Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Drone aérien


azaazel
 Share

Recommended Posts

il y a une heure, Bechar06 a dit :

Suite pour pas encore ... atermoiements à l'Allemande ... à l'Espagnol et à l' Italienne    Commedia ! Tragedia  ou cocktail complet ! 

http://www.opex360.com/2021/04/07/le-ministre-allemand-des-finances-sinquiete-du-risque-de-derapage-financier-pour-le-drone-male-europeen/

"Finalement, avec près d’un an de retard sur le calendrier, la situation s’est éclaircie en novembre dernier, avec la finalisation d’un projet de contrat par l’OCCAr et Airbus Defence & Space, le maître d’oeuvre du projet. Restait alors à attendre le feu vert des États clients pour passer à la phase suivante. Ce qui était attendu en mars 2021, après un vote du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Et ce devait être une formalité, chrétiens-démocrates [CDU/CSU] et sociaux-démocrates [SPD] s’étant mis d’accord pour valider le programme.

Or, cette échéance passée, l’Eurodrone est toujours au même point… Et de nouvelles complications sont apparues. Ainsi, La Tribune a avancé que l’Espagne n’a plus le budget nécessaire pour ce programme, l’investissement dans le Système de combat aérien du futur [SCAF] ayant été privilégié. Et un autre souci est apparu avec des bisbilles au sujet de la motorisation, Rome menaçant de retirer sa participation financière si la candidature d’Avia Aero, filiale italienne de l’américain General Electric, n’était pas retenue, aux dépens de Safran Helicopter Engines.

Mais un autre charge contre l’Eurodrone est venue… d’Olaf Scholz, le ministre allemand des Finances ! ... [ a transmis ] un document d’une dizaine de pages dans lequel il fait part de ses préoccupations concernant ce programme ... une « répartition des risques inhabituellement unilatérale aux frais des clients, ce qui pourrait entraîner des surcoûts imprévisibles à l’avenir. »     Qui plus est, il faudra « disposer de fonds supplémentaires » après la phase de développement [après 2025] « pour lesquels il n’y a pas de provision budgétaire identifiable »  également identifié un risque de dérapage des coûts

[ Pour les verts : ]      le projet de contrat pour l’Eurodrone est « le pire » qu’il a vu au cours de « ces dix dernières années » Et d’ajouter : « La coopération européenne ne peut pas être un prétexte pour conclure de tels mauvais contrats »  +  la CDU/CSU, qui soupçonne M Scholz de freiner des quatre fers pour empêcher la Bundeswehr de se doter de drones armés"

Et nous, on n'a rien inventé? On pourrait le trouver trop lourd, menacer de se retirer si on en fait pas un mono moteur, Sait pas moi un peu d'imagination. :laugh:

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Et nous, on n'a rien inventé? On pourrait le trouver trop lourd, menacer de se retirer si on en fait pas un mono moteur, Sait pas moi un peu d'imagination. :laugh:

On va faire comme pour le SCAF, proposer un plan B. :tongue:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Bechar06 a dit :

Ainsi, La Tribune a avancé que l’Espagne n’a plus le budget nécessaire pour ce programme, l’investissement dans le Système de combat aérien du futur [SCAF] ayant été privilégié

Si ça c'est pas un motif pour rentrer dans les plumes des espagnols et leur réduire leur part sur le SCAF, je sais pas ce qu'il nous faut. C'est l'occasion révée!

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Bechar06 a dit :

Et d’ajouter : « La coopération européenne ne peut pas être un prétexte pour conclure de tels mauvais contrats »

Si seulement on avait des gens qui disaient la même chose en France...

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Et nous, on n'a rien inventé? On pourrait le trouver trop lourd, menacer de se retirer si on en fait pas un mono moteur, Sait pas moi un peu d'imagination. :laugh:

Oui, par exemple on devrait exiger qu'il soit navalisable pour être embarqué sur le futur PANG... :laugh:

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Drone gigogne ... Ou Drone "mère" larguant son petit drone

https://www.air-cosmos.com/article/combat-collaboratif-entre-drones-arms-24591

Autre Mother-ship !   Chinois cette fois-ci

https://www.janes.com/defence-news/news-detail/chinese-company-zhongtian-feilong-unveils-uav-mothership

Chinese company Zhongtian Feilong unveils UAV ‘mothership'               an “unmanned airborne swarm system”, the vertical take-off and landing (VTOL) UAV, which took to the skies on 20 March from an unspecified airport in China, is a twin-boom design employing a pusher propeller for forward flight and four rotors to enable VTOLs....The ‘mothership’ enables smaller systems to be carried to a designated location before opening the cargo bay/dispenser for deployment. 

Edited by Bechar06
Link to comment
Share on other sites

Secteur innovant que les drones :    https://www.air-cosmos.com/article/chine-etats-unis-le-dragonfish-sort-le-grand-jeu-24632    VTOL et  Léger

Article in-copiable  ...  Bon son créateur Autel Robotics ... conçu et développé aux  USA  mais fabriqué en CHINE    9k poids total, dont 1,5 kg de charge    pour la sécurité publique et l'ISR

https://auteldrones.com/pages/dragonfish-detail

Link to comment
Share on other sites

Un drone intercepteur de drone ... serait-ce la solution la plus "logique" au probleme. Ca a au moins le mérite d'éviter l'escalade techno puisque les moyens pour se défendre sont semblable à ceux qui attaquent.

J'avais évoqué l'idée dans le cadre du conflit en Azerbaïdjan, ou la défense sol air n'a pas su gérer cette menace ... a priori d'autre on déjà des solutions, même si ça ne concerne pas "encore" les drones tactique de combat "rapide".

Quote

L'AID à la recherche d'un « drone intercepteur de drone » - FOB - Forces Operations Blog

Après les fusils à pompe, brouilleurs, lasers et autres rapaces, le ministère des Armées explore désormais la piste du « drone anti-drone » pour étoffer son panel de réponses dans le domaine de la lutte anti-drone (LAD). Un appel à projets vient d’être émis par l’Agence de l’innovation de défense (AID) visant à identifier et expérimenter ce type de solution.

Vers des démonstrations en 2022

En essaim, armés, manœuvrants, artisanaux, etc. : les drones sont toujours plus variés, ingénieux et complexes à neutraliser. Un contexte qui explique le lancement en septembre 2020 par la DGA d’une demande d’informations sur les solutions LAD disponibles directement ou à un horizon de six mois. Qu’importe la méthode proposée, celle-ci devait alors être en mesure d’identifier, évaluer et neutraliser les drones de classe I OTAN.

Huit mois plus tard, l’objet de l’opération « drone intercepteur de drone » de l’AID est bien plus ciblé. Il s’agira de démontrer un système à un ou plusieurs vecteurs capables « d’intercepter, de capturer ou de neutraliser, en vol, un ou des drones commerciaux considérés comme non collaboratifs par un dispositif de désignation d’objectif externe ». Le tout, dans un rayon de 5 km autour de la zone à protéger, de jour comme de nuit et en environnements ouvert et/ou urbain.

La solution avancée devra être en mesure d’intercepter des micro ou mini-drones à voilure tournante ou fixe d’un poids maximum de 25 kg et évoluant jusqu’à 100 km/h. Le besoin dépasse la neutralisation d’un vecteur unique pour inclure également la menace croissante des essaims. Enfin, il devra pouvoir s’interfacer avec un système extérieur de désignation d’objectif et s’adapter en temps réel aux évolutions en terme de désignation.

Clôturé début juin, l’appel à projets sera suivi d’une contractualisation des marchés à partir de septembre. Chaque projet retenu donnera lieu à la passation d’un marché d’au maximum huit mois et financé jusqu’à hauteur de 300 000€. Non divulgué, le budget total alloué permettra à l’AID de soutenir plusieurs projets. Les démonstrations devraient ensuite se dérouler au premier semestre 2022.

Le DroneCatcher, chasseur de drones développé par le Néerlandais Delft Dynamics (Crédits photo : Delft Dynamics)

Quelles solutions sur étagère ?

Cet appel à projets est ouvert à tout opérateur européen dont la R&D est réalisée sur le territoire de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen. L’opération devrait en intéresser plus d’un, car nombreuses sont les entreprises qui planchent sur ce type de technologie depuis quelques années, que ce soit en France ou ailleurs.  

Dans l’Hexagone, la société francilienne Malou-Tech (Groupe Assman) dévoilait dès 2015 un système d’interception basé sur le déploiement d’un « filet de pêche » capturant la cible en plein vol. Le Parisien Civic Drone propose quant à lui une charge utile « Harpon » permettant de convertir son drone contrarotatif Flying-Sensor S3 en outil LAD.

En 2017, la start-up néerlandaise Delft Dynamics présentait à son tour le DroneCatcher, développé suite à une requête émise un an plus tôt par le Coordinateur national pour la sécurité et le contre-terrorisme néerlandais.

Le principe appliqué par Delft Dynamics se rapproche de celui de Malou-Tech. Une fois la menace repérée grâce à sa caméra embarquée, le DroneCatcher va verrouiller sa cible puis lancer un filet guidé par quatre projectiles et relié au drone « chasseur » par un câble. Le drone capturé est ensuite ramené au sol ou parachuté s’il s’avère trop lourd.

Bien qu’elle ne soit en théorie pas éligible, l’entreprise canadienne AerialX annonçait avoir créé un « hybride entre un missile et un [drone] quadcopter ». Baptisé DroneBullet, ce drone kamikaze d’environ 910 grammes est lancé manuellement, doté d’un rayon opérationnel de 4 km et capable d’atteindre 350 km/h en cas d’attaque en piqué. Dépourvu de charge explosive, il mise sur son énergie cinétique pour endommager ou détruire l’appareil adverse lors de la collision.

Reste à voir comment ces industriels de France ou d’ailleurs ont su depuis lors intégrer des facteurs de complexification supplémentaires, le vol en essaim et l’intelligence artificielle en tête, dans leurs technologies et stratégies d’interception.

https://www.forcesoperations.com/laid-a-la-recherche-dun-drone-intercepteur-de-drone/

Link to comment
Share on other sites

Je trouve que la solution du filet est sûrement moins chère qu un drone suicide pour détruire ou endommager un autre drone. 

L inconvenant du drone suicide c est une fois utilisé(destruction)on en a plus. Son avantage est sûrement la portée d utilisation. 

Les drones sont emmenés à se multiplier donc il faudrait une solution peu chère et facilement utilisable voir rechargeable rapidement. Pour faire de l anti drone. 

 

Link to comment
Share on other sites

Air & Cosmos papier n° 2730 du 09/04/21  sur le Patroller:  "Rattraper les retards coûte que coûte"  Mise en place d'un "code de certification visant à garantir la sécurité du vol.. première en Europe... en cas de défaillance, peu importe son origine, [que ] la suite du vol  puisse se dérouler sans encombres, c'est à dire en, préservant les populations au sol " 

Premières livraison Adt fin 2021,  Mise en service 2022, rapidement en OPEX [ avec une sorte d'accompagnement de Safran, en BSS ]

Intégré à la bulle Scorpion ( combat collaboratif ).  Modularité

Rappel:  2 charges utiles en communication réciproque, Radar SAR/GMTI  ( imagerie sol tout temps et cibles mobiles )  et Boule modulaire Euroflir 410 ( observation jour / nuit, Désignateur laser pour les troupes au sol 

Futur ambitieux: charge ROEM pour GE possible / Ou Charge de petits armements ... Liaison satcom

Autre marché: surveillance maritime avec version maritime protégé environnement salin, avec transfert de contrôle au delà de 150 km ( jusqu'à 450 km ) 

Link to comment
Share on other sites

https://www.challenges.fr/economie/drones-un-oeil-americain-dans-l-armee-de-l-air-francaise-la-france-dependante_760884

SÉRIE LA FRANCE DÉPENDANTE [6/6] - Santé, défense, agriculture, informatique, finance… Dans certains secteurs clés, l'Hexagone - voire l'Europe - n'a pas la main. En matière de défense, les drones américains sont devenus indispensables aux forces françaises au Sahel.

Ce sont les yeux de l'armée de l'air au Sahel. Des yeux de cinq tonnes et vingt mètres d'envergure, capables de larguer des bombes GBU12 de 250 kilos pièce. Eux? Les drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) Reaper, développés par l'américain General Atomics. Capables de voler 24 heures de suite au-dessus des théâtres d'opérations, ils sont devenus indispensables aux forces françaises pour traquer les groupes armés terroristes, et au besoin les neutraliser. Pour prendre le relais du drone Harfang, un appareil israélien francisé par Airbus, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, s'était résolu en 2013 à l'achat en urgence de ces engins.   

Comment la France a-t-elle pu rater le virage des drones de surveillance? La Cour des comptes a dressé en février 2020 un réquisitoire impitoyable sur ce raté majeur. Les magistrats citaient pêle-mêle des "résistances d'ordre culturel, en particulier au sein de l'armée de l'air face à cette nouvelle concurrence aux avions pilotés, un manque de constance et de cohérence dans les choix industriels des pouvoirs publics, des rivalités entre industriels et une absence de vision stratégique du ministère".

PAS POSSIBLE PLUS LOIN !   A  VOTRE BON COEUR ? 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Nouvelles indirectes du PATROLLER  dans l'AdT

https://www.forcesoperations.com/le-smdr-nouvel-atout-de-choc-du-61e-regiment-dartillerie/

" Parmi ces 3000 drones [ prévus dans l'Adt en 1924 ]  le Patroller, dernier chaînon de la trame drones de l’armée de Terre.

Un programme retardé par l’accident intervenu en 2019. « Nous l’attendons, mais avec raison. Le Diable noir sait aussi être patient », pointe le colonel Bonnet.

Le processus de fiabilisation du vecteur progresse, autorisant la reprise des essais industriels. Des vols auxquels assistent plusieurs Diables noirs en compagnie de la STAT. 

Si la cible finale n’est pas encore affermie, l’objectif sera bien de doter chaque batterie  [ total nb de batteries =  6, la 7-ème étant la formation aux autres drones ] du 61e RA d’un système complet.

la livraison des deux premiers exemplaires est fixée pour 2022 ... Le 61e RA est donc dans les starting-blocks, avec des primo-formations en cours en Finlande auprès de l’industriel.

À Chaumont, le régiment dispose depuis quelques semaines d’un premier module de simulation.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
7 minutes ago, Gaspardm said:

La rupture sécuritaire des drones tactiques low cost.

C'est déjà largement utilisé dans l'industrie ou l'agriculture c'est pour ça que les prix sont bas les volumes de ventes sont loin d’être ridicule.

Pour retrouver ton bétail dans la pampa c'est magique et c'est beaucoup moins chez qu'un petit hélico ou un petit avion ... en plus n'importe qui peut le piloter depuis son bureau climatisé.

Pareil pour surveiller des réseaux électrique, ou des pipeline ... tes parc à huîtres ... ou ton exploitation forestière ... des que ton site est ouvert et étendu ... c'est magique. Pour les sites plus petit et les temps de vol réduit les petits quadcopter suffisent.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

Tout sur le RQ-180 US !   par ici:

https://www.air-cosmos.com/article/le-drone-de-combat-furtif-rq-180-officiellement-dvoil-25630

L’US Air Force dévoile ce qui pourrait probablement être le drone de combat le plus important de sa génération : le RQ-180

Les drones furtifs, héritiers des bombardiers stratégiques.....

Vers une version améliorée du RQ-170....

Bonne lecture ... ET merci pour le résumé ! :biggrin:

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

https://soldat-und-technik.de/2021/12/bewaffnung/29370/spanien-finanziert-entwicklung-von-lenkflugkoerpern-fuer-drohnen/

Cela concerne indirectement les drones : L'Espagne finance le développement de missiles guidés pour drones

La Direction générale de l'armement et du matériel (DGAM), qui dépend du ministère espagnol de la Défense, a chargé Aertec Solutions de développer un missile utilisable par les drones. Le projet, qui s'étend jusqu'en octobre 2023 et représente un investissement de 1,4 million d'euros de la part des forces armées espagnoles, a pour objectif de produire un prototype.

L'entreprise Aertec Solutions, fondée en 1997 à Malaga, n'est pas nouvelle sur le terrain. Le spécialiste de l'aviation produit déjà le Tarsis 75, un drone dont le poids au décollage est de 72 kg et la charge utile de 15 kg, selon le fabricant. Le Tarsis 75 sert également de système porteur pour le dernier développement d'Aertec, un micro-missile guidé par laser appelé μASM A-Fox, qui a été présenté pour la première fois à l'IDEX 2021. Selon la presse, le développement ultérieur basé sur ce système, appelé Cistar 95, a reçu dès la fin de l'été un financement de départ de la DGAM.

 

L'attribution de nouveaux moyens financiers doit permettre de développer un système d'arme adapté à la production en série et doté d'un système de guidage laser semi-actif. Sur la base de cette technologie, Aertec a également développé un kit d'adaptation pour les missiles air-sol non guidés de 70 mm, qui peuvent ainsi être transformés en missiles guidés.

Les projets actuels de la DGAM s'inscrivent dans le cadre du programme Papaz, lancé en 2016 par le ministère espagnol de la Défense. Avec la participation de l'armée de l'air et de l'armée de terre, il s'agit d'étudier les véhicules aériens sans pilote et de promouvoir leur développement. La classification de l'OTAN Classe I pour les véhicules aériens sans pilote (UAV) jusqu'à une masse au décollage de 150 kg sert de délimitation. Des projets structurels sont également prévus dans le cadre du programme. Ainsi, l'armée de l'air prévoit de créer une école pour l'exploitation des drones, qui pourrait former le personnel nécessaire pour l'ensemble des forces armées.

Traduit avec deepl.com

Link to comment
Share on other sites

De Reaper en Predator ... Mojave maintenant   STOL pour  moindres  infrastructures

General Atomics dévoile un nouveau drone, Mojave, aux ailes renforcées, capable d’embarquer 16 missiles Hellfire. 1,6t de charge utile

https://www.globenewswire.com/news-release/2021/12/09/2349185/0/en/GA-ASI-Announces-New-Mojave-UAS.html

 

Mojave is based on the avionics and flight control systems of MQ-9 Reaper and MQ-1C Gray Eagle-ER but is focused on short-takeoff and landing (STOL) capabilities and increased firepower. It features enlarged wings with high-lift devices, and a 450-HP turboprop engine.

Mojave provides options for forward-basing operations without the need for typical airport runways or infrastructure. It can land and take off from unimproved surfaces while also retaining significant advantages in endurance and persistence over manned aircraft. These innovations make Mojave the perfect UAS to perform armed overwatch, attack and armed reconnaissance missions.

 A prototype aircraft first flew this summer and is continuing to demonstrate exceptional short-field performance and other unique qualities.

 

Edited by Bechar06
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...