Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Le F-35


georgio
 Share

Recommended Posts

il y a 22 minutes, Lame a dit :

Oui mais tout te déplait dans mes messages par principe vu que tu m'as pris en grippe.

Ce n’est pas le cas. Les personnes que je n’apprécie pas du tout sont celles qui envoient des petites phrases ou des sarcasmes sans apporter le moindre argument. C’est loin d’être ton cas.

il y a 23 minutes, Lame a dit :

Il y a des gens qui ne reconnaissent aucun défaut au F-35 et plaident pour son adoption: ce sont des partisans du F-35. Il y en a d'autres qui ne reconnaissent aucune qualité au F-35 et condamnent toujours son adoption. Si tu y voit une insulte, tu n'as que t'en plaindre à la modération.

Je ne vois pas ce que la modération viendrait faire là-dedans. Je ne suis pas un Fan absolu du F-35. Ces multiples défauts, sa disponibilité, ses longs processus d’entretien ou sa vulnérabilité informatique m’interroge. Par contre émettre des critiques sur des aspects pour lesquels cela me parait injustifié me font réagir.

il y a 24 minutes, Lame a dit :

Tu es apparemment vexé que, comme d'autres, je considère le rayon d'action et la maniabilité médiocre mais j'ai fourni en plusieurs occasions des sources (non françaises) où des Américains et des partisans européens du F-35 l'ont dit. Pourquoi aurais-je l'obligation de me rallier à ton point de vue sur le rayon d'action et la maniabilité? Je n'ai même pas exclu qu'il pouvait être le bon: j'ai juste dit que ce n'était pas un évidence. Par contre, tu n'as jamais répondu quand je t'ai demandé quel était, selon toi, le rayon d'action d'un F-35A et d'un Rafale à charge maximale.

Non. je ne suis pas vexé, je ne suis tout simplement pas d'accord avec toi. Tu n'es pas oblige de te rallier à moi. Simplement pour ce qui est de l’autonomie, j’ai l’impression que ce sont des arguments « bateau » que les anti-F35 se font un plaisir de servir à chaque occasion. Je réponds avec les moyens et les sources dont je dispose j’essaie de mettre en évidence que ce n’est pas vrai.

il y a 25 minutes, Lame a dit :

Par contre, tu n'as jamais répondu quand je t'ai demandé quel était, selon toi, le rayon d'action d'un F-35A et d'un Rafale à charge maximale.

Tout simplement car je ne sais rien du tout et toi non plus d’ailleurs.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, FAFA a dit :

Tout simplement car je ne sais rien du tout et toi non plus d’ailleurs.

Et bien moi je me base sur les données de wikipedia faute de mieux et les avis exprimés par certains évaluateurs. Même si le F-35 a un faible rayon d'action et une maniabilité médiocre, même si c'est un F-111 amélioré plutôt qu'un successeur du F-16, cela ne veut pas dire qu'il peut rester au hangar en cas de conflit ou qu'il ne peut rien faire. Il faut bien essayer d'en débattre. Pacifiquement si possible.

il y a 4 minutes, DEFA550 a dit :

Ce qu'elle est aujourd'hui n'explique pas ce qu'elle devrait être demain selon certains principes fondamentaux. C'est un point de départ, pas une finalité.

Tu as raison. Qui assigne à l'intégration européenne la finalité de transformer l'UE en une grande puissance? Le choix du F-35 est parfaitement logique du point de vue des objectifs géopolitiques des Etats membres et du gouvernement européen. Je propose aussi qu'on s'arrête là. Moi, ce que j'aimerai c'est revenir sur les scénarios et questions de la page 1131. Tactiques de coalition F-35 & cie face aux avions de l'OTSC en Europe ou aux avions chinois dans le Pacifique. A défaut d'avoir une vraie intégration militaire dans l'UE on peut déjà parler de l'intégration des F-35 et chasseurs européens dans l'Initiative Européenne d'Intervention.

Link to comment
Share on other sites

Le Rafale comme le F35 ont des atouts et défauts respectifs que se soit au niveau de leurs techniques, leurs maintenabilités, leurs applicabilités ou leurs maturités.  C'est un tout. Ils peuvent adapter leurs configuration techniques, d'emport et autres en fonction de la menace et de leurs caractéristiques. Les comparaisons théoriques techniques ne correspondent pas forcément à l'utilisation et aux capacités opérationnelles. Des facteurs et moyens annexes permettent également de maximiser les performances de chacun d'eux. Dans les 2 cas, nous avons 2 combattants high-tech avec un F-35 plus récent et plus poussé mais moins mature et adaptable qu'un Rafale. Quoiqu'il en soit, le juge de paix sont les actions opérationnelles et leurs réussites. 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 14/05/2021 à 10:43, ywaDceBw4zY3tq a dit :

C'est intéressant parce que c'est c'est pas ce que disait Mark Welsh vers 2015 au Sénat, quand il expliquait a McCain que l'ecrasante majorité du CAS était faite par les F15E/F16/B1. J'imagine qu'ils veulent libérer ces plate-formes pour autre chose.

Oui je l'imagine aussi. Je me demande ce qu'ils pourraient bien conjointement à leurs F-35.

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Lame a dit :

Tu peux penser que ma vision de chose est absurde en raison du nombre d’avions produits pas Lockheed ou de « l’obsolescence » des F-16 Vyper et F-15 EXT acquis récemment par l’USAF. Moi, je continuerai à avoir une position modérée sur le F-35, à savoir ne pas m’insurger quand quelqu’un lui reconnaît des atouts ou des faiblesses par rapport aux autres avions.

D’ici quelques années les Américains auront tellement de F-35 qu’ils les mettront en première ligne. Cela me parait une évidence. Pour ce qui est des F-16V, l’USAF n’en a à ma connaissance toujours pas commandé.

il y a 41 minutes, Lame a dit :

Pourtant, je remarque que certains ne retiennent de mes messages que les critiques sur le F-35 et y réagissent avec plus d’hostilité qu’ils ne le font face à des critiques plus virulentes émanant d’adversaires irréductibles de cet avion. Suis-je le seul intervenant qui ait l’obligation de ne penser que du bien du F-35 ? Est-ce que, moi spécifiquement, j’insulte les partisans du F-35 en ne le présentant pas comme un avion parfait ?

Calomnie, vendetta, attaque ad hominem, dis-moi as-tu un problème lorsque l’on est pas d’accord avec toi ? C’est un peu le principe d’un forum non ?

Je ne suis pas un partisan du F-35 (d'ailleurs je trouve cette expression ridicule). Certains de tes propos me paraissent exacts d'autres un peu moins et ils me font réagir.  N'y vois rien de personnel là-dedans. 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 15/05/2021 à 08:52, BPCs a dit :

Et "the Air Force plans to request 48 F-35s in Fiscal year 2022, but only 43 aircraft a year from fiscal 2023-2026. The result will be a FYDP buy of 220 jets versus 240 under the previous plan."

Soit toujours plus loin du full rate production

Et avec cette menace de faire le point dans 6 ans pour voir si les coyts de MCO sont devenus acceptables...

Bref on s'achemine vers les 20 escadrons mentionnés par ailleurs et un but  autour de 500 appareils pour le F-35A

Donc, dans le pacifique par exemple, en supposant que les Américains ne peuvent "faire tapis", ils en déploieront 250 au plus auxquels j'ajouterons ceux des autres branches des armées fédérales, les F-35 toute variante de leurs alliés locaux.

On va dire que les effectifs de la coalition pro-taïwanaise va approcher les 500 F-35, essentiellement des F-35A, pour défendre l'île ou même les Philippines si les Chinois devaient effectuer une attaque secondaire contre eux. Cela vaut peut-être la peine de déployer des "vieux" F-15 et F-16, comme dirait un autre, pour faire masse au vu des effectifs chinois. A retenir pour ceux qui s'intéressent à la tactique des F-35 dans le Pacifique (cfr page 1131).

Le 24/05/2021 à 23:45, BPCs a dit :

De même pour F-35 : 108 "d'entraînement" à dégager... et le reste qui ne sera apte au combat qu'en 2027...

Avec un risque de se colleter aux chinois avant 2027, cela questionne sur l'Air Power US au moment où il risquera d'y en avoir besoin...

Oui si les F-35 ne sont pas remplacé et si l'entraînement ne repose pas essentiellement sur les T-7 Red Hawk. Mais j'ai provoqué une certaine hilarité quand j'ai mentionné les achats massifs de Red Hawk et le programme Rebuilding The Forge. Je pense néanmoins qu'un F-35 biplace aurait été bien utile.

Le 03/07/2021 à 15:33, DEFA550 a dit :

Donc non, l'absence de version biplace n' EST PAS un argument de valeur en faveur du simulateur. Les deux options ne sont pas correlées.

Bien d'accord.

Link to comment
Share on other sites

Le 03/07/2021 à 23:14, DEFA550 a dit :

Si former sur simulateur ne date pas d'hier, s'entraîner sur un ersatz est une nouveauté questionnable pour tout un tas de raisons mais qui se trouve être enviable pour une mauvaise raison : Faire des économies.

Oui, on peut se demander de quel économie il s'agit.

Un intervenant avait émis l'idée que le soutien du Congrès américain à la modernisation et au déploiement du A-10 s'expliquait, entre autre, par la volonté de libérer les F-16 et autres avions des missions de CAS.

Utiliser intensivement les simulateurs et les T-7 Red Hawk permet de ralentir l'usure des F-35 mais qu'elle sera la destination des économies réalisées? Hypothèse: Financer le développement du NGAD et acheter plus de F-15 et F-16 dernière génération pour remplacer les plus anciens.

Donc, s'agit-il de se permettre de déployer plus de F-15 et F-16 dans le Pacifique aux côtés des chasseurs alliés analogues afin de maximiser la masses d'adjuvants coopérant avec les quelques centaines de F-35 américains ou autres qui pourraient être engagés dans la défense de Taïwan? (cfr ma réponse à Jackjack page 1131)

Edited by Lame
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 04/07/2021 à 17:15, Ciders a dit :

En fin de compte, le F-35 est le F-111 nouvelle génération.

C'est le position que j'adopte tant que sa propulsion n'aura pas été améliorée...ce qui finira par arriver un jour. Je serais intéressé de connaître ton avis  sur cet emploi du F-35 et je précise que je ne suis pas un partisan du F-35.

A ton avis, en Europe et dans le Pacifique, quel est la ou les meilleures options pour un emploi du F-35 déjà acquis comme F-111?

a. F-35B: Le F-35B, engagé depuis un navire approprié ou une base camouflée en forêt, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités.

b. F-35C: Le F-35C, déployé depuis un porte-avion ou une base terrestre, éventuellement avec l'appui avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités. Evidemment, il faut acheter des F-35C pour cela.

c. F-35A: Le F-35A déployé depuis une base terrestre avec l'appui d'avion-citernes.

d. CF-35A: Le F-35A "canuckisé" (ajout d'une perche de ravitaillement), déployé depuis une base terrestre, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités et la proximité du front.

Je pose ces questions en prolongement des questions et scénarios de la page 1131. Merci d'avance.

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Lame a dit :

C'est le position que j'adopte tant que sa propulsion n'aura pas été améliorée...ce qui finira par arriver un jour. Je serais intéressé de connaître ton avis  sur cet emploi du F-35 et je précise que je ne suis pas un partisan du F-35.

A ton avis, en Europe et dans le Pacifique, quel est la ou les meilleures options pour un emploi du F-35 déjà acquis comme F-111?

a. F-35B: Le F-35B, engagé depuis un navire approprié ou une base camouflée en forêt, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités.

b. F-35C: Le F-35C, déployé depuis un porte-avion ou une base terrestre, éventuellement avec l'appui avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités. Evidemment, il faut acheter des F-35C pour cela.

c. F-35A: Le F-35A déployé depuis une base terrestre avec l'appui d'avion-citernes.

d. CF-35A: Le F-35A "canuckisé" (ajout d'une perche de ravitaillement), déployé depuis une base terrestre, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités et la proximité du front.

Je pose ces questions en prolongement des questions et scénarios de la page 1131. Merci d'avance.

Perso j'ai un peu de mal à voir comment tu veux établir des scénarios sans tenir compte des performances du F-35. Dans un extrême, peu importe ton déploiement de F-35 car trop peu seront apte à voler le jour J, dans l'autre extrême, tu en déploies 2 en Lettonie et l'aviation russe est tenue en échec.

Comme toute simulation, c'est dépendant de la qualité et fiabilité des infos que tu mets en entrée. Sinon, "garbage in, garbage out".

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 04/07/2021 à 19:39, wagdoox a dit :

le f15 n’aurait jamais permis aux usa de gagner une guerre a lui tout seul. Le nombre aurait ete trop reduit. En cela c’est un fait. C’est donc moins le f15 lui meme que le programme du f15. Il a eu largement raison, puisque dans mixte high low, le f35 reprendre le low. Sauf que le f35 est trop high. L’eternel debat entre qualite et quantite.

Oui mais ne suffit-il pas d'inverser la tactique? Les F-15 et F-16 s'occupe du low. En cas de conflit, les F-35 s'occupe du high au vu de leurs effectifs plus réduits mais avec une logique de multiplicateur de force.

Dans une optique de multiplication de la force direct: ils opèrent comme F-111 ou comme plate-forme de tir à longue portée, par exemple pour rendre le tir des J-20 dans le Pacifique ou équivalent russe en Europe. Pour l'Europe, je sais pas quel avion russe est le plus optimisé pour le combat à distance quand on fait abstraction de l'échantillon de Su-57.

Dans une optique de multiplication de la force indirecte: Les F-35A servent de miniawacs/avions d'observation initialement ou après épuisement des munitions quand ils passent en seconde ligne (idée de RMR_32). Les F-35B font de même mais comme renfort réagissant en urgence à un problème tactique dans leur zone d'affectation et peuvent éventuellement servir de ravitailleur d'urgence si personne d'autres ne peut le faire.

J'envisage évidemment ces tactiques pour l'emploi des F-35 déjà en service. Pas question d'en acheter pour cela tant qu'ils n'auront pas, au minimum, été dotés d'une propulsion améliorée.

 

il y a 2 minutes, Delbareth a dit :

Perso j'ai un peu de mal à voir comment tu veux établir des scénarios sans tenir compte des performances du F-35.

Je ne l'ai pas fait:

-Je suis parti du principe que le F-35B avait certaines qualités et défauts que j'ai cité page 1131 en le considérant effectivement comme un F-35 ADAC.

-J'ai considéré que le F-35A ne peut être ravitaillé par des drones et des chasseurs.

-Je tiens pour acquis que les F35A et B ont un cour rayon d'action comparé à la moyenne des chasseurs, qu'ils sont optimisés pour le combat longue distance et vulnérables en combat à courte et moyenne portée face aux chasseurs russes et chinois.

Fait des propositions de tactiques. On pourra débattre de leur faisabilité sur base des caractéristiques des avions, sachant que le facteur humain compte aussi.

 

il y a 8 minutes, Delbareth a dit :

Comme toute simulation, c'est dépendant de la qualité et fiabilité des infos que tu mets en entrée. Sinon, "garbage in, garbage out".

En tout cas, les simulations américaines d'invasion chinoise de Taïwan ne semblent pas partir du principe que le F-35 peut aller en première ligne. Mais, moi, apparemment, je commet une faute aux yeux de certains en ne partant pas du principe que le F-35 est un avion rapide, maniable avec un rayon d'action honorable.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FAFA a dit :

Calomnie, vendetta, attaque ad hominem, dis-moi as-tu un problème lorsque l’on est pas d’accord avec toi ? C’est un peu le principe d’un forum non ?

Le problème c'est ton acharnement à voir constamment dans mes propos des attaque contre ta personne et un comportement hostile à mon égard. Tu m'a inventé des opinions odieuses et tu répond toujours de manière cassante. Tu cherche à régler tes comptes, pas à défendre un point de vue sur le F-35. Je ne suis pas d'accord avec RMR_32 non plus mais je n'ai pas les même problèmes avec lui et j'ai même reconnu la justesse de certaines ses idées. Je ne demande qu'à débattre pacifiquement avec toi sur le F-35 mais tu n'as pas l'air intéressé.

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Lame a dit :
il y a 28 minutes, Delbareth a dit :

Comme toute simulation, c'est dépendant de la qualité et fiabilité des infos que tu mets en entrée. Sinon, "garbage in, garbage out".

En tout cas, les simulations américaines d'invasion chinoise de Taïwan ne semblent pas partir du principe que le F-35 peut aller en première ligne. Mais, moi, apparemment, je commet une faute aux yeux de certains en ne partant pas du principe que le F-35 est un avion rapide, maniable avec un rayon d'action honorable.

Oui justement, tu soulèves le point intéressant. EUX savent, nous non.

Alors sauf si tu as accès à l'ensemble de leur vision de cet avion (en plus de savoir qu'ils ne lui font pas assez confiance pour mettre en déroute la PLAF), ça reste un exercice fort incertain.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Lame a dit :

Oui mais ne suffit-il pas d'inverser la tactique? Les F-15 et F-16 s'occupe du low. En cas de conflit, les F-35 s'occupe du high au vu de leurs effectifs plus réduits mais avec une logique de multiplicateur de force.

Dans une optique de multiplication de la force direct: ils opèrent comme F-111 ou comme plate-forme de tir à longue portée, par exemple pour rendre le tir des J-20 dans le Pacifique ou équivalent russe en Europe. Pour l'Europe, je sais pas quel avion russe est le plus optimisé pour le combat à distance quand on fait abstraction de l'échantillon de Su-57.

Dans une optique de multiplication de la force indirecte: Les F-35A servent de miniawacs/avions d'observation initialement ou après épuisement des munitions quand ils passent en seconde ligne (idée de RMR_32). Les F-35B font de même mais comme renfort réagissant en urgence à un problème tactique dans leur zone d'affectation et peuvent éventuellement servir de ravitailleur d'urgence si personne d'autres ne peut le faire.

J'envisage évidemment ces tactiques pour l'emploi des F-35 déjà en service. Pas question d'en acheter pour cela tant qu'ils n'auront pas, au minimum, été dotés d'une propulsion améliorée.

Tu reecris l’histoire le f35 devait remplacer les f16. Ton scenario se tient mais si le f35 est effectivement bon de guerre en 2032 et que le ngad arrive en 2035 … quid du f22. et surtout meme dans ce cas la le f35 n’a pas assez de missiles, d’autonomie … pour faire de la supporirite aerienne. 
 

le su35, mig31 sont tres bien armee, leur probleme c’est l’environnement de soutient. 
 

cette histoire de awacs ne tient pas ! Soit ils sont devant utilise leurs capteurs passifs soit ils sont derriere et utilise les actifs. Dans les deux cas, la probabilite de detection est assez importante. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Lame a dit :

C'est à l'initiative des USA que les pays européens ont commencé à s'intégrer économiquement dans le cadre du Plan Mashall.

Ca me semble être une réécriture complète. La CECA et Euratom ne sont pas liés au plan Marshall, qui apportait des financements avantageux aux nations.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Lame a dit :

Moi non plus puisque j’ai toujours qualifié le Tempest et le NGF d’avions européens. Et que j’ai toujours dit que l’avenir de l’astronautique européenne, ce n’était pas le Rafale ou le Typhoon mais le SCAF et le Tempest. Je ne serais même pas choqué si la France finissait par laisser tomber le SCAF et par adopter le Tempest : je ne suis pas un « nationaliste » pour employer l’expression de RMR_22.

Par contre, je ne me fais aucune illusion sur l’impact géopolitique des différentes stratégies des moyens : les Etats atlantistes resteront atlantistes quels que soient la provenance de leurs effecteurs. Une fois encore, ceux qui ont préféré les Typhoon ou les Tornado aux F-16 et cie ne sont pas les moins atlantistes. Pourquoi changeraient-ils d’orientation géopolitique en raison de la provenance de leurs effecteurs quand même les écarts de Trump n’y ont rien changé ?

Je suis un fan du nationaliste mais lacher le scaf me parait etre la meilleur option. J’ai un gros soucis avec le tempest, les anglais veulent etre leader et surtout, c’est pas un avion omni et encore moins naval. Si on regle ca alors pourquoi pas. 
 

c’est bien tout le probleme qui fait qu’au final l’unite de mesure reste la nation 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Lame a dit :

Très instructif. Je pense qu’avec le R-U comme principal maître d’œuvre du Tempest et le couple franco-allemand pour le SCAF, il y a plus de chance pour que les Américains acceptent de développer un jour une gamme d’effecteurs déportés compatibles avec le Tempest qu’avec le SCAF.

Plus de chance, ne signifie pas assurance, surtout si une nouvelle administration trumpienne arrive au pouvoir. J’admets donc volontiers qu’il ne faut envisager la probabilité d’une gamme d’effecteurs déporté transatlantique dans l’analyse prospective mais pas compter dessus dans le cadre de sa stratégie des moyens.

Tu dis que les USA ont verrouillé les communications hors de leur territoire. Donc, faut-il comprendre qu’ils ont finalement renoncé à connecter les F-35 européens au réseau O.D.I.N. ? C’est intéressant parce qu’ils comptaient sur les données collectées par O.D.I.N. pour compenser certains retards dans le domaine de l’informatique quantique. Par contrecoup, les avantages qu’ils comptaient en retirer pour l’accélération de la conception aéronautique seront amoindris.

C’est là qu’on perçoit mieux l’effet pervers du Piège de Thucydide qui se forme dans le cadre de leur compétition avec la Chine. En se préparant à une guerre qui ne produira pas forcément les effets espérés, même en cas de victoire, ils peuvent perdre du temps qui sera mis à profit par la Russie ou l’Iran par exemple. Et le problème serait aggravé si des épaves pouvaient être récupérées à des fins de rétro-ingénierie.

C’est pas vraiment ce que je dis. 
penses plutot apple en model fermé et androide en ouvert. Tu trouves pas ios sur un autre terminal qu’apple. C’est le choix des usa. 
 

pour les communications, la non plus c’est pas ce que je dis le madl du f35 ne permet pas de communiquer directement avec les autres avions meme americain f18 16 par exemple. Odin n’a rien a voir. 
 

le but n’est certainement pas de faire la guerre pour les usa pas plus que pour la chine. Le but est de creer des blocs. Si tu as ton bloc tu as de facto un empire. Les usa ne peuvent pas compter uniquement sur leur force dans un monde sans frontiere, ils auraient deja perdu face a la chine. En revanche dans monde partitionné, les usa possedent toutes les cartes ou presque pour gagner. 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Lame a dit :

C'est le position que j'adopte tant que sa propulsion n'aura pas été améliorée...ce qui finira par arriver un jour. Je serais intéressé de connaître ton avis  sur cet emploi du F-35 et je précise que je ne suis pas un partisan du F-35.

A ton avis, en Europe et dans le Pacifique, quel est la ou les meilleures options pour un emploi du F-35 déjà acquis comme F-111?

a. F-35B: Le F-35B, engagé depuis un navire approprié ou une base camouflée en forêt, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités.

b. F-35C: Le F-35C, déployé depuis un porte-avion ou une base terrestre, éventuellement avec l'appui avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités. Evidemment, il faut acheter des F-35C pour cela.

c. F-35A: Le F-35A déployé depuis une base terrestre avec l'appui d'avion-citernes.

d. CF-35A: Le F-35A "canuckisé" (ajout d'une perche de ravitaillement), déployé depuis une base terrestre, avec l'appui de chasseurs ou drones-ravitailleurs, voire de vrai avions-citernes selon les disponibilités et la proximité du front.

Je pose ces questions en prolongement des questions et scénarios de la page 1131. Merci d'avance.

Ma réponse sera simple et probablement nébuleuse : on le mettra à toutes les sauces en espérant qu'il remplisse les nombreuses missions qui lui seront allouées... et en serrant les fesses qu'il les remplisse bien. Parce qu'ils n'auront rien d'autre à engager et que dans l'urgence, il faudra faire feu de tout bois.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Lame said:

Well I am basing myself on wikipedia data for lack of anything better and the opinions expressed by certain reviewers. Even though the F-35 has a small range and poor handling, even though it's an improved F-111 rather than a successor to the F-16, that doesn't mean it can stay in the hangar. if there is a conflict or that there is nothing he can do. We must try to debate it. Peacefully if possible.

Je pense que ce qui frustre FAFA, c'est qu'il a spécifiquement posté un pilote de F-16 disant qu'il préférait le F-35 dans un dogfight, et la conclusion était "F-111 amélioré". Nous sommes donc en train de refaire le point, car les gens semblent désespérés de faire passer le F-35 pour n'importe quoi (les F-117, F-105, F-111 ont été mentionnés) plutôt que quelque chose comme un F-16, même lorsque les pilotes de F-16 disent qu'ils sont similaires. 

Quant à la portée, le Pacifique est tout simplement énorme. C'est l'une des principales préoccupations du F-22 et je crois que c'est l'une des principales raisons pour lesquelles le NGAD a été mis au point. La portée a été l'un des premiers sacrifices dans le développement. 

La deuxième partie de la discussion sur la portée est que, comme vous le dites, il y aura de multiples déclarations sur la portée du F-35, même si elles sont de bonne foi, et la plupart des chiffres sur la "portée de combat" du F-35 incluent deux grosses bombes.

Cependant, il serait très utile d'utiliser des chiffres réels qui peuvent être comparés au lieu de descriptions telles que "faible portée".  Il me semble, comme on le dit depuis des années, que le F-35 surpasse les chasseurs de la série Teen, à l'exception peut-être du F-15E. Le Pacific éclipse tout. Même un avion de combat avec une portée exceptionnelle n'ira pas loin. Le seul moyen de le battre est de regarder quelque chose comme le Tu-128 Fiddler, ou quelque chose de plus grand qu'un chasseur ordinaire, ce qui se fera bien sûr au détriment d'autres choses comme l'agilité. 

Wiki indique que le rayon d'action du F-35A est de 1 239 km. À titre de comparaison, et puisque je l'ai mentionné, un F-22 qui n'est pas en super croisière a un rayon de 1 093 km (tous missiles confondus, bien sûr). 

il ne s'ensuit pas que le F-35 est "à faible rayon d'action" alors que la plupart des opérateurs affirment qu'il se comporte mieux avec son carburant interne que les chasseurs adolescents avec leurs réservoirs externes. comme on l'a noté, l'idée clé est la "bonne foi" je vois encore des chiffres de portée "gripen NG" issus de projections de 2008 qui sont tout simplement impossibles mais qui sont présentés comme une "preuve" nous savons que le F-35 surpasse le super hornet. nous savons que le super hornet surpasse le hornet original. c'est le problème de l'utilisation de mots au lieu de chiffres "petite portée" comparé à quoi ? un B-2 ? un F-18 ? 

et s'il y a une grande guerre avec la Chine, les F-35 "d'entraînement" seront poussés en avant. Il y a plusieurs idées sur la Chine qui circulent ici, l'une d'entre elles pourrait être des tensions qui s'intensifient, aboutissant à de petites escarmouches à la périphérie, à des invasions locales (comme à Taïwan) et enfin à la grande guerre géante. Si c'est la grande guerre, alors tout va, même les F-35 "imparfaits" et bien sûr la production devient complètement folle. Le problème lorsqu'on essaie de faire des scénarios de ce genre, c'est qu'une grande guerre avec la Chine signifierait que toutes les règles, la structure des forces et les limitations budgétaires disparaîtraient. Les États-Unis n'auraient pas "seulement un nombre X de F-35", ils commenceraient avec "un nombre X", puis la production continuerait et augmenterait. Les gens font donc des hypothèses sur des chiffres fixes, qui ne resteraient pas fixes. Nous subirions des pertes, il y aurait des remplacements.

Ce qui me fait le plus peur à propos de la Chine, c'est que les Américains devront s'adapter à subir des pertes. Je ne pense pas que nous ayons perdu ne serait-ce que 50 avions de chasse au combat au cours des 30 dernières années, nous en perdrions probablement 50 par jour. Nous perdrons des avions-citernes, nous perdrons des AWACS, nous subirons des pertes, c'est promis. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

On 10/20/2021 at 6:18 PM, Lame said:

In the event of conflict, particularly in the Pacific, which variant would be more useful: the F-35A, B or C? A cheap F-35 could have been acquired in greater numbers and engaged in exercises to develop its employment doctrine, to determine the most useful variants in the different cases. Even Americans haven't gotten that much of it, and they don't use it extensively to limit wear and tear.

Je n'essaie pas d'être impoli en analysant de manière excessive une grande partie de ce que vous avez écrit, mais il y a des choses ici qui ne suivent tout simplement pas et je pense que ceci est un très bon exemple. 

1. Nous n'avons aucune idée de ce à quoi ressemblera un conflit dans le Pacifique.

2. nous n'avons aucune idée de ce qui sera "plus utile" dans cette éventualité (voir ci-dessus)

3. Les F-35 ont déjà été acquis en un nombre qui éclipse celui de leurs contemporains. Plus de 700 à l'heure actuelle. Ils seront 1 000 dans 2 ans, et même alors, il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup d'avions pour développer une doctrine d'emploi, et il existe même des unités dédiées aux F-35 qui ne font que cela. Le 422e USAF vient à l'esprit, il a des F-35 depuis 5 ans maintenant. 

4. Les F-35 sont utilisés depuis des années dans des exercices visant à développer la doctrine d'emploi (premier drapeau rouge pour le F-35B en 2016, F-35A en 2017). Un escadron de F-35 "agresseur" a même été créé à Nellis, et le F-35 est intégré au cours "Top gun" de Fallon. 

5. Les Américains ont tiré un grand profit des F-35 jusqu'à présent lors d'exercices, de déploiements et même de combats réels, une myriade de rapports en parlent ouvertement. 

6. Ils l'utilisent beaucoup, le F-35 a plus de 400 000 heures de vol à son actif. 

Le premier escadron de F-35 du Pacifique était le VMFA-121 au Japon, et il y est depuis bientôt cinq ans. 

Ce qui est intéressant, c'est que cela n'a jamais été aussi facile, car un pilote de F-35A comprend ce qu'un F-35B peut faire bien plus facilement qu'un pilote de F-16 ne l'a fait pour le Harrier. nous avons même des pilotes qui ont piloté plusieurs variantes de F-35, et ce, avant même que le F-22 n'ouvre la voie avant le F-35. 

Le problème avec le F-35, c'est que pour pouvoir le critiquer correctement, les gens doivent apprendre à le connaître. Ils ne veulent pas l'apprendre, mais ils veulent le critiquer. Il y a des choses que nous savons, il y a des choses que nous ne savons pas, et il y a des choses que nous ne savons pas que nous ne savons pas. nous devons faire attention à ne pas mélanger ces choses. Je n'ai aucune idée de ce qui va se passer avec la Chine et tous ceux qui disent le contraire mentent. Mais nous savons certainement que les F-35 participent à des exercices de combat depuis des années, et même à des déploiements et des combats réels. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, FAFA a dit :

Cela démontre tout simplement que les Norvégiens font de la PO "pour de vrai" avec un avion que beaucoup considère comme n'étant pas approprié pour cette mission, qu'il n'auront bientôt plus que des F-35 pour le faire et que cela ne semble pas leur poser de problème.

Non, cela démontre simplement que les Norvégiens font de la PO pour de vrai avec du F-35 sur du Tu-142. Nous ne savons ni s'ils n'ont pas de problèmes (si c'était le cas ils se garderaient probablement de le dire, d'autant qu'ils n'ont pas d'option de rechange) ni s'ils pourraient le faire dans tous les cas de figure. Mais ils n'ont peut-être aucun souci et sont possiblement satisfaits.

Il y a 7 heures, Lame a dit :

Je le répète une fois encore : Pour les forces aériennes européennes, l’ennemi n’est pas le Rafale, le Typhoon, le F-35, Lame ou le Front du Peuple Judéen… C'est le Su-57 de l'OTSC

Rien que cela est discutable selon les pays, à commencer par les USA...

Il y a 8 heures, Lame a dit :

C’est là qu’on perçoit mieux l’effet pervers du Piège de Thucydide qui se forme dans le cadre de leur compétition avec la Chine. En se préparant à une guerre qui ne produira pas forcément les effets espérés, même en cas de victoire, ils peuvent perdre du temps qui sera mis à profit par la Russie ou l’Iran par exemple.

Les USA ne craignent militairement rien (de sérieux s'entend, hors nucléaire) de la Russie et de l'Iran. Et ils le savent très bien...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Vous ne connaissez pas Nicolas CHAILLAN. Eh bien ce monsieur après avoir créer 12 start-up a été directeur du DevSecOps l'USAF pendant 3 ans. Il a par exemple implémenté des applications dans les U2.

Voici certaines de ses déclaration concernant le F-35. C'est cash.

"Bien que le F-22 et le F-35 soient les deux seuls chasseurs de 5e génération de l'inventaire de l'armée de l'air, ils ne peuvent pas échanger des informations entre eux de machine à machine", car ils utilisent des liaisons de données incompatibles qui ont été développées à 10 ans d'intervalle, écrivent-ils. "Aujourd'hui, les flottes de F-22 et de F-35 ne peuvent toujours pas échanger d'informations sans l'aide d'une passerelle hébergée en externe, qui est toujours en phase d'expérimentation et de démonstration."

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Il a également une dent contre le pentagone et son organisation :

https://www.businessinsider.com.au/pentagon-official-quit-saying-us-cybersecurity-no-match-china-2021-10

Là c'est un article sorti juste avant sa démission du Pentagone :

https://www.theceomagazine.com/executive-interviews/government-defence/nicolas-chaillan/

"Nous avons eu tellement de succès dans la mise en place de cette initiative DevSecOps que nous avons dû trouver une maison pour la gérer - l'OSD ne gère pas vraiment les projets. L'OSD ne gère pas vraiment les projets. Il les confie plutôt à la marine, à l'armée de l'air ou à une autre composante du DoD. C'est alors qu'ils ont créé mon bureau, qui est le Chief Software Office. Et maintenant, je suis le premier directeur du logiciel dans le gouvernement américain. Maintenant que je suis le premier, j'espère ne pas être le dernier".

Le rôle du Chief Software Officer est de lever les obstacles à l'adoption des services d'entreprise pour passer à l'innovation agile, DevSecOps et au prototypage rapide. "Tout ce dont nous avons besoin pour construire des logiciels en continu, publier des logiciels plusieurs fois par jour et ne pas être bloqués dans le temps, jusqu'à pousser des innovations dans les systèmes d'armes que nous faisons", explique Nicolas.

"C'est une technologie d'orchestration open-source appelée Kubernetes que nous mettons sur les jets, les bombardiers et les systèmes spatiaux. Et, récemment, nous avons pu l'installer sur le jet U-2, qui a 50 ou 60 ans, en 12 jours et le faire voler. C'est le genre de choses que nous faisons ici. Cela change la donne lorsqu'il s'agit de fournir une capacité aux combattants aussi rapidement. En fait, nous déployons en production 31 fois par jour, ce qui est plutôt cool pour le gouvernement. C'est assez rapide."

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 22/10/2021 à 17:39, Stark_Contrast a dit :

Je pense que nous parlons de 2 choses différentes :

1. Le F-35 n'est pas régi par une zone ?

Problème de traduction j'imagine, mais je ne comprends pas ce que tu veux dire...

Pour compléter ce qui m'avait initialement fait réagir : Le respect de la loi des Aires est apparu nécessaire à l'époque du F102 (Mirage III et autres notamment...) pour deux raisons principales :

- La volonté de faire des avions rapides, la recherche de vitesses maxi battant son plein à cette époque...

-... mais avec des moteurs peu puissants.

 

Aujourd'hui, la volonté de s'approcher de cette loi est moins nécessaire dans le sens où la vitesse maxi n'est plus vraiment un critère de conception d'une part, et les avions sont beaucoup plus (mieux?) motorisés d'autre part. Il ne s'agit plus que d'un critère qui s'inscrit parmi d'autres au moment de la conception de la forme de l'avion, et qui va avoir un degré de priorité différent en fonction du compromis choisis. Les critères de formes actuels vont principalement être :

- Le degré de discrétion aux ondes EM voulu

- L'agilité recherchée

- La vitesse et l'accélération qui seront les plus impactés par cette fameuse loi des aires.

(plus les objectifs de maintenance, adaptations ADAC, embarqué ou non, etc etc)

 

Mais tout est affaire de compromis. En privilégiant la discrétion EM maximale, LM a abouti à un concept d'avion qui nécessite un très gros moteur pour compenser les défauts engendrés par ce choix (tout comme pour le F22 dans une certaine mesure) : armement interne, pas d'entrée d'air variable, et silhouette nécessairement massive éloignée de l'idéal de cette loi des Aires aboutissant à un avion relativement lent (à cause des deux derniers points notamment) et étant poussif en transsonique (à cause du dernier point), malgré un gros moteur qui se trouve finalement... ne pas être assez gros! Et produisant au passage une discrétion sonore que je qualifierais par pudeur de "relative". Les performances dynamiques observées sont donc au final logiques avec le choix de conception, mais elles permettent d'atteindre une bien meilleure discrétion EM que les autres formules suivantes...

Sur le Rafale, le choix de la discrétion passive aux ondes EM a été sensiblement moins poussé que sur le F35 en conservant l'armement externe notamment, mais également sans entrée d'air variable et avec une forme générale  plus proche de ce que demanderait la loi des aires, mais permettant de conserver un objectif de manœuvrabilité important. Du coup on obtient un avion plus visible en dans le domaine EM, plus vif aux gazs et aux commandes même s'il n'est pas vraiment plus rapide du fait de ses entrées d'airs, et qu'il verra ses performances aéro diminuer au fur et à mesure que son chargement augmentera. C'est un compromis différents du F35. Je ne dis pas qu'en tant que concept il est meilleur ou pas que celui du F35, je dis juste qu'il résulte d'un choix de conception initial différent aboutissant à un comportement et des performances différentes.

Si on prends le cas du Typhoon, on voit que là encore les choix initiaux sont radicalement différents : Il a été pensé au départ comme un intercepteur pur, visant une grosse accélération, une bonne montée et une bonne vitesse de pointe. On a donc un avion avec de gros moteurs, qui se fout de sa discrétion EM (ou pas loin...), avec des entrées d'aires à la géométrie variable conçues pour s'adapter à une large gamme de vitesse. Cela dit, il faut reconnaître qu'il ne parait pas particulièrement avoir été conçu en cherchant à s'approcher de la loi des Aires non plus... Peut-être faudrait il chercher de ce coté ses performances pas si ahurissantes que ça en terme d'accélération mais je m'avance surement.

Tout ça pour simplement montrer qu'on a 3 philosophies différentes en terme de conception, même si les lois sont les mêmes pour tout le monde et qu'il ne faut pas s'étonner ensuite des résultats et des conséquences de ces choix dans le comportement des avions.

Donc pour en revenir à ton image initiale du montage des 1/2 rafale/F35 (qui de plus est, au mieux mal fait d'après la remarque de DEFA550), tout ce que l'on peut dire c'est qu'une vue de face comme celle là ne permet en rien de comprendre les choix aérodynamiques qui ont été fait sur ces deux appareils.

 

Le 22/10/2021 à 17:39, Stark_Contrast a dit :

2. Il semblerait que les charges externes comptent, le Suisse que nous connaissons a spécifiquement mentionné les réservoirs externes en parlant du F-35. (L'exemple qu'ils ont utilisé concernait spécifiquement leurs frelons, pas le Rafale). Il semble que la comparaison devienne rapidement inutile lorsque d'autres chasseurs ...uhhhh... prennent du poids et deviennent "plus beaux" lorsqu'ils partent en guerre. 

Là non plus je ne comprends rien désolé. Bien sûr que les charges externes comptent! Je n'ai pas prétendu le contraire si tu lis ce que j'ai écrit. Et tant que le F35 n'utilise que carburant et charges internes, l'impact aérodynamique que cela représentera sera nécessairement plus faible que sur un appareil emportant des charges externes (mais pas nul non plus!)...

Maintenant la question est toujours la même : Vu qu'il part d'une situation initiale moins bonne aérodynamiquement à vide, à niveau de charge et d'autonomie équivalente à quel niveau le F35 se situera par rapport à ce qui reste notre point de comparaison favori qui est le Rafale? Est-ce que les courbes se seront croisées avant que le F35 ne doivent lui aussi utiliser ses emports extérieurs ou pas? Cela reste des questions rhétoriques et je ne prétends pas connaître la réponse, puisque personne ne semble déjà vraiment d'accord sur l'autonomie de chacun d'eux, d'autant qu'elle variera considérablement en fonction du profil de mission.

Et en tout état de cause, une fois la camelote et les bidons largués au combat, le Rafale retrouvera sa sveltesse de jeune premier lorsqu'il faudra rentrer au bercail, lui, et redeviendra vif comme l'éclair!! :biggrin:

Par contre ne me fait pas dire ce que je n'ai pas écrit  : J'ai simplement trouvé la photo que tu as postée réussie et jolie. Je n'ai pas dit que je la trouvais plus jolie que si l'avion avait été en lisse, ou plus jolie que si ça a avait été un F35, un F16 ou un M2000 ou un Typhoon!  Bon d'accord, pas un Typhoon... :blush:  Mais ne change pas mes propos si tu me cites s'il te plait.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 23/10/2021 à 16:46, Stark_Contrast a dit :

Je n'ai aucune idée de ce qui va se passer avec la Chine et tous ceux qui disent le contraire mentent. Mais nous savons certainement que les F-35 participent à des exercices de combat depuis des années, et même à des déploiements et des combats réels. 

A US Air Force war game shows what the service needs to hold off — or win against — China in 2030

 

WASHINGTON — The U.S. Air Force repelled a Chinese invasion of Taiwan during a massive war game last fall by relying on drones acting as a sensing grid, an advanced sixth-generation fighter jet able to penetrate the most contested environments, cargo planes dropping pallets of guided munitions and other novel technologies yet unseen on the modern battlefield.

But the service’s success was ultimately pyrrhic. After much loss of life and equipment, the U.S. military was able to prevent a total takeover of Taiwan by confining Chinese forces to a single area.

Furthermore, the air force that fought in the simulated conflict isn’t one that exists today, nor is it one the service is seemingly on a path to realize. While legacy planes like the B-52 bomber and newer ones like the F-35 Joint Strike Fighter played a role, many key technologies featured during the exercise are not in production or even planned for development by the service.

Still, the outcome was a marked improvement to similar war games held over the last two years, which ended in catastrophic losses. The Air Force’s performance this fall offers a clearer vision of what mix of aircraft, drones, networks and other weapons systems it will need in the next decade if it hopes to beat China in a potential war. Some of those items could influence fiscal 2023 budget deliberations.

China is “iterating so rapidly, and I think that forces us to change,” said Lt. Gen. Clint Hinote, the Air Force’s deputy chief of staff for strategy, integration and requirements, told Defense News in March. “If we can change, we can win.”

A ‘hard target’

Air Force officials talked about the classified war game’s results with Defense News in March, just months before the service is set to release its fiscal 2022 budget — its first spending request under the new Biden administration.

In similar war games held in 2018 and 2019, the Air Force failed disastrously.

The 2018 exercise involved an easier scenario in the South China Sea where the service fielded a force similar to the one it operates today; but it lost the game in record time. The following year, during a Taiwan invasion scenario, the Air Force experimented with two different teams of aircraft that either operated inside of a contested zone or stayed at standoff distances to attack a target. The service lost, but officials believed they were closer to finding an optimal mix of capabilities.

The findings helped determine what the Air Force fielded for its 2020 war game — played out by the Air Force Warfighting Integration Capability team — over a two-week period.

One breakthrough moment, recounted Hinote, occurred at the start of the game. When the officer in charge of commanding the “red team,” which simulated China, looked out at the playing field, he initially declined to move forward with an invasion of Taiwan. China considers the self-governing province of Taiwan as its sovereign territory, and has vowed to unite it with the mainland.

“The red commander looked at the playing board and said: ‘This is not rational for China to initiate an invasion, given this posture that I’m facing,’” Hinote said.

But the Air Force wasn’t going to end the war game before it even started. The red commander pushed forward with an invasion anyway.

For the war game, the Air Force made several underlying assumptions that the U.S. military and its partners will be successful in overcoming certain fiscal and technological challenges.

For example, in the service’s version of the future, the U.S. military had implemented its Joint All-Domain Command and Control concept, which would allow the armed services to send data among their previously unconnected sensors and shooters. This meant the Air Force had fielded its Advanced Battle Management System, which could work with networks and communications technologies procured as part of the Navy’s Project Overmatch and the Army’s Project Convergence efforts.

In addition, Taiwan had successfully increased defense spending as outlined by President Tsai Ing-wen, who has called for buying drones and electronic warfare equipment along with M1A2 Abrams tanks and F-16V fighter jets, as well as upgrading to its Patriot missile defense system, according to Reuters.

The U.S. Air Force also fought with a notional force that allowed it to operate different technologies that are not currently in its budget plans.

In addition, before the conflict started, the Air Force took steps to disaggregate both its operational footprint and its command-and-control structure. It made investments to remote airfields across the Pacific region — fortifying and lengthening runways as well as pre-positioning repair equipment and fuel — so that forces could deploy to those locations during a war instead of main operational bases. This approach is something the service calls “agile combat employment.”

“We tried to design ourselves where we would be a hard target. As an example, we never filled up any airfield more than 50 percent, so even if you lost that entire airfield, you wouldn’t lose your entire fleet,” Hinote said.

Finally, instead of separate command organizations for the land, maritime and air domains, the Air Force created small command-and-control teams comprised of five to 30 individuals from all the services. The team members were able to oversee the battlespace and direct forces using portable technology, such as hand-held tablets.

“You would pass off the command of your forces, and in a way that meant that you were not ever knocked out of the fight,” Hinote said. “They could knock [Joint Base Pearl Harbor-Hickam in Hawaii] out of the fight. In fact, they do almost every time we play this. But what they can’t do is they can’t knock out every command-and-control element that you have out there.”

Now, what has emerged is a list of what the Air Force thinks it needs to win a war after 2030:

Tactical aircraft

The air power community has been divided in recent years over how to affordably replace the Air Force’s aging tactical aircraft fleet while ensuring there are enough advanced fighters to battle the likes of Russia or China.

Should the service move forward with its plan to eventually replace the A-10, F-16 and some F-15C/D aircraft with stealthy fifth-generation F-35s? Or could a mix of F-35s and new fourth-generation jets like the F-15EX give the service more flexibility?

This disagreement heightened in February, when Air Force Chief of Staff Gen. CQ Brown floated the idea of designing a less expensive, non-stealthy follow-on fighter to replace the service’s oldest F-16s, instead of replacing them with the F-35, as had been planned for decades.

The service is currently evaluating its options through a tactical aircraft study to inform the fiscal 2023 budget, which could result in cuts to the Air Force’s program of record for 1,763 F-35As.

“We don’t have to make that decision this year,” Hinote said. However, he added, the roles each aircraft played during the war game could influence the outcome of the study “to a great degree.”

In the war game, four types of aircraft made up the Air Force’s future fighter inventory. Three of those are ongoing programs of record for the service:

The highly advanced Next Generation Air Dominance aircraft, or NGAD, and its associated systems, which were capable of penetrating highly contested airspace.

The Lockheed Martin-made F-35 Joint Strike Fighter, which operated as a “workhorse” aircraft attacking targets at short ranges.

Boeing F-15EX aircraft, which mainly conducted defensive missions but were also loaded with long-range missiles and hypersonic weapons to strike targets farther downrange.

Finally, the service operated a non-stealthy, light, tactical fighter for homeland and base defense, which could also be flown in support of counterterrorism missions. That aircraft, which aligns with Brown’s idea for a “fourth-generation plus” replacement for the F-16, doesn’t currently exist in the service’s budget plans.

For years, Air Force officials have portrayed the F-35 as the aircraft that it would use to infiltrate into enemy airspace to knock out surface-to-air missiles and other threats without being seen. However, in the war game, that role was played by the more survivable NGAD, in part due to the F-35′s inability to traverse the long ranges of the Pacific without a tanker nearby, Hinote said.

[....]

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

2 hours ago, Picdelamirand-oil said:

 

For the war game, the Air Force made several underlying assumptions that the US military and its partners will be successful in overcoming certain fiscal and technological challenges.

 

Personnellement, je n'ai aucun problème à répéter que l'USAF ne peut pas prédire l'avenir. Si elle l'avait fait, j'aime à penser que le 11 septembre se serait bien mieux passé. Elle peut faire des suppositions éclairées. Les jeux de rôle basés sur des suppositions éclairées ne sont pas l'avenir, ce sont des conjectures. Ils ont prédit 10.000 pertes en 1991 le premier jour de la guerre terrestre. 

Cela peut sembler hypocrite et je vois comment vous essayez de me dépeindre comme tel, et je vois ce que vous essayez de dire - c'est un point juste.  Ce que je dis, c'est que l'USAF a une assez bonne idée de la façon d'utiliser ses outils et de leur fonctionnement, et que ce sont des mécaniciens compétents - ce qu'ils ne peuvent pas prévoir, c'est où sera la prochaine réparation ou ce qu'elle impliquera. Les guerres sont extrêmement imprévisibles. Ce que je dis, c'est que les opérateurs de F-35 travaillent depuis des années sur l'emploi tactique et les tactiques du F-35. Je ne pense pas qu'ils aient volé 400 000 heures en cercles géants. Les F-35 ont participé à plusieurs exercices de haut niveau au fil des ans. L'idée qu'il n'existe pas de tactique ou de doctrine pour les F-35 ou d'autres chasseurs de 5e génération est un peu ridicule, je pense. L'idée que 700 chasseurs, le déploiement et le combat ne comptent pas en termes de connaissance et d'utilisation tactique, semble particulièrement inquiétante pour les chasseurs européens. Quel est le chiffre magique pour "savoir" ce que les chasseurs peuvent ou ne peuvent pas accomplir ? 800 ? A quoi servent alors les essais et les escadrons d'essais opérationnels ? 

Peut-être que la prochaine guerre sera la Chine, ou peut-être le Venezuela. Peut-être un scénario auquel personne n'a pensé (c'est en fait le plus probable). Je n'en ai aucune idée, et personne d'autre non plus. Des milliers de simulations et de wargames ont été joués pendant la guerre froide. La guerre n'a jamais eu lieu et, à ma connaissance, aucune simulation n'a prédit l'effondrement de l'URSS. Je crois donc fermement que les F-15 stationnés en Europe dans les années 1980 étaient mortels et prêts. Ce que l'USAF ne pouvait pas prévoir, c'est que la guerre n'aurait jamais lieu. Même le F-22 a d'abord vu sa portée réduite. Pourquoi ? Eh bien, c'est au-dessus de l'Europe, idiot, pas du Pacifique. Qui a besoin de portée ? Nous allons dominer les soviétiques ici. Et comme nous l'avions tous prédit en 1991, le baptême du feu du F-22 a eu lieu en Syrie, et il est maintenant trop court pour le Pacifique. 

Tout d'un coup, tout ce que l'USAF possède est à faible portée, et le seul remède est un tout nouveau chasseur qui a plus de portée que n'importe quel autre chasseur de l'USAF actuellement en opération. Je vais sortir mon portefeuille. 

Les forces armées ne peuvent que se préparer à la guerre du mieux qu'elles peuvent, elles ne peuvent pas prédire où cette guerre aura lieu, comment elle se déroulera ou quand - ou même si - cette guerre aura lieu. Mais j'apprécierais qu'elles utilisent leur vision magique du futur pour résoudre les problèmes des F-35 à l'avance, avant qu'ils ne deviennent des problèmes. J'apprécierais vraiment. 

J'espère que cela explique tout et que je ne passe pas pour un hypocrite. Si c'est le cas, je m'en excuse par avance. J'essaie d'être cohérent. Le jeu de guerre de l'année prochaine pourrait dire quelque chose de différent, mais je peux toujours vous dire ce qu'il dira : l'USAF ne gagnera jamais parce que si elle gagne, elle n'aura pas de nouveaux jouets. Les jouets qu'ils ont sont suffisants, et assez n'est jamais assez.

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...