Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine indienne


CVN220
 Share

Recommended Posts

Une explosion a bord du destroyer INS Ranvir, d'origine soviétique et en service depuis 1986, fait trois morts et onze blessés alors qu'il était dans un chantier naval de Bombay :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/trois-morts-dans-une-explosion-a-bord-d-un-vieux-navire-de-guerre-indien-20220119

L'accident a lieu dans un compartiment destiné à l'air conditionné. Une explosion du a une fuite de gaz fréon est évoqué :

https://www.hindustantimes.com/india-news/blast-in-ac-compartment-of-ins-ranvir-led-to-death-of-3-sailors-officials-101642593740732.html

688086a0-791f-11ec-9200-af8cbbcf9206_164

Edited by collectionneur
  • Like 1
  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

Le 20/01/2022 à 01:36, collectionneur a dit :

Une explosion a bord du destroyer INS Ranvir, d'origine soviétique et en service depuis 1986, fait trois morts et onze blessés alors qu'il était dans un chantier naval de Bombay :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/trois-morts-dans-une-explosion-a-bord-d-un-vieux-navire-de-guerre-indien-20220119

L'accident a lieu dans un compartiment destiné à l'air conditionné. Une explosion du a une fuite de gaz fréon est évoqué :

https://www.hindustantimes.com/india-news/blast-in-ac-compartment-of-ins-ranvir-led-to-death-of-3-sailors-officials-101642593740732.html

688086a0-791f-11ec-9200-af8cbbcf9206_164

levez moi d'un doute. je croyais l'utilisation du freon totalement interdit sur la planete, a cause de la couche d'ozone, ou alors y a que chez nous ?

et je croyais aussi que le freon etait ininflammable, donc comment ca explose .

 

Edited by ordre mondial
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ordre mondial a dit :

levez moi d'un doute. je croyais l'utilisation du freon totalement interdit sur la planete, a cause de la couche d'ozone, ou alors y a que chez nous ?

et je croyais aussi que le freon etait ininflammable, donc comment ca explose .

 

Freon c'est une marque à l'origine. Le terme est devenu générique. Donc difficile de savoir de quel genre de produit il s'agit vraiment. 

Mais on en produit encore. La production a juste drastiquement diminué dans les pays signataires du protocole de Kyoko

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 24/01/2022 à 09:29, collectionneur a dit :

Concernant spécifiquement le freon, l'interdiction au niveau mondial à était signé en novembre 1992. Pour un navire soviétique de 1987; pas sur qu'il soit concerné.

Dans la MN le fréon 11 dit R11 ( trichloromonofluorométhane) et 12 dit R12 ( dichlorofifluorométhane ) ont été utilisés jusque dans les années 90 . Si arrêt de fabrication , certain pays ont cependant continué de le vendre .

Ces fréons « polluants » ont été remplacés progressivement par des produits de substitution agrémentés ; R22 , R134 , 404 ………….etc aux caractéristiques thermodynamiques moindres .

Si les R11 et R12 n’étaient ni inflammables ni toxiques, ils étaient cependant très dangereux exposés à des températures > 600 ° , avec décomposition et production de phosgène ( gaz très toxique donc éminemment très dangereux  ) . C’est pourquoi toutes les bouteilles de stockage de ces gaz ainsi que les compresseurs froids doivent être  équipés de dégagement à l’air libre

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

P75I…

(ET, 15fev.) La Russie déclare qu'elle ne participera pas au projet de nouveau sous-marin de la marine indienne et propose une classe kilo améliorée.

La Russie a déclaré qu'elle ne participerait pas au projet d'acquisition de nouveaux sous-marins par la marine indienne, confirmant que le gouvernement indien a été officiellement informé de cette décision. Le projet d'acquisition de six nouveaux sous-marins dans le cadre du projet 75I, d'un montant de 43 000 millions de roupies, a également connu des retards au début du processus, les autres concurrents étrangers et les partenaires indiens demandant un délai supplémentaire pour formuler leurs propositions.

La Russie a proposé à l'Inde des sous-marins de classe Kilo modernisés - le type qui constitue l'essentiel de la flotte conventionnelle actuelle - mais a décidé de se retirer du concours en invoquant des raisons techniques.

"La partie russe a précédemment confirmé son intérêt pour une participation à ce programme et a suggéré une plateforme basée sur le design du sous-marin Amur-1650 du projet 677E. Cependant, après avoir reçu et étudié la demande de propositions et finalisé les termes et conditions de l'appel d'offres, la partie russe a décidé de ne pas participer à l'appel d'offres pour des raisons techniques", a déclaré un porte-parole de Rosoboronexport à ET.

Comme indiqué précédemment, la partie allemande a elle aussi écrit au gouvernement en invoquant son incapacité à participer au concours pour des raisons techniques, notamment des clauses de responsabilité et une allocation budgétaire inadéquate. La partie allemande, cependant, a maintenant indiqué qu'elle peut participer si des changements sont apportés aux exigences de l'appel d'offres. La Corée du Sud, un autre prétendant, aurait également des inquiétudes quant au transfert de technologie.

Soulignant le long héritage des sous-marins d'origine russe dans la flotte navale indienne, le porte-parole de Rosoboronexport a déclaré que des offres ont été faites pour fournir des sous-marins de classe Kilo modernisés. "Pour renforcer la flotte de sous-marins indiens, la partie russe a proposé de fournir de nouveaux sous-marins diesel-électriques du projet 636, qui a fait ses preuves, et de fournir des sous-marins du projet 877 après leur retrait du service de la marine russe et leur modernisation", a déclaré le porte-parole.

L'ambitieux projet de la marine indienne de construire six sous-marins en Inde dans le cadre du modèle de partenariat stratégique a connu des turbulences à ses débuts, la condition d'une propulsion indépendante à air (AIP) fonctionnelle énoncée dans les documents techniques excluant la plupart des collaborateurs étrangers du projet, ce qui a suscité de vives protestations.

https://m.economictimes.com/news/defence/russia-says-it-wont-bid-for-indian-navys-new-submarine-plan-offers-upgraded-kilo-class/articleshow/89551419.cms

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Tout à fait. Parce qu'aucun des systèmes de prolongateur d'autonomie en plongée (AIP) n'a pu être mis au point en Russie. Pourtant, ils en causent depuis ... 2011 (Na Leva, tovarish!)

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Essai de la marine indienne avec lancement d'un missile Brhamos à ogive inerte.
La cible, un vieux dragueur de mines, et ce qui est évidemment le trou de sortie du missile

20-10688769-fquzwuvve.jpg

 

20-10688769-fqxfzed2.jpg

 

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, clem200 a dit :

A quelle distance ? :happy:

Pas trouvé d’indication.

Les test étaient destinés à expérimenter les nouveaux canisters:

spacer.png

Citation

INS Delhi, a Delhi class guided missile destroyer, was commissioned into the Indian Navy on 15 November 1997. Two quadruple inclined launchers for BrahMos, made by Larsen and Toubro and referred to as ‘ upgraded modular launchers’ by the Navy, replace the four quadruple Kh-35 missile launchers the ships were originally equipped with. Besides the BrahMos missiles, the midlife upgrade also includes modernised Sthil-1* surface to air missiles, upgraded Fregat M2EM radar, a 76mm SRGM instead of the 100mm AK-100, Lynx U-2 FCR along with other sensor, electronics and decoy upgrades. The full extent of the upgrade, especially that of Mumbai and Mysore, remains unclear. The Delhi class has been reassigned from the Western command to the east, where it will bolster the Eastern Command and be a part of the carrier battle group of INS Vikrant, when the carrier is inducted into service.


Un peu aidé, l’autodirecteur du Brahmos:

spacer.png
 


*edit : c’est du Buk marine

Edited by Hirondelle
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Mise à l'eau du 6e et dernier sous-marin de la classe Scorpéne commandé en 2005 ce mercredi 20 avril 2002. Mise en service espérée en 2024 :

https://www.meretmarine.com/fr/defense/mise-a-l-eau-du-sixieme-sous-marin-indien-du-type-scorpene

Si on ne voit pas de quel nationalité il est avec toute ses fanfreluches, c'est que l'on est vraiment myope :bloblaugh:

spacer.png

  • Like 2
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Schnokleu a dit :

D'après Mer & Marine, Naval Group n'est plus dans la compétition pour le P75I....   article payant, donc pas plus de précision.

 

(…) « Nous ne sommes plus dans la course, a annoncé ce mercredi [27/04] la communication de Naval Group. Nous nous sommes investis dans la phase de demande d’informations, mais certaines conditions de l’appel d’offres ne nous permettent finalement pas de participer. »

Naval Group explique concentrer maintenant ses efforts sur l’intégration d’un système de propulsion anaérobie, lors du futur carénage des plateformes de la classe Kalvari, en coopération avec la marine et l’industrie indienne.

https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/developpe-par-naval-group-un-nouveau-sous-marin-d-attaque-mis-a-l-eau-en-inde_50376002.html
(merci au posteur originel)

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, fraisedesbois a dit :

(…) « Nous ne sommes plus dans la course, a annoncé ce mercredi [27/04] la communication de Naval Group. Nous nous sommes investis dans la phase de demande d’informations, mais certaines conditions de l’appel d’offres ne nous permettent finalement pas de participer. »

Saab Kockums avait abandonné, TKMS (l'un des deux seuls concurrents avec DSME ayant un AIP déjà opérationnel) a ensuite jeté l'éponge, au tour de Naval Group... Il n'en restera qu'un !

Pour rappel :

Citation

Inde : Le retrait de Saab Kockums de la compétition pour le sous-marin P75i soulève des questions

6 Janvier 2020

[...] On s'interroge sur l'avenir opérationnel de Saab Kockum, qui a été le premier équipementier à se retirer du processus d'appel d'offres pour le programme de sous-marin indien P75i. Officiellement, l'entreprise a expliqué sa décision de se retirer par deux raisons. Premièrement, les contraintes excessives du partenariat stratégique et un déséquilibre sous-jacent dans les attentes exprimées.

"C'est une décision que nous avons prise en raison des exigences des clients concernant le calendrier et les exigences liées à la politique de partenariat stratégique avec son déséquilibre entre... les obligations et les responsabilités", a déclaré Ola Rignell, président et directeur général de SAAB India, lors d'une interview.

Deuxièmement, Kockums prévoyait de proposer uniquement un modèle de sous-marin existant, et non un produit spécifiquement conçu pour le fournisseur du contrat.

"Nous pensons avoir un produit très compétitif qui conviendrait bien au client, mais après avoir examiné en détail l'EoI (expression d'intérêt), nous avons décidé de ne pas participer à la compétition", a déclaré M. Rignell.

Les conditions ont été critiquées dans le passé par ceux qui ont participé à des projets nationaux indiens dans le cadre du modèle de partenariat stratégique. Notamment, la compétition pour l'hélicoptère utilitaire naval qui a irrité les acteurs de l'industrie privée lorsque l'entreprise publique indienne Hindustan Aeronautics Limited a soumis deux offres, l'une seule et l'autre par le biais d'une coentreprise avec Russian Helicopters.

Le modèle de partenariat stratégique est largement considéré comme une retombée nécessaire, bien que douloureuse, de l'absence d'infrastructure privée dans le secteur de la défense du pays, un domaine notoirement sous-développé. En tant que tel, bien que compliquant le processus pour les équipementiers étrangers, la politique est conçue pour permettre le transfert de technologies et de connaissances à la main-d'œuvre nationale. [...]

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://euroindustriesandefense.home.blog/2020/01/06/india-saab-kockums-withdrawal-from-p75i-submarine-competition-leaves-questions/

Puis :

Citation

L'Allemagne pourrait ne pas soumissionner pour le projet de sous-marin P75I de la marine, laissant la société sud-coréenne comme seul fournisseur

Par Manu Pubby | Dernière mise à jour : 20 août 2021, 09:53 AM IST

Le projet de la marine indienne de construire six sous-marins conventionnels en Inde pour un montant estimé à 43 000 millions de roupies se dirige vers des eaux troubles, l'un des principaux partenaires technologiques étrangers ayant déclaré qu'il pourrait ne pas poursuivre les négociations car il juge certaines exigences de l'appel d'offres trop restrictives.

Si le groupe allemand ne change pas d'avis, le méga-projet pourrait se diriger vers une situation de fournisseur étranger unique avec le sud-coréen Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering comme seul concurrent.

L'entreprise allemande ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), qui était considérée comme le favori pour ce mégaprojet, s'inquiète de l'impossibilité de remplir certaines conditions, notamment un pourcentage élevé de contenu indigène et une responsabilité quasi illimitée du partenaire technologique étranger.

La marine a été informée que l'entreprise allemande ne poursuivra pas son engagement sur la question avec des partenaires indiens à moins que des changements majeurs ne soient apportés aux conditions de l'appel d'offres, un scénario difficile étant donné les règles strictes des marchés publics de la défense.

Comme l'a d'abord rapporté ET, l'entreprise allemande est apparue comme le favori après qu'une condition ait été posée dans l'appel d'offres pour un système de propulsion indépendante à air (AIP) éprouvé en mer - un composant critique qui permettra à ces bateaux de rester immergés pendant plus de deux semaines, contre les 2-3 jours d'endurance sous-marine des sous-marins actuels.

Cette exigence d'un système de propulsion éprouvé en mer avait éliminé trois des cinq fournisseurs étrangers présélectionnés, ne laissant que l'Allemagne et la Corée du Sud dans la course. Les trois autres - la Russie, la France et l'Espagne - disposent de la technologie AIP, mais celle-ci n'est pas installée sur un sous-marin où elle pourrait être démontrée. La technologie AIP a également fait l'objet d'une démonstration par le DRDO, mais elle doit encore être éprouvée en mer. On estime que cela pourrait prendre 4 à 5 ans au plus tôt.

Les bateaux doivent être construits soit par Mazagaon Dockyard Limited (MDL), soit par Larsen and Toubro (L&T), le gagnant étant désigné sur la base de propositions technico-commerciales élaborées en consultation avec le partenaire étranger.

Alors que TKMS n'a pas répondu à la demande de commentaires de ET, des sources ont déclaré que parmi les préoccupations soulevées figurait le contenu de l'indigénisation, qui a été fixé à 45% pour le premier bateau et 60% pour le sixième bateau. Un autre point important soulevé est que les conditions actuelles imposent une responsabilité presque illimitée sur les performances des sous-marins au collaborateur étranger, bien que les bateaux doivent être construits dans un chantier indien. Le budget de 43 000 millions de roupies a également été jugé trop faible.

Le groupe allemand est le deuxième concurrent mondial après le groupe suédois Saab, qui a exprimé des réserves quant à sa participation. Le groupe suédois s'est retiré plus tôt après qu'un projet de note sur les exigences techniques ait été partagé, des sources indiquant que ses ingénieurs et cadres ont jugé les conditions impossibles à remplir.

Compte tenu des exigences techniques du projet - l'Inde souhaite un transfert de haute technologie ainsi que le droit d'utiliser le savoir-faire pour de futurs projets indigènes - les fournisseurs étrangers ayant des contrats en cours ont suggéré que la meilleure façon de progresser serait de conclure un accord de gouvernement à gouvernement. La partie russe, en particulier, avait même écrit au ministère de la Défense en 2018, suggérant que la seule façon d'assurer un tel transfert de technologie profonde serait un accord intergouvernemental.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://economictimes.indiatimes.com/news/defence/germany-may-not-bid-for-navys-p75i-submarine-project-leaves-south-korean-firm-as-only-vendor/articleshow/85447687.cms?utm_source=contentofinterest&utm_medium=text&utm_campaign=cppst

 

Edited by Skw
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Skw a dit :

Il n'en restera qu'un !

Ils ne vont pas aimer ça les indiens.  Pour négocier, une seul soumissionnaire c'est pas top.

Je crois que c'est l'absence de VLS dans les propositions Allemande, Suédoise et française qui a fait couic.

Link to comment
Share on other sites

C'est assez logique, le programme demande explicitement à ce que l'AIP du fournisseur eu été testé et en opération avec des résultats mesurables
Ca ne laisse que les coréens et les allemands dans la course et il me semble que les allemands se sont également retirés (pour d'autres raisons que j'ai plus en mémoire). 
On est donc dans un cas de single vendor ou unique vendeur, ce que la loi indienne interdit. 

Il est donc probable que les conditions de l'appels soient modifiées ou que tout bêtement le projet soit retardé pour une raison ou une autre (celle ci par exemple). 
Ca donnerait alors le temps à NG d'intégrer l'AIP sur les kalvari, de coller à la demande indienne et de revenir dans la course avec les coréens, pour le finish, NG ayant déjà un gros pieds dans le secteur indien.

L'autre possibilité serait de coordonné le P75I et P75A, a savoir barracuda conv et nuc. 
Mais il semblerait que les discussions entre la France et l'Inde sur un transfère du K15 ne soit pas allé très loin en fin de compte. 
2 raisons à cela, la France commence à comprendre que l'AUKUS ne livrera probablement pas les SNA et si c'est le cas, il faudra regarder les conditions et le tempo.
En d'autres termes les France ne peut pas porter la responsabilité première d'un affaiblissement du TNP. 
L'autre est plus commerciale, la France veut vendre le K15 (quitte a ce qu'il soit produit en Inde) pour créer une communalité et booster le potentiel commercial des produits NG, à l'inverse l'Inde est intéressé par le développement d'un réacteur indien, avec des spécificités indiennes ... et ne cherche qu'une aide technologique. L'approche indienne est pleine de bon sens car elle permettrait de créer une offre internationale très séduisante, pour la France c'est aidé à créer un concurrent. 

Au final, il faudra attendre de voir si la Russie aide l'Inde, si l'Inde y arriverait pas toute seule avant de proposer à nouveau le K15 qui servirait sur les SNA, SNLE et PA de la marine c'est donc un très gros dossier. 
Arriver à prendre le P75I façon barracuda pousserait à l'adoption du P75A fr donc du K15 et puisque K15, on pourra aussi se positionner avantageusement pour la conception du PAN CATOBAR.
Le nouveau marché du siècle, bien plus important que l'Australie. 

Edited by wagdoox
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Schnokleu a dit :

Je crois que c'est l'absence de VLS dans les propositions Allemande, Suédoise et française qui a fait couic.

Pour TKMS, il semblerait en effet que le diamètre relativement réduit du U-214 pose problème pour intégrer des VLS capables de tirer du Brahmos. J'imagine qu'il devait en être de même pour la proposition de Saab Kockums. L'offre de Naval Group prévoyait l'intégration de VLS. Il semblerait que ce soit plutôt la volonté indienne de vouloir un AIP déjà opérationnel qui pose problème à Naval Group. Du moins, si l'on s'en tient aux caractéristiques techniques des équipements proposés.

PS : On se dit tout de même que les Indiens ne sont pas hyper nets en émettant dans un premier temps l'idée que les VLS sont optionnels... avant d'en faire une exigence. M'enfin, quand on voit qu'un autre pays client recale les projets bien après la sélection du lauréat, ce n'est peut-être pas si mal d'avoir fait cela avant que les conséquences ne fussent plus lourdes pour les différentes parties.

Edited by Skw
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Schnokleu a dit :

Pour négocier, une seul soumissionnaire c'est pas top.

Non, c'est simplement pas légal. 

 

 

il y a 11 minutes, Schnokleu a dit :

c'est l'absence de VLS dans les propositions Allemande, Suédoise et française qui a fait couic

Non, c'est plus complexe. 
Les indiens ont besoin d'un sous marin d'une certaine circonférence pour faire tenir leur VLS (eux meme énormes puisque Brahmos). 
En fonction du type de scorpène, la France a le nécessaire. 
Il me semble d'ailleurs ce que point a été mis de coté par l'IN. 

Le P75I pourrait redevenir ce qu'il était au départ à savoir une simple augmentation du nb de soum du programme P75 (donc plus de kalvari via NG, peut etre 3). 

Mais tu as raison pour les deux autres ! (j'ai oublié cette histoire)

Edited by wagdoox
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Skw a dit :

Pour TKMS, il semblerait en effet que le diamètre relativement réduit du U-214 pose problème pour intégrer des VLS capables de tirer du Brahmos. J'imagine qu'il devait en être de même pour la proposition de Saab Kockums. L'offre de Naval Group prévoyait l'intégration de VLS. Il semblerait que ce soit plutôt la volonté indienne de vouloir un AIP déjà opérationnel qui pose problème à Naval Group. Du moins, si l'on s'en tient aux caractéristiques techniques des équipements proposés.

PS : On se dit tout de même que les Indiens ne sont pas hyper nets en émettant dans un premier temps l'idée que les VLS sont optionnels... avant d'en faire une exigence. M'enfin, quand on voit qu'un autre pays client recale les projets bien après la sélection du lauréat, ce n'est peut-être pas si mal d'avoir fait cela avant que les conséquences ne fussent plus lourdes pour les différentes parties.

NG avait une offre VLS ?   je l'apprend.

Pour l'AIP, NG avait des solutions à proposer, y compris une opérationnelle : celle des Agosta 90 des voisins pakistanais, mais peut être un peu old school...

Edited by Schnokleu
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, wagdoox a dit :

C'est assez logique, le programme demande explicitement à ce que l'AIP du fournisseur eu été testé et en opération avec des résultats mesurables
Ca ne laisse que les coréens et les allemands dans la course et il me semble que les allemands se sont également retirés (pour d'autres raisons que j'ai plus en mémoire). 
On est donc dans un cas de single vendor ou unique vendeur, ce que la loi indienne interdit. 

Il est donc probable que les conditions de l'appels soient modifiées ou que tout bêtement le projet soit retardé pour une raison ou une autre (celle ci par exemple). 
Ca donnerait alors le temps à NG d'intégrer l'AIP sur les kalvari, de coller à la demande indienne et de revenir dans la course avec les coréens, pour le finish, NG ayant déjà un gros pieds dans le secteur indien.

L'autre possibilité serait de coordonné le P75I et P75A, a savoir barracuda conv et nuc. 
Mais il semblerait que les discussions entre la France et l'Inde sur un transfère du K15 ne soit pas allé très loin en fin de compte. 
2 raisons à cela, la France commence à comprendre que l'AUKUS ne livrera probablement pas les SNA et si c'est le cas, il faudra regarder les conditions et le tempo.
En d'autres termes les France ne peut pas porter la responsabilité première d'un affaiblissement du TNP. 
L'autre est plus commerciale, la France veut vendre le K15 (quitte a ce qu'il soit produit en Inde) pour créer une communalité et booster le potentiel commercial des produits NG, à l'inverse l'Inde est intéressé par le développement d'un réacteur indien, avec des spécificités indiennes ... et ne cherche qu'une aide technologique. L'approche indienne est pleine de bon sens car elle permettrait de créer une offre internationale très séduisante, pour la France c'est aidé à créer un concurrent. 

Au final, il faudra attendre de voir si la Russie aide l'Inde, si l'Inde y arriverait pas toute seule avant de proposer à nouveau le K15 qui servirait sur les SNA, SNLE et PA de la marine c'est donc un très gros dossier. 
Arriver à prendre le P75I façon barracuda pousserait à l'adoption du P75A fr donc du K15 et puisque K15, on pourra aussi se positionner avantageusement pour la conception du PAN CATOBAR.
Le nouveau marché du siècle, bien plus important que l'Australie. 

Dis tout de suite que ça met fin à l'appel d'offre. La marine indienne pourrait  demander un accord g2g ?

Modi est en Europe et en France cette semaine. J'imagine qu'il va beaucoup parler de soum et de chasseur avec tous les européens. Mais il n'y a qu'avec la France qu'il parlera accord stratégique.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,764
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...