son prix moyen a atteint 277 dollars pour 1 000 mètres cubes au troisième trimestre 2021, contre moins de 100 dollars au deuxième trimestre 2020, en plein krach du Covid-19.

https://fr.statista.com/infographie/26880/commerce-international-russie-exportations-petrole-gaz-balance-commerciale/

Edited by jojo (lo savoyârd)
Link to comment
Share on other sites

si on continue les restrictions économiques sévéres qui n'ont aucun impact sur l'opération militaire mais sur les civils russes, alors on va se diriger vers une action russe en dehors de l'Ukraine qui aura un impact fort sur l'Europe occidentale.

Edited by nikesfeld13
orthographe
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, nikesfeld13 a dit :

si on continue les restrictions économiques sévéres qui n'ont aucun impact sur l'opération militaire mais sur les civils russes, alors on va se diriger vers une action russe en dehors de l'Ukraine qui aura un impact fort sur l'Europe occidentale.

Parce que la Russie voudra se venger de notre vengeance ?

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, clem200 a dit :

Parce que la Russie voudra se venger de notre vengeance ?

lol (désolé je n'ai pas une blague en retour).

parce que l'Autarcie totale ça n'existe pas et que les citoyens russes participeront pour se donner de l'air.

Edited by nikesfeld13
orthographe
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,771
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...