Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre du Pacifique


webfabrice
 Share

Recommended Posts

Hier Arte diffusait un reportage intitulé Général Ishiwara, l'homme qui déclencha la guerre (apparemment pas de replay... décidément je suis maudit de ce côté-là).

Intéressant pour expliquer la montée du totalitarisme militaire au Japon dans les années 30.

J'ai du mal à comprendre comment les officiers japonais pouvaient avoir un tel culte divin de l'empereur, et simultanément agir dans son dos et lui mentir pour permettre des évènements contraires à ce qu'il souhaitait... Je suis également étonné de la facilité avec laquelle des jeunes officiers assassinaient ceux qui les gênaient (y compris des proches de l'empereur, qui ne parle pas directement au peuple, donc qui sont ses intermédiaires obligés) dans une culture habituellement très respectueuse de l'autorité hiérarchique.

Link to comment
Share on other sites

Pourtant, il y a bien une vidéo en streaming içi:

http://videos.arte.tv/fr/videos/general-ishiwara--7060764.html

J'ai du mal à comprendre comment les officiers japonais pouvaient avoir un tel culte divin de l'empereur, et simultanément agir dans son dos et lui mentir pour permettre des évènements contraires à ce qu'il souhaitait... Je suis également étonné de la facilité avec laquelle des jeunes officiers assassinaient ceux qui les gênaient (y compris des proches de l'empereur, qui ne parle pas directement au peuple, donc qui sont ses intermédiaires obligés) dans une culture habituellement très respectueuse de l'autorité hiérarchique.

Il faut bien comprendre que le Japon est encore un pays ou on oscille entre clientélisme de type féodale et démocratie parlementaire ... et que plusieurs clans s'affrontent avec beaucoup de brutalité pour imposer leur vision. Le paroxysme est atteint lors de l'incident du 26 février, ou justement deux clans ont ouvertement utilisé des outils de l'Etat pour détruire le clan rivale.

Link to comment
Share on other sites

Effectivement

Il faut bien comprendre que le Japon est encore un pays ou on oscille entre clientélisme de type féodale et démocratie parlementaire ... et que plusieurs clans s'affrontent avec beaucoup de brutalité pour imposer leur vision. Le paroxysme est atteint lors de l'incident du 26 février, ou justement deux clans ont ouvertement utilisé des outils de l'Etat pour détruire le clan rivale.

Mais ces clans, comment voient-ils l'empereur ? Comme un truc dont il faut absolument (pour des raisons divines) respecter au moins l'intégrité physique, ou juste un gêneur avec lequel il faut faire car le peuple ne le supporterait pas ?
Link to comment
Share on other sites

L'empereur a un caractère divin. Il est intouchable, théoriquement. Certains militaristes fanatiques auraient eu cependant quelques idées anti-impériales au plus fort des tensions des années 1930.

Cependant, quand Hiro-Hito donne son avis en 1945, et ordonne que soit faite la paix avec les Alliés, AUCUN officier de haut-rang ne songe une seule seconde à refuser ou à désobéir. Les manifestations de désobéissance ou de velléités de coup d'Etat se font à des niveaux inférieurs, et rencontrent systématiquement l'hostilité des hauts gradés. Ainsi, le général Shizuichi Tanaka ira lui-même déloger les mutins qui encerclent le palais impérial le 15 août 1945. De même, Korechika Anami refusa d'obéir et préféra se faire seppuku.

De même, les ministres opposés à l'idée de la paix ne font absolument rien pour contrer la volonté impériale. Ils obéissent sans rechigner. Parce que c'est l'empereur, et qu'il a obligatoirement le dernier mot. 

Link to comment
Share on other sites

Mais ces clans, comment voient-ils l'empereur ? Comme un truc dont il faut absolument (pour des raisons divines) respecter au moins l'intégrité physique, ou juste un gêneur avec lequel il faut faire car le peuple ne le supporterait pas ?

Un peu des deux en faites, il est après tout le descendant direct de la Déesse Amaterasu donc le père de la nation japonaise pour le peuple et, surtout un outil formidable pour les plus ambitieux. D'ailleurs, cette image divine a durant des siècles été entretenu par la classe des bushi, cependant cela n'a pas empêché les Bushi de marier leurs enfants avec des membres de cette famille impériale. Pour rappel la classe des guerriers (Bushi et Samurai) ont pris le pouvoir militaire et administratif du pays depuis la fin de l'ère Heian(vers 1180 ou 1200), ainsi les différents clans Bushi qui ont pris successivement le contrôle du pays ont justifié leur autorité en feignant de se soumettre à l'autorité de l'Empereur. Cela dura environ 600 ans avant que le pays voit la classe des Samurai laisser leur place à un pouvoir civile, même si au fond la Restauration Meijin est elle aussi une création des clans rivaux aux Tokugawa.

Link to comment
Share on other sites

L'empereur est le plus haut "pretre" shinto, "religion" (dans le sens de systeme de valeurs spirituelles) qui permet le contact entre notre monde limité et monde infini dont nous ne sommes qu'une partie. L'empereur est cet intermediaire au profit du Japon lui-meme. L'eliminer physiquement n'a strictement aucun sens pour un japonais "traditionnel" et surtout un nationaliste du type de ceux des annees 1920-1930 au Japon. Le faire c'est plus que se detruire soi-meme, c'est detruire l'ame, la raison d'etre de votre existence. Se suicider est infiniment préférable. Les avis, les arbitrages de l'empereur ne sont pas celui d'un politque ou d'un individu, c'est plus proche de la "pythie" des grecques: c'est un avis qui tient son origine dans le monde infini dans lequel tout est immergé.  On ne peut pas etre contre. tout simplement. Si l'on se retrouve en opposition, il n'y a aucune issue autre que de s'effacer (au sens litteral... malheureusement, mais c'est la seule solution honorable).

L'mpereur est "intouchable" et historiquement, il n'y a pas d'exemple de meurtre d'un empereur (en 2400 ans de la legende imperiale) mais ceci c'est certainement un recit plus qu'une verite factuelle. Certains empereurs ont ete "poussés dehors". Mais meme du temps des guerres civiles (de 800 a 1600) ou de celui des archi-puissants shoguns Togukawa (de 1600 à 1860) ni personne ni aucun clan n'a jamais touché a la personne de l'empereur du Japon. Ce n'est pas crainte de revolte populaire - je ne suis d'ailleurs pas sur qu'il en aurait une - mais parce que cet acte viderait radicalement de sens votre vie ou votre combat - politque ou religieux - quelqu'il soit.

Quand l'empereur dit (fait savoir aurait suffi...) que la guerre doit s'arreter et que la Japon doit se reconnaitre defait par les USA, c'est le monde infini dont le Japon est le produit qui donne l'indication de la voie a suivre...

J’etais sur mon lieu de travail a Nagoya quand l’empereur s’est adressé au peuple japonais dans l’apres-midi du cinquieme jour après le 11-mars-2011. C’etait la toute premiere fois que l’empereur faisait un message publique et télévisé en 23 annees de regne. Il ne parle en public que devant des audiences limitees et jamais (meme le 1er janvier !) il ne s’adresse à la nation. D’ailleurs essayez sur Google « akihito speech » : il a des centaines de references mais une seule date pour toutes, le 16 mars 2011. Et bien je peux vous dire a la vue du comportement de mes collegues japonais – ingénieurs, cades superieurs, secretaires, etc…- ce jour la, que la magie et la mystique ne sont pas mortes. L’institution impériale est ce qui fait de chaque japonais un peu plus que seulement un être humain, c’est le pont, la passerelle avec ce qui est plus grand que nous tous et d’une nature différente.

Link to comment
Share on other sites

J'ai découvert cet album à la fnac et j'ai été surpris de cette BD surtout dans le ton adopté par les auteurs.

Image IPB

Et cet album porte bien son nom "La mort selon Boyington".

En effet, on est loin du politiquement correcte de buck Danny , bd destiné avant tout aux ados mais là l'auteur a décidé de montrer les batailles aériennes avec les effets des balles de mitrailleuses sur les corps et c'est de la boucherie. :P

L'auteur y aborde aussi les tactiques déployés par les américains et les japonais lors des dog fight et on y voit aussi l'inexistance du blindage des zeros qui ont des conséquences catastrophiques pour les pilotes japonais.

En effet, les balles transpercaient les zeros de par en par et les pilotes japonais étaient souvent transformés en gruyères par les balles.

Du coup, quand le zero était abattu, le pilote avait de grande "chance" de passer à trepas .

Et si il avait eu la chance d'avoir échappé aux balles et d'avoir survecu à l'impact de la flotte, il devait encore survivre au flammes. :-[

Les pilotes yankee avaient eux un taux de survie beaucoup plus élevé.

La violence y est illustré de façon assez cru malgré l'aspect "Buck Danny" du dessin. On est loin de la BD "grand public" et consensuel. =D

Link to comment
Share on other sites

Image IPB

Cette fois-ci, j'ai feuilleté jusqu'au bout au magasin et la boucherie continue.

On y assiste vers la fin à une attaque d'un navire transporteur de troupes qui était sur le point de débarquer sur une île et d'un destroyer censé le "protéger" des attaques aériennes.

Comme avec les pilotes japonais, il est inutile de vous préciser que l'on assiste de nouveau à un véritable massacre. :P

Sauf que là c'est puissance 10 !

En effet, la bande à Boyington ont réalisé de véritables strikes avec leur mitrailleuses sur les ponts des navires nippons.

Quand au Dauntless, ils ont tranformé le destroyer et le navire de transport de troupes en un abattoir géant flottant.

Mais qu'est ce que les japonais pouvaient espérér en envoyant des navires de troupes sans couverture aérienne !

Surtout que la DCA japonaise avait loin d'avoir l'efficacité de celle de l'US navy !

C'était totalement suicidaire ! =(

Cette attaque finale dans ce tôme me donne donc un aperçu de ce que les japonais ont subi lors de la fameuse attaque du détroit de Dampier.

En effet, en quelques heures, toute une flotte de transport de troupes a été anéantie par les Corsaires et les Dauntless et près de 7000 soldats nippons sont passés de vie à trépas et ont été recyclés en nourriture pour requins.

Ca me sidère de voir le degré d'impréparation, l'incohérence  et la multiplication d'erreurs stratégiques des japonais dans cette guerre. :rolleyes:

D'ailleurs, je serai curieux de connaitre la guerre du côté japonais et savoir si il y a des officiers de la marine impériale qui ont écrit leur mémoire et raconté leur enfer du pacifique.

Je sais que au niveau BD, il y a "Zipang" et  aussi "Tsubasa" et non pas "Capitaine Tsubasa" (les amateurs de foot se reconnaitront).

Il me semble que "Tsubasa" raconte l'histoire d'une escadrille de Zeros durant la guerre mais hélas il n'est plus disponible en librairie vus que les mangas sur l'histoire se vendent très mal en france.. :-[

Link to comment
Share on other sites

D'ailleurs, je serai curieux de connaitre la guerre du côté japonais et savoir si il y a des officiers de la marine impériale qui ont écrit leur mémoire et raconté leur enfer du pacifique.

Alors là... je n'en connais pas. Faut dire qu'entre la mortalité qu'ils ont dû avoir et ensuite la honte de la défaite + d'avoir survécu, ce n'est pas gagné (et accessoirement la barrière de la langue).

Il y a Fuchida qui s'est fait connaître très tôt après-guerre, avec pour résultat que ses conneries se sont propagées dans les ouvrages d'histoires anglo-saxons pendant 50 ans (les fameuses - et fumeuses - "cinq minutes de plus et on lançait nos avions" à Midway).

Sinon il y a le pilote de "Zéro" Saburo Sakaï qui a écrit ses mémoires (Samurai), apparemment pas traduites en français.

Je me souviens aussi avoir vu un reportage simple et bien (probablement Arte) où un ancien kamikaze était interviewé. Ce gars a décollé deux fois pour une mission kamikaze mais en est revenu à chaque fois, a priori pour raisons indépendantes de sa volonté (lors d'une des missions, son avion s'est fait avoiner par un chasseur US, s'en est tiré mais avec fuite d'essence empêchant de faire sa mission -> retour à la base).

Je sais que au niveau BD, il y a "Zipang" et  aussi "Tsubasa" et non pas "Capitaine Tsubasa" (les amateurs de foot se reconnaitront).

Il me semble que "Tsubasa" raconte l'histoire d'une escadrille de Zeros durant la guerre mais hélas il n'est plus disponible en librairie vus que les mangas sur l'histoire se vendent très mal en france.. :-[

Je ne trouve rien en cherchant avec "Tsubasa"... la recherche Google est saturée de résultats à côté de la plaque.

Ca me fait d'ailleurs penser pour la 100ème fois qu'il faut que je me décide à commander mes épisodes de Zipang avant qu'ils ne deviennent introuvables.  O0

Link to comment
Share on other sites

Alors là... je n'en connais pas. Faut dire qu'entre la mortalité qu'ils ont dû avoir et ensuite la honte de la défaite + d'avoir survécu, ce n'est pas gagné (et accessoirement la barrière de la langue).

Hélas, toi aussi Capitaine Kikuchi , tu n'as rien dans ce domaine . :|

Sinon, il y a peut-être des témoignages et des journaux de bord qui ont été traduites en anglais.

Mais bon comment retrouver des journaux de bord quand 95 % des navires de la marine impériale ont été envoyés par le fond.... :|

Sinon il y a le pilote de "Zéro" Saburo Sakaï qui a écrit ses mémoires (Samurai), apparemment pas traduites en français.

Oui, je connais ce rare (peut-être le seul) AS japonais à avoir survécu à la guerre. Et dire qu'il n'a survecu que grâce à sa blessure à son oeil qui l'a empèché de reprendre le manche. (Quoique il voulait reprendre le manche avec un seul oeil mais ses supérieures l'ont conseillé de devenir formateur car les pilotes-formateur expérimentés étaient devenue une espèce très rare au sein des forces aériennes japonaises)

Je me souviens aussi avoir vu un reportage simple et bien (probablement Arte) où un ancien kamikaze était interviewé. Ce gars a décollé deux fois pour une mission kamikaze mais en est revenu à chaque fois, a priori pour raisons indépendantes de sa volonté (lors d'une des missions, son avion s'est fait avoiner par un chasseur US, s'en est tiré mais avec fuite d'essence empêchant de faire sa mission -> retour à la base).

On a vu le même reportage. D'ailleurs je recherche une version animé diffusé dans ce même reportage retraçant la dernière mission d'un tenzan Kamikaze et l'équipage a eu la vie sauve grâce aux talents d'esquive extraordinaires du pilote (en effet, il avait 3 avions US aux fesses) et aussi et surtout grâce au pilote américain qui après avoir vu une telle combativité qui a  décidé de le laisser partir.

Le reportage s'est achevé sur l'interview du fameux pilote du Tenzan et il n'a eu qu'un seul regret : de ne pas avoir eu l'occasion de rencontrer et remercier son bourreau de l'avoir épargner.

Je ne trouve rien en cherchant avec "Tsubasa"... la recherche Google est saturée de résultats à côté de la plaque.

Ca me fait d'ailleurs penser pour la 100ème fois qu'il faut que je me décide à commander mes épisodes de Zipang avant qu'ils ne deviennent introuvables.  O0

Il s'agit en fait de "Tsubasa, les ailes d'argent"

http://www.bedetheque.com/serie-7935-BD-Tsubasa-les-ailes-d-argent.html

Cela raconte les derniers moment d'un pilote qui a décidé de se porter volontaire pour l'escadrille Kamikaze.

Et effectivement, je te conseille de te grouiller pour Zipang vus que certaines librairies ont commmencé à arrèter la distribution de ce manga faute de ventes.. :'(

Link to comment
Share on other sites

Oui, je connais ce rare (peut-être le seul) AS japonais à avoir survécu à la guerre. Et dire qu'il n'a survecu que grâce à sa blessure à son oeil qui l'a empèché de reprendre le manche. (Quoique il voulait reprendre le manche avec un seul oeil mais ses supérieures l'ont conseillé de devenir formateur car les pilotes-formateur expérimentés étaient devenue une espèce très rare au sein des forces aériennes japonaises)

Il y a aussi Tetsuzō Iwamoto, supposé être le meilleur as de la marine. Il est mort dans les années 50 et certains de ses papiers ont été publiés dixit Wiki en., mais apparemment en japonais uniquement.

Sinon, les quelques résultats (pas très probants) que j'ai trouvés, notamment sur le forum C6 :

- Kawato Masajiro qui s'est rendu célèbre en prétendant avoir abattu Boyington (apparemment du BS pur et simple)

- "Un article de Chujiro Nakano (école aéronavale de Yokosuka) dans Icare n°114, La naissance du zero, le chasseur inutile."

- "Témoignage de Shiga Toshio dans le numéro 86."

- Beyond Pearl Harbor de Ron Wemeth, compilation de témoignages de pilotes japonais, se trouve mais vers les 60€

Donc il y a bien la possibilité de trouver quelques survivants, mais ca risque d'être assez lacunaire.

Pour les archives c'est encore pire, les Japonais étaient apparemment beaucoup moins méthodiques que les autres armées, pas de journaux de marche des escadrons par exemple, et les quelques paperasses miraculées ne semblent pas faire l'objet d'un archivage très efficace (à ce que j'ai cru comprendre).

Exemple frappant : une vingtaine de photos et un ou deux films nippons de l'attaque de Pearl Harbor (en fait, des préparatifs et décollages, pris depuis les PA) ont été capturés aux Aléoutiennes en 43. Et bien, ce sont les seuls documents connus sur PH du côté japonais. Tout le reste a disparu - notamment avec les PA à Midway.

Link to comment
Share on other sites

Tameichi Hara: "Japanese Destroyer Captain" chez Naval Institute il fut skipper le l'Amatzukaze puis du Shigure et enfin du Yahagi lors de la dernière sortie du Yamato

"Fist from the Sky" la biographie de Takashige Egusa le stratège du bombardement en piqué de la Marine Japonaise: dans le détail on a le raid de PH les opérations dans l'océan Indien et Midway

Link to comment
Share on other sites

Merci Capitaine kikuchi et merci Pascal de ces infos.  =)

Donc il existe tout de même quelques officiers japonais qui ont raconté leur guerre.

Certes leurs témoignages ne sont pas nombreux mais il y en a quand même.

Celui de Tameichi Hara et de Saburo Sakaï m'ont l'air très intéressant car ils ont assisté à l'apogé de leur empire jusqu'à la destruction complète de leur armée... :|

Link to comment
Share on other sites

Et effectivement, je te conseille de te grouiller pour Zipang vus que certaines librairies ont commmencé à arrèter la distribution de ce manga faute de ventes.. :'(

Pour info, Amazon.fr propose encore des neufs à la vente.

Et leur livraison en 1 jour ouvré, ça marche du tonnerre :D

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

Ha oui le tome 11 ! =) (Que j'ai du lire il y a quelques années... :P)

Avec la terrible mission kamikaze du capitaine Tsuda au sein de l'allemagne du 3 ème Reich.

Quand au tome 12, on y assiste à un sanglant duel entre un sous marin Gato et le fameux .... tu verras ! ;)

Et le tome 13, je n'ai plus que de vague souvenir...Il me semble que cela se passe dans le "Mandchouko" (Mandchourie)

Link to comment
Share on other sites

Et effectivement, je te conseille de te grouiller pour Zipang vus que certaines librairies ont commmencé à arrèter la distribution de ce manga faute de ventes.. :'(

Mon libraire préféré n'en vend pas ou presque pas. Il n'a que les 3 derniers en rayon, juste pour appâter, mais sur demande, il les reçoit de l'éditeur sous 4 jours ... et puis les nouveaux sont là la veille de la date de parution officielle ... (mi octobre pour le N°36).

Je les ai tous.  ;)

Link to comment
Share on other sites

Quand au tome 12, on y assiste à un sanglant duel entre un sous marin Gato et le fameux .... tu verras ! ;)

Et le tome 13, je n'ai plus que de vague souvenir...Il me semble que cela se passe dans le "Mandchouko" (Mandchourie)

Je m'attendais à un super duel après ce que tu m'avais dis, mais l'action est assez linéaire.

Le Choan Maru qui apparaît dans le livre a vraiment existé :

Image IPB

(bon en fait l'image c'est un de ses sister-ship, le Choko Maru, le troisième sister-ship étant le Chojo Maru)

Et le reste du tome est sur Kusaka en Europe... c'est la partie où j'ai le plus de mal avec la crédibilité car l'itinéraire de Kusaka n'est pas expliqué, et le rôle d'Hans Kluge me semble peu totalement impossible.

Le Tome 13, on a une dream team de ceux qui ont affronté le Zipang : le capitaine de sous-marin du tome 1, l'aviateur Sutton du PA Wasp, et le capitaine Taylor qui était aux Aléoutiennes... le tout pour un remake du combat du détroit de Dampier.

Et ça, ça pète ! =D

Mon libraire préféré n'en vend pas ou presque pas. Il n'a que les 3 derniers en rayon, juste pour appâter, mais sur demande, il les reçoit de l'éditeur sous 4 jours ... et puis les nouveaux sont là la veille de la date de parution officielle ... (mi octobre pour le N°36).

C'est déjà mieux que la moyenne, je n'ai jamais vu Zipang en rayon, que ce soit en librairie ou en super-marché.

Par contre, tant qu'à en avoir quelques-uns, il pourrait peut-être proposer le n°1 pour accrocher de nouveaux clients... ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a Fuchida qui s'est fait connaître très tôt après-guerre, avec pour résultat que ses conneries se sont propagées dans les ouvrages d'histoires anglo-saxons pendant 50 ans (les fameuses - et fumeuses - "cinq minutes de plus et on lançait nos avions" à Midway).

C'était pas vrai? Put... j'en suis resté là moi, même si le résultat final dans mon esprit tenait à des causes plus lourdes quand même. Méconnaissance du rôle du PA, cdt de la flotte japonaise qui ne choisit pas entre la conquête des îles (l'accessoire) et le combat avec la flotte US (l'essentiel), plan stratégique trop lourd et complexe (Murphy a dû se régaler...), etc.
Link to comment
Share on other sites

@Jojo

Les japs maîtrisent parfaitement les techniques aéronavales, mieux que les américains (par exemple les PA US ne savent pas combiner leur raids au sein d'une même division ils ne le feront qu'en 44 alors que les japs opèrent ainsi depuis avril 41) ...

Ils poursuivent deux lièvres; ce sera la difficultés de tous les amiraux US et japs durant toute la guerre, par exemple Spruance durant la bataille de la mer des Philippines sera soumis au même choix cornélien).

Quand les SBD déboulent vers 1025 sur les ponts des PA japonais on trouve quelques chasseurs de CAP prêts à partir ou rentrant de mission, 4/5 avions par PA ... Les appareils d'assaut (B5N 2 Kate et D3A 1 Val) sont dans les hangars en cours de réapprovisionnement.

C'était une des caractéristiques principale de l'aéronavale japonaise, le replenishment (carburant munitions) des torpilleurs et des bb en piqué s'opérait dans les hangars alors que les américains opéraient selon la méthode du "deck parking" et accomplissaient ces opérations sur le pont d'envol.

Pourquoi cette différence, parce que les japonais s'inspiraient dans ce domaine des britanniques qui pratiquaient ainsi pour protéger avions et personnels des rigoureuses conditions de l'Atlantique Nord et de la Mer du Nord.

Les PA japs étaient à cette époque dotés de deux hangars superposés et les torpilleurs occupaient généralement les parties arrières des hangars notamment le hangar inférieur alors que les Val étaient plus au milieu et les Zero dans les parties avant. Pourquoi ? parce que les torpilleurs Kate avaient besoin d'environ 150 m de pont d'envol pour décoller en charge quand les Zero se contentaient d'environ 70m. Les japs n'utilisaient pas les catapultes car ils estimaient à raison que leur emploi diminuaient la fréquence des lancements. Bref quand un raid se préparait les Zero partaient en premier et les appareil d'assaut en dernier ce qui leur permettait d'utiliser plus de longueur de pont.

Pour en revenir au livre de Fuchida, sur ce point de vue c'est effectivement une légende battue en brèche par le formidable (je pèse mes mots) ouvrage de Parshall et Tully "Shattered Sword" qui relate de manière exhaustive la bataille de Midway à la lumière des archives japonaises.

A Midway le Soryu encaisse 3 bombes dont une atteint le hangar inférieur et les deux autres le hangar supérieur ... pour l'Akagi il suffira d'une bombe de 454 kg dans le hangar > pour transformer le navire en brasier.

Noter qu'en règle générale les unités de scout bombing sur SBD emportaient des bombes de 227 kg alors que les VB de bombardement en piqué elles aussi sur SBD travaillaient avec des bombes de 454 kg. Chaque PA US embarquait 1 unité de chaque type, les américains utilisant les SBD pour la reco là où les japs utilisaient prioritairement les hydravions des croiseurs et cuirassés pour économiser le potentiel de leurs avions d'assaut dont ils disposaient en moins grand nombre sur leur PA (parcage dans les hangar oblige: là ou un PA US stockait 80 avions sur son pont d'envol les japs rentraient 55 à 65 appareils dans les hangars de leurs PA).

Link to comment
Share on other sites

Les japs n'utilisaient pas les catapultes car ils estimaient à raison que leur emploi diminuaient la fréquence des lancements.

J'ai pas compris cette phrase, tu pourrais préciser STP ?

Tu parle de catapultes aux sens moderne du terme (genre sur les Portes-Avions actuels) ou des catapultes de l'époque qui sont utilisés sur les croiseurs et autres gros navires de l'époque (avec rampe de lancement...).

Car, si je ne me trompe pas, les premières installations de catapultes sur PA date des années 50 et celles des années 30 et 40 ne servent qu'a lancer des hydravions ou des avions légers .

Link to comment
Share on other sites

Non les premières catapultes sur PA datent des années 20/30 ainsi à leur entrée en service les deux Lexington ont une catapulte Norden modèle F. Ce sont des modèles dit hydrauliques qui peuvent imprimer une vitesse de 30 nœuds à un appareil de 4.5 tonnes.

L'avantage des catapultes c'est par définition de permettre de faire décoller un appareil lourd sur une distance limitée. Or dans les années 30 les appareils sont des biplans dotés d'une faible charge ailaire avec des masses faibles. L'alourdissement est progressif et va de pair avec l'augmentation de la puissance moteur. Tout étant affaire de compromis Japonais et Américains se rendent compte que leurs grands PA d'escadre (270 m pour le Lexington, 240/250 pour les autres) offrent des longueur de course et des vents relatifs suffisant pour lancer les avions sans catapulte. Surtout les japonais dont les appareils sont proportionnellement plus léger que ceux des Américains essentiellement dans le but de leur offrir une plus grande autonomie.

Dès lors on décide de se passer de catapulte pour permettre un tempo de lancement plus important. Un PA japonais lançait un avion toute les 15/20 secondes ce qui n'était pas envisageable avec les catapultes hydrauliques de l'époque qui de surcroît réclamaient du personnel pour la manipulation des avions. Les Américains faisaient pareil en 43/42, la seule condition était d'avoir de la distance de course et du vent sur le pont ce qui expliquait que les avions les plus lourds partaient les derniers.

Là les Japs avaient un gros avantage. Au sein du Kido Butaï les groupes aériens embarqués des 6 PA d'escadre avaient l'habitude d'oeuvrer ensemble. Ainsi un raid pouvait comporter les chasseurs d'un PA couvrant les torpilleurs d'un second et les Val d'un troisième. On comprend rapidement l'intérêt du système. Pour lancer 60 avions (3x20) les japonais mettaient 6/7 minutes là où un PA américain travaillant seul et lançant ses raids seul (même s'il naviguait à portée d'un autre PA) mettait près de 20 minutes.

A Midway les Wildcat du Hornet tournèrent plus de 20 minutes autour du PA attendant le départ des derniers torpilleurs il durent rebrousser chemin par manque de pétrole avant leurs gros copains.

Il faudra attendre 1944 pour voir les Américains utiliser les catapultes pour deux raisons essentielles.

-les avions sont de plus en plus lourds

-sur les porte-avions d'escorte et notamment les CVE de la classe Casablanca dans le Pacifique et les CVE ASM dans l'Atlantique, pour lancer les Avenger munis de torpilles il fallait impérativement utiliser la catapulte.

Link to comment
Share on other sites

Ah, d'accord, les PA commence à avoir des catapultes dès cette époque. Je comprend mieux, merci.

Effectivement, avec une seule catapulte, préparer un raid devait être fastidieux, mais ils s'en servaient réellement tout le temps, ou que sous certaines conditions comme faute de vent.

Je pensais que les américains faisaient comme tu as décrit: les chasseurs décollaient avant et les bombardiers après, profitant de tout le pont. Comme Doolittle avec ses B25 Mitchell, qui réussirent à décoller du Hornet sans aucune assistance.

Avec une puissance pour 4.5 tonnes, ça devait être plus que très limite pour catapulter des DSB Dauntless, TBF Avenger et autres F4U Corsair avec leurs armements, ces avions sont plus lourds, non?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,823
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...