Recommended Posts

il y a 3 minutes, Alexis a dit :

Pendant ce temps, de peur qu'on l'oublie ne serait-ce que cinq minutes, Erdogan en remet une Nème couche

ANKARA, Turquie - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti samedi la Grèce d'entamer des discussions sur les revendications territoriales contestées de la Méditerranée orientale, sous peine d'en subir les conséquences.

"Ils vont soit comprendre le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain avec des expériences douloureuses", a-t-il déclaré lors de la cérémonie d'ouverture d'un hôpital à Istanbul. (...) "Ils vont comprendre que la Turquie a le pouvoir politique, économique et militaire de déchirer les cartes et documents immoraux imposés", a ajouté M. Erdogan, en se référant aux zones marquées par la Grèce et Chypre comme leurs zones économiques maritimes.

Il a souligné que la Turquie était "prête à toute éventualité et à tout résultat".

Notez l'évolution sémantique :

  1. "ces eaux sont à nous, TURKISH EMPIRE RULES IN DA FACE !"
  2. "négociez sinon on vous montre nos muscles !"

Prochaine étape : "je suis magnanime, alors négociez sinon... je fais les gros yeux !"

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne suis pas clinicien, mais à la lecture de ses déclarations successives ce type me donne de plus en plus l'impression d'être "fou". C'est un terme fourre-tout, je sais bien... Un genre de  mégalomane qui aurait perdu le sens des réalités.Dans une bédé, ce serait le personnage qui se prend pour Napoléon, avec le bicorne et tout, vous voyez ce que je veux dire. Il faudrait lui conseiller "d'aller voir quelqu'un", pour "se faire aider" :biggrin:

Perso j'exclue de moins en moins qu'il se fasse "déposer" (coup d'état) par son armée. Ce qui m'y fait penser, ce sont ces témoignages anonymes d'officiers supérieurs turcs dans Die Welt. Y'a comme une ambiance...

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, fraisedesbois a dit :

Je ne suis pas clinicien, mais à la lecture de ses déclarations successives ce type me donne de plus en plus l'impression d'être "fou". C'est un terme fourre-tout, je sais bien... Un genre de  mégalomane qui aurait perdu le sens des réalités.Dans une bédé, ce serait le personnage qui se prend pour Napoléon, avec le bicorne et tout, vous voyez ce que je veux dire.

L'Empereur Smith, lui, n'était pas un mauvais bougre, au moins... même s'il a été mal conseillé par la suite

Révélation

Smith21-760x1024.jpg

 

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, fraisedesbois a dit :

Je ne suis pas clinicien, mais à la lecture de ses déclarations successives ce type me donne de plus en plus l'impression d'être "fou". C'est un terme fourre-tout, je sais bien... Un genre de  mégalomane qui aurait perdu le sens des réalités.Dans une bédé, ce serait le personnage qui se prend pour Napoléon, avec le bicorne et tout, vous voyez ce que je veux dire. Il faudrait lui conseiller "d'aller voir quelqu'un", pour "se faire aider" :biggrin:

Perso j'exclue de moins en moins qu'il se fasse "déposer" (coup d'état) par son armée. Ce qui m'y fait penser, ce sont ces témoignages anonymes d'officiers supérieurs turcs dans Die Welt. Y'a comme une ambiance...

Aussi incrédule que toi, je conjecture également une réthorique guerrière, un peu comme dans certains coins, dire «j’tenc@#** fils de p&£$! », c’est assez banal.

Quelqu’un saurait dire si en Turquie, ce genre d’attitude (très martiale) est clivante ou fédératrice ?

J’imagine qu’à Istanbul, dans les milieux d’affaires ou occidentalisés, c’est un peu fatiguant, mais ailleurs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, fraisedesbois a dit :

Je ne suis pas clinicien, mais à la lecture de ses déclarations successives ce type me donne de plus en plus l'impression d'être "fou". C'est un terme fourre-tout, je sais bien... Un genre de  mégalomane qui aurait perdu le sens des réalités.Dans une bédé, ce serait le personnage qui se prend pour Napoléon, avec le bicorne et tout, vous voyez ce que je veux dire. Il faudrait lui conseiller "d'aller voir quelqu'un", pour "se faire aider" :biggrin:

Perso j'exclue de moins en moins qu'il se fasse "déposer" (coup d'état) par son armée. Ce qui m'y fait penser, ce sont ces témoignages anonymes d'officiers supérieurs turcs dans Die Welt. Y'a comme une ambiance...

Ou tout simplement un Gros Con

il y a une heure, Alexis a dit :

Pendant ce temps, de peur qu'on l'oublie ne serait-ce que cinq minutes, Erdogan en remet une Nème couche

ANKARA, Turquie - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti samedi la Grèce d'entamer des discussions sur les revendications territoriales contestées de la Méditerranée orientale, sous peine d'en subir les conséquences.

"Ils vont soit comprendre le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain avec des expériences douloureuses", a-t-il déclaré lors de la cérémonie d'ouverture d'un hôpital à Istanbul. (...) "Ils vont comprendre que la Turquie a le pouvoir politique, économique et militaire de déchirer les cartes et documents immoraux imposés", a ajouté M. Erdogan, en se référant aux zones marquées par la Grèce et Chypre comme leurs zones économiques maritimes.

Il a souligné que la Turquie était "prête à toute éventualité et à tout résultat".

  Révéler le texte masqué

da232987.jpg

 

En clair Etdogan exige une capitulation sans condition de la Grèce, ou plus tôt à SES conditions 

 

Edited by NUBEALTIUS

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://chinadialogue.net/en/energy/a-chinese-coal-plant-highlights-turkeys-flawed-energy-policy/ (3 septembre 2020)

[En 2015], les groupes de la société civile ont expliqué les dommages que le nouveau projet de charbon d'Ada aurait sur la baie d'Alexandrette, dans la province d'Adana, au sud de la Turquie. Ils ont demandé au gouvernement français de prendre ses responsabilités, en tant qu'hôte du sommet des Nations unies sur le climat, et de réorienter les investissements et les financements français en Turquie vers l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Trois semaines plus tard, Engie a annoncé qu'il mettrait fin à ses nouveaux projets de charbon dans le monde entier, à commencer par celui d'Adana, et qu'il orienterait ses investissements en Turquie vers les énergies renouvelables.

Cinq ans après que les communautés locales aient poussé un soupir de soulagement, elles demandent aux responsables chinois de faire de même avec le projet charbonnier Hunutlu EMBA.

La centrale au charbon de 1,3 gigawatt est le plus grand investissement étranger direct de la Chine en Turquie, et un projet clé pour l'Initiative de la nouvelle route de la Soie (BRI) et le Corridor moyen de la Turquie - une grande initiative d'infrastructure que le gouvernement turc considère comme complémentaire à la BRI.

Il y a déjà trois centrales au charbon dans la baie d'Iskenderun et d'autres installations industrielles polluantes y sont également implantées. Avec un décès prématuré sur cinq à Adana lié à la pollution atmosphérique, les gens craignent que la centrale au charbon de Hunutlu ne détériore encore plus la qualité de l'air.

En outre, la Turquie était le cinquième partenaire commercial de l'UE en 2019, et le principal marché d'exportation de la Turquie est l'UE (42,4 %). Parmi les nouvelles mesures visant à éviter les fuites de carbone, l'UE a proposé un mécanisme d'ajustement frontalier du carbone qui permettrait d'éviter les importations à moindre coût en provenance de pays ayant des politiques climatiques moins strictes. Les industries turques à forte intensité de carbone discutent déjà de la nécessité de se préparer à d'éventuelles répercussions négatives.

Des études récentes soulignent également que l'électricité produite par le charbon dans les pays voisins fuit dans le réseau de l'UE, ce qui compromet les efforts de réduction des émissions de l'UE. Il existe des propositions visant à étendre le mécanisme d'ajustement frontalier en matière de carbone afin de mettre un prix sur les importations d'électricité. Cela inciterait la Turquie - pays qui dispose d'une offre d'électricité excédentaire et qui accroît son interconnexion avec le réseau de l'UE - à augmenter la part des énergies renouvelables dans son bouquet énergétique.

Dans la perspective des négociations des Nations unies sur le climat qui se tiendront à Glasgow l'année prochaine, les efforts conjoints de l'UE et de la Chine en matière de climat peuvent aider la Turquie et les pays des Balkans occidentaux à concrétiser leurs ambitions. Ces pays sont en train de rejoindre l'UE et souhaitent attirer les investissements chinois dans le cadre de la nouvelle route de la Soie. Le sommet sur le climat ayant été reporté, les pays de la région devraient mettre en place des feuilles de route pour sortir de la crise actuelle avec un programme vert, sobre en carbone et ambitieux, conforme au "Green Deal" de l'UE. La Chine peut contribuer à la réalisation de cet objectif en réorientant ses financements vers une transition équitable vers la neutralité climatique, en écartant les projets liés au charbon.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, NUBEALTIUS a dit :

Par la même occasion il reconnaît que contrairement à ce qu'il affirme depuis le début il n'a pas le droit international derrière lui et ne compte pas de plus le respecter. Le masque est en train de tomber ( 135 € et bimmmmmm)

135 euro ?

Je peux m'en occuper !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir ,

Erdo est dans une phase de trouble dissociatif de la personnalité d'un côté il se voit comme un sultan , de l'autre comme un vendeur de kebab , Freud aurait certainement ajouté une constipation passagère bref , il est enfermé dans son rôle , il ira au bout mais il sait qu'il ne peut se permettre une guerre car il va la perdre et sa va le perdre donc il joue dans le verbal , je ne suis pas certain qu'a un moment donné les choses ne vont pas bouger , il faudra voir comment les israéliens et les chypriotes se comportent dans les semaines a venir .

 

Edited by Am39Exocet

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Am39Exocet a dit :

Bonsoir ,

Erdo est dans une phase de trouble dissociatif de la personnalité d'un côté il se voit comme un sultan , de l'autre comme un vendeur de kebab , Freud aurait certainement ajouté une constipation passagère bref , il est enfermé dans son rôle , il ira au bout mais il sait qu'il ne peut se permettre une guerre car il va la perdre et sa va le perdre donc il joue dans le verbal , je ne suis pas certain qu'a un moment donné les choses ne vont pas bouger , il faudra voir comment les israéliens et les chypriotes se comportent dans les semaines a venir .

 

Freud aurait rajouté :

Il veut faire l'amour a sa mère et remplacé son père métaphoriquement...

Voila, cela fera 400 euro.

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Snapcoke a dit :

Freud aurait rajouté :

Il veut faire l'amour a sa mère et remplacé son père métaphoriquement...

Voila, cela fera 400 euro.

350 balles seulement à cause de la grosse faute d’orthographe :biggrin:

Tu acceptes les tickets resto ? Avec le confinement, j’suis lâââârge :bloblaugh:

 

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Surjoueur a dit :

Je n'ai pas la réponse mais l'accusation de folie est un peu trop facile et masque le contexte (...)

J'accuse pas.

Je me demande juste si le monsieur a encore tout son discernement. Les attitudes, les postures à fin de "communication interne", je veux bien. Mais les prochaines élections en Turquie, c'est 2023. Au rythme auquel il part en "délire" (à mes yeux), pas sûr qu'il tienne jusque là. Il sera cramé avant.

Dès lors, où est sa "rationalité"?

[edit] ... et la demande à ses généraux de flinguer un zinc ou un bateau grecs m'évoque furieusement ce qu'on appelle dans le jargon un "passage à l'acte".

Ce que les officiers ont refusé.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, Hirondelle a dit :

350 balles seulement à cause de la grosse faute d’orthographe :biggrin:

Tu acceptes les tickets resto ? Avec le confinement, j’suis lâââârge :bloblaugh: 

Déduit 125 balles, @Snapcoke a mis un masque sur son front, pas sur la bouche et le nez ! 

(en cherchant bien, je suis sur qu'à la fin de la page c'est lui qui donnera l'argent.... Haut les coeurs mes Camarades ! )

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, rendbo a dit :

Déduit 125 balles, @Snapcoke a mis un masque sur son front, pas sur la bouche et le nez ! 

(en cherchant bien, je suis sur qu'à la fin de la page c'est lui qui donnera l'argent.... Haut les coeurs mes Camarades ! )

Je suis trop pauvre les gars....

Je met plus de contravention par jour que ma paie par mois les gars, je donne déjà bien assez !!!

Edited by Snapcoke
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, fraisedesbois a dit :

Dès lors, où est sa "rationalité"?

Elle se situe dans le rôle d'homme fort qu'il souhaite se tailler. S'il recule il sera désavoué et passera pour un faible aux yeux de ses partisans. Dans sa position il ne peut que continuer à jouer les durs. Si on se met à sa place d'homme politique, qui souhaite à tout prix garder le pouvoir, il y a une certaine logique. De son point de vue il aurait même intérêt à ce qu'il y ait la guerre : c'est pratique, ça soude une nation autour du chef. Tant pis s'il y a des morts tant qu'il reste au sommet. Cela peut même donner une occasion de devenir dictateur à vie, pour "défendre le peuple". Après cela n'exclut pas une dissociation cognitive, il se surestime et sous-estime les autres nations, probablement...

Mais bon pour gagner il faut jouer. Quand on veut être sûr de son coup, on plante des navets. On ne pratique pas la politique. :ph34r:

Je précise que je colle là quelques comportements fréquents dans l'histoire des guerres, je ne connais pas bien la situation turque.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, fraisedesbois a dit :

J'accuse pas.

Je me demande juste si le monsieur a encore tout son discernement. Les attitudes, les postures à fin de "communication interne", je veux bien. Mais les prochaines élections en Turquie, c'est 2023. Au rythme auquel il part en "délire" (à mes yeux), pas sûr qu'il tienne jusque là. Il sera cramé avant.

Dès lors, où est sa "rationalité"?

Même doutes de mon côté : je me demande s'il n'a pas commencé à croire à toute une partie de son discours quasi-messianique qui nous semble hautement fumeuse.

il y a 40 minutes, fraisedesbois a dit :

[edit] ... et la demande à ses généraux de flinguer un zinc ou un bateau grecs m'évoque furieusement ce qu'on appelle dans le jargon un "passage à l'acte".

Ce que les officiers ont refusé.

Et je me demande si les histoires de déplacements de char de ce soir ne relèvent pas du même schéma : ordre, opposition, ordre contraire...

Le point clé me semble-t-il, et depuis des années : Erdogan souhaite que la rupture avec l'UE soit entérinée, mais à l'initiative de l'UE. Qu'en attend-il au juste ? L'unification de la formidable Turquie derrière son chef, un retour aux temps héroïques de conquête ? Où l'on revient sur ton interrogation : aurait-il commencé à y croire ???

  • Like 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Hirondelle a dit :

à ce merveilleux symbole de la masculinité épanouie : la bagnole.

Un zymbole de mazcoulinité, fous dites ? Mais la bagnole est féminine. Une foitoure. Une aoto. Une bagnole. La voiture est un outérous de soubstitoution, un zymbole dou retour dans le fendre prodecteur de sa mère.

Ah ça, il fallait pas invoquer Freud !

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lorientlejour.com/article/1231525/la-turquie-pousse-ses-pions-au-liban.html

 

La Turquie pousse ses pions au Liban

Le 4 juillet dernier, le ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, a annoncé l’arrestation de quatre individus, deux Syriens et deux Turcs, alors qu’ils tentaient de faire entrer clandestinement depuis la Turquie quatre millions de dollars, destinés selon lui à financer des « émeutes urbaines ». La semaine suivante, le site Assas media, cofinancé par son prédécesseur Nouhad Machnouk, publiait une liste complète d’ONG et de mosquées prétendument pro-turques, et affirmait que la Turquie prévoyait « d’occuper Tripoli ».

De telles allégations restent difficiles à vérifier, d’autant que, contrairement à Téhéran ou Riyad, Ankara ne dispose, au pays du Cèdre, ni d’un agenda politique établi de longue date ni d’obligés au sein du Parlement ou du gouvernement (comme le Hezbollah pour l’un ou le courant du Futur et les Forces libanaises pour l’autre). Cependant, les Turcs ont lentement mais sûrement établi des réseaux et des liens à différents niveaux avec les communautés sunnites à travers le Liban. 

Multiples ressorts

D’abord, Ankara continue à travailler au renforcement de son « soft power » au Liban en offrant des bourses d’études et en s’engageant dans des activités culturelles. Les investissements de la Turquie au Liban s’étendent à toute la communauté sunnite. Un hôpital turc doit être inauguré prochainement à Saïda tandis que des milliers de bourses universitaires ont été distribuées.

Un autre champ de cette politique concerne la communauté turkmène du pays, qui compte plusieurs milliers de personnes dispersées entre le nord et l’est du Liban (auxquels il faut ajouter les réfugiés syriens). Alors que les liens avec Ankara s’étaient distendus jusqu’à il y a environ une dizaine d’années, la Turquie finance des projets par le biais de l’Agence turque de coopération, et nombre des membres de cette communauté disent ressentir davantage la présence de l’État turc que de son pendant libanais. 

L’octroi de la citoyenneté constitue enfin un axe majeur de cette politique. Le 8 août dernier, le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, a ainsi déclaré, lors d’une visite à Beyrouth, que le président Erdogan lui avait donné l’instruction d’accorder la citoyenneté à tout Libanais turkmène ou d’origine turque. Selon des chiffres semi-officiels, près de 9 600 naturalisations (sur environ 18 000 demandes) avaient déjà été accordées jusqu’en 2019. Tous les demandeurs n’étaient pas d’origine turque ou turkmène, de nombreux Libanais étant notamment attirés par la stabilité turque, son mode de vie, ses séries télévisées et son régime d’exemption de visa avec le Liban. Parmi eux, certains sunnites voient dans la puissance turque une nouvelle source de fierté face à l’influence iranienne au Levant.

Néanmoins, l’influence croissante de la Turquie au sein de la communauté sunnite a eu des répercussions négatives sur les relations intercommunautaires libanaises. Par exemple, les Arméniens sont de plus en plus sous pression, des milliers de manifestants pro-turcs se présentant à leurs rassemblements en agitant des drapeaux turcs et en scandant des slogans extrêmement menaçants. Des partisans de la Turquie ont aussi récemment intimidé un journaliste de la télévision arménienne qui avait critiqué Erdogan, à travers une série de vidéos, de menaces et d’insultes dirigées contre la communauté arménienne. Ces cas mettent en lumière les risques pouvant découler de la montée en puissance de la Turquie dans un pays où la plupart des minorités partagent une vision essentiellement traumatisante de la domination ottomane.

Relais politiques

La politique d’influence turque au Liban vise aussi à répondre à des enjeux internes. Cela a récemment été le cas lorsque des responsables turcs ont présenté la mort d’Eren Bülbül, un adolescent tué par le Parti des travailleurs du Kurdistan en 2017, comme une source d’inspiration pour une action de secours après les explosions du 4 août. La Turquie tente aussi de viser les quelques partisans de Fethullah Gülen au Liban : après l’échec de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 et la répression du réseau güleniste en Turquie et ailleurs, Ankara a mobilisé ses partisans au Liban et a poussé à la démission le directeur d’une école coranique libanaise, soupçonnée d’être affiliée aux Frères musulmans dans l’ouest de Beyrouth. Selon trois sources proches du dossier, l’école avait un partenariat avec le réseau güleniste mais n’y était pas affiliée. 

Jusqu’à présent, Ankara s’est abstenu de soutenir un seul parti politique, comme la version libanaise des Frères musulmans, la Jamaa islamiya. Cela vise peut-être à rester au-dessus de la politique partisane et à conserver le soutien populaire auprès d’un échantillon le plus large possible de la communauté sunnite tout en entretenant les liens forts existant avec certains groupes issus des populations kurdes et arabes qui ont migré depuis la Turquie et ont obtenu la citoyenneté libanaise dans les années 1990. Certains politiciens libanais ont également établi des relations avec la Turquie, et notamment l’ancien Premier ministre Saad Hariri, qui a été témoin du mariage de la fille d’Erdogan en 2016. Cependant, l’hostilité croissante entre la Turquie et les États arabes tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte rendra difficile le maintien de telles relations. Le chef des services de renseignements turc et confident d’Erdogan, Hakan Fidan, a également tissé des liens étroits avec le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, une figure chiite de plus en plus influente dans le pays.

Néanmoins, la Turquie n’est pas intervenue directement dans la politique libanaise. Cependant, cela pourrait changer après l’explosion du port de Beyrouth. La visite du président français Emmanuel Macron au Liban à la suite de l’explosion et son initiative pour mettre fin à l’impasse politique dans le pays ont ainsi pu être en partie interprétées comme un effort visant à empêcher la Turquie de prendre un autre pied sur la Méditerranée. Dans un tweet posté le 14 août dernier, Macron a ainsi rendu compte d’un appel téléphonique avec le président américain Donald Trump où ont été évoquées les tensions en Méditerranée orientale et la situation en Libye et au Liban. Le fait de lier ces dossiers a pu être interprété comme une référence implicite aux actions turques dans les deux pays tandis qu’Erdogan a publiquement vilipendé ce qu’il considère comme une tentative de la France de restaurer son influence coloniale. 

Même s’il est sans commune mesure avec l’engagement de la Turquie en Libye et en Syrie, l’intérêt croissant des Turcs pour le Liban pourrait en tout cas trouver un relais local auprès de certaines parties sunnites à la recherche d’un nouveau parrain régional.

Ce texte est aussi disponible en anglais et en arabe sur Diwan, le blog du Carnegie MEC.

Par Mohanad HAGE ALI

Chercheur et directeur de la communication du Carnegie Middle East Center. Dernier ouvrage : « Nationalism, Transnationalism, and Political Islam » (Palgrave, 2017).

 

  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble que la psychiatrie progresse vachement sur ce fil.

côté chars de combat il ne faut pas trop s'illusionner sur le nombre, beaucoup de M60 ces engins ne résistent pas à grand chose même Magach, par contre je crois qu'il ont renforcé leur Léo 2 depuis qu'il en ont perdu sur tir de missiles latéraux (voir fils Léo)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

"Ce n'est pas une question de politique interne de la Turquie", a déclaré Gurdeniz à propos des exigences de la Turquie en Méditerranée. "Ce sont des différends qui ne disparaîtront pas, même si le gouvernement change."

Donc ce qu'il faut, c'est infliger à la Turquie une défaite complète humiliante pour qu'ils laissent tomber pour quelques siècles...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Member Statistics

    5,546
    Total Members
    1,550
    Most Online
    NONOFIGHT
    Newest Member
    NONOFIGHT
    Joined
  • Forum Statistics

    20,997
    Total Topics
    1,350,438
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries