Recommended Posts

Un "mouvement rival" n'est pas un "mouvement opposé" donc il y a mieux comme parti à financer. Si c'est juste pour avoir une autre tête de pioche comme Sultan à la place du Sultan, bof.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, NUBEALTIUS a dit :

Uniquement libellé en livres turques

Ok, alors je multiplie par........hein, oui.......je retient 3........puis j’additionne.........................OUAWWWWW :blink::ohmy:je viens de faire le calcul et la dévaluation aidant, juste avec l'équivalent d'un abonnement internet je peux financer une campagne électorale turc :bloblaugh: 

 

il y a 9 minutes, kalligator a dit :

Kalligator & Co UBS Grand- Caiman, merci d'avance

Les Caïmans étaient une dépendance ottomane aussi ? :ph34r:

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Shorr kan a dit :

 

Le 13/09/2019 à 22:24, NUBEALTIUS a dit :

Uniquement libellé en livres turques

Ok, alors je multiplie par........hein, oui.......je retient 3........puis j’additionne.........................OUAWWWWW :blink::ohmy:je viens de faire le calcul et la dévaluation aidant, juste avec l'équivalent d'un abonnement internet je peux financer une campagne électorale turc :bloblaugh: 

 

Il y a 20 heures, kalligator a dit :

Kalligator & Co UBS Grand- Caiman, merci d'avance

Les Caïmans étaient une dépendance ottomane aussi ? :ph34r:

 

Ignorant !!!! Mais bien sûr que oui !! C'est pour rien ottoman et caïman ça rime !!!!

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/austritte-aus-der-akp-rebellion-gegen-erdogan-16385936.html (15 septembre 2019)

Certains politiciens éminents ont démissionné du parti au pouvoir, l'AKP, pour fonder leurs propres mouvements. Pour le président turc Erdogan, ce pourrait être un passage difficile.

L'érosion du parti au pouvoir en Turquie, l'AKP, se poursuit. L'ancien Premier ministre Ahmet Davutoglu, un autre dirigeant du parti du Président Recep Tayyip Erdogan, a démissionné vendredi. Davutoglu a ainsi anticipé une exclusion du parti qui avait été initiée contre lui au début du mois de septembre. Pas plus tard qu'en juillet, il avait déclaré vouloir contribuer au renouvellement interne de l'AKP fondé par Erdogan en 2001. Avec Davutoglu, trois autres anciens députés ont quitté l'AKP vendredi.

Dès juillet, Ali Babacan, ancien ministre de l'Economie et des Affaires étrangères, avait quitté l'AKP, dont il était l'un des membres fondateurs. Dans une lettre au parti, il a écrit que la politique de l'AKP s'était ces dernières années de plus en plus éloignée de ses "principes, valeurs et idées". La Turquie a besoin d'une "vision complètement nouvelle". Babacan et l'ancien président Abdullah Gül, autre membre fondateur de l'AKP et critique des politiques d'Erdogan, se préparent depuis des mois à fonder un nouveau parti. Gül avait démissionné de l'AKP lorsqu'il avait pris ses fonctions de président en 2007.

Avec Gül, Babacan et Davutoglu, trois des plus éminents dirigeants de l'AKP mènent la rébellion contre Erdogan. Ils rejettent la transition d'une démocratie parlementaire à un système présidentiel qui garantirait à Erdogan des pouvoirs étendus en tant que président de la république. Ils critiquent les politiques de plus en plus autoritaires, la situation des droits de l'homme et l'annulation des élections municipales à Istanbul. Elle avait été réalisée à la demande de l'AKP parce qu'elle ne voulait pas accepter la défaite.

Il est vrai que Davutoglu et Babacan sont en contact l'un avec l'autre. Indépendamment les uns des autres, tout le monde veut fonder un nouveau parti. Tous deux bénéficient de l'insatisfaction à l'égard de l'AKP, mais chacun s'adresse à une clientèle différente. Alors que Davutoglu, qui se concentre sur la politique étrangère et de sécurité, est plus populaire auprès des nationalistes turcs, Babacan est associé à l'espoir d'un nouveau parti réformateur pluraliste à droite du centre, ce qui ramène la Turquie à la ligne suivie par l'AKP durant ses premières années au pouvoir.

Il est donc probable que Davutoglu et Babacan se sépareront. La fondation officielle des nouveaux partis est prévue en novembre et décembre. Gül ne veut pas reprendre une fonction dans le parti de Babacan, mais travailler en coulisses. Comme il y avait eu de nombreuses formations de partis en Turquie dans le passé, qui ont rarement duré, Davutoglu et Babacan ne veulent pas agir à la hâte, mais d'abord établir des structures durables dans toutes les provinces de Turquie.

Après la fondation officielle, on s'attend à des ralliements au parlement turc, surtout par les députés de l'AKP. Selon les estimations actuelles, ce chiffre pourrait se situer entre 25 et 50. Un groupe parlementaire reçoit le statut de groupe parlementaire avec au moins 20 députés, ce qui augmente l'attractivité d'une formation. Pour qu'un groupe se forme, les deux partis pourraient unir leurs forces au Parlement. Mais pour être crédibles, les membres du nouveau groupe ne doivent pas apporter avec eux un "passé sale", dit-on de source parlementaire.

Au parlement où siègent 589 députés, la coalition dirigeante de l'AKP et du MHP perdrait sa majorité si 47 députés de ses rangs rejoignaient les partis de Davutoglu et de Babacan. Cela pourrait conduire à des élections anticipées, ce qu'Erdogan veut éviter compte tenu des mauvais résultats du scrutin pour son AKP. Par conséquent, l'attention se porte sur ce qu'Erdogan va faire pour éviter le danger imminent. Un remaniement ministériel est concevable. Le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu, qui a récemment démis les maires kurdes de leurs fonctions, est détesté par les Kurdes. Tant qu'il fait partie du cabinet, il jette les électeurs kurdes qui ont voté jusqu'ici pour l'AKP dans les bras de Babacan et Davutoglu.

Une enquête de l'institut turc de recherche sur l'opinion publique MAK a montré qu'un Turc sur trois voit une nécessité pour la fondation d'un nouveau parti à partir de l'AKP. Plusieurs sondages d'opinion publiés récemment montrent un potentiel électoral de 10 % pour les deux nouvelles formations prévues. La clause de blocage pour entrer au Parlement est théoriquement de 10%. Mais comme les partis se présentent comme des alliances aux élections depuis maintenant deux ans, ce n'est plus d'actualité. Il est concevable que l'actuelle alliance de l'opposition se scinde en deux camps, qui s'opposeront alors conjointement à la coalition au pouvoir de l'AKP et du MHP. L'un des blocs serait composé du CHP et du HDP pro-kurde, l'autre du parti nationaliste modéré Iyi et des deux nouvelles formations. Les deux blocs couvriraient le centre et le centre-gauche, réduisant dangereusement le réservoir de voix du gouvernement actuel.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Wallaby : on me dirait qu'Erdogan est malade, je n'en serais pas étonné : ceux qui partent maintenant partent bien tard...

P.S. : dans Gûl, n'y a-t-il pas comme un bruit de Gullen ? C'est louche !

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.rfi.fr/emission/20190915-turquie-avalanche-demissions-akp-erdogan-fronde-ozlem-albayrak

Au-delà des revers électoraux de l’AKP, quelles sont les causes du mécontentement ?

Ce que ces voix critiques reprochent à leur parti et au président Erdogan, ce sont évidemment ses dérives répressives, ses atteintes à la liberté d’expression qui violent ce qui constituait, selon eux, les valeurs fondatrices de l’AKP... Mais le problème, et la cause première de ces démissions, c’est l’absence désormais totale d’introspection et donc de débat au sein du parti. Ceux qui osent exprimer une voix discordante sont mis à l’écart, et ceux qui le font publiquement sont accusés de « trahison ».

Aux yeux de certains de ses partisans et anciens compagnons de route, Recep Tayyip Erdogan est non seulement déconnecté de la base du parti, mais il a aussi perdu son aura. Et cela se vérifie en chiffres : entre août 2018 et juillet 2019, l’AKP a perdu plusieurs milliers de membres.

 

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout les cauchemars ont une fin...

 

                                                                                       6a2ea5eaef854edecc49179602a4c9cc.png

                                                                                                Je dirais même que c'est le début de la fin, hé, hé !

Edited by Shorr kan
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Erdogan met en garde contre une opération imminente en Syrie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/erdogan-met-en-garde-contre-une-operation-imminente-en-syrie-20191001

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mardi 1er octobre que la Turquie arrive à bout de sa patience vis-à-vis des Etats-Unis au sujet de la création d'une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, indiquant l'imminence d'une opération.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Ankara assimile un ouvrage sur les «filles rebelles» à de la pornographie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/ankara-assimile-un-ouvrage-sur-les-filles-rebelles-a-de-la-pornographie-20191004

"La Turquie extradie vers la France un homme accusé du meurtre du petit ami de sa fille" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-turquie-extradie-vers-la-france-un-homme-accuse-du-meurtre-du-petit-ami-de-sa-fille-20191004

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Chypre dénonce les nouvelles tentatives de forage d'Ankara comme «une grave escalade»" : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/chypre-denonce-les-nouvelles-tentatives-de-forage-d-ankara-comme-une-grave-escalade-20191004

Selon Nicosie, la Turquie a envoyé le navire de forage Yavuz au bloc 7 de sa zone économique exclusive (ZEE) et plateau continental, or les licences d'exploitation de cette zone ont été attribuées aux géants énergétiques français et italien, Total et Eni, en septembre dernier. Selon le gouvernement chypriote, la zone où doit opérer le navire turc est clairement définie en vertu du droit international comme faisant partie des eaux territoriales de Chypre. «Cette nouvelle provocation est un exemple qui montre comment la Turquie fait fi des appels répétés de l'UE et de la communauté internationale à cesser ses activités illégales», a affirmé le gouvernement

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas la première fois. La dernière fois, il avait fini par se raviser. On verra bien si c'est à nouveau le cas ou non. Ce qui est sûr, par contre, c'est qu'Erdogan a très hâte de libérer les douze mille djihadistes pour permettre à son proxy Daesh de revenir en force dans la région.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Kelkin a dit :

C'est pas la première fois. La dernière fois, il avait fini par se raviser. On verra bien si c'est à nouveau le cas ou non. Ce qui est sûr, par contre, c'est qu'Erdogan a très hâte de libérer les douze mille djihadistes pour permettre à son proxy Daesh de revenir en force dans la région.

Bon je suis pas fan d'Erdogan mais je vois vraiment pas en quoi Daesh est un proxy de la Turquie. Une fois de plus la Turquie n'a rien fait vis à vis de Daesh que nous n'ayons fait  nous même ou nous alliés. Y compris en terme de les combattre.

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, nemo a dit :

Bon je suis pas fan d'Erdogan mais je vois vraiment pas en quoi Daesh est un proxy de la Turquie. Une fois de plus la Turquie n'a rien fait vis à vis de Daesh que nous n'ayons fait  nous même ou nous alliés. Y compris en terme de les combattre.

hum hum ..... La Turquie à combattu Daesh avec un bandeau sur les yeux tout en lui donnant sa bénédiction pour détruire son voisin Syrien ainsi que les kurdes ... question faux cul Erdogan est un maître

 

Edited by Lezard-vert
  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,418
    Total Members
    1,550
    Most Online
    KLD
    Newest Member
    KLD
    Joined
  • Forum Statistics

    20,726
    Total Topics
    1,254,254
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries