Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine américaine dans le futur.


desertfox
 Share

Recommended Posts

50 minutes ago, mudrets said:

Pas à ma connaissance :sad:

C'est proposé par Thales par exemple ... le Captas Nano.

C'est pas idéal ... mais c'est peu encombrant ... bon marché etc.

Les émetteurs dérivent de ceux des sonobuoys active ... ca rend le truc facile à développer. Les récepteurs c'est du classique.

Pour le terme "multifonction" ca peut vouloir tout dire et rien dire. Un truc qui fait de l'écoute basse fréquence et de l'alerte torpille peut etre qualifié de multi machin ...

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, wielingen1991 a dit :

Moi aussi je n'en n'ai jamais vu ! Et donc je suppose que le système remorqué AN/SQR-20 (now TB-37U) MFTA doit être composé d'un poisson (le sonar actif) suivi de la flute (sonar passif), comme sur le schéma ci-dessous :

80619310.jpg

https://chuckhillscgblog.net/2016/11/26/towed-reelable-active-passive-sonar/

 

 

il y a une heure, mudrets a dit :

Ici

https://www.defenseindustrydaily.com/mfta-the-us-navys-new-towed-array-for-naval-detection-04956/

ils donnent cela

The new AN/SQR-20 (now TB-37U) MFTA is the first new surface ship array to be built for the U.S. Navy in 25 years, and is configured as a long 3″ diameter array that can be towed behind surface ships. It is an active and passive sonar sensor, meaning it can listen silently for enemy submarines, or can send out a an active sonar ping and listen for the echoes. MFTA provides several enhancements over the existing AN/SQR-19 TACTAS, including better coverage, better detection capability, and better reliability.

Donc à priori la flûte peut tout aussi bien recevoir qu'émettre. D'où le "multi-fonctions"

 

Et là

https://www.militaryaerospace.com/sensors/article/14168975/towedarray-sonar-surface-warships-and-submarines

 ils donnent

The TB-37U MFTA is an active and passive sonar. It can remain silent and simply listen for the sounds of enemy submarines, or it can ping active to bounce sound off the hulls of submarines in the area.

Le nom est trompeur. MFTA est une flûte passive mais le système permet de la détection bi/multistatique, donc émetteur et récepteur séparés, en continu au contraire de pulsé (Continuous Active Sonar-CAS). Les medias se font une mauvaise idée du système et le confonde aussi avec SQR-62 des LCS qui possède un MFTA et un poisson dans la même ligne donc effectivement dans ce cas là active/passive.

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, g4lly a dit :

C'est proposé par Thales par exemple ... le Captas Nano.

C'est pas idéal ... mais c'est peu encombrant ... bon marché etc.

Les émetteurs dérivent de ceux des sonobuoys active ... ca rend le truc facile à développer. Les récepteurs c'est du classique.

Intéressant comme système, est-ce qu'il y a une marine qui utilise le Captas Nano ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, g4lly a dit :

C'est proposé par Thales par exemple ... le Captas Nano.

Nano, c'est la même chose que le captas-1 ? 

20141024204905_t1.jpg

Si oui ça été testé par la marine nationale et vendu aux Emirats Arabes Unis et un autre client mystère

Edited by clem200
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, wielingen1991 said:

Intéressant comme système, est-ce qu'il y a une marine qui utilise le Captas Nano ?

Personne ... Il semble que ce fut un échec commercial et peut être même industriel.

Au catalogue il est remplacé par le Captas-1.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 11/10/2021 à 16:24, gianks a dit :

Au début, on a parlé de dommages à la voile. Maintenant, en l'absence de plus d'informations, des rumeurs commencent à circuler sur un important dégât pour sous-marin USS Connecticut

https://www.defenseworld.net/news/30582/...WQ9AlVByUk

Le soum Connecticut (classe Seawolf) avait eu une collision le 2 octobre dernier (avec un objet submergé inconnu), dans les environs de la mer de Chine.

Il est rentré au port, sans impact sur la partie réacteur, avec des blessés.

photo et commentaires par un ancien sous marinier US sur les procédures après ces incidents
https://www.thedrive.com/the-war-zone/42706/why-multi-billion-dollar-nuclear-submarines-still-run-into-things-underwater

Au vu de l'image des dégâts, c'était du lourd (voire un relief sous marin inconnu), surtout si c'était une collision à vitesse de patrouille (5 noeuds).

Edited by rogue0
Link to comment
Share on other sites

Link to comment
Share on other sites

La navy s'interroge sur son modèle de management :

https://thehill.com/opinion/national-security/577338-is-the-navy-totally-at-sea?utm_source=Sailthru&utm_medium=email&utm_campaign=EBB+10.22.21&utm_term=Editorial+-+Early+Bird+Brief&rl=1

La marine américaine est à la dérive dans des mers hostiles. Confronté à des choix difficiles, à une formation inadéquate et à un mauvais jugement, notre service maritime est mal préparé à relever les plus grands défis depuis la Seconde Guerre mondiale.

Regardez les forces qui se dressent contre lui : Une Chine belliqueuse qui menace Taïwan et l'ensemble du Pacifique occidental, ainsi qu'une Russie renaissante, déterminée à s'approprier toute la région polaire en fusion. Notre marine semble dériver d'un rivage à l'autre, poursuivant des stratégies et des tactiques qui semblent obsolètes dès le jour où elles sont mises en œuvre. De la conception de la flotte à la formation de base, nos amiraux et nos hauts dirigeants civils se comportent d'une manière qui n'est pas sans rappeler la bande de Jimmy Breslin "The Gang that Couldn't Shoot Straight".

Les exemples les plus flagrants, bien sûr, concernent deux destroyers stationnés dans le Pacifique. Lors d'incidents distincts en 2017, chacun d'eux est entré en collision avec un navire marchand dans ce qui était clairement des accidents évitables. Au total, 17 marins ont perdu la vie, et les enquêtes menées par la Marine et les journalistes ont conclu que les collisions découlaient d'une formation inadéquate combinée à des équipages en sous-effectif et surchargés de travail.
PUBLICITÉ

Une étude plus récente commandée par le sénateur Tom Cotton (R-Ark.) a réaffirmé ces conclusions et mis en lumière un problème encore plus insidieux : une "mentalité paralysante du zéro défaut" qui imprègne la marine. Une seule erreur, et la carrière d'un officier est terminée. (Le rapport Cotton notait que si une telle culture avait existé avant la Seconde Guerre mondiale, quatre des plus grands amiraux américains - Chester Nimitz, William Halsey, Ernest King et William Leahy - n'auraient jamais dépassé le grade de capitaine et n'auraient jamais contribué à nous mener à la victoire en mer).

Le manque de personnel et la surcharge de travail de la marine d'aujourd'hui ne devraient pas être une surprise. Le rythme opérationnel de la marine s'est accéléré pendant les guerres en Irak et en Afghanistan, les avions de la marine soutenant les opérations au sol. Comme l'a dit mon camarade de chambre à l'Académie navale, le capitaine à la retraite Dick Costello, "nous les avons fait travailler dur et les avons rangés mouillés". Ce n'est clairement pas une façon de diriger une marine.

Les hauts dirigeants de la Marine ont la responsabilité de dire aux superviseurs civils : " C'est impossible, monsieur. Nous n'avons pas les ressources nécessaires pour être à deux endroits à la fois." Pourtant, c'est précisément ce que les hauts gradés de la marine ont omis de dire pendant des années. Au lieu de cela, leur attitude positive - bien qu'héroïque pendant la Seconde Guerre mondiale - les a laissés tomber à une époque de conflits dispersés et de budgets inadéquats. La marine est paralysée par un trop grand nombre de demandes de présence, une flotte trop petite pour y répondre et sa mentalité du "zéro défaut". En conséquence, elle ne peut même pas conceptualiser la nature des guerres futures : elle a récemment annoncé qu'elle ne serait pas en mesure de terminer le plan de conception de sa future flotte avant 2023.

Ne pas savoir quels navires la marine devrait construire pour accomplir ses missions actuelles et futures est une grave faiblesse. Mais construire une flotte qui n'est pas adaptée à une mission ou qui ne fonctionne tout simplement pas comme promis l'est tout autant. C'est ce qui s'est produit lorsque la marine a introduit deux variantes de son navire de combat littoral (LCS) - des navires petits, rapides et prétendument flexibles, conçus pour être dotés de modules "plug-and-play" leur permettant d'être rapidement reconfigurés en fonction de l'évolution des besoins de la mission. Dix ans après leur introduction dans la flotte, ces navires sont retirés du service aussi rapidement que possible - moins de la moitié de leur durée de vie prévue - afin de dégager des fonds pour une toute nouvelle classe de frégates. Admettre une erreur coûteuse est important ; empêcher qu'elle ne se répète peut sauver des vies et de l'argent. De manière inquiétante, il y a peu de preuves que les dirigeants de la Marine ont appris de leurs erreurs avec le LCS.

L'indicateur le plus révélateur de problèmes graves au sein de la Marine a peut-être attiré peu d'attention de la part des médias, très probablement parce que l'argent impliqué est faible par rapport aux énormes retards et dépassements de coûts qui ont fait les gros titres pendant des années. Le porte-avions nucléaire USS Gerald R. Ford devait initialement rejoindre la flotte en 2018, mais il ne devrait être pleinement opérationnel qu'en 2024, pour un coût supérieur de plusieurs milliards de dollars au budget initial. Incroyablement, ce n'est rien comparé à l'augmentation globale de près de 1 000 milliards de dollars du coût de ses avions F-35.   

Alors, où la marine a-t-elle décidé d'économiser de l'argent ? Il y a plusieurs semaines, elle a annoncé qu'elle allait fermer les bibliothèques de la base, 48 ateliers de bricolage automobile et réduire les heures d'ouverture des salles de sport et des piscines, dans le but d'économiser 280 millions de dollars. Certes, 280 millions de dollars, c'est beaucoup d'argent, mais ce n'est pas le début d'un dépassement de coûts de plusieurs milliards et billions de dollars.

De plus, rien ne pourrait être plus irréfléchi ou avoir un impact plus dévastateur sur le moral de la marine que de supprimer ces services. L'épine dorsale de la marine est son personnel. Dire aux marins qu'ils ne sont pas assez importants pour mériter des tables de ping-pong relève d'une mauvaise politique insultante.

De telles décisions insensées envoient un message clair aux personnes désireuses de servir leur pays : "Vous, vos conjoints et vos enfants ne comptent vraiment pas. Votre qualité de vie est sans importance pour nous."

La stupidité de cette décision est stupéfiante. Chaque jeune officier et sous-officier apprend dès le premier jour que son travail le plus important est de s'occuper de ses hommes. Les vaisseaux, les stratégies, les tactiques sont tous secondaires par rapport aux personnes. Lorsque j'ai mentionné cette décision à certains Marines enrôlés, ils ont été stupéfaits : "Ne comprennent-ils pas l'impact que cela aura sur la santé mentale ? Ne sont-ils pas conscients du problème de suicide qui sévit dans l'armée ? Ce sont les petites choses, comme la disponibilité des gymnases et les heures d'ouverture des piscines, qui contribuent au moral et à la santé mentale. Sinon, c'est juste l'alcool et les tatouages."

Malheureusement, ils ont raison. Le leadership de la Marine - civil et en uniforme - a besoin d'un réveil spectaculaire. La responsabilité doit avoir un sens. Chaque officier supérieur dont la main a touché cette politique devrait démissionner ou être relevé de ses fonctions. Ils ne savent manifestement pas où bat le cœur de notre marine. Nous entendons parfois parler d'officiers qui perdent leur emploi en raison d'un "manque de confiance dans leur capacité à commander". Il n'y a pas d'infraction plus grave que de trahir les personnes dont on est responsable. La marine a besoin d'un pont propre et de politiques bien pensées qui honorent ses traditions.

Steve Cohen est avocat au cabinet Pollock Cohen LLP et ancien membre du conseil d'administration de l'Institut naval des États-Unis.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

RAM de l'USS Stockdale par l'USS Carl Vinson. D'où l’intérêt d'avoir des navires d'escorte qui ont un carburant commun avec celui des avions embarqués par un PAN.

Par contre j'ignore si le CDG à cette capacité (RAM des FDA, FREMM ou d'une F70) ?

 

Link to comment
Share on other sites

La navy n'est pas prête à faire face à la menace croissante des sous-marins diesel. Et ce n'est pas une déclaration d'un amiral qui vient quémander des milliards pour financer des joujoux dispendieux mais un chasseur de sous-marins chevronné.

Combattre un sous-marin diesel est potentiellement facile, mais assurément difficile.

Vous n'aimez pas la contradiction ? Tant pis ! Bienvenue dans la guerre anti-sous-marine, ou ASW.

Le diesel ! Il est très intéressant de voir la couverture médiatique de la menace des sous-marins diesel et de l'impossibilité de repérer les sous-marins à propulsion indépendante de l'air (PIA). C'est comme si nous avions été ramenés aux jours sombres du début de 1942, lorsque les U-boote nazis ont commencé à opérer au large de la côte Est des États-Unis et du golfe du Mexique. L'un de mes titres alarmistes préférés est le suivant :

L'OTAN appelle ce sous-marin russe le "trou noir" pour une raison terrifiante.

Il ne fait aucun doute que la détection d'un sous-marin diesel fonctionnant sur batteries est très difficile, en raison de la nature de sa signature (ou, pour la plupart, de sa non-signature). J'ai été opérateur de capteurs (SENSO) sur des Vikings S-3 à partir du milieu des années 1980, et j'ai passé beaucoup de temps à rechercher des sous-marins de toutes sortes. À bord d'un porte-avions, le premier maître de mon escadron de Vikings aimait rappeler à tous ceux qui se trouvaient dans notre salle de préparation, lampe de poche à la main, le défi auquel nous étions confrontés lorsque nous étions sur le point de participer à un exercice majeur de chasse aux sous-marins incluant des bateaux diesel, ce qui était un événement extrêmement rare. En l'allumant, il a dit : "Voilà à quoi ressemble le bruit d'un sous-marin diesel." Le silence produit par l'appareil et son commentaire était assourdissant.

Cependant, le silence d'un sous-marin diesel n'est pas assourdissant. 

Je suis étonné de voir combien d'entre nous oublient que deux guerres mondiales ont été menées avec succès contre des sous-marins diesel. Puis, au cours de la première décennie de la guerre froide, nous avons réappris à lutter contre les avancées technologiques du sous-marin diesel - à savoir, le schnorchel et le carénage hydrodynamique. 

Remarquez que j'ai dit "signature" ci-dessus, ce qui implique que quelqu'un essaie de suivre un sous-marin diesel avec des bouées acoustiques passives. Les premières bouées acoustiques, introduites au cours des dernières années de la Seconde Guerre mondiale, ont relativement bien réussi, jusque dans les années 1950, à suivre les bruits d'hélice des bateaux diesel lorsque l'opérateur remontait les bouées successives et écoutait celle dont le bruit d'hélice était le plus fort. Au fur et à mesure que les bateaux diesel sont devenus plus aérodynamiques et que la technologie des pales d'hélice a progressé, le largage de bouées passives après la submersion d'une cible n'a plus donné d'aussi bons résultats. En fait, les meilleurs bateaux se déplaçaient plus vite que les avions de l'OTAN et les navires ASW ne pouvaient larguer, régler et écouter les bouées. Heureusement, la technologie des bouées acoustiques actives venait tout juste d'arriver à maturité, et nous étions de retour dans le jeu. En plus des bouées acoustiques actives, la technologie des sonars trempés d'hélicoptères s'est révélée être un atout, et une nouvelle équipe de chasseurs-tueurs à voilure fixe et à voilure tournante a vu le jour. 

Sur le plan opérationnel, personne, au milieu et à la fin de la guerre froide, n'a tenté de suivre passivement un sous-marin diesel immergé (où les hydrophones écoutent sans l'aide d'impulsions de sonar actif). Cette non-utilisation peut contribuer à la crainte que nous éprouvons aujourd'hui à l'égard des sous-marins diesel. 

Suivre un sous-marin nucléaire peut être relativement facile, en fonction de son niveau de bruit. Comme le montrent de nombreuses sources ouvertes, les navires nucléaires sont toujours équipés d'une machinerie. La marine américaine et ses alliés ont appris très tôt à quel point un tel sous-marin peut être bruyant. Une belle histoire raconte la facilité avec laquelle SOSUS - le vaste réseau de sonars sous-marins des États-Unis - a détecté et suivi le premier sous-marin à propulsion nucléaire du monde, l'USS Nautilus (SSN-571), lors de sa première traversée de l'Atlantique. La Marine a été stupéfaite. Dès lors, le service a travaillé dur pour mettre au point des techniques de réduction du bruit qui feraient de ses bateaux les plus silencieux du monde. Les Soviétiques, quant à eux, ont mis beaucoup trop de temps à comprendre la nécessité du silence, se concentrant plutôt sur le perfectionnement de leurs réacteurs en difficulté.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

L'article dans sa totalité https://www.thedrive.com/the-war-zone/42900/the-truth-about-the-growing-diesel-submarine-threat-from-a-veteran-sub-hunter

(si je trouve le temps ce week-end, je le traduirais dans sa totalité)

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Sans doute pas un modèle de furtivité ... Mais de puissance  SI ! Destroyer US   Classe Arleigh Burke       en escale à Toulon              !      9000 Tonnes et

"90 cellules de lancement vertical pour missiles SM-2, Tomahawk et VL Asroc, deux lanceurs quadruples pour missiles Harpoon, une tourelle de 127 mm, deux systèmes multitubes Phalanx, deux canons de 25 mm et deux plateformes triples pour torpilles Mk 32."   
© Mer et Marine https://www.meretmarine.com/fr/content/un-destroyer-americain-en-escale-toulon"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Arleigh_Burke

"La classe Arleigh Burke (nommée aussi DDG-51 selon le numéro de nomenclature US Navy du bâtiment tête de série) est la plus récente des classes de destroyers américains. Cette classe de bâtiments multi-rôles équipés du système de combat Aegis a progressivement remplacé l'ensemble des destroyers américains."   70 DDG-51 en service  dans l' US Navy

Edited by Bechar06
Link to comment
Share on other sites

US Navy à du soucis à se faire puisque ce n'est pas, visiblement, un cas isolé.

Est ce que c'est du à des plan de charge trop conséquent pour les chantier naval et donc un besoin d'économie à la marge (temps et argents) ?

http://www.opex360.com/2021/11/10/une-ingenieure-metallurgiste-admet-avoir-falsifie-des-tests-de-resistance-de-lacier-destine-a-des-sous-marins-de-lus-navy/

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Nec temere a dit :

US Navy à du soucis à se faire puisque ce n'est pas, visiblement, un cas isolé.

Est ce que c'est du à des plan de charge trop conséquent pour les chantier naval et donc un besoin d'économie à la marge (temps et argents) ?

http://www.opex360.com/2021/11/10/une-ingenieure-metallurgiste-admet-avoir-falsifie-des-tests-de-resistance-de-lacier-destine-a-des-sous-marins-de-lus-navy/

Wow, pour quel soum etait prevu cet acier ? Le futur cambera ou morrisson ?

Edited by wagdoox
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://seapowermagazine.org/rear-adm-perry-first-new-production-mark-48-torpedoes-set-for-2022-delivery/

Les dernières Mark 48 ont étés livrées en 96, et mises à jour continuellement depuis. La majorité des mises à jour ont étés faites au niveau des capteurs et du traitement du signal, mais une nouvelle production va être lancée avec des modification au niveau de la propulsion pour accroitre sa portée.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 4 weeks later...

Je n'ai pas vu passer la nouvelle : une femme, Amy Bauernschmidt, prend le commandement de l'Abraham Lincoln.

Pilote d'hélico à l'origine, ingénieur nucléaire, sans doute 4 enfants, 3 amants et championne de triathlon... Il y a des gens comme ça :blush:.

Première femme commandant un CVN, donc.

Citation

Captain Amy Bauernschmidt

Commanding Officer, USS Abraham Lincoln (CVN 72)

Capt. Amy Bauernschmidt is a native of Milwaukee, Wisc. and graduated in 1994 from the U.S. Naval Academy with a Bachelor of Science degree in Ocean Engineering. She earned a Master of Arts in National Security and Strategic Studies from the Naval War College, is a nuclear power school graduate, and was designated a Naval Aviator in 1996.

Her sea tours include the “Wolfpack” of Helicopter Anti-submarine Squadron Light (HSL) 45 twice deployed with USS John Young (DD 973) in support of maritime interdiction operations in the Northern Arabian Gulf; aide-de-camp to Commander, Carrier Strike Group 7 deployed with USS John C. Stennis (CVN 74) supporting Northern Edge and Rim of the Pacific exercises; the “Warlords” of HSL-51 twice deployed aboard USS Kitty Hawk (CV 63); executive and commanding officer of the “Spartans” of Helicopter Maritime Strike Squadron (HSM) 70 deployed aboard USS George H.W. Bush (CVN 77) in support of Operation Enduring Freedom; executive officer USS Abraham Lincoln (CVN 72); and commanding officer, USS San Diego (LPD 22).

Ashore her tours include instructor pilot and quality assurance officer at the “Seahawks” of HSL-41; executive assistant and action officer to the Director, Joint Staff/J6; and senior military advisor to the Secretary of State’s Office of Global Women’s Issues enhancing women’s peace and security through worldwide initiatives.

Bauernschmidt has accumulated over 3,000 flight hours in naval aircraft. Her personal awards include the Legion of Merit, Defense Meritorious Service Medal, Meritorious Service Medal, Navy/Marine Commendation Medal, Navy and Marine Corps Achievement Medal and various unit, campaign and service medals.

spacer.png

Je les trouve plutôt jeunes ces marins de haut vol. Voici le staff du Commandant

spacer.pngspacer.png

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, hadriel a dit :

La Navy a dévoilé son concept pour le remplacement des Burke:

FI7ChxsWUAINUNF.jpg

 

A noter les deux lasers de 600kW dans le futur, en remplacement des CRAM

C’est vraiment un crob de la Navy cette mocheté ?)

Vrai question, Hadriel.

Il doit manquer une légende pour ce qu’il y aurait entre les 2 cheminées, car sinon, 32 mk41, ça va faire court, et par homothétie on se sentira obligé de passer les successeurs des Fremm à 10 silos :sleep:


Si j’en crois ce dessin, la radar tournant SPQ-9b qui devait fournir transitoirement la bande X du SPY-6 pour qu’il soit bibande n’est plus transitoire (j’ai un gros gros doute sur ce dessin, rien que la mention «B » pour ce radar nous renvoie à une archi vieillerie quand flotteront ces bateaux)

Le Destroyer Module Payload, ça c’est du concept.

Est ce la perspective du dessin ? On a l’impression que la plateforme arrière est minus et le hangar presque inexistant : fin des hélicoptères et début de l’ère exclusive des drones ?

C’est quoi le Futur Planar Array ?

 

Edit : @Fusilier, il y a encore un canon !

Edited by Hirondelle
Link to comment
Share on other sites

@hadriel

Je note surtout le 32 Mk41 vers 12 Large Missile Launcher. On dirait que les US prévoient de lancer des hypersoniques depuis leurs futurs destroyers.

 

Pas d'info sur le second groupe de VLS. On dirait que c'est dans le Destroyer Payload Module Option (nom qui ressemble étrangement au Virginia Payload Module) mais le nom laisse entendre que c'est remplaçable par autre chose ou facultatif.

Par quoi est-ce qu'ils voudraient remplacer les VLS? Et est-ce qu'ils envisageraient vraiment de promener leurs nouveaux destroyers avec 32 (ou juste 12) VLS?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, hadriel a dit :

La Navy a dévoilé son concept pour le remplacement des Burke:

FI7ChxsWUAINUNF.jpg

 

A noter les deux lasers de 600kW dans le futur, en remplacement des CRAM

Le laser 150kw à l'avant reprend le rôle dévolu au phalanx ?

Si je comprends bien l'illustration, ils placeraient une paire d'antennes du SPY sur le massif avant, et une autre paire vers le hangar arrière. Est-ce sensé donner un avantage particulier d'écarter autant les 2 paires d'antennes ? Meilleures couvertures ? Eviter certains masques liés aux superstructures ?

Link to comment
Share on other sites

@hadriel

Quote

Apparemment c'est 64 mk41 en plage avant dont 32 pourront être convertis en 12 silos plus larges.

Le DPM étant au milieu entre les deux massifs

Tu as peut-être raison. Il y a l'ai d'y avoir 8 lanceurs sur la plage avant.

Ce qui pose la question: qu'est-ce que le Destroyer Payload Module?

 

Quote

Est ce la perspective du dessin ? On a l’impression que la plateforme arrière est minus et le hangar presque inexistant : fin des hélicoptères et début de l’ère exclusive des drones ?

Je crois que le hangar est dans le chapiteau arrière. Tu peux mettre plein de truc au dessus d'un hangar. Certains y mettent des canons et CIWS, d'autres un radar SMART-L

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...