Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Le F-35


georgio
 Share

Recommended Posts

Le 20/03/2022 à 09:52, pascal a dit :

La complexité du F-135 (cauchemar d'ingénieur)

C'est pas comme cela qu'on appelait la citroen GS ???   avec son moteur dont il était impossible de changer toutes les bougies sauf a démonter je ne sais plus quoi.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Et beh ! passer du F-135 aux bougies de la GS/A y a qu'ici qu'on peut voir çà.

Je recommande vraiment la lecture du HS FANA sur le vol vertical on y lit des trucs qui remettent un peu les idées en place ... notamment sur le F-35

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

On 3/20/2022 at 12:47 AM, herciv said:

This is exactly what this FORBES article says, which is mobilizing against the pentagon and seeing red with strong fear of abandonment of the program. 

https://www.forbes.com/sites/craighooper/2022/03/17/tone-deaf-key-allies-buy-new-f-35s-as-pentagon-cuts-program/?sh=6100ec5e79e1

A muted tone: Key allies are buying new F-35s as the Pentagon seeks to scale back the program.

It's time for Congress to debate the value proposition of the F-35 United States Department of Defense
At the end of the Cold War, the United States made a bet that the country would need the fighter-bomber F-35 Lightning II. And, after two decades, America's big bet has, for all intents and purposes, proven correct, as advanced technologies come online to counter a resurgent Russia and an increasingly aggressive China. Today, the F-35 is the standard for leading air forces around the world.But this underappreciated, hard-earned framework for global success is in danger of unraveling when the Pentagon, hungry for the “next big thing,” begins to pull the rug out from under the F-35 program by abruptly reducing 35% next year's backlog.

Observers expect the Air Force order to be cut by a third, the Marine Corps to buy 25% fewer planes and the Navy to cut its purchases of F- 35C marinated. A total of 33 aircraft will be removed out of a planned total of 94.

This drastic reduction makes little sense. With the F-35 operating and with fifteen countries operating or committed to operating F-35s, disengagement from the program is difficult for the Pentagon to defend. No alternative is visible to the public, and the F-35 is well on its way to becoming the global fighter it was originally meant to be.

Doctrinally, the reduction in production is difficult to justify. Granted, the new National Defense Strategy has yet to emerge from the depths of the Pentagon, but President Joe Biden's Interim National Security Strategy Guide supports the F-35's value proposition. The interim guidance outlines the international threats the F-35 was designed to respond to. She also advocates for the revitalization and modernization of alliances and partnerships around the world. As such, the F-35 is already part of the "smart and disciplined" glue that keeps the United States a key contributor to NATO and other critical alliances.

With a little effort, the Navy, Air Force, Congress, and Administration can unite for victory. There is still time for the Biden administration to reverse the proposed cuts, and even if it moves forward, locking itself into a cost-containment and “divest to reinvest” strategy, secretaries of state can further encourage the Navy and Air Force to include the restoration of lost F-35s in their respective unfunded priority lists, thereby allowing Congress to debate the value and future of the F-35 program.

The F-35 Works
Despite the disastrous headlines in the test reports, the F-35 works. :bloblaugh:totally schizophrenic they become:bloblaugh: . In other words, the plane is not a flying version of the Navy's ill-fated Zumwalt-class destroyer - a $22 billion disaster. And even if, after fifteen years, only one of the three Zumwalt-class destroyers is currently in service, the Pentagon seems determined to let these ships languish, without a mission and without functional primary armament. In contrast, the F-35 goes to work every day in countries around the world.


It's not something the public hears much about due to the classified nature of the mission and the capabilities of the F-35.

As more and more defense agencies strive to keep their "high-end" combat capabilities secret, the F-35's successes are rarely discussed or disclosed. The F-35's first combat success was kept secret for a year. This month, the Israel Defense Forces revealed the F-35's first combat success. Twelve months ago, F-35I Adir fighters shot down two Iranian Shahad 197 drones in the "world's first operational interception of a drone by an F-35I aircraft", with the Israeli aircraft precisely detecting, identifying and engaged their targets.

If demonstrated performance isn't enough, the conflict in Ukraine reinforces the value of the F-35's ambitious focus on fighter integration and alliance operations. In the contested airspace of Ukraine, the Russian Air Force's state-of-the-art 4th generation platforms, unable to effectively integrate with other Russian combat systems, were completely untested. living up to their solid reputation. Russia's arsenal of electronic warfare systems - systems that observers feared would hopelessly jam the F-35's ambitious sensor integration and networking capabilities - proved far more vulnerable and fragile than foreseen.

The daunting computational and simulation challenges of the F-35's 5th generation platform are paying huge dividends. The work being done on the F-35 will help the United States stay ahead as fighters work to bring together other platforms - user-friendly aircraft, network drones, eye-catching drones and other combat networks.

Let's get things straight before we cut production and rush out to buy the next thing.

The F-35 is the arsenal of democracy
Worse still, if Congress allows the Pentagon to withdraw from the F-35 program now, it leaves important members of key US alliances behind. By cutting back on purchases and potentially sending the platform into a fatal spiral, where unit and operational costs soar to the point of driving away customers, the Pentagon risks jeopardizing America's global war dominance. airline and possibly terminate the program prematurely.

Deep and steep cuts send a terrible message to NATO and make a mockery of President Biden's clear guidance on building the alliance. Defense officials in Europe are taking real risks to support the F-35. What does it mean to cancel the US F-35 program just as foreign orders are pouring in? Late last year, Finland pledged to acquire 64 F-35As, turning down high-end and low-end competitors from Boeing, Dassault, Saab and the Eurofighter consortium. Last week, to everyone's surprise, Germany pledged to replace its old Tornado fighter-bombers with 35 F-35As. Even Switzerland, concerned about costs and economy,

At sea, until Russia breaks free from its sanctions and China begins delivering carrier-ready aircraft, marinized F-35B and F-35C jets are the only modern aircraft available. for countries looking to build an aircraft carrier capability. For decades to come, the F-35 will be the platform of choice for friendly navies.

Around the world, other countries are considering their options for modernizing their air forces. And since poorly integrated Russian aircraft have failed to demonstrate their effectiveness in Ukraine, the F-35 - and painstaking efforts to integrate the platform into coherent sensor constellations - are beginning to appear as the last option for countries that aspire to have a modern air force.

With Russia's airborne offers falling out of favor, the Pentagon's efforts to save pennies may cause "non-aligned" potential buyers to reassess their options. And if the only other viable top-tier bid is Chinese, the machinations of the Pentagon's green-eyed strategists will have unwittingly thrown a lifeline to the United States' main tech competitor.

In short, each additional F-35 purchase helps control the costs of the F-35 program. And with each purchase, the global industrial base deepens, providing the US F-35 fleet with an additional measure of resilience. The widespread use of the F-35 offers American decision makers far more opportunities to take advantage of easy coordination with foreign partners.

Few other platforms in America's arsenal have done more to irreversibly entrench the United States in alliance structures that today prove their worth in standing up to creeping authoritarianism.

Let's Debate the F-35 Value Proposition
In Washington, the technology embedded in the F-35 is becoming "old history" and Pentagon technologists, in the name of "divest to reinvest," are turning to the trendy.

We already know how it goes. A decade from now, if the next "big thing" fails to reach its full potential, Washington may well be scrambling to keep the US fleet of F-35s operational and mulling over fanciful initiatives to resurrect lines of production of long-dead F-35s.

The F-35 has come a long way. A surprise 35% cut in purchases, right now, is only a punishment for the worst performing programs. It is a measure worth considering by Congress and, if the Pentagon forces the Air Force and Navy to limit their purchases, thus endangering the American objective of a fleet of 2400 F -35, the services should add their missing F-35s to their list of unfunded priorities and ask Congress to open debate on the F-35 value proposition. We may find that, in this case, the much-used F-35 is worth every penny and more.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

Comment: even in the articles of the fans and the lobbyists of all stripes one begins to feel the concern. The leave with the last story of the engines lost patience. The USAF , the USN and the USMC are preparing for a high intensity war against an adversary far more armed than the Russians. The USA no longer needs an airplane to win markets but an airplane to wage war.

En tirant ce genre de conclusion, je me demande une fois de plus si vous vous donnez la peine de lire les sources que vous publiez, ou si beaucoup de choses se perdent dans la traduction. La dernière partie de l'inquiétude parle allemand. 

Pour quelqu'un qui est obsédé par cet avion, il est presque stupéfiant de voir à quel point vous ne comprenez pas vraiment ce qui se passe. L'idée que le F-35 n'est pas un avion de guerre est l'une des plus grandes avancées que je vous ai vu faire. Cela doit faire de beaucoup d'autres avions de combat des avions de spectacle, parce qu'ils n'arrivent même pas à comprendre le marché. 

Dans ce même post, on explique le contraire de ce que dit votre commentaire en fait. 

Il y a un an, l'Allemagne, la Suisse et la Finlande n'avaient même pas encore signé. Votre conclusion est que le programme est en perte de vitesse, alors qu'en réalité il gagne des commandes et des clients, et que le nombre total de commandes de l'USAF, de l'USMC et de l'USN reste inchangé, même s'il y a des réductions à court terme. Les trois services américains, sans parler d'une douzaine d'autres pays, ont tous misé leur avenir sur le F-35 et la "cinquième génération". 

Bien sûr, Forbes fait une crise, et LM aussi sans doute parce que l'argent maintenant est toujours mieux que l'argent plus tard. Est-ce une tendance plus large ? ou est-ce que ce sera juste un des centaines de problèmes du F-35 que les gens oublieront pour la prochaine série de problèmes imparables ? Je me souviens de l'époque où le F-35C ne parvenait pas à attraper un câble, où le F-35B était en période de probation, où le F-35A a vu une pale de moteur exploser par le haut de l'appareil, et où le Canada s'est effondré dans une boule de confusion.  Tous ces éléments étaient les signes avant-coureurs de l'échec du F-35. Et pourtant, de plus en plus de pays se rallient à lui. 


Il n'y a tout simplement pas d'autre alternative disponible aujourd'hui ou dans un futur proche. votre source Forbes le mentionne) c'est quelque chose que je voulais poster dans le fil de discussion sur l'aviation navale, mais je vais le poster ici :


le "Hornet 2000" était un concept datant des années 1980 de McDonnell Douglas. 
 L'USN a travaillé à la décision sur le Super Hornet de 1990 à 1992 environ. Commande du Super Hornet en 1992. Premier vol en 1995, OPEVAL en 2000 et IOC en 2001. 
Le Super Hornet du Bloc I reprenait l'électronique et le radar du Hornet original, et ce n'est qu'en 2005 que les avions du Bloc II (le "vrai" Super Hornet souhaité) avec le radar AESA désormais standard ont commencé à être construits. Jusqu'au Bloc II, le Super Hornet était essentiellement un "gros" F-18C/D. 

Même si l'USN commande un "F/A-36", disons demain, il faudra attendre environ 10 ans avant d'obtenir une version IOC de cet appareil, et contrairement au Super Hornet, celui-ci partira de zéro, et l'USN n'a pas construit d'avion neuf, par elle-même, depuis plus de 40 ans. 
Il ne bénéficiera pas de l'avantage de l'évolution d'un ancien modèle, mais devra offrir une capacité révolutionnaire, tout en concurrençant à nouveau les programmes de navires. Espérons qu'il ne s'effondrera pas comme les propositions de remplacement du Tomcat ou de l'Avenger II, et qu'ils devront repartir de zéro. Le Super Hornet est né du désespoir. L'USN allait retirer tous les vieux appareils Grumman, mais tous les programmes de remplacement qu'ils ont créés ont été annulés. Le Super Hornet existe parce que "quelque chose" vaut mieux que "rien" et il était en fait assez étonnant de voir le nombre de personnes qui ont essayé de tuer le Super Hornet, ce qui est choquant compte tenu de l'enjeu. 

Meilleur ou pire que le F-35C ? Puisque le F-35 s'inscrit dans le mélange américain "high-low", et que le Super Hornet se situe dans la partie "low", c'est-à-dire moins performant, mais plus nombreux, la Marine devra décider si elle veut un grand nombre d'avions "très bons mais pas les meilleurs" pour remplacer les plus de 500 Super Hornet, ou si elle veut faire un avion encore plus exceptionnel et plus cher que les F-35 qu'elle a déjà en service. Cela devrait être amusant. Il y a une raison pour laquelle il n'y a pas de F-22 de l'USN. 

Mais imaginons que demain, tout le monde (USAF et USN) dévoile un prototype de chasseur de 6e génération. Ils auront toujours besoin du F-35 comme "cheval de trait", comme l'ont été et le sont toujours les F-16, F-18 et A-10. Comme pour le F-22, il n'y en aura tout simplement pas assez pour tout le monde, et nous aurons donc, comme pour les F-14, F-15 et F-22, une flotte beaucoup plus petite de "super chasseurs", complétée par deux fois plus de "petits chasseurs" qui finissent par accomplir la plupart des missions. La 5e génération de chasseurs (F-22 et F-35, peut-être PAKFA ?) a été marquée par des retards de développement longs et coûteux et par des controverses. Je ne suis pas convaincu qu'un avion de combat de 6e génération qui tente d'en faire encore plus fera beaucoup mieux.

Je n'envie pas l'USN, je pense qu'il sera très difficile d'atteindre un équilibre avec le F/A-XX, quel qu'il soit. 

Mais imaginons que demain, tout le monde (USAF et USN) dévoile un prototype de chasseur de 6e génération. Ils auront toujours besoin du F-35 comme "cheval de trait", comme l'ont été et le sont toujours les F-16, F-18 et A-10. Comme pour le F-22, il n'y en aura tout simplement pas assez pour tout le monde, et nous aurons donc, comme pour les F-14, F-15 et F-22, une flotte beaucoup plus petite de "super chasseurs", complétée par deux fois plus de "petits chasseurs" qui finissent par accomplir la plupart des missions. La 5e génération de chasseurs (F-22 et F-35, peut-être PAKFA ?) a été marquée par des retards de développement longs et coûteux et par des controverses. Je ne suis pas convaincu qu'un avion de combat de 6e génération qui tente d'en faire encore plus fera beaucoup mieux, mais il donnera aux États-Unis une avance encore plus grande sur ses rivaux, tant sur le territoire national qu'à l'étranger. Donc, c'est bien. 


Le F-35 existe pour répondre à une demande. Tuer l'offre ne tue pas la demande. Nous sommes essentiellement "coincés" de 6 façons différentes. 

1. Il n'y a pas de remplacement et il n'y en aura pas avant longtemps.

2. Tout remplacement du F-35 remplacera d'abord d'autres avions plus anciens, de sorte que le F-35 sera encore là pendant des décennies. 

3. Ventes à l'étranger et investissements étrangers

4. ils en ont déjà acheté des centaines (voir numéro 2)

5. Il y a simplement une certaine quantité de chasseurs qui est nécessaire pour maintenir une force aérienne. 

6. il reste, malgré tous ses défauts, l'avion le plus avancé que nous ayons. 

SI, et c'est un grand SI, mais si ce que les opérateurs disent est vrai, le F-35 est l'avion de combat le plus avancé du monde, tout ce qui est censé être plus avancé que le F-35 laissera les concurrents du F-35 à la traîne. si le F-35 n'est pas un "véritable avion de guerre", je me demande ce que tout le monde fait voler. quel que soit le remplacement du F-35 qui sera imaginé, la dernière génération de chasseurs sera "deux fois plus éloignée" de la "modernité". Ce qui fait paraître le F-35 "vieux" va faire paraître le Super Hornet "vieux". 

Même l'"avion de guerre", par opposition à l'"avion commercial" dont vous parlez, ne verra pas le jour avant des années et des années. Ils ne peuvent même pas se mettre d'accord sur la manière dont ils veulent commencer à concevoir le NGAD. Toutes les technologies plus avancées que le F-35 doivent encore être développées et en sont aux premières phases. Le moteur de nouvelle génération n'est pas prêt pour un autre avion, pas plus qu'il n'est prêt pour le F-35. 

Enfin, même si vous avez entièrement raison, Herciv, et que c'est la fin du F-35, cela signifie simplement que le super avion qui suivra le F-35 sera acheté à la place des "alternatives européennes" par le même groupe de pays, dont beaucoup ici m'ont assuré qu'ils avaient été soudoyés ou contraints par les États-Unis, et que le concours était truqué ou compromis d'une autre manière. 

La logique est que les États-Unis sont sur le point de combattre la Chine demain, alors plutôt que de prendre le F-35 qui est maintenant en service, ils devraient garder le chasseur de génération 4.5 qui, selon l'USN, ne survivra pas, et attendre 15-20 ans pour quelque chose de plus avancé ? pas même un seul contrat n'a encore été attribué pour le NGAD ou le F/A-XX. Si c'est l'histoire heureuse du Super Hornet, la décision de 1992 qui a conduit à un IOC d'environ 10 ans et à un Block II de 15 ans - n'a même pas encore été prise. il sera également plus avancé et moins cher, ce qui est une revendication du F-35 que tout le monde ici aime souligner comme étant fausse. 

On 3/20/2022 at 12:44 PM, Tetsuo said:

Say, but where are our Anglo-Saxon friends?

In Week-end ?:rolleyes:

Ils sont probablement encore en train de se remettre de la surprise de l'"Oktoberfest" et pratiquent maintenant leur espagnol.

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

On 3/20/2022 at 1:10 AM, herciv said:

This article is great, it contains everything we've been saying for years: PONZI pyramid, obsolescence, largely exploded Roadmap that steals budgets from the programs that come next, chained allies, Schizophenia of lobbyists of all stripes...

 

 

Je pense que schizophrénie est un bon mot, mais je ne pense pas qu'il s'applique au F-35 dans ce cas. La façon dont vous avez pu lire ce que vous vouliez voir dans cette histoire est un peu troublante. sur la base de certains de vos propres messages, beaucoup de vos affirmations semblent avoir peu de sens.

 

On 3/20/2022 at 1:10 AM, herciv said:

If Dassault is looking for industrial capacities in Europe, some are freed up at CAMERI.

 

Cela vaut la peine d'essayer si vous pensez que Dassault peut continuer à honorer toutes les commandes de F-35.:wink:

 

Link to comment
Share on other sites

Le pod canon du f-35B et C pourrait être utilisé pour faire de la guerre élec ... Bon on espère qu'il n'éteindra pas son porteur ..

Je me moque mais l'article est vraiment bon et le fait d'un connaisseur.

https://theaviationist.com/2022/03/21/f-35-gun-pod-ew/

Le pod de canon de 25 mm est basé sur le Terma Multi Mission Pod, qui a été conçu pour de multiples rôles afin de fournir des capacités supplémentaires.
Le 26 février 2022, le photographe d'aviation Jim Mumaw a photographié un F-35B du Corps des Marines des États-Unis, appartenant aux Vikings du Marine Fighter Attack Squadron (VMFA) 225, alors qu'il décollait de la Naval Aviation Facility (NAF) El Centro, en Californie, avec ce qui semblait être, du moins à première vue, le pod de canon du type. Cependant, en regardant de plus près (sur la version très haute résolution de la photo fournie par Jim), la nacelle semble légèrement différente de la norme, ce qui soulève la question suivante : s'agit-il d'une nouvelle variante de la nacelle du canon de 25 mm ou d'une nacelle totalement nouvelle destinée à un usage différent ?

Extérieurement, la nacelle est presque identique à la nacelle de canon standard, bien que la bouche ne soit pas visible dans la section avant du dispositif. Le museau dépasse généralement de quelques centimètres de la structure, alors que dans ce cas, il semble être absent. Même si nous ne pouvons pas exclure l'hypothèse qu'il s'agisse d'une simple nacelle de canon de 25 mm, il est bon de rappeler que la base de sa construction est une nacelle polyvalente destinée à être adaptée à de multiples usages.

La nacelle de canon, connue techniquement sous le nom de Gun Pod Unit (GPU) - 9/A (mais également appelée simplement nacelle de canon GAU-22 par l'USMC), a toujours été assez controversée, car les F-35B et F-35C doivent s'appuyer sur ce dispositif externe qui, malgré sa forme "furtive", est censé induire une dégradation de la section transversale radar (RCS). Une autre controverse est liée aux munitions transportées dans le pod, 220 cartouches, ce qui est inférieur aux munitions transportées par les avions remplacés par le F-35 (300 cartouches sur le Harrier, 412 sur le Hornet et 578 sur le Super Hornet). Il convient de noter que le F-35A transporte encore moins de munitions, seulement 180.

La nacelle a sa part d'ennuis, avec quelques incidents notables, comme l'incident de classe C lorsqu'une cartouche PGU-32/U Semi-Armor Piercing High Explosive Incendiary-Tracer (SAPHEI-T) de 25 mm a explosé après avoir quitté la nacelle lors d'une mission CAS (Close Air Support) de nuit au-dessus du complexe de Yuma. En juillet 2021, un F-35B de l'USMC, qui était déployé sur le porte-avions HMS Queen Elizabeth dans l'océan Pacifique, a été contraint de se dérouter et d'atterrir sur la base aérienne de Kadena en raison de problèmes non spécifiés concernant la nacelle du canon. L'appareil a été taxé dans une zone éloignée et les pompiers se sont tenus prêts à intervenir pendant que les techniciens de maintenance résolvaient le problème.

Le pod utilisé pour accueillir le canon GAU-22/A de 25 mm, une variante plus légère du GAU-12/U Equalizer du Harrier, et ses 220 cartouches est le Multi Mission Pod développé par la société danoise Terma. Le pod est une structure composite monocoque complète en fibre de carbone qui peut être utilisée pour étendre les capacités de missions spéciales du F-35, en permettant à l'avion de voler des "systèmes EW et ISR de nouvelle génération, tels que des brouilleurs et des capteurs EO" ainsi qu'un canon externe, comme annoncé lors du salon international de Farnborough 2012.


Photo d'archive d'un F-35B quittant le ravitailleur après un ravitaillement aérien au-dessus de la Somalie. La bouche du canon est clairement visible sur cette photo (Image credit : U.S. DoD)
Une nacelle similaire a été présentée par Raytheon lors du symposium Air Warfare 2020 de l'Air Force Association et de la convention 2021 de l'Association of Old Crows. Cette dernière convention est particulièrement intéressante car elle est centrée sur la guerre électronique et Raytheon a été chargé de développer le nouveau module de brouillage à bande moyenne de nouvelle génération (NGJ-MB) pour le EA-18G Growler. Toutefois, lorsqu'ils ont été interrogés sur les détails, les responsables de Raytheon ont déclaré que le pod n'était qu'un "concept artistique" et ne représentait rien de précis.


Le NGJ-MB est un système d'attaque électronique avancé qui nie, perturbe et dégrade les communications ennemies et les systèmes radar de défense aérienne, remplaçant le ALQ-99 vieux de plus de 40 ans, tout en incluant des capacités de cyber-attaque. Le système, actuellement dans le lot II de production initiale à faible taux, est construit avec une combinaison de réseaux actifs à balayage électronique (AESA) à base de nitrure de gallium (GaN) et un back-end entièrement numérique. Il est rapporté que cette technologie peut être mise à l'échelle pour d'autres missions et avions.

En 2012, Tom Burbage, alors directeur général de l'intégration des programmes chez Lockheed Martin, a déclaré aux journalistes que le F-35 faisait partie des avions qui pourraient transporter le brouilleur de nouvelle génération. La même année, le général James Amos, alors commandant du corps des Marines, a déclaré aux journalistes que le corps des Marines n'envisageait pas de poursuivre une variante de guerre électronique du F-35B, car son radar APG-81 distingue déjà le chasseur de cinquième génération en tant que plate-forme de guerre électronique, mais il n'a pas exclu la possibilité pour le F-35B d'utiliser le NGJ sans avoir besoin de modifications. (problème de génération de puissance ??? Pourquoi utiliser un POD ?)

Comme nous l'avons mentionné dans un précédent article ici à The Aviationist :

Le F-35 aurait la capacité de localiser et de suivre les forces ennemies, de brouiller les fréquences radio et de perturber les attaques à distance. Cependant, il lui manque encore l'intégration d'un missile pour les missions SEAD.

[...] Ainsi, la capacité SEAD de l'avion repose principalement sur le radar AESA (Active Electronically Scanned Array) du F-35, doté de capacités d'attaque électronique sophistiquées, notamment de fausses cibles, d'attaques en réseau, de brouillage avancé et de flux de données à base d'algorithmes.

" Ce système permet au F-35 d'atteindre des cibles bien défendues et de supprimer les radars ennemis qui menacent le F-35. En outre, le système ASQ-239 fournit une alerte radar entièrement intégrée, un soutien au ciblage et une autoprotection, afin de détecter et de vaincre les menaces de surface et aéroportées. Si le F-35 est capable de brouiller les autres aéronefs à distance - en fournissant une puissance rayonnée efficace dix fois supérieure à celle de n'importe quel chasseur traditionnel - les F-35 peuvent également opérer plus près de la menace ("stand-in") pour fournir une puissance de brouillage plusieurs fois supérieure à celle de n'importe quel chasseur traditionnel", explique Lockheed.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Commentaire : tiens le principe des fausses cibles comme le rafale

Link to comment
Share on other sites

Mais, mais, pourquoi ? On nous aurait menti ?

L'amiral Biden fait échouer le F-35, le chasseur du monde libre, malgré la guerre en Europe
Loren Thompson

Quelque chose d'inexplicable s'est produit pendant la période précédant la publication, la semaine prochaine, du budget de défense 2023 proposé par l'administration Biden.

Bloomberg News a rapporté le 16 mars que la demande de l'administration pour les chasseurs F-35 serait considérablement réduite par rapport à ce qui avait été prévu.

Comme l'a indiqué Anthony Capaccio, l'as du Pentagone de Bloomberg, dans son article, "l'armée de l'air demandera 33 F-35A au lieu des 48 prévus, la marine demandera 13 de sa version au lieu de 26 et le corps des Marines 15 au lieu de 20".

Aucun de ces services n'a fait de déclarations publiques indiquant que des changements dans le profil de production du programme étaient envisagés, donc l'idée que les trois pourraient couper à l'unisson est très inhabituelle.

Une variante du F-35 de l'armée de l'air américaine, la même version que celle achetée par la Finlande, l'Allemagne, Israël et un ... [+] WIKIPEDIA
Il est encore plus inhabituel que des réductions soient proposées au milieu d'une guerre européenne, alors que les forces russes s'appuient fortement sur la puissance aérienne pour affaiblir la volonté de l'Ukraine de combattre une invasion.

Le F-35 est, après tout, le chasseur du monde libre ; avec la décision de l'Allemagne, le 14 mars, d'acheter 35 F-35, tous les grands alliés des États-Unis, à l'exception de la France, ont signalé qu'ils comptaient sur ce chasseur pour leur puissance aérienne future.

Même des démocraties neutres, dont la Finlande et la Suisse, se sont engagées à acheter le chasseur pour leur défense, affirmant qu'il offre les meilleures performances au prix le plus bas.

Comme l'indique Wikipédia à la première page de sa longue fiche sur le F-35, les achats prévus de cet avion de combat par les États-Unis "représenteront l'essentiel de la puissance aérienne tactique avec équipage de l'armée de l'air, de la marine et du corps des marines des États-Unis pendant plusieurs décennies".

Alors pourquoi, alors que la Russie est en marche en Europe et que la Chine accroît régulièrement sa présence militaire dans le Pacifique, l'administration Biden a-t-elle soudainement réduit les achats prévus, qui sont passés d'une moyenne de 80 au cours des trois dernières années à seulement 61, alors que l'on s'attendait à une commande de 94 appareils ?


Ayant suivi le programme pendant 20 ans - le principal contractant Lockheed Martin contribue depuis longtemps à mon groupe de réflexion - je peux citer des chapitres et des versets sur les performances du F-35.

Le chasseur a atteint tous ses objectifs en matière de furtivité, la clé de la survivabilité future.

Il bat les avions adverses dans une proportion de 20 contre 1 lors des exercices de combat.

Il surpasse largement les anciens chasseurs dans les missions air-air, air-sol, surveillance, brouillage et autres missions essentielles.

Il coûte beaucoup moins cher à produire qu'un avion de ligne commercial.

Et c'est l'avion tactique le plus fiable et le plus facile à entretenir de la flotte interarmées.

Il n'y a donc aucun problème qui justifierait une réduction des effectifs ; comme l'a fait remarquer le chef du bureau du programme conjoint du chasseur il y a plusieurs années, "le F-35 est l'avion de combat le plus létal, le plus apte à la survie, le plus connecté et le plus interopérable jamais construit".

À l'heure actuelle, les trois variantes du F-35 sont déployées à l'avant pour défendre les alliés de l'OTAN en Europe, escorter les avions alliés en Méditerranée et protéger les intérêts maritimes américains près de la Chine.

L'amiral commandant un groupe d'attaque naval récemment rentré d'une mission de F-35 en mer de Chine méridionale a déclaré dans Defense News le 14 février que, compte tenu des capacités uniques du chasseur, son service devait envisager de doubler le nombre de F-35 dans chacun de ses escadrons basés en mer.

Rien dans les archives publiques ou dans le paysage géopolitique actuel n'explique de quelque manière que ce soit pourquoi le moment est venu de réduire le plus gros investissement du Pentagone dans la domination aérienne future.:chirolp_iei:Non non rien de rien:chirolp_iei:

Le journaliste Capaccio cite une source anonyme qui affirme que l'administration essaie d'économiser de l'argent sur la mise à niveau de nouvelles capacités dans la flotte.

Byron Callan, de Capital Alpha Partners, suggère que les planificateurs procèdent peut-être à des coupes dans l'espoir que le Congrès rajoute des fonds lors de son examen du budget 2023.

Mais ce n'est pas le genre de mesures que les pays prennent lorsque les tensions militaires augmentent dans le monde, en particulier les tensions fomentées par des rivaux industriels avancés.

Il se passe quelque chose d'autre ici, et jusqu'à ce que le budget 2023 soit publié le 29 mars, nous n'apprendrons probablement pas les raisons de l'administration pour ces coupes intempestives.

Il y a fort à parier que les combattants des trois armées qui reçoivent le F-35 ne se sont pas spontanément alignés pour soutenir des coupes dans leur programme d'avion tactique le plus important.

Mais nous devrons attendre au moins jusqu'à la semaine prochaine, et peut-être jusqu'aux audiences budgétaires, pour avoir un aperçu de la pensée de l'administration sur la question.

Pour le moment, cela ressemble à une erreur monumentale, le genre de faux pas politique qui sape tous les sentiments positifs générés par la gestion habile de l'Ukraine par l'administration.

C'est aussi le genre de problème sur lequel les républicains vont se jeter pour améliorer leur crédibilité militaire à l'approche des élections de mi-mandat.

Edited by herciv
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

8 minutes ago, herciv said:

But, but, why? Have we been lied to?

Admiral Biden strands the F-35, the Free World's fighter, despite the war in Europe
Loren Thompson

Something inexplicable happened in the run-up to the release next week of the Biden administration's proposed 2023 defense budget.

Bloomberg News reported on March 16 that the administration's demand for F-35 fighters would be significantly reduced from what had been expected.

As Bloomberg's Pentagon ace Anthony Capaccio noted in his article, "Air Force will request 33 F-35As instead of 48 planned, Navy will request 13 of its version instead of 26 and the Marine Corps 15 instead of 20".

None of these services have made public statements indicating that changes to the program's production profile were being considered, so the idea that all three could cut in unison is highly unusual.

A variant of the US Air Force's F-35, the same version purchased by Finland, Germany, Israel and a ... [+] WIKIPEDIA
It's even more unusual for discounts to be offered in the midst of a European war, as Russian forces rely heavily on air power to weaken Ukraine's will to fight an invasion.

The F-35 is, after all, the fighter of the free world; with Germany's decision on March 14 to purchase 35 F-35s, all major US allies except France signaled that they relied on this fighter for air power future.

Even neutral democracies, including Finland and Switzerland, have pledged to buy the fighter for their defense, claiming it offers the best performance at the lowest price.

As Wikipedia states on the front page of its lengthy F-35 fact sheet, planned U.S. purchases of this fighter "will account for the bulk of the Army's crewed tactical air power. United States Air, Navy and Marine Corps for several decades".

So why, with Russia on the march in Europe and China steadily increasing its military presence in the Pacific, has the Biden administration suddenly reduced planned purchases from an average of 80 to over the last three years to only 61, whereas an order of 94 aircraft was expected?


Having been on the program for 20 years—main contractor Lockheed Martin is a long-time contributor to my think tank—I can quote chapters and verses about the performance of the F-35.

The hunter has achieved all of its objectives when it comes to stealth, the key to future survivability.

He defeats enemy planes in a ratio of 20 to 1 during combat exercises.

It vastly outperforms older fighters in air-to-air, air-to-ground, surveillance, jamming, and other essential missions.

It costs much less to produce than a commercial airliner.

And it's the most reliable and easy-to-maintain tactical aircraft in the Joint Fleet.

There is therefore no problem that would justify a reduction in staff; as the head of the joint fighter program office noted several years ago, "the F-35 is the most lethal, survivable, most connected and most interoperable combat aircraft never built".

Currently, all three variants of the F-35 are forward deployed to defend NATO allies in Europe, escort Allied aircraft in the Mediterranean, and protect U.S. maritime interests near China.

The admiral commanding a naval strike group recently returned from an F-35 mission in the South China Sea told Defense News Feb. 14 that, given the fighter's unique capabilities, his service should consider doubling the number of F-35s in each of its sea-based squadrons.

Nothing in the public record or in the current geopolitical landscape in any way explains why now is the time to cut the Pentagon's biggest investment in future air dominance.: chirolp_iei:No no nothing at all: chirolp_iei:

Journalist Capaccio cites an unnamed source who says the administration is trying to save money on upgrading new capabilities in the fleet.

Byron Callan of Capital Alpha Partners suggests that planners may be making cuts in hopes that Congress will top up funds during its review of the 2023 budget.

But that's not the kind of action countries take when military tensions rise around the world, especially tensions fomented by advanced industrial rivals.

Something else is going on here, and until the 2023 budget is released on March 29, we likely won't learn the administration's reasons for these untimely cuts.

It's a safe bet that the fighters of the three armies receiving the F-35 have not spontaneously aligned themselves to support cuts to their most important tactical aircraft program.

But we'll have to wait at least until next week, and possibly until the budget hearings, to get a glimpse of the administration's thinking on the matter.

At the moment, this looks like a monumental mistake, the kind of political misstep that undermines any positive feelings generated by the administration's skilful handling of Ukraine.

It's also the kind of issue Republicans will be throwing themselves at to improve their military credibility as the midterm elections approach.

merci de poster des choses venant de personnes payées par Lockheed Martin.
 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

@herciv que penses tu de l'argumentaire de stark qui dit qu ela commande est réduite pour attendre le block 4 et avoir moins d'avions à remettre à niveau après ?

Perso, ça ne me parait pas déconnant et du même type de gestion que la France qui revend des Rafale F3R d'occasion pour les remplacer par des F4 ultérieurement.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Teenytoon a dit :

@herciv que penses tu de l'argumentaire de stark qui dit qu ela commande est réduite pour attendre le block 4 et avoir moins d'avions à remettre à niveau après ?

Perso, ça ne me parait pas déconnant et du même type de gestion que la France qui revend des Rafale F3R d'occasion pour les remplacer par des F4 ultérieurement.

Ca ne serait pas déconnant s'il n'y avait pas déjà autant d'avions construits. En l'état actuel la réduction ne représente rien vis à vis du volume total à mettre à jour. Et si c'était un vrai problème, il n'y aurait plus de production du tout en attendant la nouvelle version plutôt que d'en ajouter encore 60 à la longue liste des futurs retrofits coûteux.

Là il me semble qu'on est plutôt sur une menace mise à exécution : Celle de réduire les commandes si LM ne fait pas assez de progrès.

Edited by DEFA550
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, herciv said:

 :chirolp_iei:No no nothing at all:chirolp_iei:

 

 


Le problème avec cet article, qui mène à tous les autres problèmes avec cet article, est qu'il s'agit d'un article politique, qui se fait passer pour un article sur les F-35 afin de pousser un agenda politique.

Je suis un démocrate et c'est un argument standard de style républicain "Doux pour la guerre et les dépenses militaires" qu'ils répètent depuis Jimmy Carter. D'abord, ce n'est pas "l'administration Biden" qui parle de réduire les F-35, c'est l'armée américaine. Il rejette la faute sur Biden (voir la première phrase), parce qu'une fois de plus, il s'agit d'un coup politique, et non d'une affaire de F-35. Ils parlent d'un budget de défense de 770 milliards de dollars, ce qui serait un montant record de dépenses de défense et cela vient de Biden. Pas de Trump, pas de W Bush, pas de Reagan - Joe Biden.

Le programme JSF, le plus important de l'histoire, est celui de Bill Clinton, pas de Bush. Rappelez-vous qu'après la guerre froide, papa Bush a fait des coupes sombres dans l'armée. Cheney a écrasé une myriade de programmes. Le Strategic Air Command a été complètement dissous. La marine a été sévèrement réduite.  Nous constatons également que la dernière phrase de l'auteur concerne les élections de mi-mandat (politique) qui auront lieu dans six mois et la prise de contrôle par les républicains. Le F-35 n'est rien d'autre ici qu'un "hareng rouge" utilisé pour faire avancer ce que l'auteur veut être vrai. 

Je ne pense pas que cela vaille la peine de le décortiquer ou de l'analyser sérieusement, car il ne s'agit pas du F-35, mais de politique.

Les militaires parlent de réduire le nombre de F-35.

Loren Thompson : "Comment l'administration Biden a-t-elle pu faire ça ? Pourquoi détestent-ils l'armée ?" 

:wink:

Link to comment
Share on other sites

Pentagon Cuts Its Request for Lockheed’s F-35s by 35%

Le Pentagone réduit de 35 % sa demande de F-35 de Lockheed
 

Le département de la défense va demander 61 avions au lieu de 94 dans le prochain budget.
Les avions de combat volent au-dessus de l'Europe de l'Est malgré des problèmes de logiciel.
Par Anthony Capaccio

16 mars 2022, 11:00 UTC+1 Mis à jour le16 mars 2022, 21:27 UTC+1

Le Pentagone demandera 61 F-35 dans son prochain budget, soit 33 avions furtifs de Lockheed Martin Corp. de moins que prévu, selon des personnes familières avec le plan de dépenses.

Le département de la défense des États-Unis avait prévu de financer 94 de ces avions de combat au cours de l'exercice 2023, contre 85 dans le budget de cette année, selon le dernier "Selected Acquisition Report" sur son programme le plus coûteux.

Lockheed a chuté de 6,1 % à 421,34 $, soit la plus forte baisse depuis le 26 octobre.

La réduction proposée pour le F-35 pourrait être le poste d'achat le plus controversé d'une demande de budget de sécurité nationale qui devrait dépasser les 770 milliards de dollars pour l'année qui commence le 1er octobre.

Le F-35 est actuellement déployé en Europe de l'Est en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Six F-35 du 34e escadron de chasseurs des forces aériennes effectuent des missions de "police aérienne" depuis l'Estonie et la Roumanie. La ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, a annoncé lundi que l'Allemagne achèterait 35 de ces avions de combat.

Mais le ralentissement proposé des achats pourrait soulever des questions parmi les législateurs, les investisseurs de Lockheed et les clients étrangers sur une diminution de l'engagement des États-Unis dans un programme qui devrait coûter 398 milliards de dollars en développement et en acquisition, plus 1 200 milliards de dollars supplémentaires pour exploiter et maintenir la flotte sur 66 ans. Les personnes qui connaissent le plan budgétaire ont demandé à ne pas être identifiées avant la publication du budget dans les semaines à venir.

La raison de cette réduction ne sera pas officiellement expliquée avant que le budget proposé par le Pentagone ne soit rendu public. Mais cette demande intervient alors que les négociations avec la société Lockheed, basée à Bethesda, dans le Maryland, concernant le prochain contrat F-35 - pour environ 400 avions - se déroulent plus lentement que prévu. En outre, les F-35 sont toujours handicapés par l'exécution imparfaite d'une mise à niveau cruciale de leurs capacités logicielles et matérielles, dont le coût est estimé à 14 milliards de dollars.

Le F-15EX de Boeing
Outre la réduction proposée pour les F-35, l'armée de l'air demandera 24 avions à réaction F-15EX non furtifs construits par Boeing Co. contre 14 prévus dans le budget de l'exercice 2021. Le modèle EX transporte plus de munitions que le F-35 et est estimé moins cher à piloter. Néanmoins, le service prévoit d'acheter beaucoup plus de F-35 que de jets EX.

Interrogée sur la réduction des achats prévus de F-35, Laura Seal, porte-parole du bureau du programme F-35 du ministère de la Défense, a déclaré que la demande de budget peut être discutée "une fois qu'elle est livrée et publiée, mais pas avant". Les porte-parole de l'armée de l'air, le plus gros client des F-35, et de la marine ont fait des commentaires similaires.

L'Air Force demandera 33 F-35A au lieu des 48 prévus, la Navy 13 de sa version au lieu de 26 et le Marine Corps 15 au lieu de 20.

La mise à niveau logicielle et matérielle du "bloc 4" du F-35 est actuellement installée sur les avions déployés, bien qu'elle soit "immature, déficiente et insuffisamment testée", selon une évaluation du bureau des essais du Pentagone publiée en janvier. Les opérateurs d'aéronefs "ont identifié des déficiences dans les processus d'armement, de fusion, de communication et de navigation, de cybersécurité et de ciblage, qui ont nécessité une modification des logiciels ainsi que du temps et des ressources supplémentaires, ce qui a entraîné des retards", indique le rapport.

Les avions qui effectuent actuellement des missions, y compris en Europe, sont toutefois décrits comme étant capables par les responsables du Pentagone. "Nous comprenons les menaces auxquelles le F-35 est confronté aujourd'hui", a déclaré ce mois-ci à la presse le lieutenant général Eric Fick, qui dirige le bureau du programme F-35. "Nous comprenons les menaces largement propagées en Europe, et ce sont ces menaces que l'avion a été développé pour contrer."

Plus tôt : Les F-35 de Lockheed reçoivent une mise à jour logicielle défectueuse de 14 milliards de dollars.

Une personne connaissant bien les raisons qui ont poussé l'armée de l'air à acheter moins d'avions a déclaré qu'il ne fallait pas y voir un recul par rapport à l'objectif fixé de longue date par le service d'acheter 1 763 F-35. Il s'agit plutôt de ralentir les achats jusqu'à ce que la capacité complète du bloc 4 puisse être livrée sur les nouveaux avions, afin de minimiser le coût de leur modernisation.

En outre, le F-35 est à au moins 14 mois de démarrer et de compléter une simulation de combat très retardée visant à tester ses performances face aux menaces les plus avancées de la défense aérienne et des aéronefs russes et chinois auxquelles il est confronté aujourd'hui et sera probablement confronté à l'avenir. Les sorties simulées devaient avoir lieu en 2017, puis en 2020 et sont maintenant prévues entre juin et septembre 2023, a déclaré M. Fick aux journalistes ce mois-ci.
 

Link to comment
Share on other sites

23 minutes ago, Picdelamirand-oil said:

Pentagon Cuts Its Request for Lockheed's F-35s by 35%

Pentagon cuts demand for Lockheed F-35s by 35%
 

The Department of Defense will request 61 planes instead of 94 in the next budget.
Fighter jets fly over Eastern Europe despite software problems.
By Anthony Capaccio

March 16, 2022, 11:00 UTC+1 Updated on March 16, 2022, 21:27 UTC+1

The Pentagon will request 61 F-35s in its next budget, or 33 stealth jets from Lockheed Martin Corp. less than expected, according to people familiar with the spending plan.

The U.S. Department of Defense had planned to fund 94 of these fighter jets in fiscal year 2023, up from 85 in this year's budget, according to the latest Selected Acquisition Report on its costliest program. .

Lockheed fell 6.1% to $421.34, the biggest decline since Oct. 26.

The proposed cut for the F-35 may be the most controversial procurement item in a national security budget request that is expected to top $770 billion for the year that begins Oct. 1.

The F-35 is currently deployed in Eastern Europe in response to Russia's invasion of Ukraine. Six F-35s from the Air Force's 34th Fighter Squadron fly "air policing" missions from Estonia and Romania. German Defense Minister Christine Lambrecht announced on Monday that Germany would buy 35 of these fighter jets.

But the proposed slowdown in purchases could raise questions among lawmakers, Lockheed investors and overseas customers about a diminished U.S. commitment to a program expected to cost $398 billion to develop and acquire, plus An additional $1.2 trillion to operate and maintain the fleet over 66 years. People familiar with the budget plan have asked not to be identified until the budget is released in the coming weeks.

The reason for the reduction will not be officially explained until the Pentagon's proposed budget is made public. But the request comes as negotiations with Bethesda, Maryland-based Lockheed over the next F-35 contract - for about 400 planes - are proceeding more slowly than expected. In addition, the F-35s are still handicapped by the flawed execution of a crucial upgrade to their software and hardware capabilities, which is estimated to cost $14 billion.

Boeing's F-15EX In
addition to the proposed F-35 reduction, the Air Force will request 24 Boeing Co.-built non-stealth F-15EX jets from the 14 budgeted for fiscal year 2021. The EX model carries more ammunition than the F-35 and is estimated to be cheaper to fly. Nevertheless, the service plans to buy many more F-35s than EX jets.

Asked about the reduction in planned F-35 purchases, Laura Seal, spokeswoman for the Department of Defense's F-35 program office, said the budget request can be discussed "once it's delivered and published, but not before". Spokespersons for the Air Force, the F-35's biggest customer, and the Navy made similar comments.

The Air Force will request 33 F-35As instead of the planned 48, the Navy 13 of its version instead of 26 and the Marine Corps 15 instead of 20.

The F-35's "Block 4" software and hardware upgrade is currently installed on deployed aircraft, though it is "immature, deficient, and insufficiently tested," according to a Pentagon Test Office assessment released in January. . Aircraft operators "identified deficiencies in the armament, fusion, communication and navigation, cybersecurity and targeting processes, which required software modification as well as additional time and resources, which caused delays," the report said.

Aircraft currently flying missions, including in Europe, are described as capable by Pentagon officials, however. "We understand the threats the F-35 faces today," Lt. Gen. Eric Fick, who heads the F-35 program office, told reporters this month. "We understand the threats that are widely propagated in Europe, and it is those threats that the aircraft was developed to counter."

Earlier: Lockheed's F-35s get $14 billion flawed software update.

A person familiar with the Air Force's reasons for buying fewer planes said it shouldn't be seen as a step back from the service's long-standing goal of buying 1,763 F-35s. Rather, it is to slow procurement until full Block 4 capability can be delivered on new aircraft, to minimize the cost of upgrading them.

Additionally, the F-35 is at least 14 months away from starting and completing a highly delayed combat simulation aimed at testing its performance against the most advanced Russian and Chinese air defense and aircraft threats it faces today. today and will probably face in the future. The mock releases were scheduled to take place in 2017, then 2020 and are now scheduled for between June and September 2023, Mr Fick told reporters this month.
 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Stark_Contrast a dit :

@Picdelamirand-oil @herciv

si la réduction de 33 avions se maintient, combien de F-35 au total seront produits dans le bloc FY23 ?

Probablement tous. Ils pourront être livré aux clients hors US. C'est d'ailleur probablement l'une des raisons qui ont permis cette décision.

Mais je vois d'autre possibilité et @DEFA550 en signale l'une d'elle. Puisque l'année dernière un texte sanctionnant les achats si les critères de coût de la maintenance ne sont pas atteint a été voté.

https://militarywatchmagazine.com/article/america-s-sixth-generation-fighter-will-emphasise-electronic-warfare-prowess-over-stealth-or-speed-reports

Le chasseur américain de sixième génération privilégiera les prouesses de guerre électronique plutôt que la furtivité ou la vitesse - Rapports

Les spéculations concernant les capacités des futurs avions de combat américains de sixième génération sont répandues depuis plus d'une décennie et se sont considérablement accrues après l'annonce, en septembre, que l'armée de l'air avait déjà effectué un vol d'essai avec un premier prototype d'un tel avion. Au moins deux avions à réaction de sixième génération sont actuellement en cours de développement, l'un pour la marine afin de remplacer ses F-18E Super Hornet, et l'autre pour l'armée de l'air afin de succéder au Lockheed Martin F-22A Raptor en service de première ligne dans les années 2030. Le Raptor de cinquième génération est en service dans l'armée de l'air depuis décembre 2005, mais il devrait faire l'objet d'une retraite anticipée. Alors que les principales percées technologiques de la cinquième génération d'avions de combat comprenaient des radars actifs à balayage électronique et des cellules furtives réduisant la section transversale radar, les premiers avions de combat de sixième génération pourraient avoir une orientation très différente. Les améliorations apportées aux technologies de détection menacent de plus en plus de saper la viabilité de la furtivité et de dépasser la vitesse à laquelle les technologies de furtivité peuvent fournir des contre-mesures à la détection et au verrouillage. Par conséquent, la prochaine génération de chasseurs américains pourrait bien être beaucoup moins furtive que prévu et mettre davantage l'accent sur la guerre électronique pour rester en mesure de survivre. 


Attestant des limites croissantes de la technologie de la furtivité, l'ancien ministre israélien de la défense Moshe Arens a déclaré, en faisant référence au seul chasseur furtif occidental actuellement en production de série, le F-35 : "Une technologie anti furtive est en cours de développement et pourrait encore neutraliser ce qui est annoncé comme le principal avantage de l'avion avant sa livraison ou pendant sa durée de vie opérationnelle." Arens avait plutôt préconisé qu'Israël se concentre sur le développement de son jet d'attaque léger indigène Lavi, qui non seulement était beaucoup moins coûteux que le F-35, mais mettait également l'accent sur la guerre électronique et n'avait aucune capacité furtive. S'exprimant spécifiquement sur le programme américain de chasseurs de sixième génération, le chef des opérations navales Jonathan Greenert a déclaré que l'avion devrait se concentrer sur la suppression des défenses aériennes ennemies plutôt que de les dépasser ou de s'en cacher avec une cellule à grande vitesse ou furtive. "Vous savez que la furtivité est peut-être surfaite. Je ne veux pas nécessairement dire que c'est fini, mais soyons réalistes, si quelque chose se déplace rapidement dans l'air, perturbe les molécules de l'air et dégage de la chaleur - peu importe que le moteur soit froid - il sera détectable..... Il doit avoir la capacité de transporter une charge utile telle qu'il puisse déployer un éventail d'armes. Il doit être capable d'acquérir un accès, probablement en supprimant les défenses aériennes de l'ennemi."

Greenert a notamment également écarté la possibilité d'utiliser des avions plus rapides pour échapper aux défenses ennemies, ce que l'Union soviétique a mis en œuvre avec succès au cours des deux dernières décennies de la guerre froide avec les intercepteurs MiG-25 Foxbat à haute capacité de survie - dont les variantes ultérieures s'appuyaient également fortement sur des capacités d'attaque électronique pour opérer dans un espace aérien hautement contesté. "Je ne pense pas qu'il sera super rapide, car vous ne pouvez pas dépasser les missiles", a déclaré le responsable à propos du nouvel avion. La Chine a notamment démontré sa capacité à intercepter des cibles hypersoniques à l'aide de son système de défense aérienne S-400 fourni par la Russie, une plateforme en service depuis 2007, et le prochain système S-500 et ses analogues chinois seront capables de verrouiller et de détruire des cibles encore plus rapides à des distances encore plus grandes. L'armée de l'air américaine investit néanmoins séparément dans des avions hypersoniques pour des missions de bombardement et de reconnaissance, tandis que la Russie développe un intercepteur hypersonique de sixième génération capable d'opérer dans l'espace dans le cadre du programme MiG-41. Bien que le MiG-41 puisse s'avérer viable, en raison de sa mission purement défensive et de sa vocation à la guerre spatiale, il est peu probable que les avions de chasse conventionnels de sixième génération privilégient la furtivité ou la vitesse s'ils cherchent à opérer de manière offensive dans un espace aérien hautement contesté. 

Edited by herciv
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, Stark_Contrast a dit :

Cela vaut la peine d'essayer si vous pensez que Dassault peut continuer à honorer toutes les commandes de F-35.:wink:

Alors là je dis NON. :laugh: Et c'est définitif.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

6 minutes ago, Patrick said:

Alors là je dis NON. :laugh: Et c'est définitif.

Ce n'est peut-être pas une idée stupide. Elle permettrait à Dassault d'acquérir plus d'expérience. pour faire la transition vers la construction de chasseurs de dernière génération. En préparation de la construction du SCAF.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Stark_Contrast a dit :

@Picdelamirand-oil @herciv

si la réduction de 33 avions se maintient, combien de F-35 au total seront produits dans le bloc FY23 ?

D'ailleur je verrais bien les allemands être livrés avec ces avions pourvu que ce soit que des F-35A

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, jackjack a dit :

Ce n'est peut-être pas une idée stupide. Elle permettrait à Dassault d'acquérir plus d'expérience. pour faire la transition vers la construction de chasseurs de dernière génération. En préparation de la construction du SCAF.

  • La France devrait donc en toute logique acheter des F-35. Ne JAMAIS suggérer cette éventualité sur notre forum. :laugh: Ce n'est pas parce que des entreprises françaises, ou du moins leurs branches américaines (Michelin, SAFT, Air Liquide, Nyco...) sont présentes sur cet avion, qu'on peut considérer ces participations comme des offsets. On pourrait même dire que nous sommes d'énormes ingrats car il est très probable que le F-35 fasse gagner de l'argent à la France, même si ce n'est qu'un tout petit peu, alors qu'on en a pas acheté.
  • LM n'accepterait jamais que Dassault mette la main sur quoique ce soit relatif au F-35, et c'est tout à fait normal. Idem pour les autres partenaires du programme (Northrop Grumman, P&W) qui tout aussi normalement ne voudront jamais que Thalès ou Safran découvrent des choses à propos de leurs produits.
  • Ça coûterait un pognon monstrueux à la France, le prix par avion serait délirant. Quand on voit que même les japonais avec 147 avions à produire ont abandonné l'idée de les assembler entièrement au Japon. Il faut reconnaître que les prix proposés aujourd'hui à l'export sont permis par cette rationalisation de la production et de l'assemblage. Vouloir casser cette logique c'est presque suicidaire.
  • Dassault n'a pas vraiment besoin de toucher au F-35 pour savoir à quoi s'en tenir en ce qui concerne l'assemblage de ses avions, au-delà sans doute de l'application de certains matériaux spécifiques et de l'emploi de machines pour appliquer des apprêts et des peintures (lesquelles sont, chez LM, appliquées par des machines fonctionnant sous DELMIA qui est un logiciel de Dassault Systèmes). Dassault Aviation sont de plus en train de passer à l'usine de 4eme génération avec un plan intitulé "piloter notre avenir". Repenser leurs usines pour la production des F-35 serait très difficile.
  • Des erreurs survenues chez LM comme intervertir des rivets en inconel et en titane vaudraient à un employé de Dassault qui ferait la même erreur d'être immédiatement mis à la porte, que le travail soit réalisé sur une pulse line ou pas.

En revanche un point sur lequel nous serons à peu près d'accord est que si Dassault devait effectivement travailler sur les problèmes logiciels surtout, ils pourraient probablement apporter une aide bénéfique au programme. Mais cela suppose qu'ils auront des accès auxquels il semble impossible qu'ils puissent prétendre, même si la France achetait 200 F-35.

Edited by Patrick
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, jackjack a dit :

Ce n'est peut-être pas une idée stupide. Elle permettrait à Dassault d'acquérir plus d'expérience. pour faire la transition vers la construction de chasseurs de dernière génération. En préparation de la construction du SCAF.

heu... acquérir de l'expérience pour vendre des trucs qui fonctionnent pas ? 
Il n'y a pas une brique techno du F35 que Dassault ne maitrise pas, c'est juste une question de configuration et de fixée cette dernière. 

exception :
le logiciel de combat du F35 est évidemment propre donc pas la peine d'aller là dessus. 
l'entretien d'un avion passivement furtif (le rafale a déjà de la RAM qui pose le plus probleme), c'est pas le fait de produire des F35 qui réglera ca mais bien le fait de les maintenir. (là encore LM a montré qu'il sait pas faire et donc encore moins transmettre ce savoir faire, j'irai plutôt regarder auprès des armées qui en sont dotées). 

 

Link to comment
Share on other sites

Le point de vue de Popular Mechanics est intéressant :

- La rédcution du nombre de F-35 ne sera que marginalement intéressant pour les services puisque dans le même temps les F-35 sont remplacé pour la plupart soit par des f-15EX aussi cher (?) ou des f/A-18E. 

 

Le Pentagone réduit de 35 % son achat annuel de chasseurs d'attaque interarmées F-35 en 2023.
Des services comme l'armée de l'air, la marine et les marines ne se partageront que 61 F-35 au lieu des 94 prévus précédemment.
Selon un rapport, les services achètent moins d'avions pour économiser de l'argent sur une mise à niveau imminente, mais l'achat de moins de cellules fera également augmenter le prix.
Le gouvernement américain a décidé d'acheter beaucoup moins de F-35 cette année que prévu. Le Pentagone n'achètera que 61 F-35 en 2023, soit une baisse de 35 % par rapport à son plan précédent qui prévoyait l'achat de 94 de ces chasseurs. L'une des raisons de cette baisse des achats est que le gouvernement attend la sortie imminente du Block 4, une mise à niveau matérielle et logicielle majeure censée améliorer les capacités du chasseur furtif.

C'est la première baisse significative des achats de F-35 depuis des années. Les réductions vont de 25 % à 50 % dans les différentes branches de l'armée américaine : l'Air Force demandera 35 F-35A au lieu de 48, la Navy réduira de moitié sa commande, passant de 26 à 13, et les Marines passeront de 15 à 20 jets.

Pourquoi ? Les services ne veulent pas acheter des F-35 qui auront immédiatement besoin d'être modernisés pour rester pertinents, a déclaré une source anonyme à Bloomberg. Les anciens avions étaient construits selon différentes normes, appelées Block 1, 2 et 3. Le bloc 4, la norme la plus récente, est en cours d'installation sur les anciens appareils. Il s'agit de la première mise à niveau majeure prévue pour la flotte mondiale de F-35, avec 53 améliorations. Ces améliorations concernent notamment la guerre électronique, les systèmes électro-optiques et radar, la mise en réseau, le cockpit et d'autres systèmes. Il débloque également sept nouvelles armes, dont le missile de frappe naval norvégien et la bombe guidée de précision Stormbreaker.

Le bloc 4, cependant, a ses propres problèmes. Selon Dan Grazier, du Project on Government Oversight, le développement du bloc 4 prend deux fois plus de temps que prévu. Il décrit le logiciel, en particulier, comme "immature, déficient et insuffisamment testé", ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour un avion de combat qui était autrefois présenté comme un "ordinateur volant". Les avions que le Pentagone achète aujourd'hui devront être mis à jour à nouveau dans un avenir très proche, c'est pourquoi le ministère de la défense souhaite attendre que le bloc 4 soit terminé. Selon M. Grazier, il en coûtera près de 2 milliards de dollars pour mettre les F-35 du monde entier à la norme du bloc 4.

Si le Pentagone fait des économies en achetant moins d'avions, le simple fait de le faire fait grimper le prix individuel des avions. Selon le principe économique des économies d'échelle, plus le nombre de biens achetés est important, plus leur prix diminue, car le producteur peut acheter des pièces en gros et négocier de meilleurs frais généraux et contrats de travail. Inversement, l'achat d'une quantité moindre d'un bien particulier fait augmenter son prix. L'inflation et l'impact de COVID-19 sur la chaîne de production des F-35 seraient également des facteurs.

Les réductions d'achats auront un impact différent sur les différents services. Alors que l'armée de l'air perdra 13 F-35A, elle demandera dix F-15EX Super Eagles de plus que l'année précédente. Ce n'est pas vraiment une perte nette, mais ce n'est certainement pas un gain net. La marine passe de 26 F-35C à 13, mais elle recevra également 12 F/A-18E/F Super Hornet qu'elle n'avait jamais demandés. Les Marines suppriment cinq jets, mais sont également en train de procéder à une réorganisation qui ramènera le nombre de F-35B par escadron de 16 à 10.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Yucca
    Newest Member
    Yucca
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...