Recommended Posts

https://www.commentarymagazine.com/foreign-policy/middle-east/turkey/some-ally-turkey-nato-russia/ (12 octobre 2017)

Court article sur l'état "croulant" de l'alliance turco-américaine. Déploiement au mois de mars de troupes américaines à la frontière turco-syrienne pour s'interposer entre Turcs et Kurdes. Annonce d'achat de S400 russes. Réchauffement avec l'Iran. Bref, "création d'une alliance anti-occidentale qui inclut un membre de l'alliance occidentale".

http://nypost.com/2017/10/10/trump-should-show-turkish-tyrant-erdogan-whos-boss/ (10 octobre 2017)

Autre ingrédient faisant tourner au vinaigre la relation : l'arrestation au mois de mars d'un banquier turc par le tribunal fédéral de Manhattan l'accusant de violation des sanctions anti-Iran. Le premier ministre Turc avait alors menacé les Etats-Unis de rétorsions.

 

Modifié par Wallaby
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, zx a dit :

on va pouvoir bientôt sniffer les S400  pour alimenter les bases spectra :) si ce n'est pas déjà fait

Je pense que c'est déjà fait, ces systèmes sont déjà présents en Syrie depuis plus d'un an et à Kaliningrad aussi ainsi qu'en Crimée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Boule75 a dit :

Sinon, le NyTimes continue l'introspection didactique en ce qui concerne les relations avec la Turquie : long opEd collectif sur le mode "si ça continue faudra qu'ça cesse !", avec focus notamment sur les B61, dont il est dit qu'aucun avion d'Incirlik ne peut les utiliser :blink:.

Je suis content de pouvoir lire cet article parce que la crise entre les USA et la Turquie me parait autrement plus grave que celle entre l'Allemagne et la Turquie et ça m'étonnait qu'on en parle relativement aussi peu.

Maintenant je lis cet édito du New York Times, et en utilisant l'Arabie Saoudite comme référence, on voit que bon nombre d'arguments se dégonflent : la Turquie actuelle respecte très peu des valeurs démocratiques, mais l'Arabie Saoudite non plus et cela n'empêche pas l'Amérique d'être la meilleure amie de l'Arabie Saoudite. Donc tout cela ressemble à de l'indignation... sélective.

Quant à dire que les autorités turques n'ont pas fourni suffisamment de charges substantielles pour inculper Gülen, c'est très discutable :

Le 10/8/2016 à 21:23, Wallaby a dit :

Le chef des militaires turcs qui était retenu en otage par les putchistes durant la tentative de coup d'État, a dit que l'un de ses ravisseurs lui a offert de le mettre en contact avec Gülen directement. Ce simple fait est une preuve prima facie de l'implication de Gülen, et probablement passe le test de "cause probable" qui est exigé pour une extradition.

Un Gülen qui n'est d'ailleurs pas considéré comme un petit saint à qui on donne le bon Dieu sans confession en Allemagne :

Le 8/8/2016 à 12:08, Wallaby a dit :

Après la crainte de l'infiltration AKP ( voir ci-dessus : http://www.air-defense.net/forum/topic/2812-la-turquie-dans-leurope/?do=findComment&comment=984171 ), la classe politique allemande se mettrait-elle à craindre l'infiltration güleniste ?

http://www.mdr.de/nachrichten/politik/inland/gruene-oezdemir-guelen-transparenz-100.html (7 août 2016)

Le chef des Verts Cem Özdemir a demandé au mouvement du prédicateur islamique Fethullah Gülen de fournir des informations sur le fonctionnement de leurs organisations et associations en Allemagne. Özdemir a dit à la Frankfurter Allgemeine Dimanche : "il faut plus de transparence sur les intentions idéelles. Le mouvement Gülen doit faire la lumière sur ce qu'il est réellement : un communauté de foi islamo-conservatrice, un réseau carriériste missionnaire, ou un mouvement islamisto-politique et ultimement radical ? Simultanément, le chef des Verts a ajouté qu'il ne craignait aucune infiltration de la société allemande par le mouvement Gülen.

Des accents significativement plus sceptiques se font entendre à la CDU. Le député régional de Bade-Wurtemberg Bernhard Lasotta a dit que le but du mouvement Gülen serait d'investir dans un cadre académique via une bonne éducation formelle, pour occuper des postes publics dans l'État, l'administration, les partis et la société : « D'après mon expérience, le danger existe que ces gens se répandent aussi dans nos institutions pour, sous couvert d'intégration, maintenir leurs membres d'origine turque dans un monde parallèle qui croit à la supériorité de la sphère d'influence islamo-ottomane sur nos valeurs libérales-occidentales ». Lasotta a souligné cependant qu'il condamnait la procédure contraire à l'État de droit intentée par le gouvernement turc contre le mouvement Gülen.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Wallaby a dit :

Le chef des militaires turcs qui était retenu en otage par les putchistes durant la tentative de coup d'État, a dit que l'un de ses ravisseurs lui a offert de le mettre en contact avec Gülen directement. Ce simple fait est une preuve prima facie de l'implication de Gülen, et probablement passe le test de "cause probable" qui est exigé pour une extradition.

Arf. Prendre les déclaration d'un sbire d'Erdogan prima faciae ça ne va pas suffire aux USA ou à qui que ce soit de sérieux, dans ce dossier.

Sur ce je partage tes interrogations, à tous le moins, sur l'étonnant succès de ce prêcheur. On me dirait qu'il était agent de la CIA (ou du BND) que ça ne m'étonnerait qu'à moitié, pas plus en fait que si on indiquait que Poutine a intoxiqué Erdogan à propos de Gülen depuis des années et a ainsi acquis sa confiance ; les deux ne sont pas incompatible. Mais on a quand même Pas Grand Chose (tm) à se mettre sous la dent pour le confirmer, n'est-ce pas.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, Wallaby a dit :

Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

Si tu parles de Hulusi Akar, il était et est resté loyal à Erdogan, c'est lui qui qui dirigerait les opérations en Syrie actuellement encore. Son témoignage me semble devoir être pris avec de longues pincettes.

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
7 hours ago, Boule75 said:

Sur ce je partage tes interrogations, à tous le moins, sur l'étonnant succès de ce prêcheur. On me dirait qu'il était agent de la CIA (ou du BND) que ça ne m'étonnerait qu'à moitié, pas plus en fait que si on indiquait que Poutine a intoxiqué Erdogan à propos de Gülen depuis des années et a ainsi acquis sa confiance ; les deux ne sont pas incompatible. Mais on a quand même Pas Grand Chose (tm) à se mettre sous la dent pour le confirmer, n'est-ce pas.

Gülen est un vieil ami d'Erdogan ils ont conquis le pouvoir ensemble, c'est apres que c'est parti en couille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, g4lly a dit :

Gülen est un vieil ami d'Erdogan ils ont conquis le pouvoir ensemble, c'est apres que c'est parti en couille.

Je sais, mais ça n'est toujours pas incompatible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La spécialité de  Gülen  et de son organisation c'est le noyautage des institutions - judiciaires en particulier. Ils ont été le bras armée politique d'Erdogan. Mais ce dernier - grand mégalo devant l'Eternel - une fois la vielle garde kemaliste dégagé, n'a pas accepté de partager le pouvoir avec son associé. Et d'un point de vu pratique il n'aurait pas pu en être autrement tellement ce genre de groupuscule est naturellement dangereux. C'est tout, il n'y a pas d'autre explication à chercher.

 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://rodrik.typepad.com/dani_rodriks_weblog/2017/04/why-did-so-many-cheer-turkeys-democracy-while-it-was-dying.html (25 avril 2017) & https://www.the-american-interest.com/2017/04/24/guilty-men/ (24 avril 2017)

Articles très durs envers les Occidentaux et notamment la presse occidentale, qui a fermé les yeux sur la nature du régime en particulier durant les années 2010-2013. Pire : cette presse chantait les louanges du régime en disant que c'était une démocratie "vibrante".

2013, c'est les émeutes du parc Gezi, et c'est seulement à partir de cette date que la presse occidentale commence à ouvrir les yeux et à critiquer le régime.

Avant 2010, il y avait matière à critique, puisque le régime utilisait les mêmes pratiques liberticides que ses prédécesseurs. Mais il y avait des avancées qui pouvaient d'une certaine façon contrebalancer cela, puisqu'il était devenu possible de parler du génocide arménien (enfin à condition de l'appeler par un autre nom que "génocide") et des revendications des Kurdes. Donc on peut comprendre qu'Erdogan et l'AKP aient pu bénéficier d'une sorte de bénéfice du doute jusqu'en 2010.

Mais à partir de 2010 avec les affaires Ergenekon et Balyoz il devient clair que l'on a affaire à des procès staliniens et qu'on n'est plus dans un État de droit.

Claire Berlinski indique notamment deux points dont je n'étais pas conscient :

- en 2012 Türkan Saylan, médecin, fondatrice d'un réseau de lutte contre la lèpre et d'une association pour l'éducation des filles en zone rurale a été emprisonnée dans le cadre de l'affaire Ergenekon.

- le référendum constitutionnel de 2010, dont l'Occident a célébré les louanges, était un mélange de bonnes mesures camouflant selon elle, une mesure extrêmement pernicieuse affectant l'indépendance de la justice. Si l'on avait respecté les normes de la commission de Venise, le peuple Turc aurait dû être appelé à se prononcer mesure par mesure, par plusieurs votes, et non être obligé de se prononcer en bloc pour ou contre le paquet de mesures.

Ces articles ne le disent pas clairement, mais on peut se demander si la prise de conscience de l'Occident comme quoi tout n'est pas rose en Turquie ne date pas du divorce entre Erdogan et Gülen. Cela pourrait nous faire soupçonner que la presse occidentale était finalement soumise à l'influence de la propagande güleniste, très forte à l'international. Il aura fallu attendre que Gülen se brouille avec Erdogan pour que l'Occident accepte de voir qu'Erdogan n'était pas le héros de la démocratie qu'il croyait avoir trouvé.

Modifié par Wallaby
  • J'aime (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://foreignpolicy.com/2017/10/12/the-american-alliance-with-turkey-was-built-on-a-myth/ (12 octobre 2017)

La communauté diplomatique américaine est en train d'apprendre petit à petit que bon nombre de ses présupposés sur la Turquie s'avèrent faux. Les dirigeants de ce pays - y compris le commandement militaire - ne sont ni démocrates ni pro-occidentaux. En fait ils sont profondément suspicieux de l'Occident, spécialement des Etats-Unis.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le coup de la rançon à l'envers : "vous prenez des otages (entre autres),vous perdez l'argent" ; c'est bien le moins.

Citation

Pas de rupture mais un gel généralisé. Les dirigeants européens, réunis en sommet jeudi 19 et vendredi 20 octobre à Bruxelles, n’ont pas décidé d’arrêter définitivement les négociations en vue d’une adhésion – hypothétique – de la Turquie à l’Union. En revanche, Ankara devrait être privée à l’avenir des fonds dits de « pré-adhésion », soit les quelque 4,5 milliards d’euros envisagés pour la période 2014-2020 – et dont une petite partie seulement (368 millions) a été allouée jusqu’à présent. Une réévaluation de ces montants est promise pour le début de 2018.

[...]

Le régime de Recep Tayyip Erdogan n’obtiendra pas non plus la révision de l’accord d’union douanière qui lui avait été promise par la Commission, qui y voyait un intérêt économique immédiat – l’UE reste le premier partenaire commercial de la Turquie. L’allégement du régime des visas pour les citoyens turcs désireux de se rendre dans l’Union sera lui aussi « gelé ».

Une large majorité de dirigeants refuse toutefois d’aller au-delà des condamnations et de la menace de mesures de rétorsion. « Ce n’est pas à nous de couper les ponts. Des villes et des citoyens turcs s’opposent à la pensée unique de M. Erdogan, commente l’un d’eux.

 

  • J'aime (+1) 1
  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.pewresearch.org/fact-tank/2017/08/01/u-s-power-and-influence-increasingly-seen-as-threat-in-other-countries/ (1er août 2017)

Sondage : La puissance et l'influence des Etats-Unis est-elle une menace majeure pour votre pays ?

Turquie : oui à 72% (contre 44% en 2013).

Modifié par Wallaby

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Papier de Marie Jego, dans Le Monde relatif à la politique active d'encouragement de la délation en Turquie.

Citation

Depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, les cas de délation contre rémunération se multiplient en Turquie. Trois numéros d’urgence (140, 155, 156) ont été mis en place à cet effet. Les dénonciations sont aussi possibles depuis l’étranger, en passant « par les ambassades et les consulats », stipule le site du ministère de l’intérieur créé pour inciter le public à collaborer à la lutte antiterroriste.

« Les récompenses seront versées en liquide », est-il précisé. La protection et l’anonymat des sources sont garantis. Le montant de la prime accordée oscille entre 10 000 livres turques (2 300 euros) et 4 millions (920 000 euros).

[...]

La délation rémunérée a été officialisée avant le putsch raté, par un arrêté du ministère de l’intérieur du 31 août 2015. A l’époque, la Turquie venait d’entrer dans une période de turbulences politiques. Présentée comme un moyen efficace de lutter contre le terrorisme, la délation anonyme a pris une place considérable dans la vie quotidienne depuis le coup d’Etat manqué. La plupart des 140 000 fonctionnaires évincés dans la foulée l’ont été sur dénonciation de leurs collègues. Et les dossiers d’inculpation des quelque 50 000 personnes arrêtées depuis la mise en place de l’état d’urgence le 20 juillet 2016 fourmillent de témoignages livrés par des informateurs anonymes.

Comme une odeur de déjà-vu très forte...

  • Triste 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.zdf.de/nachrichten/heute/menschenrechtler-steudtner-zurueck-in-berlin-102.html (26 octobre 2017)

Peter Steudner est de retour à Berlin, mais il reste 10 Allemands emprisonnés en Turquie.

Aussi :

http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/turquie-maintien-en-detention-d-un-responsable-d-amnesty-59f1f530cd703cdd75171c2f (26 octobre 2017)

Un tribunal turc a ordonné jeudi le maintien en détention du président d'Amnesty International en Turquie.

Modifié par Wallaby
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Figaro + AFP font un point sur les procès en cours, du moins les plus visibles (qques journalistes, celui du "putsch"...).

Vous lirez le détail mais je retiens que :

  • Gülen doit être jugé par contumace ;
  • dans celui du "putsch", l'ex chef d'état-major de l'armée de l'air turque a plaidé non-coupable,
  • les plaidoiries de défense se font "en masse", toutes à la suite les unes des autres ; j'imagine qu'il en a été de même pour les réquisitoires. Quoi qu'il en soit, pour un procès dont le nombre d'accusés se compte en centaines, ça n'aura pas traîné...
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.ecfr.eu/article/essay_no_question_who_planned_and_executed_the_attempted_coup_in_turkey (27 octobre 2017)

Qui sont les 5 coaccusés, autres que Gülen lui-même, accusés d'être les chefs civils du coup d'État ? Que faisaient-ils aux alentours de la base d'Akıncı ce jour là ? Recherchaient-ils des terrains à acheter comme ils le prétendent ? N'est-ils pas curieux que deux hommes qui prétendent ne pas se connaître aient pris les mêmes avions aller et retour pour New York quelques jours auparavant ?

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

http://www.ecfr.eu/article/essay_no_question_who_planned_and_executed_the_attempted_coup_in_turkey (27 octobre 2017)

Qui sont les 5 coaccusés, autres que Gülen lui-même, accusés d'être les chefs civils du coup d'État ? Que faisaient-ils aux alentours de la base d'Akıncı ce jour là ? Recherchaient-ils des terrains à acheter comme ils le prétendent ? N'est-ils pas curieux que deux hommes qui prétendent ne pas se connaître aient pris les mêmes avions aller et retour pour New York quelques jours auparavant ?

Intéressant ! L'usage répété du terme de "confession" m'inspire modérément confiance, mais on découvre enfin des charges construites à l'encontre des réseaux Gülen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.dw.com/en/us-turkey-resume-limited-visa-services/a-41265609 (6 novembre 2017)

Lundi, les Etats-Unis et la Turquie ont annoncé qu'ils avaient repris le traitement des services mutuels de visas "sur une base limitée", mettant fin à un différend diplomatique d'un mois entre les deux alliés de l'OTAN. Ce geste a eu lieu un jour avant la visite du Premier ministre turc Binali Yildirim à Washington.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5132
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    kot
    Membre le plus récent
    kot
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20133
    Total des sujets
    1097166
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets