Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Bâtiments de Soutien Marine


Tapir
 Share

Recommended Posts

Il y a 6 heures, ARMEN56 a dit :

210424084823573438.png

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-econocom-remporte-l-appel-d-offres-pour-remplacer-l-abeille-flandre-et-abeille-languedoc-c50b413e-a347-11eb-b196-49a3371759cb

ECONOCOM des experts du monde maritime ? ; « Nous aidons nos clients à penser et à utiliser efficacement le numérique, en plaçant les utilisateurs finaux comme point de départ de toute transformation numérique »

Cà m'effraie un peu tout ceci  ,que des grands groupes se paient des niches de compétences sans aucun rapport avec leur activité ; idem Véolia , Engie ......etc

 

Les 2 navires d'occasions doivent etre modifié dans un chantier francais pour être adapté à leur nouvelle missions et prendraient également en charge une partie du travail des BSAM,  qui se concentreraient sur leurs missions militaire. 

Une fois en service les Abeilles Bourbon et Liberté changeraient d'affectation un irait en MED à Toulon et l'autre en Manche à Boulogne. 

Il y a égalment un appel d'offres pour équiper les 4 RIAS d'un drone porte ammare.  Des essais ont été realisé lors d'un exercice en manche cette année

 

 

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Scarabé a dit :

Une fois en service les Abeilles Bourbon et Liberté changeraient d'affectation un irait en MED à Toulon et l'autre en Manche à Boulogne. 

Je suppose que l'Abeille Flandre sera donc retiré du service ? Ou bien il y a une volonté de disposer de plus de remorqueurs ?

Edited by Gallium
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, Gallium a dit :

Je supposes que l'Abeille Flandre sera donc retiré du service ? Ou bien il y a une volonté de disposer de plus de remorqueurs ?

Rétiré du service je ne sais pas. Parce qu'elle appartient à l'armateur.

La seule chose que je sais c'est qu' elle ne sera plus affrété par l'état francais en tant que RIAS (remorqueurs d intervention, d assistance et de sauvetage).  Parce que le contrat nationale est de 4 RIAS et de 3 BSAA . 

Aprés si tu veux sortir le carnet de cheque pour la racheter en 2022 pour 1,5 millons € elle est à toi. Par contre rajoute 150 000 pour refaire la peinture et la révisions, parce que tu n'aura plus le droit d''utiliser le marquage "bleu blanc rouge" de l'action de l'etat en mer. 

20180902130921_dsc00966.JPG

    

Edited by Scarabé
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Gallium a dit :

Je suppose que l'Abeille Flandre sera donc retiré du service ? Ou bien il y a une volonté de disposer de plus de remorqueurs ?

Il y a toujours un marché d'occasion pour ces navires en bon état. Le VN Rebel, ancien remorquer releveur d'ancres, affrété depuis 2016 c'est 37 ans d'âge (deux VN affrétés par la MN  le Partisan et le Rebel, ils servent de plastron)  

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Scarabé a dit :

modifié dans un chantier francais pour être adapté à leur nouvelle missions et prendraient également en charge une partie du travail des BSAM,  qui se concentreraient sur leurs missions militaire. 

Ah ben ca rassure

Si c'est un métier que de concevoir des frégates et des PA , c'est aussi un métier de bien designer un AHTS , ET Vik SandVik demeure l'excellence dans ce domaine ,

pour BSAH initial c'était un VsV qui était proposé .......

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ARMEN56 a dit :

RIAS ; remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage

BSAA ; Bâtiments de Soutien et d'Assistance affrétés

Il en manque :wink:

Les Platform Supply Vessels (PSV), anciennement Straight Supply : navires de ravitaillement à grande capacité de stockage en pontée et en soute.

Les Anchor Handling Tugs Supply(AHTS) : navires, qui en plus de capacités similaires aux PSV, peuvent remorquer et ancrer les plates-formes de forage flottantes (semi submersibles ou auto-élévatrices (Jack-ups)).

Cadeau pour finir le tour des ravitailleurs offshore:

Les Multi Purpose Supply Vessels(MPSV) : navires polyvalents capables de fournir une large diversité de services de maintenance, en particulier pour tout ce qui touche aux équipements sous-marins tels que les têtes de puits, les jumpers. Ces navires sont équipés de ROV (Remote Operated Vehicles), robots qui permettent d'intervenir par grande profondeur. Ils sont généralement équipés d'une grue à grande capacité de levage (100 tonnes et plus) pourvue d'un dispositif compensateur de houle pour réduire les mouvements des éléments à installer sur le fond.

Les Fast Supply Intervention Vessels(FSIV) : navires rapides (25 nœuds environ) avec une capacité en pontée de 200 tonnes environ et pouvant transporter des passagers. Ils servent essentiellement pour les transports de pièces urgentes et de petits colis.

Les Crew Boats (navire à passagers): Ils servent à transporter du personnel « pétroliers » entre la terre et les installations en mer. Ils peuvent être des navires à grande vitesse (NGV) avec une vitesse moyenne de 35 nœuds. Il existe aussi des crew boatsplus petits servant aux transports inter-sites. Toutefois, l'hélicoptère est aussi utilisé pour les transferts terre-mer, spécialement dans les régions aux conditions météorologiques difficiles, comme la mer du Nord. Ils sont parfois nommés FCB (Fast Crew Boats) ou encore FPSV (Fast Passenger & Supply Vessels) quand ils peuvent transporter à la fois des passagers et des marchandises.

Les navires de Stand-by/Rescue: Ce sont des navires dévolus à la sécurité des plates-formes. Ils restent patrouiller en permanence dans un rayon d'un mille environ autour de l'installation et doivent être prêts à intervenir en cas de chute à la mer, d'évacuation ou de lutte contre l'incendie. On les rencontre essentiellement en mer du Nord. Ce sont souvent d'anciens chalutiers reconvertis, ou à l'opposé, des navires modernes suréquipés qui peuvent assurer la sécurité de plusieurs installations à la fois.

La conception et les équipements de ces navires ont énormément évolué au cours des années passées.

Enfin, évidemment, le VSV !

Révélation

Vehicule Service Viabilité

spacer.png

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Hirondelle a dit :

Enfin, évidemment, le VSV !

« Vik Sandvik » ; écrivons plutôt VS ….

Chantier (Vik - Sandvik Marine services AS) en contrée  VIKing à toucher Avaldsnes sur l’ile de Karmoy , j’y suis allé une fois.  Vik – Sandvik  a été repris par  Wartsilae

Le Malin , aujourd’hui patrouilleur était un ex péchou de design Vik – Sandvik  

Edited by ARMEN56
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, ARMEN56 a dit :

Ah ben ca rassure

 

S'était prévu dans l'appel d'offre tout comme ces 2 supplys devront s'imatriculer en France et avoir un équipage francais 

Je viens de trouver un article qui en parle 

 https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-le-contrat-de-remplacement-des-abeilles-flandre-et-languedoc-attribue-a-econocom-22-04-2021-12739023.php

Deux navires de l’armement norvégien Siem Offshore, d’une capacité de traction d’environ 300 tonnes, devraient remplacer les deux Abeilles qui affichaient, elles, une capacité de 160 tonnes.

Les remplaçants des releveurs d’ancres, qui travaillaient à l’offshore, devront toutefois faire l’objet de travaux pour les adapter à leurs nouvelles missions. Les travaux devront être effectués dans un chantier français.

Le président de Mor Glaz, Jean-Paul Hellequin, se dit satisfait du choix d’Econocom, qui vient récompenser le savoir-faire et l’expérience des équipages.

 

Peut ete Piriou ?? à Concarneau ? pour la Transformation ? sinon quoi?   

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Scarabé a dit :

Le président de Mor Glaz, Jean-Paul Hellequin, se dit satisfait du choix d’Econocom, qui vient récompenser le savoir-faire et l’expérience des équipages.

bah tant mieux pour les équipages

Il y a 1 heure, Scarabé a dit :

Peut ete Piriou ?? à Concarneau ? pour la Transformation ? sinon quoi?   

appel d'offre non ?

Link to comment
Share on other sites

Mission de relevage d’obstructions au large de Dunkerque pour le GPD Manche à bord du BSAA Argonaute

dsc05281.jpg

 

A noter sur le pont de l'Argonaute un containers Mission GPD qui peut embarquer sur pas mal de navires. 

dsc05152.jpg

https://www.defense.gouv.fr/marine/actu-marine/mission-de-relevage-d-obstructions-au-large-de-dunkerque-pour-le-gpd-manche-a-bord-du-bsaa-argonaute

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

 

La Marine nationale ramène une goélette en difficulté à bon port

Samedi dernier, la Goélette Saint Xavier Maris Stella IV a subi une avarie moteur alors qu’elle se trouvait à moins de 2 milles nautiques du platier de Rangiroa.

dsc-0844.jpg

Par Rédaction La Dépêche de Tahiti

Samedi dernier, la Goélette Saint Xavier Maris Stella IV, de la société de navigation des Tuamotu, a subi une avarie moteur alors qu’elle se trouvait à moins de 2 milles nautiques du platier de Rangiroa. Alerté par le JRCC Tahiti qui coordonne les opérations d’assistance en mer, le remorqueur portuaire et côtier de la Marine nationale Maroa, alors en patrouille à proximité, a immédiatement été dérouté de sa mission initiale pour procéder au remorquage du navire en difficulté vers le large, pour le mettre en sécurité dans un premier temps.

Par chance les conditions météo étaient favorables. Il aurait suffi d’un tout petit peu de vent ou de houle pour que la goélette se fasse drosser sur le récif en moins de deux heures.

Après investigation, il est apparu que l’avarie était trop importante pour pouvoir être réparée par l’équipage. Compte-tenu de l’importance des goélettes pour le ravitaillement des îles, et bien que le Maroa ne soit pas conçu pour le remorquage en haute mer de navires de grande taille, le port autonome n’ayant pas de moyens disponibles, le contre-amiral Rey, commandant la zone maritime Asie Pacifique et les forces armées en Polynésie, a ordonné au Maroa de remorquer le navire jusqu’à Papeete.

Cette opération, unique dans l’histoire de ce remorqueur portuaire et côtier, aura donc duré en tout une soixantaine d’heures, avec un remorquage de haute mer réalisé sur près de 250 milles nautiques, impliquant l’équipage du Maroa, le JRCC Tahiti, le SAM PF, le centre opérationnel de Tahiti (FAPF) et le port autonome.

A son arrivée à Papeete, les remorqueurs du port vont prendre le relai pour ramener le Saint Xavier Maris Stella IV à quai où il sera réparé le plus rapidement possible.

Ce sauvetage n’aurait jamais été possible sans la remarquable compétence du commandant du Maroa et de son équipage qui ont su évaluer et proposer à la décision des autorités la solution la plus pragmatique et la plus sûre, et la conduire jusqu’au bout sans incidents.

 

En 2024  les 2 remorqueurs cotiers de Tahiti  auront été remplacé par 3 remorqueurs neufs . 

A savoir un RPC 30 de chez Piriou pour les missions inter-iles 

https://www.piriou.com/wp-content/uploads/2019/09/piriou_ost-32e-leaflet_fr.pdf

Et par 2 RP10 doivent arriver cette année sur la base naval de papeete  par le Caléo lors de ça prochaine tournée pacifique 

http://www.merre.fr/remorquage/ 

 

 

 

 

 

 

 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, ARMEN56 a dit :

Bien entendu , ici rien à voir avec un 2 mats

Le terme « goelette » ancien gréement ,  voilier autrefois dédié aux trafics inter-iles  , est toujours utilisé

https://mediatheque-polynesie.org/tag/goelette/

Oui un sacrée bateau ils se sont remorqué le Maroa. 

Une chemise de piston avait serré dans un cylindre. Le caboteur avait été remorqué jusqu’au port de Papeete par le remorqueur côtier de la marine nationale, le Maroa.

La goélette Saint Xavier Maris-Stella IV, de la Société de navigation des Tuamotu (SNT)

0.jpg

Edited by Scarabé
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Je reviens rapidement sur le remplacement des Abeilles Flandres et Languedoc en y incluant mon petit bémol :

Les navires choisis (AHTS), bien qu’étant parfaitement dessinés pour leur mission première, sont différents de ceux qu’ils remplacent


spacer.png
 

Les flancs sont hauts, le cul ouvert et il n’y a pas de roof central. Ça permet de stocker plus en plateforme et de bénéficier du pont roulant sur la totalité du pont principal.

C’est parfait pour l’offshore quand on souhaite remorquer quelqu’un qui  coopère, mais la spécificité de l’Anchor Handling impose de travailler à plat pont (raison pour laquelle le cul est ouvert et parfois équipé d’un rouleau).

 

spacer.png


L’Abeille Liberté présente une plage arrière bien différente

L’avant du cintre est l’espace sécurisé, avec la remorque au dessus des têtes (ne balaie pas les marins qui s’y trouvent) et la possibilité de travailler autour du roof (changement de la remorque quand elle casse, c’est fréquent). 
Sur le premier étage du tableau arrière de la passerelle se trouvent les winchs pour le passage du va-et-vient indispensable quand le navire assisté ne peut ou ne veut pas coopérer (pas d’énergie à bord pour hisser la remorque, ou raisons humaines si l’armateur ne veut pas de la connexion, si l’équipage est absent, terrorisé, incompétent, etc.)

La partie arrière dégagée permet une vision et une action panoramique pour la manipulation du lance-amarre et permet de voir venir les pions dans le gros temps. La lisse arrière permet de travailler debout sur remorque établie en cas de besoin.

 

En conclusion je dirais donc que la solution choisie est la meilleure compte-tenu des modalités de l’appel d’offre : le problème de base étant bien cet appel d’offre sur 10 ans qui ne permet pas l’investissement dans un navire spécialisé, ni la garantie de développer / préserver le savoir-faire.


Plus généralement cette procédure présentement inadaptée mais généralisée dans le système politique actuel privilégie l’acteur historique au premier appel d’offre mais voit des solutions purement financières se généraliser par la suite, au détriment de l’efficacité opérationnelle et des compétences de long terme.

D’ailleurs si monsieur Hellequin, le président de Mor Glaz, se dit satisfait des compétences et du savoir-faire préservé, c’est surtout qu’il fut représentant syndical du temps qu’il naviguait aux Abeilles et que 10 ans de gagné c’est déjà ça de pris pour les collègues. Sur le fond il a raison puisque le remorquage d’assistance ne sera jamais non plus un sport de masse.

Les circonstances actuelles sur le marché offshore permettent l’achat à coût raisonnable de ce type de coque, mais ça ne sera pas toujours le cas avec éventuellement des solutions de moins en moins adaptées pour rester dans l’enveloppe attribuée.
Je suis personnellement plus dubitatif quand aux transformations qui seront apportées aux AHTS, mais ça seul l’avenir le dira...

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, Beachcomber a dit :

Les flancs sont hauts, le cul ouvert

Si j'ai bien lu, il va y avoir des transformations du pont arrière; fermeture du cul , etc... 

Mais c'est vrai que les Abeilles actuelles sont des superbes machines 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a une heure, Fusilier a dit :

Si j'ai bien lu, il va y avoir des transformations du pont arrière; fermeture du cul , etc... 

Il y a aussi des modifications à faire sur les systèmes hydrauliques et winch, qui sont assez lourdes

L’intérêt de ce type de navire c’est qu’au niveau des « entrailles » les moyens sont là (centrale hydraulique surdimensionnée, espace dispo pour l’évacuation de plateforme qui autorise le repêchage massif de naufragés en cas de collision / incendie / attaque terroriste d’un ou plusieurs ferries - scénario catastrophe des CROSS depuis toujours, cuves adaptées au pompage d’hydrocarbures en cas de marée noire, etc.)

Globalement c’est un bon choix, et je pense que les marins des Abeilles sauront donner un avis pertinent aux travaux à envisager. Après le BV parlera en fonction des structures existantes, l’état donnera son point de vue sur les missions qu’il entend confier, et ECONOCOM tranchera en fonction des devis... c’est à ces niveaux là que je suis plus dubitatif :smile:

Edited by Beachcomber
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
Il y a 3 heures, Beachcomber a dit :

Je reviens rapidement sur le remplacement des Abeilles Flandres et Languedoc en y incluant mon petit bémol :

Les navires choisis (AHTS), bien qu’étant parfaitement dessinés pour leur mission première, sont différents de ceux qu’ils remplacent


spacer.png
 

Les flancs sont hauts, le cul ouvert et il n’y a pas de roof central. Ça permet de stocker plus en plateforme et de bénéficier du pont roulant sur la totalité du pont principal.

C’est parfait pour l’offshore quand on souhaite remorquer quelqu’un qui  coopère, mais la spécificité de l’Anchor Handling impose de travailler à plat pont (raison pour laquelle le cul est ouvert et parfois équipé d’un rouleau).

 

spacer.png


L’Abeille Liberté présente une plage arrière bien différente

L’avant du cintre est l’espace sécurisé, avec la remorque au dessus des têtes (ne balaie pas les marins qui s’y trouvent) et la possibilité de travailler autour du roof (changement de la remorque quand elle casse, c’est fréquent). 
Sur le premier étage du tableau arrière de la passerelle se trouvent les winchs pour le passage du va-et-vient indispensable quand le navire assisté ne peut ou ne veut pas coopérer (pas d’énergie à bord pour hisser la remorque, ou raisons humaines si l’armateur ne veut pas de la connexion, si l’équipage est absent, terrorisé, incompétent, etc.)

La partie arrière dégagée permet une vision et une action panoramique pour la manipulation du lance-amarre et permet de voir venir les pions dans le gros temps. La lisse arrière permet de travailler debout sur remorque établie en cas de besoin.

 

En conclusion je dirais donc que la solution choisie est la meilleure compte-tenu des modalités de l’appel d’offre : le problème de base étant bien cet appel d’offre sur 10 ans qui ne permet pas l’investissement dans un navire spécialisé, ni la garantie de développer / préserver le savoir-faire.


Plus généralement cette procédure présentement inadaptée mais généralisée dans le système politique actuel privilégie l’acteur historique au premier appel d’offre mais voit des solutions purement financières se généraliser par la suite, au détriment de l’efficacité opérationnelle et des compétences de long terme.

D’ailleurs si monsieur Hellequin, le président de Mor Glaz, se dit satisfait des compétences et du savoir-faire préservé, c’est surtout qu’il fut représentant syndical du temps qu’il naviguait aux Abeilles et que 10 ans de gagné c’est déjà ça de pris pour les collègues. Sur le fond il a raison puisque le remorquage d’assistance ne sera jamais non plus un sport de masse.

Les circonstances actuelles sur le marché offshore permettent l’achat à coût raisonnable de ce type de coque, mais ça ne sera pas toujours le cas avec éventuellement des solutions de moins en moins adaptées pour rester dans l’enveloppe attribuée.
Je suis personnellement plus dubitatif quand aux transformations qui seront apportées aux AHTS, mais ça seul l’avenir le dira...

En faite l'appel d'offre sur 10 ans donne délegation de service public à 2 navires polyvalants pour accomplir les missions suivantes:

- Sauvetage Assitance Remorquage aux navires en difficulté.

- Capaciter de pomper et d'épandre des produits dispersants avec capacité de stokage à bord d'hdrocarbures récupérés.  

- Recuperations d'objet flottants à la mer ( containers bois torpilles etc.. )    

- Capaciter d'embarquer  et de soutenir la section « intervention-engins » (SIE) de la CEPHISMER. 

 

Dans le contrat de soutien Marine nationale on est à 11 Navires en 2020

4 Navires Militaires les 4 BSAM Loire Rhone Seine Garonne 

4 RIAS remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage

3 BSAA ; Bâtiments de Soutien et d'Assistance affrétés (Argonaute le Pionnier et le Sapeur )

 

Et le nouveau format en 2022 passerait à 4 BSAM  + 2 RIAS  + 5 BSAA 

Les 5 BSAA serait plus polyvalents il semblerait également que les 2 RIAS ne changent pas d'affectation ( Brest et Cherbourg ) comme prévu au départ.   

 

 

 

 

Edited by Scarabé
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 29 minutes, Scarabé a dit :

Les 5 BSAA serait plus polyvalents il semblerait également que les 2 RIAS ne changent pas d'affectation ( Brest et Cherbourg ) comme prévu au départ.   

En effet, ça semble cohérent avec le choix des AHTS : les Abeilles Bourbon et Liberté restent en chiens de garde à Brest et Cherbourg, et les supply se retrouvent à Boulogne et Toulon en « remorqueurs polyvalents » aptes toutes fonctions avec donc des transformations a minima.

C’est moins efficace en remorqueur d’assistance, surtout dans le gros temps, mais ça offre d’autres options de travail de « génie maritime » que les RIAS ne permettent pas.

D’ailleurs en Pas-de-Calais le précédent navire à financement conjoint franco-britannique était l’Anglian Monarch, un AHTS également, de même que les Mérou et Carangue en Méditerranée, anciens supply...

 

spacer.png

Mérou 

spacer.png

Anglian Monarch

spacer.png

Carangue 


Du coup je vois pas trop quelles seraient les modifications envisagées sur les coques...

Edited by Beachcomber
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...