Recommended Posts

Il y a 4 heures, Zalmox a dit :

Ce que les Grecs et Frontex n'ont pas réussi, les troupes du Coronavirus-19 l'ont fait.

Les migrants amassés à la frontière ont levé le camp et retournent sur le territoire turque.

https://www.aa.com.tr/fr/turquie/a-la-frontière-grecque-les-réfugiés-décident-de-retourner-en-turquie/1781561

C'est peut-être une manière habile qu'a la presse turque de ne pas avouer que le grand président Erdogan a cédé aux exigences de Merkel, Macron et Johnson lors de la téléconférence du 18 mars.

  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, pascal a dit :

Plus c'est petit plus çà marche !

C'est ce que disait l'amant de mon ex-épouse !

:laugh:

====> vais dans le jardin respirer l'air pur !

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/30/coronavirus-la-turquie-a-evacue-les-refugies-masses-le-long-de-sa-frontiere-terrestre-avec-la-grece_6034896_3210.html (30 mars 2020)

Craignant une crise sanitaire due à la pandémie, les autorités turques ont fait évacuer ces derniers jours la plupart des réfugiés massés à la frontière avec la Grèce depuis la fin du mois du février. Des milliers de personnes qui, encouragées par la décision du président turc, Recep Tayyip Erdogan, d’« ouvrir les portes » vers l’Union européenne, attendaient le long de la frontière terrestre turco-grecque dans l’espoir de passer en Grèce, en sont reparties comme elles y étaient venues, dans des bus affrétés par les autorités.

Cette évacuation a eu lieu « à la demande des réfugiés », a cru bon de préciser l’agence de presse DHA, soulignant que le campement sauvage établi à Pazarkule avait été démantelé.

La plupart des personnes coincées à la frontière, pour beaucoup des familles avec de jeunes enfants, ont finalement été emmenées vers des centres de rétention dans neuf provinces de Turquie, où elles ont été placées en quarantaine.

Le ministre a averti que cette décision ne correspondait pas à un changement de politique de la part d’Ankara, et que les réfugiés seraient libres de revenir vers la frontière une fois la menace de pandémie écartée. « Lorsque cette épidémie sera terminée, nous n’empêcherons personne de partir », a-t-il prévenu.

  • Haha 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, jeanmi a dit :

Vont pas être content !

Vu que Macon a décidé de sonner la fin de la récré', ils peuvent bien gueuler ce qu'ils veulent. On ne joue plus.

  • Like 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon c'est vrai que ça la fout mal... 

Même si il y a un côté propagande anti turque... Mais bon les images sont difficile à remettre en cause... Et certain voulait de la Turquie dans l'UE... 

Les types parlent le turc ( ça y ressemble vachement en tout cas...), et le matos et armement est celui des turcs. Bon il y en a un qui a du abusé des jeux vidéos vu sa coupe de cheveux limite iroquoise... 

Enfin bref, c'est masqué mais on devine très bien se que se type fait à une dépouille... 

C'est pas l'ambiance à la Tarkan avec ces types ... 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.tagesschau.de/ausland/tuerkei-coronakrise-101.html (30 mars 2020)

La liste du registre officiel des décès d'Istanbul a hanté les médias sociaux pendant plusieurs heures avant que l'accès ne soit bloqué. Il a montré les décès de la veille, y compris les noms des personnes décédées, leur date de naissance et la cause du décès - soit un total de 255 personnes. La cause du décès est vingt fois Covid-19. Le ministre turc de la santé n'a alors pas pu s'expliquer. Il n'avait mentionné que 16 décès pour le même jour, le 28 mars - dans toute la Turquie.

La première déclaration du ministre a été que quatre autres personnes étaient probablement mortes après qu'il ait publié les chiffres ce soir-là. Il a fallu un jour et demi avant que l'administration du cimetière d'Istanbul ne parle d'une erreur de leur part. Le ministre avait raison. Néanmoins, la méfiance demeure, par exemple dans le cas du vice-président de l'Association médicale turque, Ali Cerkezoglu :

    "Nous devons croire les chiffres. Mais nous ne sommes pas obligés de les accepter. Car si les responsables d'un pays n'effectuent pas suffisamment de tests, il faut se demander si ce sont vraiment les chiffres réels de ce pays".

 Le Cerkezoglu s'adresse à un point sensible. Le nombre relativement faible de personnes infectées est probablement dû en partie au peu de tests effectués. Depuis l'apparition de l'épidémie de corona en Turquie jusqu'au week-end dernier, moins de 50 000 personnes ont été testées pour le Covid-19 - environ autant qu'en Allemagne en une journée. Certains experts estiment que le nombre de cas non signalés en Turquie est cinquante fois plus élevé. Selon les chiffres officiels, plus de 10 000 personnes sont infectées et ce nombre augmente plus rapidement que dans presque tous les autres pays. Le nombre de décès est estimé à environ 170.

Mais même pour les chiffres officiellement bas, le gouvernement n'était pas suffisamment préparé, déclare Ömer Faruk Gergerlioglu, médecin et membre du parlement pour le parti d'opposition HDP : "Les ministères ont vraiment agi comme si le virus n'affectait pas la Turquie. Mais la Turquie est un pays qui a un commerce et des voyages intensifs avec la Chine. Et lorsque le virus a atteint l'Iran, il était clair qu'il atteindrait également la Turquie".

Entre-temps, les écoles, les universités et la plupart des magasins ont été fermés. Avec le message "evde kal" - "reste à la maison" - les gens sont invités à ne pas quitter leur maison. Tous les vols internationaux ont été annulés. Les voyages intérieurs ne sont possibles qu'avec une autorisation. Les autorités ont mis en quarantaine une quarantaine de communes. Mais c'est aussi la seule indication des régions qui sont particulièrement touchées. Ali Cerkezoglu, de l'Association médicale, n'est pas satisfait :

"Nous voulons que le public soit informé de manière transparente. Pas seulement avec des chiffres chaque soir sur le nombre de morts et d'admissions. Il faut donner plus de détails, bien que les noms des personnes concernées doivent bien sûr rester secrets. La Turquie a un problème de transparence. Avec le corona, comme pour toute autre question".

 Néanmoins, le gouvernement prévoit de modifier le code pénal. Cela devrait permettre de libérer environ un tiers des 300 000 prisonniers. Les associations de femmes craignent que les délinquants sexuels puissent également en profiter. Le gouvernement apaise : Le projet de loi est toujours en cours de discussion. Mais les meurtriers, les délinquants sexuels et les personnes reconnues coupables de crimes terroristes restent derrière les barreaux.

L'avocat et journaliste Gökcer Tahincioglu craint que le gouvernement n'utilise la crise de corona pour libérer ses proches en maintenant en prison les critiques indésirables en tant que terroristes présumés :

"La terreur, bien sûr, semble menaçante. Dans la majorité des cas, il s'agit de personnes qui n'ont pas participé à des actions armées et qui n'ont pas de liens directs avec des organisations terroristes. En raison de l'article de propagande de la loi anti-terroriste, de nombreuses personnes sont derrière les barreaux à cause de leurs opinions, par exemple des écrivains, des journalistes et des politiciens.

Parmi eux, des médecins et des infirmières - des personnes dont la Turquie pourrait avoir besoin plus que jamais dans les semaines à venir.

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/turkey-expand-quarantine-fight-coronavirus.html (30 mars 2020)

Le gouvernement a effectué plus de 11 000 tests de diagnostic aujourd'hui, se rapprochant ainsi d'un objectif de 15 000 tests par jour. Ce chiffre est encore très inférieur à celui de l'Allemagne, qui a la même taille de population mais qui est en tête de l'Europe en matière de tests - avec une moyenne de 71 000 par jour - et qui vise à presque tripler ce chiffre pour le porter à 200 000.

Pour encourager les habitants d'Istanbul à rester chez eux, les parcs et les rivages sont fermés aux piétons, et une autorisation spéciale est nécessaire pour quitter la plus grande ville du pays. Le service de bus et de ferry-boat interurbain a été interrompu. Le deuxième plus grand aéroport du pays est fermé, les vols internationaux sont annulés et les avions ne desservent que 14 villes de Turquie. Erdogan a également accordé aux gouverneurs non élus des 30 plus grandes villes des pouvoirs spéciaux leur permettant d'introduire de nouvelles restrictions à leur guise.

"Les pouvoirs donnés au gouverneur révèlent un paradoxe : la décision de ne pas descendre dans la rue ne revient pas à l'État mais au citoyen, mais pour conserver son pouvoir sur la société, l'État donne des pouvoirs aux gouverneurs et contourne les municipalités", a-t-elle [Sinem Adar, chercheuse au Stiftung Wissenschaft und Politik de Berlin] déclaré à Al-Monitor.

Les procureurs ont ouvert des enquêtes sur 459 personnes pour protéger "la loi, la paix et les intérêts de la société", dont 385 personnes pour leurs posts critiques dans les médias sociaux, a également déclaré M. Gul. La police a brièvement détenu un chauffeur de camion dont la vidéo critiquant la réponse du gouvernement à l'épidémie est devenue virale. Sans le soutien du gouvernement, il ne pouvait pas suivre la recommandation de rester chez lui mais devait continuer à travailler, a-t-il dit. "Ce virus ne me tuera pas. Ce qui me tuera, c'est votre système", a-t-il dit.

 

https://www.metro.us/pressure-for-turkey-lockdown/ (31 mars 2020)

L'Association médicale turque a déclaré lundi qu'il y avait de nombreuses erreurs dans la réponse "inadéquate" d'Ankara à la pandémie, affirmant que les frontières avaient été laissées ouvertes trop longtemps et que la quarantaine n'avait pas été imposée à la plupart des Turcs revenant de l'étranger.

"A ce stade, la maladie s'est répandue dans toutes les régions du pays, d'où la disparition de la possibilité d'imposer une quarantaine", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Elle a déclaré qu'il était nécessaire d'effectuer 30 000 tests par jour et que les personnes dont les tests étaient positifs devaient être correctement isolées.

Mais après une réunion du cabinet lundi, M. Erdogan a déclaré qu'il était nécessaire de maintenir la production pour soutenir l'approvisionnement en biens de base et les exportations.

"La Turquie est un pays qui doit continuer à produire et à faire tourner les roues dans toutes les conditions et circonstances".

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/turkey-government-opacity-makes-war-on-coronavirus-harder.html (30 mars 2020)

La vidéo, qui a été prise secrètement (le 18 mars) et est rapidement devenue virale sur les médias sociaux, montrait une femme médecin en train d'informer le personnel de l'hôpital Avicenne de l'université d'Ankara sur l'épidémie de coronavirus. Déplorant la réponse de la Turquie à la pandémie, le médecin, qui a été identifié plus tard comme le Dr Gule Cinar, a déclaré : "Il semble que nous ayons pris un mauvais départ. Nous ne savons pas comment cela va se passer. Nous espérons que nous ne deviendrons pas une autre Italie... Les cas se comptent maintenant par milliers, et non par centaines comme on dit".

 "Istanbul a pris un très mauvais départ, et Ankara aussi a pris un mauvais départ", a-t-elle déclaré. "Il y a des cas à l'est, à Van, ainsi qu'à Kayseri [dans le centre de la Turquie]".

La fuite des propos de Cinar a apparemment été jugée gênante pour avoir miné la politique d'opacité du gouvernement, puisque l'université d'Ankara a publié le lendemain sur son compte Twitter des excuses signées par Cinar.

Cependant, même cette politique [d'opacité] a été incohérente. Par exemple, dans un discours prononcé le 25 mars dernier devant la nation, Erdogan a parlé de 8 554 patients atteints de coronavirus qui recevaient un traitement dans les hôpitaux. Quelques heures plus tard, le ministre de la santé a estimé le nombre total de patients à 2 433 sur son compte Twitter.

Selon Sinan Adiyaman, directeur de l'Association médicale turque (TTB), le décompte de Koca ne représente que les patients qui ont été testés pour le coronavirus et qui se sont révélés positifs, tandis que le chiffre d'Erdogan indique "le nombre total de patients qui ont été diagnostiqués avec la COVID-19 conformément aux résultats cliniques et radiologiques et qui ont été placés sous traitement dans les hôpitaux". C'est Erdogan qui a donné le "nombre réel de patients sous traitement avec un diagnostic COVID-19", a déclaré M. Adiyaman.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Wallaby said:

https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/turkey-government-opacity-makes-war-on-coronavirus-harder.html (30 mars 2020)

La vidéo, qui a été prise secrètement (le 18 mars) et est rapidement devenue virale sur les médias sociaux, montrait une femme médecin en train d'informer le personnel de l'hôpital Avicenne de l'université d'Ankara sur l'épidémie de coronavirus. Déplorant la réponse de la Turquie à la pandémie, le médecin, qui a été identifié plus tard comme le Dr Gule Cinar, a déclaré : "Il semble que nous ayons pris un mauvais départ. Nous ne savons pas comment cela va se passer. Nous espérons que nous ne deviendrons pas une autre Italie... Les cas se comptent maintenant par milliers, et non par centaines comme on dit".

 "Istanbul a pris un très mauvais départ, et Ankara aussi a pris un mauvais départ", a-t-elle déclaré. "Il y a des cas à l'est, à Van, ainsi qu'à Kayseri [dans le centre de la Turquie]".

La fuite des propos de Cinar a apparemment été jugée gênante pour avoir miné la politique d'opacité du gouvernement, puisque l'université d'Ankara a publié le lendemain sur son compte Twitter des excuses signées par Cinar.

Cependant, même cette politique [d'opacité] a été incohérente. Par exemple, dans un discours prononcé le 25 mars dernier devant la nation, Erdogan a parlé de 8 554 patients atteints de coronavirus qui recevaient un traitement dans les hôpitaux. Quelques heures plus tard, le ministre de la santé a estimé le nombre total de patients à 2 433 sur son compte Twitter.

Selon Sinan Adiyaman, directeur de l'Association médicale turque (TTB), le décompte de Koca ne représente que les patients qui ont été testés pour le coronavirus et qui se sont révélés positifs, tandis que le chiffre d'Erdogan indique "le nombre total de patients qui ont été diagnostiqués avec la COVID-19 conformément aux résultats cliniques et radiologiques et qui ont été placés sous traitement dans les hôpitaux". C'est Erdogan qui a donné le "nombre réel de patients sous traitement avec un diagnostic COVID-19", a déclaré M. Adiyaman.

 

Et oui, le nombre de cas ne dépend ni du virus, ni des conditions de vie ou encore des précautions prises, mais du nombre de tests dispo et de la volonté de les utiliser pertinemment et de préserver la population. 

Donc, dans le cas turc.... Qu'est-ce qu'on parie qu'il n'y a pas un seul contaminé en zone kurde :tongue:

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Cadia a dit :

C'est Gülen qui a fourni le vaccin aux kurdes et contaminé le noble peuple turc !  :) 

Gülen et Sorros. Attention.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

La complexité du monde... Pour l'UE. 

Compliqué tout ça quand même... 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 59 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

La complexité du monde... Pour l'UE. 

Compliqué tout ça quand même... 

Le tout alors qu'Erdogan est accusé à domicile de donner de faux bilans, interdit aux maires de décréter le confinement, n'a officiellement reconnu le premier mot du virus qu'à la mi-mars, etc... (je ne remet pas la main sur l'article à la base de ça)

Gesticulations tragiques.
Idem Russie, USA, et peut être même Chine.

D'ici à ce que certains tablent sur le calcul cynique moins de vieux / moins de charges, il n'y a qu'un pas.

Edited by Boule75
  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Boule75 a dit :

Le tout alors qu'Erdogan est accusé à domicile de donner de faux bilans, interdit aux maires de décréter le confinement, n'a officiellement reconnu le premier mot du virus qu'à la mi-mars, etc... (je ne remet pas la main sur l'article à la base de ça)

Gesticulations tragiques.
Idem Russie, USA, et peut être même Chine.

D'ici à ce que certains tablent sur le calcul cynique moins de vieux / moins de charges, il n'y a qu'un pas.

Moins de vieux, moins d'électeurs conservateurs ...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, MoX a dit :

Moins de vieux, moins d'électeurs conservateurs ...

Moins de stambouliotes, moins d'opposants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 51 minutes, NUBEALTIUS a dit :

Et pendant que le Coronavirus s'installe en Turquie 

"Coronavirus: Ankara envoie du matériel médical en Espagne et Italie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-ankara-envoie-du-materiel-medical-en-espagne-et-italie-20200401

Ça va jouer à fond la communication et jouer sur les faiblesses de l'UE en ces temps difficile. 

Les turcs ont compris qu'ils n'auront rien de l'UE et ils espèrent que plus l'UE sera divisée et prête à imploser plus ils auront de l'espace pour leur expansionnisme, enfin c'est se qu'ils imaginent... Ça sent quand même la fuite en avant ... Et plus de l'effet de manche... 

Bon après vu la situation je commence à me dire que la communication espagnole est pas si idiote au niveau diplomatique , car elle remercie la Turquie au travers de l'OTAN, ça évite de mettre à mal l'image de l'Espagne et de l'UE tout en rappelant que les turcs ont aussi des emmerdes. 

C'est pas si con au final la réaction espagnole de le faire via l'OTAN , ça coupe l'effet de communication orienté des turcs . Je me disais bien, vu l'état d'esprit des espagnols via une forme de fierté propre , ça me paraissait pas logique. 

Il y a 6 heures, Gibbs le Cajun a dit :

La complexité du monde... Pour l'UE. 

Compliqué tout ça quand même... 

 

 

Edited by Gibbs le Cajun
  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après les militaires, les journalistes, les guleistes, les moins de 20ans à présent !

y a pas à dire question confinement il sait y faire Erdogan !

Désolé pour cet humour…. je me fais un papier et =====>

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Ceci est marrant : Pakistani & Turkish soldiers near the indian border could be another headache for New-Delhi ?

https://eurasiantimes.com/pakistani-turkish-soldiers-near-the-indian-border-could-be-another-headache-for-new-delhi/

Erdogan veut défier l'Inde ...

ça date du 29 février 2020 l'article.

Un autre article (7 mars 2020) :

https://thediplomat.com/2020/03/indias-quiet-responses-against-turkeys-diplomatic-offensive/

Turkey is also one of the few countries (along with Malaysia and China) that supports Pakistan at the Financial Action Task Force (FATF), allowing Pakistan to escape being placed on FATF blacklist for terror funding.

La Turquie avec la Chine et la Malaisie soutiennent le Pakistan au sein du Groupe d'action financière (GAFI) permettant au Pakistan d'échapper à son inscription sur la liste noire du GAFI pour le financement du terrorisme.

Prime Minister Narendra Modi responded by holding meetings with the president of Cyprus and prime ministers of Armenia and Greece on the sidelines of the UNGA. All of these states have various disputes with Turkey.

Le Premier ministre Narendra Modi a répondu en tenant des réunions avec le Président de Chypre, les Premiers ministres de l'Arménie et de la Grèce en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies. Tous ces États ont divers différends avec la Turquie.

Recently when Erdogan again raised the issue of Kashmir during his visit to Pakistan, India responded by issuing a strong demarche to Turkey’s envoy to India, stating that Turkey should not interfere in India’s internal matters. (Pas d'ingérence intérieure en Inde)

Parfois, je me demande si on ne devrait pas aider et armer les Kurdes, ils sont de langue "Indo-européen" par rapport aux Turques (venant de Mongolie et d'Asie centrale) qui soutiennent les djihadistes, terroristes, intégristes, font du chantage avec l'OTAN et l'E.U.

Edited by Mani
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,845
    Total Topics
    1,301,141
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries